Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -34%
-34% LG OLED55B3 – TV OLED 4K 55″ 2023 ...
Voir le deal
919 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Richard Corben génie de la couleur

+2
Godot
2J
6 participants

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas  Message [Page 4 sur 8]

76Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE METAL HURLANT Dim 24 Jan - 17:15

Raymond

Raymond
Admin

Derrière ces quatre albums que je qualifierai de "classiques", je m'en voudrais d'oublier d'autres oeuvres moins réputées, qui ne sont pas négligeables pour autant. Ces BD ne sont pas toutes parues dans Heavy Metal mais elles ont été dessinées pendant la période dorée qui s'étend de 1975 à 1986, qui représente à mon avis les meilleures années de Richard Corben.

Parlons par exemple de Monde Mutant, un ironique roman d'anticipation situé dans un monde post-apocalyptique, qui était scénarisé par Jan Strnad. Publiée en 1978 aux USA dans le mensuel 1984 (et en 1979 en France dans Ere Comprimée), cette histoire de 72 pages mettait en scène un humanoïde musclé un peu simplet, qui ressemblait légèrement à Den et qui parvenait bien péniblement à survivre dans un monde impitoyable pour les faibles et les idiots. Divertissante et plaisamment colorée, cette aventure parodique n'avait pas le souffle épique de Den, même si elle était plus intelligente, mais elle prouvait que Corben était très à l'aise dans le genre de l'humour. Notons que cette œuvre a récemment été rééditée sous la forme d'une belle intégrale, et qu'elle a très bien vieilli.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Autres10

Jeremy Brood est un roman de science-fiction un peu plus classique, également raconté par Jan Strnad, dont le héros est un astronaute se promenant sur une planète lointaine peuplée d'humanoïdes, éternellement en guerre avec d'autres créatures. Ce thème a manifestement inspiré Corben qui y dessine quelques unes de ses plus belles pages, comme par exemple la planche 2 (ci-dessous) qui compose un joli jeu de lumières se reflétant sur les corps nus d'un homme et d'une femme (à l'intérieur d'un sombre vaisseau spatial). Les teintes y restent toujours aussi intenses mais le dessinateur introduit davantage de lumière, grâce à des rehauts de blanc qui s'ajoutent habilement aux quatre couleurs fondamentales. Remarquons sinon que cette bande dessinée reprend en partie l'univers et l'ambiance de "Monsters Rule", la petite BD de ses débuts, mais cette œuvre-ci est bien sûr beaucoup plus belle.   Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Autres11

La chute de la Maison Usher est une première adaptation (*) de la célèbre nouvelle d'Edgar Poe. Publiée en 1984 dans Corben Special (aux USA) et dans Spécial USA (en France), cette BD de de 32 pages illustre avec une belle efficacité le caractère effrayant du conte. Tandis que les adaptations des années 70 des fictions d'Edgar Poe étaient encore marquées par une certaine retenue, Corben accentue cette fois nettement l'horreur du récit en multipliant les images ou les scènes d'épouvante. Le dessin y apparait certes un peu moins grâcieux que celui des deux albums précédents, mais la narration devient par contre totalement efficace. C'est donc une toute bonne bande dessinée, que les amateurs de Corben apprécieront également.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Autres12

Et puis il y a Pilgor (le titre américain est The Bodyssey)  qui est une BD semi-fantastique et semi-humoristique scénarisée par Simon Revelstroke, datant de 1985 et qui reprend une courte histoire dessinée en 1981 (Rêves de la planète magique). Située dans un monde d'heroic fantasy, cette histoire est bien dessinée et ne manque pas d'esprit, mais elle laisse tout de même à la fin (je ne sais pas vraiment pourquoi) un léger sentiment de déception. Il est vrai que le héros (beau et musclé) se retrouve constamment dans une situation ridicule, et que le côté parodique de l'aventure efface complètement toute volonté de suspense. En fait, les BD très intelligentes ne sont pas toujours les plus réussies et peut-être qu'il manque à cette œuvre une petite dose de saine naïveté. Les esprits sardoniques apprécieront par contre beaucoup mieux cet impitoyable essorage d'un pauvre guerrier ... qui se retrouve souvent très désorienté.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Autres13


(*) Corben redessinera bien sûr cette histoire pendant les années 2000 !


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

77Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE METAL HURLANT Lun 25 Jan - 11:02

Raymond

Raymond
Admin

Et pour terminer cette "période Heavy Metal", je vous remontre les couvertures des albums correspondants publiés en France. Ils sont hélas tous épuisés depuis longtemps.   Rolling Eyes

Et d'abord, les 4 grands classiques, qui ont tous été publiés chez les Humanoïdes Associés ! Les deux "Den" sont particulièrement rares et coûteux (même les rééditions des années 90), tandis que les "Milles et Une Nuits" se trouvent facilement sur le Web


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-de10                           Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-bl10

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-1010                        Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-de11

Ensuite, les 4 autres "one shot" dont je viens de vous parler, publié dans la collection "Spécial USA", que l'ont trouve un peu moins difficilement sur les sites de vente d'Internet (mais il faut y mettre le prix). Notons au passage que la "Chute de la Maison Usher" contient aussi 2 courts récits, dont la magnifique version du "Corbeau que je vous ai montré à la page précédente.


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-je10                       Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-mo10

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-ch10                         Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-pi10

Comme je vous l'ai déjà dit, une intégrale de "Monde mutant" (comprenant la 2ème aventure dessinée pendant les années 90) a été publiée il y a un ou deux ans. Elle doit se trouver encore assez facilement.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-mo11

Corben a aussi dessiné un certain nombre d'histoires courtes (horreur, science-fiction ou autres) pendant ces "années Métal". On en trouve un certain nombre dans le recueil Belles à croquer.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alb-be10


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

78Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE FANTAGOR Mar 26 Jan - 11:52

Raymond

Raymond
Admin

C'est en 1986 (si je ne me trompe) que Richard Corben décida d'éditer lui-même certaines de ses œuvres. Au vu du succès que rencontraient ses BD, c'était une entreprise qui semblait plutôt raisonnable. Le dessinateur obtenait ainsi une vraie liberté de création et cette initiative satisfaisait par ailleurs son vieux souhait de bien contrôler la colorisation et l'édition de ses albums. Et c'est ainsi que Corben lança les Editions Fantagor, reprenant au passage le nom de son vieux fanzine des années 70. Hélas, ce titre n'allait pas vraiment lui porter chance.

L'œuvre principale qu'il dessina pendant cette période fût tout simplement la suite des aventures de Den. Cette BD fût publiée sous la forme de luxueux fascicules d'une trentaine de pages, plus grands que les comic-books habituels (assez comparables à des mini-albums), et chacun d'entre eux contenait un chapitre à suivre de Den accompagnée en général d'un autre court-récit. Corben ne lésinait pas sur la qualité du papier ni sur l'impression des couleurs, et je suppose que le prix de revient ne devait pas être extraordinaire. Les titres se vendaient, bien sûr, mais les éditions Fantagor se finirent tout de même par se retrouver en faillite en 1995. C'était en fait le deuxième échec pour "Fantagor", puisque le fanzine n'avait lui aussi pas été viable sur le plan économique, et Corben renonça dès lors à être indépendant.

Vue du côté francophone, la production de Corben ne connu pas de rupture. Ses œuvres continuèrent d'être publiées dans le mensuel Spécial USA et toute cette "période indépendante" reste donc bien connue chez nous. Il y eut aussi des albums et je commencerai à vous présenter tout ça demain.



Dernière édition par Raymond le Ven 12 Mar - 15:10, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

79Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE FANTAGOR Ven 29 Jan - 18:25

Raymond

Raymond
Admin

C'est en 1987 seulement que Richard Corben a repris Den, sa série emblématique, en dessinant Les Enfants du Feu. Ce nouvel opus n'était pas une suite des 2 premiers tomes, mais plutôt une sorte de prequel assez mal défini, où seule la présence de certains personnages secondaires (comme le sorcier Zeg) permettait de reconnaître quelques liens entre cet album et le monde de Den.

Dans cette histoire, les deux personnages principaux se nommaient "Mal", un humanoïde d'une maigreur effrayante, et "Kil", une créature musclée à la sexualité ambiguë. Ce n'est que deux ou trois albums plus tard que l'auteur apportera quelques clarifications sur cet étrange récit. La sexualité de Kil finira en effet par se préciser et elle deviendra la fameuse "Reine rouge", qui est la redoutable ennemie et l'inévitable amante de Den. De son côté, le squelettique Mal prendra assez vite du muscle pour devenir "l'oncle Dan", celui qui fût le prédécesseur de Den dans le pays de Neverwhere (et le héros principal de l'épisode "Den saga").

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Enfant17

Publiés en 6 épisodes aux USA, Les Enfants du Feu sont en fait une œuvre charnière dans la carrière de Richard Corben. C'est en effet au milieu de cette histoire (en 1988) que le dessinateur abandonne sa fameuse technique de "séparation des couleurs". Désireux de travailler plus vite, il se livre à différents essais graphiques sur les planches elles-mêmes et son style se simplifie. Après avoir essayé diverses techniques de colorisation, Corben finit par choisir la couleur directe et ses pages retrouvent lors une lumineuse beauté. Il reste toutefois de ces multiples changements que la qualité artistique des différents épisodes est assez inégale.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Den-en10

A la fin de l'aventure, Kil et Mal se retrouvent à nouveau seuls dans le désert mais leur aspect physique s'est nettement rapproché de leurs silhouettes définitives. Il n'y a alors plus de doute ! Le lecteur a enfin retrouvé le monde de Den.  Very Happy

Petit détail important : il existe deux éditions francophones différentes des "Enfants du Feu". La première édition de 1988 ne fait malheureusement que 44 pages et elle est très incomplète (elle ne contient que les 3 premiers épisodes).

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Enfant19

La deuxième édition, de 1992, contient les 6 épisodes et le récit est donc mieux compréhensible. C'est bien cet album-ci qu'il faut avoir ... du moins jusqu'à ce qu'il apparaisse une très souhaitable intégrale de la série.  Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Enfant20


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

L'année suivante (en 1988 donc),Richard Corben sembla se consacrer uniquement à Den. Il publia en effet trois épisodes de Den 4 (aussi intitulé Dreams puis trois autres épisodes de Den 5 (intitulé Elements), ces deux titres ne formant au final qu'une seule et grande histoire d'environ 145 pages. En France, ces deux titres ont été repris dans 3 albums standards qui sont intitulés "la Cité des Bruits", puis "la Maison du Silence" et enfin le "Monde englouti", l''ensemble se nommant (en français) "la Saga de Den".  

Le scénariste Simon Revelstroke a collaboré à cette mini-saga, dont la construction est assez complexe car de nombreuses séquences rêvées interrompent la continuité du récit. Et c'est ainsi que le premier chapitre (qui met en place toute l'histoire) se révèle par la suite n'être qu'un songe, car Den se réveille subitement au début du chapitre 2. On découvre alors un héros déchu, qui est devenu poltron, ramolli et obèse et qui doit entreprendre un long travail de réhabilitation. Les rêves se mélangent ensuite aux souvenirs réels et Den ne sait plus très bien où se situe la réalité. C'est un aspect assez original, mais parfois un peu pénible, de ce long récit.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Den-dr10

Si on aurait pu s'attendre à ce que la nouvelle indépendance éditoriale de Corben accentuât sa tendance naturelle au perfectionnisme (pour ne pas dire à l'académisme), il y eut en fait un processus totalement inverse. Probablement par souci de rapidité et d'efficacité, le dessinateur se mit en effet dès ces années-là à simplifier son trait et ses décors, et à coloriser ses planches en utilisant des logiciels informatiques. Le résultat restait le plus souvent assez satisfaisant, mais les surprises étaient fréquentes et les planches parfois inégales. Une fois de plus, Corben prenait ses lecteurs au dépourvu.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Den-dr11

Parfois, cette BD pleine d'action devenait presque nostalgique, et le personnage principal (de même que le lecteur) revivait quelques unes des scènes marquantes des deux premiers albums. Il est vrai que Den avait perdu son invincibilité et qu'il doutait beaucoup de lui-même. Pendant ces moments, le style graphique de la BD devenait plus soigné et les couleurs également plus chatoyantes. Sans se lasser, Corben adaptait son dessin à l'inspiration du moment.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Den-dr12

Mais la séquence la plus mémorable de ce diptyque se situait à la fin de l'histoire, lorsque Den se retrouvait face à deux femmes. Après une longue recherche, le héros retrouve en effet sa bien aimée Kath, mais elle est accompagnée de la Reine Rouge qui l'avait enlevée et ... elles se ressemblent terriblement. Et Den comprend soudainement que certaines aventures qu'il a vécu se sont passées avec la Reine Rouge, et non avec Kath ! Et Den s'interroge : qui est donc qui ? Mais qu'a t-il réellement vécu ? Y a t-il une grande différence entre le bien et le mal ? Ces deux femmes (toutes les deux amoureuses) sont-elles réellement si distinctes ? Den doit alors bien sûr prendre position, mais il est incapable de faire un choix ! C'est une conclusion éblouissante, qui aurait d'ailleurs pu être une jolie fin pour la série tout entière.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Den-el10

Je ne vous dévoilerai pas le choix final de Den, qui en fait n'en est pas vraiment un ! Pour reprendre un fameux terme de Nietzsche, la série se situe au delà du bien et du mal, et la nature a ses propres lois.   Cool

Et voilà comment je pourrais résumer cette nouvelle suite de Den ! Elle était à la fois inégale et propre à susciter l'enthousiasme, mais l'auteur avait manifestement cherché à se renouveler ! Ce n'était pas un chef d'œuvre, certes, mais elle ne pouvait pas non plus être considérée comme négligeable. C'était simplement une "nouvelle pierre sur l'édifice" de Den, qui devenait ainsi (et définitivement) l'œuvre majeure de Corben.


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

En plus de sa carrière officielle dans le monde des "comics", Richard Corben a aussi poursuivi une trajectoire plus "souterraine" dans le domaine du cinéma. Cette partie de son œuvre est totalement méconnue et il a réalisé une trentaine de films amateurs de genre divers, souvent sous la forme "d'animation pure", parfois avec des acteurs ou  en faisant un mélange des deux. On découvre quelques traces de ce travail sur le Web, et c'est totalement par hasard que j'ai découvert sur You Tube une vidéo de 90 minutes qui s'intitule The Dark Planet. Elle a été réalisée en 1989, pendant la "période Fantagor".

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Darkpl11

C'est un sombre récit de science fiction (au propre comme au figuré) qui raconte l'exploration d'une étrange planète. Pour filmer ses images, Corben utilise un mélange de figurines en argile, de dessins d'animation et de scènes jouées par des acteurs, et il y incorpore deux de ses anciens courts métrages. On découvre bien sûr dans cette histoire quelques monstres effrayants, des humanoïdes belliqueux ainsi que des personnages humains qui sont joués par les collaborateurs habituels de Corben. Son épouse a semble t-il beaucoup travaillé sur ce film.

Comme la vidéo est sur You Tube, je me permets de vous la montrer ici !    Wink


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Je vous ai parlé hier de statuettes en argile et c'est une autre facette du travail de Richard Corben qu'il vaut la peine de montrer ici. Eh oui, Corben n'est pas seulement un dessinateur ! C'est au contraire un artiste qui aime par dessus tout expérimenter diverses formes de créations.

Voici par exemple un ensemble de 5 têtes concernant des personnages qui apparaissent dans les album de BD "Murky World" et "Daneus". Ils ont été réalisés à l'imprimante 3D entre 2016 et 2017 et ils ont été exposés à Angoulême.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Sculpt10

Bien souvent, la sculpture présente un intérêt utilitaire pour le dessinateur de BD, car elle donne un modèle que l'on peut facilement redessiner sur papier, sous tous les angles de vue. Pour Corben, cela lui permettait aussi d'étudier comment la lumière pouvait se refléter sur les visages, mais l'aspect ludique était bien sûr présent. Et parfois, il complétait son personnage dans un deuxième temps, en sculptant un corps entier !

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Sculpt11

Corben a aussi sculpté des images de nus, comme par exemple le corps de femme qui se trouve ci dessous et qui a été réalisé en terre cuite. Cette statuette a été reproduite à 50 exemplaires, en résine-polyester, et c'est bien sûr un collector très recherché.  Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Sculpt12


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

83Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE FANTAGOR Mer 3 Fév - 17:24

Raymond

Raymond
Admin

Bien sûr, Richard Corben n'a pas dessiné que "Den" pendant cette longue période qui s'étend de 1986 à 1994. Il s'est au contraire ingénié à multiplier les collaborations et à varier les genres, sans complexe ni prétention aucune. Il en a résulté quelques beaux albums.

C'est ainsi qu'il a publié chez Fantagor  en 1986 un feuilleton nerveux et décomplexé intitulé Temps déchiré ("Rip in Time"), qui fût ensuite repris en album. Habilement scénarisé par Bruce Jones, et mélangeant hardiment un voyage dans le temps avec une poursuite policière haletante (le héros cherchant à délivrer sa petite amie enlevée), ce thriller peu crédible mais plein de suspense et d'idées brillantes réussissait envers et contre tout à passionner le lecteur, grâce au punch de ses images et à l'efficacité de sa narration. Corben y produisait un dessin nerveux, parfois rapide mais souvent assez travaillé, qui utilisait toutes les possibilités du noir et blanc et qui prenait un certain plaisir à jouer avec les codes des "pulps".

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Autre-12

En 1987, Corben collaborait cette fois avec le célèbre écrivain de science-fiction Harlan Ellison, pour produire une bien plus classique œuvre d'anticipation se passant dans un futur proche (en fait en 2021 ... mais passons  Wink ). Cette BD s'intitulait Vic et Blood et c'était l'histoire d'un jeune garçon tenace et malin, accompagné d'un jeune chien communiquant avec lui par télépathie, qui essayait péniblement survivre dans un monde en ruines et plein de pièges imprévus. Le scénario d'Ellison était brillant et ironique, tandis que Corben modifiait considérablement son style en préférant cette fois un dessin au trait épais, sans effet de volume, baignant dans un noir et blanc efficace et minimaliste. Colorisée ultérieurement par l'éditeur lors de sa publication en album, cette histoire post-apocalyptique démontrait que Corben poursuivait ses expérimentations graphiques et qu'il n'avait pas fini de nous étonner.


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Autre-14

Il y eut aussi en 1990 la suite de "Monde Mutant" qui était scénarisée par Jan Strnad, et qui s'intitulait Fils du Monde Mutant. On y retrouvait en fait la fille de Dimento, nommée Dimentia, et elle était accompagnée d'un grizzli géant, un sympathique animal qui était bien sûr fort utile pour écarter les gêneurs et les monstres mal intentionnés. L'histoire était assez plaisante à lire et on y retrouvait avec plaisir le dessin raffiné, les chairs voluptueuses et les couleurs chatoyantes de la "période Métal Hurlant". Il faut toutefois préciser que seuls les albums européens furent entièrement colorisés, mais il est probable que Richard Corben en était lui-même l'auteur, car la finesse de ces couleurs était évidente.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Autres15

Et enfin, scénarisés par Rich Margopoulos et dessinés en 1991, les cinq Contes du Diamant Noir consacrèrent le retour officiel de Richard Corben à la véritable BD d'horreur. On y retrouvait le style graphique de "Vic and Blood", mais aussi la volonté d'expérimenter et d'utiliser les possibilités du dessin numérique. De fait, l'utilisation de larges masses de noir et blanc (aux contours raffinés et un peu gothiques) convenait à merveille aux récits monstrueux de Margopoulos. L'humour n'était toutefois pas absent de ces sombres histoires et c'est ainsi que Corben se mettait lui-même en scène dans le cinquième récit (intitulé "BD de Sang"), en tant que dessinateur de comics fasciné par le fatidique diamant noir et finalement victime de sa néfaste influence. Eh oui, l'horreur peut parfois être jubilatoire.  Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Autres14

Relevons qu'il n'y eut hélas pas d'album francophone des Contes du Diamant Noir (il existe en revanche un album américain) et pour les lire, il faut patiemment rechercher les différents épisodes de la série dans les numéros 59 à 64 de Spécial USA. Là aussi ... un petit album ne ferait de peine à personne.  Wink


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

84Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE FANTAGOR Jeu 4 Fév - 12:54

Raymond

Raymond
Admin

En 1992, Richard Corben revenait une fois de plus à Den avec l'opus DenSaga, ce titre américain devenant en France les deux tomes intitulés Den la quête. A noter que dans les publications françaises, l'éditeur Glénat avait utilisé le terme de "saga" pour les opus 4 et 5 de Den (à savoir "Dreams" et "Elements"), et qu'il faut donc faire attention à ne pas confondre ces deux "sagas". Oui ... c'est un peu compliqué mais j'espère que vous avez compris.  Wink

Den la Quête (je préfère nettement le titre anglophone "DenSaga") est une histoire curieuse qui se déroule sur deux époques différentes. Le récit est au départ une simple suite du tome 5 ("Elements"), lorsque Den presque mourant au bord du rivage est recueilli par Wyn et Zandor, deux humanoïdes à la peau bleue (qui sont ses amis ). Ces derniers s'enfuient sur une charrette vers le désert tandis que Den reste choqué, silencieux et passif. En fait, il s'interroge sur lui-même, après la scène mémorable qui l'avait mis en face de Kath et de la Reine Rouge, et qui avait entraîné sa fuite !

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Den-de10

Den abandonne assez vite ses amis et se retrouve seul dans le désert. Après une longue marche, il rencontre une belle jeune femme presque nue devant l'entrée d'un temple, qui est surveillée par un énorme saurien assez vindicatif. On avait en fait déjà vu cette scène au début de "Neverwhere".  Wink  Corben dessine toutefois cette fois la séquence avec un tout nouveau style (présent sur quelques pages seulement)  qui évoque fortement l'utilisation d'images numériques. Pour l'auteur, ce retour à Den semblait surtout être l'opportunité d'expérimenter des techniques nouvelles !

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Den-de11

Le récit devient alors compliqué car la jeune femme raconte à Den l'histoire de ses origines, qui est en fait la suite des "Enfants du Feu" (Den N° 3). "DenSaga" se poursuit dès lors en suivant deux intrigues parallèles. Il y a d'abord la suite des aventures de Mal et de Kil qui occupe la majeure partie de DenSaga, et d'autre part les amours de Den avec la prêtresse du temple qui n'apparaissent que lors de brefs intermèdes. Tout cela n'est pas vraiment passionnant, il faut bien l'admettre. L'aventure reste à mon avis totalement inachevée, mais l'auteur se fait plaisir et certaines pages présentent des couleurs splendides.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Den-de12

Telle est la Den la Quête, une histoire tout de même riche en péripéties, celles-ci rendant d'ailleurs le monde de Neverwhere de plus en plus complexe et parfois même un peu incompréhensible.  Wink  L'auteur semble prolonger les aventures de son héros dans l'unique plaisir de dessiner de nouveaux rêves, mais cette suite n'était peut-être pas vraiment indispensable. Ce titre me semble d'ailleurs être le début du déclin de Richard Corben en tant qu'auteur de BD mais... on sait aujourd'hui que ce dernier finira tout de même par rebondir.  Very Happy


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

85Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE FANTAGOR Ven 5 Fév - 20:57

Raymond

Raymond
Admin

Un des grands mérites de Fantagor, c'est certainement d'avoir publié les deux seuls art-books du dessinateur.   sunny

Ces livres brochés (de la taille d'un album standard de BD) ont été édités en 1990 et ils regroupent quelques unes des meilleures images de Richard Corben. J'ai découvert ces recueils en 1997 chez un soldeur, pendant un voyage aux USA, et je me suis bien sûr dépêché de les acheter. Je les conserve depuis très précieusement.    bedo

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Art-bo10                               Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Art-bo11

La conception des livres est très simple, mais elle est efficace. La plupart des images occupent toute la surface de la page de droite (livre ouvert) tandis que la page de gauche propose un texte explicatif du dessinateur (sur son travail) et souvent des essais graphiques ou des dessins complémentaires. Le résultat est à la fois un régal pour les yeux et un plaisir pour l'intelligence ... mais vous avez déjà compris que Richard Corben a l'habitude de respecter ses lecteurs.   Very Happy

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Art-bo12

Reconnaissons tout de même que la plupart des images de ces art-books sont bien connues, puisqu'il s'agit généralement de couvertures d'albums, d'illustrations de livres ou de couvertures de journaux et comic-books. On y trouve cependant quelques dessins ou peintures moins réputées, provenant de travaux publicitaires ou de commandes privées. C'est à cette dernière catégorie qu'appartient "The Lusty Granny", que l'on voit ci-dessous, et qui montre que le fantastique ou l'horreur sont rarement absents de l'œuvre graphique de Richard Corben.   Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Art-bo13

Sinon, par rapport au principal sujet qui nous occupe (la couleur), il faut bien admettre que le registre de Corben se définit par une intensité constante (voir même une outrance) des teintes et des contrastes. A côté des thèmes violents qui inspirent bien souvent les sujets des couvertures, le dessinateur devenu coloriste ne recule pas devant un relatif excès des tonalités.  Il sait toutefois jouer à merveille sur les nuances et c'est ainsi que le tableau ci-dessous (qui fût utilisé comme couverture dans l'Echo des Savannes Spécial USA), qui s'intitule The Slave Girl), compose autour du personnage féminin une véritable symphonie de jaune et de rouge. Le motif principal semble assez simple (une esclave est présentée à une foule d'acheteurs) mais la densité des coloris donne à cette image un éclat fascinant. Ce tableau me semble exemplaire de l'art de Corben.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Art-bo14

Et chez vous ? La magie opère t-elle ?   Wink


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

86Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE SUPER HEROS Dim 7 Fév - 10:41

Raymond

Raymond
Admin

Nous en sommes maintenant aux années 90 et c'est pendant cette décennie que commence le véritable déclin de Richard Corben ! Il existe plusieurs phénomènes qui ont participé à cette évolution.

Il y eut d'abord un facteur économique. C'est en en effet en 1994, après la publication de la première partie de From the Pitt (une œuvre qui restera à jamais inachevée), que Richard Corben décida de mettre fin aux éditions Fantagor. Il perdit dès lors une grande partie de son indépendance et il vécut même une véritable traversée du désert puisqu'il ne publia presque rien pendant deux ans. Corben accepta finalement de dessiner des histoires de super-héros et il a très bien raconté cette crise dans son interview accordée à la revue française Kaboom en 2013 :

Ma conversion aux comics grand public s'est faite à un moment de ma carrière où je n'avais plus de succès. Ma maison d'édition, Fantagor Press, partait en banqueroute et je n'avais plus de ressource pour subvenir aux besoins de ma famille. Mon premier pas dans la bande dessinée dite "grand public" s'est fait sur Batman noir et blanc (aux éditions DC), une compilation de nouvelles en hommage à Batman et réalisés par les plus grandes célébrités de la bande dessinée mondiale. Ensuite, j'ai enchaîné avec des histoires sans superhéros pour Vertigo et j'ai rebondi d'un projet à un autre. Même si je dois reconnaître que je trouve mon style peu adapté ce registre, je suis très content de pouvoir m'appuyer sur cette ressource et d'avoir pu compter sur certains éditeurs alors que j'étais en difficulté.

Il y avait ainsi une double crise dans la vie de l'auteur : d'une part artistique (déclin de son œuvre personnelle qui ne plaisait plus) et d'autre part économique (nécessité de travailler à tout prix). Corben n'était en fait plus à la mode, mais il avait encore envie de travailler et de dessiner. Il réalisa dès lors des travaux de commande, en particulier pour les éditeurs DC et Marvel, bien connus pour leurs comics de super héros. Et c'est avec une certaine malice que j'ai intitulé ce chapitre la "période Super Héros", car Corben n'a pas (et loin de là) dessiné que ce genre de BD entre 1994 et 2006. Ce titre me parait toutefois symbolique du déclin du dessinateur, qui avait jusque-là soigneusement évité de faire de la BD industrielle et qui dut dès lors se compromettre. Je vous en montrerai bien sûr quelques exemples.

En France, un autre facteur supplémentaire aggrava l'effacement de Corben devant le grand public. Il provint de la disparition en 1993 du mensuel USA Magazine qui avait régulièrement publié toutes ses BD jusque-là. Les rares nouveautés de Corben ne furent dès lors plus éditées en français, que ce soit en journal ou en album, et les lecteurs francophones se détachèrent inexorablement de son œuvre.

Toutefois, il y eut ça et là quelques publications qui proposaient encore du Richard Corben, pendant la décennie 1990. La plus remarquable d'entre elles fût certainement l'album collectif Batman Black & White, qui avait été réalisé par une trentaine de dessinateurs et scénaristes vedettes (dont Neal Adams, José Munoz, Katsuhito Otomo, Moebius. Joe Kubert, Bill Sienkiewicz et j'en passe). Elle prouvait que l'auteur de Den restait encore un artiste de premier plan et je vous montrerai demain cette courte histoire en entier.  Cool

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Batman20



Dernière édition par Raymond le Mar 9 Fév - 19:30, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

87Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE FANTAGOR - fin- Lun 8 Fév - 11:49

Raymond

Raymond
Admin

Mais ... je me rends compte que j'ai oublié de vous montrer les albums français qui correspondent à la "période Fantagor" de Corben, et je vais tout de suite réparer cet oubli !     Cool

Corben a dessiné beaucoup d'aventures de Den pendant cette période, et elles ont toutes été traduites. Les trois premières ( Les Enfants du Feu, Dreams et Elements) ont été repris dans une série intitulée "la Saga de Den". Les pages qui correspondent à Dreams et Elements ont été répartis dans trois albums standard, et ce sont les albums 1 à 3 de la "Saga". Vous me suivez ?   Wink


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-26                         Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-27


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-28                            Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-29


L'opus "DenSaga", devenu en France Den La Quête, a été publié à la fin des années 90 par un petit éditeur (Toth) en deux albums. Ils sont bien sûr aujourd'hui assez difficiles à trouver, comme tous les albums de Den, d'ailleurs !


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-30                       Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-31


Il y a eu sinon quelques BD aux styles divers, dont trois longues histoires qui ont motivé des albums. Je vous les ai présentées un peu plus haut et elles ont toutes un certain intérêt.


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-32                  Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-33  


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-34


Et c'est presque tout. Il reste un album intitulé Créatures de Crêve que je ne sais pas bien ou classer, car il rassemble des BD provenant de périodes très différentes (Métal Hurlant, Warren et Underground). Comme il a également quelques pages publiées par Fantagor, je mets l'album dans cette dernière catégorie.  jap


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-35

That's all folks !  Very Happy


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

88Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE SUPER HEROS Mar 9 Fév - 18:42

Raymond

Raymond
Admin

Venons en à l'album Batman Black & White, pour lequel Corben a dessiné une histoire de 8 pages intitulée Monster Maker. Dans la version française, le titre est devenu "les Nouveaux Monstres".

Dans cet album réunissant le nec le plus ultra des dessinateurs de bandes dessinées, Richard Corben s'est probablement senti obligé de choisir un graphisme plus sérieux (et plus élégant) que celui d'un simple comic-book. Il adopte donc une sorte de dessin épuré où l'on reconnait mal son style traditionnel, qui s'appuie habituellement sur les dégradés et les effets de volume. Et c'est ainsi que dès la première planche, qui expose le sujet de l'histoire (Batman face à la criminalité enfantine), on ne retrouve presque pas de hachures ni de modelé des surfaces. Le dessinateur se contente au contraire d'un trait épais et de contrastes très purs entre le noir et le blanc, qui sont très beaux à contempler mais également très austères. Il faut en conséquence lire attentivement les images pour tout comprendre.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Batman21

Travaillant une fois de plus avec son vieux compère Jan Strnad, Corben a manifestement voulu que le scénario vise un public d'adultes. Le récit débute donc avec le spectacle d'un drame qui n'est hélas pas exceptionnel dans l'Amérique contemporaine, puisqu'il existe en effet des gangs de mineurs dans les grandes villes modernes. Ces enfants sont souvent violents, voir même responsables d'assassinats, et cette sombre réalité entraîne la BD au delà du simple divertissement. Le récit incorpore par ailleurs de nombreuses ellipses et la continuité narrative repose surtout sur les récitatifs, qui exposent en même temps les réflexions désabusées de Batman. La dernière image montre un combat qui débute entre Batman et les petits criminels et ... bien sûr, cela ne va pas se passer comme d'habitude.   Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Batman22

La suite de l'histoire sera pour demain !   Cool



Dernière édition par Raymond le Sam 13 Fév - 15:30, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage

Voilà un sujet et un traitement graphique extrêmement originaux. C'est pour moi, batmanien de coeur devant l'Eternel (qui certainement m'approuve dans cette prédilection), une belle découverte grâce à toi cher Raymond ! Very Happy

http://www.marchenriarfeux.net

Raymond

Raymond
Admin

Presque toutes les histoires de ce "Batman Black & White" de 1996 sont d'un très haut niveau. Elle rejoignent assez souvent le style de cette BD de Corben, faite dans un noir et blanc très pur, et c'est donc un album qui devrait te plaire. Malheureusement ... ce livre est épuisé depuis longtemps. On le trouve sur le marché de l'occasion mais il est malheureusement assez coté.

Relevons qu'il y a eu une seconde édition en 2016 de ce "Batman noir et blanc", en 2 tomes, et elle contient beaucoup plus d'histoires que l'album de 1996. Je ne m'y suis pas du tout intéressé à l'époque et il m'est donc difficile d'en faire un commentaire.

Cette page de la bédéthèque te donnera un peu plus d'infos :

https://www.bedetheque.com/serie-51820-BD-Batman-Black-White.html


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Passons à la troisième planche qui raconte le combat entre Batman et les quatre enfants meurtriers. !

Classiquement, les dessinateurs profitent de ces séquences de combat pour démontrer leur habile dynamisme et leur virtuosité graphique. Les lecteurs découvrent alors un superhéros bondissant, qui donne (et reçoit) des coups extrêmement violents, ou qui accomplit des exploits physiques improbables. Mais le héros affronte ici quatre enfants et le scénariste préfère sacrifier certains effets trop spectaculaires (voir même toute volonté de réalisme) sur l'autel du politiquement correct. Batman n'utilise donc pas sa puissance physique et se contente d'envoyer un petit boomerang sur les garnements, qui lui tirent pourtant dessus à coups de revolver. Normalement, le héros ne devrait pas s'en sortir mais ... il met tout de même hors d'état de nuire les quatre apprentis-gangsters avec une surprenante facilité. C'est bien sûr totalement irréaliste mais on ne s'en formalise pas, au fond, dans cette histoire de super-héros.  Wink  Corben dessine pour sa part avec sophistication cette bataille improbable, en jouant avec les cadrages et en mettant au premier plan le boomerang qui assomme les quatre vauriens. Il n'existe pas de mouvement fluide d'une case à l'autre, mais plutôt une succession de chocs qui semblent presque provenir de nulle-part, et cette présentation de la bagarre évoque bien sûr une certaine ironie des auteurs.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Batman27

La quatrième page ne devrait jouer qu'un rôle intermédiaire, car elle se place entre deux affrontements, mais le dessinateur lui donne une belle ampleur graphique. Batman semble pensif devant le cadavre de l'enfant, avant d'être interpellé par un trio de gangsters, et tandis que le texte accumule les considérations pessimistes, Richard Corben souligne la noirceur du moment en multipliant les ombres. Elles prennent une forme humaine dans la quatrième case, et leurs contours ténébreux des bandits contrastent fortement avec la cape blanche du héros. La dernière case, qui est très agrandie, met en face de Batman (et du lecteur) trois personnages dont les visages sont en partie cachés par l'obscurité. Ces silhouettes, révélées par un beau mouvement de plongée, sont menaçantes et même sans lire le texte, on comprend d'emblée ce qui va se passer.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Batman24

La cinquième page montre un deuxième combat, cette fois-ci contre les trois malfrats, et cet affrontement est bien plus violent. Batman, qui a déjà tout compris, est en face des vrais coupables et il va utiliser sa force sans la moindre retenue. Toute la planche est organisée autour du dessin central de grande taille, qui illustre avec efficacité la violence du premier coup administré par l'homme chauve-souris. Les autres cases présentent divers gros plans, sur le visage du chef gangster, sur son pistolet, ou sur un comic book qui s'envole dans les airs, et il n'y a aucune continuité toute simple entre les images. Corben privilégie surtout les détails qui suggèrent la colère et la férocité des combattants, tandis que la signification du fascicule qui vole dans les airs reste un peu plus ambiguë. Mais le combat ne fait que commencer.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Batman26

La fin de cette mini-histoire vous sera montrée demain !   Wink


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Le combat continue sur la page 6 et on y retrouve une succession de gros plans qui accentuent la violence des chocs. Plutôt qu'une belle lisibilité de l'ensemble, Corben semble préférer un défilé d'images excessivement sauvages et par moment énigmatiques, qui demandent parfois une lecture attentive pour être comprises. Il soigne en revanche ses effets de lumière et la planche séduit globalement l'œil, grâce au bel équilibre qui s'installe entre la noirceur et la luminosité des silhouettes. Les récitatifs de Jan Strnad complètent et expliquent la colère de Batman, ce dernier punissant les gangsters de la plus féroce façon possible.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Batman28

L'affrontement se termine à la page 7, et la lecture devient enfin un peu plus facile. il ne reste plus qu'un seul adversaire que Batman assomme facilement d'un seul coup poing, tandis que les balles de revolver du gangster semblent réellement incapables d'atteindre le héros (je ne commenterai pas trop cette invraisemblance  Wink ). Remarquons que les deux dernières images créent un bel effet de mouvement, même si leur violence extrême rend la chose totalement improbable. L'ensemble de la planche possède sinon une certaine élégance. Les déclarations du héros apportent sinon l'explication du meurtre de l'enfant et ... plus personne n'ose bien sûr contredire Batman.  

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Batman29

Dans ce genre d'album collectif, où il existe bien souvent une compétition cachée entre les dessinateurs, Corben s'est appliqué à magnifier la violence et la sophistication des images, plutôt qu'à préserver la lisibilité de l'ensemble. Il en résulte une succession d'illustrations assez abruptes, souvent en gros plan, caractérisées par des cadrages acrobatiques et des angles de vue inhabituels, qui cherchent à plaire plutôt qu'à convaincre. La dernière planche ne fait pas exception à cette tendance mais la première case, qui impose une plongée assez vertigineuse sur la cour où la plupart des combattants gisent sans connaissance, a tout de même le mérite de clarifier la situation des  protagonistes du récit. Seul Batman reste debout et le combat est terminé. Un des enfants a réussi à échapper à sa colère et il lui lance une dernière menace, mais l'affaire est tout de même réglée. Le dessinateur compose à nouveau une suite d'images assez maniérées, tandis que les récitatifs suggèrent une fin qui reste un peu ouverte. Il est vrai que la violence citadine n'aura jamais de fin.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Batman30

Et voilà ! J'ai envie de conclure qu'avec cette histoire dure et presque réaliste (à certains égards), Richard Corben réussit brillamment son examen de dessinateur artistique. La plupart de ses images se distinguent en effet par la virtuosité de leurs constructions, tandis que l'utilisation presque extrême des contrastes entre noir et blanc donne à ses planches un aspect hiératique et distingué. La recherche de la beauté lui importait plus que l'efficacité narrative, mais le scénario dévoile tout de même un message moderne et pessimiste, qui semble justifier une évidente débauche de violence et d'inhumanité. Le désespoir n'est pas loin mais ... il peut devenir très beau, en noir et blanc ! Wink


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

93Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE SUPER HEROS Ven 12 Fév - 11:49

Raymond

Raymond
Admin

Après ce magnifique récit de Batman publié en 1996, Richard Corben recommença à publier des BD un peu partout où il le pouvait, essentiellement chez des grands éditeurs .

Et c'est ainsi que Corben travailla pendant quelques mois pour Penthouse Comix, un mensuel de BD érotique (voir même pornographique) où parurent quelques récits qui mélangeaient l'horreur et l'humour. Remarquons que Corben y dessina bien sûr des scènes de nus mais qu'il ne fit jamais de BD porno. Il y créa surtout un ultime avatar de Den, intitulé cette fois Denz et ce nouveau titre semblait indiquer des intentions différentes.

Publiée sous la forme d'un récit "à suivre", cette BD de 64 pages n'était plus une épopée et contenait plutôt des éléments de parodie. Je n'ai malheureusement jamais pu lire "Denz" car il n'y a jamais eu d'album et les épisodes parus dans Penthouse sont par ailleurs très difficiles à trouver. Les rares pages que j'ai pu contempler affichent cependant une belle continuité de style avec les aventures précédentes. Et pour vous le prouver, voici une page de Denz que j'ai trouvée sur le forum BDGest et qui est entièrement coloriée à l'ordinateur. On y retrouve assez bien le style de "Neverwhere" ou des "Enfants du Feu".

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Denz-c10

L'année suivante, il publia chez Dark Horse Comics une histoire d'Alien, le fameux monstre imaginé par Giger qui remporta un immense succès au cinéma. Intitulée Alchemy, cette œuvre de commande scénarisée par John Arcudi inspira manifestement Corben, car il dessina pour la circonstance une BD de haut niveau. Il est vrai que le dessinateur y retrouvait avec bonheur un thème très familier, qui était l'horreur bien sûr.  Wink  Réalisée initialement en noir et blanc, cette histoire fût coloriée par l'éditeur d'une façon très correcte et c'est sous cette forme qu'elle parut en album en France (en 2002). La qualité des planches poussa cependant un autre éditeur (Wetta) à publier en 2016 un album noir et blanc, à tirage limité et en grand format. Je ne possède pas cet album collector, mais l'édition standard en couleur est au fond suffisante pour apprécier cette BD. Elle reste aujourd'hui assez facile à trouver et c'est du tout bon Corben.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Alien-10


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

94Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE SUPER HEROS Sam 13 Fév - 15:44

Raymond

Raymond
Admin

Comme Richard Corben s'était relancé dans le monde des comics grâce aux éditions DC, il continua très logiquement à collaborer avec eux pendant les années suivantes. Il y publia des BD de qualité très variable entre 1997 et 2005, que je vais rapidement passer en revue.

Il y eut parfois le meilleur et ce fût certainement le cas avec la reprise de la série Hellblazer pendant l'année 2000. Intitulée Hard Time, ce long récit d'environ 110 pages mettait en scène un magicien féroce, nommé John Constantine, qui se retrouvait enfermé dans une prison fédérale américaine. Scénarisée par Brian Azzarello, cette histoire était un formidable huis-clos dans lequel s'affrontaient des taulards vicieux et déchaînés. A ce jeu mortel, Constantine (ou Hellblazer si vous préférez) se révélait bien sûr le plus perfide et le lecteur éprouvait un plaisir enfantin à voir des criminels endurcis vaincus par une brillante intelligence. Dessinée d'un trait épais par un Richard Corben au meilleur de sa forme, et adéquatement colorisée avec des teintes claires (qui s'accordaient à merveille avec les effets du noir et blanc), cette BD happait rapidement le lecteur dans un monde corrompu et sauvage, qui n'obéissait qu'à la loi du plus fort. Véritable thriller, Hellblazer - Hard Time était en fait une réussite totale qui fut rapidement traduite en français par l'éditeur Toth. Ce livre n'est bien sûr plus disponible aujourd'hui en librairie mais ... on le trouve encore sans trop de difficulté sur le Web.  Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Dc-hel10[/b]

Il y eut aussi le moins bon chez DC, avec entre autre la reprise très courte du personnage Swamp Thing entre 2004 et 2005. Intitulés Missing Links puis Little Runaway, ces deux récits nous rappelaient que Corben était bien meilleur dans l'illustration de l'horreur que dans la représentation de la nature. Les scénarios de Joshua Dysart étaient en fait insignifiants, tandis que Corben faisait des efforts méritoires pour inventer une sorte de "surnaturel végétal", et le résultat n'était ainsi pas convainquant. Ces deux histoires n'ont je crois jamais été publiées en France et je n'ai pas le moindre regret en faisant cette constatation.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Dc-swa10

Il y eut enfin quelques courtes histoires d'horreur publiées dans le comic book Solo en 2004. Souvent scénarisées par Richard Corben lui-même, ces BD permettaient au lecteur de retrouver les thèmes et les habitudes des vieux récits Warren, avec lesquels le dessinateur était très à l'aise. Ces récits ont été traduits en français dans l'album Solo des éditions Toth, en 2005, et ce sont des BD correctes mais sans grande surprise.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Dc-sol10

Et puis, il y eut encore chez DC "The House on the Borderland" (La Maison au bord du Monde) qui est un cas à part. Publiée directement sous la forme d'un "graphic novel", cette histoire fantastique ressemble davantage à un projet personnel de Corben qu'à un banal travail de commande, et je préfère en parler plus tranquillement demain.  Cool


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

La Maison au bord du Monde est un classique de la littérature anglaise fantastique. Ecrit par William Hope Hodgson et publié en 1908, ce roman raconte la triste vie d'un vieillard et de sa sœur qui habitent dans une maison isolée, par ailleurs construite en face d'un précipice. Ces pauvres êtres y combattent d'étranges créatures au visage porcin et tout leur univers quotidien semble habité par des forces mauvaises. Assez peu connu en France, ce récit est au fond assez proche de la littérature de Lovecraft, et on n'est pas vraiment surpris qu'il ait intéressé Corben.   Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Dc-mai11

L'adaptation en BD de cette histoire était en fait un vieux projet pour Richard Corben, puisqu'il en était déjà question lorsqu'il s'occupait des éditions Fantagor. Diverses difficultés avaient entravé cette entreprise et ce n'est qu'à la fin des années 90 qu'il se mit à dessiner cette œuvre, sur un scénario final de Simon Revelstroke. L'adaptation en BD était assez respectueuse du texte original et le dessinateur y reprenait son "style des années 2000", constitué d'un trait épais et gothique qui utilisait toutes les possibilités du noir et blanc. Le coloriste (au nom inconnu et qui n'est certainement pas Corben) y avait ajouté des aplats de couleurs ternes, brunâtres ou verdâtres, qui n'étaient pas flatteuses pour l'œil mais qui respectaient assez bien l'ambiance morbide du scénario.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Dc-mai12

L'horreur était bien sûr omniprésente dans cette aventure surnaturelle, et le dessinateur réussissait adroitement à nous faire croire aux monstres et aux cauchemars qui terrorisaient le personnage principal. Certaines séquences devenaient même totalement fantasmagoriques, et la construction désordonnée de la planche ci-dessous soulignait férocement l'angoisse et la perte de repères qui envahissaient chaque image.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Dc-mai13

Je n'ai pas lu le roman de William Hodgson mais je suppose aujourd'hui que Corben et Revelstroke ont (quand même) un peu amplifié l'horreur de ce récit. Il en résulte un impressionnant roman graphique, à la fois respectueux de l'œuvre originale et riche en images fortement suggestives. Il serait cependant intéressant de rééditer une fois ce livre en noir et blanc, pour mieux juger du travail du dessinateur. Les couleurs ont en effet tendance à atténuer les contrastes, et les mystères des profondeurs de la Terre sont par ailleurs plus terrifiants lorsqu'ils ne sont pas trop précisément définis.  Wink

Et voilà comment m'apparait cette Maison au bord du Monde, qui n'est certes pas la meilleure BD de Corben mais qui reste une œuvre dans laquelle il s'est beaucoup investi. En fait, cet album est loin d'être négligeable et il me semble un peu méconnu aujourd'hui. Les amateurs de récits d'horreur l'apprécieront sans réserve, tandis que les simples bédéphiles pourront y découvrir une intéressante étape dans l'évolution créatrice du dessinateur. Il est en tout cas certain que Corben a beaucoup aimé ce qu'il dessinait.


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

96Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE SUPER HEROS Mer 17 Fév - 16:19

Raymond

Raymond
Admin

Au début des années 2000, Richard Corben accepta également de dessiner quelques histoires pour les éditions Marvel. Disons le tout de suite, ce n'est vraiment pas la partie de son œuvre que je préfère mais ... peut-être suis-je excessivement sévère.  

Cela commença en 2001 avec Banner, une aventure de Hulk en 90 pages qui s'appuyait sur un scénario assez standard de Brian Azzarello. Le héros (Bruce Banner) se lamentait une fois de plus de ses malheurs au début du récit, avant de se transformer en un monstre rugissant et invincible (Hulk) qui détruisait tout sur son passage. L'histoire n'avait pas un énorme intérêt, à mon avis, mais Corben y montrait un certain savoir-faire en dessinant d'improbables combats. Les couleurs faites par un studio mercenaire étaient à l'avenant, et je note aujourd'hui que pendant l'exposition de planches de cet album à Angoulême, le commentateur estimait que Richard Corben était au fond un "dessinateur des ruines", qui avait certainement eu du plaisir à illustrer cette histoire de destructions. Mouais ... peut-être ... pourquoi pas ?   Rolling Eyes

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Marvel11

L'année suivante, Corben dessina Mafia Blues, une aventure de Cage qui faisait 110 pages et qui était également scénarisée par Brian Azzarello. L'histoire était cette fois-ci un vrai thriller urbain dans lequel Luke Cage, un ex-taulard devenu tueur à gage (par ailleurs transformé en lutteur hyper-musclé par une bizarre expérience scientifique) acceptait de venger une mère dont la fille avait été assassinée. Il partait aussitôt écrabouiller une impressionnante série de gangsters des rues et de tueurs mafieux et ... en lisant tout ça, j'avais par moments l'impression de me retrouver dans un film de Charles Bronson. Le récit avait donc un intérêt plutôt moyen, tandis que Corben dessinait par contre de belles planches en noir et blanc (l'exposition d'Angoulême l'a amplement prouvé). Hélas, ces pages étaient colorisées d'une façon lourde et grisâtre par José Villarubia et le résultat était (à mon avis) un désastre sur le plan esthétique. Dans cet état, c'est une BD que l'on pourrait aujourd'hui se dispenser de lire.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Marvel13

En 2004, Richard Corben s'attaqua cette fois au mythique Punisher, un anti-héros nommé Castle qui avait décidé de faire justice lui-même et qui combattait inlassablement le crime organisé. Intitulée La Fin et scénarisée par Garth Ennis, cette aventure de 48 pages se situait dans un monde post-apocalyptique. Le Punisher avait échappé par miracle aux explosions atomiques et aux mortels nuages radioactifs, et il décidait cette fois d'aller exterminer les derniers survivants humains qui étaient responsables de la guerre nucléaire. Entièrement dessinée sur fond noir, cette histoire foncièrement pessimiste se caractérisait par une accumulation presque sadique de paysages cauchemardesques, de personnages atroces et de discours neurasthéniques. Il y avait probablement une certaine dose d'humour noir (très cachée il est vrai) dans ce récit qui se terminait bien sûr très mal, et les couleurs numérisées du coloriste de Marvel reflétait assez correctement l'ambiance de cauchemar qui était recherchée par les auteurs. La Fin n'était certes pas un chef d'œuvre mais c'était quand même une BD très correcte, voir même une œuvre mémorable pour les philosophes pessimistes. Je me contenterai donc simplement de la déconseiller aux personnes sensibles qui préfèrent les bandes dessinées "feel good".   Smile

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Marvel14

Et en 2007, enfin, le dessinateur accepta aussi de dessiner une histoire de 44 pages de Ghost Rider, un super-héros d'allure satanique qui avait l'habitude de se promener sur une moto. Ce personnage se nommait en fait Johnny Blaze et il n'était pas dépourvu de bonnes intentions puisqu'il avait vendu son âme à Satan pour sauver la vie de son mentor. L'aventure dessinée par Corben s'intitulait Hell to Pay et elle reprenait simplement cet événement fondateur de la série. Le scénariste Daniel Way essayait d'y expliquer comment le jeune motard naïf était devenu ce monstre redoutable au visage de squelette et il faut avouer qu'il était assez difficile de s'intéresser. Quelques planches ça et là gardaient cette élégance que Richard Corben pouvait apporter à ses meilleures œuvres, mais la BD ne sortait pas vraiment du lot au sein de la multitude des productions Marvel. Je pense donc que l'on peut l'oublier ...  à moins que vous ne soyez déjà des fans de Ghost Rider.   Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Marvel15


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Les commentaires du message précédent sont peut-être un peu durs pour Marvel et je ne voudrais pas que l'on en tire des conclusions hâtives. Richard Corben a en effet publié ultérieurement de très bon comic books chez ce grand éditeur et on en parlera bientôt, lors du dernier chapitre de cette série de billets qui s'intitulera "le Retour à l'Horreur".   Cool

Terminons donc cette "période Super Héros", qui a proposé du bon (un peu) et du moins bon (beaucoup plus) aux lecteurs ! Je dois avouer qu'elle fût contemporaine d'un net éloignement de ma part vis-à-vis des publications de Richard Corben. Je vénérais certes encore les œuvres qui correspondaient à son "âge d'or" (soit les époques "underground" et "Métal Hurlant") mais je n'achetais presque plus de nouveautés. Je fis toutefois une petite exception lors de la sortie de Big Foot en 2005, car l'album me paraissait plus séduisant. Cette mini-série avait été publiée chez un petit éditeur aux USA, sous la forme de 4 comic books, et elle amorçait en fait l'idée d'un retour aux BD d'horreur.

Ecrit par Steve Niles et Rob Zombie, Big Foot était un récit extrêmement dur qui racontait les méfaits d'un singe géant anthropophage et destructeur, sévissant dans les forêt du Parc Blackwood en Australie. Il semble que Richard Corben avait remplacé au pied levé un autre dessinateur (qui s'était retiré du projet) mais il était évident que ce scénario lui convenait à merveille. Utilisant toujours un dessin épais en noir et blanc, accompagné de très forts contrastes de lumière, Corben y composait de belles et puissantes images qui baignaient dans l'obscurité et qui généraient une ambiance effrayante.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Big-fo10

En fait, ce récit particulièrement violent permettait surtout à Corben d'accumuler les scènes de massacre et les moments cauchemardesques et devant de telles répétitions, on pouvait cataloguer cette œuvre comme une simple BD "gore". Le dessinateur y ajoutait toutefois de belles séquences intermédiaires pleines de couleurs fraiches, et il s'appliquait aussi avec une évidente habileté à ne pas montrer le visage du monstre avant le grand affrontement final. Corben avait clairement pris du plaisir à dessiner cette histoire qui contenait quelques pages assez remarquables et l'artiste était ainsi toujours présent. Paradoxalement, l'apparition finale en plein pied de Big Foot en devenait presque décevante.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Big-fo11

Œuvre mineure, surtout en raison de son scénario un peu élémentaire, Big Foot reste tout de même un bel album qui contient de bons moments graphiques. L'intrigue développe en plus une belle tension narrative et la lecture en est finalement assez agréable. C'est donc une BD que les amateurs auraient tort de dédaigner ... si on arrive à la trouver.   Wink


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Sinon, avant de clore cette "période super héros", il faut tout de même rappeler que Corben poursuivait évidemment son activité de cinéaste et de sculpteur. Comme je n'ai pas beaucoup d'image intéressante à montrer, je n'en dirai pas plus, mais sachez qu'une liste de tous les films réalisés par Corben a été réalisé par le webmestre de MuutaNet. On la trouve sur cette page :

Movies - MuutaNet

Et puis, signalons encore que Corben dessinait inlassablement tous les jours, pour faire son job, bien sûr, mais aussi pour le plaisir. On trouve ainsi sur MuutaNet beaucoup d'images de crayonnés, de peinture ou même de tableaux peints inspirés par des modèles. Son œuvre graphique se limitait généralement au genre figuratif mais le dessinateur était capable de tout faire.

Voici quelques images de cette activité artistique solitaire, que j'ai glanées sur MuutaNet !

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Tablea10                                                   Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Tablea11

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Tablea12                       Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Tablea13


Je n'en dirai pas plus ! Corben est un artiste, tout simplement.    sunny


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

99Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty PERIODE SUPER HEROS Lun 22 Fév - 10:26

Raymond

Raymond
Admin

ET pour terminer cette période "super héros", voici un petit récapitulatif des albums qui ont été publiés en français !

Il y a d'abord Aliens : Alchemy, avec d'une part l'édition de 2001 en couleur, et d'autre part le grand album en noir et blanc édité en 2016.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-36                                 Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-37

Il y a ensuite les œuvres publiées à l'origine chez l'éditeur DC, que j'ai commentées plus haut et qui ont presque toutes été traduites (il y manque "Swamp Thing" et divers petits récits).


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-38                                  Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-39


                         Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-41


Il y a ensuite les traductions des quatre récits Marvel, qui valent ce qu'ils valent, j'en ai suffisamment parlé.


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-42                       Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-43


Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-44                               Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-45

Ces quatre récits ont récemment été réédité (en 2019) dans un gros album intitulé Banner/Cage/Ghost Rider/Punisher, qui est certainement encore disponible en librairie. Ironie du sort, ce sont presque les seules BD de Corben que l'on trouve facilement.  Rolling Eyes  

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-46

Et puis, il y a l'album Big Foot, qui est épuisé mais disponible sur le Web.

Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Album-47


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

100Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Empty RETOUR A L'HORREUR Mar 23 Fév - 13:43

Raymond

Raymond
Admin

Et nous en arrivons au dernier chapitre !    Very Happy

Pendant cette dernière période qui va de 2007 jusqu'à sa mort, Richard Corben travaille essentiellement avec l'éditeur Dark Horse et il aurait été sensé de la désigner sous ce nom. J'ai cependant préféré la nommer "Retour à l'Horreur" car cet intitulé reflète bien l'évolution surprenante de la production de Corben. Pendant longtemps, le dessinateur avait en effet allègrement mélangé les genres (heroic fantasy, horreur, science fiction, super-héros ou parodie), mais en se rapprochant de la fin de sa vie, l'auteur ne se concentre plus que sur un thème unique. Mises à part quelques BD collaboratives comme Hellboy (de l'heroic fantasy qui n'est d'ailleurs pas très éloignée de l'horreur), toutes les grandes nouveautés de Corben s'intéressent à l'horrible et au surnaturel. C'est une évolution un peu surprenante et lorsque l'on interrogeait Corben sur ce sujet, il se référait simplement à une démarche d'esthète et à son attrait pour les œuvres d'Edgar Poe et d'Howard Phillips Lovecraft, qui ont marqué sa jeunesse.

Voici par exemple ce que Corben déclarait en 2014 dans son interview donnée à Kaboom : "Atteindre une certaine beauté a toujours été mon but. Il y a une superficialité dans les canons actuels de la beauté qui semble aller au-delà de mon univers. Beaucoup d'artistes relèvent le défi de s'emparer de la laideur ou, disons, de ce qui ne cadre pas avec les standards acceptables, pour en réhabiliter la valeur et rappeler la subjectivité de ces critères. Je préfère pour ma part me référer à la vision de Poe sur le sujet de la beauté."

Ce ne serait donc pas l'horreur elle-même qui l'attire, mais plutôt la possibilité d'en faire une originale démarche esthétique, voir même artistique. Et comme on pouvait s'y attendre, cette insatiable quête esthétique va être relancée en 2007 par de nouvelles adaptations en BD de l'œuvre d'Edgar Poe. C'est à nouveau un grand moment de sa carrière et nous allons le découvrir demain.   Cool



Dernière édition par Raymond le Jeu 8 Avr - 9:50, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 4 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé



Revenir en haut  Message [Page 4 sur 8]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum