Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited ...
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Richard Corben génie de la couleur

+2
Godot
2J
6 participants

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas  Message [Page 2 sur 8]

Raymond

Raymond
Admin

Autre nouvel album en français de Corben (ils se multiplient), Starr le tueur est une BD de 2009 autrefois publiée chez Marvel.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Starr-10

C'est un récit d'heroic fantasy assez ironique, puisque "Starr" est un héros de roman (très musclé bien sûr) qui finit par rencontrer son créateur, un écrivain américain assez minable.

C'est très féroce et c'est publié chez Pannini Comics. Wink


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

On réédite sans arrêt des histoires de Richard Corben, en ce moment. L'actualité c'est l'apparition d'une intégrale de Monde mutant.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Couv_m10

Bon ... je possède déjà les deux albums, et je n'ai pas beaucoup de place ! Je vais attendre ! Rolling Eyes

Frank Guigue en dit sinon beaucoup de bien. Wink

http://bdzoom.com/148753/actualites/«-monde-mutant-integrale-»%c2%a0-alleluia-la-fin-du-monde-sera-pour-demain%c2%a0/


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

La plupart des œuvres de Richard Corben ont été traduites en français, à l'exception de quelques histoires courtes et de Murky World, un long récit qui est en cours de publication dans Heavy Metal.

Mais on annonce une publication prochaine de Murky World chez Delirium, qui lance une campagne de financement participatf !

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Murky_10

ActuaBD en parle sur cette page :

https://www.actuabd.com/+Le-nouveau-Corben-chez-Delirium-en-financement-participatif-sur+


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Moins d'un mois après la belle présentation de l'album collector sur "Unboxing BD" (par Murakami), l'édition ordinaire de Murky World est parue en librairie. Very Happy

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Murky-10

C'est à nouveau l'histoire d'une quête dans un monde primitif et semi-désertique, peuplé de monstres et de brigands de toutes sortes, qui est menée par un héros musclé, à moitié nu et terriblement naïf. Le thème de départ me fait beaucoup penser à l'aventure de Den, mais le développement de Murky World se fonde surtout sur l'ironie et la parodie, tandis que Den était d'abord une épopée nourrie par la recherche du merveilleux et du frisson de l'aventure. En fait, "Den" oscillait d'une façon permanente entre la tentation du beau et le plaisir de la caricature, tandis que Murky World n'est plus qu'une véritable parodie de l'heroic fantasy, qui se distingue plutôt par son humour acide. Richard Corben semble presque ainsi se moquer de ses œuvres de jeunesse !

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Murky-11

Sur le plan graphique, il me semble que Murky World retrouve par moment l'esthétique de Den, en particulier grâce à une belle colorisation (qui est faite en partie par l'épouse de l'auteur). Contrairement à la plupart des albums des années 2000, où les couleurs se présentent presque sous la forme d'aplats, le dessin de Murky World se distingue à nouveau par un formidable travail sur le modelé des surfaces. Bien sûr, Corben n'utilise plus depuis longtemps sa fameuse technique qui superposait des plaques de couleurs différentes (les couleurs sont maintenant faites à l'ordinateur) mais on retrouve quand même une recherche esthétique semblable, qui implique un gros travail sur la lumière et sur les dégradés. Travaillées ainsi, certaines planches deviennent à nouveau très chatoyantes pour l’œil.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Murky-12

Mais quel est le sens de tout cela, se demandera t-on ? Je crois qu'il ne faut pas chercher très loin ! Corben est un fou du dessin, que produit des BD comme un pommier produit des pommes. Il cherche certes parfois à varier les recettes, mais il continue sans cesse à refaire ce qu'il aime, sans se poser de question, comme un géant dont l'essentiel de la carrière est maintenant fermement bien établie. Il continue ainsi à fasciner ses admirateurs, tout en dédaignant ses détracteurs qui ne comprendront jamais ce mystérieux mélange de poésie, d'ironie et d'horreur, qui confronte un dessin raffiné avec une esthétique déconcertante.

Pour ma part, je trouve que Corben est toujours en forme !   Very Happy


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

2J

2J
membre de l'académie
membre de l'académie

Richard CORBEN est décédé le 2 Décembre (80 ans)
R.I.P.



Disparition

Mort du bédéaste américain Richard Corben


Par Marius Chapuis
— 10 décembre 2020 à 20:09



Richard Corben.


Richard Corben. Photo Dona Corben 



«C’était un zombie de l’image, un dingue aux images puissantes, folles et d’une justesse non contestable.» C’est en ces termes que Philippe Druillet, visionnaire cintré de la SF monumentale, parlait de l’Américain Richard Corben. Récompensé en 2018 d’un Grand Prix à Angoulême qui venait célébrer l’ensemble de sa carrière, la furie du comic book s’est éteinte mercredi 2 décembre à 80 ans, vient-on d’apprendre de la part de Délirium, son éditeur français.

Avant de faire les belles heures de la génération Métal hurlant, avant de se mettre au diapason de ses personnages sculpturaux en devenant lui-même un adepte de la gonflette, Richard Corben était un maigrichon du Missouri. Né en 1940, il termine ses études d’art lorsque fleurissent aux Etats-Unis les comix underground. Un mouvement contestataire avec lequel il garde ses distances, préférant créer son fanzine Fantagore (nom qu’il reprendra pour monter une maison d’édition) avant de se mettre au service de Jim Warren, célèbre éditeur des magazines Eerie, Creepy et Vampirella. Nourri par les récits d’épouvante de EC Comics et les films de la Hammer, Corben sort du lot avec son dessin hyper-réaliste. Ces courts récits d’horreur gothique et de fantasy forment un théâtre grotesque, dans lequel la lumière vient sculpter des corps distordus et ajouter une formidable intensité dramatique à une écriture qui fait de Corben le maître de la chute à la grinçante cruauté. La bande dessinée selon «Gore» est sanglante, noire et moite.



Avec une incroyable aisance, il compose de sublimes pages en nuances de gris avant de faire parler la couleur comme personne aux Etats-Unis. Dans ses visages se disputent en contraste direct des rouge sang et des couleurs froides, comme aux grandes heures du giallo. La richesse de sa gamme chromatique surprend tellement que des rumeurs naissent autour de ses techniques. En réalité une grisaille (dessin en nuances de gris) à laquelle il superpose un système de calques de couleurs, démantibulant ainsi ses originaux en objets composites. Sur pièces, telles qu’exposées lors de la grande rétrospectives que lui a consacré le Festival d’Angoulême, les couleurs de Corben étaient encore plus folles, limites irréelles tant le résultat résistait à la compréhension d’auteurs chevronnés qui restaient coi devant les planches, comme envoutés. Rare auteur de BD à embaucher des modèles qui posent pour ses dessins, l’Américain est aussi un bricoleur minutieux, qui élabore des maquettes de ses futures créations afin de travailler plus fidèlement les ombres. C’est enfin un des premiers à se tourner vers l’infographie 3D, vers laquelle il se tourne dès que le matériel informatique est devenu abordable.

Corben entame sa phase épique quand Warren Publishing agonise. Son dessin-monde se déploie alors en sagas grandioses comme Den, Bloodstar ou Mondes mutants. Dans le cycle de Den, un employé du bureau falot se métamorphose en montagne de muscles sévèrement burnées en pénétrant un univers fantasmagorique largement pompé des romans de SF John Carter from Mars. Un territoire de barbares viriloïdes et d’aventurières callipyges, puissantes et plantureuses qui souvent dominent les héros.

«La nudité et la sexualité outrancière des Den répondaient à l’esprit de rébellion et à la nature hédoniste qui m’animaient à l’époque, expliquera-t-il bien des années plus tard au magazine Kaboom. Je voulais créer un personnage qui soit le plus épique possible, avec une sexualité plus frontale que tout ce qui avait été fait auparavant en bande dessinée. Ce qui impliquait de bousculer les limites de l’esprit libertaire de la bd underground.» C’est dans les pages du magazine Actuel, en 1972, que la France découvre son travail avec Den, avant que Corben ne fasse partie des premiers auteurs de Métal hurlant en 75. Parmi eux, Moebius, grand gourou de la bande dessinée mondiale, n’a que des mots doux à l’égard de celui qu’il appelle «Richard Mozart Corben»: «Il s’est posé au milieu de nous comme un pic extraterrestre, monolithe étrange, sublime visiteur, énigme solitaire.»


En vieillissant, l’Américain tournera le dos à l’emphase de ses grandioses sagas pour revenir à ses premiers amours: les adaptations de Poe et Lovecraft. Une grammaire devenue si naturelle que même ses scénarios originaux (on pense notamment à Ratgod en 2006) semblent empruntés à ces écrivains. Reclus loin du milieu de la BD, Corben a vu sa popularité décliner au fil des ans et dû frapper à la porte des majors du comics au début des années 2000. Quelques belles choses sortent de ses collaborations avec DC ou Marvel. Comme de bons épisodes de la série Hellblazer, des pages de Hulk ou du Punisher. Chez l’indépendant Dark Horse, le génial Mike Mignola lui prête l’univers de monstres et d’ombres de Hellboy, taillé quasiment sur-mesure pour Corben.

Pour toute une génération qui n’a pas connu Métal hurlant, la carrière de Corben est longtemps passée sous le radar. Victime d’un éditeur marlou qui a disparu avec nombre de ses originaux, les livres de l’Américain ont disparu. Le micro-éditeur Toth aura bien republié quelques ouvrages, mais il aura surtout fallu attendre les années 2010 pour que son œuvre soit reprise par Delirium, qui s’attelle à la publication d’anthologies des années Eerie et Creepy ainsi que d’œuvres plus tardives. Indisponibles depuis des années, les grandes sagas de Corben restent toujours réservées aux farfouilleurs de vide-grenier et attendent des jours meilleurs pour que des yeux neufs puissent s’y perdre à leur tour.
Marius Chapuis
Richard Corben génie de la couleur - Page 2 304e1510

Raymond

Raymond
Admin

Quelle tristesse ! C'est tout un tout grand qui s'en va !     Crying or Very sad

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Corben13

La carrière de Corben a été très particulière et ton article la résume très bien. Il a été un des premiers auteurs indépendants de la BD américaine. C'était aussi un grand admirateur des EC Comics et d'Edgar Poe, qui a su tracer son propre chemin et faire une carrière originale, dans un pays dominé par les sempiternels super-héros.

Pasamonik lui rend hommage sur ActuaBD :

https://www.actuabd.com/Pape-du-grotesque-et-de-l-Underground-Richard-Corben-est-decede



Dernière édition par Raymond le Mer 16 Déc - 17:52, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Filippini a aussi mis en ligne un petit article sur Corben !

http://bdzoom.com/162172/actualites/corben-et-malik-le-bout-du-chemin%e2%80%a6/


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Parmi les hommages qui se multiplient sur le Web, j'ai bien aimé ce petit film posté sur You Tube dans lequel un simple amateur (mais serait-il prof de dessin ?) explique pourquoi il aime Corben, images à l'appui !

Peut-être comprendrez-vous avec ce film pourquoi Corben a beaucoup d'admirateurs à travers le monde.   Wink



_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10

xb12 aime ce message

https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Après ce décès, j'ai envie de parler de Richard Corben pendant quelques temps, car c'est un auteur pour lequel j'ai éprouvé une longue fascination, avant de vivre une période de rejet (relatif) puis de ressentir à nouveau une nostalgique attraction.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Corben14

Ce ne sera pas une très longue chronique, comme celles de Jacques Martin ou de Raymond Cazanave, mais j'ai envie d'évoquer ici quelques souvenirs sur cette passion qui ne s'est jamais totalement éteinte pour son œuvre.

Cet intérêt a commencé au début des années 70, à une époque où Corben était presque inconnu. Elle s'est ensuite prolongée avec des hauts et des bas pendant 50 ans, tout au long d'une carrière qui s'est révélée finalement assez surprenante.

Pour mettre un peu d'ordre dans tous ces souvenirs, je vais adopter à nouveau une approche chronologique. Et à cet égard, il me parait judicieux de distinguer dans sa carrière différentes périodes d'activité, comme l'ont déjà fait Sidsid Keränen (sur son site MutaNet) ou les organisateurs de l'exposition à Angoulême. Corben n'a en effet pas toujours dessiné le même genre de BD et certaines périodes sont plus intéressantes que d'autres. Relevons au passage que ces "périodes" peuvent se chevaucher car les transitions n'ont jamais été brutales dans la carrière du dessinateur. C'est ainsi que la période "underground" est en grande partie contemporaine de la période "Warren", mais ces deux axes de création sont assez distincts pour qu'on puisse les différencier l'un de l'autre. Cette façon de voir a l'avantage de simplifier l'approche de son œuvre.

J'adapterai cependant un peu la classification de Keränen, de la façon suivante :
- Période underground : 1968 à 1973. Il y a encore quelques BD underground après, mais c'est anecdotique.
- Période Warren : 1973 à  1978. Cela a commencé un peu avant mais je me fixe sur les grandes années.
- Période Métal Hurlant : 1975 à 1985 (pour la France. cela s'arrête cependant à 1982)
- Période Fantagor (celle de l'auto-édition) : 1986 à 1994.
- Période "Super Héros" (DC puis Marvel) : 1997 à 2006
- Période Dark Horse (avec un retour à Edgar Poe et à l'horreur) : 2008 à 2018



Dernière édition par Raymond le Mer 10 Fév - 18:24, édité 2 fois


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Un petit mot également sur les sources et les références de base qui existent sur Richard Corben. Deux ouvrages sont actuellement fondamentaux.

Il y a d'abord l'excellent livre de Fershid Bharucha qui s'intitule Vols fantastiques. Il date de 1981 et contient beaucoup d'informations intéressantes sur les débuts de Richard Corben. C'est en partie un art-book car il est riche en images et BD rares mais c'est aussi une vraie monographie qui contient quelques textes intéressants (témoignages d'autres auteurs, description de la technique de colorisation de Corben et diverses considérations historiques). Hélas, la plus grande partie de la carrière du dessinateur (après 1981) n'y est pas décrite et je souhaite donc beaucoup qu'une monographie fasse un jour le bilan de toute son œuvre.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Vols-f10

Le catalogue de l'exposition présentée à Angoulême en 2019 est également riche en informations précieuses, même si ce livre est plutôt focalisé sur les commentaire d'images et de planches présentées. Intitulée Donner corps à l'imaginaire, l'expo adopte une présentation chronologique des œuvres et elle explique très bien certaines singularités des planches de Corben. L'ouvrage se termine avec une brève bibliographie et c'est un petit chef d'œuvre d'intelligence. J'ai en fait passé des semaines à rêvasser en contemplant ce beau recueil qu'il est malheureusement difficile de trouver aujourd'hui ... du moins à un prix raisonnable.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Donner10

il n'y a rien de plus en matière de livres mais il reste encore Internet avec l'excellent site MuutaNet tenu par Sidsid Keränen. Son principal attrait est avant tout sa "Comicographie" (ou bibliographie en français  Wink ) qui est extrêmement détaillée et qui recense d'une manière complète la production de Corben. C'est un outil de travail précieux dont je n'ai pas encore pris le temps de découvrir toutes les richesses, je l'avoue, et c'est au minimum une référence de base indispensable pour tous les amateurs.

https://muuta.net/wp/

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Muuta-10


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Avant de parler de la carrière de Richard Vance Corben, qui commence vers 1970 (il avait presque 30 ans), il vaut la peine de rappeler quelques anecdotes sur ses débuts.

Né en 1940, Richard Corben a bien sûr toujours été un fou du dessin, dès sa petite enfance. Très jeune, il recopiait déjà des comic-books de Tarzan et il voua par la suite une admiration inconditionnelle pour des dessinateurs comme Frazetta, Alex Toth et Wallace Wood. Il fût également très impressionné par les fameux EC Comics des années 50, dont il reprendra par la suite dans ses BD le subtil mélange d'horreur et d'humour noir. Après l'école, il suivit logiquement une filière professionnelle orientée vers le dessin et s'inscrivit à l'Ecole d'Arts de Kansas City. Il obtint son diplôme en 1965 et fût engagé quelques temps après par le service d'animation de "Calvin Communication Inc". Son job comportait diverses tâches graphiques (dessins de cartes, de plans ou de travaux publicitaires) et on peut noter qu'il resta à la "Calvin" jusqu'en 1972, alors qu'il était déjà devenu une vedette des comic books. Cela signifie que pendant toutes ces années, il a dessiné des comics uniquement pendant son temps libre. Corben a toujours été un travailleur acharné.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Corben15

En dehors du dessin, Corben avait également une passion pour le cinéma d'animation et il se mit très vite à participer à des films d'amateur. En 1967, il fût en particulier le cameraman d'un court métrage intitulé "Siegfried Save Metropolis", dont la vedette féminine se nommait Madonna Merchant. Cette dernière devint quelques temps après l'épouse de Corben et elle fût pendant toute sa vie une collaboratrice précieuse pour son mari. Elle mena aussi en parallèle une petite carrière de photographe sous le nom de Dona Corben.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Dona-c10

Peu passionné par son travail à la "Calvin", Corben découvrit à la fin des années 60 l'existence de fanzines qui publiaient et diffusaient des BD d'amateur. Et c'est ainsi qu'il se lança dans le monde des comic books ! Sa première œuvre s'intitulait Monsters Rule et elle fût publiée de façon mensuelle dans la revue Voice of Comicdom, à partir de juin 1968. Cette histoire de 8 pages est parue jusqu'en mai 1969 et elle a été reprise en entier en 1981 dans "Vols fantastiques". Je peux donc vous en montrer quelques planches.   Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Monste12


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Dès cette première BD, on découvre des images et des idées qui vont devenir assez constantes dans l'œuvre de Corben. C'est ainsi que le thème de l'homme blanc occidental qui se retrouve dans un monde extra-planétaire peuplé d'étranges humanoïdes sera repris dans de multiples bandes dessinées, dont bien sûr "Den". Dans Monsters Rule, le dessin est encore un peu grossier et le style du dessinateur n'est pas bien défini, mais on y discerne déjà une petite tendance à la provocation.

Voici la page 2

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Monste13

Et la page 3 !

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Monste14

Et la page 4

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Monste15


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Godot

Godot
docteur honoris causa
docteur honoris causa

N'ayant jamais lu une BD de Corben et ne le connaissant que de nom, je te remercie d'en parler. Je suis impatient de lire les prochains postes.

Raymond

Raymond
Admin

Tu verras que le niveau graphique des images va très vite s'améliorer ! Monsters Rule n'était qu'un galop d'essai ... dont la fin n'a d'ailleurs pas grand intérêt. Il vaut mieux avancer.  

Richard Corben se lance donc dans le monde des comic books en n'étant presque pas payé, bien sûr, mais il commence à exister en tant qu'auteur. Il n'arrive cependant pas à se contenter des publications sur papier et il lui faut très vite expérimenter autre chose. Et c'est ainsi qu'en 1969, son œuvre la plus importante n'est pas une BD, mais un petit film de 15 minutes intitulé Neverwhere. Mélangeant le cinéma classique (avec des acteurs) et le film d'animation, ce court métrage est en fait une première mouture de Den, la fameuse BD qu'il publiera 5 ou 6 ans plus tard dans Métal Hurlant et qui fera sa gloire. Quasiment réalisée avec des bouts de ficelle, cette œuvre cinématographique naïve possède un charme vieillot, un peu comparable à celle des premiers films muets, et il ne faut pas être trop exigeant. Richard Corben en est l'auteur, le producteur et surtout le dessinateur de la très longue séquence d'animation. Cette partie du film a dû représenter un travail considérable car il lui fallait dessiner je ne sais combien d'images par seconde. On comprend que le graphisme du dessin animé soit donc très simplifié.

J'ai eu le bonheur de découvrir ce petit film sur You Tube il y a quelques mois et je suis assez fier de vous présenter ici cette œuvre légendaire et séminale. Internet a parfois de très bons côtés.   Very Happy



Inutile de vous préciser que Corben a réalisé très peu de bandes dessinées cette année-là.  Wink


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

40Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Empty PERIODE UNDERGOUND Mar 22 Déc - 18:57

Raymond

Raymond
Admin

La BD underground fût un de ces moment rares de l'histoire de l'art pendant lesquels il exista soudainement une explosion de créativité. Ce mouvement était bien sûr très lié à la Californie et au mouvement hippie, et l'âge d'or des comix underground commença véritablement avec la sortie de Zap (de Robert Crumb) en 1967. Une époque très prolifique s'installa pendant 5 ou 6 ans puis ces BD disparurent rapidement, victimes de la censure et de leurs tendances libertaires. Cette période fût en fait juste assez longue pour permettre à certains artistes comme Richard Corben de se faire connaître.   Wink

En France, la BD underground fût révélée au grand public grâce au fameux journal Actuel. Et c'est bien sûr dans cette revue mensuelle que je découvris au début des années 70 les premières œuvres de Corben. Elles furent un véritable choc, tout comme le furent d'ailleurs d'autres BD de Crumb, de Gilbert Shelton ou de Rick Griffin. Il existait dans ces comix un esprit révolutionnaire séduisant qui mélangeait la liberté, le sexe, la contestation (de la morale traditionnelle), la marijuana et la volonté d'explorer des domaines nouveaux. Je n'étais absolument pas hippie (bien au contraire) mais j'étais quand même attiré par l'esprit anarchiste qui régnait dans les "comix", car ils suggéraient l'existence d'un monde nouveau. On sait aujourd'hui que les résultats concrets de l'idéologie hippie furent assez catastrophiques, mais ces années libertaires (qui correspondent aussi à Woodstock) me laissent tout de même un souvenir attendri.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib10

Le plus vieux souvenir que je garde de Richard Corben date en fait de 1973 et il s'associe à la lecture de L'horrible Maison Harvey dans le N° 28 d'Actuel. Je n'achetais pas ce journal à l'époque (je me suis rattrapé plus tard  Wink ) mais on pouvait en trouver certains numéros dans les premières librairies de bandes dessinées qui commençaient à apparaître. La lecture de cette histoire se fit donc rapidement dans une librairie mais ... j'en garde un souvenir très vif. Et c'est donc avec cette BD un peu choquante (qui est aussi un des chefs d'œuvre de Corben, à mon avis) que je vais commencer la présentation de cette période underground de Corben.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib12

La première page fait tout de suite penser à un récit d'horreur des EC Comics des années 50, en particulier à cause de ce monstre étrange qui présente l'histoire au lecteur. Les cases suivantes, qui montrent une inquiétante maison de campagne entourée de zones d'ombres, confirment cette impression sinistre. Il va certainement se produire quelque chose de bizarre.  

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib13

La deuxième page introduit un net contraste mais il n'y a pas de véritable surprise. Un jeune couple d'américains moyens arrive en voiture pour faire une séance de photo et on se doute bien qu'ils vont être les victimes toutes désignées du probable monstre qui vit dans cette maison isolée. Vous remarquerez au passage que Richard Corben a déjà fait d'importants progrès depuis sa première BD parue deux ans plus tôt. Son dessin possède encore un style un peu cartoon mais il y ajoute des ombres et des effets de volume qui donnent de la chair et la vie aux personnages. Et si ce n'est pas vraiment du dessin réaliste, les proportions exactes des silhouettes et les décors dessinés avec précision pourraient presque le faire croire.

Et voilà ! C'est tout pour aujourd'hui et vous découvrirez la suite demain !  Very Happy



Dernière édition par Raymond le Mar 30 Nov - 13:38, édité 3 fois


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10

xb12 aime ce message

https://lectraymond.forumactif.com

Godot

Godot
docteur honoris causa
docteur honoris causa

Je suis impatient de connaitre la suite Wink

Raymond

Raymond
Admin

Elle arrive tout de suite !     Very Happy

La troisième page montre le début de la séance de photographies et ... je sens venir d'éventuels reproches. Richard Corben multiplie les images de nus de cette jeune femme et certains d'entre vous pourraient y déceler une certaine vulgarité, voir même de l'indécence. A mon avis, le dessinateur fait surtout preuve d'une véritable malice. Il n'était en effet pas du tout admis en 1970 aux USA de publier de telles images de femmes dans un comic book et Corben cherchait clairement à provoquer le lecteur, tout en développant  son récit. On peut en discuter si vous le souhaitez mais ... à mon avis ces images ne sont pas vulgaires, parce qu'elle suivent une certaine logique du récit. L'intention de Corben n'était par ailleurs pas commerciale (ces comic books ne rapportaient pas grand chose) et j'y vois plutôt une démarche d'auteur libertaire. Mais ne vous privez pas d'exprimer votre avis, si vous n'êtes pas d'accord.   Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib14

La quatrième planche accentue encore plus cette possible sensation de voyeurisme et d'impudeur. Le photographe demande à la jeune femme de prendre des attitudes provoquantes et l'auteur dessine avec beaucoup d'application un corps féminin pulpeux et nanti d'une étonnante hypertrophie mammaire. Ces images sont un peu artificielles, certes, mais sur le plan graphique, c'est une très belle planche qui a d'ailleurs été exposée à Angoulême en 2018. Sur ce sujet, le catalogue d'exposition commente avec justesse le mélange de moquerie et d'érotisme qui existe dans cette séquence, de même que le beau travail du dessinateur dont les effets de lumière un peu outranciers restent cohérents avec l'ironie du récit.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib15

Corben en rajoute encore plus à la cinquième page, mais on voit dans certaines cases apparaître une sombre silhouette qui reste cachée derrière les fenêtres de la maison. Ce nouveau personnage contemple longuement la jeune femme qui s'exhibe d'une façon impudique et ... on devine tout de suite qu'il ne vas pas rester sans réagir. Les images de nudité n'étaient ainsi pas totalement gratuites et l'auteur dirige son intrigue avec une logique implacable.  

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib16

Cette atmosphère hédonique et superficielle cesse brutalement dès la première case de la sixième planche. Le ciel devient soudain complètement noir et un violent éclair effraie les deux jeunes inconscients. Ils doivent se réfugier dans la maison à cause de l'orage et l'atmosphère devient d'emblée plus sinistre. La porte d'entrée s'est étrangement entrouverte et le jeune couple peut contempler l'intérieur de la maison. Mais qu'est-ce qui les attend dans cette inquiétante demeure ?

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib17

Vous le découvrirez dans mon prochain message, qui est en principe prévu pour demain.  Wink


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10

xb12 aime ce message

https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Bon, ça va ! Personne ne s'est encore scandalisé.  Very Happy

Mais cela va s'empirer.  Wink

Le jeune couple d'américains moyens s'est donc réfugié dans l'horrible Maison Harvey et le mystère de cet endroit isolé réveille d'emblée une certaine inquiétude. Corben accentue l'obscurité des images afin de créer une atmosphère encore plus oppressante et on se met à craindre quelque chose d'horrible. De simples onomatopées et quelques malins jeux de lumière suffisent au dessinateur pour faire monter cette angoisse.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib18

L'orage persiste pendant toute la soirée tandis que les jeunes tourtereaux se réfugient dans un grand lit. Tout est mis en place pour le dénouement final mais le lecteur ne sait pas encore ce qui va venir. La tension diminue un peu et je me contenterai de remarquer au passage que tous les jeux d'ombre sont magnifiques.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib19

Les dessinateurs underground n'hésitaient pas à dessiner les rapports sexuels d'une façon explicite, mais Corben doit tout de même dessiner une scène très scabreuse. Il se contente donc dans cette planche de suggérer quelque chose qui parait assez innommable. Le monstre pénètre ainsi dans la chambre après avoir assommé le jeune homme et son apparence est au départ un peu irréelle. Puis on voit finalement son visage qui évoque une sorte de croquemitaine et c'est surtout son rictus de satisfaction pendant l'acte sexuel qui apparait insupportable.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib20

La page suivante, illuminée par un soleil matinal, chasse l'horreur et nous ramène à des préoccupations plus quotidiennes. Le jeune couple se demande un peu ce qui s'est passé et décide assez vite de s'en aller. Le dessinateur s'attarde longuement sur l'image de la Maison Harvey qui s'éloigne au loin et l'histoire aurait pu se terminer ainsi. Mais on remarque aussi que la jeune femme regarde en arrière d'une façon assez pensive ...

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib21

Corben n'a donc pas encore dit son dernier mot !   Smile


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

La dernière planche de l'histoire, qui se situe probablement quelques jours plus tard, est également celle qui réveillera le plus de commentaires, je suppose. Est-elle horrible ? Est-elle grotesque ? Est-elle pertinente ? A mon avis, elle est surtout géniale ! Elle est en tous cas réellement inattendue avec cette longue séquence qui nous montre l'étonnante course finale des deux nouveaux amants. Elle me parait totalement unique et mélange avec malice le rêve et l'humour noir.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Horrib22

Il y a bien sûr plusieurs façons de comprendre cette étrange histoire.  Wink

La première interprétation se réfère simplement aux classiques bandes dessinées d'horreur, style "EC Comics", qui démontrent de toutes les façons possibles l'horreur du monde. Et dans cette histoire, la jeune femme (polluée par le rapport sexuel ?) devient finalement une sorte de monstre. Et on en conclut que tout individu garde au fond de lui-même une sorte de monstre caché, qui n'attend que certaines circonstances favorables pour apparaître.

La deuxième interprétation, qui me plait déjà un peu plus, serait celle d'un hymne à la tolérance. Ce monstre au faciès horrible n'est au fond pas plus mauvais que le jeune américain grossier et brutal, car ce dernier n'a au fond pas eu beaucoup d'égards envers la jeune femme. Les apparences sont contre le monstre mais il a quand même un cœur, et il a peut être manifesté plus de sensibilité et de pertinence pendant le rapport sexuel. La jeune femme y a été sensible.

La troisième interprétation me parait être la plus évidente. Cette histoire a été dessinée pendant l'âge d'or des hippies, dans un journal qui leur était destiné. Ceux qui fumaient des drogues se qualifiaient volontiers de "Freaks" (il y a d'ailleurs une BD célèbre qui s'intitule ainsi)  et ce terme pourrait être traduit par le mot "monstre". Cet horrible humanoïde dessiné par Corben serait donc une manière humoristique de représenter certains hippies, en y associant le message : "attention, on va vous prendre toutes vos femmes !". L'humour noir de Corben correspondrait assez bien à ce genre de message.

Et s'il fallait ajouter encore un autre argument à l'appui de cette thèse, je rappellerai que Corben signait souvent à l'époque ses œuvres avec le nom "GORE", un terme que l'on utilise assez couramment pour certains films d'épouvante. Il s'est même dessiné une fois en utilisant cette appellation.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Gore-s11

Vu de cette manière, vous admettrez peut-être mieux une interprétation humoristique de cette histoire.  Cool


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

45Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Empty PERIODE UNDERGROUND Dim 27 Déc - 13:40

Raymond

Raymond
Admin

J'ai noté dans le titre que Corben était un "génie de la couleur" mais cette qualité n'était pas encore évidente pendant sa période underground. Ce n'est qu'un ou deux ans plus tard, en travaillant pour les éditions Warren, que Corben inventa une technique toute personnelle pour coloriser ses planches,

Il faut rappeler que les "comix" underground étaient imprimés sur un papier de basse qualité et le plus souvent en noir et blanc (bien sûr pour des questions de coût). Mais ce ne fût pas toujours le cas et c'est ainsi que "Cidopey", une des BD les plus célèbres de Richard Corben, fût imprimée en couleur dans Up from the Deep N° 1 en 1971. La recherche des bonnes couleurs y est déjà assez remarquable et je vais vous présenter en entier ce récit que je n'ai découvert en français que quelques années après, dans le premier numéro de Métal Hurlant. J'ai déjà raconté ailleurs à quel point le découverte de ce journal m'avait marqué, et il est clair que la BD de Corben avait elle aussi participé à cette forte émotion.

Dès la première page, le lecteur est transporté dans un monde étrange. Deux humanoïdes de couleur verte se baignent dans un étang dont l'eau a des reflets rougeâtres. Les couleurs sont étonnantes et manifestement conçues pour créer un environnement irréel. On n'y trouve pas encore tous les effets de volume et les coloris intenses qu'il y aura plus tard dans les "récits Warren", mais ces teintes sont tout de même très belles. Elles évoquent même une sorte de paradis.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Cidope10

Un certain érotisme est présent dans ces pages, dans la mesure où c'est possible en dessinant des humanoïdes. Les deux personnages semblent avoir un rapport sexuel mais cette scène est illustrée d'une façon assez discrète. Bien que les images de nus soient fréquentes dans ses BD, Richard Corben a rarement dessiné l'acte du coït et lorsqu'il le fait, c'est d'une manière assez retenue. Des teintes violacées assombrissent par moment les cases tandis les colorations de l'eau et de la végétation changent d'une image à l'autre. Cette organisation kaléidoscopique n'est pas loin d'évoquer le monde visuel des stupéfiants.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Cidope11

Le fond coloré change un peu de gamme dès la troisième planche qui est dominée par l'orange et le vert. On comprend mal au départ ce que pourrait être le relief bleuté que contemple au loin le jeune couple, dans la grande image centrale. Cid (c'est le nom du jeune homme) le décrit comme "amalgame monstrueux de jungle et de terre" et Opey (c'est la jeune femme) lui propose alors d'aller explorer ce paysage d'un peu plus près. Et c'est ainsi que le drame commence.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Cidope12

La quatrième page accentue un peu plus cette énigme car en sortant de la jungle, Cid et Opey découvrent les corps de deux géants qui sont étendus sur le sol. Ces créatures sont assez laides et l'on peut bien se demander si elles sont encore vivantes. Mais un monstre semble suivre les amoureux et les choses vont bientôt se gâter.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Cidope13

Quel est ce mystère ? Tout cela vous sera expliqué demain.  Cool


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Godot

Godot
docteur honoris causa
docteur honoris causa

Raymond a écrit:La dernière planche de l'histoire, qui se situe probablement quelques jours plus tard, est également celle qui réveillera le plus de commentaires, je suppose. Est-elle horrible ? Est-elle grotesque ? Est-elle pertinente ? A mon avis, elle est surtout géniale ! Elle est en tous cas réellement inattendue avec cette longue séquence qui nous montre l'étonnante course finale des deux nouveaux amants. Elle me parait totalement unique et mélange avec malice le rêve et l'humour noir.

[...]

Vu de cette manière, vous admettrez peut-être mieux une interprétation humoristique de cette histoire.  Cool

Sans trop connaitre la série Tales from the crypt (des années 50), la dernière page me fait immédiatement penser à une forme de dérision de ce genre.

En lisant cette histoire, je m'attendais a la reprise des "codes" du genre de film d'horreur, (gore, slasher). La maison semble tirée de "psychose" et le déroulement de l'aventure est fidèle au style. Je dirais jusqu'à la planche 5, lorsque l'on voit de quelle manière pose la fille devant la caméra. Il y a de l'humour "burlesque". Le suspense et la dose d'horreur reprend jusqu'à l'avant dernière page. Cette dernière page offre une telle dose de dérision, que cette histoire qui se devait être d'horreur, fait sourire et même rigoler.

Je trouve la maîtrise du dessin de Corben dans cette histoire,  tout simplement extraordinaire.

Raymond

Raymond
Admin

Corben est en effet un maître ... mais je reprends sans attendre mon petit voyage à travers son œuvre, en vous montrant maintenant la fin de Cidopey.    

Cid et Opey ont donc découvert de curieuses et gigantesques silhouettes allongées sur le sol. Nous sommes à la cinquième page et Corben change à nouveau les teintes de sa planche, qui est dès lors dominée par des coloris jaunes. Il crée ainsi une nouvelle ambiance pour raconter l'attaque d'un hideux monstre aux dents longues. Eh oui, il existe des dangers au sein de ce paradis multicolore.  Wink

J'ai toujours pensé que pour reconnaître un grand auteur de BD, il suffisait de lui faire dessiner une scène de combat. Ce genre de séquence nécessite en effet une connaissance intime du 9ème Art car il faut choisir avec soin les postures des personnages, tout en composant efficacement la suite d'images. Les dessinateurs approximatifs, les graphistes rapatriés vers la BD, les illustrateurs obsédés par l'ornement ou les simples imitateurs sont généralement incapables de dessiner une séquence qui soit à la fois dynamique, narrative et convaincante. Corben construit pour sa part une planche facilement lisible et d'une grande simplicité, et le combat qu'il montre est tout à fait plausible. La lecture de la page est par ailleurs très fluide car le choix d'un fond jaune fait habilement ressortir les silhouettes plus sombres des combattants.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Cidope14

La sixième planche continue vigoureusement le récit du combat. Face à ce monstre au dents longues, Cid n'avait qu'une chance très faible de gagner mais Corben arrive à nous convaincre que sa victoire est logique. Le dessinateur réussit cela en soignant judicieusement les détails, et c'est simplement grâce à de puissants coups de pieds que l'humanoïde tout nu et sans arme parvient à triompher. Cette issue était au départ improbable mais en lisant bien les images, le succès de Cid parait totalement naturelle. C'est cela, la magie de la BD !   Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Cidope15

Mais le dénouement du récit survient, avec l'arrivée de nouveaux géants. Les deux amoureux s'enfuient. Les géants n'ont pas l'air trop méchants mais l'un deux écrase maladroitement Opey. La dernière image est d'une horrible simplicité.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Cidope16

La dernière planche apporte un sens inattendu à toute cette histoire, grâce la conversation des deux géants qui contemplent les grandes silhouettes allongées. "Petits cons ! Pourquoi prennent-ils cette saloperie ?" s'exclame l'un d'entre eux, et c'est une phrase que l'on a souvent entendue. Opey est finalement morte pendant son "voyage" tandis que Cid reste perdu au milieu de cette végétation rose qui devient un paysage de cauchemar. La dernière image (signée "Gore") est d'une cruauté implacable.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Cidope17

Cette histoire étonnante eut d'emblée un grand retentissement chez les lecteurs de comic books, qui apprécièrent bien sûr le message très adulte de cette BD. La plupart y virent simplement un réquisitoire habile contre l'utilisation des drogues mais ... il était au fond bien surprenant que de telles pages soient publiées dans une presse underground (qui défendait habituellement d'autres valeurs). Quelques controverses surgirent à propos des BD de Corben (de la part de Bill Griffith en particulier) mais le grand public resta généralement enthousiaste. Par ailleurs, il n'était pas certain que le message de "Cidopey" soit totalement univoque.

La séquence finale fait penser au sauvetage de deux drogués victimes d'une overdose, mais la jeune fille est-elle vraiment morte de cela ? Dans le récit, il n'est pas sûr qu'elle soit morte des dangers liés au monde hallucinatoire. Elle semble plutôt avoir été victime de l'intervention des sauveteurs, puisqu'on voit qu'elle a été écrasée par eux lors de leur arrivée. Le message semble plus ambigu que celui d'un simple réquisitoire anti-drogue et on peut appréhender cette histoire de deux manière différentes.

Richard Corben appréciait avant tout de dessiner ses comics en toute liberté et il n'était généralement pas porteur d'un message. Certes, il se permettait souvent de glisser de malicieuses allusions dans ses récits fantastiques mais cela pouvait être aussi bien de l'humour que des idées subversives. En fait, il ne faut pas interpréter ses messages d'une façon excessive et la suite de sa carrière prouvera amplement que l'auteur cherchait avant tout à divertir.

On pourrait discuter longtemps du message de Cidopey.  Cool


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

48Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Empty PERIODE UNDERGOUND Mar 29 Déc - 18:50

Raymond

Raymond
Admin

Au début des années 70, il y avait une véritable prolifération des comics underground en Californie et Richard Corben décida très vite de lancer le sien, avec l'intention probable de contrôler au plus près la qualité de l'impression. La publication se nommait "Fantagor" et le premier numéro parut pendant l'automne 1970. Mais Corben n'était pas né commerçant et il lui fallut assez vite tenir compte des dures réalités économiques de la presse (même underground). Trop exigeant sur la qualité du papier et des couleurs, l'auteur dut vendre à perte les deux premiers numéros et il renonça ensuite à s'auto-éditer. Le N°3 de Fantagor fût alors publié par l'éditeur "Last Gap" et sa qualité resta très correcte. Il y eut encore un N°4 après cela puis la revue cessa de paraître, en raison de la disparition rapide de la presse underground.

Je possède dans ma cave le N°3 de Fantagor, que j'avais acheté dans une librairie londonienne à la fin des années 70, et je me propose de le feuilleter tranquillement avec vous. Je ne vais pas tout montrer ici car le journal fait 36 pages mais ... je peux éventuellement vous montrer une petite histoire en entier, si vous le réclamez.  Wink

La couverture est bien sûr peinte par Richard Corben lui-même et on y découvre un monstre assez effrayant, qui est un protagoniste important du récit dessiné par Herb Arnold dans le journal. Précisons que Fantagor était un comic nettement centré sur les histoires d'horreur, pour lesquelles Richard Corben a toujours éprouvé un net attrait, et cette couverture ne laisse donc place à aucun doute.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Fantag10

"The Temple" (en français "le temple") est un récit ironique de 4 pages dans lequel Corben commence à expérimenter sa technique particulière d'impression des couleurs. On y trouve ainsi des teintes assez vives mais aussi un travail sur le modelé des corps humain que le dessinateur fera magistralement progresser pendant les années suivantes, par exemple avec "Den". Signalons que cette histoire a été reprise en français dans l'album "Ogre".

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Fantag11

"Fugue" est une BD de 9 pages dessinée par Herb Arnold, que j'ai déjà évoqué à propos de la couverture. Cette histoire présente un dessin plus sage que celui de Corben, mais elle est quand même de bonne qualité. La conclusion est bien sûr du genre "horrible".

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Fantag12

"Kittens for Christian" est une histoire d'anticipation de Corben faisant 11 pages, dont le niveau est assez faible, je trouve. Les couleurs ne sont pas vraiment maîtrisées et cette qualité approximative de la BD témoigne probablement d'une époque où le dessinateur faisait encore ses premiers essais. Ce récit a lui aussi été publié en français dans l'album "Ogre", un livre autrefois publié par les Humanoïdes Associés qui est depuis longtemps épuisé.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Fantag13

"The Demon Gate" est une BD dessinée par Dresser, qui est peut-être la plus faible du journal. Je n'y ai jamais accordé beaucoup d'attention mais le niveau graphique reste tout de même correct.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Fantag14

La dernière page (le 4ème de couverture en fait) est une illustration de grande taille réalisée à l'huile et à l'acrylique, qui est le résultat d'une collaboration entre Corben et Vaughn Bode. Ce dernier avait d'abord réalisé un simple dessin du genre cartoon, puis Corben y a ajouté ensuite de la couleur et de la matière. Le résultat est assez étonnant car l'image ne ressemble pas vraiment à du Corben, ni à du Vaughn Bode non plus. On peut la voir comme une sorte de composition ludique, réalisée par deux artistes en quête d'expérimentation, et elle symbolise assez bien cette liberté absolue qui régnait dans les comics californiens de l'époque.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Fantag15

Sinon, la disparition assez rapide des "comix" à partir de 1974 incita bien sûr Corben à rechercher d'autres sources de revenu, et c'est ainsi que commença sa grande époque chez l'éditeur Warren.


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

Corben ne dessine pas toujours des histoires d'horreur et il lui arrive de temps en temps de publier de simple récits sarcastiques ou fantastiques. C'est le cas de l'étonnant When the Dreams collide, un magnifique titre qui a été assez pauvrement traduit en français avec la phrase Sors de mon rêve !. Ce récit date de 1970 et il a été publié en français dans Actuel N° 13, dans l'Echo des Savanes Spécial USA N°21, puis dans l'album Razar le lâche.

Petite parenthèse : "When the Dreams Collide" me semble être une magnifique métaphore qui pourrait désigner toute l'œuvre de Richard Corben, tellement ce dernier aime s'inspirer du monde onirique. Précisons que ce ne sont pas toujours des rêves horribles et cette petite BD de 8 pages va parfaitement vous le montrer.

Commençons avec la première page qui vous montre en gros plan un prêtre (ou un pasteur peu importe) faussement débonnaire, qui parait odieux dès la première image. Vous l'avez déjà compris : "When the Dreams collide" est un récit anticlérical !   Smile

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Dream-10

Assis dans le bus, le prêtre s'endort rapidement et il se met à rêver. Les cases oniriques sont assez faciles à reconnaître car leurs bords prennent un aspect sinueux. On y découvre que ce religieux est dominé par un sinistre instinct de puissance et un véritable désir de pouvoir. Mais au fond, c'est assez banal.   Wink

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Dream-11



Dernière édition par Raymond le Jeu 31 Déc - 11:11, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

La troisième page dévoile les sentiments profonds du prêtre. On découvre aussi une jeune femme qui s'assied en face du religieux, et qui va s'endormir assez rapidement.

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Dream-12

Et un nouveau rêve apparait en page 4. Mais qui donc est en train de rêver ? A première vue, c'est la jeune femme mais est-ce vraiment certain ?

Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Dream-13

La fin de ce petit récit vous sera montrée demain !


_________________
Et toujours ... Richard Corben génie de la couleur - Page 2 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé



Revenir en haut  Message [Page 2 sur 8]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum