Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -36%
PLAYMOBIL 5167 – La Maison Transportable
Voir le deal
33.93 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours)

Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36

Aller en bas  Message [Page 36 sur 36]

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Quelle est la rédaction à laquelle tu te réfères 2J ? Question

http://www.marchenriarfeux.net

2J

2J
membre de l'académie
membre de l'académie
Le Parisien :
Christophe Levent

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/livres/thorgal-corto-maltese-largo-winch-les-stars-de-la-bd-au-banc-d-essai-01-12-2019-8206833.php

Raymond

Raymond
Admin
Yves Sentes est intervieé sur ActuaBD à propos de la Vallée des Immortels !

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Vallzo15

C'est sur cette page !:

https://www.actuabd.com/Yves-Sente-Je-m-etais-fixe-le-defi-de-rassembler-les-thematiques-cheres-a


_________________
Et toujours ... Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

2J

2J
membre de l'académie
membre de l'académie
Olrik, la biographie non autorisée -

Hubert et Laurent Védrine s'attellent ici avec vénération et légèreté à la biographie imaginaire du maléfique Olrik, figure fascinante de la très célèbre bande dessinée créée par Edgar P. Jacobs en 1946 Blake et Mortimer. Le colonel Olrik ! Et si derrière le sombre personnage crée par Edgar P. Jacobs, archétype de l'aventurier cruel et sans scrupule, se cachait un vrai criminel Hubert et Laurent Védrine sont partis sur cette piste et ont reconstitué, non sans mal, la vie du véritable Olrik et ses singulières péripéties tout au long du XXe siècle. Les auteurs nous livrent ici le résultat de cette stupéfiante enquête qui mêle soif de pouvoir, aventures et trahisons .
Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Shoppi15

https://www.ouest-france.fr/culture/bande-dessinee/l-ex-ministre-des-affaires-etrangeres-hubert-vedrine-brosse-le-portrait-du-sinistre-colonel-olrik-6562464
Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Mjaxot10

Raymond

Raymond
Admin
Tu l'as lu ? Pour ma part, je ne me sens pas trop intéressé, même si le jeu peut être parfois amusant ...


_________________
Et toujours ... Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

2J

2J
membre de l'académie
membre de l'académie
Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Md304210
Wink

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Draculea a écrit:
Je viens de découvrir Le testament de William S,...

... car ce récit shakespearien est décidément très beau.


Raymond a écrit:J'ai moi aussi lu ce week-end le dernier Blake et Mortimer (vous remarquerez que la couverture de mon album est un peu différente) ...

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Couv-f10

... je vous recommande sans réserve cet album.


Profitant des longues soirées d'hiver, j'ai relu cette œuvre. Et je partage totalement les avis de Draculea et Raymond. Cette BD est so british ! Et puis, la visite à Stratford-upon-Avon est une belle madeleine de Proust car j'ai aussi parcouru les rues de cette bourgade... même si je n'y ai pas croisé Philip Mortimer et Elisabeth McKenzie !
A noter que cette "pièce de théâtre" ne respecte pas l'unité de lieu. Mais ce n'est pas grave car le passage par Venise ne peut que séduire les amatrices (teurs) du Mystère Borg  Smile.

Bon dimanche
Eléanore



Dernière édition par eleanore-clo le Dim 1 Nov - 13:42, édité 1 fois

2J

2J
membre de l'académie
membre de l'académie
Dans le numéro spécial E.P. Jacobs de tintin (le n°49 de la 39ème année, ou n°482 du 4 déc 1984), Carin dessine une histoire de Rivière. Jacobs y croise ses Blake et Mortimer qui s'appellent encore Laudy et Van Melkebeke !
Au "Bon vieux temps", Laudy/Blake y lit un numéro du petit XXème
Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Carin_10

Raymond

Raymond
Admin
Le prochain Blake et Mortimer va paraître cet automne. Il s'intitulera Le Cri du Moloch et il sera dessiné par  Cailleaux et Schreder.

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Le-cri10

Cette histoire sera en fait la suite de l'Onde Septimus !


_________________
Et toujours ... Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Dantec

Dantec
martinophile distingué
martinophile distingué

J'ai profité de ce premier we de reconfinement (et de mauvais temps à la pointe de la Bretagne) pour relire "S.O.S. Météores", et ai été stupéfié par la maîtrise de ce récit. J'ai beaucoup de choses à en dire - qui ne sont peut-être pas très nouvelles? - mais je n'ai pas eu le courage d'aller fouiller dans les 2 très longs "pleins feux sur E.P. Jacobs et Blake et Mortimer", qui me semblent surtout consacrés aux continuateurs du maître : Raymond ou un autre ancien du forum peut-il me dire s'il y a des éléments de discussion sur cet album dans le forum et, si oui, où? Je pourrai ainsi m'appuyer sur eux pour ne pas être redondant.

Raymond

Raymond
Admin
Non, nous n'avons pas discuté de "SOS Météores" dans ce gros sujet, mais je participe volontiers à une telle discussion. Veux-tu ouvrir un sujet spécial ?


_________________
Et toujours ... Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Excellente idée. Je serais heureuse de lire vos chroniques  pouce .
Il y a quelques années, j'ai chaussé mes chaussures de randonnée et ai suivi les trajets de Mortimer et de Blake en banlieue parisienne. A ce sujet, le site de référence a été conçu par Emmanuel Mailly : http://emmanuelmailly.free.fr/essaiparent1.htm.

Eléanore

Dantec

Dantec
martinophile distingué
martinophile distingué
Merci Eleanore, je ne connaissais pas ce site, qui est une mine d’informations sur S.O.S. Météores et complète celles qu’on peut trouver sur les autres sites jacobsiens, tels que le Centaur Club ou Blake, Jacobs et Mortimer – et j’ai pourtant pas mal surfé sur la toile avant d’envoyer mon premier post !
Les deux sujets régulièrement traités sont les lieux réels où se déroule l’histoire (sur lesquels Jacobs s’est lui-même étendu dans son Opéra de papier) et les clés de la fameuse planche 54 – 56 dans l’E.O. du Lombard - , données par Viviane Quittelier, sa petite fille par alliance, dans ses Témoignages inédits. On trouve aussi beaucoup d’informations sur la façon dont Jacobs a travaillé sur cet album (par exemple, grandes planches et double encrage – voir ici - ; les infos du site d’Emmanuel Mailly sur les couleurs sont également passionnantes).
 
J’ai par contre été surpris de ne rien trouver (mais peut-être n’ai-je pas assez cherché) sur le récit lui-même et comment s’y exprime la virtuosité de conteur d’E-P. Jacobs.

S.O.S. Météores se présente comme l’emboîtage de trois récits :

Le premier tiers (jusqu’à la planche 21 incluse) nous raconte l’aventure de « Mortimer à Paris » (premier sous-titre – trompeur – de l’album). Il est lui-même constitué de trois séquences d’importance égale :
- planches 1 à 7/8 : les aventures (très mouvementées) de Mortimer sur la route de Jouy,
- planches 8 à 14 : le mystère du taxi englouti,
- planches 15 à 21 : Mortimer tente d’élucider le mystère en revenant sur ses pas -> c’est aussi, pour le lecteur, un retour sur la première séquence, qui montre que la réalité peut revêtir plusieurs visages selon le point de vue avec lequel on l’appréhende (Jacobs ici nous montre ainsi que tout récit est un miroir déformant).
Cette partie se clôt sur l’échec de Mortimer et annonce les séquences fantastiques de la fin, avec la fameuse vignette 21-IV-4.

Mortimer disparaît pendant tout le second tiers de l’histoire (jusqu’à la planche 41 incluse) – il ne réapparaît même qu’à la vignette 47-III-3, qui en dit long sur sa peu reluisante situation (bien qu’il soit au centre d’un faisceau lumineux…) - pour laisser toute la place à son ami Blake. Commencent alors en effet les aventures de « Blake à Paris » avec, sur 13 planches, l’extraordinaire course poursuite entre la rue du Docteur-Kurzenne à Jouy-en-Josas (la maison d’enfance de notre Nobel Modiano…) et le 69bis de la rue de Vaugirard, les deux demeures du Professeur Labrousse : avec cette situation inhabituelle (reprise dans « Duel », le film de Spielberg, 13 ans plus tard…) que c’est le « bon » qui est poursuivi par les « méchants ». Blake à son tour, comme Mortimer, semble devoir échouer (vignette 41-IV-2).

Mais ce n'était qu'une feinte : il se ressaisit à la vignette suivante, au seuil du dernier tiers, où la chance enfin change de camp. De poursuivant, Olrik devient le poursuivi.
Cette dernière partie est plus complexe, car les parcours de Blake et de Mortimer s’y intriquent (ils ne se retrouvent qu’à la toute dernière planche), tandis que la tension monte jusqu’au climax de l’attaque du SHAPE.
Je l’analyserai dans un prochain post.

Auparavant,  je voulais revenir sur ce qui relie les deux premières parties et fait que le lecteur, bien qu’il assiste à deux histoires différentes vécues par deux héros différents, n’éprouve aucune sensation de rupture : ce fil rouge visuel, c’est… la Ford Custom bleue des méchants ! Elle apparaît dès la première planche, au carrefour de l’église de la Madeleine, pour ne disparaître qu’à la dernière vignette de la planche 38, devant les grilles du jardin du Luxembourg.

Le moins qu’on puisse en dire est qu’elle ne passe pas inaperçue. En première lecture, on peut même penser que cet attribut des méchants est un peu gros et tire l’histoire vers les clichés. Mais à la réflexion, elle apparaît au contraire comme une belle trouvaille (involontaire ?) :
- elle correspond parfaitement à la personnalité d’Olrik, qui certes agit dans l’ombre, mais toujours avec superbe et insolence (voir à ce sujet le post de Spalding dans « le portrait d’Olrik » : « … Olrik ne peut supporter de se trouver dans une position subordonnée… Olrik, c'est le fou du roi ! »),
- elle est « voyante » aussi par sa couleur, bleu ciel dans une histoire qui se passe quasi-entièrement sous la pluie ou la neige, à la différence des autres véhicules de l’histoire (l’aronde ocre d’Ernest, la fourgonnette vert bouteille de la poste, la traction de Labrousse et la Frégate de Pradier, bleu nuit), et donc paradoxalement lumineuse, bien qu’elle soit le véhicule du « mal », parce qu’elle permet de « voir clair » dans le déroulement du récit,
- mieux même, c’est par elle – par ses deux feux rouges confondus avec ceux du fourgon postal - que tout se déclenche…

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Bonsoir Dantec

Merci pour cette belle chronique qui m'a fait découvrir l'œuvre avec un autre regard pouce . Je n'avais notamment pas repéré le fil rouge de la Ford Custom et c'est pourtant maintenant une évidence : Very Happy .

Eléanore

Dantec

Dantec
martinophile distingué
martinophile distingué
Merci de ta remarque, car il est hasardeux d’avancer ce genre d’hypothèse sans être sûr qu’elle relève d’un projet délibéré de l’auteur. Par exemple, il m’a toujours semblé que L’affaire Tournesol se développait selon deux « fils rouges » visuels très ténus : d’abord les cigarettes « Macedonia », sans lesquelles le petit Poucet Tintin n’aurait pas retrouvé la trace – le fil ! – de Tournesol ; elles réapparaissent très opportunément à la planche 28, càd quasiment à la moitié de l’album, au moment où tout semble perdu (« Qu’a-t-on fait de notre malheureux ami ?... Mystère… »), en même temps qu’apparaît le sparadrap de Haddock. Lui ne quitte la scène qu’à la planche 49, presque à la fin, au moment où la chance (la présence de Bianca Castafiore dans l’hôtel Sznôrr) tourne en faveur de Tintin. J’imagine qu’il s’agit d’une coïncidence et qu’Hergé, malgré son art consommé du récit, n’a pas volontairement tissé ce fil de chaîne, mais il n’empêche qu’il me saute aux yeux à chaque fois que je relis l’album !

Je reviens au dernier tiers d’S.O.S. Météores (entre parenthèses, un titre génial : sait-on comment il est venu à l’idée de Jacobs ?). Il se présente comme l’enchaînement de trois séquences reliées par deux planches de transition qui font « monter la pression » :

- 4 planches « Blake » (42-45), consacrées à la fuite d’Olrik,
- 1 planche « Blake » de transition, au cours de laquelle la date de l’attaque (dans 48 heures : le temps presse…) est découverte par les bons – sans qu’ils sachent encore d’où elle partira,
- 5 planches « Mortimer » (47-51), au cours desquelles le lecteur découvre le pot aux roses en compagnie de Mortimer – qui reste le Mortimer impuissant des vignettes 21-IV-3 et 47-II-3,
- 1 seconde planche « Blake » de transition, où les bons découvrent à leur tour que c’est de Troussalet que sera lancée l’attaque « au brouillard jaune »,
- les dix dernières planches sont consacrées à l’attaque elle-même, qui commence avec la célèbre vignette 53-III-1 (reprise en couverture de l’album) : « Aussitôt, surgissant de dessous leurs filets de camouflage, apparaissent, pointés vers le ciel, d’étranges appareils… »

Cette dernière séquence se divise à son tour en séquences alternatives « Blake » et « Mortimer », de durées inégales, proportionnées à la façon dont nos les deux héros maîtrisent – ou non – l’action :
- d’abord une séquence « Blake » de 3,5 planches, où l’on assiste, impuissants (et amusés : ici Jacobs s’amuse avec les codes du réalisme), aux effets du brouillard jaune,
- puis 4 bandes « Mortimer » (à cheval sur les planches 55 et 56), où Mortimer se découvre un allié providentiel en la personne d’Ernest (on avait perdu sa trace planche 6…),
- suivent 2 bandes « Blake », pour ménager le suspense, mais où le lecteur pressent aussi que la chance va tourner, avec l’arrivée de trois blindés pour escorter la Frégate de Pradier,
- Mortimer reprend définitivement la main à partir de la planche 57, et sauve la situation grâce à la mystérieuse « touche noire » d’auto-destruction de la station-pilote, repérée planche 51 (le lecteur se doutait bien qu’elle allait servir, le méchant général avatar de Mikoyan n’étant pas intervenu par hasard au moment où Miloch allait en dire trop…).

Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que le sous-titre de l’album, « Mortimer à Paris », reprend tout son sens car, d’une certaine façon, les parties du récit consacrées à Blake ne font pas avancer l’action : les séquences « Blake » ne sont là que pour ménager le suspense – mais cela nous vaut la poursuite Jouy-Rue de Vaugirard qui est, de l’avis général, un des sommets de la bande dessinée…

Raymond

Raymond
Admin
Dantec a écrit: (...)
Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que le sous-titre de l’album, « Mortimer à Paris », reprend tout son sens car, d’une certaine façon, les parties du récit consacrées à Blake ne font pas avancer l’action : les séquences « Blake » ne sont là que pour ménager le suspense – mais cela nous vaut la poursuite Jouy-Rue de Vaugirard qui est, de l’avis général, un des sommets de la bande dessinée…

Certes  .... cela ne fait pas beaucoup avancer le récit ... mais au départ, ce sont les aventures de Blake et Mortimer, tout de même. Il faut donc bien que Blake y soit présent.  Wink


_________________
Et toujours ... Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Bonsoir

SCOOP :

Spoiler:

https://www.dargaud.com/actualites/le-point-sur-les-sorties-de-fin-dannee-photo?fbclid=IwAR1FbPHwwKhOeYQVLcp6pmqzTNKmQbw9lLIWP4eCGjYNZ43fz6pnrv86osE

La Suisse et la Belgique sont en avance sur la France Very Happy
Raymond, peut être pourriez-vous fonder une société spécialisée dans l'export ? Succès garanti pour quelques semaines Laughing

Eléanore

Dantec

Dantec
martinophile distingué
martinophile distingué

Oui, en ce moment j'ai honte d'être Français quand je vois avec quel mépris notre gouvernement traite les acteurs de la culture.

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Dantec a écrit:
Oui, en ce moment j'ai honte d'être Français quand je vois avec quel mépris notre gouvernement traite les acteurs de la culture.

Spoiler:

Je ne pense pas que ce soit lié au gouvernement puisqu'il a autorisé la vente à emporter en librairie. A mon modeste avis, la décision de Dargaud est la même que celle des producteurs du dernier James Bond, Mourir peut attendre Smile . Le but de l'éditeur est de maximiser les profits et il estime que les ventes seront meilleures avec une pleine ouverture de tous les réseaux : librairies mais surtout grandes surfaces spécialisées ou non.


Eléanore

Raymond

Raymond
Admin
Le nouveau Blake et Mortimer est paru semble t-il aujourd'hui !

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Cri-du10

Pour ma part, je n'irai l'acheter que samedi prochain !  Rolling Eyes

ActuaBD a interviewé le dessinateur Christian Cailleau sous la forme d'un petit film, qui se trouve sur cette page :

https://www.actuabd.com/Il-parait-aujourd-hui-Le-Cri-du-Moloch-le-nouveau-Blake-et-Mortimer


_________________
Et toujours ... Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Un hommage à E.P.Jacobs étonnant :

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Moloch10.

Le marché de l'art était déjà florissant dans les années 50 Laughing

Eléanore

marbou


lecteur émérite
lecteur émérite
Ca ne me paraît pas très jacobsien ce clin d'oeil...
Par curiosité, j'ai cherché la "runaway nurse" mentionnée dans le même phylactère, c'est tout à fait dans notre actualité sanitaire 2020 !

Syngonic

Syngonic
lecteur émérite
lecteur émérite
Mouais, je viens de lire ce nouveau tome, et rien n'y est très jacobsien... L'Onde Septimus était déjà faiblard malgré quelques bonnes idées et un excellent dessin, mais là, c'est encore en-dessous.

L'idée d'une invasion extraterrestre ne me paraît pas incompatible avec Blake et Mortimer, mais il aurait fallu un scénariste qui sache où mener son intrigue. Là, c'est très pauvre, Dufaux ne semble pas savoir pourquoi il nous raconte cette histoire, le climax est d'une simplicité et d'une rapidité qui plongent allègrement dans le grotesque, et sitôt ce 27e tome refermé, on se rend compte qu'on l'a oublié presque aussi sec.
Mais bon, malgré tout, il y a toujours cette ambiance B&M si inimitable qui fait que, même avec un mauvais scénario, la lecture reste (relativement) plaisante, mais c'est dommage, quoi...

C'est d'autant plus dommage qu'au dessin, les deux dessinateurs se débrouillent franchement bien même si je préférais Schréder avec Antoine Aubin.
Maintenant, Schréder n'a plus qu'à trouver un aussi bon scénariste que Yves Sente ou Jean Van Hamme. Et que Jean Dufaux laisse tomber Blake et Mortimer (ou au moins La Marque jaune), il n'est pas fait pour.

Dantec

Dantec
martinophile distingué
martinophile distingué
... Désolé d'interrompre la discussion sur ce nouvel album - que je n'achèterai pas car, comme en peinture, je préfère le maître aux élèves Smile - pour évoquer Le mystère de la grande pyramide, que je viens de relire à la faveur du second confinement.
C'est le premier Blake et Mortimer qui est entré dans ma collection, il y a très longtemps, puisqu'il s'agit de l'édition du Lombard 1959. La qualité d'impression n'est pas toujours au rendez-vous, notamment pour les scènes de nuit, avec des bleus qui saturent les vignettes. Dans le second tome, "La chambre d'Horus", il y a même deux phylactères vides (vignettes 11-II-3 et 51-IV-2)!

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Pyrami10

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Pyrami11


Mais ma question porte sur le premier tome, "Le papyrus de Manéthon". Jacobs intercale dans ses bandes de nombreux découpages secondaires horizontaux : il faut alors lire la bande de haut en bas avant de poursuivre vers la droite.
C'est le cas notamment à la dernière bande de la page 40, qui se passe sur le perron du Shepheard's : Olrik et Sharkey s'éclipsent dans la fameuse Lincoln noire au moment où arrive le commissaire Kamal, muni des mandats d'arrêt. Or, si on regarde attentivement la bande, on s'aperçoit que les cartouches des vignettes consécutives Ib (en bas à gauche) et IIa (en haut à droite) sont inversés... Un lecteur du forum saurait-il si cette erreur a été corrigée dans les éditions postérieures?

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (2ème partie en cours) - Page 36 Pyamid10

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 36 sur 36]

Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum