Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Jean Graton ou la noblesse de l'ouvrier

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 11]

Raymond

avatar
Admin
Bon ? J'ai promis un sujet consacré à Graton, alors il faut que je m'y mette. La suite des commentaires sur Reding ... ce sera pour une autre fois.

Tout d'abord le titre ! Il vous semblera peut être curieux, mais c'est ce qui me vient à l'esprit en pensant à Graton. Précisons tout de même que je suis fils d'ouvrier, que j'ai passé ma jeunesse dans ce milieu. La vie y est parfois rude mais je m'y suis toujours senti à l'aise. Le travail n'est en général pas reluisant et les discours ne brillent pas toujours par leur finesse, mais les hommes ont de l'orgueil. Il y a je crois un honneur, une éthique, et je dirai même une véritable noblesse chez les travailleurs. Je retrouve par moment cette sorte d'état d'esprit dans la BD traditionnelle, qui était un art populaire par excellence.

Jean Graton a passé son adolescence dans un chantier naval, comme ajusteur, et il raconte volontiers cet épisode. Quand on a passé par là, cela donne "une certaine mentalité" (ce sont les termes qu'il emploie dans l'interview donnée à Auracan en 1995). Graton a lutté pour faire autre chose que l'usine, et il a appris le dessin sur le tas, sans passer par une école d'art. Il a réussi à se faire une place dans ce métier et il peut en être fier, bien sûr.

Jean Graton est assez humble vis-à-vis de son dessin, et cela apparait parfois dans certaines anecdotes qu'il raconte (il y en a une assez savoureuse par exemple dans la récente intégrale, où il avoue combien il avait de la peine à encrer un dessin de Cuvelier). Pourtant, il ne bâcle pas son travail. On dit que ses personnages sont raides et qu'ils se ressemblent tous, mais il en fait un style, soigne les détails des vêtements et des décors, donne à sa série un aspect réaliste et produit une BD soignée avec amour. Il ne fait pas "dans le génie" et vise plutôt un artisanat bien soigné. Toujours la noblesse de l'ouvrier !

Je parle de dessin, mais la BD est-elle réductible au graphisme ? Bien sûr que non ! La BD est avant tout un art de la séquence d'image, et sur ce point-là, Graton a peu de leçons à recevoir (je vous en montrerai quelques exemples par la suite). Comme Hubinon dont il a au début encré les planches (et à qui il doit une partie de son style), Graton sait "jouer avec la caméra" et varier les plans, sans chercher d'effets spectaculaires, pour donner du dynamisme à son récit. Le dessin de Graton est peut être élémentaire, mais je le trouve efficace. On pourrait dire que Graton ne fait pas de beau dessin, mais qu'il "bande-dessine" bien (excusez moi pour le néologisme Very Happy ).

Parlons aussi de l'ambiance "travail-famille-patrie" de Michel Vaillant, parce qu'elle a soulevé de nombreuses critiques. On dit que c'est de la BD de vieux, ou de la BD de droite (alors qu'elle ne présente pas de grande différence avec certaines séries publiées dans Vaillant, mais passons). Cette ambiance reflète les valeurs de son auteur. Graton est un personnage entier, qui ne fait pas volontiers dans le "second degré". Il ne se distancie pas de ses personnages, il croit à ses histoires et il les raconte parfois avec naïveté. Certaines d'entre elles peuvent prêter à sourire, mais je les trouve sympathiques, toutes pleines de la simplicité de l'ouvrier.

Bon ! Je crois que vous avez compris le topo, et je ne vais pas continuer éternellement ce discours. Parlons plutôt BD, avec des exemples. Cela va commencer dès le prochain post.



Dernière édition par Raymond le Ven 4 Juin - 17:37, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Un des premiers albums que j'ai lu dans mon enfance a été Route de Nuit (c'était tout de même plusieurs années après Tintin, il faut l'avouer). Quand je relis aujourd'hui cette histoire, je trouve qu'elle s'est bonifiée avec les années.

J'ai lu quelque part qu'avant d'écrire cette histoire, Graton serait monté dans un camion pour y partager la vie des conducteurs. Il aurait fait le voyage Paris- Marseille avec un chauffeur routier, et c'est une idée que je crois volontiers. Il y a en effet une multitude de petits détails vrais dans cette histoire, des choses que l'on n'invente pas et qui ont été vécues. Cet aspect quotidien et documentaire est encore plus séduisant aujourd'hui qu'à l'époque (il réveille une certaine nostalgie). Il faut cependant avouer qu'étant jeune, je préférais les histoires de course automobile aux récits d'ambiance. Maintenant, c'est tout à fait le contraire. Very Happy

Il y a également quelques belles séquences d'images dans cette aventure. En voici une par exemple que j'ai longtemps contemplé dans ma jeunesse. Elle raconte une bagarre.



Aujourd'hui, la séquence parait plutôt simple et les dessinateurs actuels feraient certainement quelque chose de plus sophistiqué (en exagérant les effets). Quelle fluidité, cependant, dans les mouvements de chaque personnage ! Tous les protagonistes sont bien individualisés et on peut suivre l'évolution de chacun pendant la bagarre. Tout est à sa place et l'ensemble forme un tout très logique. J'étais autrefois fasciné par ce combat et ... je l'ai longtemps examiné, sans jamais y trouver d'erreur. Wink

C'est un beau travail d'artisan !



Dernière édition par Raymond le Dim 27 Juin - 11:24, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

JYB


vieux sage
vieux sage
Que d'émotion et de nostalgie dans ta défense de Graton et de Michel Vaillant...
Je crois me rappeler que Graton a débuté dans la BD en rencontrant à Bruxelles un certain Jean-Michel Charlier, qui lui a mis le pied à l'étrier en lui faisant faire en effet les encrages des dessins de Hubinon et quelques "Oncle Paul" dans Spirou. Un peu comme Uderzo, dont tu évoques les débuts ailleurs sur ce forum, et dont la carrière a été réorientée suite à sa rencontre, à la même époque (vers 1951), avec JM Charlier et l'équipe de la World Press...
Un autre aspect de la collection Michel Vaillant (je parle des anciens titres, et en particulier cet album, Route de nuit, du moins à mon souvenir car je ne l'ai pas relu depuis belle lurette) : c'est un témoignage et un documentaire rare sur certains aspects de la vie de tous les jours, sur les véhicules et les décors routiers de l'époque, mieux que nous les font revivre des revues comme Route nostalgie, Charge Utile, ou les ouvrages même très illustrés des éditeurs spécialisés ETAI et Histoire et Collection par exemple (sans faire de pub). Et mieux aussi qu'un film français d'époque, car avec la BD, il y a un permanent "arrêt sur image", et c'est en couleur... Cet aspect "documentaire d'époque" se retrouve évidemment chez Lefranc de Jacques Martin.

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Superbe, ce jeu d'ombres décalées.
Mais, dis-moi : Morris aurait-il pompé Graton ?

http://planbd.blogspot.com

JYB


vieux sage
vieux sage
JYB a écrit:Je crois me rappeler que Graton a débuté dans la BD en rencontrant à Bruxelles un certain Jean-Michel Charlier, qui lui a mis le pied à l'étrier en lui faisant faire en effet les encrages des dessins de Hubinon.
Tiens, ce matin, en me relisant, je vois qu'une phrase a sauté dans mon précédent post ; je complète : des dessins de Hubinon sur un certain nombre de planches de Buck Danny, épisode Les Pirates du désert (ou les Gangsters du pétrole, je ne sais plus)...

Damned

avatar
grand maître
grand maître
Bonne idée que de commencer cette rubrique avec cet album (un de ceux auxquels je faisais référence, hier, en parlant de scénarios originaux )
Les "Raymond" se rejoignent car, comme notre administrateur, j'y retrouve mon enfance : mon père était garagiste, et si notre clientèle de poids lourds venait plus du monde forestier que de la route, nous habitions à coté de la nationale qui reliait Valenciennes à Lille, et donc le soir j'étais bercé par le ronronnement des moteurs de Poids lourds qui reprennaient leur souffle avant d'attaquer la cote qui permettait de passer le pont sur la Scarpe.
Il nous arrivait souvent de nous arreter avec mon père au "routier", à un ou deux kilometres de la maison, pour boire un petit coup (limonade pour moi) ou y manger une frite, et c'est cette ambiance que je retrouve dans cet album, alors que le soir, moi aussi, j'écoutais "Route de nuit" et Roland Dhordain sur France Inter (Plus tard ce fut Max Meigner) en faisant mes devoirs sur la table de la cuisine .....

Quant à ce scénario ! Quel régal ! J'irais presque à dire, vu l'époque, et si cette comparaison ne vous choque pas, que c'est du Simenon sans Maigret !

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Raymond

avatar
Admin
Damned a écrit: (...) moi aussi, j'écoutais "Route de nuit" et Roland Dhordain sur France Inter (Plus tard ce fut Max Meigner) en faisant mes devoirs sur la table de la cuisine ..... (...)
Raymond Damned
Mais ... c'était une émission radiophonique nocturne, si j'ai bien compris. Shocked

Tu faisais tes devoirs à quelle heure ? Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Damned

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:
Damned a écrit: (...) moi aussi, j'écoutais "Route de nuit" et Roland Dhordain sur France Inter (Plus tard ce fut Max Meigner) en faisant mes devoirs sur la table de la cuisine ..... (...)
Raymond Damned
Mais ... c'était une émission radiophonique nocturne, si j'ai bien compris.

Tu faisais tes devoirs à quelle heure ?
Comme je n'étais pas très doué, ni très courageux, ça allait facilement vers les 11h / Minuit, car, pour le "paternel", il n'était pas question d'aller se coucher tant que ce n'était pas fini et les leçons bien apprises par coeur !
Mais c'était une tout autre époque comparée à celle de nos chères petites tetes blondes actuelles , et on ne pensait pas à s'en plaindre .........

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

JYB


vieux sage
vieux sage
Damned a écrit:Plus tard ce fut Max Meigner
Max Meynier, plutôt ?

Damned

avatar
grand maître
grand maître
JYB a écrit:
Damned a écrit:Plus tard ce fut Max Meigner
Max Meynier, plutôt ?
Tu as sans doute raison, mais manifestement tu as compris de qui je voulais parler, et, à l'époque de Max Meigner, je ne faisais plus mes devoirs, je commençais ma petite carrière de dessinateur indépendant !

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Damned

avatar
grand maître
grand maître
Un autre album de "Michel Vaillant" qui sort aussi de l'ordinaire, et dont le scénario est haletant : "le retour de Steve Warson" !
On est loin du monde de la course automobile, et on se plonge dans l'univers glauque des ports de la mer du Nord, avec ses quais humides et visqueux !
A lire avec le "port d'Amsterdam" de Brel comme fond sonore ....

Pour mémoire, Steve Warson disparu de la circulation aprés avoir été impliqué dans une sombre histoire de trafic de drogue (La trahison de steve Warson), réapparait plusieurs tomes après dans cet album, pour appeler son pote Michel Vaillant au secours, alors que ce dernier chercher désesperement à le retrouver. Et nous voila plongés dans un remake de "French connection" grace à un scénario à rebondissements, alternant les périodes d'espoir et celles de découragement dans une course poursuite bien montée .
Dommage que le premier opus de cette histoire (la trahison) soit moins excitant et plus longuet à lire ......

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Damned

avatar
grand maître
grand maître
JYB a écrit:...Et mieux aussi qu'un film français d'époque, car avec la BD, il y a un permanent "arrêt sur image", et c'est en couleur... Cet aspect "documentaire d'époque" se retrouve évidemment chez Lefranc de Jacques Martin.
Je suppose que tu parles de "Gazoil" avec Jean Gabin ?
Y a un peu de ressemblance entre les deux histoires, notamment la traque de la Jaguar dans Michel Vaillant, avec l'étau qui se resserre petit à petit comme à la fin du film .

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Raymond

avatar
Admin
Le Retour de Steve Warson, c'est en effet un album d'ambiance. L'histoire sort du monde automobile et je l'ai relativement peu lu dans mon enfance (pour cette raison). Il m'a longtemps donné une image triste et grisâtre d'Amsterdam, et cette vision est très nettement exagérée (j'en parle un peu dans le récit de mes vacances, ICI). C'est aussi un album qui montre que Jean Graton savait très bien raconter une histoire. C'était une époque où il était encore seul à dessiner Michel Vaillant, de manière "artisanale", et ses BD ont ainsi un style, et un ton personnel.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Totoche Tannenen a écrit:Superbe, ce jeu d'ombres décalées.
Mais, dis-moi : Morris aurait-il pompé Graton ?
Ce serait fort étonnant ! Wink
Sinon, il vaut la peine de rappeler que la scène de combat se passe dans une cave éclairée par une petite lampe. Le "jeu d'ombres" n'est pas gratuit (il y a même plutôt une recherche d'économie dans le dessin).


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

JYB


vieux sage
vieux sage
Damned a écrit:Je suppose que tu parles de "Gazoil" avec Jean Gabin ?
Non, je ne pense pas à un film en particulier, mais à des images qui me reviennent de vieux films en Noir et blanc, où l'on voit pas mal de voitures, de camions, sur les routes de France des années 50. Je me demande même s'il n'y a pas eu un film reprenant le thème de l'émission de radio nocturne pour routiers, dans une station célèbre ?

Damned

avatar
grand maître
grand maître
JYB a écrit:
Damned a écrit:Je suppose que tu parles de "Gazoil" avec Jean Gabin ?
Non, je ne pense pas à un film en particulier, mais à des images qui me reviennent de vieux films en Noir et blanc, où l'on voit pas mal de voitures, de camions, sur les routes de France des années 50. Je me demande même s'il n'y a pas eu un film reprenant le thème de l'émission de radio nocturne pour routiers, dans une station célèbre ?
Ta description correspond tout à fait au film "Gazoil", en noir et blanc, avec des scènes de nuit, et le jour toute la gamme des voitures d'époque ....
Quat à l'histoire, elle n'est pas tellement éloignée de celle de Graton, si ce n'est que Gabin, sans le savoir est passé juste aprés un assassinat qui aurait du passer inaperçu et, de ce fait se fait traquer en permanence jusqu'à ce qu'il se fache, façon "Gabin", si tu vois ce que je veux dire !.....
Mais des films d'actualités ou de vieux reportages d'époque peuvent aussi correspondre....

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

JYB


vieux sage
vieux sage
Damned a écrit: jusqu'à ce qu'il se fache, façon "Gabin", si tu vois ce que je veux dire !.....
Le "smiley" que tu as choisi a l'air du genre p'tit nerveux, pas tout à fait comme Gabin...
Sinon, oui, possible que j'aie des réminiscences du film de Gabin... avec quand même des mélanges d'autres films du même genre.

Damned

avatar
grand maître
grand maître
JYB a écrit:
Damned a écrit: jusqu'à ce qu'il se fache, façon "Gabin", si tu vois ce que je veux dire !.....
Le "smiley" que tu as choisi a l'air du genre p'tit nerveux, pas tout à fait comme Gabin...
Sinon, oui, possible que j'aie des réminiscences du film de Gabin... avec quand même des mélanges d'autres films du même genre.
P'tit nerveux vu la taille de ce Smiley, d'accord, mais, quand Gabin s'énerve, ça déménage aussi !......

Et puis, c'est parceque je me contente de "piquer" dans les smiley fournis ......

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Raymond

avatar
Admin
"Gas-oil" est en effet un film qui capte la même ambiance que Route de Nuit. Le début est assez comparable et je me rappelle d'un mélodrame situé dans un milieu populaire. Il me semble toutefois (dans mes souvenirs déjà anciens) que la fin est plus dramatique.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Damned

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:"Gas-oil" est en effet un film qui capte la même ambiance que Route de Nuit. Le début est assez comparable et je me rappelle d'un mélodrame situé dans un milieu populaire. Il me semble toutefois (dans mes souvenirs déjà anciens) que la fin est plus dramatique.
Il faudrait que je le revoie, mais je ne me rappelle pas d'une fin dramatique.
Je me souviens surtout que la société se montrait beaucoup plus puritaine et exigeante vis à vis de la conduite des personnages qu'elle ne le serait maintenant (la jeune institutrice qui est obligée de démissionner quand l'action l'oblige à révéler qu'elle "recevait" souvent Jean Gabin chez elle) ..........

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Raymond

avatar
Admin
Damned a écrit:
Il faudrait que je le revoie, mais je ne me rappelle pas d'une fin dramatique.
Je me souviens surtout que la société se montrait beaucoup plus puritaine et exigeante vis à vis de la conduite des personnages qu'elle ne le serait maintenant (la jeune institutrice qui est obligée de démissionner quand l'action l'oblige à révéler qu'elle "recevait" souvent Jean Gabin chez elle) ..........

Raymond Damned
Tu as probablement raison. Mes souvenirs sont assez flous et je me souviens surtout du début (les camions, les bars routiers, Gabin avec sa casquette et sa cigarette ...).


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Damned

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:
Damned a écrit:
Il faudrait que je le revoie, mais je ne me rappelle pas d'une fin dramatique.
Je me souviens surtout que la société se montrait beaucoup plus puritaine et exigeante vis à vis de la conduite des personnages qu'elle ne le serait maintenant (la jeune institutrice qui est obligée de démissionner quand l'action l'oblige à révéler qu'elle "recevait" souvent Jean Gabin chez elle) ..........

Raymond Damned
Tu as probablement raison. Mes souvenirs sont assez flous et je me souviens surtout du début (les camions, les bars routiers, Gabin avec sa casquette et sa cigarette ...).
Et le moment où il roule sur le cadavre et qu'il ne sait pas encore que ce n'est qu'un cadavre ................

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Raymond

avatar
Admin
Concerto pour Pilotes est aussi un album d'ambiance, même si l'intrigue se déroule au Mans, pendant la course des 24 heures.

Jean Graton a intégré (si je ne me trompe) dans son récit des personnages réels, à savoir des pilotes d'avion qu'il a rencontré dans une base américaine. Cela génère un mélange assez plaisant de réalisme et d'humour tout au long de l'histoire.

On y trouve aussi quelques séquences d'images qui montrent combien le dessinateur aimait "essayer des trucs", tout en restant au service du récit. Le dessin n'est pas spectaculaire, mais on sent que Graton s'est fait plaisir. J'aime beaucoup ce passage, par exemple :



Aujourd'hui, ce très long "plan fixe" est peut être moins frappant, mais à l'époque, il sortait vraiment de l'ordinaire. Il garde en tout cas son pouvoir comique qui est très réussi.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Comme dans le sujet sur Uderzo on a évoqué les Belles histoires de l'Oncle Paul parues dans le journal Spirou, il ne faudra pas manquer non plus de revenir sur celles réalisées par Graton pour le même hebdomadaire ainsi que les "Histoires complètes" qu'il a également dessinées pour le journal concurrent Tintin.

JYB


vieux sage
vieux sage
Tu dois savoir qu'il y a trois albums rassemblant les Oncle Paul dessinés par Graton, édités chez Graton himself (je ne pensais pas d'ailleurs qu'il avait dessiné autant d'Oncle Paul, au point de remplir 3 albums...).

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 11]

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum