Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-11%
Le deal à ne pas rater :
SAMSUNG 55Q70C – TV QLED 55″ (138 cm) 4K UHD 100Hz
549.99 € 619.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les œuvres de Lucas Harari

2 participants

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Les œuvres de Lucas Harari Empty Les œuvres de Lucas Harari Lun 13 Nov - 16:40

eleanore-clo

eleanore-clo
vieux sage
vieux sage

Bonjour

L'aimant de Lucas Harari sucite en ce moment beaucoup d'éloges. Il est notamment en compétition pour le prix ABCD 2017 et pour le prix 2018 des libraires de BD. Il a aussi été nommé BD du mois de septembre par RTL.

Les œuvres de Lucas Harari Aimant10

Que se cache derrière ce panégyrique ?

Cette BD utilise le décor des thermes de Vals, dans le pays de Raymond donc: https://fr.wikipedia.org/wiki/Thermes_de_Vals. En fait, les thermes sont le HÉROS de la BD et les personnages ne servent que de faire-valoir.

Le scénario est assez hermétique. Un  jeune étudiant en architecture étudie l'édifice et sa thèse tourne à l'obsession, voire à la névrose. Il abandonne ses études et se retrouve barman. Une rencontre fortuite avec son ancien directeur de thèse lui donne envie de voir de visu la construction. Et le récit bascule alors dans le fantastique, car les thermes recèle un secret. Le labyrinthe des piscines cache des chemins et ouvre sur un autre-monde....
Les comportements des personnages relèvent souvent de l'irrationnel, et ils manifestent une grande agitation, confinant souvent à la violence. En fait, l'auteur fait un parallèle entre le dédale de notre pensée et le dédale des thermes.

Le dessin est en trichromie (blanc, noir et rouge). Il est moderne, très épuré. Les angles aigus et les formes carrées foisonnent à l'instar de l'architecture des thermes.

Les œuvres de Lucas Harari Aimant11

Au final, nous avons une BD froide (comme le climat à Vals !) et minérale (comme l'édifice ?). Une brillante variation sur la théorie du complot. Mais elle manque de cœur. Charlie Chaplin disait L'art est une émotion supplémentaire qui vient s'ajouter à une technique habile. Il me semble que Lucas Harari a oublié la première partie de la citation.

Bien cordialement
Eléanore

2Les œuvres de Lucas Harari Empty Re: Les œuvres de Lucas Harari Jeu 16 Nov - 14:17

Raymond

Raymond
Admin

Bravo eleanore-clo !     clap

Cela fait plusieurs semaines que j'ai lu cet album et que je projette d'en parler (dans le sujet "je viens de lire"), mais voilà ...  je projette, puis j'élude, j'hésite, je remets à demain, je me fais des reproches, je prends des résolutions, je "procrastine" et ... ça ne vient jamais. Il y a toujours quelque chose de plus urgent.   deso

C'est un livre que j'ai en fait très vite acheté (et lu avec plaisir), sans avoir lu quoique ce soit à son sujet. Il y a des attirances, comme celle-là, qui se manifestent d'emblée, et quand il n'y a pas trop de concurrence ...  

Certes, un petit billet accompagnait ce livre sur les rayonnages, du genre "le libraire vous recommande", mais ce n'était pas décisif. Il y avait surtout une séduction spontanée de cet album, et il est probable que je n'ai pas été le seul à la ressentir.

D'abord, il y a la maquette ! Un gros livre à la couverture bien cartonnée, au dos toilé en rouge, imprimé sur du papier bien épais. Le simple fait de le tenir entre ses mains amène l'impression que c'est un beau livre.

Ensuite, il y a les couleurs de cet ouvrage. L'auteur a choisi une séduisante trichromie, combinant le noir, le rouge et le bleu, et qui explore toutes les combinaisons possibles de ces trois teintes. Cette trichromie nous renvoie au temps passé, à d'anciennes BD publiées par Hachette dans les années 30 (Bicot ou Mickey), ou aux vieilles couleurs des journaux de BD à la même époque. La "madeleine de Proust" n'est pas loin !

Et puis, il y a le thème principal, à savoir les Alpes suisses et les stations thermales ! C'est un monde un peu "friqué" et parfois hautain, certes, mais aussi très riche en références. Ce sont des endroits souvent romantiques, associant la jeunesse et la retraite la santé et la maladie, l'espérance et la triste réalité, et qui rappelle l'ambiance des romans de Thomas Mann, de Knut Hamsun ... ou des BD de Cosey (vous vous souvenez de Calypso ?  Wink ).

Il y a enfin le récit, construit au départ sur une sorte de rêve architectural, qui reste à l'état d'une simple esquisse. L'intrigue dévie en fait rapidement vers les mystères de la montagne et la tentation du surnaturel. Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris, mais dans un récit qui explore le fantastique, c'est peut être normal.  Wink

L'auteur, Lucas Harari est un parfait inconnu. Je pensais qu'il était zurichois (car toute cette histoire est typiquement helvétique), mais il semble en fait qu'il soit français. Il a déjà une belle carrière d'illustrateur derrière lui, avec plusieurs livres publiés et pas mal de bandes dessinées. Je vous recommande d'aller voir son site, à cette page :

http://lucasharari.tumblr.com/

Bref ! ce livre est une sorte d'OVNI, avec tout ce que cela peut comporter de surprise et de fascination. Lucas Harari a dessiné un livre totalement original, qui ne ressemble à aucune autre BD, et qui semble fait pour fasciner les adultes.

Je ne parlerai pas d'un chef d'œuvre (il en faut quand même un peu plus), mais c'est en tout cas une sortie intéressante, qui mérite tout à fait sa récente sélection dans les 15 albums de l'année 2017 retenus par les critique de l'ACBD (voir le sujet correspondant).

En fait, c'est un livre fait pour tout ceux qui ont envie de découvrir "autre chose".  Very Happy


_________________
Et toujours ... Les œuvres de Lucas Harari Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

eleanore-clo

eleanore-clo
vieux sage
vieux sage

Bonjour

La dernière rose de l’été est un film ( Smile ) scénarisé, réalisé et photographié (dessiné) par Lucas Harari.

Les œuvres de Lucas Harari Rose_c10

Léo, jeune parisien rêvant de devenir romancier, croise par hasard son cousin. Celui-ci lui propose de surveiller des travaux de remise en état de sa maison. Notre héros accepte car il y voit un cadre idéal pour écrire. La bâtisse domine la mer Méditerranée et voisine une splendide villa où de jeunes oisifs festoient avec insouciance. La fille du propriétaire, la mystérieuse et sauvage Rose, attire d’ailleurs l’attention du timide Léo. Mais, deux disparitions viennent troubler cette atmosphère légère. Et la police commence son enquête…
Les œuvres de Lucas Harari Rose_r10

J’ai qualifié cette BD de film car les références au 7ème art et plus précisément à Alfred Hitchcock sont multiples. La villa, même si elle s’inspire du « paquebot immobile » d’Eileen Gray (https://fr.wikipedia.org/wiki/Villa_E-1027), ressemble beaucoup à celle de Philip Vandamm dans La Mort aux trousses (https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mort_aux_trousses ).
Les œuvres de Lucas Harari Rose_v10

Et l’ambiguïté de Rose fait penser à celle d’Eve Kendall, l’héroïne du film susmentionné. D’autres œuvres du maître britannique viennent aussi à l’esprit. Ainsi Léo observe longuement les faits et gestes des habitants de la villa, comme le faisait James Stewart dans Fenêtre sur cour (https://fr.wikipedia.org/wiki/Fen%C3%AAtre_sur_cour).
Les œuvres de Lucas Harari Rose_f10

L’utilisation du cadre enchanteur de la Riviera comme décor d’un thriller nous ramène bien évidemment à La Main au collet (https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Main_au_collet). Quant au dénouement, on pourrait penser à Psychose (https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychose_(film)) même si le rapport de parenté est cette fois beaucoup plus éloigné.

D’un point de vue technique, Harari multiplie les cadrages. Tel le grand cinéaste britannique, il multiplie les plans (gros plans, plans à deux, plan subjectif, panorama, etc.). De plus, l'accolement des vignettes crée un effet stroboscopique.

Une autre référence saute aux yeux, celle de La villa du Long-Cri de Rosy et Will (https://www.bedetheque.com/BD-Tif-et-Tondu-Tome-8-La-villa-du-Long-Cri-4443.html ). Certes le style du dessinateur est plus anguleux que celui de Will, mais les décors sont voisins. Et surtout l’utilisation d’une demeure comme moteur de l’anxiété est commune aux deux bandes dessinées.  

L’auteur tente une mise en abyme audacieuse en utilisant Martin Eden (https://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Eden), le roman quasi-autobiographique de Jack London. Je confie ne pas être totalement satisfaite de ce procédé car Léo est bien plus un doux rêveur qu’un aventurier même si les péripéties vont le transformer à l’instar d’un Walter Mitty (nouvelle référence cinématographique https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vie_r%C3%AAv%C3%A9e_de_Walter_Mitty  Cool ).    

La patte du dessinateur se retrouve surtout dans les dessins. On retrouve son amour de l’architecture moderne déjà mis en scène dans sa BD précédente. Le recours à des lignes brisées pour représenter les décors et les personnages témoigne d’une belle appétence pour la géométrie. Les couleurs oniriques se marient avec bonheur à une intrigue angoissante et parfois irréelle. Le dénouement de la BD est d’ailleurs ouvert et ouvre la voie à des interprétations différentes.

La dernière rose de l’été est une BD d’auteur, dans la droite lignée de L’aimant, mais avec des personnages plus riches et qui joue sur une variété de décors et de couleurs.

Eléanore

Raymond

Raymond
Admin

Merci pour cette belle critique !    pouce

J'ai feuilleté l'album samedi dernier et je me demandais si ce beau livre en valait la peine.  Wink

A te lire, j'ai compris que oui ! Tu cites de belles références.   Very Happy


_________________
Et toujours ... Les œuvres de Lucas Harari Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

5Les œuvres de Lucas Harari Empty harari dernière rose Dim 25 Oct - 9:59

Raymond

Raymond
Admin

Je n'ai toujours pas lu la Dernière Rose de l'été dont eleanore-clo a pourtant dit beaucoup de bien. Il faut dire aussi que chaque samedi, je me demande vraiment ce que je vais acheter car les tentations sont multiples.

Les œuvres de Lucas Harari Harrar17

ActuaBD en sort une bonne critique et je ne doute pas trop que ce soit une B^bonne BD. Mais voilà, il faut faire des choix.

https://www.actuabd.com/La-Derniere-Rose-de-l-ete-de-Lucas-Harari-Sarbacane-un-polar-aux-allures


_________________
Et toujours ... Les œuvres de Lucas Harari Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin

C'est incroyable ! J'ai fini par lire la Dernière Rose de l'été ... après tout ce temps !   Cool
 
Je ne l'ai même pas acheté, pour diverses raisons bonnes et mauvaises, peu importe (est-ce que c'est vraiment bien ? est-ce que j'ai la place ? où vais-je le ranger ? etc.). J'ai en fait longtemps procrastiné devant ce bouquin en librairie et puis ... je l'ai trouvé par hasard à la bibliothèque municipale ! Et là, je n'avais plus d'excuse !
 
Quand je lis un livre emprunté, je ne me sens pas obligé de lire le livre jusqu'au bout puisque je n'ai rien payé.  Wink   En conséquence, je l'arrête assez facilement si je n'y trouve pas un certain plaisir. Mais avec la "dernière rose", ça n'a pas été le cas. La lecture était non seulement fluide, et j'y ai aussi retrouvé la magie qui existait dans "L'aimant". C'est probablement dû au scénario qui est bien construit, certes, mais surtout à une étonnante ambiance qui mérite d'être discutée. Il est clair en tout cas que le style de cet album est assez singulier, et qu'on le savoure encore plus à la relecture (car j'ai eu très vite envie de le relire, pour élucider certains points qui n'étaient pas très clairs).
 
Eleanore-clo a décrit une ambiance qui évoquait certains films de Hitchcock, et il est vrai que j'ai moi aussi pensé à "la Main au Collet" en lisant cette histoire située sur la Côte d'Azur,. Il y a en effet dans cette BD une ambiance d'été avec une apparente indolence, une omniprésence des plages et de la mer, qui créent une longue attente avant que le récit s'accélère et que les énigmes se multiplient. Et puis, il y a aussi ce dessin plutôt caricatural, parfois rigide mais tout de même grâcieux, qui me rappelle certaines BD de Will, un autre dessinateur qui a beaucoup aimé saisir l'ambiance provençale. Et enfin, il y a ces couleurs étonnantes, parfois vives et parfois un peu jaunies, qui créent de séduisantes images, que l'on se plait à regarder pour simple plaisir des yeux.
 
Les œuvres de Lucas Harari Derniz14
 
Par moment, la lumière s'assombrit et les couleurs deviennent grisâtres. Il apparait alors la sensation de découvrir un autre monde, qui devient un peu plus triste et dur. Les scènes de pluie sont en particulier très belles et certaines d'entre elles m'ont irrésistiblement remémoré des images de "la Comète de Carthage", le fameux album d'Yves Chaland. Il n'y a là aucune imitation, bien sûr, et c'est plutôt une recherche assez semblable qui produit un même résultat. Il y a ainsi dans cette œuvre un cocktail de réminiscences, qui associe entre autres l'ambiance des films d'Hitchcock et les recherches "bédéphiliques" de Chaland. (*)
 
Les œuvres de Lucas Harari Derniz15
 
Les scènes nocturnes dominent la seconde moitié de l'album, lorsque le récit se transforme un peu plus en polar, et l'ambiance devient alors électrique. La nuit semble s'associer à une agressivité latente, voir même à la violence, mais le dessinateur nuance habilement ces changements de climat. L'intrigue prend plus d'intérêt et le temps n'est plus à la contemplation, mais il y a toujours cette atmosphère étrange, un peu éloignée du réel, et cette multitude d'images muettes qui ne demandent qu'à être contemplées.
 
Les œuvres de Lucas Harari Derniz16
 
Il me semble donc que l'ambiance particulière de cette BD provient avant du dessin, qui semble à première vue un peu dépouillé mais qui s'accompagne d'une recherche de style, d'une mise en scène un peu théâtrale et d'une apparence sophistiquée (pensons à la maquette du livre), et tout ceci qui donne à l'œuvre un caractère singulier. Ces particularités de confection éloignent la BD d'un réalisme plat et la rapprochent plutôt d'une pièce de théâtre dont elle possède la même intensité, les mêmes silences et le même onirisme. On n'est en fait plus très loin de l'art et ... il est au fond difficile de faire un meilleur compliment. C'est en tout cas une BD que je vais acheter, et relire, et contempler !     Wink




* On pourrait y ajouter la sensation de flânerie et l'attention aux petits détails quotidiens que l'on trouve dans les BD de Tillieux.


_________________
Et toujours ... Les œuvres de Lucas Harari Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé



Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum