Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'ombre des cathares - Jean Pleyers

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Aller en bas  Message [Page 3 sur 3]

stephane

avatar
vieux sage
vieux sage
Je n'ai tjs pas pu me connecter...

http://alixmag.canalblog.com/

jfty

avatar
grand maître
grand maître
stephane a écrit:Je n'ai tjs pas pu me connecter...
étonnant, le lien est correct Suspect

Damned

avatar
grand maître
grand maître
jfty a écrit:
stephane a écrit:Je n'ai tjs pas pu me connecter...
étonnant, le lien est correct Suspect

Je confirme : j'ai pu lire toute l'analyse, trés interessante d'ailleurs !

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Lion de Lisbonne

avatar
grand maître
grand maître
stephane a écrit:Je n'ai tjs pas pu me connecter...
Moi non plus ... scratch scratch scratch

Damned

avatar
grand maître
grand maître
Lion de Lisbonne a écrit:
stephane a écrit:Je n'ai tjs pas pu me connecter...
Moi non plus ... scratch scratch scratch

Et toujours aucun problême de mon coté : je viens de reéssayer à l'instant !

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Raymond

avatar
Admin
Pour ma part, c'est assez curieux. J'arrive sans problème à me connecter à Univers Alix depuis mon lieu de travail (qui fonctionne avec Windows 7), mais je n'arrive en revanche pas à le faire depuis mon ordinateur privé à domicile (qui fonctionne avec Windows XP).

Mystères de l'informatique ! scratch

Sinon, j'avais promis cette critique d'album à Jean-Marc, et je me suis abstenu au départ de faire trop de commentaires ici. Mais on peut maintenant en discuter. Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Damned

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Pour ma part, c'est assez curieux. J'arrive sans problème à me connecter à Univers Alix depuis mon lieu de travail (qui fonctionne avec Windows 7), mais je n'arrive en revanche pas à le faire depuis mon ordinateur privé à domicile (qui fonctionne avec Windows XP).

Mystères de l'informatique ! scratch


Pour info : Je suis en Windows 7 !

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

Raymond

avatar
Admin
J'ai réessayé le même lien cet après-midi depuis l'ordinateur privé, et ... ça marche (mais l'ordinateur a pris beaucoup de temps pour afficher la page) Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

59 Re: L'ombre des cathares - Jean Pleyers le Mer 30 Juil - 10:32

Draculea

avatar
grand maître
grand maître
J'ai lu hier soir L'Ombre des Cathares, album de la série que je ne connaissais pas encore.
La couverture, dont j'avais déjà vu des photographes, est d'une très grande beauté dramatique.
Certaines cases m'ont enchanté, comme celles-ci, dans les premières pages de l'histoire, lorsque Jhen, après avoir échappé à la Mefrraye et sa jeune complice revient au château de Tiffauges :

Image hébergée par servimg.com

J'ai ,eu la belle surprise de découvrir que Jhen et Gilles de Rais font étape à Conques que je connais bien et d'admirer des vues du village et de l'abbatiale qui sont d'une grande fidélité au lieu. Notamment, j'ai constaté que la place située devant le tympan et le porche n'a guère changé depuis l'époque où les deux héros de ce récit sont censés accomplir leur pèlerinage :

Image hébergée par servimg.com

Les scènes à l'intérieur de l'édifice, notamment dans la crypte des reliques de Sainte Foy sont superbes, comme par exemple dans cette case :

Image hébergée par servimg.com

Pourtant, dans l'ensemble, la conception graphique de cet album m'a quelque peu surpris. Je n'ai pas été surpris de lire ce matin dans le fil de conversation à son sujet que d'autres lecteurs ont également eu le sentiment d'une sursaturation parfois excessive des couleurs. Si on compare cet album avec d'autres parmi ceux que je connais, antérieurs ou à l'opus suivant, Draculea, (quoique celui-ci se passe dans des paysages de neige il comporte de nombreuses scènes d'intérieur où les rouges apparaissent souvent), on note une palette, due à Corinne Pleyers, moins subtile, moins nuancée, trop uniformément brutale.
Mais le dessin aussi me semble moins fin : le trait est souvent plus rude et plus épais, et il semble que Pleyers ait pris conscience de ce fait puisque on retrouve dans Draculea la finesse graphique qui le caractérise d'ordinaire.
En dehors de cela, l'idée maîtresse du scénario, qui rappelle celle du Secret des Templiers, n'est pas inintéressante, même si elle est nécessairement un peu redondante et si son traitement ne m'a pas réellement passionné. Je retiens toutefois que le récit a le sens des ambivalences et c'est un point à porter à son crédit, de même que j'ai apprécié l'idée de proposer un cheminement spirituel de Gilles de Rais, conduisant celui-ci à accomplir une sorte de rédemption, pour combien de temps ?
En définitive, L'Ombre des Cathares me semble être un album de transition, honnête mais sans éclat - en dehors de celui des couleurs parfois trop percutantes ! Je préfère de très loin le magnifique Draculea dont je trouve le récit beaucoup plus prenant, peut-être aussi parce que servi par un dessin et une mise en couleur de très grande beauté !

http://www.marchenriarfeux.net

Suréna

avatar
alixophile
alixophile
Je dois dire qu'avec l'ombre des cathares, j'étais surtout content de retrouver Pleyers, mais le scénario avec ses allusions lourdingues à Otto Rahn m'a plutôt déplu. De même, moins que dans la Sérénissime cependant, on retrouve l'"hystérie" de Pleyers qui est très prégnante dans sa série Giovani mais plus maîtrisée dans les scénarios de Martin. Il dessine bien, mais il veut rendre le mouvement par des courses sans fin, des cris qui déchirent l'image, il peut être parfois très fatigant. Heureusement ses chênaies me repose.

Tarmac

avatar
grand maître
grand maître
Suréna a écrit:Je dois dire qu'avec l'ombre des cathares, j'étais surtout content de retrouver Pleyers, mais le scénario avec ses allusions lourdingues à Otto Rahn m'a plutôt déplu. .

C'est vrai,je n'y avais pas pensé. Mais cela donne une dimension ésotérique au scénario.
La région a toujours attiré des archéologues,et chercheurs de trésors (Wisigoths-Cathares-entre autres ..) Very Happy

Raymond

avatar
Admin
A l'époque du blog Universalix, géré par Jean-Marc, j'avais fait une petite critique de cet album.

Comme le blog a disparu depuis plusieurs années, j'ai trouvé dommage que ce travail soit perdu. Je remets donc ici en ligne cette petite chronique de l'Ombre des Cathares.
Wink


La sortie d’une nouvelle aventure de Jhen est toujours un événement pour les amateurs de BD médiévale, et pour les admirateurs de Jacques Martin. Avec la sortie de « l’Ombre des Cathares »,  je pense qu’ils ne seront pas déçus car cet album  offre deux bonnes surprises.  Tout d’abord, il permet de retrouver un Jean Pleyers en pleine forme. Son graphisme reste en effet totalement fidèle au style des premiers récits, et  le lecteur a le sentiment de bien reconnaître ses personnages.



L’autre bonne nouvelle, c’est que le scénariste reprend la suite de la saga de Gilles de Rais. Avouons-le, les meilleurs récits de Jhen se sont toujours organisés autour de la personnalité inquiétante du connétable (que Jacques Martin voyait d’ailleurs comme le principal personnage de la série). C’est ainsi qu’au début de l’histoire, nous retrouvons le grand seigneur qui est à nouveau hanté par les remords et les fantômes de ses victimes. Il n’est plus que l’ombre de lui-même et il doit purifier son âme par un acte de dévotion. Un pèlerinage s’impose et Jhen lui propose de se rendre à Conques, pour y prier devant les ossements de Sainte Foy. Le seigneur déchu pourra y bénéficier des effets miraculeux de la relique et le récit démarre ainsi comme la chronique presque ordinaire d’un pèlerinage.  Le voyage des personnages permet de visiter en passant Poitiers, Aurillac, Conques et Albi, et Pleyers représente à chaque fois ces villes médiévales avec un grand luxe de détails.



Estimant peut être qu’une telle intrigue serait trop simple, le scénariste introduit une autre aventure dès la moitié de son récit. Dans l’abbatiale de Conques, Gilles de Rais guérit rapidement de ses démons, mais les pèlerins doivent alors affronter les derniers survivants de la religion cathare, qui n’ont aucune bienveillance envers les catholiques. Un moine informe Jhen que les hérétiques possèdent le vase du Saint-Graal et les deux compères entament une deuxième quête, plus dangereuse mais aussi plus improbable. Il me semble que le récit perd dès lors sa rigueur initiale. L’aventure devient plus fantaisiste, tandis que les lieux semblent moins précis et que certains personnages réapparaissent de façon surprenante. L’histoire avance par ailleurs rapidement, et elle me semble manquer un peu de « chair », je veux dire par là de ces petits détails qui peuvent donner un sentiment de vécu. De plus, certaines ellipses ne permettent pas toujours de bien suivre la  logique des événements. C’est ainsi que je me demande encore comment Jhen, qui s’enfonce avec Gilles de Rais dans les profondeurs d’une caverne, se retrouve brusquement au sommet d’un château fort, pour y affronter ses adversaires.



Sinon, il faut remarquer que le dessin de Jean Pleyers  continue d’évoluer. Le dessinateur a définitivement abandonné le carcan des quatre bandes par page, et les vignettes y gagnent un agrandissement bienvenu. La séquence d’image devient plus laconique, car il y a moins de cases intermédiaires, et la grande taille des dessins met bien en valeur le style expressionniste de l’illustrateur. Cela permet aussi d’apprécier la finesse de certains décors, de même que les détails pittoresques que Pleyers adore insérer au sein de ses vignettes. L’image ci-dessous montre par exemple l’arrivée de Jhen et Gilles de Rais à Albi, et elle prouve mieux qu’un long discours le plaisir de dessiner qui anime son auteur.



La fin de l’aventure fait intervenir des forces surnaturelles, mais elle reste assez conforme aux conventions de ce genre de récit. Comme on pouvait s’y attendre,  le Saint-Graal garde finalement tout son mystère.



Au total, l’intrigue de « l’Ombre des cathares » peut susciter quelques réserves, mais c’est un album qui retrouve pleinement le style et les personnages de la série. Il est magnifiquement dessiné et il m’apparait être le meilleur de ces dix dernières années. Il faut espérer que les auteurs continueront dans cette voie pendant les années à venir.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Tarmac

avatar
grand maître
grand maître
pouce Raymond, cette critique éclairée me donne envie de relire "L'ombre des cathares".
Entre cet album et "Draculea" J Pleyers avait restitué deux excellents albums dans la plus pure tradition. Je me réjouis de la sortie prochain Jhen de Pleyers.

Draculea

avatar
grand maître
grand maître
C'est amusant : je l'ai relu il y a quelques semaines. Il est vrai que cet album renferme des trésors des dessin et de mise en couleur, par exemple les scènes somptueuses de l'intérieur de la crypte de Sainte Foix de Conques, ou le porche de Notre Dame La Grande de Poitiers dont Raymond montre l'image ci-dessus. Dans l'album suivant de Pleyers, Dracuela, que je relis en ce moment avec beaucoup d'attention, le dessin me semble avoir moins de luxuriance mais plus de finesse. Que sera la manière du prochain album ? Nous verrons cela très bientôt j'espère !

http://www.marchenriarfeux.net

Raymond

avatar
Admin
Ce qui est supérieur, je trouve, dans Draculea, c'est le scénario. Cornette et Frissen ont écrit pour Jhen trois récits remarquables, à la fois passionnants (sur le plan du suspense) et intelligents (sur le plan historique) et c'est vraiment une bonne nouvelle que ce duo continue de scénariser la série.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Draculea

avatar
grand maître
grand maître
Je suis tout à fait d'accord avec toi. Il est indéniable qu'il n'y a pas de commune mesure entre le récit passionnant que nous raconte Draculea et l'histoire en déséquilibre que tente difficilement, mais non sans charme, d'unifier L'ombre des Cathares. Draculea, malgré sa référence au mythe du vampire dans sa source originelle enchâssée à l'Histoire, sait transfigurer sa matière dans un réflexion profonde qui évite toute lourdeur ésotérique et livresque. On n'a pas besoin de connaissances préalables pour en goûter le sens et en tirer des méditations.

http://www.marchenriarfeux.net

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 3 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum