Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le deal à ne pas rater :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : où le précommander ?
14.50 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La case mémorable

+9
Totoche Tannenen
Draculea
Murakami
eleanore-clo
Godot
Raymond
Ethan
FANTOMIALD
Pierre
13 participants

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Aller en bas  Message [Page 10 sur 11]

226La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Dim 11 Juil - 18:30

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage

Ah oui !!!!!!!! Je m'en souviens également !!!!!!! cheers C'est une case très impressionnante ! Tout est dans cet extraordinaire cadrage angoissant !

http://www.marchenriarfeux.net

227La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Lun 12 Juil - 10:00

Raymond

Raymond
Admin

Et toujours dans l'univers de Walt Disney, il y a le fameux Oncle Picsou. C'est un personnage pour lequel j'avais moins d'attaches ... jusqu'à ce que je lise la très belle Jeunesse de Picsou de Keno Don Rosa. C'est un véritable chef d'oeuvre et sa lecture m'avait tellement ému que j'en avais parlé dans mon blog !

La jeunesse de Picsou par Keno Don Rosa - Les lectures de Raymond (over-blog.com)

La dernière image de cette formidable saga m'avait particulièrement frappé. Après une jeunesse marquée par d'incroyables aventures et par une irrésistible ascension sociale, Picsou devient aigri avec l'âge et s'éloigne finalement de ses amis et de sa famille. Il fait tardivement connaissance avec Donald et ses neveux mais il trouve surtout du réconfort en s'immergeant dans son grand coffre plein de pièces de monnaie. Donald s'en offusque mais ses neveux lui donnent plutôt tort. Et en fait, si Picsou s'isole ainsi dans son coffre, c'est tout simplement parce que chaque pièce qui s'y trouve a sa propre histoire.


La case mémorable - Page 10 Picsou13


Cette conclusion est magnifiquement humaine.    sunny


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

228La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Mer 14 Juil - 15:31

Raymond

Raymond
Admin

Les mélodrames sont souvent à l'origine de scènes très fortes, et de certaines images mémorables.   Very Happy

Et parmi ces mélodrames de ma jeunesse, je me remémore en premier d'une scène de Jari et le Champion, une BD légèrement larmoyante de Raymond Reding. Cette oeuvre devint d'ailleurs pendant quelques années une série vedette du journal Tintin.

Dès le début de cette première aventure, Jari est un pauvre orphelin qui a été accueilli par sa tante. Puis il devient l'ami du joueur de tennis Jimmy Torrent et lorsque sa tante meurt à son tour, Jari va tout naturellement visiter "le champion". Et quand l'enfant lui annonce cette situation, Jimmy Torrent est fortement ému. Il décide bien sûr de l'héberger et on découvre alors une belle case, qui est pour moi mémorable.  

La case mémorable - Page 10 Jari-s10

Jimmy Torrent qui était déprimé se ressaisit aussitôt ! Et il va s'occuper de Jari.

Dans le mélodrames, même les pires situations s'arrangent facilement.   Wink


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

229La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Jeu 15 Juil - 9:39

Raymond

Raymond
Admin

Et quand je parle de situations mélodramatiques, je pense instinctivement au Fleuve Shinano, le magnifique roman-fleuve de Kazuo Kamimura qui fût certainement ma meilleure lecture de l'année 2019. J'avais d'ailleurs commenté en détail de cette oeuvre sur cette page du forum :

kamimura - Kazuo Kamimura (forumactif.com)

Kamimura utilise de multiples moyens pour exprimer la violences des scènes ou des sentiments. Il n'hésite donc pas à agrandir ses cases autant qu'il le faut, en s'étendant parfois à toute la largeur de deux pages. C'est ce que l'on peut voir dans cette scène qui montre la stupéfaction d'un des personnages devant le spectacle d'amours coupables. On remarquera en passant que la découverte de cette image doit suivre le mouvement de lecture de droite à gauche, propre aux japonais. 

La case mémorable - Page 10 Fleuve21

Ce n'est que l'un des multiples moments forts, parmi d'autres, de cet album car le Fleuve Shinano est une oeuvre énorme, à la fois dure, poétique et impitoyable !   sunny


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

230La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Sam 17 Juil - 10:00

Raymond

Raymond
Admin

La mort d'un personnage de BD est toujours un temps fort, et certains auteurs n'ont pas hésité à trucider un de leurs héros pour diverses raisons. Parfois, ils le faisaient pour créer un bel effet et relancer un peu l'intérêt de leur feuilleton, mais il arrivait aussi que le dessinateur se soit un peu lassé de sa création et qu'il décide d'utiliser les grands moyens.   Smile

Dans mes souvenirs, le premier assassinat d'un personnage par son auteur dont j'aie pu voir une image fût la fameuse mort de Fritz le Chat, assassiné par Crumb au début des années 70. Suite à la sortie d'un dessin animé qui lui avait été consacré, ce personnage rencontrait un tel succès (et une telle demande en matière de dessins) que Robert Crumb finit par s'énerver. Et il décida sans pitié de massacrer Fritz avec un pic à glace.

La case mémorable - Page 10 Crumb_10

Fritz le Chat était au fond un personnage secondaire dans la carrière de Crumb, et ce ne fût pas une grande perte. Par ailleurs, cette mort était bien amenée car elle concluait une petite histoire dans laquelle Fritz (rendu vaniteux par son succès) se comportait d'une manière odieuse avec les femmes. Mais tout de même ... je fus un peu peiné de découvrir cette mort violente et je n'ai jamais oublié cette terrible image !

La case mémorable - Page 10 Crumb_11


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

231La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Sam 17 Juil - 10:25

eleanore-clo

eleanore-clo
vieux sage
vieux sage

Pour changer totalement de registre, voici une case dessinée par 'Hergé.

La case mémorable - Page 10 Temple10

J'adore le plan choisi. Nous sommes placés derrière les héros et marchons avec eux en direction du Temple du Soleil. Voilà qui me rappelle de belles randonnées et autres treks Very Happy .

N'ayant pas encore été au Pérou, je ne suis pas certaine que la présence des cactus Saguaro soit botaniquement juste. Mais peu importe, le mariage entre la flore, la faune et le paysage est optimal. Après tout, le rêve a t-il besoin d'être réel ?

Bonne journée
Eléanore

232La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Dim 18 Juil - 10:13

Raymond

Raymond
Admin

Jean-Michel Charlier l'admettait lui-même, ses scénarios utilisaient de grosses ficelles (il disait même "des cordes") et il ne ménageait donc pas ses effets narratifs !

Un des trucs les plus classiques de Charlier était de promener son personnage dans un sombre couloir (ou dans une dangereuse forêt), en racontant lentement sa progression et en lui faisant finalement découvrir quelque chose lorsque la page se terminait. Le dessinateur montrait alors le héros ayant les yeux écarquilés et s'exclamant "oh !" ou alors "ce n'est pas possible !". Et le lecteur devait attendre la semaine suivante pour savoir ce qu'il avait trouvé (ce qui n'était souvent pas très important).   Very Happy

Ce genre de scène était particulièrement fréquente dans les premières aventures de Jacques Le Gall, qui étaient dessinées au lavis par l'excelent Mitacq dans le journal Pilote. Je trouvais cete série assez rigolote, parce que le personnage y utilisait les mêmes exclamations que Buck Danny, d'une façon parfois plus caricaturale.   

Il y a donc beaucoup d'images de ce genre dans les histoires de Jacques Le Gall et, d'une certaine manière, elles sont elles aussi mémorables. Je vous en montre une qui provient du Lac de l'Epouvante, un récit dans lequel le jeune héros affronte des criminels nazis.  Cool


La case mémorable - Page 10 Legall11


Mais peut-être êtes-vous désireux de savoir ce qui provoque une aussi grande terreur dans les yeux de Jacques Le Gall ?   Wink

Essayez d'abord de le deviner, et je vous donnerai ensuite la solution !


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

233La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Mar 20 Juil - 12:10

Raymond

Raymond
Admin

Je travaille beaucoup sur l'interview de Derib en ce moment, et je pense donc à certaines de ses images qui sont restées mémorables.

J'ai ainsi un très beau souvenir de ma découverte du premier album de Yakari, intitulé Yakari et Grand Aigle. C'est bien sûr une BD pour les enfants mais les auteurs y ont intégré ce que Derib appelle "l'esprit indien", c'est à dire une présentation assez empathique et philosophique du monde des peaux-rouges, et cela donnait à la BD une intelligence et une dimension inattendue. J'ai découvert cet album au début des années 70 et certaines scènes, qui mettaient le petit indien en face de l'aigle, m'avaient beaucoup ému. Mais en vérifiant sur pièce, c'est à dire dans l'album, je me suis à nouveau rendu compte que l'on se fait piéger par ses souvenirs. Et la case mémorable que je voulais vous montrer est bien plus belle dans mes souvenirs que dans la réalité.

J'avais en tête une case majestueuse et ornée de belles couleur, alors qu'elle est toute petite et très sombre. Je vous montre cette image tout de suite !

La case mémorable - Page 10 Yakari14

Et je réalise aujourd'hui que ce qui m'avait ému, ce n'était pas seulement l'image elle-même, mais bien toute la séquence qui montre un Grand Aigle a la fois protecteur et éducateur vis-à-vis du petit indien.

La case mémorable - Page 10 Yakari15

Les souvenirs sont souvent trompeurs, mais la scène reste très belle !   sunny


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

234La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Sam 24 Juil - 13:34

marbou


lecteur émérite
lecteur émérite

Concernant Jacques le Gall, Jacques se retrouverait en face des vilains nazis alors qu'il pensait les avoir semés que cela ne m'étonnerait pas !
Bon, je triche, j'adore Cette série de MiTacq et Charlier, et cet épisode est mon préféré. Je ne l'ai pas relu récemment, mais j'ai relu "Le secret des Templiers", pleins de ficelles de la taille d'une corde, mais tellement délectable ! J'aime aussi cet épisode étant attaché à cette région du Vexin où se déroule l'histoire.

235La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Dim 25 Juil - 16:23

eleanore-clo

eleanore-clo
vieux sage
vieux sage

Bonjour

Voici un dessin dont on a peut être parlé sur le forum (?) mais qui me semble pleinement à sa place dans ce fil de discussion.

Il est extrait de Z comme Zorglub.
Je confie, à contre-courant de beaucoup, ne pas apprécier cette BD. Et pourtant, ici, Franquin confine au génie.

Que voyons-nous ?

La case mémorable - Page 10 Z_comm10

Fantasio, Champignac et Spirou regardent Zorglub s'éloigner dans la nuit. Le savant fou est sur une humble bicyclette et se dirige vers on ne sait où... Enfin, le lecteur le sait mais cette vignette ne le dit pas explicitement.
J'adore le contraste entre les 3 déclinaisons de la puissance de Zorglub :
- la lune avec la publicité pour Coca Cola témoigne d'une maitrise scientifique presque totale. Peindre une inscription géante sur notre satellite représente un succès prodigieux,
- mais, alors qu'une armée de reporters ou de zorglhommes devraient saluer l'évènement, nous ne voyons ici qu'un modeste "soldat", bien isolé, et ce ne sont pas les trois malheureux saluts dans le lointain qui viendront atténuer cette impression de solitude,
- et surtout, le génie est juché sur une petite et lente bicyclette, à mille lieues des fantastiques zorglumobiles.
Donc Franquin se veut ici moral. Il nous montre la déchéance du puissant, qui passe du statut de demi-dieu à celui d'homme :  arx Tarpeia Capitoli proxima (Il n'y a pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne). Le vent a tourné. La morgue du savant fou a disparu en même temps que son hubris. Et son ultime tentative ne lui apportera ni gloire ni célébrité mais plutôt des moqueries du fait que l'inscription est écrite à l'envers.

Le recours a une scène nocturne amplifie encore la démonstration. Zorglub est loin du soleil et de la splendeur (Louis XIV) mais se cache dans la nuit. Et le volet cassé de la maison sur la gauche crée un sentiment de désolation. La maison en ruine en devient une métaphore de l'empire de Zorglub.
La vignette se lit de gauche à droite, en partant de Fantasio et se concluant sur Zorglub, dans un curieux raccourci : la victime du début de l'album contemple son ancien bourreau.

Les mains ballantes de Champignac et Spirou témoignent d'une certaine tristesse, d'un signe d'impuissance et peut être d'une certaine compassion.

Une vignette de génie  Very Happy .

Eléanore

236La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Lun 26 Juil - 18:18

Raymond

Raymond
Admin

C'est curieux ! Tu confies "ne pas apprécier cette BD" mais en même temps, tu en dis beaucoup de bien.   Wink

Ceci dit, je suis bien d'accord avec toi : cette case est remarquable ! Je l'aurais même bien vue comme conclusion de l'album mais ... voilà, Franquin avait une autre idée !

Et bien sûr, l'idée de Franquin était plus malicieuse. Il ne voulait pas de fin nostalgique et il a probablement eu raison. Il a ainsi préféré ce joli gag final !

Je vous le montre, bien sûr !

La case mémorable - Page 10 Franqu30


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

237La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Mer 28 Juil - 18:39

Raymond

Raymond
Admin

Les cases mémorables sont parfois construites d'une façon très simple ! Elles imprègnent alors la mémoire du lecteur par la force de leurs coloris, par l'originalité de l'image ou par leur récurrence qui peut devenir symbolique du récit tout entier. Et c'est un peu tout cela qui explique ma case mémorable d'aujourd'hui ! Elle est extraite d'un album de Lorenzo Mattoti qui est paru pendant les années 80 et qui s'intitule Feux. Beaucoup de critiques admettent que c'est un petit chef d'oeuvre de ces années-là !

Et voici donc cette image de "Feux" qui me vient obstinément à l'esprit lorsque l'on parle de ce titre. C'est une scène nocturne qui parait un peu abstraite, mais elle ne l'est pourtant pas du tout !  Wink   La voici !

La case mémorable - Page 10 Mattot10

Présentée ainsi isolément, cette case n'apparait pas très frappante, sauf bien sûr par la vivacité de de ses couleurs. Elle représente en fait une explosion dans la nuit, suite à l'envoi d'un obus par un cuirassé militaire. Ce bombardement est bien sûr répétitif et ces terrifiantes images d'explosions se multiplient, devenant peu à peu emblématiques du livre. Mais regardons maintenant la page tout entière, qui vous expliquera un peu mieux la signification de l'image !

La case mémorable - Page 10 Mattot11

Ces beaux éclats rouges entourés d'un fond noir très profond représentent ainsi un véritable enfer ! Les corps brûlent et se tordent dans tous les sens, mais les couleurs restent surprenantes et étonnament belles. Mais ne vous y trompez pas ! Malgré ces contradictions apparentes, l'ensemble du récit reste graphiquement et narrativement très logique. 

Cet album est en fait une des plus belles réussites de Mattoti, un auteur italien dont les qualités sont essentiellement "graphiques". Il mène par ailleurs en parallèle une très belle carrière d'illustrateur et ses art-books sont tous magnifiques.

Je vous conseille donc de découvrir une fois Feux, une BD qui est au fond très simple à lire. Et si vous aimez cette oeuvre, vous apprécierez aussi "Murmures" du même Mattoti, qui propose des couleurs plus fraiches et une atmosphère plus intrigante, produisant une bande dessinée tout aussi mémorable que poétique.


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

238La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Jeu 29 Juil - 10:25

Raymond

Raymond
Admin

Les Tuniques Bleues sont depuis 50 ans une des séries vedettes des éditions Dupuis, à la fois construites pour l'humour et respectueuses d'une très classique tradition graphique.

On a oublié qu'à ses débuts, cette série sentait un peu le souffre. Cette BD introduisait en effet la violence, de même que la méchanceté et le pessimisme, dans un journal qui avait toujours cherché à être drôle et instructif. Cette belle modernité des Tuniques Bleues fût la première explication de son succès au début des années 70.

A la base de ce succès, il y avait bien sûr la malice de Cauvin, mais aussi le dessin féroce et très singulier de Louis Salvérius, un dessinateur que l'on a aujourd'hui complètement oublié. Je continue d'ailleurs à penser (50 ans après) que Salvérius reste le véritable dessinateur des Tuniques Bleues, et que Lambil n'est qu'un pâle imitateur de son style. Mais bien sûr, vous serez assez nombreux à ne pas être d'accord.   Wink

La case mémorable d'aujourd'hui vous donne un bel exemple de cette dureté des images de Salvérius. Quand il dessine des militaires, il ne le fait souvent pas pour rire et il s'applique à illustrer la férocité (ainsi que l'absurdité) de la guerre. C'est ainsi que cette image, provenant du seconde tome des Tuniques Bleues intitulé Du Nord au Sud, impose ie réalité effrayante de la Guerre de Sécession. Le trait de Salvérius reste assez simple, mais il est également sec et précis et il en résulte une scène épouvantable. Le dessinateur n'utilise aucun effet graphique sophistiqué et l'image devient très sérieuse, alors que la série repose tout de même sur un certain type d'humour.

La case mémorable - Page 10 Tuniqu12

Au départ, les Tuniques Bleues étaient en fait une oeuvre un peu ambigue.  Je trouvais qu'elle contenait une belle alternance d'humour et de sérieux et que ceci lui donnait une certaine intelligence. Avec Lambil, le dessin est ensuite devenu plus mou et la BD perdait ainsi une partie de son charme. Les personnages n'étaient plus aussi grimaçants, tandis que la dureté de la guerre passait un peu au second plan. L'oeuvre devenait dès lors une pure BD pour les enfants et même si certains albums de Lambil sont excellents, les Tuniques Bleues n'étaient plus qu'une simple bande dessinée d'humour. 

Pour ma part, je l'ai toujours regretté.


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

239La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Sam 31 Juil - 10:45

Raymond

Raymond
Admin

Mais je parle surtout de très anciennes BD, dans cette rubrique. Essayons maintenant de citer quelques publications plus récentes !  

Et en pensant à ces dernières années, il y a une image de Cosey qui me revient tout de suite en mémoire. Elle est bien sûr pleine de romantisme et résume très bien cette magnifique surprise que fût Mickey - Une Mystérieuse Mélodie, publiée chez Glénat en 2016.

Je rappelle brièvement le contexte ! Dans cette histoire, Mickey est un scénariste de cinéma qui travaille pour Hollywood et qui doit amener son travail au studio. Pendant une nuit, lors d'un voyage en train vers Los Angeles, il se retrouve à côté d'une mystérieuse inconnue dont il ne peut pas voir le visage, à cause de l'obscurité. Puis pendant son sommeil, Mickey entend une mystérieuse mélodie et lorsqu'îl se réveille au matin, l'inconnue a disparu avec les documents qu'il portait sur lui. Dès lors, Mickey s'interroge sur cette jeune femme, en ayant pour seul indice un petit air de musique. Il n'a en principe aucun espoir de la retrouver mais la demoiselle se rend compte qu'elle a emporté par mégarde un manuscrit et elle averti les employeurs de Mickey. Ce dernier se rend alors vers la maison de l'inconnue et il entend à nouveau la mystérieuse mélodie. C'est un moment que je trouve réellement magique, et Cosey l'enveloppe avec une très belle lumière !

La case mémorable - Page 10 Cosey-22

Cosey est tout simplement un poète de la bande dessinée !    sunny


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

240La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Ven 6 Aoû - 11:30

Raymond

Raymond
Admin

Il n'est pas facile de choisir des cases mémorables parmi les publications toutes récentes. Le choix devient alors très subjectif et je ne me rappelle pas forcément d'images qui m'ont fait plaisir.

En fait, ce sont surtout des images intenses qui me viennent facilement à l'esprit. Et c'est ainsi que je me souviens de ce très corrosif roman graphique d'Emil Ferris qui s'intitulait Moi ce que j'aime c'est les Monstres et qui a été publié en 2018. Mon appréciation était au départ mitigée mais il m'avait bien fallu reconnaître que c'était une oeuvre très forte. Il est en tout cas difficile d'en oublier les images, qui sont très singulières.

Notons au passage que cette BD a son propre sujet dans notre forum !   Wink

monstres - Moi ce que j'aime c'est les monstres (forumactif.com)

Moi ce que j'aime c'est les monstres raconte la triste vie d'une jeune fille qui se sent laide et misérable. L'héroïne du livre s'identifie pour cette raison à un monstre. Elle vit donc dans un étrange univers imaginaire qui la conduit à faire une petite enquête dans une ville un peu désolante, où apparaissent d'effrayantes visions qui lui sont devenues familières. 

Emil Ferris dessine cette histoire en changeant sans arrêt de style graphique. Cette variété donne beaucoup de force à certaines images qui sont souvent de grande taille, et qui alternent des illustrations romantiques, horribles ou grotesques.

Voici par exemple une de ces images frappantes, avec des personnages assez ordinaires dont les sentiments sont totalement exacerbés !

 La case mémorable - Page 10 Ferris11

Parfois, c'est la mélancolie qui prédomine et on découvre le personnage principal qui essaie de survivre dans un monde grisâtre. C'est ainsi qu'elle nous devient sympathique.

La case mémorable - Page 10 Ferris12

Mais cette mélancolie est passagère et le monde imaginaire de la jeune fille réapparait rapidement. On découvre alors de nouvelles images de monstres dont l'aspect est généralement affreux, mais qui ne sont pas forcément mal intentionnés.   Wink

La case mémorable - Page 10 Ferris13

Précisons au passage que ce gros roman d'Emil Ferris est plutôt agréable à relire car on y apprécie alors mieux la violence de ses émotions. On y découvre également un univers qui est au fond très cohérent.

Un deuxième tome devrait normalement suivre, car l'histoire n'est pas finie, mais Emil Ferris est une dessinatrice qui travaille lentement. On ne sait donc pas quand paraîtra la suite mais il ne fait nul doute que l'on aura à nouveau l'occasion de parler d'une façon constratée de cette BD exceptionnelle.


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

241La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Lun 9 Aoû - 9:55

Raymond

Raymond
Admin

Les images de Catherine Meurisse sont toutes simples mais elles possèdent parfois une véritable force émotionnelle. Cette caractéristique est particulièrement remarquable dans la Légèreté, ce magnifique album que la dessinatrice a composé au printemps 2015, afin d'exorciser le chagrin et l'horreur provoquées par le massacre de ses collègues de Charlie Hebdo.

La légèreté, c'est ce que l'on perd définitivement après un grand deuil. On peut à la longue surpasser un chagrin, mais on ne peut jamais retrouver l'insouciance heureuse et la merveilleuse sensation de liberté qu'apportent au départ la jeunesse et le succès. Et cette perte définitive de la légèreté, Catherine Meurisse la présente sous la forme de longues promenades pensives et moroses, parfois éclairées par de fugitives couleurs aux teintes nostalgiques. Les paysages décrivent ainsi avec une belle sincérité l'humeur de la dessinatrice, et certaines images de l'album, qui semblent hésiter entre un triste coloris vert-grisâtre et de voluptueuses teintes roses et mauves, sont téellement inoubliables.

La case mémorable - Page 10 Meuris10

Aujourd'hui, il ne fait pas de doute que Catherine Meurisse est une future grande classique.


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

242La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Jeu 12 Aoû - 11:26

Raymond

Raymond
Admin

Zeina Abirached est une dessinatrice libanaise émigrée en France. Ses albums sont plutôt rares mais toujours d'une très grande qualité, et je lui ai pour cette raison ouvert un sujet dédié dans notre forum.

abirached - Zeina Abirached (forumactif.com)

Son plus grand succès est certainement le Piano Oriental, un ouvrage en grande partie autobiographique dans lequel la dessinatrice raconte une entreprise de son oncle qui avait été effectuée pendant les années 60. Cet oncle avait alors fabriqué un piano spécial, justement nommé "piano oriental", sur lequel on pouvait jouer les quarts de ton indispensables pour l'interprétation de la musique arabisante. Cet intrument n'avait hélas rencontré aucun succès et il est devenu une sorte de curiosité historique. 

Cette histoire assez triste est dessinée dans un style évidemment oriental, qui montre souvent de grandes masses de noir et blanc au contenu un peu géométrique et aux bords finement ciselés et dentelés. L'architecture des planches est ainsi très variée, parfois même assez complexe, mais la lecture de cette BD n'est jamais difficile. C'est bien sûr un petit chef d'oeuvre du 9ème Art !


La case mémorable - Page 10 Abirac10

A la fin du récit, l'autrice qui habite maintenant en France décide de revoir son pays. Elle prend l'avion, arrive à l'hôtel, puis ouvre les volets qui ferment sa chambre. Elle y découvre une belle vue sur Beyrouth mais le paysage lui semble incomplet. Elle prend alors un crayon et décide de compléter ce paysage, en traçant une ligne représentant l'horizon sur la mer. Cette dernière case (un peu surréaliste) de l'album est superbe, mais également très énigmatique.


La case mémorable - Page 10 Abirac11

L'image est bien sûr une sorte de parabole mais je n'ai jamais réussi à bien la comprendre. Est-ce simplement un sentiment d'incomplétude ? Ou alors de la nostagie ? Il y a probablement un peu de tout cela dans cette case qui est devenue pour moi mémorable, à force de titiller ma curiosité. Et aujourd'hui encore, je m'interroge un peu sur sa signification.   Wink


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

243La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Jeu 12 Aoû - 13:30

arsen33


license ès BD
license ès BD

C'est étrange, il n'y a pas de tour Eiffel à Beyrouth...
Par contre, il y a la mer...
Ça n'est pas plutôt une image d'une fenêtre de Paris et l'auteur dessine une ligne d'horizon avec un bateau pour rappeler Beyrouth?

244La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Jeu 12 Aoû - 15:13

Raymond

Raymond
Admin

Je me l'étais bien sûr demandé mais j'en avais conclu que non.   scratch

Maintenant, en relisant le dernier chapitre ... je pense que je m'étais trompé ?     Idea

Voici d'abord comment débute le dernier chapitre. On y voit Zeina Abirached elle-même qui va faire un voyage en avion. Elle regarde par la fenêtre et y contemple une ville, que je pensais être Paris. Mais ne serait-ce pas plutôt Beyrouth ?

La case mémorable - Page 10 Abirac12

Elle part ensuite à l'aéroport (je ne montre pas toutes les pages) et elle fait son voyage. Elle se retrouve alors dans un appartement dont les volets sont fermés.

La case mémorable - Page 10 Abirac13

Elle ouvre les volets et on découvre les toits d'une ville ... avec probablement en effet la Tour Eiffel. Zeina n'a ainsi pas voyagé de Paris à Beyrouth ! Elle a plutôt fait le contraire.

La case mémorable - Page 10 Abirac14

Dès lors, tout devient très simple ! Zeina Abirached ajoute à ce panorama un horizon maritime et elle a le sentiment de se retrouver au Liban. Cette image prend enfin du sens !   sunny

La case mémorable - Page 10 Abirac15

Merci arsen33 !     pouce


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

245La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Ven 13 Aoû - 10:54

Raymond

Raymond
Admin

Blutch est certainement un des tous grands auteurs actuels de bande dessinée, même s'il est difficile de distinguer une oeuvre qui soit emblématique de toute sa production. Ses bandes dessinées remettent en tous cas en question le vieil équilibre entre le scénario et les images qui avait été fixé par les grands classiques belges. Chez Blutch, le récit n'a souvent qu'une importance secondaire et le dessin est par ailleurs un domaine d'expérimentations incessantes.

Il me semble que Péplum est un de ses plus grands chefs d'oeuvre mais j'ai tout de même une petite préférence pour le Petit Christian, une BD d'humour semi-autobiographique qui raconte la progressive découverte du monde de la BD par un garçon timide et émerveillé. On trouve dans cet album un bel hommage aux séries du journal Pif Gadget et cette oeuvre à la fois sensible et sincère m'a laissé réellement admiratif. Je garde en tout cas un souvenir très vif du chapitre dans lequel Blutch raconte sa fascination pour Rahan, avec cette qui case résume bien tout l'épisode.

La case mémorable - Page 10 Blutch11


Mais il faut bien l'avouer, je me suis à nouveau rendu compte en relisant l'album que j'ai de nouveau été trahi par ma mémoire. J'avais en tête une grande image élégante alors qu'il s'agit d'une petite case purement narrative et sarcastique. Les émotions que réveille un dessin influencent irrémédiablement la perception du lecteur et les souvenirs restent avant tout subjectifs.

Blutch est en tout cas un auteur que j'aime bien relire car son oeuvre est toujours riche en surprises.


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

246La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Dim 15 Aoû - 11:44

Raymond

Raymond
Admin

Emmanuel Guibert est un autre dessinateur important du 21ème siècle, qui a été récompensé d'une manière tout-à-fait logique par le Grand Prix d'Angoulême.

C'est un auteur habile, qui privilégie les images austères et intelligentes et qui évite les ilustrations spectaculaires. Chaque oeuvre possède cependant un style qui lui est propre et c'est ainsi que la Guerre d'Alan illustre d'une façon très sobre les souvenirs militaires d'Alan Ingram Cope, pendant les fameux événements de 39-45. Souvent dénuées de décors et coloriées par de simples teintes sépia, les images montrent des soldats américains traversant presque tranquillement une Europe ravagée par la guerre, davantage préoccupés par les petits soucis quotidiens (où aller ? où manger ? où dormir ?) que par d'éventuels dangers. Les combats y sont ironiquement presque absents et ce n'est pas anecdotique, puisque la majorité des militaires américains n'ont effectivement pas été mis en face de l'ennemi pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

La case mémorable - Page 10 Guiber19

Cette présentation peu spectaculaire d'une guerre qui fût à l'époque terrifiante n'est toutefois pas un exercice de style. C'est plutôt un récit d'une honnêteté scrupuleuse et d'une subtilité bienvenue, qui prend à rebours un certain nombre d'idées toutes faites. Guibert dessine le plus simplement du monde le parcours d'un soldat qui n'a pas du combattre et qui narre tardivement ses "aventures" avec une certaine bonhomie, et il en résulte un petit chef d'oeuvre de la BD.

Il n'y a donc pas de case réellement mémorable dans la Guerre d'Alan car c'est une BD d'une grande simplicité, mais une des suites de cette saga, publiée en 2016 et intitulée Martha et Alan, se distingue par une véritable rupture avec le style initial de la série. Ce livre contient à nouveau des souvenirs de jeunesse mais Guibert choisit cette fois de les raconter d'une manière plus graphique, en dessinant de grandes images très raffinées et ornées de couleurs éclatantes. J'ai immédiatement adoré cet album qui racontait avec une émotion contenue une succession d'événements mineurs.

Je me souviens tout particulièrement d'une image qui montrait Alan en train de grimper dans un arbre. Le choix d'une contre-plongée assez vertigineuse, de couleurs presque élégiaques et d'un bel effet de lumière donnait à cette case une séduction dont l'effet était immédiat.

La case mémorable - Page 10 Guiber20

Emmanuel Guibert pouvait ainsi séduire ses lecteurs d'une façon tout à fait classique, en faisant de beaux dessins. L'instant était mémorable.   sunny

Et la vie d'Alan Ingram Cope est déjà aujourd'hui devenue un des grands classiques de la bande dessinée.    Wink


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

247La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Mer 18 Aoû - 18:13

Raymond

Raymond
Admin

Parmi les grandes BD du 21ème siècle, l'Ascension du Haut-Mal est indiscutablement un des titres les plus marquants. C'est aussi bien sûr l'oeuvre la plus aboutie de David B qui s'y souvient de son enfance, de la lutte de sa famille contre la maladie de son frère, des errances de la société française des années 70 et des origines de sa fascination pour la BD.

En fait, ce récit autobiographique cherche à montrer aux lecteurs les ravages familiaux et humains que peut entraîner une pathologie chronique comme l'épilepsie. Le "Haut Mal" est la forme la plus sévère et invalidante de convulsions et pour introduire ce sujet, David B commence d'emblée par nous montrer une image de Jean-Christophe, le frère épileptique de l'auteur. Ce dernier est devenu un jeune homme mais son air hébété et son visage ravagé portent affreusement les stigmates de ses crises répétées pendant toute son enfance. Le Haut Mal semble avoir complètement vaincu l'humanité et le visage adulte de Jean-Christophe se présente comme une vision de cauchemar. 

La case mémorable - Page 10 David_10

"Quel est ce monstre ?", pourrait alors se demander le lecteur !   pale

Mais David B clarifie d'emblée la scène. L'image suivante montre en effet une discussion paisible entre David B et son frère, et ce roman graphique n'est pas une classique BD d'horreur. C'est au contraire un récit humain et réaliste, qui cherche à montrer comment un jeune garçon normal peut devenir en quelques années un invalide défiguré. L'horreur n'est certes pas absente de "l'Ascension du Haut Mal", mais elle prend une forme insidieuse, quotidienne et inexorable, contre laquelle il semble presque impossible de lutter.

 La case mémorable - Page 10 David_11

Le visage ravagé de Jean-Christophe est pour moi devenu emblématique de cette longue saga graphique, qui fait plus de 300 pages. David B l'utilisera ensuite pour les couvertures des premières éditions des albums, en montrant cette fois-ci la transformation progressive du faciès du jeune épileptique au fils des années. Et aujourd'hui, quand je pense à l'Ascension du Haut-Mal, je revois inévitablement le visage de Jean-Christophe.

Cette case est donc bien mémorable, car il n'y a parfois rien de plus affreux que la petite horreur ordinaire.


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

248La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Ven 20 Aoû - 17:21

Raymond

Raymond
Admin

Mais revenons aux vieux classiques ! J'imagine que vous y serez plus à l'aise.    Wink

Et parmi les grands classiques, il y a évidemment E.P. Jacobs. Tous ses albums sont inoubliables !

J'ai une fascination très ancienne pour le Secret de l'Espadon, et elle date très exactement de 1962. Cet été-là, je passais mes vacances chez des fermiers à Champéry ... eh oui,  toujours la montagne, mais bref ! J'étais donc chez des fermiers et j'ai découvert un jour le fils aîné (qui lui avait environ 20 ans) qui lisait le Secret de l'Espadon sur la terrasse. Ce livre aux couleurs intenses n'était vraiment pas comme les autres ! La BD racontait manifestement une histoire de guerre et les dessins y étaient à la fois lisibles et très inquiétants. J'étais évidemment très attiré par cette BD mais d'emblée, les fermiers m'interdirent de toucher à ce livre qui n'était "pas fait pour un garçon de 8 ans" ! Cette interdiction me laissa terriblement frustré et ... le Secret de l'Espadon acquit dès ce jour-là le statut d'une sorte de "chef d'oeuvre interdit".

Il me fallut attendre 3 ans avant de pouvoir acheter cet album, qui avait finalement été réédité en un seul livre, et je je fus pas déçu ! J'ai lu je ne sais combien de fois cette oeuvre mythique et je garde un souvenir très vif d'une page effrayante, qui commençait avec le portrait d'un speaker chinois annonçant la conquête réussie de la planète terrestre. Ce visage féroce et ricanant remplissait toute la case et l'image est vraiment restée mémorable !

La case mémorable - Page 10 Jacobs18

La suite de cette page était tout aussi terrifiante et vous la connaissez bien sûr très bien. On y voyait les plus grandes capitales du monde détruites par le feu et les bombes et le récit de Jacobs correspondait ainsi à une véritable apocalypse !

La case mémorable - Page 10 Jacobs19

Ancien baryton et acteur d'opéra, E. P. Jacobs avait un réel génie de la mise en scène. Il ne se refusait aucun effet et avait le don de mettre en image nos craintes les plus intimes. On pourrait bien sûr reprocher au Secret de l'Espadon un racisme sous-jacent, un manichéisme simplificateur et une anglophilie exagérée, mais cela n'enlève rien aux qualités de l'album. Et cette BD reste aujourd'hui d'une intelligence narrative et d'une efficacité graphique incomparables.

Et je n'ai certainement pas fini de la relire !   pouce


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

249La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Dim 22 Aoû - 13:05

Raymond

Raymond
Admin

Il y a bien longtemps qu'André Juillard est devenu un véritable "classique" de la bande dessinée. Ses réussites sont bien sûr nombreuses mais je garde une tendresse toute particulière pour le Cahier bleu, une histoire intimiste que le dessinateur a scénarisée lui-même et qui explore avec adresse le labyrinthe des sentiments.

Le récit se déroule à Paris et ce choix permet à Juillard de créer de beaux décors intimes, mais ce sont surtout des portraits de femme que l'on garde en mémoire. Ce roman (dont la narration est un peu éclatée) raconte en particulier les rencontres amoureuses d'une jeune femme prénommée Louise. Elle de la peine à reconnaître ses envies et quand elle se décide à faire un choix, elle se rend compte que c'est trop tard. Et sur la page finale, le visage pensif de Louise semble résumer son chaotique parcours, caractérisé par un mélange de légèreté, de charme, d'ironie et d'incertitude. Louise se promène désormais sans but dans la grande ville et je trouve cette case aussi magnifique que mémorable !   Wink

La case mémorable - Page 10 Juilla11


_________________
Et toujours ... La case mémorable - Page 10 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

250La case mémorable - Page 10 Empty Re: La case mémorable Dim 22 Aoû - 16:44

Godot

Godot
docteur honoris causa
docteur honoris causa

Raymond a écrit:Il y a bien longtemps qu'André Juillard est devenu un véritable "classique" de la bande dessinée. Ses réussites sont bien sûr nombreuses mais je garde une tendresse toute particulière pour le Cahier bleu, une histoire intimiste que le dessinateur a scénarisée lui-même et qui explore avec adresse le labyrinthe des sentiments.

[...]

Lorsqu'il est question de Juillard, j'ai immédiatement "Le cahier bleu" qui me vient à l'esprit. Je l'ai acquise lors de sa sortie et je suis tout de suite tombé sous le charme. Ainsi, je l'ai parcourue de nombreuses fois, en appréciant les dessins, la composition des planches et également la mise en couleurs.

Après d'innombrables lectures, j'ai une case qui m'a marquée et à laquelle je pense aussitôt, lorsqu'il est question de "Le cahier bleu".

Ainsi, vu que Raymond présente une case de "Le cahier bleu", j'ai pensé à cette case

La case mémorable - Page 10 Juilla10

Certes vous pourriez penser à la nudité d'Elena, mais ce n'est cela. Cette case a une particularité qui ne saute pas directement à l'oeil.

Si vous ne la voyez pas, la-voici:

Contenu sponsorisé



Revenir en haut  Message [Page 10 sur 11]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum