Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur Nike React Infinity Run Flyknit 2
95.97 € 159.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Couvertures d'albums

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Aller en bas  Message [Page 5 sur 9]

101Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Jeu 6 Avr - 20:51

Raymond

Raymond
Admin
eleanore-clo a écrit:Bonsoir

Je soir, je souhaite vous parler de  Gare aux gaffes du gars gonflé.
L’œuvre est une compilation de deux mini albums : Gare aux gaffes et Les gaffes d'un gars gonflé. Franquin et Jidéhem imaginent une couverture spécifique pour ce recueil. Six années séparent les trois couvertures et les cheveux de Gaston se rallongent ! Le titre est obtenu par concaténation des titres des mini-albums. Et le résultat est comique car jouant sur la répétition du phonème gue, ce qui rappelle irrésistiblement des phrases célèbres comme les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches ou archisèches, ou encore trois gros rats gris dans trois gros trous très grands.

J’adore cette image car elle rassemble beaucoup d'éléments du mythe Gaston.

Fantasio est en haut de l'escalier. Il porte une belle chemise blanche, comme il sied à un col-blanc  Laughing . Son visage dénote une vive surprise, au point qu'il se cramponne à la balustrade.

Sur l'escalier, une petite souris s'interroge elle-aussi. Franquin et Jidéhem introduisent là un élément du bestiaire fabuleux de Gaston. Peut être est-ce Cheese ? Quoiqu’il en soit le chat et la mouette ne sont plus très loins.

Gaston occupe le cœur de la couverture. Il teste une de ses inventions, le char à rampe d'escalier (copyright Eléanore  good ).
Comme à chaque essai d'un nouvel engin, Gaston est confiant et sourit. En fait, le jeune homme a toujours confiance en lui même et il ne doute jamais, c'est une constante de sa personnalité. Les échecs ne laissent aucune trace. Il me semble y voir là une grande leçon de vie. Bien évidemment, Gaston résonne toujours à court terme et ne voit jamais le problème dans sa globalité. Peut être que beaucoup de nos concitoyens pourraient se reconnaitre dans cette posture !
Et le lecteur anticipe les futurs ennuis du premier virage. Le comique nait de ce décalage entre la perception de l'inventeur et celle des gens censés, Fantasio au premier chef, mais aussi le lecteur. On se moque de Gaston car on imagine déjà la catastrophe. Et c'est là que le sourire de Gaston est indispensable. Tout autre mimique déclencherait une inquiétude (va-t-il se faire mal ?), ou de la compassion (face à l'échec de l'invention). A contrario, Franquin nous pousse à adopter une attitude bien peu charitable, car il nous pousse à rire malheur de l'autre.  
L'invention est parfaitement pensée car les deux roues latérales assurent la stabilité du char ! En fait, les inventions de Lagaffe fonctionnent toujours... sauf que les résultats ne sont jamais ceux escomptés ! Le comique nait aussi de ce décalage. Du coup, le lecteur ne peut qu'être admiratif devant l'ingéniosité de Gaston.
Finalement, Franquin est un fin psychologue. Il suscite en nous toute une gamme de sentiments à partir d'un simple dessin.
Côté graphique, les mouvements et la dynamique sont parfaits, comme dans toute l’œuvre de Franquin  Very Happy . Des traits secs, nerveux, rendent la rotation des roues, cependant que la vitesse du char est suggérée par les petits nuages. D'autres traits couronnent la tête de Fantasio pour représenter la surprise du rédacteur en chef. La porte ouverte au sommet de la cage, l'augmentation de la  hauteur des marches et les tailles respectives de Fantasio et Gaston font naitre la perspective. Du coup, le lecteur perçoit la pente vertigineuse de l'escalier.
A contrario, les couleurs laissent à désirer. Si le bleu de la cage d'escalier fait penser au ciel, on peut s'interroger sur la couleur de la moquette, bien trop criarde et détonante pour un éditeur aussi sérieux que Dupuis !

Couvertures d'albums - Page 5 Geston10

Couvertures d'albums - Page 5 Geston11

Couvertures d'albums - Page 5 Geston12

J'adore cette couverture. Derrière un dessin apparemment simple se cachent des trésors d'imagination et une analyse psychologique très fouillée.

Bonne soirée
Eléanore

Oui ! Franquin avait un "métier" extraordinaire, et c'était aussi un grand travailleur. Cela me fait penser à une autre de ses couvertures qui mérite aussi d'être présentée ici, mais il va falloir que je trouve le temps.

Ce sera pour très bientôt. Wink


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

102Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Sam 8 Avr - 10:46

Raymond

Raymond
Admin
Voilà ! J'ai un peu de temps.   Wink

La couverture que je vous montre aujourd'hui n'est pas spécialement "jolie", mais elle est tout de même extraordinaire. Elle concerne d'ailleurs un numéro historique du journal Spirou.

Pour célébrer son millième numéro, le journal Spirou n'avait pas mis les petits plats dans les grands. L'hebdomadaire avait gardé sa pagination habituelle, mais il était doté de deux suppléments plus qu'intéressants, qui d'ailleurs sont entrés dans l'histoire. La couverture était par ailleurs très originale, car Franquin et Delporte ne manquaient pas d'idées.

Couvertures d'albums - Page 5 Spirou33

Vue de loin, cette couverture semble assez banale, voit même pas très jolie. Mais si on la regarde de plus prêt, elle dévoile tout son intérêt et sa malice.

Couvertures d'albums - Page 5 Spirou34

Et oui, ce sont les fameuses "mille têtes de Spirou", qui ont chacune une expression différente, et que Franquin a patiemment dessinées pour être à la hauteur de la célébration. On les trouve au recto et aussi au verso de la couverture.

Petite remarque ! Comme vous le savez probablement déjà, il n'y a en fait que 999 têtes de Spirou dans cette immense image. Une tête de Gaston a été introduite malicieusement dans cette foule de visages, et elle est extrêmement difficile à retrouver.  Wink

Mais pourquoi vous montrer cette couverture, au fait ? Eh bien, parce qu'elle me semble exemplaire de l'attitude de Franquin face à son métier, et de l'intérêt de son dessin.

Plutôt que de s'attacher aux apparences et aux effets faciles, le grand Franquin a toujours préféré privilégier le travail. Tout son temps était en effet consacré à la patiente recherche de l'image juste, du détail vrai, ou de l'expression adéquate. Les cases de Spirou (la BD) faisaient l'objet de nombreux croquis d'essais, et les crayonnés étaient souvent jetés à la corbeille. Ces multiples visages d'un même personnage sont le résultat de cet inlassable labeur, et d'une perpétuelle insatisfaction.

Franquin était un perfectionniste, et même s'il dessinait de la caricature, le beau dessin devait respecter une certaine vérité. Quand on regarde de près tous ces visages, on est frappé de la vivacité de leurs expressions, la multiplicité de leurs nuances et la vérité de leurs regards. On réalise en fait que Franquin possédait une palette dont la richesse était sans égal.

J'aime donc beaucoup cette couverture, et je ne me lasse pas de la regarder.

Et c'est ainsi que malgré la modestie de son apparence, cette couverture est un événement unique et un exploit graphique. Elle peut aussi devenir un amusant jeu de société (avez-vous déjà recherché la fameuse tête de Gaston ?).


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

103Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Sam 8 Avr - 12:04

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
C'est absolument vrai !!!! Cette couverture est un grand chef d'oeuvre que j'admire aussi beaucoup ! Outre la virtuosité expressive que tu signales, elle a aussi cette évidence graphique quasi abstraite qui se construit sur l'équilibre des formes simples et de leur mise en page, dans une sorte de géométrisme très caractéristique des années 1950, avec de plus cette trichromie géniale : blanc, noir, rouge ! Very Happy

http://www.marchenriarfeux.net

104Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Sam 8 Avr - 12:50

eleanore-clo

eleanore-clo
grand maître
grand maître
Bonjour

Oui, quel beau choix. Very Happy Very Happy Very Happy
J'ai découvert la fameuse fresque aux 1000 Spirou dans l'intégrale Rombaldi.
Quelle ne fut pas ma joie lorsque j'ai découvert le visage de Gaston! Et puis, je suis partie à la recherche des autres anormalités : les Spirou moustachu, portant des lunettes, une casquette, fumant la pipe ou encore barbichu... Je confie n'avoir pas été suffisamment observatrice pour remarquer le Spirou avec la raie dans les cheveux. Et là, InterNet fut bien utile !
Le temps passant, j'aime flâner sur cette page et me perdre dans les expressions de Spirou. En fait, les Spirou de Franquin sont intemporels.
Oui, une très belle couverture.

Amicalement
Eléabore-clo

105Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Lun 10 Avr - 6:41

eleanore-clo

eleanore-clo
grand maître
grand maître
Bonjour

Je vous propose de prendre la route des Indes avec la couverture du tome 1 d'India Dreams des époux Charles : Les chemins de Brume.

La composition de cette image est remarquable. Les personnages sont encadrés par la porte des Indes, un monument célèbre de Bombay / Mumbai. La porte des Indes fut construite pour commémorer la visite du roi Georges V et de la reine Mary. Inaugurée en 1924, elle incarne la domination britannique sur les Indes et chaque vice-toi ou gouverneur passait dessous lorsqu'il prenait ses fonctions. Aussi, le lecteur est invité à imaginer que les héroïnes pourraient être la vice-reine et sa fille ! A travers l'édifice, nous apercevons, à l'arrière plan, un bateau qui s'éloigne. Et donc, Amélia et sa fille, Emy, ne peuvent plus revenir en arrière. Ils viennent de couper tous les ponts avec l’occident. La présence des singes et du porteur témoignent d'un dépaysement naissant, mais qui va s’accentuer. Les mouettes et la fumée du bateau donnent un dynamisme à l'image qui, sinon, serait bien statique.

Amélia est habillée en blanc, avec un casque colonial. On devine qu'il fait très chaud. D'ailleurs, l'ombre du soleil est à la verticale de la porte et il est probablement midi. Les traits de la jeune femme sont détendus et elle regarde devant elle, signe qu'elle tourne sans regret la page de son passé. On ne peut que regretter le zoom opéré sur la couverture de la réédition, où les traits de l'héroïne sont moroses. Une boite à chapeau, sur la gauche, témoigne de l'artificialité de l'occupation britannique. Bien évidemment, Amélia est une très belle jeune femme, distinguée, très élancée, au corps parfait. La sensualité du dessinateur transparait ici.

Emy n'est pas dans le même état d'esprit que sa maman. Elle sert fort son doudou (un ours en peluche) et suce son pouce. Sa robe est bleue. Et la petite fille est assise sur la valise, qui, du coup, incarne le passé. Emy regrette donc l'Angleterre et se demande bien ce qui va lui arriver dans ce nouveau lieu.

Les deux femmes attendent, on ne sait qui (la scénario nous dévoilera que ce ne sera pas Thomas, l'époux d'Amélia, mais un de ses amis, Kenneth Lowther...). Et le lecteur partage ce moment de tension : pourquoi personne n'est là pour les accueillir ?

Les couleurs sont douces, avec beaucoup de blancs et de bruns. Le ciel est couvert par des nuages de chaleur blanchâtre. A moins que la mousson ne soit pas trop éloignée ?

Couvertures d'albums - Page 5 India10Couvertures d'albums - Page 5 India13

Couvertures d'albums - Page 5 India12

J'adore cette couverture, pour son intelligence, sa beauté, mais aussi parce qu'elle porte une image féminine du colonialisme. Aujourd'hui, la condition des femmes en Inde est difficile et j'y vois un acte militant.

Belle journée

Eléanore

106Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Lun 10 Avr - 13:41

Murakami

Murakami
martinophile distingué
martinophile distingué
En effet, très belle série que "India Dreams". Je recommande.
Bien qu'elle apporte une ambiance différente, j'aime aussi beaucoup la couverture de l'intégrale.

Couvertures d'albums - Page 5 IndiaDreamsint_09042008_213859

J'aime un peu moins la couverture de la réédition de cette même intégrale. Bien qu'elle puisse motiver les amateurs pour sa forte charge érotique.

Couvertures d'albums - Page 5 Couv_117951

107Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Lun 10 Avr - 22:23

eleanore-clo

eleanore-clo
grand maître
grand maître
Bonsoir

Après toutes ces couvertures, je suis heureuse de chroniquer une 4ème de couverture ! Laughing

L’œuvre choisie est Pas de lauriers pour le Spirit, de Will Esiner, chez Neptune.

En fait, j'ai redécouvert le Spirit grâce au forum Lefranc, Alix, Jhen et les autres. Les ouvrages édités par Neptune avaient été soldés vers la fin des 1980s et j'avais acheté en solde quelques opus du Spirit. A l'époque, ils ne m'avaient guère marquée, et l’œuvre était tombée dans les limbes de ma mémoire. Bien des années se sont écoulées. Entretemps, je me suis inscrite sur le forum. Et ma promenade quotidienne dans cette charmante maison commence toujours par une visite à la rubrique : Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite....
Et, un jour, je "tombe" sur un message de Treblig : https://lectraymond.forumactif.com/t1091-les-recits-de-will-eisnerSurprised  Je venais de croquer la madeleine de Proust. Immédiatement, les souvenirs ont refait surface, un quart de siècle après s'être cachés dans un recoin de ma mémoire !  clap Et pourtant, les scientifiques affirment que l'espérance de vie des cellules ne dépasse pas 15 ans ! Mais, mes réseaux neuronaux avaient soigneusement stocké les images !  Question  Et cette fois-ci, j'ai beaucoup apprécié la BD. Car, après toutes ces années, mes goûts ont évolué !

Cette quatrième de couverture me plait énormément car, comme dans toutes les "unes" du Spirit, Eisner joue sur l'objet mot-Spirit. Les lettres composants le nom du héros sont systématiquement exploitées pour générer des scènes spectaculaires.

J'adore celle-ci. La couverture est coupée en deux, avec une nuit noire surplombant une rue pavée grise. Des lampadaires allumés combattent difficilement l'obscurité ambiante.  Et le dessinateur joue sur la perspective, avec des lignes de fuite se perdant dans la noirceur. Un lampadaire sort de la vignette pour éclairer le dessin, comme le sont les tableaux dans les musées. Eisner était manifestement fier de sa couverture ! Le choix d'une contreplongée permet de focaliser l'attention du lecteur sur la grille d’égout

Le Spirit marche lentement. Un vent, qu'on imagine frisquet, soulève le bas de son pardessus. Ses mains sont dans les poches de son vêtement. Ce dernier indice ne trompe pas. Il fait clairement froid.  A la droite du héros, un caniveau charrie une eau sale, dans laquelle flottent des lettres rouges (couleur sang...) découpées, les lettres du mot S P I R I T bien évidemment !  Smile  Et cette eau se jette dans la bouche d'égout, pour aller on ne sait où, dans les enfers souterrains peut être ? En identifiant le héros avec ces lettres, le lecteur imagine déjà que le Spirit va être confronté à des épreuves terribles, qu'elles vont le détruire au point que ce qui restera de lui finira à l'égout... Les déchets encombrent le caniveau : un journal, un mégot de cigarette, une canette de soda,.... Les lettres du mot SPIRIT sont donc rabaissées au niveau des ordures. Il me semble qu'on retrouve là une constante de la série, à savoir que le héros est maltraité par son créateur. Le Spirit est très souvent blessé et n'échappe à la mort que du fait de son habilité, mais il y "laisse toujours des plumes", et est fréquemment blessé.  De plus, dans cette couverture, et du fait de la perspective, le Spirit apparait petit. Et il peut donc, sans problème, passer à travers la grille protégeant la bouche d'égout ! Cette couverture est dramatique, car le personnage part de l'obscurité pour finir dans un puisard !

Le nom du dessinateur est écrit sur un papier à moitié déchiré, plaqué contre une borne d'incendie. Eisner ne se ménage donc pas non plus ! Et, comme le fera Franquin bien longtemps après dans les derniers Gaston, Eisner joue avec sa signature.  
Couvertures d'albums - Page 5 India15

Voilà, j'adore cette (quatrième de) couverture et espère vous avoir fait partager ma passion.

Bonne nuit !

Eléanore

Couvertures d'albums - Page 5 India14

108Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Mer 12 Avr - 18:45

Raymond

Raymond
Admin
J'ai été regarder sur la Bédéthèque, et il est vrai que l'image du dos de ce livre est plus subtile que la couverture de face.  pouce

Sinon, j'aime beaucoup les premières pages des aventures du Spirit, qui contiennent des dessins semblables, jouant de mille façons avec le titre.

Je n'avais jamais pensé à la ressemblance du travail d'Eisner avec ce qu'avait fait Franquin. C'est tout à fait juste, et fort bien vu ! D'ailleurs, Franquin qui s'est livré au même genre de jeu, en animant avec beaucoup d'imagination les titres du Trombone illustré.

C'est aussi cela, l'art de la BD. sunny


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

109Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Mer 12 Avr - 21:08

eleanore-clo

eleanore-clo
grand maître
grand maître
Bonsoir,

Le peintre flamand Jan Van Eyck (début du 15ème siècle) est célèbre pour la finesse de ses rendus au point que certains l’ont surnommé le maître du détail. Regarder attentivement ses toiles révèle des détails importants qui, pourtant, n’avaient pas attirer le regard de prime abord. Ainsi, dans Les Époux Arnolfini, le miroir, à l’arrière-plan, nous dévoile que deux personnes se tiennent devant les époux. Les chaussures en bois de l’époux, dans le coin en bas et à gauche du tableau, ont la semelle boueuse. Il pleut donc dehors. Une seule des bougies du lustre est allumée, elle incarne le divin qui a béni ce mariage, comme en témoigne la grossesse de l’épouse. Le caractère religieux de l’œuvre apparait de nouveau dans le miroir avec des scènes de la Passion décorant son pourtour. Le chien symbolise la fidélité conjugale. Et le lit conjugal est d’un rouge vif, ce qui symbolise la passion. Mille petites indications prennent tout leur sens dès que l’on se penche en profondeur sur l’œuvre. Ce qui n'était qu'un simple portrait devient l'affirmation d'une union forte, bénie par Dieu.

Couvertures d'albums - Page 5 Arnolf10 Couvertures d'albums - Page 5 Arnolf11

Il en est de même avec la couverture du Juge de Morris. Le titre de la BD est situé juste au-dessus d’un homme âgé. Le lecteur en déduit donc que nous sommes en face d’un magistrat, d’autant plus que celui-ci lit sentencieusement un livre imposant, sans nul doute un code pénal. Lucky Luke, manifestement respectueux, a retiré son chapeau. Cependant que Jolly Jumper fixe aussi Roy Bean. Tout semble donc normal...

Mais les détails vont contredire cette apparence. Le livre est tout d’abord à l’envers. Et ce n’est pas un code pénal mais un code civil, le code des mariages par exemple. Le lecteur saisit alors que le juge est illettré, et ne comprend pas ce qu’il fait semblant de lire ! En regardant attentivement les jambes de notre héros, il apparait qu’il est enchainé, et que le tonneau sur lequel il est assis porte la mention ACCUSÉ. Le coloriste a joué avec nous car ACCUSÉ est sur un fond neutre, dont la couleur est voisine de celle du tonneau. L'inscription est donc peu visible ! Un autre coup d’œil, à droite, et nous apercevons l’étiquette TÉMOIN, accrochée au cou du cheval. Bien évidemment, la cordelette du label est à l’extrême gauche de l’illustration, et se confond avec son encadrement. Morris, par une succession de détails, nous fait comprendre que Lucky Luke est jugé par une fripouille. Et la présence du bar et du verre devant Roy Bean nous amène à comprendre que le vieil homme est quelque peu porté sur l’alcool. La mécanique du rire nait donc d'une interprétation de l’accessoire devenu essentiel.

Cette couverture me semble aussi remarquable par l’usage spatial des couleurs. En effet, chaque plan est caractérisé par une couleur spécifique. Jolly Jumper et Lucky Luke, proches de nous, sont bleu turquoise. Le bar, plus éloigné, est brun. Roy Bean, quant à lui, bénéficie de la polychromie. Enfin, tout au fond, un mur gris bleu ferme la perspective. Tout un art !

Couvertures d'albums - Page 5 India16

Voilà ! J’ai été heureuse de partager cette couverture avec vous et espère vous avoir fait apprécier encore davantage les talents de Morris.

Bien cordialement
Eléanore

110Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Jeu 13 Avr - 17:08

Raymond

Raymond
Admin
Comparer Morris avec Jan van Eyck ... pourquoi pas, même si c'est un honneur redoutable. Wink

Jusqu'ici, je n'avais pas regardé en détail cette couverture qui est pleine de petits gags et de sous-entendus. Mais il est vrai qu'elle annonce tout un univers !

Je crois que Morris a dû bien rigoler en composant ce dessin. Very Happy


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

111Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Jeu 13 Avr - 17:50

eleanore-clo

eleanore-clo
grand maître
grand maître
Bonjour à tous
Alors que Jean-Luc Mélanchon grimpe dans les sondages de l’élection présidentielle française de 2017 (  cyclops )   , je vous propose de commenter les couvertures d’une tétralogie de gauche ( Laughing ) : Le combat ordinaire de Manu Larcenet.

Pour commencer notre pique-nique soixante-huitard autour des barbecues, sur les lieux d’occupation de notre usine ( Smile ), je vous invite à écrire un tract au dos de la 1ère édition de  Ce qui est précieux  Laughing  . Les idées politiques ou la lutte syndicale sont un des ressorts du scénario du Combat ordinaire. Mais la couverture de ce jour n’occupe pas ce terrain. Larcenet y aborde plutôt le thème de la relation humaine, et peut être celui du rapport à la vie.  Et je confie que cette couverture m’a bouleversée.  silent

Marco, le héros de la série, est face à un grand feu où il jette des papiers. Une vieille femme, enveloppée dans un châle, regarde le feu. Les références sont multiples. On pense au Fahrenheit 451 de Ray Bradbury et à sa destruction des livres et de la connaissance. On peut aussi imaginer un feu de camp autour duquel tous se rapprochent. On peut enfin songer aux buchers funéraires…. En fait, le papa de Marco s’est suicidé, et le jeune homme et sa maman ont fait le tri dans les affaires paternelles, et font brûler celles inutiles. Inutiles vraiment ? Les regards des personnages sont dubitatifs, et Larcenet nous fait comprendre que nous assistons plutôt à la destruction du passé et des souvenirs. Cette scène est déchirante, comme si le papa de Marco mourrait une deuxième fois. Marco et sa maman regardent vers la gauche, une posture que des générations de peintres ont utilisée pour symboliser l’attachement au passé. La mère et son fils sont donc en souffrance et ils regrettent le disparu.

Les traits sont orientés sur les deux diagonales de la couverture.  Le feu est incliné comme sous l’effet du vent. Et l’herbe est penchée dans le sens opposé. Seul Marco est vertical. Larcenet utilise donc la géométrie pour positionner le jeune homme au centre, entre le passé (le feu) et le futur (la végétation).  Le dessin manque aussi de rondeur. Les droites et les angles aigus foisonnent et seuls les visages et le bras du jeune homme offrent un peu de douceur.

Les couleurs sont superbes. Nous sommes presque en bichromie avec un ciel noir où les cendres jouent le rôle des étoiles, et un feu orangé dont les reflets colorent la végétation (devenue rouge), les lunettes de la vieille dame, le visage de Marco.

Une très belle couverture qui s’inscrit dans une magnifique série, signifiante en diable. Derrière un dessin apparemment simple, peu sophistiqué, se cache de l’intelligence, de la sensibilité et de l’humanité.

Je vous propose de continuer par les couvertures des trois autres tomes. A demain, si vous le voulez bien (référence française à un jeu radio bien connu...)  Very Happy !

Belle journée
Eléanore

Couvertures d'albums - Page 5 Combat10

112Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Ven 14 Avr - 0:20

Raymond

Raymond
Admin
J'ai un petit problème, tout de même, avec cette couverture. Cela correspond simplement à cette interrogation :  d'où vient cette image  ???  confused

Je connais assez bien (et je possède) les 4 tomes du Combat Ordinaire, une magnifique BD méditative de Larcenet, mais je n'ai jamais vu cette couverture-là.   Question

Il semble que tu nous montres le tome 1 de cette mini-série, dont la couverture "normale" se présente ainsi :

Couvertures d'albums - Page 5 Combat10

Je n'ai jamais entendu parler d'une réédition depuis lors. Il y a bien sûr eu une intégrale, mais elle n'a pas la couverture que tu montres.  

Mais alors ... d'où vient ton livre (dont la couverture est manifestement dessinée par Larcenet) ?   Cool


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

113Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Ven 14 Avr - 4:31

eleanore-clo

eleanore-clo
grand maître
grand maître
Bonjour Raymond

La couverture que je vous ai présentée est celle de l'EO du tome 3 de la série : Ce qui est précieux. Les éditions ultérieures du tome 3 ont été illustrées autrement, ainsi :

Couvertures d'albums - Page 5 B310

J'apprécie beaucoup cette EO car elle comporte un cahier avec des photographies des lieux que Larcenet a utilisés comme décors (la campagne au nord-ouest de Lyon, là où vit l'artiste). Et surtout, l'ouvrage comporte un DVD en encart. Le film montre la création de la BD. L'auteur y explique sa méthode de travail et le scénario. Ce tournage est merveilleux et fait un peu penser au Mystère Picasso de Clouzot.
La BD est épuisée depuis longtemps mais se retrouve facilement sur des sites de revente comme Ebay : http://www.ebay.fr/itm/LARCENET-LE-COMBAT-ORDINAIRE-3-CE-QUI-EST-PRECIEUX-TL-EO-DVD-/361486044858?hash=item542a3f4eba:g:PUYAAOSwWTRWuGdX.

Du coup, je profite de cette réponse pour présenter les autres couvertures du Combat ordinaire. Sans être aussi percutantes que celle de l'EO du tome 3, elles n'en recèlent pas moins de petits trésors.

La couverture du premier tome, éponyme du cycle, nous présente le héros, Marco, allongé dans une posture désabusée, un chat dormant sur son ventre. Sa tête s’appuie sur deux sacs contenant des photographies et l’un d’entre eux est ouvert. Des clichés s’en sont échappés pour former une couronne autour du jeune homme. L’arrière-plan est constitué par un paquet dont les lames rouges (un dégradé de rouge plus précisément car chaque latte diffère de sa voisine) dessinent une perspective orientée suivant la diagonale de la couverture. Si les lignes fuyantes du parquet incarnent l’avancement de la vie, on peut remarquer que le regard de Marco s'inscrit à contre courant ! Il fixe le plafond comme s’il y recherchait une solution à un problème existentiel. Manifestement, les photographies ne l’intéressent plus et il semble rechercher autre chose, la crise de l'homme adulte sans nul doute. Le décor de la série est donc planté.

Couvertures d'albums - Page 5 B110

Le deuxième opus s’appelle Les quantités négligeables. Trois ouvriers des chantiers navals sont assis, probablement durant une pause, et discutent avec Marco. Larcenet emploie ici une contreplongée pour grossir les pierres du quai, au point que les hommes en deviennent tout petits. Et comme le quai fait partie des chantiers, par métaphore, il en résulte que les ouvriers sont minuscules face à leur outil de travail. Ils sont négligeables. Le titre et la couverture se complètent parfaitement pour dénoncer la condition sociale des employés.

Couvertures d'albums - Page 5 B210

Le quatrième opus s’appelle Planter des clous. On ne sait pas bien à quoi fait référence ce titre énigmatique. La première idée venant à l’esprit est relative au travail du menuiser ou du charpentier. Et puis, on peut aussi penser à enfoncer le clou, au sens d’être insistant. Le scénario nous apprendra qu'il s'agit de la réponse de Marco à un rédacteur en chef lui demandant ce qu'il pense faire dans le futur :  Des images, tiens !! Plein ! Les meilleures possible... Pour la même raison que mon père plantait des clous... Parce que c'est ma place...
Si les clous servent à immobiliser un objet, il n’en est pas de même de même de la couverture, très dynamique. Deux personnages courent dans une nuit violacée, avec un port éclairé en arrière-plan. L'image est magnifique. Le vieil homme, qui normalement devrait être époumoné, semble en pleine forme. Il sourit. Marco regarde son voisin d'un air dubitatif. Cette image de deux coureurs se transforme en une image d'enseignement, où un professeur, plein de vie, semble donner des leçons à un élève hésitant. Le scénario nous révèlera ultérieurement la clé de l'illustration : Marco et son ami fuient des graffeurs que le vieil homme a provoqué.
Le dessin du port constitue un magnifique nocturne. Les reflets des lumières sur l'eau sont superbement travaillés et font penser à certains illustrations d'Hergé pour Le Lotus Bleu.

Couvertures d'albums - Page 5 B410 Couvertures d'albums - Page 5 B510

J'apprécie ces couvertures. Elles datent d'une époque où le travail de Larcenet étaient moins désespéré, moins sombre.  Leur technique irréprochable est au service d'une cause. Et, à l'instar des peintres de la Renaissance dont les tableaux avaient un sens codifié, l'artiste nous délivre ici des messages.

Bonne journée
Eléanore

114Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Ven 14 Avr - 10:44

Raymond

Raymond
Admin
Merci pour les explications. J'avais complétement oublié cette E.O. du tome 3.    deso

Il me semblait de plus que cet album n'était pas référencé dans la Bédéthèque, mais en y regardant bien, il s'y trouve tout de même.  Wink

En tout cas, le Combat Ordinaire est une grande oeuvre, et c'est elle qui a fait de Manu Larcenet un auteur à succès. Elle est plus facile à lire que ses succès récents, comme Blast, mais elle n'en est pas moins intéressante.


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

115Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Ven 14 Avr - 13:43

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Que de découvertes à travers es études de couvertures !!!!! Je ne connaissais pas ces oeuvres de Manu Larcenet ! Et quelles magnifiques analyses eleanore-clo !

Je reviens sur la couverture du Juge. Un des éléments que je trouve très amusant dans ce dessin magnifique est aussi l'attitude de respect de Lucky Luke qui affecte semble-t-il l'affliction d'un accusé craintif ou déjà repenti, ce qui bien sûr au second degré nous amuse comprenant par la lecture de la situation qu'eleanore-clo a superbement commentée, que ce n'est certainement pas la déférence qui anime notre cow-boy !

Une anecdote à propos de cet album. Il contient en effet une des phrases qui m'ont le plus fait rire dans mon enfance de lecteur passionné par les bande dessinées. Lucky Luke entre avec un autre personnage nommé je crois La Chique, et un ours (celui de Roy Bean) qui se tient debout et marche comme un homme, dans le saloon tenu par le soit disant juge qui déclare imperturbablement : "Messieurs-ours" ! Cela n'a certes rien à voir avec la couverture, mais témoigne de cette capacité fabuleuse qu'avait Goscinny d'inventer des expressions géniales et follement drôles en une lapidaire !

Je termine cette petite évocation péri "couverturiste" en vous rappelant le passage désopilant où le bandit Bad Ticket, mauvais latiniste, jure qu'il ne connait pas "ce Casus Belly" (on appréciera la transformation de "Belli" en "Belly"), tandis que le croquemort proteste ainsi : ""Tu as sûrement descendu Casus, mais moi je ne suis pas dans le coup !"

Couvertures d'albums - Page 5 Lucky_10

http://www.marchenriarfeux.net

116Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Ven 14 Avr - 15:59

Raymond

Raymond
Admin
Draculea, je te conseille vraiment de lire le Combat Ordinaire, car c'est peut être le chef d'oeuvre de Manu Larcenet. !

C'est à la fois un livre facile d'accès et une BD pleine de bonnes surprises, parce que l'auteur s'est fortement investi dans cette histoire. Le Combat ordinaire n'est pas vraiment une autobiographie (c'est plutôt une vraie fiction), mais Larcenet a tout de même inséré de nombreuses préoccupations personnelles dans cette oeuvre, qui est un drame intime. Son personnage principal est un photographe, tandis que l'auteur est lui-même est un dessinateur, mais on devine que leurs approches de la vie (et leurs problèmes) sont semblables. Ils vivent les mêmes doutes, voir même la même angoisse, et l'oeuvre est aussi passionnante que touchante.

Cette mini-série est déjà aujourd'hui un grand classique de la BD et ... il ne faut pas la manquer.   Wink


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

117Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Ven 14 Avr - 19:22

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Je te remercie de ce conseil ! A toutes et tous de belles fêtes pascales avec une autre couverture que je commente brièvement, celle de L'honneur du samouraï, 10° épisode des aventures de Michel Vaillant.



Couvertures d'albums - Page 5 Michel16



Rouge et or (par le cartouche contenant les idéogrammes), en allusion à l'Empire du Soleil levant, mais aussi à la violence du combat qui oppose Michel Vaillant à son rival japonais, cette couverture est toute passion sobrement évoquée avec une mise en page virtuose, ce dérapage des deux bolides qui se heurtent avec un dynamisme tel que nous avons l'impression d'un véritable mouvement, de même que Jean Graton sait, par les lettrages graphiques des onomatopées de grondements de moteur, dans tous ses albums depuis le premier, rendre la dimension sonore de la vitesse.

Ici pas de" Vroaarr" et autres hurlements des mécaniques, seulement cette diagonale traversée par les deux voitures, la projection d'une roue arrachée, les visages intensément expressifs des pilotes, l'un saisi de stupeur panique et qui tente de maîtriser sa voiture, l'autre fermé et résolu, tel celui d'un kamikaze. Le silence seul des passions concentrées fait vivre le suspens de cet instant.

Je n'ai pas réussi à trouver le sens des idéogrammes : est-ce le titre de l'album en japonais comme j'incline le croire ? Cette couverture est en tout cas magistrale, d'une pureté graphique et chromatique réellement admirable !

Par la suite, au fil des reprises de l'album, le lettrage en japonais sera recentré et débarrassé du cartouche jaune qui le contient dans l'édition de 1966.



Couvertures d'albums - Page 5 Michel17

http://www.marchenriarfeux.net

118Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Ven 14 Avr - 19:50

Raymond

Raymond
Admin
Oui, en effet, Jean Graton sait magnifiquement exprimer la vitesse et la violence dans son dessin.   Very Happy

Ceci dit, je suis en train de lire une BD japonaise qui n'est pas vraiment un manga (c'est plutôt un "gegika"), qui est tout-à-fait prenante, et dont la couverture me parait singulièrement emblématique des récits qu'elle contient. Je vais donc me permettre d'évoquer ici sans attendre la couverture de cet album qui s'intitule Yuko, et qui est dessiné par Ryoichi Ikegami.

Couvertures d'albums - Page 5 Yuko-e10

Précisons d'abord que cet album est la mise en images d'une quinzaine de nouvelles provenant de la littérature japonaise ("Yuko" étant le titre de l'un de ces récits). Ikegami a très habilement adapté ces histoires au genre manga, et a construit des récits qui varient entre 15 et 40 pages.

Comme vous pouvez le découvrir, cette couverture se distingue avant tout par la simplicité de son thème et de sa composition. On y découvre le visage d'une femme, qui est montré dans un plan très rapproché, et dont la mimique semble impassible. il n'y a pas beaucoup de mystère à première vue, mais cette image résume avec une facilité étonnante l'essence même du livre.

Il y a tout d'abord cette véritable omniprésence de la femme, qui remplit toute la surface de l'image, et qui prend de même la vedette de toutes les nouvelles du livre. Toutes les héroïnes sont belles, souvent distantes, généralement fascinantes, et presque toujours mystérieuses. Le gros plan de la couverture provient bien d'une case de l'album, mais sa simplicité est trompeuse, car derrière les apparences (et ce regard énigmatique) va se dévoiler la vérité des êtres.

Il y a ensuite le classicisme, voir même le hiératisme du dessin, qui correspond entièrement au style des récits. Remarquons qu'Ikegami est un "mangaka" ayant déjà fait une longue carrière, et que certaines de ses œuvres (comme "Crying Freeman" ou "Sanctuary") sont déjà des classiques, qui ont depuis longtemps été traduits en français. Le dessinateur adapte avec un remarquable savoir faire ces œuvres littéraires qui parlent de vie, de mort et d'amour, et il donne d'emblée à son livre la dimension d'un "nouveau classique". La douceur du dessin s'harmonise à merveille avec la sévérité de certaines intriques, et pour tout dire, je me régale en lisant cet ensemble de nouvelles japonaises.

Il y a enfin cette teinte violette qui domine toute la couverture, et qui suggère une ambiance plutôt inquiétante. En fait, les nouvelles racontées par Ikegami dégagent une atmosphère souvent vénéneuse, plutôt érotique, et elles se rapprochent volontiers de certains poèmes des "Fleurs du Mal". La perversité n'est jamais très lointaine de l'amour, et les auteurs en tirent des conclusions généralement impitoyables.

Yuko est donc une oeuvre ambigüe, située à mi-chemin entre l'érotisme et le classicisme, entre la romance et la critique sociale, ou entre l'exhibitionnisme et la pudeur. Ikegami enveloppe ces récits sulfureux d'un dessin pudique et somptueux ... tout à fait semblable à celui de cette couverture.  Wink

Il n'y a pas que les européens qui ont du talent.  Smile


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

119Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Ven 14 Avr - 20:28

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Couverture magnifique ! Adorant la littérature japonaise, je serais curieux de savoir qui sont les écrivains et quelles sont les nouvelles figurant dans cet album. Merci de nous le signaler ! Very Happy

http://www.marchenriarfeux.net

120Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Ven 14 Avr - 21:28

eleanore-clo

eleanore-clo
grand maître
grand maître
Bonsoir

La couverture de L'honneur de Samouraï me séduit par son dynamisme et par l'incroyable composition des mouvements : les voitures partent à gauche, les pneus à droite alors que la piste court vers le bas. Concernant le titre, j'ai essayé Google Traduction. Voici ce que donne la transcription en japonais du mot samouraï : Couvertures d'albums - Page 5 D11 . L'idéogramme le plus bas du bandeau repris par Graton ressemble beaucoup au premier kanji de Google Traduction. Je partage donc complètement l'avis de Draculea sur la signification du bandeau.


La couverture de Yuko est magnifique. Le visage de face, le regard direct et les yeux en amande me font penser à une toile du peintre espagnol Julio Romero de Torres (fin du XIXème, début du XXème), exposée un temps au musée parisien Jacquemart André. Seules diffèrent le type (caucasien versus asiatique) et la finesse des modèles (l'une est manifestement plus mince que l'autre car je présume qu'elle a trouvé le régime miracle pour perdre quelques kilogrammes !  Laughing ). La femme de Julio Romero est aussi un peu plus souriante que celle de Ryoichi Ikegami.

Couvertures d'albums - Page 5 B11 Couvertures d'albums - Page 5 B211


Après toutes ces couvertures où l'homme (la femme) était présent, que ce soit en gros plan ou comme détail d'un ensemble plus vaste, je vous propose une illustration impeuplée. Partons donc pour Baïkonour et embarquons-nous pour un voyage spatial ( Smile ) ! Je propose donc de vous parler de la couverture du 1er tome de la série Universal War One de Denis Bajram : La genèse.


Cette couverture est très futuriste. Un vaisseau spatial sort d’une étendue noire (que le scénario désignera sous le nom de mur), y dessinant des cercles concentriques (le vortex). Le vaisseau crache un jet de flammes blanches devenant jaunes puis oranges au contact du mur. Un ciel étoilé, bleu nuit, sert d’arrière-plan. Le mur est incliné, de même que le vaisseau. Il en résulte une dynamique alignée sur la diagonale de la couverture. J’ai été séduite par la géométrie parfaite de cette figure, inspirée de celle de la goutte d’eau. L’auteur joue aussi sur l’objet titre. Il prend les initiales des mots le composant, U, W, 1, et s’en sert de fond pour un universal war one d'une couleur blanche, très froide, à l'instar d'un néon.


Au final, la couverture est simple, un peu froide (impeuplée) mais très bien composée.

Couvertures d'albums - Page 5 A17 Couvertures d'albums - Page 5 Ab10


Bonne soirée
Eléanore

121Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Sam 15 Avr - 15:30

Raymond

Raymond
Admin
Joli choix !  Je n'y avais pas pensé, mais c'est en effet une très belle couverture, qui a marqué les lecteurs.    pouce

Universal War One est sinon une BD de qualité, mais quelle ambiance sombre, quel pessimisme, quelle noirceur, quelle désespérance ! Cette série (qui raconte presque la fin de l'humanité) est complètement à l'image de cette couverture : sombre et dramatique, mais traversée de temps en temps par des éclats de lumière et d'intelligence.


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

122Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Sam 15 Avr - 17:50

eleanore-clo

eleanore-clo
grand maître
grand maître
Bonjour

Alors que l'actualité internationale est quelque peu tendue depuis l'élection de Donald Trump, je vous propose de nous plonger dans une période pas si lointaine où la France s'était érigée en championne de la paix. Voici donc la couverture du 1er tome de la série Quai d'Orsay de Blain et Lanzac. Un film éponyme a été réalisé et je joins son affiche à cette chronique.

Couvertures d'albums - Page 5 A18 Couvertures d'albums - Page 5 Ab11

Le dessin est une superbe allégorie du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, surnommé d'après son adresse le Quai d'Orsay.
Nous sommes invité(e)s dans le sein des seins, dans le bureau lambrissé et doré du ministre. Le décor est très vertical avec des pilastres ornés de stucs. L'omniprésente couleur jaune orangée fait penser à des dorures et renforce l'impression de richesse. Les ors de la République se déploient dans toute leur splendeur. Les lames du parquet ont disparu, ce qui permet d'attirer l'attention du lecteur sur le bureau et l'homme, seuls éléments d'une autre couleur.
Des œuvres d'art, notamment des masques africains, décorent un lieu qui reste néanmoins quelque peu spartiate. De grands rideaux encadrent une immense fenêtre, dont on peut imaginer qu'elle ouvre sur le vaste monde.... sur la planète en un mot. Le soleil brille manifestement à l'extérieur, et il dessine des ombres de couleur orangée elles aussi.

Le ministre des Affaires étrangères, Alexandre Taillard de Vorms, fortement inspiré de Dominique de Villepin qui occupa le poste entre 2002 et 2004, est assis derrière un bureau de style Louis XV, et lis un petit livre à la couleur écarlate, probablement le Petit Livre Rouge de Mao Tsé-Toung. La couverture réunit donc trois continents : l'Europe, l'Asie et l'Afrique. Nous sommes bien au Ministère des Affaires étrangères !
Les épaules du ministre sont exagérément hautes. Ses jambes et les pieds sont très écartées. Il est donc dans une posture de combat. Le poste n'est manifestement pas de tout repos !
Le personnage apparait minuscule dans un bureau dont la hauteur de plafond semble infinie. J'y vois une allégorie de la petitesse de l'homme face à sa mission.
Le seul élément adoucissant de l'image est un petit cadre, à gauche, sous la lampe, dont on peut imaginer qu'il abrite une photographie de la famille du ministre.
Deux tablettes chargées de livres flanquent le bureau et donnent une dimension intellectuelle au personnage.

L'affiche du film s'inspire fortement de la couverture de la BD. Thierry Lhermitte, qui y interprète le rôle du ministre, est moins "écrasé" par la pièce, et les rapports de proportion sont plus normaux. Il nous regarde. Et deux fauteuils nous invitent à nous assoir. Par contre, ses bras et ses jambes sont croisés, signe de gêne ou alors de repli sur soi. La posture est donc moins combative et moins intellectuelle. Elle est aussi plus ouverte. Les rideaux sont bleus, signe républicain, à l'opposé des tentures dorées plus monarchistes.

J'adore cette couverture et encore plus la BD. Aujourd'hui, les États-Unis et la Corée du Nord se menacent de frappes atomiques, la Turquie se dirige à grand pas vers une dictature, et la tragédie de la guerre en Syrie semble ne pas avoir de fin. Face à de tels drames, je crois qu'il faut lire et relire Quai d'Orsay. Les auteurs ont mis en scène un ministre quelque peu mégalomane, mais qui œuvre pour la paix et pour la fraternité des peuples. La référence au célébrissime discours de Dominique de Villepin, à l'ONU, le 14 février 2003, plaidant contre une intervention américaine en Irak, est superbe. Et l'Histoire nous a démontré combien cette position était sage.
https://fr.wikisource.org/wiki/Discours_prononc%C3%A9_%C3%A0_l%27ONU_lors_de_la_crise_irakienne_-_14_f%C3%A9vrier_2003

Bon après-midi
Eléanore

123Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Dim 16 Avr - 16:04

Raymond

Raymond
Admin
Le petit livre rouge que tient Alexandre Taillard de Vorms entre ses mains, ne serait-ce pas plutôt ... les "fragments" d'Héraclite ?  Wink

Mais je blague ! il est vrai que cette couverture est imposante, et tout-à-fait adaptée au personnage principal du livre. Il est en effet difficile de trouver plus pompeux, plus grandiloquent et plus déjanté que ce ministre amoureux d'une philosophie aussi peu compréhensible que possible, afin de pouvoir l'interpréter à sa manière.

J'ai récemment vu le film avec Thierry Lhermitte dans le rôle principal, et il est fort bien réussi. J'ai été surpris de voir qu'un film pouvait refléter d'une façon assez fidèle l'ambiance d'une BD, tout en s'autorisant quelques fantaisies. L'affiche du film est en tout cas une remarquable imitation de la couverture. Merci de nous le faire découvrir !  pouce

Ce qui me semble très remarquable, sinon, avec cette couverture, c'est qu'elle ne reflète pas le style graphique habituel de Christophe Blain, qui privilégie plutôt l'esquisse et le mouvement. Le dessinateur a fort bien su adapter sa manière, pour créer ce dessin noble et raffiné, un peu statique et néanmoins plein de vigueur.

Et puis ... merci pour la belle analyse !  Very Happy


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

124Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Dim 16 Avr - 17:31

Tarmac

Tarmac
grand maître
grand maître
Olympus Mons le dernier SF de Christophe Bec et de  Raffaele, Stefano au dessin annonce un peu dans l'esprit un "Sanctuaire" bis. Les vestiges d'un artefact inconnu sont découverts dans les profondeurs de la mer Baltique par l'archéologie sous-marine. Au même moment sur Mars, un vaisseau spatial est découvert sur le mont Olympus par des astronautes.
J'aime bien cette ambiance très orangée, très ôcre qui rappelle un peu le premier UW2 de Denis Bajram.

Couvertures d'albums - Page 5 2113_r10

Couvertures d'albums - Page 5 2113_c10

125Couvertures d'albums - Page 5 Empty Re: Couvertures d'albums Dim 16 Avr - 18:05

Raymond

Raymond
Admin
Voilà une BD que je en connais pas !

Je me méfie un peu de tous ces albums produits par les éditions Soleil. Celui-là vaut-il la peine d'être lu ?


_________________
Et toujours ... Couvertures d'albums - Page 5 Charli10
https://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 5 sur 9]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum