Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'ouragan de feu

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 7]

1 L'ouragan de feu le Ven 1 Mai - 0:12

Raymond

avatar
Admin
Voilà un album que j'aime bien relire, très imprégné de l'ambiance des années 50, et de la Bretagne.

Dans sa construction, c'est un récit qui me semble très "jacobsien". Il commence dans la France profonde, avec une longue poursuite en voiture. On découvre en même temps que Lefranc la route qui mène de Paris jusqu'au Mont-Saint-Michel. Tout cela reste très "quotidien", et on sent que Jacques Martin aime les voitures. Il a certainement dû faire lui-même le chemin suivit par Lefranc, car tout est dessiné avec une extrême précision.



On se croirait presque dans Michel Vaillant, Very Happy mais cela ne dure pas trop. Lefranc arrive ensuite au Mont-Saint-Michel, qu'il visite avec application. Quelle chance il a, d'ailleurs, que d'avoir un guide pour lui seul ! Etes-vous déjà allés au Mont-Saint-Michel ? Je rêve de pouvoir le visiter de cette manière, sans la présence de milliers de touristes dans ces rues étroites ... mais passons ! Jacques Martin nous raconte ensuite quelques péripéties policières, et on retrouve en passant l'inspecteur Renard, puis Lefranc part en direction de Morgastel, un petit port de pêcheurs.



Jacques Martin multiplie les détails qui donnent un effet de vérité à son histoire. Je me suis longtemps demandé où était Morgastel, qu'il dessine si bien ? J'ai pensé que cela devait se trouver sur la Côte du "granit rose" et ... vous allez sourire ... je l'ai cherché vainement sur les cartes. Je sais que j'ai un peu perdu mon temps, mais ... j'y croyais vraiment, lorsque j'étais ado. Embarassed

Jusqu'à cette arrivée à Morgastel, toute l'histoire se déroule dans un monde ordinaire, presque banal. L'intrigue bascule lorsque Jacques Martin introduit son hypothèse scientifique (un carburant fabriqué à partir de l'eau de mer) et surtout lorsque Axel Borg entre en scène. Avouons-le, cette invention n'est pas vraiment fondée sur des faits sérieux, mais lorsqu'on est pris dans l'histoire, elle apparait presque crédible. Et puis Axel Borg se montre en pleine forme : rapide dans ses réactions, audacieux dans ses entreprises, et cruel dans ses actes. C'est ainsi qu'il tire une fusée incendiaire sur Lefranc et qu'il met le feu à l'océan.



Ce final est non seulement original, mais il est aussi réellement fantastique. Dans cet album, Jacques Martin a réussi à créer une ambiance d'apocalypse qui m' impressionne encore aujourd'hui.

On ne se lasse jamais de relire les bons albums ! Very Happy



Dernière édition par Raymond le Sam 9 Aoû - 12:03, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

2 Re: L'ouragan de feu le Ven 1 Mai - 0:19

Raymond

avatar
Admin
Vous connaissez tous l'anecdote au sujet des lettres "JA" et "ST". On les trouve en principe à chaque page de l'album, mais il est souvent bien difficile de trouver où Jacques Martin les a cachées ?

Dans le précédent forum, Jean-Marc nous avait fournit une liste de ces endroits où l'on trouve ces JA et ST dans chaque page. Est-ce que tu l'as encore, Jean-Marc ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

3 Re: L'ouragan de feu le Ven 1 Mai - 9:09

Invité


Invité
Oui, Raymond, c'était sur le forum BD Gest, ici http://www.bdgest.com/forum/post458750.html#p458750
En fait, la liste n'est pas complète, je crois qu'on peut en relever quasiment à chaque page, il faudrait vérifier à nouveau.
J'avais posé alors la question à Jacques Martin du pourquoi de ces initiales. Il ne se souvient plus de la signification de celles-ci et pense que JA doit être les premières lettres de son prénom. Il se souvient par contre fort bien de l'explication de la présence de celles-ci. En fait, Hergé et lui avaient été un peu agacés de lettres de "pinailleurs" qui avaient relevé que, dans un Tintin, on voyait un perroquet avec un doigt en plus. Jacques Martin avait alors fait le pari qu'il mettrait des initiales à quasiment chaque page de son prochain Lefranc et que personne ne le remarquerait.Et, m'a-t-il dit, il a fallu attendre 40 ans pour qu'on m'en fasse la remarque!
C'est vrai que, quand on le sait, ça paraît plus ou moins évident (et encore, pas toujours facile à déceler), mais je n'y avais jamais fait attention avant les post de ce forum Wink

4 Re: L'ouragan de feu le Sam 2 Mai - 9:29

Raymond

avatar
Admin
Eh bien ... affichons-là, cette liste. Very Happy

page 3 pancarte devant femme en rouge JA ST
page 4 à gauche de la téléphoniste JA
page 5 à droite dans la vignette 3,JAST
page 6 camion rouge, vignette 6, JAS
page 7 sachet bleu, JA
page 8 ST JA (sur les boiseries des portes de cabines de trains, case Cool
page 9 JA (sur le paquet en bas à gauche)
page 10 ???
page 11 JA (sur l'enseigne tout en bas à droite)
page 12 à gauche de lefranc, vignette 6, JA
page 13 Panneau à gauche d'une fenêtre JA
page 14 JA ST affiches de tourisme sur le mur
page 15 JA ST bidon sur l'étagère
page 16 carte sur le mur, vignette 9, JA
page 17 sur le plan à droite JA
page 18 sur photographie JA ST
page 19 sur le guide illustré JA
page 20 sur vitre véhicule JA
page 21 sacs de toile ST JA
page 22 sur les caisses JA-ST
page 23 sur la malle JA


page 33 hydravion J AST
page 34 chaloupe Chalutier JA
page 35 cabine chalutier JA
page 36 bouée chalutier JA
page 37 bouée chalutier JA
page 38 dossier bureau JA
page 39 sur caisse en bandoulière JA
page 40 canot JA

J'ai essayé de refaire ce jeu sur les premières pages, et c'est relativement facile. Enfin, facile ... c'est parfois très discret. Il faut quand même 1 à 2 minutes par page Rolling Eyes

Pour continuer, en page 41, c'est pas difficile : sur le nez de l'avion, à la première case Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

5 Re: L'ouragan de feu le Mer 2 Juin - 10:33

JYB


vieux sage
vieux sage
Souvenirs personnels au sujet de cette histoire L'Ouragan de feu.
Le quotidien Ouest-France, basé en Bretagne (où j'habite) mais diffusé aussi en Normandie, Pays de Loire et Vendée, est le plus grand quotidien régional de France. Dans les années 1970, il publiait des BD célèbres, à raison d'un strip Noir et blanc par jour (évidemment, quand une planche comportait une case en hauteur, elle n'était pas coupée en deux et c'est le bloc de deux strips, incluant cette grande case verticale, qui était publiée). Ce n'était pas des histoires inédites ; c'est ce qu'on appelle des "replacements", qui ne coûtent en général pas cher au journal.
Je ne sais pas qui, au journal, se chargeait du choix de ces BD, mais je me souviens de plusieurs d'entre elles, et je dois dire que c'étaient - et ce sont toujours pour moi - parmi les meilleurs aventures réalistes de la grande époque. Les lecteurs - dont moi-même, adolescent - étaient captivés, et personnellement, je ne manquais par un numéro pour suivre des histoires aussi accrocheuses que Le Monstre de Noireville (un des meilleurs Ric Hochet à mon sens), Le Trésor de Barbe-Rouge (l'une des meilleures histoires de Charlier, comme je l'ai dit sur le site jmcharlier.com), etc. Et il y a eu aussi... L'Ouragan de Feu !
A noter - c'est une parenthèse personnelle mais importante pour la leçon à en tirer - que j'en étais venu à découper aux ciseaux chaque strip dans le journal et à le coller sur des feuilles, l'un en dessous de l'autre, pour recomposer les planches comme dans un album normal. Au départ, je plaçais ces strips un peu au hasard, jusqu'à ce que je comprenne rapidement qu'il y avait bien sûr un ordre, mais surtout une place pour chacun dans la page. C'est ainsi que j'avais repéré que (mais ça dépendait des BD) des petits numéros figuraient en bas de certains strips et que ces numéros étaient prévus par les auteurs pour ne pas se mélanger les pinceaux (c'est presque le cas de le dire). Même les demi-planches étaient numérotées, comme dans Barbe-Rouge (par exemple 23A, 23B, etc...). Cela n'a l'air de rien, mais ça m'a fait prendre conscience qu'une BD se découpait d'une certaine façon, surtout quand je m'apercevais qu'en bas de chaque planche, on arrivait à un suspense ; le fameux suspense de bas de page qui, dans les hebdomadaires classiques de l'époque, permettait de tenir en haleine les lecteurs jusqu'à la semaine suivante. J'avais remarqué aussi, chez Charlier en particulier, qu'il pouvait y avoir même un suspense à la fin de chaque strip ! Et ça c'est très fort, car d'une part comme tous les lecteurs d'Ouest-France, j'étais tenu en haleine chaque jour, et d'autre part c'est à l'époque que - mais ce n'était que dans mon subconscient -, j'ai commencé à m'intéresser au déroulé et au découpage d'un scénario de BD. Ceci explique comment un jour, vers mes 18 ans, j'ai décidé de devenir scénariste de BD, après avoir moi-même tâté de la BD en amateur, dans mes cahiers d'écolier, pour faire comme ces modèles que j'avais lus dans Ouest-France. Il faut savoir aussi qu'à l'époque, ma famille ne roulait pas sur l'or, c'est le moins qu'on puisse dire, et si nous étions abonnés à Ouest-France - chose qu'on n'aurait pas pu se permettre financièrement - c'est tout simplement parce que mon père était un modeste employé du journal et recevait donc automatiquement un exemplaire gratuit. Ces lectures me permettaient de lire des BD que mes parents ne pouvaient pas acheter pour leurs enfants sous forme d'albums ni même sous forme de journaux tels Tintin, Spirou ou Pilote. C'est ce qui m'a donné le goût de l'écriture de BD, et c'est là l'origine de ce qui est devenu un métier... A quoi ça tient ! Et la leçon à retenir de cela, c'est que c'est très dommage qu'il n'existe presque plus de journaux hebdomadaires, et qu'il n'y a plus, dans la plupart des journaux quotidiens, de BD présentées strip par strip ; à l'aune de mon expérience, je suis persuadé que ce serait non seulement bénéfique pour les journaux et passionnant pour leurs lecteurs, mais aussi un révélateur pour les auteurs en devenir.
Pour en revenir à L'Ouragan de Feu de Jacques Martin...
Il y a d'abord ce nom de Facel Vega, qui m'a fait rêver longtemps, d'une voiture que je trouvais formidablement dessinée, objet d'une course poursuite qui m'a tenu en haleine pendant pas mal de temps.
Il y aussi ces décors bretons qu'a rappelés Raymond au début de ce fil consacré à l'album. Or, mon père, dans son travail, côtoyait d'autres employés qui lisaient la BD et faisaient des commentaires, en particulier sur le réalisme des décors. Je me souviens qu'il me rapportait les conversations enthousiastes de ses collègues, qui, comme tous les autres lecteurs, suivaient la progression des protagonistes sur les routes de Bretagne (ah, ce panneau routier "Pontorson", à la planche 9, à l'époque je trouvais extraordinaire de le retrouver dans une BD...). Je me souviens que mon père disait qu'un de ses collègues disait qu'il savait (par le beau-frère du cousin, etc.), que ce que racontait la BD sur les cachots et salles souterraines sous les remparts du Mont Saint-Michel était parfaitement authentique, avec cette histoire de marée qui monte et dont le niveau pouvait atteindre telle hauteur dans tel cachot. Cette corrélation, entre la fiction que je lisais jour après jour, et la réalité rapportée par des adultes, rendait cette BD encore plus extraordinaire à mes yeux. Sans parler de l'angoisse que j'avais : le héros va-t-il être noyé dans un de ces souterrains...? Et comment va-t-il s'en sortir...?

6 Re: L'ouragan de feu le Mer 2 Juin - 10:58

Damned

avatar
grand maître
grand maître
JYB a écrit:.....
Pour en revenir à L'Ouragan de Feu de Jacques Martin...
Il y a d'abord ce nom de Facel Vega, qui m'a fait rêver longtemps, d'une voiture que je trouvais formidablement dessinée, objet d'une course poursuite qui m'a tenu en haleine pendant pas mal de temps.
Il y aussi ces décors bretons qu'a rappelés Raymond au début de ce fil consacré à l'album. Or, mon père, dans son travail, côtoyait d'autres employés qui lisaient la BD et faisaient des commentaires, en particulier sur le réalisme des décors. Je me souviens qu'il me rapportait les conversations enthousiastes de ses collègues, qui, comme tous les autres lecteurs, suivaient la progression des protagonistes sur les routes de Bretagne (ah, ce panneau routier "Pontorson", à la planche 9, à l'époque je trouvais extraordinaire de le retrouver dans une BD...). Je me souviens que mon père disait qu'un de ses collègues disait qu'il savait (par le beau-frère du cousin, etc.), que ce que racontait la BD sur les cachots et salles souterraines sous les remparts du Mont Saint-Michel était parfaitement authentique, avec cette histoire de marée qui monte et dont le niveau pouvait atteindre telle hauteur dans tel cachot. Cette corrélation, entre la fiction que je lisais jour après jour, et la réalité rapportée par des adultes, rendait cette BD encore plus extraordinaire à mes yeux. Sans parler de l'angoisse que j'avais : le héros va-t-il être noyé dans un de ces souterrains...? Et comment va-t-il s'en sortir...?
L'ouragan de feu !!!!!!!!!
Un de mes albums préférés !
Parceque c'est du Lefranc de la grande époque, du Jacques Martin, et parceque j'adore la Bretagne, et que comme Jean Yves, je retrouvais mes repères, me permettant de m'identifier au héros.
Et cette visite du Mont Saint Michel, rien que cela vaut d'avoir cet album .....

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

7 Re: L'ouragan de feu le Mer 2 Juin - 11:14

Raymond

avatar
Admin
Merci pour ces souvenirs de jeunesse, JYB. On voit que tu es écrivain. Tu aimes nous donner à lire.

Cette publication en noir et blanc des BD de Jacques Martin avait fait l'objet de diverses interrogations dans le passé. Te souviens tu de quel journal il s'agissait ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

8 Re: L'ouragan de feu le Mer 2 Juin - 11:43

JYB


vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:Merci pour ces souvenirs de jeunesse, JYB. On voit que tu es écrivain. Tu aimes nous donner à lire.
C'est aussi ce que me dit souvent Damned quand je raconte une histoire (vraie) sur le forum Aéroplanète...

Raymond a écrit:Cette publication en noir et blanc des BD de Jacques Martin avait fait l'objet de diverses interrogations dans le passé. Te souviens tu de quel journal il s'agissait ?
Euh... ben : Ouest-France... (le journal quotidien bien sûr ; aujourd'hui, OF est devenu aussi éditeur de livres et plein d'autres choses dans le multimédia). Sinon, si tu parles de la date, ça je ne m'en souviens pas - je peux retrouver ça assez facilement, mais pas tout de suite - mais pour moi, c'était vers 1972. Je pense qu'il n'y a eu qu'une histoire de Lefranc, et même une seule histoire de Jacques Martin : L'Ouragan de Feu. Je ne me souviens pas d'avoir lu Alix dans OF.

9 Re: L'ouragan de feu le Lun 18 Oct - 14:27

Raymond

avatar
Admin
J'ai relu hier soir cet album, toujours avec le même plaisir. J'ai repensé aux remarques de JYB sur quelques détails auxquels, il faut bien le dire, je n'avais jamais prêté grande attention.



Dans mon souvenir, les salles souterraines du Mont-Saint-Michel ne se visitent pas mais Jacques Martin s'était tout de même bien documenté. Il avait l'art de mêler le fait réel avec la machine à suspense.



Dernière édition par Raymond le Sam 9 Aoû - 12:04, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

10 Re: L'ouragan de feu le Lun 1 Nov - 22:56

Raymond

avatar
Admin
A chaque fois que je relis cet album, la même question resurgit : mais où se trouve donc Morgastel. Jacques Martin nous l'indique apparemment sur une carte.



Je pensais (au vu du nom) que ce petit port  se trouvait dans les Côtes d'Armor, près de Ploumanach et de Tregastel. D'après la carte ci-dessus, ce serait plutôt dans le Finistère.  Rolling Eyes

Cependant, cette indication ne résoud pas le problème. Si on regarde sur une carte plus détaillée, on ne trouve pas cet endroit. Morgastel (et Tergaou) gardent hélas tout leur mystère.  deso



Dernière édition par Raymond le Sam 9 Aoû - 12:05, édité 2 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

11 Re: L'ouragan de feu le Mar 2 Nov - 0:20

JYB


vieux sage
vieux sage
Sauf erreur, ce doit être des noms inventés pour la circonstance, en s'inspirant de noms réels mais aux syllabes mélangées (dans Morgastel, "gastel" vient sans doute de Trégastel, réelle station balnéaire des Côtes d'Armor - que je connais pour y avoir été envoyé en colonie de vacances quand j'étais gamin...).
Il y a un moment où un auteur de BD invente ou devient flou, sinon il ne s'en sort pas. Le doigt de Jeanjean désignant un vague point sur une carte du nord-ouest du Finistère (voir ton scan un post plus haut) le prouve alors que - selon moi - les scènes du côté de Morgastel semblent plutôt se situer à la frontière entre le Finistère et les Côtes d'Armor, soit bien plus à l'est que ça.
Lefranc désigne page 38 une autre carte, plus précise, où l'on trouve des noms réels du Finistère, et plus précisément des environs de l'Aber Wrac'h : Lampaul, Ploudalmezeau, Landeda, etc... Mais le nom Tergaou, attribué par Jacques Martin à un phare au large du même Aber Wrac'h, me semble inventé (comme nom breton, j'aurais vu quelque chose commençant par Ker...) et ressemble vaguement à divers noms du côté de Perros-Guirec/Lannion, comme Trévou ou Trigavou toujours dans les Côtes d'Armor (mais rien de tel dans le Finistère). D'autant que, dans la BD, le bateau de pêche d'Yves Le Guen, qui connaît paraît-il si parfaitement le moindre caillou de l'endroit, est immatriculé en D (D 3741) ; c'est le D de Douarnenez, célèbre port du... sud-Finistère. Quant à la véritable ville de Morgat, qui a sans doute inspiré Morgastel, elle se situe dans la presqu'île de Crozon, donc loin de la côte nord du Finistère ou des Côtes d'Armor. L'île désignée par Lefranc page 38 semble être un rocher appelé Le Libenter ; le phare de Tregaou est peut-être celui dit de La Vierge (géographiquement, car le vrai phare de la Vierge ne ressemble pas tellement à celui de la BD).

12 Re: L'ouragan de feu le Mar 2 Nov - 8:45

Raymond

avatar
Admin
Merci pour toutes ces informations très précises (et précieuses). pouce

Je vais essayer de me documenter sur le Libenter et sur ce fameux phare.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

13 Re: L'ouragan de feu le Mar 2 Nov - 10:08

JYB


vieux sage
vieux sage
Ce que j'ai raconté, ce sont des suppositions ; je ne garantis rien...
C'est comme essayer de retrouver le "vrai" village d'Astérix ; on en a parlé dans le sujet "Les incunables d'Albert Uderzo", je crois, et certains habitants du petit port d'Erquy prétendent que c'est chez eux que se situe le village gaulois ; discussions à n'en plus finir et coupage de cheveu en quatre...
D'autant que - je ne l'ai pas dit précédemment - il y a quelques imprécisions dans la fameuse carte (que Lefranc appelle "carte marine" alors que ce n'en est pas une) montrée page 38 de l'album : par exemple, une île du nom de Guennoc s'appelle en réalité Guenioc ; certaines îles dessinées en blanc me paraissent trop grandes par rapport à la réalité, etc. Il faudrait avoir une carte d'état-major du coin pour retrouver tout ça. Je n'ai pas parlé non plus d'un autre phare qui se situe à un jet de caillou de là : le phare de Wrac'h, mais il ne ressemble pas du tout à celui de Tergaou de la BD et c'est sûr que, vu son nom et son architecture, Jacques Martin n'a pas pu le prendre pour modèle.
Quant au nom du phare, Tergaou, il a pu être élaboré à partir de Trégastel (voir aussi mon post précédent). La partie "gastel" a pu être utilisée pour former le nom fictif Morgastel, et Jacques Martin a pu utiliser la partie "Trég" pour former Tergaou ("Terg" viendrait de Trég, et "ou" est une terminaison courante dans des noms bretons, comme Gasnou qui se rapproche de "gaou").
Signalons aussi, pour être complet (?), une ville du Finistère que je crois célèbre : Plougastel. La partie "gastel" du nom a pu aussi former Morgastel. Plougastel est situé sur le bord de la rade de Brest alors qu'en face, sur la presqu'île de Crozon, il y a donc Morgat dont j'ai parlé plus haut. Morgat + Plougastel = Morgastel. Mais comme on le voit, ces deux villes donnent sur la presqu'île de Crozon et pas du tout sur la côte nord-nord-ouest du département (et c'est pourquoi j'avais pensé d'instinct, dans mon précédent post, à Trégastel, qui est, lui, sur la côte nord-ouest de la Bretagne). Le nom complet de Plougastel étant Plougastel-Daoulas, on voit que la consonance "aou" dans Daoulas a pu se retrouver à la fin du nom du phare de Tergaou...
Tout ceci dénote un habile méli-mélo, classique dans la BD d'aventures réalistes (classique et pas du tout contestable ; nous avons affaire avec une fiction, chaque auteur fait comme il l'entend). Donc, je redis : inutile de chercher un site réel, à mon avis on n'y arrivera jamais...

14 Re: L'ouragan de feu le Mer 3 Nov - 0:29

Raymond

avatar
Admin
En effet, Jacques Martin "triche" un peu avec les cartes qu'il montre dans l'album. Ce ne sont pas des imprécisions, je pense, mais plutôt des déformations volontaires. Ce procédé est au fond de bonne guerre puisque l'auteur crée une oeuvre de fiction. Il se trouve que ce sont parfois ces petits décalages par rapport au monde réel qui me fascinent le plus. J'ai alors un besoin irrésistible de trouver où se situe la limite entre le réel et le fictif.

Je m'interroge tout de même car, dans la Grande Menace ou le Repaire du Loup, l'emplacement des récits est situé de façon très précise (les noms sont certes modifiés dans le Repaire du Loup mais cela n'empêche pas de retrouver les lieux d'origine assez facilement). Dans l'Ouragan de Feu, l'auteur brouille au contraire les cartes et il devient difficile de situer les événements. Je me doutais, bien sûr, que Morgastel n'existait pas mais ce village est tout de même dessiné avec une grande précision. Le dessinateur a forcément dû s'inspirer d'un modèle. Où se trouve t-il, ce port breton assez typique ? Voilà la question qui me travaille depuis longtemps. Wink

En tout cas, un grand merci pour tes précisions qui me permettent d'avancer.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

15 Re: L'ouragan de feu le Mer 3 Nov - 1:35

JYB


vieux sage
vieux sage
Il existe sur Internet des sites qui montrent des cartes postales anciennes de villes ou villages ; il faudrait éplucher tous les villages côtiers, tous les petits ports de pêche du nord de la Bretagne, retrouver des CP des années 50 sous l'angle qui t'intéresse, et comparer... Mais attention, Jacques Martin a pu aussi faire un montage avec des vues de plusieurs petits ports locaux... Déjà, je peux te dire que le port tel qu'il se présente dans la case que tu as montrée dans ton post du 30 avril dernier (voir tout en haut de cette page) ressemble à un montage à partir de deux ou trois vues du port d'Erquy dans les Côtes d'Armor, port que je connais bien puisqu'il est le berceau de ma famille paternelle. Plein de cartes postales d'Erquy ont été prises du haut de la falaise qui surplombe la jetée et montrent à peu près ce qu'on voit en second plan dans l'image de Jacques Martin, avec la même jetée, incurvée pareil et avec son phare au bout ; les trois rochers à l'horizon, sur la mer, ressemblent aux "Trois pierres", un ensemble remarquable, et bien connu localement, de rochers affleurant à marée haute, à l'entrée ouest du port d'Erquy, presque exactement comme dans cette image de Lefranc. En cherchant bien, on pourra trouver divers éléments communs à d'autres petits ports des Côtes d'Armor ou du nord du Finistère (je ne les connais pas tous...), et tu ne vas pas être sorti de l'auberge. Tu pourrais resserrer la recherche en sachant que Jacques Martin a montré dans sa BD deux cartes géographiques où il semble situer l'action du côté de l'Aber Wrac'h ; ça permet drôlement d'affiner...
Je ne voudrais pas jouer les détectives à ta place, mais il faudrait que tu regardes la dernière bande de la planche se trouvant page 31 de l'album : dans la case de gauche, Lefranc dit "Morgastel, 19 kilomètres..." (hélas, il me semble qu'on ne lit pas ce qui est marqué sur le panneau routier en arrière-plan, et qui pourrait indiquer le nom d'une autre ville, peut-être réel) ; dans la case suivante (dernière case de la planche) les gendarmes qui observent la voiture de Lefranc disent : "Alfa Roméo rouge passe carrefour départementale 32 et 38..." (tiens, au fait, il devrait y avoir un S à départementale). A toi la balle : il suffit de chercher sur une carte des environs de l'Aber Wrac'h les départementales 32 et 38, et à partir de leur croisement, le village de Morgastel se trouve à 19 km de là...
Confidence : j'ai déjà regardé sur une carte routière du coin, et les départementales 32 et 38 existent bien (à quelques kilomètres à l'ouest d'une ville du nom de Lesneven), et se croisent au lieu-dit Penmarch (ma carte indique même qu'il y a un calvaire à ce croisement, mais je ne vois pas de calvaire dans les deux vignettes de Lefranc). Si on poursuit sur la route départementale 32 en direction de l'embouchure de l'Aber Wrac'h (puisque Lefranc, sur une carte précise, désigne cet endroit célèbre), au bout de 18 km (je dis bien 18), on tombe... dans la mer... A regarder vite fait ma carte, à 19 km de ce carrefour, il n'y a aucun port. Il n'y a que la mer puisqu'apparemment, on franchit un peu la côte... Conclusion : à un endroit de la côte où, au moment de la création de la BD, il n'y avait rien ou pas grand chose, Jacques Martin a "inventé" un port inspiré d'autres ports de la côte nord de la Bretagne.
Voici, après une recherche sur Internet, un lien vers deux cartes postales anciennes du seul port de l'Aber Wrac'h qui pourrait être celui de Jacques Martin :
http://laberwrach.fr/page73.html et http://laberwrach.fr/page74.html
Mais pour arriver à ce port en voiture à partir de la départementale 32, il faut franchir l'aber, passer de sa rive nord à sa rive sud, et pour ça il a fallu bifurquer et quitter la D 32 de façon pas très logique... Il y a une route plus directe pour y arriver, et Lefranc disposant d'une carte, ne se serait pas engagé sur la D 32, mais sur la D 28... Par ailleurs, quand on compare ce port et celui de la BD (revoir l'image que tu as mise en ligne plus haut), ça n'a pas grand chose à voir...
Ceux qui connaissent bien la vie de Jacques Martin pourraient dire s'il a effectué lui-même un voyage en voiture en Bretagne, par Pontorson, le mont Saint-Michel, puis Saint-Brieuc et jusqu'à l'Aber Wrac'h, en passant par la côte, pour se documenter et prendre des photos en vue de cet album. En effet, le port d'Erquy que je cite plus haut se trouve, par la côte touristique, sur la route entre le mont Saint-Michel et Saint-Brieuc (passage obligé pour aller du mont à l'Aber Wrac'h)... Je sais que tout le monde tombe sous le charme d'Erquy, et ce ne serait pas étonnant, si Jacques Martin y est passé, ait "flashé" comme on dit...

16 Re: L'ouragan de feu le Mer 3 Nov - 12:18

Raymond

avatar
Admin
Bravo ! Si j'ai bien compris, il existe deux hypothèses principales sur l'emplacement de Morgastel, et elles découlent de deux manières différentes d'utiliser les indices de l'album. Il y a d'abord le port d'Erquy, et ensuite le phare St-Antoine (et son port) dans l'Aber-Wrac'h.

Il existe bien sûr des images de ces ports sur Internet, mais tout cela a dû changer depuis 50 ans. Il faudrait maintenant trouver des photos datant des années 50 pour évaluer leur degré de ressemblance avec Morgastel. Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

17 Re: L'ouragan de feu le Mer 3 Nov - 13:37

JYB


vieux sage
vieux sage
Il existe une hypothèse principale, celle du petit port Saint-Antoine, dit aussi port de l'Aber Wrac'h, mais ce port est trop petit par rapport au Morgastel de la fiction. Le phare Saint-Antoine n'a rien à voir (par sa position dans le fond du port, par sa taille et par sa forme) avec le phare de Tergaou qui, pour moi, est dans la réalité celui de la Vierge, et qui a donc un rôle capital dans la navigation maritime au large des côtes du nord de la Bretagne (même si les deux phares, Tergaou et la Vierge, ne se ressemblent pas non plus - on va dire qu'il y a quand même un vague air de ressemblance).
L'hypothèse du port d'Erquy, c'est juste une proposition personnelle tout simplement parce que le hasard fait que je connais bien celui-là. Mais je ne connais pas tous les ports de la côte, en gros de Paimpol à Portsall, en comptant large si on doit estimer une localisation "quelque part" dans la région qui nous intéresse. Le village portuaire tel qu'on le voit dans l'image que tu as mise en ligne au début de cette discussion me rappelle aussi un autre port que je connais un peu, c'est Paimpol justement (je parle juste des habitations autour de l'église ; je ne parle pas de la disposition des quais et du port lui-même, et en outre je parle du même dans les années 50). Je connais aussi Binic, mais ce n'est presque certainement pas celui-là dont Jacques Martin s'est inspiré. Bref, on ne va pas faire tous les petits ports de la côte, ça va être fastidieux, et je laisse ça aux exégètes ès-martinologie.
Je répète - parce que j'en suis presque sûr - que Jacques Martin a dessiné un port de pêche breton fictif, en se servant d'éléments de divers ports réels de la côte nord du Finistère et peut-être des Côtes d'Armor.
Autre indice à signaler (mais les exégètes, justement, ont déjà dû le voir il y a longtemps) : page 38, première image, on lit une note officielle sur l'étude de Maître Noiret, notaire à Morgastel, et il est indiqué entre parenthèses : Finistère. Donc, c'est sûr que Morgastel est dans le Finistère. Ce qui ne veut pas dire que le ou les ports dont Jacques Martin s'est inspiré se situent dans le Finistère.
Enfin, je repose ma question qui me paraît capitale : histoire de se documenter et de prendre des photos, Jacques Martin a-t-il effectué un voyage de repérage sur le parcours que suivra Lefranc dans la BD ? L'a-t-il raconté dans un article, un livre ou une interview ? C'est là qu'il faut puiser l'information au sujet de Morgastel. Sa famille doit bien savoir quelque chose aussi.

18 Re: L'ouragan de feu le Ven 12 Nov - 0:19

Raymond

avatar
Admin
Et maintenant, une nouvelle pièce que je viens de trouver par hasard sur Alix Mag. Il s'agit d'une des photos utilisée par Jacques Martin pour dessiner ce fameux paysage de Morgastel :



Cette photo va bientôt être publiée dans le dossier du prochain album grand format du Mystère Borg. Je me permets de la montrer ici.



D'après ce que j'ai pu lire, cette Croix de Saint-Michel provient de l'île de Béhat.

La croix est reprise à l'identique dans la vignette de l'album, mais le reste du paysage ne correspond pas. L'image du port provient donc d'autres photos.

Conclusion : ce paysage de Morgastel serait une image composite.



Dernière édition par Raymond le Sam 9 Aoû - 12:11, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

19 Re: L'ouragan de feu le Ven 12 Nov - 8:35

Invité


Invité
J'ai toujours été convaincu que Morgastel était un endroit composé de plusieurs autres. Je suis déjà allé sur cette île de Bréhat qui est magnifique, mais cette croix ne m'avait pas marqué !
Voici un lien

http://terralatina.over-blog.com/article-ile-de-brehat-chapelle-saint-michel-moulin-du-birlot-et-croix-de-maudez-54851383.html

20 Re: L'ouragan de feu le Ven 12 Nov - 11:20

JYB


vieux sage
vieux sage
Oui, c'est quasiment sûr que le port de Morgastel est un composite de plusieurs ports.
Note : c'est bien l'île de Bréhat avec un R ; Raymond a oublié le R sans doute suite à une faute de frappe...
A noter que Bréhat est donc dans les Côtes d'Armor, dans le secteur où j'ai situé certains décors dont a pu s'inspirer Jacques Martin, alors que les cartes, présentées dans la BD même, situent Morgastel assez clairement dans le secteur de l'Aber Wrac'h.
Par ailleurs, à côté d'Erquy, autre port que j'ai cité pour son air de ressemblance avec Morgastel (certains détails toutefois ; ne comparez pas maison par maison, arbre par arbre...), il y a aussi un îlot et une chapelle Saint Michel, fort semblable à la même chapelle citée dans le lien. Ils sont situés à un jet de caillou d'Erquy, de l'autre côté du cap dit "d'Erquy" (sur Internet, il doit y avoir tout ce qu'il faut). Quant à la croix, là aussi on en trouve en pagaille et de semblables, dans toute la Bretagne et en particulier sur la côte des Côtes d'Armor et du Finistère, ce qui fait que cet élément particulier ne va pas être un indice probant...

21 Re: L'ouragan de feu le Sam 13 Nov - 2:55

JYB


vieux sage
vieux sage
Résumé de tout ce qu'on a dit, et en attendant plus ample informé venant de la famille de Jacques Martin et de ses archives personnelles :
- le nom "Morgastel" a sans doute été composé à partir du nom de deux villages donnant sur la rade de Brest et proches l'un de l'autre : Morgat sur la presqu'île de Crozon et Plougastel, à peu près en face de Morgat. Donc Morgastel pourrait se situer là, mais c'est impossible vu les autres éléments à notre disposition en fonction de la BD, la presqu'île de Crozon étant loin des lieux où se situe l'action.
- les deux cartes géographiques montrées dans la BD désignent la côte nord-ouest du Finistère ; l'une de ces cartes, plus particulièrement et plus nettement, désigne les rives de l'Aber Wrac'h puiqu'on y lit même des noms réels : Ploudalmezeau, Landeda, etc. Un dialogue entre deux gendarmes indique que l'action se situe à un moment sur une départementale qui existe vraiment et qui se dirige bien, dans la réalité, vers l'Aber Wrac'h, comme dans la BD. Donc le port dont on parle pourrait être dans l'Aber Wrac'h. Mais c'est impossible (bis) vu que le port dessiné par Jacques Martin ne ressemble à rien de connu dans le véritable Aber Wrac'h.
- la photo montrée ici du calvaire et d'un plan d'eau en arrière-plan désigne l'île de Bréhat. Mais c'est impossible (ter) car l'île de Bréhat est dans le département des Côtes d'Armor et nous savons (par le document concernant un notaire présenté dans une case de la BD) que l'action et le port de Morgastel se situent dans le Finistère. D'autre part, d'autres éléments du dessin reproduisant ce calvaire montrent que Jacques Martin a modifié l'arrière-plan (pour ne pas avoir à désigner l'île de Bréhat). En plus, Bréhat est une île et on n'y arrive pas en voiture comme on le voit dans la vignette de l'arrivée de Lefranc à Morgastel.
- l'arrière-plan et le port en fond d'image (dans cette même case avec le calvaire), ainsi que les trois rochers à l'horizon ont un air de ressemblance avec le petit port d'Erquy, sa géographie, ses constructions et ses abords (ceci trouvé par moi car je connais Erquy ; c'est un hasard !). Mais là aussi c'est impossible (quatro) car d'autres éléments ne désignent pas Erquy (la vue n'est pas assez élevée : le cap d'Erquy surplombe bien plus abruptement que ça le port, le village autour de l'église n'est pas tout à fait à cet endroit par rapport à la jetée et au phare mais plus près de nous et plus en contrebas par rapport à l'oeil du lecteur regardant la case ; cela dit, le village et l'église d'Erquy sont bien sur la gauche par rapport à la jetée comme elle est située dans la vignette de Jacques Martin). D'autre part, Erquy est dans les Côtes d'Armor, or Morgastel est assurément dans le Finistère selon le scénario de JM.
- un bateau de pêche, manifestement basé à Morgastel, porte une immatriculation commençant par D. D pour Douarnenez. Ce célèbre port est bien dans le Finistère, mais ce ne peut pas être Morgastel car Douarnenez est dans le sud-Finistère, ce qui n'a rien à voir.
En mélangeant bien tous ces éléments disparates, on obtient Morgastel, un port breton fictif imaginé par Jacques Martin, situé sans doute dans les parages de l'Aber Wrac'h, et c'est à peu près le seul lieu géographique qu'on peut citer sans trop se tromper.



Dernière édition par JYB le Sam 13 Nov - 10:55, édité 1 fois

22 Re: L'ouragan de feu le Sam 13 Nov - 10:54

Raymond

avatar
Admin
Merci pour la synthèse. Pour le moment, on ne peut pas faire mieux. pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

23 Re: L'ouragan de feu le Sam 13 Nov - 10:59

JYB


vieux sage
vieux sage
Merci. Pendant que tu intervenais, j'étais en train de faire quelques ajustements et corrections dans mon texte, d'où la mention finale "Dernière édition par JYB (...), édité 1 fois".
On pourrait faire mieux en allant sur place et en faisant du tourisme sur la côte nord-Bretagne, à la recherche d'un site ressemblant, mais malheureusement, tout a bien changé depuis les années 50...

24 Re: L'ouragan de feu le Sam 13 Nov - 11:11

Raymond

avatar
Admin
JYB a écrit:Merci. Pendant que tu intervenais, j'étais en train de faire quelques ajustements et corrections dans mon texte, d'où la mention finale "Dernière édition par JYB (...), édité 1 fois".
On pourrait faire mieux en allant sur place et en faisant du tourisme sur la côte nord-Bretagne, à la recherche d'un site ressemblant, mais malheureusement, tout a bien changé depuis les années 50...
Je suis allé déjà à deux reprises passer des vacances dans les Côtes d'Armor et le Finistère et, à chaque fois, j'ai cherché dans les cartes s'il était possible de voir Morgastel "en passant". J'ai visité d'autres lieux martiniens comme le Mont-Saint-Michel et je suis passé par Tregastel "dans le cas où" ... mais je n'ai bien sûr jamais trouvé le petit port de l'Ouragan de Feu. Tu vois jusqu'où va mon intérêt pour la chose. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

25 Re: L'ouragan de feu le Sam 13 Nov - 12:17

JYB


vieux sage
vieux sage
Mais avais-tu déjà repéré, page 31 de l'album, la référence à ces deux départementales dont je parlais, et es-tu allé jusqu'à l'Aber Wrac'h pour les retrouver "en vrai" ? Il y a une chose qui m'intrigue, c'est si l'image du carrefour dans l'album correspond au vrai carrefour...
S'il y a un lieu de pélerinage tout désigné pour un "Lefrancophile", outre le mont Saint-Michel, c'est bien ce carrefour. D'ailleurs, si mes déplacements me conduisent dans le coin, pas dit que je ne fasse pas un crochet par là et que je ne prenne pas des photos...

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 7]

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum