Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Gordianus, de Steven Saylor

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 3]

26 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Dim 11 Aoû - 12:11

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Raymond a écrit:C'est plus méthodique que dans les histoires de Jacques Martin !  Wink
Comme chantait Jean Gabin : "J'peux pas mieux dire !"

27 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Sam 21 Fév - 7:04

Muad85

avatar
compagnon
compagnon
C'est une excellente série que je recommande fortement à tous.
A priori, Steven Saylor (qui a un site assez intéressant) a écrit d'autres aventures de Gordianus par la suite mais elles demeurent inédites en France.
Dommage.

28 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Sam 21 Fév - 11:28

Raymond

avatar
Admin
Il faut se mettre à l'anglais, et acheter les livres sur Amazon ! Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

29 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Sam 21 Fév - 11:51

Monocle

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Les aventures de Gordianus ont été publiées en poche chez 10-18 dans la collection grand détectives.
Les 5-6 premiers tomes sont vraiment excellents, notamment "Du sang sur Rome, l'énigme de Catilina et meurtres sur la via Appia.

30 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Sam 21 Fév - 22:56

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je suppose que les
11 A Gladiator Dies Only Once (recueil de nouvelles non traduit, 2005)
12 The Triumph of Caesar (non traduit, 2008)
13 The Seven Wonders (Prequel, non traduit, 2012)
n'ont toujours pas été traduits.

Je viens de me commander les trois polars de Bertrand Lançon (scén de la ROMA de Chaillet), qui se passent au IVe s., sous le Bas-Empire, donc.

31 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Dim 31 Jan - 21:36

Jacky-Charles


license ès BD
license ès BD
GORDIANUS EST DE RETOUR !

Avis aux amateurs !
"Le triomphe de César", roman datant de 2008 et encore non traduit, vient enfin de paraître chez 10/18.
La collection republie également les premiers romans de la série.

32 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Dim 31 Jan - 22:08

Monocle

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Jacky-Charles a écrit:GORDIANUS EST DE RETOUR !

Avis aux amateurs !
"Le triomphe de César", roman datant de 2008 et encore non traduit, vient enfin de paraître chez 10/18.
La collection republie également les premiers romans de la série.
Yesss! Merci de la nouvelle! Je vais sauter dessus,  bounce même si les derniers romans sont moins bons que les 4 ou 5 premiers de la série.

33 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Dim 31 Jan - 23:16

Raymond

avatar
Admin
C'est une grande nouvelle !  Il restait en effet 2 ou 3 livres (romans ou recueils de nouvelles) qui n'étaient pas traduits.

Merci Jacky-Charles !  pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

34 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Mar 2 Fév - 12:00

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je viens de courir l’acheter chez mon libraire. J’ignore si 10/18 daignera répondre à mon mail demandant si d’autres ouvrages de Steven Saylor sont prévus, notamment les recueils de nouvelles « The House of the Vestals » (1997) et « A Gladiator Dies Only Once » (2005).
Je vois dans Wikipedia qu’après LE TRIOMPHE DE CESAR (2008), trois autres titres ont été publiés dans cette série Roma sub Rosa (Les Mystères de Rome) : « The Seven Wonders » (2012), « Raiders of the Nile » (2014) et « Wrath of the Furies » (2015). Les affaires reprennent !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Steven_Saylor

Donc Gordien n’est pas mort noyé dans le Nil, comme beaucoup de lecteurs (dont je suis) l’ont cru. Et Calpurnia, l’épouse de César le croyait aussi…
Rome, 46 av. J.-C. De retour d'Égypte, Gordien, qui s'était retiré de son métier d'enquêteur privé, se trouve dans l'incapacité de refuser la demande de Calpurnia, la femme de César. À l'approche des festivités organisées en l'honneur des ses victoires militaires, César est plus que jamais exposé au danger. Craignant un complot contre la vie de son mari, Calpurnia ordonne à Gordien de faire le jour sur des rumeurs de conspirations avant qu'il ne soit trop tard. D'autant qu'un premier enquêteur, proche de Gordien, vient d'être retrouvé assassiné sur le pas de sa porte...

L’assassinat de César, c’est très tendance actuellement. J’avoue avoir été quelque peu déçu par la version de Chaillet et consorts ROMA AETERNA/3. Mais certes il fallait y impliquer le Palladium, c’était dans le cahier de charges de la série. J’ai trouvé exagérées les images de la naumachie à Rome (avec des macchabs en cote de mailles flottant à la surface !!!) et je n’ai pas trop apprécié non plus, historiquement, Cléopâtre en danseuse du ventre. Elle est mignonne, mais… Enfin bon, les poncifs ont la vie dure. Je ne pense pas non plus que César aurait déplacé à Alexandrie le centre du pouvoir. Il était trop Romain et trop fin politique pour commettre ce genre d’erreur. Curieux aussi de voir le Palladium trôner en lieu et place de la statue de Vesta en son temple ; mais bon, jouons le jeu.

L’assassinat de César a inspiré une autre BD récente (il y a quelques années tout de même), que je dois encore lire : L’HOMME DE L’ANNEE -44. Vu par un garde du corps de César.

Delcourt annonce pour le 10 de ce mois une uchronie : JOUR J/23 : LA REPUBLIQUE DES ESCLAVES :  58 avant Jésus-Christ. La République des affranchis, fondée par Spartacus en Sicile, défie l'armée romaine et fait trembler Rome depuis treize ans. Mais la crainte d'une nouvelle guerre contre Carthage redonne à la Sicile un statut de terre stratégique. Jules César est donc chargé, plutôt que d'aller en Gaule, de conduire les légions qui attaqueront Spartacus et les siens.
Dément ce scénar ! En 58, Carthage n’existait plus depuis un siècle ! Sauf chez Jacques Martin qui dans L’ILE MAUDITE et LE SPECTRE DE CARTHAGE anticipait l’intention de César de la rebâtir, car c’était un port stratégique ; mais son projet ne sera concrétisé que sous Auguste.

Je rappelle que Colleen McCullough, dans Les Maîtres de Rome/9 (CESAR ET CLEOPATRE). Nous donne une version de l’assassinat de César – ses tenants et aboutissants – très convaincante et éclairante que ne soupçonnaient pas les lecteurs qui en étaient restés à Shakespeare et à son adaptation cinématographique par Mankiewicz.
http://www.peplums.info/pep39v.htm#cc9 ( http://www.peplums.info/pep39v.htm#ccu )

35 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Mar 2 Fév - 20:33

Raymond

avatar
Admin
Je sens que j'irai moi aussi faire un petit tour en librairie, rayon des romans historiques, samedi prochain. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

36 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Jeu 9 Juin - 21:08

Jacky-Charles


license ès BD
license ès BD
Et voici un nouvel inédit : "Les sept merveilles" ( 10/18 N° 5121 ).
Dans celui-ci, comme son titre l'indique, Gordianus visite à tour de rôle les 7 merveilles du monde antique, chaque étape lui permettant de résoudre une énigme ; il n'a alors que 18 ans et c'est un voyage initiatique à bien des égards.
Personnellement, je l'ai trouvé un peu plus faible que les autres, mais cela peut faire passer un bon moment.

37 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Jeu 9 Juin - 23:45

Raymond

avatar
Admin
Merci en tout cas pour l'info !

On se rapproche des vacances, et c'est un bon bouquin de plus à emmener. pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

38 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Ven 10 Juin - 12:13

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je suis curieux, moi aussi.
D'un côté, c'est une préquelle qui va nous priver de tous les codes amassés au long de toutes ses aventures.
D'un autre côté sept énigmes dans le même bouquin. Leur développement risque d'être un peu "short"... Enfin bon, on verra.

39 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Dim 31 Juil - 11:28

Raymond

avatar
Admin
J'ai lu pendant mes vacances les Sept Merveilles ainsi que le Triomphe de César, et c'était un plaisir que de retrouver Gordianus.

Les Sept Merveilles est un livre assez curieux, car on a d'abord l'impression que c'est une simple suite de petites enquêtes locales, chacune d'entre elles étant consacrée à un des sept monuments de l'Antiquité. On finit toutefois par se rendre compte à la fin que le tout constitue bien un récit continu. Un détail m'a cependant heurté à la fin du livre. Lorsque qu'Antipater de Sidon établit une liste des sept merveilles de l'Antiquité, il ne semble pas y inclure le Pharos d'Alexandrie. Comme il ne précise pas non plus quelle en serait l'alternative, j'y ai vu un non-sens très gênant.

Par ailleurs, il est vrai que ce roman est un peu plus faible que les premières enquêtes de Gordianus. L'aspect descriptif du monde antique dépasse largement l'intérêt qui devrait être accordé aux personnages ou à l'intrigue policière elle-même. Je n'ai toutefois pas boudé mon plaisir.   Wink

Cette abondance des descriptions se remarque aussi dans le Triomphe de César, et l'intrigue avance assez lentement. Il s'agit toutefois d'un véritable polar, et une grande partie du plaisir provient de l'ambiance créée par l'auteur. Ce n'est pas, il est vrai, la meilleure enquête de Gordianus, mais cela reste d'un bon niveau.

Il reste maintenant deux titres plus récents (ainsi que deux recueils de nouvelles) à traduire.   Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

40 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Lun 1 Aoû - 10:18

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je viens, moi aussi, de finir LES SEPT MERVEILLES, savoureux comme toujours même si de prime abord on ne saisit pas le lien reliant les sept stations des voyageurs Gordien et Antipater/Zothicus. Tout s’explique à l’avant-dernier chapitre !

Saylor distille subtilement des indices sur la véritable personnalité du second, nourrie de discrets malentendu, ce qui fait que le dénouement pour moi prévisible. Quelques crimes de sang ponctuent les escales, mais pas systématiquement (c’eut été lassant), aussi l’auteur joue-t-il habilement avec les anecdotes folkloriques, comme l’épisode mythologique de la fontaine Salmacis à Halicarnasse, ou celui d’Actéon à Éphèse. Dans ce dernier épisode, lorsque dans sa courte tunique rouge, un sein nu et l’arc à la main pour participer à la fête en l’honneur d’Artémis apparaît Anthea fille de leur hôte Eutropius (pp.45-46), celui qui sait lire entre les lignes voit s’imposer dans sa mémoire la toile de Félix de Vigne Les amours d'Abrocome et de la belle Anthia (1830) (*), inspiré des Éphésiaques de Xénophon d'Éphèse, roman grec d'époque romaine (IIe ou IIIe s. ?).
Dans l’interlude corinthien, le lecteur d’ALIX SENATOR / LES DEMONS DE SPARTE ne sera pas dépaysé par le tableau d’une Grèce sous la férule romaine que nous brosse Saylor…

Raymond a écrit:Un détail m'a cependant heurté à la fin du livre. Lorsque qu'Antipater de Sidon établit une liste des sept merveilles de l'Antiquité, il ne semble pas y inclure le Pharos d'Alexandrie. Comme il ne précise pas non plus quelle en serait l'alternative, j'y ai vu un non-sens très gênant.

J’ai été moi aussi quelque peu surpris - lorsque dans le roman, Antipater glose sur la liste des sept merveilles - de ne pas voir mentionné le Phare d’Alexandrie, alors que – précisément – nos héros se trouvent devant ledit-phare. En fait, Antipater de Sidon, qui a bel et bien existé, avait établi la liste suivante :

J'ai contemplé
le rempart de la superbe Babylone où peuvent courir les chars,
le Zeus des bords de l’Alphée,
les Jardins suspendus,
le colosse d’Hélios,
l'énorme travail des hautes pyramides,
l’opulent tombeau de Mausole ;
mais quand je vis la maison d’Artémis qui s’élance jusqu'aux nues, tout le reste fut éclipsé, et je dis : « hormis le sublime Olympe, l’œil d’Hélios vit-il jamais une chose semblable ! »
(Anthologie palatine, IX, 58).

Tu y constateras l’absence du Phare d’Alexandrie, ici compensé par le doublon babylonien : 1) le rempart [avec la porte d’Ishtar] + 2) les jardins suspendus [de Sémiramis]. Et chose amusante un troisième élément dans le roman : la ziggourat. Or n’admet-on pas que les jardins suspendus n’étaient autre que les plantations ornant les différents étages de la ziggourat ? Steven Saylor semble les considérer comme choses distinctes. Bon. C’est son choix. Mais au total il va retomber sur ses pattes.

Sur Wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sept_merveilles_du_monde) tu trouveras résumés les sources de cette liste. La seule complète semble être le De Septem Orbis Miraculis attribué à Philon de Byzance, auteur très postérieur à Antipater. En définitive, ce que tu crois être une maladresse de Steven Saylor, révèle plutôt un scrupule historique de sa part. Au final son roman, chapitre après chapitre, aura bien traité des sept ouvrages cités par la liste classique.

_______
*) Je n’ai pas réussi à remettre la main sur la carte postale achetée chez un libraire spécialisé proche du Musée des Beaux-Arts à Bruxelles (beaucoup de mes archives n’ont pas encore été déballées depuis mon déménagement), ni n’en ai retrouvé une repro sur Internet (http://www.fine-arts-museum.be/fr/la-collection/felix-de-vigne-les-amours-dabrocome-et-de-la-belle-anthia?artist=de-vigne-felix-1), mais je suis sûr que la peinture à laquelle je pense est celle de de Vigne, du reste conservée dans le précité musée.

41 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Lun 1 Aoû - 12:01

Raymond

avatar
Admin
AJAX a écrit:(...)
J’ai été moi aussi quelque peu surpris - lorsque dans le roman, Antipater glose sur la liste des sept merveilles - de ne pas voir mentionné le Phare d’Alexandrie, alors que – précisément – nos héros se trouvent devant ledit-phare. En fait, Antipater de Sidon, qui a bel et bien existé, avait établi la liste suivante :

J'ai contemplé
le rempart de la superbe Babylone où peuvent courir les chars,
le Zeus des bords de l’Alphée,
les Jardins suspendus,
le colosse d’Hélios,
l'énorme travail des hautes pyramides,
l’opulent tombeau de Mausole ;
mais quand je vis la maison d’Artémis qui s’élance jusqu'aux nues, tout le reste fut éclipsé, et je dis : « hormis le sublime Olympe, l’œil d’Hélios vit-il jamais une chose semblable ! »
(Anthologie palatine, IX, 58).

Tu y constateras l’absence du Phare d’Alexandrie, ici compensé par le doublon babylonien : 1) le rempart [avec la porte d’Ishtar] + 2) les jardins suspendus [de Sémiramis]. Et chose amusante un troisième élément dans le roman : la ziggourat. Or n’admet-on pas que les jardins suspendus n’étaient autre que les plantations ornant les différents étages de la ziggourat ? Steven Saylor semble les considérer comme choses distinctes. Bon. C’est son choix. Mais au total il va retomber sur ses pattes.

Sur Wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sept_merveilles_du_monde) tu trouveras résumés les sources de cette liste. La seule complète semble être le De Septem Orbis Miraculis attribué à Philon de Byzance, auteur très postérieur à Antipater. En définitive, ce que tu crois être une maladresse de Steven Saylor, révèle plutôt un scrupule historique de sa part. Au final son roman, chapitre après chapitre, aura bien traité des sept ouvrages cités par la liste classique.
(...)

Tout s'explique !   pouce

Il faut donc conclure que la liste des 7 merveilles du monde antique ne faisait pas encore l'unanimité à l'époque d'Antipater de Sidon


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

42 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Lun 1 Aoû - 13:52

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
C'est ce que Steven Saylor fait observer. Une première liste a été établie sous Ptolémée Ier, sous le règne duquel fut érigé le Phare. Mais le Colosse de Rhodes n'y figurait pas puisqu'il fut érigé une trentaine d'années plus tard, après le siège de la ville en -305 par Démétrios Poliorcète.

A propos des Sept Merveilles, je voudrais rappeler ici la récente série BD chez Delcourt ( http://www.bedetheque.com/serie-42528-BD-7-merveilles.html ), assez inégale. LE COLOSSE DE RHODES m'avait un peu déçu, moi le fan du film homonyme de Sergio Leone, mais aussi lecteur de la littérature scientifique (R.E.A., B.C.R.H. etc.). Néanmoins, à côté des aventures fictionnelles, on a droit à une petite mise au point historique en dernière page de chaque album qui rachète les à peu-près.
Mettre en parallèle avec le Phare d'Alexandrie l'aventure d'Alix qui s'y rapporte (LE DEMON DU PHAROS, P. Weber & Chr. SIMON).

43 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Dim 20 Nov - 21:32

Jacky-Charles


license ès BD
license ès BD
Et encore un ! Je ne vais pas m'en plaindre !

"Les pilleurs du Nil" vient de paraître chez 10/18 ( n° 5155 ).

En -88, Gordianus a vingt-deux ans et exerce son métier de "limier" à Alexandrie...

De la lecture pour Noël, si je peux attendre jusque là !...

44 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Lun 21 Nov - 0:42

Raymond

avatar
Admin
Bonne nouvelle ! bounce

Ce sera aussi pour moi une lecture de vacances. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

45 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Lun 21 Nov - 9:50

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Donc si Gordien a 22 ans en 80, c'est qu'il est né en 110. Dans la dernière enquête de ce que j'appellerais "la première série" (1991-2004), il opère en 46 et semble prendre sa retraite définitive en Alexandrie... à 56 ans (LE TRIOMPHE DE CESAR).

Tout ceci me semble cohérent.
Chaque épisode est daté ( http://www.peplums.info/pep39w.htm#ssa et écrit dans l'ordre chronologique historique). Nous avons donc un bel exemple d'une saga planifiée - le contraire d'Alix qui part un peu dans toutes les directions avec les épigones de Martin (plutôt intemporel dans la bulle martinienne de -50).

Dans tous les cas, mon libraire peut s'attendre à ma visite imminente ! I love you

46 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Lun 21 Nov - 9:52

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
22 ans en 88, veux-je dire.
C'est la première série qui démarre en 80 avec DU SANG SUR ROME !
Sorry !!!

47 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Lun 21 Nov - 18:53

Monocle

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Chic, je vais aussi sauter sur les pilleurs du Nil!

48 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Dim 9 Juil - 10:48

Raymond

avatar
Admin
Les vacances approchent, et je me suis acheté le dernier tome de "Gordianus" que je n'ai pas encore lu (les Pilleurs du Nil).

Comme cela ne sera pas suffisant pour 2 semaines, j'ai aussi cherché des romans policiers de John Maddox Roberts, mais il est bien difficile de trouver cela en librairie.

À la place, j'ai pris un roman historique de Robert Harris, dont le personnage principal est Cicéron, intitulé "Conspirata". C'est en fait une trilogie historique romaine, centrée autour du célèbre avocat, qui est en cours de publication dans la collection "Pocket". Est-ce que vous connaissez ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

49 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Dim 9 Juil - 11:39

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
J'ai acheté en son temps LES PILLEURS DU NIL mais n'ai pas encore trouvé le temps de le lire, pas plus d'ailleurs que la trilogie de Robert Harris sur Cicéron. Harris avait écrit un intéressant sur Pompéi, avec un traité de géologie sous le coude !

En fait, je voudrais d'abord finir de lire la saga de Colleen McCullough sur "les Maîtres de Rome" (une douzaine de volumes en comptant ceux sur Antoine et Cléopâtre). Mais Colleen c'est du tout bon ! Alors voilà : plein de projets d'écriture, et les lectures qui calent un peu. Je voltige entre Sparte et Platon, Cynoscéphale et la Guerre de Troie, et aussi Julien l'Apostat !!! Qui trop embrasse mal étreint...

50 Re: Gordianus, de Steven Saylor le Dim 6 Aoû - 18:08

Raymond

avatar
Admin
J'ai lu pendant mes vacances les Pilleurs du Nil qui est une excellente histoire. Steven Saylor sait donc encore écrire des romans passionnants. J'espère maintenant que 10/18 va traduire les recueils de nouvelles de la même série, car tous les romans de Gordianus sont maintenant parus en français.

Sinon, j'ai lu également Conspirata de Robert Harris, deuxième tome de sa monumentale biographie romancée de Cicéron. Ce deuxième livre raconte surtout la fameuse conspiration de Catilina, à laquelle je n'avais jamais compris grand chose. Les choses sont maintenant plus claires. Le plus intéressant, toutefois, c'est que cette série offre un intéressant contrepoint aux Maitres de Rome, la monumentale histoire romaine de Colleen McCullough dans laquelle Jules César a quand même un trop beau rôle (il est plus honnête, plus intelligent, plus séduisant ... etc.). Dans "Conspirata", le grand Jules se distingue surtout par son ambition et ses attitudes sont parfois ambiguës, par exemple par rapport à Catilina. Il est très intéressant de comparer les messages et les préférences des deux séries.

Et puis, je me demande bien avec quel polar historique continuer, maintenant que j'ai fini Gordianus ? Il y a la petite série de John Maddox Roberts, mais je me demande si elle en vaut la peine ? Il y aurait aussi (dans un autre domaine) les enquêtes de Nicolas Le Floch, qui sont maintenant rééditées. Que me conseillez-vous ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum