Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Ferrandez et l'Algérie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 3]

26 Re: Ferrandez et l'Algérie le Ven 10 Oct - 10:00

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

27 Re: Ferrandez et l'Algérie le Mer 22 Oct - 10:07

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

28 Re: Ferrandez et l'Algérie le Dim 16 Nov - 17:52

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Ferrandez évoque "Frères de terroirs" publié par l'éditeur Rue de Sèvres.


http://expressbd.fr/2014/11/14/jacques-ferrandez-auteur-avec-yves-camdeborde-de-freres-de-terroirs/

29 Re: Ferrandez et l'Algérie le Jeu 21 Mai - 23:01

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Carnets d'Orient.


30 Re: Ferrandez et l'Algérie le Dim 24 Mai - 11:25

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

31 Re: Ferrandez et l'Algérie le Mer 3 Juin - 10:19

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

32 Re: Ferrandez et l'Algérie le Sam 27 Juin - 12:25

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

33 Re: Ferrandez et l'Algérie le Ven 3 Juil - 11:55

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Une planche de son adaptation du livre d'Albert Camus "L'Etranger".


34 Re: Ferrandez et l'Algérie le Mar 14 Juil - 10:31

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
"Arrière-pays", une bande dessinée métropolitaine de 2003.


35 Re: Ferrandez et l'Algérie le Mer 27 Avr - 10:44

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
"Au soleil d'Alger / 1850".




"Au soleil d'Alger / 1950".

36 Re: Ferrandez et l'Algérie le Ven 11 Nov - 11:21

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Carnets d'Orient "Le centenaire".


37 Re: Ferrandez et l'Algérie le Sam 12 Nov - 11:53

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Carnets d'Orient / "Le cimetière des princesses".


38 Re: Ferrandez et l'Algérie le Dim 13 Nov - 11:13

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Carnets d'Orient / "Les fils du sud".


39 Re: Ferrandez et l'Algérie le Jeu 3 Aoû - 17:11

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Son nouvel opus, inspiré du roman inachevé d'Albert Camus "Le premier homme", est visible pour une large part sur le site du "Journal Le Monde".


http://www.lemonde.fr/bande-dessinee/visuel/2017/08/03/bd-de-l-ete-decouvrez-le-premier-homme-d-apres-albert-camus_5168267_4420272.html#/chapters/01/pages/2

40 Re: Ferrandez et l'Algérie le Jeu 3 Aoû - 20:53

marbou


alixophile
alixophile
J'avais apprécié ses précédentes adaptations de Camus, L'étranger et L'hôte : son dessin se prête parfaitement à rendre l'ambiance des romans. Le "c'est de la faute du soleil" de Meursault, est presque plus parlant dans l'adaptation de Ferrandez. Et le côté contemplatif de L'hôte est aussi superbement rendu.
Ce dernier livre de Camus, inachevé, et sans ponctuation dans le manuscrit si je me souviens bien, était un peu plus ardu à lire. Je serai intéressé par la vision qu'en a Ferrandez. De mémoire, c'est essentiellement en ville (Alger ?), et c'est lié à l'instituteur qui a marqué sa vie.
J'avais acheté les superbes petites intégrales des carnets d'Orient, en particulier la première avec les aquarelles de Desnouette (? de mémoire, je me trompe peut-être) en supplément. J'ai offert ces deux petits volumes, je ne les ai plus, mais il ont fait un autre bonheur de lecture...

41 Re: Ferrandez et l'Algérie le Jeu 3 Aoû - 22:01

Raymond

avatar
Admin
C'est vrai qu'il y a aussi l'Hôte ... une adaptation de Camus que je n'ai malheureusement pas lue.

Tu sembles le recommander aussi ! Il faudra que je le recherche. Rolling Eyes


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

42 Re: Ferrandez et l'Algérie le Lun 18 Sep - 10:07

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Treblig a écrit:Son nouvel opus, inspiré du roman inachevé d'Albert Camus "Le premier homme", est visible pour une large part sur le site du "Journal Le Monde".


http://www.lemonde.fr/bande-dessinee/visuel/2017/08/03/bd-de-l-ete-decouvrez-le-premier-homme-d-apres-albert-camus_5168267_4420272.html#/chapters/01/pages/2

L'album va sortir le 21 Septembre.

43 Re: Ferrandez et l'Algérie le Lun 25 Sep - 14:43

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
A lire, ce tout récent entretien accordé par Ferrandez à "culture box" au sujet de cet album ...


http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/bande-dessinee/interview-jacques-ferrandez-adapte-en-bd-le-premier-homme-de-camus-262807


44 Re: Ferrandez et l'Algérie le Dim 8 Oct - 12:29

Raymond

avatar
Admin
Œuvre posthume d'Albert Camus, le Premier Homme est un roman inachevé que sa famille a longtemps hésité à faire publier. Lorsque ce livre est finalement sorti pendant les années 90, je l'ai un peu dédaigné, même si je suis un admirateur de l'écrivain. En fait, je craignais surtout d'être déçu, en présumant que ce texte peu ou pas retouché ne devait pas être à la hauteur de ses autres œuvres littéraires.

Le temps a passé ... et voilà que Jacques Ferrandez publie maintenant sa troisième adaptation d'un livre d'Albert Camus. Il a mis en images "le Premier Homme", et je ne pouvais vraiment pas manquer cela.

J'ai donc découvert cette œuvre directement sous la forme d'une bande dessinée.    Very Happy



Comment adapter un roman en BD ? Le plus souvent, les images sont là pour remplacer le texte, et permettent de supprimer les descriptifs de même que la narration de l'action. Seuls subsistent alors les dialogues, et le style de l'écrivain disparaît plus ou moins avec cette transformation.

Jacques Ferrandez évite cet écueil, en gardant de nombreux extraits de textes écrits à la première personne, dans lesquels Albert Camus évoque ses souvenirs, ses émotions et ses convictions. Très habilement, le dessinateur en fait de longs récitatifs, tandis que ses images racontent un voyage, une émotion esthétique, ou même une rencontre. Je ne suis pas partisan des textes pléthoriques dans une BD (j'ai même parfois critiqué cette tendance), mais dans cet album, ce parti-pris littéraire m'a réellement séduit. Que ce soit dans un train, au cours d'une promenade, ou pendant une visite, le texte et les images se complètent d'une façon parfaite, tant il est vrai que de très fortes émotions peuvent naître d'une rêverie, ou d'un paysage qui change.



Parfois, le texte devient un dialogue, mais derrière cette forme d'échanges, on devine qu'il n'y a toujours qu'une seule voix, celle d'Albert Camus, qui s'exprime. C'est par exemple le cas lorsque le héros parle avec son amoureuse de la pauvreté. On comprend qu'il parle d'abord de son enfance, et ce sujet peut en effet être l'objet d'une confidence sur l'oreiller. Mais Camus va bien plus loin, en nous entraînant aussi vers une vaste méditation philosophique, proche de ses idées socialistes, et le texte devient alors un très séduisant manifeste.



J'ai découvert ainsi un très beau texte, au ton méditatif et nostalgique, que les images discrètes et esthétiques de Ferrandez équilibrent harmonieusement. Tout se passe à la fin des années 50, lorsque l'Algérie s'apprête à se séparer de la République Française, et que Camus se sent déchiré entre ses idées (qui exigent un sort différent pour les arabes opprimés) et sa loyauté envers ses origines (l'Algérie française). Entre le cœur et la raison, l'écrivain choisit volontiers le parti du cœur. On peut en particulier se rappeler de cette fameuse réplique faite à Sartre, qui avait beaucoup fait débat : "entre la justice et ma mère, je choisis ma mère."



Il y a toute la vie de Camus dans ce beau roman qui, curieusement, ne m'a pas paru si inachevé que cela, mais c'est probablement la construction très savante de l'album par le dessinateur qui donne cette impression. Ce livre est ainsi dédié à l'Algérie, un sujet qui ne pouvait que séduire Jacques Ferrandez, mais aussi à ce mystérieux "premier homme", celui qui va naître de la révolution algérienne, qui restera attaché à son passé, au sang, à la sueur et aux larmes de ses ancêtres, mais que Camus n'arrive pas encore à bien définir, tant il est vrai que notre futur reste un vrai mystère.

Le Premier Homme me semble être en fait un album majeur pour Jacques Ferrandez. N'ayant pas lu le roman avant la BD, il m'est difficile d'assurer que cette adaptation respecte complètement le style et les messages que voulaient laisser Albert Camus, mais j'ai la conviction intime que c'est bien le cas. L'écrivain et le dessinateur ont effet la même origine, et probablement des souvenirs très semblables. Je présume qu'avec ce livre, Ferrandez raconte lui aussi son propre déchirement.

En tout cas, c'est le genre de livre qui laisse une belle émotion lorsqu'on le referme, et qui donne envie d'être relu, tant son message est riche et complexe.

Et puis, c'est sans doute une des grandes BD de la rentrée, qui plaira à tous les amateurs de littérature et de bande dessinée bien classique.  

Bref ! Vous avez compris que ce livre est un must. pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

45 Re: Ferrandez et l'Algérie le Lun 9 Oct - 23:26

Raymond

avatar
Admin
Belle surprise ! En lisant ce soir le nouveau "Cahier de la BD", j'ai parcouru un article intitulé "les Petits Mickeys à l'assaut les grands romans", consacré aux adaptations d'œuvres littéraires. J'y ai trouvé un chapitre qui est justement consacré au "Premier Homme, et on y reparle de cette fameuse page, montrant Jacques Cormery en compagnie d'une belle jeune femme blonde.



Il s'avère que la présence de cette jeune femme est bel et bien une invention de Jacques Ferrandez, et que le texte (plus ou moins identique au récitatif) était au départ un vrai monologue pensif du héros sur son enfance et sur sa mère.

"Le Premier Homme" de Ferrandez est donc bien une vraie adaptation, afin de faire correspondre ce livre aux possibilités de la BD ... ou aux désirs personnels du dessinateur. Ce n'est en tout cas pas pas une plate transposition du roman.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

46 Re: Ferrandez et l'Algérie le Mar 10 Oct - 4:47

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonsoir

Attirée par le commentaire élogieux de Raymond, je me suis permise de feuilleter l'ouvrage chez un libraire. Les premières pages ont tournées, lentement, puis de plus en plus rapidement ! Et je me suis retrouvée "scotchée" à la BD.
Quelle merveille !

Le scénario s'appuie sur un livre de Camus que je ne connaissais pas. Le héros, Jacques, n'est autre que le futur prix Nobel.
Des amies pieds-noirs m'ont expliqué la rancœur et le désespoir nés de l'indépendance. Je ne les avais pas comprises, prisonnière d'un discours stéréotypé sur la colonisation. Et je confie que Le premier homme m'a fait découvrir un autre visage du futur conflit. Ici, L'écrivain centre son histoire sur la vie d'une famille française pure souche (enfin, pas tant que cela...) et masque la détresse des indigènes (surmortalité, sur-pauvreté, absence de participation à la vie démocratique, etc..).
Il nous explique comment des colons ont conquis de haute lutte, face à une nature hostile, les campagnes algériennes, et les ont transformées en terres fertiles. De ce combat féroce est né un attachement viscéral pour l'Algérie, un lien puissant que beaucoup croyaient indissoluble.
Le père du héros décède au combat durant la Première Guerre mondiale. Il est enterré à Saint-Brieuc. Camus nous explique ainsi qu'un deuxième lien, celui du de sang cette fois, unit la métropole et sa colonie.
Enfin, Jacques, malgré une enfance pauvre, aime sa ville natale. J'y vois là un troisième lien, celui de l'amour pour la terre maternelle.
La guerre d'indépendance est donc née de ces liens.
Camus, au moment de sa querelle avec Sartre, déclara : entre la justice et ma mère, je choisis ma mère. Cette phrase peut paraitre étonnante de la part d'un résistant, un temps communiste, et qui n'hésita jamais à combattre les inégalités dont étaient victimes les autochtones. Et bien, la BD nous livre la clé pour comprendre cet amour fou, tant pour sa mère que pour l'Algérie. Et nous pressentons le drame d'un homme déchiré entre ses deux origines.  
Les personnages sont bouleversants de dignité. Jacques incarne la fraicheur et une certaine innocence, celle de l'enfance. Et la référence à Marcel Pagnol et à La Gloire de mon père transparait clairement dans la scène où l'enfant chasse avec son oncle. Les femmes, que ce soit la mère ou la grand-mère, occupent le devant de la scène ce qui est tellement rare dans la BD. La mère-souffrance survit dans une maison qui ne sera jamais vraie ment la sienne. La grand-mère est une femme forte, dure envers elle même comme envers les autres. Elle incarne l'autorité dans une maison où l'homme est absent. Les rares notes d'humanité sont apportées par le médecin et l'instituteur, porteurs des valeurs humaines dans une société rude où la pitié n'existe pas.

Face à un tel texte, Ferrandez ne s'en est pas laissé compter. Et ses dessins sont superbes. Ils constituent une invitation au voyage. La nature algérienne est superbe. Tant la côte que l’intérieur sonnent vrai et respirent les cartes postales d'antan. On perçoit la chaleur et l'aridité, ainsi que la fraicheur de la mer. On s'imagine vivant derrière des volets fermés, pour se protéger du soleil certes, mais aussi pour se protéger du regard des autres. Les couleurs, basées sur le jaune (le soleil tape dur !), ajoutent à l'authenticité du scénario.

Au final, je rejoints Raymond. C'est un "must".

Bien cordialement
Eléanore

47 Re: Ferrandez et l'Algérie le Mar 10 Oct - 7:21

bruno

avatar
grand maître
grand maître
Chez Canal BD un superbe jaquette collector offerte avec cet album qui est en effet particulièrement réussi...

http://www.canalbd.net

48 Re: Ferrandez et l'Algérie le Ven 27 Oct - 21:30

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Raymond a écrit:Belle surprise ! En lisant ce soir le nouveau "Cahier de la BD", j'ai parcouru un article intitulé "les Petits Mickeys à l'assaut les grands romans", consacré aux adaptations d'œuvres littéraires. J'y ai trouvé un chapitre qui est justement consacré au "Premier Homme, et on y reparle de cette fameuse page, montrant Jacques Cormery en compagnie d'une belle jeune femme blonde.



Il s'avère que la présence de cette jeune femme est bel et bien une invention de Jacques Ferrandez, et que le texte (plus ou moins identique au récitatif) était au départ un vrai monologue pensif du héros sur son enfance et sur sa mère.

"Le Premier Homme" de Ferrandez est donc bien une vraie adaptation, afin de faire correspondre ce livre aux possibilités de la BD ... ou aux désirs personnels du dessinateur. Ce n'est en tout cas pas pas une plate transposition du roman.

Bonsoir

Ce soir Ferrandez dédicaçait Le premier homme à la librairie Bulles en Tête Le Peletier. Et je lui ai demandé pourquoi il avait inventé Jessica (la jeune femme évoquée par Raymond).... L'auteur m'a très gentiment répondu que Jessica existait bel et bien. En fait, Camus avait commencé à écrire son roman, et il le transportait en permanence avec lui. Lorsque le prix Nobel est décédé, le manuscrit était dans le coffre de la voiture accidentée, et il a donc été ainsi récupéré. Et le texte ne fait effectivement pas mention de Jessica.... Cependant, Le premier homme était censé constituer la première partie d'une œuvre plus vaste, œuvre restée à l'état lacunaire, sous forme de notes, disséminées ça et là. Ces notes ont été retrouvées bien après la mort de Camus. Et la jeune femme y est mentionnée. Peut être aurait-elle été le protagoniste de futurs développements. CQFD. Je trouve d'ailleurs que les trois femmes du roman occupent les trois sommets d'un triangle au centre duquel se trouve Cormery, le héros de la BD. La grand-mère incarne l'autorité, la mère figure la soumission, et Jessica représente la liberté. Et on retrouve là trois facettes du caractère du personnage. Chacune est donc indispensable à la compréhension du drame. De plus, Jessica vit en France alors que les ascendantes de Cormery habitent l'Algérie. Nous pouvons donc y voir une parabole du déchirement de Camus, entre la France et l'Algérie.

J'ai aussi demandé au dessinateur s"il pensait adapter La Peste. La réponse a été évasive... Il se peut donc que cette BD soit le dernier travail du dessinateur sur l'Algérie, comme le roman fut le dernier de Camus.

Bon week-end
Eléanore

49 Re: Ferrandez et l'Algérie le Sam 28 Oct - 9:18

marbou


alixophile
alixophile
Dans le roman "Le premier homme", le texte "exploitable" constitue le corps du roman (avec certains mots notés "illisible", et il est suivi d'un copieux dossier reprenant les notes de Camus pour la suite. Je l'ai lu il y a bien longtemps, et ne me souviens plus s'il y a ou non Jessica ou un personnage féminin d'un autre nom.
L'adaptation de Ferrandez est en effet un régal, comme ses deux adaptations précédentes. Je me suis amusé à comparer quelques passages avec le texte original, et c'est souvent très fidèle, avec seulement parfois une différence comme celle signalée ci-dessus, ou aussi une différence dans l'attitude de Cormery, entre celle décrite dans le texte, et celle dessinée par Ferrandez.
Celui-ci disait dans une interview qu'il avait mis un peu de son histoire personnelle dans cet album, ses grands-parents tenant le magasin de chaussures de la rue où habitait Camus.

50 Re: Ferrandez et l'Algérie le Sam 28 Oct - 19:37

Raymond

avatar
Admin
Merci de ces précisions sur ces précisions, eleanore-clo.  pouce

Tu nous indiques en fait que Ferrandez ne s'est pas seulement inspiré du livre qui a été publié pendant les années 90. Il a au contraire construit son adaptation en y intégrant des notes et des idées de Camus qui n'étaient pas intégrées dans le manuscrit. Mieux encore, il a imaginé le récit final qu'aurait pu écrire Albert Camus s'il n'était pas mort ... et le résultat final est tout-à-fait convainquant.

Superbe bouquin, quand même !  Very Happy

Pour ce qui concerne la Peste, c'est un livre tout-à-fait différent, une sorte de fable, qui me parait difficile à adapter avec le style graphique de Ferrandez (je l'imaginerais plutôt avec le style d'Art Spiegelman Wink ).  

Et puis, n'oublions pas que Ferrandez a déjà créé une BD sur un thème semblable (le fascisme). Cela s'intitule Alger la Noire, et j'en parle au post N° 10 du même sujet. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum