Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Orion 3 : le Pharaon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Orion 3 : le Pharaon le Ven 22 Avr - 15:30

Raymond

avatar
Admin
Contrairement aux deux premiers albums de la série, le Pharaon n'est pas un de mes albums favoris (ce serait même plutôt le contraire). C'est un peu pour cette raison que j'ai si longtemps traîné avant d'ouvrir ce sujet.

J'ai donc relu cet album qui date de 1998. A cette époque, Jacques Martin était encore très actif, malgré son important déficit visuel, et on sent qu'il a contrôlé de bout en bout la confection de cette BD. Au niveau du dessin, c'est le premier album de Christophe Simon qui réalise d'honorables débuts. Les premières images semblent d'ailleurs tout à fait traditionnelles, avec ce large panoramique sur la côte égyptienne accompagné d'un récitatif assez solennel. On retrouve la "petite musique" de Jacques Martin. Very Happy



Il y a de bonnes idées dans cette histoire, et la première est certainement d'explorer le monde antique à l'époque de l'empire perse. Gouvernés par un satrape, les égyptiens rêvent alors de retrouver leur indépendance. C'est d'ailleurs pour cela qu'en 404 avant JC, le "pharaon" Amyrtée, un probable descendant de la dynastie des Saïtes, va réussir à chasser les perses en profitant des querelles de pouvoir qui se déroulent à Persépolis. Il fonde la 28ème dynastie et même si son règne reste assez court (de - 404 à -398), l'Egypte retrouve grâce à lui son indépendance pendant quelques décennies.

Rappelons que les aventures d'Orion se déroulent une trentaine d'années avant cette victoire (c'est à dire entre - 435 et -430). A cette époque, Amyrtée n'est encore qu'un noble égyptien peu connu, mais il a déjà le projet de devenir pharaon. Il engage donc une troupe de mercenaires grecs afin de mener une stratégie de guérilla contre le satrape perse. Pour rallier à sa cause l'opinion publique égyptienne, il entreprend sans attendre une série de coups d'éclat dont l'importance est davantage symbolique que militaire.



Le récit de Jacques Martin exploite habilement le contexte historique, mais il y ajoute malheureusement d'autres concepts plus infantiles, tels que les étranges pouvoirs de Sorg. Cet improbable homme-lion est non seulement capable de parler aux lions, mais il ose en plus leur donner des ordres afin que ceux-ci chassent des proies pour lui. Il me semble que ces séquences bien naïves ridiculisent un récit qui, en dehors de ces moments fantaisistes, reste assez bien construit.



Revenons à des détails plus véridiques, tels que le pillage des tombes égyptiennes qui avait commencé dès la haute Antiquité. Avec une sorte de clin d'oeil, Jacques Martin imagine qu'Orion lui-même commet ce genre de sacrilège (sur ordre du futur pharaon toutefois). Cette anecdote permet à Christophe Simon (aidé par Vincent Henin) de dessiner quelques belles séquences à l'intérieur des pyramides égyptiennes.



La fin du récit est assez curieuse. Après avoir commis quelques actions de pillage, la petit troupe d'Amyrtée de retrouve bientôt encerclée par les troupes perses. Sans le moindre scrupule, le futur pharaon se tire d'affaire en livrant à ses adversaires le guerrier grec qui a commis (sur son ordre) des forfaits impardonnables. C'est ainsi qu'Orion se retrouve en face de Baalgoas à qui il demande de mourir en combattant. Les deux hommes s'affrontent lors d'une séquence assez spectaculaire et le général perse est finalement conquis par la noblesse du héros. Après leur combat (remporté par Orion), Baalgoas propose au mercenaire grec de l'accompagner jusqu'à Persépolis. Cette initiative amorce une nouvelle aventure (le Roi des Rois) qui ne sera malheureusement jamais dessinée. Neutral (voir ICI).



En relisant cet album, j'ai réalisé que le travail de Christophe Simon est tout à fait honorable, On peut même y deviner les qualités qui éclateront quelques années plus tard dans ses albums d'Alix. Malheureusement, son dessin est écrasé par des couleurs inutilement vives et foncées, et cet ensemble m'avait bien déçu au moment de la sortie de l'album.



Tel est le Pharaon qui, au fond, est un peu meilleur que dans mes souvenirs. En dessinant les Oracles, Marc Jailloux n'a cependant pas cherché à lui donner une suite et il a peut être eu raison. Le Pharaon va rester comme un temps faible dans la série, et comme le travail de Jailloux est d'un excellent niveau, on peut espérer que ce sera le seul.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

2 Re: Orion 3 : le Pharaon le Jeu 26 Mai - 13:40

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum