Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-29%
Le deal à ne pas rater :
Balai laveur avec seau Vileda Spin & Clean
25 € 35 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La puissance créatrice de Rosinski

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Aller en bas  Message [Page 3 sur 3]

51La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Empty Re: La puissance créatrice de Rosinski le Jeu 20 Déc - 22:51

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Bonsoir

Je suis stupéfaite du regard bienveillant porté sur La vengeance du comte Skarbek et plus particulièrement sur sa nouvelle édition.

Le scénario est digne des bas-fonds.
Le destin des héroïnes, la mère de Paulus, Magdalène ou Violette révèle un total mépris des femmes. Et le duel final entre Paulus et Violette, mêlant Eros et Tanathos, est d'un ridicule complet. Les femmes en sont donc réduites à enfanter, poser nues ou tuer sur l'ordre de leur seigneur et maître.
Le jeu de poupées russes sur les multiples personnages se cachant derrière l'identité du comte est une pâle copie de la magistrale construction qu'est XIII. L'élève Sente est ici bien loin d'égaler le maître Van Hamme.
Seule la mise en arrière-plan du contexte historique semble digne d'intérêt même si le mélange des genres (j'ai recensé a minima la piraterie, l'esclavagisme, la peinture romantique, musique classique et la tragédie polonaise) constitue un bien indigeste cocktail. Bref à trop vouloir faire du Dumas et à vouloir égaler Le Comte de Monte-Cristo, on finit par reproduire du Paul de Kock.  

Le dessin de Rosinski deuxième manière (l'ouvrage fut publié en 2004) n'atteint pas la qualité de celui de sa grande époque. Et toute compaison avec Les archers serait fatale à La vengeance du compte Skarbek. En une phrase, Rosinski fait du Charles sans le talent de Jean-François Charles. Et dans ce genre pictural, je préfère mille fois Delacroix (le romantisme) ou Corot (le pré-impressionisme).

Bref, c'est pour moi un naufrage complet. Et l'insertion au milieu de l'ouvrage des feuillets pornographiques de Rosinski (appelons un chat un chat) est du racolage commercial de bas étage à destination de je ne sais qui. Je suis d'ailleurs étonnée que la si prude FNAC ait laissé l'ouvrage sur ses tables dédiées au grand public.

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 A20

Eléanore

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Je suis très surpris de cet avis et de cette confusion : l'érotisme, même cru, n'est en rien pornographie ou alors Egon Schiele, Gustav Klimt, Rodin, sans parler d'Hokusai, Utamaro, et bien d'autres encore, sont des pornographes. Quiconque connaît l'oeuvre de ces artistes sait qu'ils ont représentés des scène infiniment plus explicites que celles qui nous sont ici montrées. L'accusation portée contre les croquis de Rosinski, qui sont d'ailleurs en leur qualité d'ébauches dynamiques d'une grande virtuosité, relève à mon sens d'un total malentendu. D'ailleurs si Rosinski était une femme, songerait-on à lui reprocher ces dessins ?

Les bas fonds sont une des expressions littéraires du roman au XIX° siècle et le destin prêté ici aux personnages féminins relèvent bien évidemment des codes de la littérature de cette époque, (par exemple, une des sources de ce récit est de toute évidence Splendeurs et misère des courtisanes de Balzac) avec lesquels joue le récit de manière tout à fait consciente et délibérée.

L'accusation portée contre le machisme idéologique qui, dans cet album réduirait les femmes à n'être que des êtres soumis est à mon avis un contresens qui consiste à exiger du récit une stricte observance des principes du féminisme et soumettre les oeuvres de création à une obligation de pédagogie édifiante, un peu de la même façon que d'autres courants de pensée voudraient gommer les cigarettes des lèvres des acteurs de cinéma des années cinquante et soixante sous prétexte que cela serait une mauvais exemple à donner - cela a conduit il y a quelques mois à un épisode assez ridicule sur ce plan dans le métro parisien - pourquoi d'ailleurs se limiter là et  ne pas aussi condamner les scènes de guerre, bataille, duels au nom d'une morale de la paix. Quant à l'accusation de mercantilisme portée contre l'éditeur qui montre les dessins érotiques de Rosinski, on reconnaît là la bonne vieille condamnation du sexe et de l'argent qu'affectionnent les purs pour mieux délégtimer l'un par l'autre.

On peut déplorer les méfaits du tabac sans censurer l'image des cigarettes, critiquer fermement et sans détour le machisme bien réel de notre société sans jeter l'anathème sur le portrait d'un monde fictif qui joue du mythe de la femme à la fois fatale, objet de désir et victime, dans le cadre d'une oeuvre parfaitement consciente de ses codes et effets.

Peut-être est-ce d'ailleurs moins de la pudibonderie qu'une erreur de perspective qui conduit à superposer sans nuance le réel et l'imaginaire, en oubliant d'ailleurs que le comte est un personnage et non le porte parole de l'auteur du scénario qui n'a pas à se justifier devant nous d'avoir créé cette figure avec ses qualités et ses défauts d'homme de son époque, pas plus que de n'avoir pas proposé un héros parfait, pur et sans reproche.

Or, ce genre de confusion me gêne profondément car il interdit au nom d'une vertu érigée en critère exclusif et premier toute autre dimension que la sienne, oubliant que l'art ne se mesure jamais à une quelconque mission édifiante, heureusement d'ailleurs car il serait alors bien ennuyeux et surtout vide de toute dimension sensible. C'est en fait ignorer que la création relève du symbolique et de l'imaginaire, non d'une logique pseudo rationnelle de l'éducation éthique enfermée dans son dogmatisme abstrait. C'est l'erreur que commettait par exemple Rousseau quand il condamnait au nom du "Bien" les Fables de Lafontaine en raison de leur prétendue immoralité.

La vengeance du compte Skarbek est un récit de genre qui manipule avec beaucoup d'habileté ses références et n'a, je suis désolé de le dire, aucun trait en commun avec Paul de Kock. Enfin, le style du dessinateur n'y a rien d'un terminus, mais constitue précisément le point de départ de la merveilleuse manière en peinture directe qui caractérisera ensuite ses albums de Thorgal et le distinguera par son originalité.

Aussi ne puis-je souscrire à cette mise en pièce bien trop rapide, réductrice et caricaturale, je m'en excuse chère éleanore-clo car j'apprécie d'habitude beaucoup votre interventions, mais là je ne peux absolument pas être d'accord avec vous. Je crois que votre désaveu de cet album s'appuie moins sur sa médiocrité supposée que le reproche moral a priori que vous lui adressez et par lequel vous pensez invalider sa valeur narrative et ses qualités esthétiques.

Trouver laid ce que on réprouve est sans doute rassurant mais facile et surtout inadéquat. En d'autres temps, l'immoralité supposée de Manet lui valut d'être trouvé mauvais peintre. Curieux arguments auxquels ont aurait envie de répondre comme Kant que quand on nous demande si un palais est beau, on ne nous interroge pas sur le fait de savoir si le prince qui l'a bâti aurait pu dépenser son argent de façon plus vertueuse. Voir ci-dessous quelques estampes d'Hokusai montrées au Grand Palais il y a quelques années, et que penser de l'origine du monde de Courbet, visible par tout un chacun au Musée d'Orsay.



Image hébergée par servimg.com




Image hébergée par servimg.com




Image hébergée par servimg.com



Dernière édition par Draculea le Ven 21 Déc - 13:04, édité 8 fois

http://www.marchenriarfeux.net

2J

2J
membre de l'académie
membre de l'académie
Shocked
La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 8289ex10

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Maupin10
Smile

54La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Empty Re: La puissance créatrice de Rosinski le Ven 21 Déc - 16:03

Raymond

Raymond
Admin
Ce n'est en tout cas pas moi qui reprocherai à eleanore-clo d'exprimer un avis négatif car, au fond, je ne me prive pas de mentionner mon dépit à chaque fois que cela me chante.  

Et puis, il est bien que chacun donne franchement son avis. Cela fait souvent avancer la discussion. Wink

Concernant La vengeance du Comte Skarbek, mes souvenirs sont assez lointains. Je ne l'ai jamais relu depuis sa première publication, mais je me souviens plutôt d'une BD agréable. Je l'ai vu comme une sorte de "thriller historique", assez riche en coups de théâtre, qui reprend sous certains aspects la trame du Comte de Monte Christo. Bien sûr, par rapport à Alexandre Dumas, il y a beaucoup plus de violence et de sexe dans "Skarbek", comme d'ailleurs dans tous les thrillers qui s'écrivent (ou qui se dessinent) actuellement. J'ai par contre peu de souvenir par rapport au rôle des femmes dans cette BD, si ce n'est qu'elles sont souvent jolies et fort déhabillées. C'est probablement cette vision de la femme qui a irrité eleanore-clo.

Un équivalent naturel de cette sombre histoire de "Skarbek" me parait être le classique mélodrame, un genre de récit (ou de pièce de théâtre) qui accumule volontiers les tragédies brutales et les situations extrêmes, souvent au-delà du raisonnable. Il n'y a généralement aucune morale à y retenir, car ce type de récit collectionne simplement un ensemble de sensations fortes destinées à distraire le lecteur. La vraie question à se poser, c'est plutôt de savoir si le narrateur est assez habile pour donner un petit vernis de réalité à son récit invraisemblable. Alexandre Dumas se débrouillait très bien à cet égard, tout comme certains auteurs de BD, comme E.P. Jacobs par exemple. Yves Sente n'est bien sûr ni l'un ni l'autre, et j'ai un peu de peine à me prononcer rétrospectivement sur l'habileté de son intrigue, mais il me semble que ce n'était pas très vraisemblable. Je me souviens aussi qu'il n'y avait aucun humour, et cette absence pourrait être dommageable à l'histoire du Comte Skarbek. Parfois, les pires mélodrames deviennent bien plus supportables si on y ajoute une petite dose d'humour, et si l'auteur entretient une certaine complicité avec le lecteur.

Pour ce qui concerne le dessin, chacun aura ses préférences, mais je me suis toujours très bien accommodé du "dernier style" de Rosinski, qui est à la fois légèrement improvisé et très fougueux. Je l'ai vu une fois au BD-FIL de Lausanne en train de peindre une de ses fameuses couvertures, et c'était très impressionnant. Rosinski peint à toute vitesse après avoir fait un rapide crayonné, et il y a très peu de repentirs. Une fois que le trait au pinceau est apposé, il faut faire avec ! Il est par moment presque dans l'improvisation, en jouant sur l'équilibre des couleurs, mais il finit toujours (presque miraculeusement) par retomber sur ses pieds, et à peindre une image crédible. J'en ai déduis que Rosinski cherche à fuir l'académisme et à retrouver le plaisir de jongler avec les couleurs, sans renoncer au dessin figuratif. Cette méthode entraîne une certaine tension dans son travail, et apporte un peu de brutalité dans son dessin … mais le résultat correspond finalement à son tempérament.  Wink  Ce dessin n'a clairement plus rien à voir avec celui des premiers albums de Thorgal, mais il reste quand même très joli. Par contre, il faut regarder plus attentivement certaines images, si on veut bien les comprendre car les détails peuvent parfois être approximatifs.

Il m'est difficile d'en dire plus à ce stade. Il faudrait que je relise "Skarbek", mais ma pile de livre à lire est tellement haute … que je vais plutôt privilégier les sorties récentes. Je conclurai donc que "la vengeance du Comte Skarbek est une œuvre qui se situe à mi chemin entre le thriller et le "film à costumes", et qui est destinée à divertir le lecteur plutôt qu'à le rendre plus intelligent.

Mais ça, c'est un reproche que l'on peut faire à beaucoup de BD.  Very Happy


_________________
Et toujours ... La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

55La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Empty Re: La puissance créatrice de Rosinski le Ven 21 Déc - 17:55

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:Ce n'est en tout cas pas moi qui reprocherai à eleanore-clo d'exprimer un avis négatif car, au fond, je ne me prive pas de mentionner mon dépit à chaque fois que cela me chante.  

Qu'il soit bien clair mes chers Amis, que je ne reproche pas à eleonore-clo d'exprimer un avis négatif, ce qui est son droit le plus légitime.

Je me contente, ce qui est aussi mon droit le plus légitime de dire mon désaccord total avec son pointe vue - parce que c'est ainsi que je pense et que nulle courtoisie ne saurait m'obliger à le taire -  et de le discuter, certes avec fermeté, comme notre amie a elle-même exposé fermement sa position -, dans dans l'esprit de conversation critique ouverte et respectueux qui prévaut ici - la fermeté de conviction n'excluant nullement le respect -, en prenant soin et temps d'exposer mes arguments en détail afin d'être bien compris. J'ai même récrit et corrigé certains aspects de mon message plusieurs fois consécutives afin d'être le plus exact possible dans l'expression de ma pensée et de mes raisons d'objecter ce que je réponds à notre amie eleanore-clo.

Il n'y entre cependant rien de personnel, cela va de soi pour tous ceux qui me connaissent, seulement la libre expression d'un avis clairement différent de celui de notre amie qui n'est d'ailleurs pas moins tranché que le mien. Cela dit, la vigueur de ma lecture répondant à celle de la sienne, il n'y a pas de combat d'individus, cela n'est pas mon genre ni celui d'eleonore-clo, et je sais bien que chacun ici le comprend de cette façon.

Pour revenir sur ce que tu dis de l'absence d'humour cher Raymond, je vois mal en quoi on pourrait le reprocher à cet album étant donné que ce n'est pas dans ce registre qu'il situe son intention, laquelle est assez noire. L'humour n'a de sens qu'il relève d'un projet, il n'est pas une fin en soi. Ainsi lorsqu'on relit Le comte de Monte Cristo n'y trouvera-t-on pas d'humour non plus, pour la bonne raison que ce n'est pas l'objectif  ni l'atmosphère poétique de ce roman également assez pessimiste. Cela aurait même été une faute que de vouloir à tout prix sacrifier sans vraie raison profonde à l'obligation d'un trait d'humour de pure convenance. Je comprends certes ton idée que cela permet d'établir une complicité avec le lecteur et c'est tout à fait vrai. Mais le caractère assez lugubre de cette histoire, sa dimension désespérée et le tragique des personnages correspondent à un ton fréquent dans les modèles du XIX° siècle dont s'inspire Yves Sente, dans le cadre évident de ce qui est d'abord un exercice de style. La préface de la réédition le laisse bien percevoir d'ailleurs. C'est pourquoi je suis bien d'accord avec ta conclusion au sujet de cet album.

Cela dit, secouons-nous les mains comme dirait Jolitorax et passons tous de belles et bonnes Fêtes ! Very Happy

Image hébergée par servimg.com

http://www.marchenriarfeux.net

56La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Empty Re: La puissance créatrice de Rosinski le Sam 22 Déc - 11:44

Raymond

Raymond
Admin
Complètement d'accord ! Very Happy


_________________
Et toujours ... La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

57La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Empty Re: La puissance créatrice de Rosinski le Sam 22 Déc - 11:48

2J

2J
membre de l'académie
membre de l'académie
La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Istock10
Wink santa

58La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Empty Re: La puissance créatrice de Rosinski le Mer 15 Juil - 19:54

Godot

Godot
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Dans le sujet concernant les Références et Monographies d'auteurs, une question est posée concernant le catalogue :

Grzegorz Rosinski - Exposition rétrospective

Raymond a écrit: [...]

Il existe aussi un catalogue datant de 2004, commémorant une grande exposition rétrospective présentée à Angoulême, puis à Paris et à Bruxelles, et il est possible qu'il soit intéressant (Angoulême fait généralement du bon travail). Je ne l'ai cependant jamais vu et je ne sais pas si certains d'entre vous le connaissent ?

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Rosins13

[...]

Je qualifierais ce catalogue de "minimaliste" en le comparant à ceux qu'Angoulême fera plus tard (Alix, Hermann, Cosey, Wallace Wood, Calvo, etc.).

Lorsque je l'ai commandé, j'ai vraiment été déçu. Il s'agit d'un catalogue souple en format A5, de seulement 24 pages Neutral

Nous avons une biographie de Patrick Gaumer, qui tient sur deux pages. C'est à des "années lumières" à celle qu'il lui consacrera à la fin 2013.

La moitié au début du "feuillet" :

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Rosins11

Et l'autre à la fin.

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Rosins10

Les images sont "entassées" sur des pages de format A5. Jugez plutôt ces doubles pages :

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Rosins12

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Rosins14

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Rosins13

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Rosins16

59La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Empty Re: La puissance créatrice de Rosinski le Mer 15 Juil - 23:58

Raymond

Raymond
Admin
Merci pour les infos ! il n'y a donc rien à regretter. Wink

Et puis, on pardonnera bien volontiers à Patrick Gaumer ce travail incomplet en pensant à la magnifique monographie qu'il a éditée par la suite. Very Happy


_________________
Et toujours ... La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Godot

Godot
bédéphile pointu
bédéphile pointu
La galerie Daniel Maghen a l’honneur de présenter une exposition-vente exceptionnelle dédiée au dessinateur polonais Grzegorz Rosinski, du 20 octobre au 12 décembre 2020.

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Home_d10


Après avoir conservé ses originaux pendant près de 40 ans, la famille de Grzegorz Rosinski, l’un des plus grands maîtres de la bande dessinée encore vivant, décide de mettre en vente près de 230 pièces majeures de ses meilleurs albums ; 150 planches originales de Thorgal (Le Lombard), et 50 planches du Grand Pouvoir du Chninkel (Casterman). Depuis 25 ans, la galerie Daniel Maghen accompagne et soutient le talent de cet immense auteur. Cette belle collaboration aboutit aujourd’hui à une vente exceptionnelle encore jamais vue dans le monde de la bande dessinée.

Cet événement augure un séisme pour les amateurs et collectionneurs qui voient se profiler la plus grosse exposition-vente de l’histoire de la bande dessinée contemporaine. La série Thorgal, créée avec Jean Van Hamme, l’un des plus grands best-sellers du 9e Art, s’est vendue à près de 15 millions d’exemplaires et est traduite en 18 langues. Les plus belles pages de la saga seront exposées dont celles d’albums mythiques comme Au-delà des ombres, Les Archers et Le Pays Qâ. L’occasion unique d’admirer ces magnifiques planches de légende !

L’exposition présente également son roman graphique culte d’heroic fantasy : Le Grand Pouvoir du Chninkel. Signé par le même célèbre duo Rosinski & Van Hamme, l’album deviendra dès sa prépublication dans (À Suivre) en 1986 une bande dessinée incontournable du genre qui a influencé toute une génération d’auteurs : Mathieu Lauffray, Ralph Meyer, Alex Alice…

Enfin, une sélection de planches originales de Western (sc. Van Hamme, Le Lombard), Hans (sc. Duchâteau, Le Lombard), Complainte des Landes perdues (sc. Dufaux, Dargaud) et La Vengeance du Comte Skarbek (sc. Sente, Dargaud) seront exposées.


Galerie Daniel Maghen

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
lol! Laughing

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Rie10

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Rie11

Eléanore

Raymond

Raymond
Admin
Cette page a été publiée dans le journal Tintin, si je ne me trompe, puis dans un très bel album collectif du début des années 80. Cet album contient beaucoup d'autres hommages savoureux du même genre, dessinés par les grands classiques de la BD franco belge.

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Amis-b10


_________________
Et toujours ... La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin
Une exposition-vente de planches et de dessins originaux de Rosinski se tient actuellement à la galerie Daniel Maghen.

La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Exposi13

Mais évidemment ... avec le confinement ?

ActuaBD montre de nombreuses photos de cette expo :

https://www.actuabd.com/En-depit-du-confinement-visitez-l-exceptionnelle-exposition-Rosinski-a-la


_________________
Et toujours ... La puissance créatrice de Rosinski - Page 3 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 3 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum