Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Votre première découverte d'Alix

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 3]

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
AJAX a écrit: (...) dans mon manuel d'histoire - 3e primaire - on parlait de la conquête de la Belgique par Jules César. Une gravure illustrait le combat des Romains contre les Gaulois à la "bataille de la Sambre" (une identification discutable de la Sabis, où furent vaincus les Nerviens de Boduognat : mais comme la Sambre traversait ma ville de Charleroi, j'étais convaincu que tout ça s'était passé près de chez moi).
L'histoire rejoignait la fiction bédéique, ce qui lui donnait une saveur toute spéciale !

Deux jours après avoir mis en ligne mon précédent post, en flânant chez un libraire, je tombe sur une plaquette de Florent VINCENT (txt. et ill.), Sabis - 57 av. J.-C. (L’hypothèse Thuin). César face aux Gaulois de Belgique, Fontaine-L’Évêque, Historic’one Editions, coll. Les Batailles Oubliées/21, 2014
( http://www.historic-one.com/bataille/sabis.htm ). L’auteur se base sur l’historien Michel Conreur (*).

Après avoir, l’année précédente (-58), défait les Helvètes puis les Suèves, César doit maintenant faire face aux Belges. Il commence par régler leur compte aux Bellovaques, puis se tourne vers la Nervie qui l’attend de pied ferme sur le fleuve Sabis. Au cours de cette bataille 60.000 Nerviens massés sur la rive gauche, traversent au pas de course le fleuve, large mais peu profond, escaladent le versant escarpé de l’autre berge pour en venir aux mains avec les Romains inférieurs en nombre. César lui-même doit empoigner un bouclier et tirer le glaive. Mais malgré des prodiges de valeur, les Gaulois laissent sur le terrain 99% de leur effectif. Ils n’étaient plus que 500 à qui César, bon prince, laisse la vie sauve. Sur 600 « sénateurs », trois seulement ont survécu (G.G., II, 16-28).

On ne sait pas trop comment interpréter ce récit qui semble exagéré. En II, 29, César affirme que la nation nervienne fut ce jour-là anéantie ; pourtant trois ans plus tard il restait suffisamment de guerriers nerviens pour prêter main-forte aux Éburons et assiéger Q. Cicero en son camp (V, 39-42), voire avancer une contribution de 5.000 hommes à l’armée de secours qui devait dégager Vercingétorix dans Alésia (VII,75). Ca c’est pour l’aspect stratégique. Reste la localisation géographique.

Depuis des siècles on disserte sur la localisation de la capitale des Nerviens : Bavay (Bagacum Nerviorum, sous l’Empire), Tournai, Thuin ; l’identification du flumen Sabim (la Sambre, l’Escaut, la Selle ?) ; et bien entendu le lieu de la bataille (p. ex., dans le cas de la Sambre, « à Presles, Charleroi I love you, Grignart, La Buissière, Hautmont ou en d’autres lieux encore », énumère Louis Bertaux (L. Bertaux, La romanisation de la Wallonie, des Gaulois aux Gallo-Romains, Institut Jules Destrée éd., 1964 (2e éd.), p.10, n.5)…

L.-A. Constans, dans sa trad. de la G.G. ne se prononce pas (Livre de Poche éd.), mais a ailleurs suggéré la Sambre. Maurice Rat, dans la sienne, opine pour l’embouchure de l’Escaut (Garnier-Flammarion éd., p.57 et n.51) ; ce qui est séduisant c’est la vague proximité onomastique de Sabis avec Scaldis, son nom latin qui a subsisté dans le flamand Schelde. L’Escaut arrose Tournai.

La Selle
Sur Wikipedia on trouvera le détail du déroulement de la bataille du Sabis, ainsi que les arguments favorables à l’identification avec la Selle : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_du_Sabis ). La bataille aurait eu lieu à Montrécourt (à quelques lieues de la chaussée reliant Cambrai et Bavay).

Philippe Richardot , notamment, exclut la Sambre en faveur de la Selle car, selon César, le Sabis ne faisait que trois coudées (90 cm) de profondeur (G.G., II, 18), mais était très large (G.G., II, 27) (Richardot, Les erreurs stratégiques des Gaulois face à César, Économica, p.49).

La Sambre
En 1866, dans son Histoire de Jules César, Napoléon III situait la défaite des Nerviens à Haumont (au sud de Maubeuge), sur la Sambre donc (Napoléon III, La Guerre des Gaules de César, rééd. Errance, 2001, p.46.). Cette localisation ne fait plus guère l’unanimité des commentateurs de César, lesquels semblent aujourd’hui lui préférer la Selle, comme je viens de l’indiquer.
Mais, détail amusant, encore récemment et sans doute pour la plus grande joie de ses paroissiens, une courte BD, assez grossièrement dessinée je dois dire, reprenait la localisation d’Haumont (Alain Zorninger (sc.) & Magtured (d.), La Bataille de la Sambre, Paris, Satellite Communication éd., 2002 [cartonné, 32p., 21×29,5 cm]).
Une initiative d’historiens locaux ?... Sans doute, comme l’est aussi - peut-être - la plaquette de Fl. Vincent qui revient sur l’hypothèse de la Sambre ?

Fl. Vincent place la bataille à Thuin, sur cette rivière en amont de Charleroi (à vol d’oiseau, à 15 km au S-O de la Métropole carolorégienne). Ce n’est sans doute pas un hasard si l’éditeur a son siège à Fontaine-l’Évêque, entre Thuin et Charleroi. Je ne devrais sans doute pas me laisser influencer par quelque chauvinisme carolo… même s’il titille agréablement mon imagination d’enfant.  Very Happy  « Aucune preuve formelle ne vient définitivement confirmer cette hypothèse qui, il faut néanmoins l’admettre, s’accorde en de nombreux points à ce que nous savons de la bataille », reconnaît prudemment l’éditeur en quatrième plat de couverture.

Selon Fl. Vincent le gué de l’embuscade près de Thuin serait à rechercher à la hauteur du bois de Jamboinval [ou, act., « Jean Boinval »] (p.48), le plus fiable des trois gués, donc axe de communication principal, que tout naturellement aurait privilégié la colonne des huit légions césariennes et où Boduognatos pensait pouvoir les intercepter (op. cit. p.50). L’argument est intéressant.

En résumé
Yann Le Bohec résume l’état de la question : la « rivière que César appelle Sabis (…) a été longtemps identifiée avec la Sambre, d’où la mention fréquente chez les auteurs anciens d’une « bataille de la Sambre » qui a disparu des ouvrages récents. D’autres travaux ont proposé les uns l’Escaut les autres la Selle. La Selle conviendrait bien pour des raisons philologiques et l’Escaut pour des raisons seulement logiques : le nom français Selle peut dériver du celto-latin Sabis, mais pas la Sambre, Sambra dans l’Antiquité. L’Escaut, quant à lui, s’offrait en premier au voyageur venant d’Amiens » (Le Bohec, César chef de guerre, Le Rocher, pp.184-186).  study
________
(*) On doit à Michel Conreur d’intéressants opuscules d’histoire locale de la Thudinie comme Les origines de la marche Saint-Roch de Thuin (1988), Les processions Notre-Dame d’el Vaulx et Saint Roch, essai de chronologie (1989), Les sites préhistoriques de Thuin et Aulne (1989), De Thuin à Waterloo [itinéraire de Napoléon Ier] (1990), Thuin première capitale des Nerviens (1991)… < http://www.michelconreur.be/ >

(**) Dans sa bio de Jules César, Gérard Walter situe la bataille sur la rive droite de la Sambre (Marabout Université, 1964, pp.144-145). Mais d’autres bios consultées n’hasardent aucune tentative de localisation (E. Horst, L. Canfora…).

52 Re: Votre première découverte d'Alix le Dim 15 Fév - 15:56

Alix-ze-Coup'

avatar
débutant
débutant
Pour ma part, j'ai découvert Alix par "Les Légions Perdues", et le prix inscrit au crayon est toujours de 6,90 FRF. Shocked J'avais 7 ou 8 ans, et en face du coiffeur où j'allais me faire tailler les cheveux en brosse, il y avait une petite librairie-papeterie-bimbeloterie-articles de cadeaux, et dans la vitrine un exemplaire de cet album... A cette époque, je pensais être la réincarnation d'un centurion romain (lubie bien innocente de gamin équilibré ! Rolling Eyes ) et c'est tout naturellement que je demandais à ma mère de l'acheter. Ce fut un émerveillement : je crois bien l'avoir lu près d'une centaine de fois depuis...

53 Re: Votre première découverte d'Alix le Dim 15 Fév - 19:07

stephane

avatar
vieux sage
vieux sage
100 fois! Trop fort!!! Shocked

http://alixmag.canalblog.com/

54 Re: Votre première découverte d'Alix le Dim 15 Fév - 19:55

jfty

avatar
grand maître
grand maître
Stupéfiant ! Cet album a marqué les esprits Very Happy

55 Re: Votre première découverte d'Alix le Dim 15 Fév - 20:41

Alix-ze-Coup'

avatar
débutant
débutant
J'ai écrit "près de cent fois" ; à bien calculer, ça ne fait que deux fois par an en sachant que je relis au moins une fois par an tous les auteurs dont j'ai apprécié les œuvres (Homère, Allais, Simenon, etc,)... (Je lis assez vite quand même) Cool Bon, je ne vous parle pas des chansons que j'adore... bounce

Scrooge MacDuck


débutant
débutant
J'ai pour ma part découvert Alix pour la simple raison que mes parents ont acheté toute la collection plusieurs années avant ma naissance. Personnellement, ma préférence va aux BD comiques, mais j'accorde à Alix un très gros point: c'est une excellente reconstitution historique, et dans le genre réaliste le dessin me semble très plaisant.

Galva

avatar
compagnon
compagnon
mois j'ai decouvert alix avec le Prince du Nil je devait avoir 12/13 ans un cadeau de mes grand parents

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum