Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le monde de François Schuiten

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 15 sur 15]

351 Re: Le monde de François Schuiten le Mer 7 Déc - 9:34

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
http://www.actuabd.com/Schuiten-Peeters-devoilent-une-Paris-familiere-et-fantasmee

352 Re: Le monde de François Schuiten le Mar 7 Fév - 22:53

Raymond

avatar
Admin
Une interview de Schuiten et Peeters sur leur dernier album !



_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

353 Re: Le monde de François Schuiten le Mar 7 Fév - 22:57

Raymond

avatar
Admin
Et la manière très originale de Schuiten et Peeters de créer une planche de BD !



_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

354 Re: Le monde de François Schuiten le Mer 8 Fév - 12:02

Loup79


bédéphile pointu
bédéphile pointu
Beaucoup de papiers utilisés pour faire des brouillons. flower

355 Re: Le monde de François Schuiten le Mer 8 Fév - 12:23

Raymond

avatar
Admin
Je crois que la plupart des dessinateurs passent par cette étape initiale de mise en page et de cadrage du récit en entier sur un cahier (ou sur des feuilles volantes). Ce qui est peu ordinaire, c'est que le dessinateur fasse ce travail avec le scénariste à côté de lui.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

356 Re: Le monde de François Schuiten le Mer 8 Fév - 15:31

Loup79


bédéphile pointu
bédéphile pointu
Oui, oui. Je sais bien. Mais j'ai trouvé dans cette vidéo que les auteurs en utilisaient beaucoup, d'où ma remarque. Surtout quand on voit la mise en page des planches de leur bédé qui n'est pas extraordinaire.

357 Re: Le monde de François Schuiten le Sam 11 Fév - 14:08

Draculea

avatar
license ès BD
license ès BD
[quote=C'est le type même de BD qui intrigue plus qu'elle ne séduit, mais elle a aujourd'hui bien vieilli.

[/quote]

Je tombe aujourd'hui, fort longtemps après sa publication, comme en un voyage aux Cités Obscures à travers l'espace temps multiple qui les caractérise, sur ce message de toi, cher Raymond.

Et je me demande, lisant ton compte-rendu très précis de l'atmosphère si particulière des Murailles de Samaris, pourquoi tu écris : "bien plus qu'elle ne séduit" ? Cela m'intrigue justement considérablement car je ne comprends pas le sens de cette notation. Cet album a toujours exercé sur moi un charme étrange et profond qui relève précisément d'une forme de séduction totale à laquelle je m'abandonne sans résistance chaque fois que je le relis.

Les images de la cité de Samaris, notamment le parvis de cette sorte d'église devant laquelle se retrouvent Franz et Carla ont exercé sur moi une influence si profonde et durable qu'elle reviennent sans cesse dans mon esprit et que tout un pan d'un récit pour l'heure inédit que j'ai écrit il y a quelques années en est venu de loin par lente filtration d'imaginaire. Le lien d'intimité totale que j'entretiens avec cet album tellement troublant jusqu'au malaise fait pour moi cette séduction - une séduction peut en effet se constituer aussi à partir d'une angoisse latente ou d'une sorte d'inconfort moral envoûtant - et je suis donc curieux de savoir, si cet avis demeure le tien aujourd'hui, d'en connaître la raison.

Non que je t'en fasse reproche : je conçois parfaitement qu'une même oeuvre puisse fasciner un lecteur et le toucher au plus profond de sa sensibilité, tandis que pour un autre elle restera nettement plus extérieure et ne diffusera pas de charme suffisant pour être vraiment acceptée dans le cadre d'un intériorisation. Cela relève en effet des tonalité d'imaginaire, et ne se combat pas plus qu'on ne peut reprocher à quelqu'un d'aimer ou de ne pas aimer une saveur ou un parfum. J'ai juste envie de comprendre le sens de ta (légère semble-t-il) réticence.  Very Happy

358 Re: Le monde de François Schuiten le Sam 11 Fév - 20:49

Raymond

avatar
Admin
Cette réserve vient tout simplement de mes souvenirs de lecture. Lors de la première découverte de cette histoire, dans le journal A Suivre, j'avais été intrigué mais pas totalement conquis par cette histoire un peu ... struturaliste. Sur le plan esthétique, l'album était tout à fait réussi, c'est vrai, mais le récit lui-même, avec ce malaise constant qu'éprouve le personnage principal, et sa conclusion teintée d'humour noir, ne m'avait pas conquis.

C'est surtout avec la Fièvre d'Urbicande, puis avec La Tour, que la série a pris son envol et qu'elle m'a vraiment séduit.

En fait, s'il n'y avait pas eu toute cette suite admirable d'album qui est devenue ensuite "les Cités obscures", les Murailles de Samaris resterait un bel album à regarder, mais d'un intérêt plutôt mineur.

Les Cités obscures m'ont littéralement hypnotisé pendant 10 à 15 ans, grâce à leur dimension qui paraissait infinie, et qui absorbait de multiples références littéraires et imagées. La série englobe en effet aussi bien Jules Verne que Félix Nadar, Paul Daumal qu'Albert Robida, Piranèse que Delacroix, Diego Velasquez que Karl Blossfeldt, Adelbert von Chamisso que Julien Gracq, Victor Horta que José Luis Borges ... et je pourrais continuer longtemps comme cela. Il y a une grande richesse culturelle derrière le détournement malicieux auquel se livrent les deux auteurs, et mes voyages bibliophiliques à travers les "Cités" ont été un fantastique jeu de piste auquel je me suis livré avec passion.

Pour ce qui concerne les grands albums de la série, outre les deux titres que j'ai déjà cité, je te recommande beaucoup l'Enfant penchée et la Frontière invisible( *). A côté de ces titres, les Murailles de Samaris restent tout de même un album mineur, à mon goût.  

Mais tout cela, c'est bien sûr une affaire de goût et de couleurs, et tous les avis sont permis.

As-tu lu tous les albums de la série ?


* J'y ajouterai encore l'Ombre d'un Homme, surtout dans sa première édition


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

359 Re: Le monde de François Schuiten le Lun 13 Fév - 10:40

Draculea

avatar
license ès BD
license ès BD
Je te remercie de ta réponse très détaillée qui éclaire les raisons de ton impression mitigée envers cet album. Tu évoque notamment un récit un peu structuraliste. C'est bien sûr en partie vrai, mais je crois aussi que la logique poétique de l'histoire ne tient pas seulement à cette dimension théorique (laquelle évoque aussi les principes narratifs du Nouveau roman version Robbe-Grillet, pendant littéraire par anticipation du structuralisme.)

Il me semble en effet qu'au-delà de ces dimensions formelles incontestables, l'album, obéissant à d'autres dimensions nées de l'imaginaire pur, est une sorte de lent cauchemar diffus qui n'éclate jamais de façon directe, même après que le héros ait pris conscience de sa terrible situation de décalé spatio-temporel. On reste alors englué dans l'extrême malaise que procure sa conclusion sans issue. C'est pourquoi, contrairement à toi, je trouve finalement cet album plus onirique que formel.

Il explore à cet égard, d'une façon il est vrai très différente, des thématiques que Fred a souvent abordées dans les aventures de Philémon, notamment la facticité théâtrale et machiniste de ce qu'on avait pensé être réel. Fred le fit avec une grande fantaisie accompagnée d'un inimitable humour, alors que Les murailles de Samaris traitent le sujet avec gravité. Il est d'ailleurs à l'oeuvre sous d'autres formes dans bien des albums ultérieurs de la série, comme par exemple La route d'Armilla, pour ne prendre qu'un exemple parmi d'autres.

Savoir quelle trace aurait laissé cet album sans ce qui est advenu ensuite par la série des Cités obscures ne me semble pas un argument tout à fait décisif car, d'une part il présuppose la réponse dans l'impression négative qui est la tienne, d'autre part parce que par définition nous ne pouvons rien en savoir étant donné que cela ne fut pas . Au contraire, comme seuil de l'oeuvre à venir, je trouve pour ma part ce récit très judicieux et réussi justement pour cette raison qu'il est totalement déstabilisant.

Il inaugure déjà le jeu de piste littéraire que nous proposent Les cités obscures et que tu évoques si justement. Il y a en effet entre autres échos possibles quelque chose de l'univers inquiétant de Dino Buzzati. Parmi les raisons qui me le font aimer encore aujourd'hui - je te précise que j'en ai la première version, celle que tu avais découverte en son temps dans A suivre, pas la seconde version remaniée donc, je n'ai jamais lu celle-ci - il y a cette lenteur vide qui donne au voyage et à la visite d'inspection de Franz une dimension pour moi si étrange et si envoûtante. Une poésie de l'effondrement différé qui continue de me séduire aujourd'hui.

Pour moi, Les murailles de Samaris sont les marches frontières qui nous conduisent des réalités auxquels nous sommes habitués vers l'univers des Cités obscures. Elles sont un premier itinéraire initiatique qui nous confronte à une loi fondamentale de toute la série à venir : "Voyageur, tu ne pourras revenir sur tes pas". D'emblée, cette déconnexion du réel ordinaire par contestation de tous ses repères nous conduit aux borgésiens univers parallèles des cités, par la route à mon sens significative d'un désert, véritable machine à faire le vide et troubler tout ancrage.

Mais je conçois tout à fait qu'on puisse lui préférer d'autres albums tels ceux que tu mentionnes, qui dont je le reconnais une puissance d'originalité exceptionnelle, plus imprévisible que ce que nous proposent Les murailles de Samaris, sans que celles-ci méritent à mes yeux d'être pour autant considérées comme mineures.

En tout cas, ma réponse à tes arguments n'a rien d'un jugement de vérité que je prétendrais imposer. Elle n'exprime qu'une impression dominante toute personnelle, venue d'une longue résonance intérieure qui relève de la préférence intime plutôt que du jugement de goût, et je conçois tout à fait qu'on puisse en éprouver une tout autre.

Pour répondre à ta question finale : je n'ai pas lu tous les volumes des Cités obscures, mais un nombre tout de même assez conséquent d'entre eux, parmi lesquels La frontière invisible m'a particulièrement plu. En revanche, je n'ai pas encore lu L'enfant penchée dont je sais par beaucoup de mes amis qu'il est un des tomes remarquables de la série.

360 Re: Le monde de François Schuiten le Lun 13 Fév - 12:13

Raymond

avatar
Admin
Tel est le plaisir de la lecture ! Certains livres nous impressionnent beaucoup et suscitent de multiples résonances internes, tandis que d'autres ne le font pas. Il est toujours intéressant d'en discuter !

Ceci dit, en tant que fan de Schuiten depuis ses débuts, bien avant la création des Cités obscures, j'avais rapidement acheté l'album des Murailles de Samaris. Je l'avais pris plutôt pour ses aspects esthétiques que narratifs, mais je ne le qualifierai jamais de livre non réussi. Je le considère simplement comme "un peu en retrait" des grandes créations de Schuiten et Peeters.

Je te conseille sinon aussi le Guide des Cités, qui est à la fois un "art book" et un guide touristique. C'est un livre qui piège parfois le lecteur, et qui est bourré d'info et d'humour.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

361 Re: Le monde de François Schuiten le Lun 13 Fév - 20:32

Draculea

avatar
license ès BD
license ès BD
Raymond a écrit:Tel est le plaisir de la lecture ! Certains livres nous impressionnent beaucoup et suscitent de multiples résonances internes, tandis que d'autres ne le font pas. Il est toujours intéressant d'en discuter !

Je partage pleinement ce sentiment, et tu as raison : le plus grand intérêt n'est pas de convaincre ou d'être d'accord en tout point, mais de discuter de ce qui nous attire ou nous laisse plus réservé envers un livre, une peinture, une oeuvre musicale,etc. Même si les avis divergent partiellement ou plus profondément, ces conversations sont toujours révélatrices et nous enseignent à voir des dimensions qu'une discussion entre personnes de même avis n'aurait eut-être pas permis d'apercevoir. Cela me fait songer à ce que dit le philosophe Maurice Merleau-Ponty du dialogue. Il explique que dans cette situation, soi et l'autre deviennent des collaborateurs co-créateurs de la pensée, chacun faisant venir à l'esprit de l'autre par ses questions et ses objections des idées que cet autre n'auraient sans doute jamais conçues. C'est exactement ce qui s'est produit pour ce qui me concerne en te répondant.

J'aime beaucoup d'ailleurs une formule dont je ne sais plus qui est l'auteur :"Les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas : de quoi discute-t'on alors ?"

Du coup je comprends très bien que tu considère cet album comme "un peu en retrait" des grandes créations de Schuiten et Peeters. Formulée ainsi ton impression me semble mieux rendre justice à cet album, sur la base d'un appréciation qui n'a pas été totalement convaincue par son propos, ce qui est fort légitime.

Je n'ai jamais lu le Guide des cités, dont j'avais compris au moment de sa publication qu'il fonctionnait selon le principe que tu évoques. Je pense que je vais l'acquérir prochainement. En attendant, notre conversation m'a donné envie de découvrir l'autre version des Murailles de Samaris que j'ai achetée ce soir. Je ne l'ai pas encore lue à cette heure, mais à ma grande surprise, j'ai simplement en feuilletant l'ouvrage vu qu'elle est suivie d'un autre récit intitulé Les mystères de Pârhy que je ne connais pas. cela s'ajoutant à la fin différente des Murailles de Samaris et au fait que cet album est d'un format plus grand que l'original, donnant ainsi une plénitude particulière aux planches, je vais certainement me régaler. Je te tiendrai au courant lorsque ces (re)lectures seront faîtes.

362 Re: Le monde de François Schuiten le Lun 13 Fév - 23:29

Raymond

avatar
Admin
Les Mystères de Pâhry, c'est un ensemble d'histoires isolées et de planches de BD "circonstancielles" qui sont parues à la fin des années 80 dans A Suivre, et qui tournaient toutes autour du thème des "passages" (entre le monde réel et le monde "obscur"). Elles devaient composer une grande histoire située à Pâhry, une nouvelle ville obscure, mais ce projet ne s'est finalement jamais réalisé. J'ai été content lorsque les auteurs ont rassemblé tout ça dans la réédition tardive des Murailles de Samaris, car ce titre (que les auteurs avaient annoncé il y a une vingtaine d'années) a longtemps été une sorte de fantôme au sein de la série.

Aujourd'hui, on peut enfin contempler ce fantôme ... d'un livre qui n'a jamais existé.  Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

363 Re: Le monde de François Schuiten le Dim 30 Avr - 17:03

Raymond

avatar
Admin
Il est connu de presque tout le monde que François Schuiten va dessiner un album hors-série de Blake et Mortimer.

Dans Alta Plana, Joseph le Perdriel fait le point sur le début des travaux de cette BD. Ils avancent lentement et l'album est prévu pour 2018.

https://www.altaplana.be/dossiers/blake_and_mortimer_by_francois_schuiten

Et une image de Mortimer, dessinée par Schuiten !


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

364 Re: Le monde de François Schuiten le Dim 30 Avr - 17:33

Draculea

avatar
license ès BD
license ès BD
Cela semble a priori très prometteur !!!!

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 15 sur 15]

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum