Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Je viens de lire

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 10]

51 Re: Je viens de lire le Dim 19 Juin - 19:17

Raymond

avatar
Admin
Pas de lecture enthousiasmante cette semaine, il faut bien l'avouer. Il n'y avait rien qui m'attirait spécialement dans les rayons de la FNAC, et j'ai acheté "pour voir" les deux tomes de Grand Prix, la dernière série publiée par Marvano.



L'intérêt de Grand Prix, c'est de faire revivre avec un grand luxe de détails l'âge héroïque de la course automobile. C'était à l'époque de l'entre-deux guerres et les héros de l'époque se nommaient Nuvolari, Caracciola ou Rosemeyer. La course automobile était véritablement dangereuse et Marvano raconte cette épopée d'une manière presque documentaire. Le récit est d'ailleurs tellement près de la réalité qu'il m'a fallu creuser un peu le sujet pour réaliser qu'un des personnages (un pilote nommé Toliver) était tout de même fictif.



Heureusement, Marvano ne se contente pas de reconstituer les courses automobiles. Il s'attarde longuement sur le contexte historique et politique qui les entoure, et révèle à quel point les pilotes des Mercedes étaient encadrés par le régime nazi. On découvre ainsi le caractère rebelle de Caracciola et Rosemeyer qui, bien qu'allemands, n'hésitaient pas à brocarder leurs dirigeants.



Grand Prix n'est certes pas l'album de l'année, mais cette BD très classique est soigneusement construite et se révèle agréable à lire. Un troisième doit encore paraître l'année prochaine et je l'attends avec intérêt.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

52 Re: Je viens de lire le Dim 19 Juin - 19:25

Raymond

avatar
Admin
Signalons encore qu'ActuaBD a sorti quelques articles sur cette série. C'est d'ailleurs cela qui m'a donné l'idée d'acheter les albums. Wink

Voici par exemple une présentation de Marvano à l'occasion de la sortie du tome 2, qui est intitulé Rosemeyer.

http://www.actuabd.com/Marvano-le-Alan-Moore-flamand

Et un article assez semblable qui donne une bonne idée de Grand Prix.

http://www.actuabd.com/Marvano-retrace-la-periode-noire


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

53 Re: Je viens de lire le Dim 26 Juin - 20:32

Raymond

avatar
Admin
Je viens de lire le Viandier de Polpette. Voilà un livre qui est vraiment savoureux !



Vous savez déjà que ce livre figure dans la fameuse liste des "20 indispensables" de l'été et, après lecture, je découvre que cette place n'est vraiment pas usurpée. A une époque ou les rayons des librairie débordent de nouveautés qui se révèlent (à la lecture) être de pâles imitations de mornes thrillers ou de sinistres polars, voici qu'apparait une sorte d'OVNI, ou plutôt un album qui n'imite aucune oeuvre qui soit connue. Il propose une charmante historiette qui se déroule dans un univers imaginaire, que l'on pourrait appeler le "pays du Coq Vert", un monde en fait assez comparable à l'Europe du XIXème siècle. Le Coq Vert est un ancien château transformé en auberge après l'arrivée de Polpette, un ancien soldat qui est devenu cuisinier. Il prépare des plats savoureux dont la recette est présentée en détail par le scénariste et on se croit (parfois) à nouveau dans un livre de recettes (cela rappelle le dernier album de Christophe Blain). En fait, cette auberge est surtout un lieu paradisiaque où l'on peut rêver de vivre et le scénario évolue sur un rythme faussement paresseux. Il nous fait ainsi progressivement découvrir tous les habitants du château.



Il y a bien sûr une intrigue, et même une toute petite aventure, mais le charme principal du livre est plutôt lié à la découverte du Coq Vert et de ses habitants. Les lieux sont décrits avec une grande précision et les personnages sont à la fois bien typés et sympathiques. La bonne idée de Julien Neel (et de son scénariste) est en fait de s'attarder sur les détails, pour mieux donner de la vie à ce monde irréel. Les anecdotes se succèdent, de même que les recettes de cuisine, et c'est apparemment sans importance, mais tout cela construit un univers.



En lisant cette histoire, je me suis mis à penser à certains grands classiques, et en particulier à Peyo qui savait présenter avec la même précision un monde totalement fantaisiste. Le dessin de Julien Neel est certes bien différent de celui du créateur des Schtroumpfs, mais il prête la même attention aux détails quotidiens, et il arrive ainsi à nous embarquer dans son propre monde.

Ajoutons encore que cet album (intitulé L'aïl des ours) n'est que le premier d'une série de trois, et je me demande déjà comment tout cela va se poursuivre. En tout cas, le Viandier de Polpette est d'or et déjà l'une de mes belles découvertes de l'année.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

54 Re: Je viens de lire le Dim 26 Juin - 22:24

Patrick Essa


alixophile
alixophile
Je viens de lire les enfants du bunker...et il me parait être le meilleur album de la "sphère Martin"depuis vingt ans. La très grande classe.

http://www.dégustateurs.com

55 Re: Je viens de lire le Dim 26 Juin - 22:51

Raymond

avatar
Admin
Tiens ! Pourquoi pas ? On peut bien sûr parler de Lefranc dans ce sujet. Very Happy

Sinon, en comparant les derniers Lefranc, j'ai amplement préféré Noël Noir aux autres, mais ce n'est qu'un goût personnel. J'admets cependant que les Enfants du Bunker est un récit assez bien "troussé".


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

56 Re: Je viens de lire le Lun 27 Juin - 9:53

Pierre

avatar
vieux sage
vieux sage
Le dénominateur commun et atout primordial étant le scénariste génial que nous connaissons bien Wink

57 Re: Je viens de lire le Lun 27 Juin - 16:02

Damned

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Tiens ! Pourquoi pas ? On peut bien sûr parler de Lefranc dans ce sujet. Very Happy

Sinon, en comparant les derniers Lefranc, j'ai amplement préféré Noël Noir aux autres, mais ce n'est qu'un goût personnel. J'admets cependant que les Enfants du Bunker est un récit assez bien "troussé".

Le seul reproche que je pourrais faire aux "enfants du bunker", c'est que le scénario aurait du être développé sur 2 albums, mais cela n'est qu'une opinion (personnelle) parmi d'autres.
Le dessin, pas mauvais, me semble quand même inférieur à celui de "Noël noir" qui avait, pour lui, d'être extrémement proche de la "patte" Jacques Martin !

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

58 Re: Je viens de lire le Mar 28 Juin - 9:06

Pierre

avatar
vieux sage
vieux sage
Mais cependant inégal concernant les visages de Lefranc (nous en avions parlé dans le sujet adéquat).

59 Re: Je viens de lire le Mar 28 Juin - 9:13

Damned

avatar
grand maître
grand maître
Pierre a écrit:Mais cependant inégal concernant les visages de Lefranc (nous en avions parlé dans le sujet adéquat).

Oui! Mais alors que dire dans les autres nouveautés ?
Pour "les enfants du bunker" je ne parlais que de proportions, Lefranc, comme Jeanjean paraissant plus grands et plus minces que du temps de Jacques Martin !

Ce n'est qu'une remarque, pas une critique : on ne se fond pas dans un style qui n'est pas le sien aussi facilement, à fortiori pour faire du "Jacques Martin" !
Essayez seulement de dessiner un personnage simple comme Astérix (expèrience vécue pour un ami), et vous verrez que c'est plus ardu qu'il n'y parait ....

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

60 Re: Je viens de lire le Mar 28 Juin - 9:43

Pierre

avatar
vieux sage
vieux sage
Je veux bien le croire, d'autant que je suis nul en dessin Wink

61 Re: Je viens de lire le Mar 28 Juin - 22:42

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître

Lors de mes remplas à La Réunion, j'étais tombé amoureux du Margouillat et... de la cuisine réunionnaise !
Aussi, cela m'a fait très plaisir de retrouver une bonne partie de l'équipe de l'ancien fanzine reconstituée pour mettre en BD une dizaine de véritables recettes de l'Océan Indien dans ce petit bouquin en N/B qui inaugure la nouvelle collection de collectifs "Zanbrokal".
Au menu : Boby Antoir, Manu Brughera, Michel Faure, Flo, Ronan Lancelot, Le Mauricien Laval NG, Li-An, Charles Masson, Téhem, Fabrice Urbatro, Bertaud, Moniri, Grégoire et Hobopok qui signe les étiquettes autocollantes pour les bouteilles de rhum arrangé ! Guest star : Brüno, un des dessinateur d'Appollo.



Alors... Je le range où ? dans la cuisine avec les livres de recettes de Mme Totoche ou dans la bibli ?

Si vous ne cuisinez pas, offrez-le -je ne sais pas- à votre maman, votre femme... ou mieux, à votre nénenne !

Des extraits ici :

http://www.centredumonde.re/zanbrokal/marmites-creoles/

Comme il n'est pas facile à trouver, je vous mets le bon de commande là :




http://planbd.blogspot.com

62 Re: Je viens de lire le Mer 29 Juin - 0:03

Raymond

avatar
Admin
Encore un livre en BD qui parle de cuisine ? Décidément ... cela devient une manie. Wink

Serait-ce l'éclosion d'un nouveau genre ? Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

63 Re: Je viens de lire le Dim 17 Juil - 13:56

catallaxie

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Pour ma part j'ai lu le cycle de War and Dreams du couple Charles. Le cycle contient 3 BD et un ouvrage d'illustration et de textes qui permettent d'approfondir et de rester un peu plus longtemps avec tous les protagonistes de cette histoire.

Malgré tous ces destins croisés le scénario est fluide et n'occulte pas les travers de certains GI...

64 Re: Je viens de lire le Dim 17 Juil - 14:53

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Oui, voilà de la "solide" lecture. clap

65 Re: Je viens de lire le Dim 17 Juil - 15:33

Raymond

avatar
Admin
Je vous rappelle qu'il existe un sujet "Jean-François Charles" où l'on avait commencé à parler de War and Dreams. C'est ICI ! Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

66 Re: Je viens de lire le Dim 17 Juil - 19:09

catallaxie

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Embarassed

J'étais resté sur ce sujet consacré à India Dreams sans savoir qu'il y avait un autre sur Jean-François et Maryse Charles.

Ici

67 Re: Je viens de lire le Lun 26 Sep - 12:09

Raymond

avatar
Admin
Ce week-end, j'ai fait une vraie découverte avec le petit album qui s'intitule En Mer. Il est dessiné par Drew Wein et est paru aux éditions "çà et là".



Cette petite BD se présente d'une manière très inhabituelle puisqu'elle a été construite en utilisant une seule image par page. Les vignettes y souvent souvent muettes et montrent une suite de scènes clés, tirées de la vie d'un personnage. Cela donne une histoire au rythme très rapide, car les événements qui se succèdent sont parfois très espacés dans le temps. Cela ressemble d'abord à un récit en image, d'ailleurs très facile à comprendre, mais c'est aussi une BD car on y trouve de vraies séquences d'action ainsi que des phylactères.

Ce livre raconte la vie d'un poète fasciné par le monde maritime. Le pauvre diable est rapidement enrôlé de force comme marin à bord d'un bateau et il va dès lors connaître la misérable vie du matelot qui doit travailler comme un esclave.



Le récit se passe au XIXème siècle, à une époque où la vie de marin est encore pleine d'aventures. Le personnage principal (dont on ne connait pas le nom) affronte une rude existence faite de mauvais traitements, de bonheurs fugaces, de combats contre les pirates et d'exploration de pays inconnus. Par moment, quelques images de chasse à la baleine semblent évoquer le monde d'Hermann Melville.



Je ne dévoilerai pas la fin de l'histoire qui est pleine de subtilité. En fait, c'est une existence entière que nous raconte Drew Wein, en usant avec habileté de l'ellipse et des images muettes. Loin d'être un handicap, l'absence de texte devient un moyen de mieux souligner certaines ambiances, et de montrer le contraste qui peut exister entre la beauté de la vie et la misérable poésie des rimes.



Ce premier album de Drew Wein est plein de fraicheur juvénile, car l'histoire se lit entièrement au premier degré, mais il émerveille aussi par sa maîtrise, sa liberté et son invention. Le roman graphique est un genre en plein développement et En Mer nous en révèle les merveilleuses possibilités. Je ne sais encore rien de cet auteur mais il m'apparait d'emblée comme un dessinateur à suivre.

Voici donc une des belles surprises de l'année.  Cool



Dernière édition par Raymond le Dim 13 Déc - 12:17, édité 2 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

68 Re: Je viens de lire le Lun 26 Sep - 12:26

Raymond

avatar
Admin
J'ai fait quelques recherches sur Drew Wein et il y a pas mal de choses sur le Web !

Tout d'abord, le dessinateur a son propre site :

http://www.drewweing.com/

Ensnite, Wikipedia résume de façon brève sa carrière débutante.

http://en.wikipedia.org/wiki/Drew_Weing

Et puis surtout, beaucoup de blogs ou de sites critiques se sont intéressés à "En Mer". Il y a entre autres ActuaBD :

http://www.actuabd.com/En-Mer-Par-Drew-Weing-Ca-et-La

Ainsi que BDZoom :

http://www.bdzoom.com/spip.php?article5233

Et puis encore une belle critique sur un blog :

http://www.cyroul.com/perso-pro/bd-en-mer-de-drew-weing/

Tout le monde aime ! Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

69 Re: Je viens de lire le Lun 24 Oct - 12:05

Raymond

avatar
Admin
J'ai bien aimé le nouvel album de Patrick Prugne, intitulé Frenchman.



Située dans l'Amérique des pionniers, cette histoire ressemble davantage à une BD historique qu'à un western. Elle ressemble aux romans de Fenimore Cooper, qui évoquent les premiers contacts entre les émigrants européens et les tribus indiennes. L'intrigue se situe en 1803 et raconte les aventures d'un jeune normand qui est enrôlé de force dans l'armée de Napoléon. Il se retrouve stationné en Louisiane et doit s'enfuir pour rester en vie. En compagnie d'un vieux trappeur, il voyage le long du Mississippi et découvre les mystères de cette nature sauvage.



L'histoire est assez classique, mais elle est bien sentie. En fait, le charme principal de l'album provient de son dessin. Patrick Prugne utilise une technique inhabituelle, en mélangeant le dessin au trait (pour les silhouettes qui sont tracées au crayon) et les couleurs directes, qui sont appliquées avec délicatesse grâce à l'aquarelle. Le résultat est particulièrement séduisant.



Je ne vous en raconterai pas plus, car c'est un album à découvrir par le charme de ses images. Ne le manquez pas ! C'est une des bonnes lectures de cet automne. Cool


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

70 Re: Je viens de lire le Lun 31 Oct - 15:32

Raymond

avatar
Admin
Pendant mon week-end dans le Jura, je n'avais emporté avec moi qu'un seul bouquin  (afin de ne pas être distrait par d'autres envies). C'est un gros pavé que j'ai emprunté à la bibliothèque de Lausanne, intitulé "Trop n'est pas assez", dessiné par Ulli Lust, qui recueille partout des critiques élogieuses, et dont vous avez peut être entendu parler.




Ce livre de 400 pages nous ramène au début des années 60, à l'époque des punks. L'auteur est alors une adolescente qui vit à Vienne et qui traverse une phase de révolte contre ses parents et contre la société. Elle part à l'aventure avec une amie et traverse l'Italie en faisant du stop, en faisant la manche et en dormant n'importe où. Après toute une série de mésaventures avec les "machos" italiens (c'est à vous décourager d'être punk  Very Happy ), elle finit par rentrer chez ses parents pour mettre fin à certaines "galères".

Résumée comme cela, l'intrigue ne parait pas très passionnante et encore moins originale. L'intérêt du livre provient donc d'autre chose, et d'abord de la faculté d'Ulli Lust à créer un ton et un style personnel. Il y a aussi le charme d'une certaine honnêteté, car la dessinatrice ne cache aucun de ces détails peu glorieux qu'on ne raconte généralement pas. Par ailleurs, elle évite le spectaculaire et se garde bien "d'en rajouter" pour corser son histoire. Et puis, il y a le style assez revêche du dessin, un peu "griffé", apparemment peu appliqué, qui ne cherche pas à faire joli mais qui crée à merveille une ambiance juste.



Dessinée dans un style réaliste, cette BD aurait été plate ou vulgaire. Présentée avec un graphisme caricatural, cette histoire s'étoffe et prend de la sève. Le dessin est véritablement une "écriture" et il donne une certaine originalité au récit. C'est un livre que l'on lit (et pas que l'on "regarde") et dont le charme n'est probablement pas transposable dans un autre "média".

Arrivé au bout de ce bouquin, j'étais plutôt content de moi car j'avais un peu peur de l'épaisseur du volume. En fait, je n'avais pas l'impression d'avoir perdu mon temps et je ne me suis pas ennuyé. Bien sûr, c'est de la BD pour adulte, et un livre réservé aux personnes qui aiment les oeuvres honnêtes et "différentes". Ce récit raconte un moment de vie, et il le fait d'une manière à la fois sincère et intelligente. Il permet aussi de découvrir un nouvel "auteur qui compte".

Voilà ! Je n'ai pas de conclusion très intelligente à rajouter ... si ce n'est que même si "Trop n'est pas assez" semble au départ bien rébarbatif, c'est un livre qui vaut la peine d'être lu.  Wink



Dernière édition par Raymond le Dim 13 Déc - 12:22, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

71 viens de lire le Dim 13 Nov - 19:38

Raymond

avatar
Admin
La meilleure BD du week end, ce n'est pas Alix (hélas) ni même le dernier album de Cosey, mais plutôt ce livre surprenant qui est dessiné par un auteur inconnu, intitulé le Carnet de Roger.



Cela vous est-il déjà arrivé d'avoir envie d'explorer le passé de vos grands-parents. Pour ma part, j'en ai rêvé mais ... je n'ai jamais osé y consacrer le moindre effort. Florent Silloray, lui, n'a pas hésité lorsque, peu après la mort de son grand-père, il a retrouvé un carnet de notes relatant la captivité de ce dernier en Allemagne, pendant la guerre de 39-45.

L'album raconte d'abord le voyage (et le travail d'investigations) entrepris par le dessinateur pour retrouver les lieux de captivité de Roger, son grand-père, et cette première partie est présentée comme une BD ordinaire en couleur. Il met aussi en image le carnet journalier de son aïeul, et cette deuxième partie du livre est illustrée au moyen d'une bichromie qui évoque les vieilles photos brunies du passé.



L'histoire racontée est toute simple. Il n'y a pas de coups de théâtre ni le moindre suspense, et le récit a surtout la force authentique de la chose vécue. Le dessin reproduit avec réalisme la vie ordinaire d'un soldat de l'époque, puis son quotidien laborieux lorsqu'il est prisonnier dans un stalag. Comme bien souvent, la réalité est plus passionnante que la fiction.



Bien que son style se distingue par une grande économie de moyens, cet album me semble être une réussite totale. Le récit lui-même nous permet de comprendre pourquoi, car l'intrigue contemporaine montre que ce livre a été réalisé autant de minutie que de patience. Et puis, il y avait à la base du projet de la probité, ainsi que de l'exigence et de l'amour, et tout ceci a permis à l'auteur de trouver la vérité d'une ambiance authentique.

Au final, c'est un album qui est destiné à tout ceux qui apprécient les émotions délicates.  Wink



Dernière édition par Raymond le Dim 13 Déc - 12:25, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

72 Re: Je viens de lire le Dim 27 Nov - 12:28

Raymond

avatar
Admin
Il faut parfois oublier ses habitudes de lecture pour redécouvrir le plaisir d'une bonne BD. C'est exactement ce qui m'est arrivé quand j'ai emprunté à la bibliothèque Atar Gull, le tout nouvel album de Brüno et Nury, par simple curiosité.



Cet album raconte l'itinéraire d'un chef africain au XVIIIème siécle, depuis le moment de sa capture qui le transforme en esclave, jusqu'à la fin de ses jours en Europe, où il a suivi son maître ruiné et malade. C'est aussi l'histoire d'une subtile vengeance, qui permet de critiquer au passage le monde impitoyable des marchands d'esclaves, la férocité des pirates de l'Atlantique et les exactions des planteurs du Nouveau Monde. Je préfère ne pas dévoiler ici les détails de cette histoire qui a l'ampleur d'un grand roman historique et la vigueur d'un bon récit d'aventures.



Illustrée d'une manière réaliste, cette histoire serait peut être restée anecdotique mais ... dessinée dans un style assez "ligne claire" (comme tous les albums de Brüno), elle acquiert du style et de l'ironie. Le dessin de la BD est aussi "une écriture", on ne le dit jamais assez, et le trait caricatural d'Atar Gull donne au conteur de cette aventure sanglante un peu de légèreté et de distance.



L'intention politique de cet album est assez évidente, mais elle est racontée de façon subtile. Elle rejoint paradoxalement le message qui était donné par la Case de l'Oncle Tom, même si le style caustique d'Atar Gull semble placer cette BD à des années-lumières des idées bien pensantes d'Harriet Beecher-Stowe. Derrière son apparence cruelle et mordante, cet album exprime tout de même un message humaniste.

Remarquons au passage que cet album a été sélectionné par les critiques de l'ACBD (c'est d'ailleurs pour cela que j'y ai prêté attention à la bibliothèque). Parfois, il faut tout de même leur faire confiance.  Wink



Dernière édition par Raymond le Dim 27 Déc - 15:43, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

73 Re: Je viens de lire le Dim 11 Déc - 20:42

Raymond

avatar
Admin
Il faut tout de même parler ici du "pavé de la rentrée", du "chef d'oeuvre annoncé à l'avance", de l'intimidante nouveauté publiée par Casterman, bref ... de Habibi, le "BD roman fleuve" imaginé et dessiné par Craig Thompson.



J'avais adoré Blankets, l'oeuvre précédente du même auteur, mais ... j'ai tout de même eu peur devant l'épaisseur du bouquin. Que raconte t-il d'ailleurs. Il y a tout d'abord une étrange histoire d'amour entre deux enfants qui survivent ensemble dans le désert, dans des conditions plutôt humiliantes, et qui grandissent séparément (dans des conditions sordides) avant de se retrouver à l'âge adulte, marqués par la vie mais néanmoins liés par une affection sincère et définitive. Cette idylle improbable de Zam (ou Habibi, c'est à dire le "bien aimé") et Dodola est par ailleurs racontée d'une manière légèrement désordonnée, "par vagues" pourrait-on dire. D'autres histoires interfèrent avec l'intrigue principale et l'ensemble n'est pas toujours facile à apréhender. Il faut en fait "tourner" beaucoup de pages avant de comprendre où l'auteur veut en venir.  Wink



De plus, le livre ne propose pas que cette petite histoire d'amour ! En bon américain respectueux de son lecteur, Craig Thompson a décidé de nous en "donner pour notre argent" et, comme l'album fait près de 650 pages, il s'est appliqué à étoffer son contenu. Dans cete idée, Habibi est aussi un livre destiné à nous faire découvrir la culture orientale et le monde de l'islam. Dodola, l'héroine de l'histoire, devient donc une conteuse inspirée qui, telle Shéhérazade, raconte à Zam, puis à un calife, de vieilles sourates, ainsi que des histoires de la Bible et du Coran. Elle se retrouve par ailleurs prisonnière d'un harem et le récit principal adopte alors le thème d'un véritable conte des Mille et une Nuits.



De plus, comme vous pouvez le voir dans l'image ci-dessus, le traitement graphique de chaque page est très étudié. Craig Thompson insère volontiers des motifs décoratifs du Moyen-Orient au milieu d'autres pages à la structure "normale". Il alterne d'ailleurs avec habileté des styles très différents et leur confrontation donne au livre une dimension polyphonique. Des pages entières deviennent des imitations d'oeuvres illustrées coraniques et la calligraphie arabe elle-même est parfois utilisée comme un élément de décoration.



Pour couronner tout cela (pour le cas où le lecteur aurait malgré tout bien compris  Wink  ), cette BD multiplie les images symboliques, les citations de sourates et les évocations du mysticisme musulman. Par moments, on pourrait croire que l'auteur cherche à nous enseigner une certaine sagesse sacrée.

Bref, tout cela est remarquable et bien impressionnant mais ... je n'arrive pas à oublier mon sens critique. Et je me pose la question fatidique : tout cela est-il bien pertinent ? Craig Thompson a t-il vraiment bien compris tout ce qu'il expose. Noyé au milieu de cette abondance (d'images, de récits, de citations et de références) bien américaine, je reste tout de même perplexe sur la finalité d'une telle accumulation (qui est admirable, certes). L'auteur me fait penser à une espèce de prestidigitateur qui multiplie les déclarations et les effets visuels afin de mieux impressionner son public. Attention, ne vous méprenez pas sur ce que je veux dire. Ce livre est certainement très réfléchi, et cultivé, et intelligent. Mais est-il vraiment authentique, ou plutôt, est-il "bien senti" ?



J'en resterai aujourd'hui sur cette question, car ce pavé résiste à toute synthèse et défie toute les tentatives de simplification ! Au final, voilà un curieux livre, donc, qui impressionne le lecteur, certes, mais qui délivre peu d'émotions, même s'il raconte une histoire plutôt dramatique. Pourrait-on le qualifier avec cette vieille citation : "qui trop embrasse mal étreint" ?



Dernière édition par Raymond le Dim 13 Déc - 12:34, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

74 Re: Je viens de lire le Sam 7 Jan - 13:54

Raymond

avatar
Admin
Il faut que je vous parle de la première "claque" de l'année, ressentie lors de la lecture de la "Grande Guerre de Charlie". C'est une BD anglaise des années 80, scénarisée par Pat Mills et dessinée par Joe Colquhoun, qui vient d'être traduite par les éditions "ça et là".



Je dois commencer par un aveu. J'avais déjà entrevu Charley's War au début des années 80, lors de vacances que j'avais passées en Angleterre. Je m'étais alors intéressé aux BD qui paraissaient en kiosque et j'avais découvert des journaux qui s'intitulaient "2000 AD" ou "Battle Picture Weekly". J'avais plutôt été dégoûté par ces hebdomadaire mal imprimés (en noir et blanc), dont les BD de guerre ou de super-flics regorgeaient de scènes de violence. La série vedette était "Juge Dredd", et elle était entourée d'autres séries dont les images étaient tout aussi dégoulinantes d'horreurs et de bagarres.



Présentée maintenant en album, "Charley's War" a une toute autre allure. C'est une BD historique fort bien réalisée, qui raconte la bataille de la Somme en 1916, vue par le simple soldat anglais. Cette bataille a été une boucherie épouvantable, un peu comparable à celle de Verdun pour les français, et Pat Mills nous la présente sans aucune concession. Le récit est violent, bien sûr, mais sans glorification de l'héroïsme ou de l'armée. Le scénariste est fondamentalement antimilitariste et l'album diffuse un message assez comparable à celui de "C'était la Guerre des Tranchées", le chef d'oeuvre de Tardi.



Charlie Bourne est le personnage principal de la série. C'est un jeune anglais assez simple d'esprit, qui envisage toujours les choses avec optimisme et bonne volonté, même dans les pires situations. Il écrit régulièrement à ses parents en essayant de leur donner de bonnes nouvelles, tandis qu'il essaie désespérément de survivre au milieu d'un univers de boue, de bombes et de gaz toxiques. La mort est omniprésente mais il ne semble pas s'en rendre compte. La seule chose qui semble semble l'émouvoir, ce sont les chevaux dont il ne supporte pas les mauvrais traitement qu'on leur inflige.

L'innocence des lettres de Charlie représente un intelligent contrepoint à la violence et l'horreur qui imprègnent l'ensemble du récit. Cette horreur n'a été malheureusement que trop réelle, et elle a d'ailleurs bien été décrite dans quelques oeuvres célèbres (Le feu de Barbusse ou les Croix de Bois de Dorgelès) qui ont dénoncé l'absurdité de la Guerre de 14-18.

Bref, la Grande Guerre de Charlie est un petit chef d'oeuvre. La BD était déjà célèbre en Angleterre et je ne doute pas que ce sera bientôt le cas en France. Les amateurs de BD historique ne peuvent que s'y intéresser.  Wink



Dernière édition par Raymond le Dim 27 Déc - 15:41, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

75 Re: Je viens de lire le Dim 15 Jan - 11:23

Raymond

avatar
Admin
On parle beaucoup dans certains blogs de l'Art de voler et je me suis donc laissé tenter. C'est une BD espagnole qui raconte la vie du père du scénariste Antonio Altarriba. Elle est dessinée par Kim, un dessinateur satirique assez influencé par le mouvement underground, qui est peu connu chez nous.



De quoi parle cette histoire ? Eh bien, précisons d'emblée que ce titre ne concerne pas le "vol à la tire", mais plutôt le "vol dans les airs". Tout commence en effet avec l'image d'un vieil homme de 90 ans qui est hébergé dans un home. Il veut en finir avec la vie et décide de se jeter par la fenêtre. Avec un tel scénario, le récit pourrait être bien sordide, mais le scénariste essaie de sublimer ce moment et décide de montrer combien cette défenestration est l'aboutissement logique de toute une vie. "Voler" devient donc un art, somme toute comparable à l'art de vivre.



Et tandis que le vieil homme tombe du quatrième étage, il se remémore les grands moments de son existence, ce qui permet de raconter toute l'histoire de l'Espagne au XXème siècle. Cela commence avec une enfance pauvre dans une famille agricole, puis cela continue avec la Guerre Civile, le héros du livre prenant parti pour les républicains. Le personnage doit lutter pour sa survie, et il part en exil après la défaite, pour vivre dans un camp de réfugiés au sud de la France. Il se cache pendant la Deuxième Guerre Mondiale, avant de rejoindre la Résistance, puis il essaie après la guerre de vivre en France de son travail, sans grand succès. La vie devenant trop dure, il se résigne à rentrer dans son pays et à se soumettre au gouvernement de Franco.



Ayant abandonné toute illusion, le personnage se marie et fonde une famille, mais il est désenchanté et son mariage tourne mal. Le mérite du scénariste, c'est qu'il ne cherche pas à embellir la biographie de son père. Il rend toutefois hommage à son courage et postule qu'il n'a jamais oublié ses idéaux libertaires.



Le récit de cette vie humble, qui est racontée avec bienveillance, est assez prenant et on peut comprendre pourquoi ce livre a connu un grand succès en Espagne. Il a remporté plusieurs prix, dont le "Premio Nacional de Comic", et il arrive chez nous tout auréolé de son succès. Il devrait certainement plaire à tout ceux qui pensent que la BD est d'abord un merveilleux moyen de découvrir la vie et les rêves des autres.



Dernière édition par Raymond le Dim 27 Déc - 15:36, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 10]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum