Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -17%
Manette Xbox Series sans fil
Voir le deal
49.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Je viens de lire

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant

Aller en bas  Message [Page 15 sur 17]

351Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mar 16 Juin - 12:26

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Et Le col de Py sur lequel je vais revenir.   Smile
Toutes celles et ceux ayant apprécié Lydie seront comblés par Le col de Py. Very Happy

352Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mer 17 Juin - 21:14

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Bonsoir

Le col de Py est une BD écrite et dessinée par Espé.

Je viens de lire - Page 15 Col_de10

Camille et Bastien attendent leur deuxième enfant. Mais leur nouveau-né, Louis, souffre de graves malformations cardiaques. Et le nourrisson est trop jeune pour pouvoir tenter une opération. Camille, Bastien et Chloé, la sœur de Louis, vont devoir vivre avec cette maladie jour après jour, mois après mois, année après année. L'attente est interminable et la vie se tend. Heureusement, la famille va trouver du réconfort auprès de Pablo, le père de Camille. Il vient les aider, malgré le cancer qui le ronge. Petit à petit, le vieil homme et l'enfant vont nouer une relation extrêmement forte...

Je viens de lire - Page 15 Col_de11 Je viens de lire - Page 15 Col_de12

Derrière un titre quelque peu énigmatique se cache une BD très émouvante, dont on se demande d'ailleurs, au vu de la toute dernière page, si elle n’est pas autobiographique. Qui n’a pas vécu l’angoisse des examens et les décisions cornéliennes de se faire opérer ou pas ? Quel parent n’a pas souffert mille angoisses lorsque son enfant est malade ? L’originalité du livre tient à l’incroyable relation entre Pablo et Louis. L’auteur nous décrit un passage de témoin, un lien intergénérationnel tellement fort qu’il transcende les maladies.

Pablo est d'origine espagnole et le flamenco est très présent dans l'oeuvre, avec des chansons dont la nostalgie se marie parfaitement avec l'intrigue.

Le dessin est très classique.

Je viens de lire - Page 15 Col_de13

J’aimerais néanmoins revenir sur la couverture, remarquablement construite. Louis est au centre. Le cercle de ses parents l’entoure et le protège d’une multitude d’éclats de verre, tous aussi acérés les uns que les autres. Bien évidemment, ces morceaux représentent le rêve  brisé d’une petite enfance paisible, ce que nous allons découvrir quelques pages plus loin. L’explosion de l’espoir est suggérée par la présence des accessoires de puériculture qui flottent tout autour de la petite famille. Côté personnage, Bastien serre Camille dans ses bras pour essayer de lui apporter force et réconfort. Et la maman pleure.  Cette illustration nous plonge donc d’emblée dans le drame. Les couleurs sont choisies avec une grande finesse. Camille notamment est représentée avec des couleurs chaudes, en opposition avec le bleu glacial du verre et du décor. N'oublions pas enfin le sous-titre, histoire de vies, qui ouvre l'intrigue.

Au final, je vous recommande la lecture de cette BD, très émouvante. C’est d’ailleurs peut être le seul reproche que je pourrais lui faire car la ficelle est parfois un peu trop grosse, Pablo donnant sa vie pour que Louis la garde. Mais n’est-ce pas l’apanage de la vie, d’être à la fois âpre et belle, triste et joyeuse, tragique et porteuse de futur ?

Eléanore

353Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mar 23 Juin - 18:42

Raymond

Raymond
Admin
J'ai moi aussi lu le Col de Py, hier soir, et c'est vraiment une jolie histoire.  pouce

Encore fallait-il savoir la raconter ! A cet égard, le scénariste a heureusement choisi d'être sobre et assez factuel, ce qui laisse les émotions à leur juste place. De fait, les histoires d'enfant malades (car c'est le sujet du livre) sont toujours éprouvantes sur le plan émotionnel, même pour les soignants. Elles le sont bien sûr encore davantage pour les parents qui doivent toujours affronter la même succession de moments angoissants, que ce soit pendant les examens, lorsque l'attention de l'assistance est encore vouée à la technique (et pas à la psychologie Rolling Eyes ) ...

Je viens de lire - Page 15 Col-de12

… ou après le diagnostic, lorsque la vérité éclate et que les parents doivent bien faire avec ! C'est le moment où ils se sentent bien seul.

Je viens de lire - Page 15 Col-de13

A ceci s'ajoute une deuxième intrigue, qui est la maladie du grand-père, et les deux événements s'entrelacent bien sûr étroitement. Il y a ainsi dans ce récit non seulement un certain suspense, mais aussi beaucoup de situations décrites avec justesse et d'émotions présentées avec finesse. Bien sûr, c'est une histoire vraie, cette constatation n'émergeant toutefois qu'à la dernière image, lorsque la conclusion de l'histoire est résumée par une belle photo (qui explique le titre du livre) !

Je viens de lire - Page 15 Col-de14

J'ai donc apprécié sans réserve cette petite histoire de la vie ordinaire, avec ses drames et ses joies parfois toutes simples. Le dessin de Espé (qui a vécu en tant que père ce qui se passe dans l'album) est dynamique et efficace, mais sans excès ni mauvais goût. L'illustrateur a eu le bon goût de s'effacer derrière son histoire, et il a accompli avec ce livre un véritable sans faute.

C'est une des belles lectures de ce printemps.  sunny


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

354Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mer 1 Juil - 8:00

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
eleanore-clo a écrit:Bonjour

Peau d'homme est un conte féministe et un manifeste libertin écrit par Hubert et dessinée par Zanzim.

Je viens de lire - Page 15 Peau_d10

Eléanore

Bonjour

Peau d'homme est la BD RTL du mois !
https://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/peau-d-homme-d-hubert-et-zanzim-est-la-bd-rtl-du-mois-de-juin-2020-7800640143

Bonne journée
Eléanore

355Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mer 1 Juil - 12:39

Raymond

Raymond
Admin
Oui … merci pour l'injection de rappel. Very Happy


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

356Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Jeu 2 Juil - 7:11

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
J'ai feuilleté cet album. Le sujet me est très intéressant, tout comme le parti pris d'évoquer le problème de l'identité de genre à travers la forme du conte. Mais quand je lis dans un compte rendu critique élogieux que le style du dessinateur évoque celui d'un peintre de la première Renaissance, j'avoue sourire poliment.

Il est bien dommage que ce récit d'une grande originalité et qui me semble des plus intéressants soit servi par un dessin si décevant, à mon goût du moins.

http://www.marchenriarfeux.net

357Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Sam 4 Juil - 23:43

Raymond

Raymond
Admin
Je profite de ce commentaire de Draculea pour rebondir et commenter à mon tour  Peau d'Homme. Je viens en effet de lire cet album avec beaucoup d'intérêt, pendant toute l'après-midi.   Very Happy

Je viens de lire - Page 15 Peau-d11

Sur le fond, cette BD est un conte libertin savoureux et légèrement humoristique. Le récit se situe au Moyen-Âge et son ton malicieux m'a vite fait penser à celui du Décaméron de Boccace, voir éventuellement à l'ambiance des Contes de Canterbury, une œuvre que je connais moins toutefois. Il s'agit donc d'une fiction médiévale mais il y a en plus une petite touche fantastique, pour ne pas dire irréelle, que le scénariste Hubert exploite avec intelligence, pour imaginer la libération d'une femme dans un monde dominé par la religion et les traditions patriarcales. Je ne suis pas féministe mais il faut avouer qu'Hubert a conduit son scénario avec une remarquable finesse, et qu'il est presque arrivé à me convertir.  Wink

Mais parlons plutôt de la forme, c'est à dire du dessin. Lorsque l'on feuillette l'album, le dessin n'apparait pas forcément "beau". Draculea a raison sur ce point. Je n'ai pas moi non plus pas été enthousiasmé d'emblée lors de ma première découverte du livre, et c'est seulement après avoir lu plusieurs critiques (dont celle d'eleanore-clo) que je me suis décidé à l'acheter. Mais après cela, la lecture m'a totalement convaincu. En fait, une bonne BD n'est pas forcément définie par un dessin flatteur ou spectaculaire. Certains critiques considèrent que dans une bonne bande dessinée, le dessin est plutôt une écriture et cette remarque est capitale. Pour bien dessiner une histoire, il ne faut pas forcément que ce soit beau, mais plutôt que le dessin trouve le ton juste. Et c'est exactement la conclusion qui s'impose pour Peau d'Homme : le graphisme est parfaitement choisi par rapport à l'histoire qu'il faut raconter. Wink

Dessiner cette histoire dans un style réaliste aurait certainement été de très mauvais goût. Ceci est d'abord dû au caractère irréaliste du récit. Le ressort principal de l'intrigue, c'est en effet cette peau d'un beau jeune homme qu'une femme enfile comme un vêtement, au sens littéral du terme, afin de pouvoir se transformer en un être totalement mâle, pourvu d'organes génitaux bien fonctionnels. J'imagine difficilement qu'une telle séquence aurait pu être dessinée d'une façon crédible avec un dessin réaliste (le lecteur n'y aurait pas cru). Paradoxalement, c'est bien parce que le dessinateur a choisi un style sobre que le récit devient crédible, et que la BD arrive à "créer sa propre réalité".

Je viens de lire - Page 15 Peau-d12

Il en est de même par rapport à l'érotisme. Le récit est très libertin et le risque d'en faire une BD pornographique (au sens péjoratif du terme) n'était pas négligeable au départ. En fait, pour que ce récit érotique trouve tout son sens, il fallait dessiner des scènes sexuelles totalement explicites, ce que le dessin sobre et délicat de Zanzim réussit à montrer sans aucune vulgarité. Là encore, le choix du bon style était primordial et le dessinateur a su trouver une justesse épatante pour dessiner ce conte médiéval érotique.

Je viens de lire - Page 15 Peau-d13

Par ailleurs, Zanzim (un dessinateur que je ne connaissais pas du tout) maîtrise à merveille la syntaxe de la bande dessinée. Tout en restant discret dans ses mises en page, il utilise par moment des effets originaux qui donnent non seulement de la variété, mais aussi du rythme à la séquence d'images. Et lorsque les personnage se déplacent simplement au milieu d'une grande case, on se demande s'il y a là une recherche esthétique ou une simple volonté de simplifier le style. Je penche pour la deuxième hypothèse.

Je viens de lire - Page 15 Peau-d14

Et s'il fallait donner un argument supplémentaire pour défendre l'esthétique de ce livre, je me référerai encore à un contre exemple, et à ce qu'il ne faut pas faire. Parlons donc d'un livre qui s'intitule Esmera, dessiné par Vince sur un scénario de Zep, qui raconte une thème assez proche de celui de Peau d'Homme, puisqu'il s'agit d'une femme qui se transforme en homme, et vice versa, après chaque rapport sexuel. Il y avait là une bonne idée de scénario mais le dessin réaliste (voir même expressionniste) de Vince force le trait, exagère les plans scabreux et les images de sexe, et tombe tout simplement dans la vulgarité. Lorsque l'on feuillette cet album, il parait très joli, avec un dessin tout-à.fait soigné, mais pendant la lecture, on s'éloigne très vite du projet narratif humoristique, pour tomber (hélas) dans du porno bas de gamme. Dessiner beau, ce n'est pas forcément dessiner juste .. mais c'est un reproche que l'on ne fera pas à Peau d'Homme qui recherche plutôt la simplicité et l'élégance.

Bref, j'ai bien aimé cette histoire et les images qui la racontaient. Ce livre est divertissant et c'est sans aucun doute une des bonnes lectures de l'année. Il y aurait encore d'autres  choses à remarquer, telles que la place et les motivation des religieux mais je ne vais pas alourdir cette chronique. J'espère en tout cas que Draculea aura compris mon idée.  Wink


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

358Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Dim 5 Juil - 20:46

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Incroyable ! est un roman graphique écrit par Zabus et dessiné par Hippolyte.

Je viens de lire - Page 15 Incroy10

Jean-Loup est un petit garçon d’une timidité maladive, soufrant cruellement d’un manque de confiance en lui. Son père est un haut gradé militaire et n’a manifestement pas le temps de s’occuper de son fils. Et sa mère est décédée. Jean-Loup est pourtant fort intelligent et d’une grande curiosité intellectuelle. Aussi meuble-t-il sa solitude par d’innombrables excursions à la bibliothèque et la rédaction de fiches sur tous les sujets possibles et imaginables, des "trous noirs" à la "reproduction des gnous en Sibérie" ! Un peu par hasard, un peu par chance, cet enfant qui doute va être sélectionné pour représenter son école au concours national des exposés de Belgique…

Je confie avoir été bouleversée par cet ouvrage. Ce roman est avant tout un hymne à la vie. Nous assistons à la renaissance de Jean-Loup. Pas à pas, nous le voyons recouvrir son assurance, se réinsérer dans la société et, cerise sur le gâteau, redécouvrir ses parents...
Le livre est riche et Zabus aborde bien d’autres thèmes.
Le plus apparent est la royauté belge et son rôle de ciment dans un pays déchiré par les querelles linguistiques. Notons au passage une discrète référence à l’astrophysicien belge, Georges Lemaître, inventeur méconnu de la théorie du Big Bang.  
La place du hasard dans nos vies est longuement évoquée. Le scénariste s’appuie sur Tchekhov (https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusil_de_Tchekhov). J’y ai aussi vu l’empreinte de Jacques Monod (https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Hasard_et_la_N%C3%A9cessit%C3%A9) d’autant plus que l’exposé présenté au concours porte sur « l’incroyable de l’existence ».
Bien d’autres thèmes sont approfondis comme le juste équilibre à trouver entre vie privée et vie professionnelle. Les sujets de la rencontre et de la jalousie n'échappent pas au regard tendre et perspicace du scénariste. Oui, quel bel ouvrage ! Et puis, le ton est léger, pédagogique sans jamais être didactique. Le drame vécu par Jean-Loup est décrit avec une grande sensibilité, de la finesse, de la poésie et beaucoup d’humour (le parrain).
Le découpage du roman en plusieurs chapitres, chacun annoncé par une propriété scientifique ou pseudo-scientfique issue des fiches du petit garçon, semble s’inspirer de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. On y retrouve ce côté universel où tout est abordé et tout est expliqué.
J'ai aussi beaucoup apprécié l'hommage à Alfred et à Come Prima. Pourquoi ? Je vous laisse le découvrir...

Je viens de lire - Page 15 Incroy12

Un livre ma-gni-fi-que vous-dis-je  Very Happy .  

Les dessins font parfois penser au Petit Nicolas de Sempé. N’y cherchez aucun réalisme, aucune sophistication, mais plutôt le monde vu à travers le regard d’un enfant. Les traits sont minimaux mais cela n’est pas gênant car tout sonne juste. Et puis les couleurs se marient parfaitement avec la narration et mettent en relief les moments forts du récit.

Je viens de lire - Page 15 Incroy11

Et puis, la couverture est splendide. Le ciel étoilé est en bas de page, à l’encontre de la normalité scientifique, comme si le rêve devenait le socle de la vie. Et Jean-Loup apparait comme une minuscule tâche de couleur au milieu d'une gigantesque bibliothèque. Des livres fertiles ou étouffants ? That is the question. L'ombre géante du petit garçon nous suggère aussi qu'il est bien plus grand/fort que sa taille ne le laisse paraître ! Une belle allégorie sur les ressources cachées et pourtant si réelles.

Au final, Incroyable ! est incroyable  Laughing . Une BD profondément touchante. Je suis donc très heureuse de vous la présenter. Et je la classe sans hésiter sur le podium des meilleures BD parues depuis le début de l’année.  Et les critiques sont très positives comme par exemple celle d’ActuaBD : https://www.actuabd.com/Incroyable-par-Zabus-Hppolyte-Dargaud

Eléanore

359Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Lun 6 Juil - 10:30

Raymond

Raymond
Admin
C'est incroyable ! J'ai acheté moi aussi ce livre avant-hier … mais je en l'ai pas encore lu.

Il semble en tout cas que j'ai été bien inspiré. Wink


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

360Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mer 8 Juil - 6:59

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
C'est vrai que ces images et ta présentation donnent envie de découvrir cet album ! Very Happy

http://www.marchenriarfeux.net

361Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Sam 11 Juil - 9:27

Raymond

Raymond
Admin
ActuaBD fait également l'éloge de Peau d'Homme :

https://www.actuabd.com/Peau-d-homme-d-Hubert-et-Zanzim-melange-de-genres

C'est l'album à la mode du moment ! Wink


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

362Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Lun 13 Juil - 11:54

Raymond

Raymond
Admin
J'ai lu ce week-end les Voyages d'Ibn-Battûta, un album dessiné par Joël Alessandra, et c'est vraiment très beau.

Je viens de lire - Page 15 Voyage16

J'avais apprécié il y a quelques années son album Lady Whisky et j'espérai y retrouver la même intensité. Ce livre-là est un peu différent car c'est avant tout un carnet de voyages, qui est de plus complètement reconstitué car Ibn-Battûtat est un juge arabe qui a vécu au XIVème siècle. Ce dernier a écrit le récit des ses nombreux voyages (ou faut-il dire errances ?), en mélangeant le récit de ses périples avec des éléments beaucoup plus imaginaires. Les images de l'album ont en fait été recréées par Joel Alessandra, qui est lui-même un grand voyageur, et qui s'est inspiré de l'aspect actuel des sites afin d'imaginer comment ils pouvaient être au Moyen-Âge. Le le résultat est assez bluffant.

Je viens de lire - Page 15 Voyage18

Le manuscrit médiéval a été traduit et adapté par Lotfi Akalay, un intellectuel marocain passionné par Ibn Battûta. Il est malheureusement décédé avant que ne paraisse cette BD et une postface du livre lui rend un vibrant hommage. Il m'est difficile de juger de la qualité de son travail mais il semble avoir bien respecté certains traits de caractère du grand voyageur médiéval. Il en résulte sinon une intrigue savamment désorganisée, à l'image des pérégrinations d'Ibn-Battûta que se succédaient selon l'inspiration et les envies du moment. Ce n'est donc pas du tout un récit d'aventure, mais plutôt un livre sur lequel on peut rêver, ou admirer des paysages qui ne sont qu'à moitié imaginaires.  Wink

Je viens de lire - Page 15 Voyage19

Ce n'est pas un "must", avouons-le, et l'œuvre n'est pas aussi réussie que Lady Whisky (à mon goût), mais c'est un livre qui nous fait découvrir l'islam de l'intérieur et qui peut-être propice à certaines rêveries, tout en admirant ses images.

Signalons au passage que Didier Quella-Guyot vient d'écrire beaucoup de bien sur cette nouveauté :

http://bdzoom.com/157635/actualites/voyages-voyages-de-tanger-a-pekin/


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

363Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mer 15 Juil - 18:11

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Raymond a écrit:J'ai lu ce week-end les Voyages d'Ibn-Battûta, un album dessiné par Joël Alessandra, et c'est vraiment très beau.


Je viens de finir l'ouvrage  Very Happy .

Outre les points mentionnés par Raymond, j'y vois une exploration du monde musulman du 14ème siècle. A l'instar de Marco Polo, le voyageur se voit confier des missions diplomatiques par les sultans des royaumes traversés. Les déplacements sont lents, incitant à la réflexion. Et quelques contes émaillent le passage d'un pays à un autre. Les affabulations du héros sont aussi discrètement évoquées à travers ses propos sur les pyramides égyptiennes coniques.
Les vignettes (des aquarelles ?) sont magnifiques et illustrent les différents voyages du héros, comme le feraient des cartes postales. Ibn Battûta était peintre et Alessandra met ses pas dans celui du voyageur en reproduisant des paysages et des monuments somptueux. Les couleurs sont de toute beauté, fortes sans êtres criardes, chaudes pour les extérieurs et rafraichissantes pour l'intérieur des palais. Elles contribuent fortement au plaisir de la lecture. Notons à ce sujet que le dévot Ibn Battûta ne suit pas les préceptes de sa religion car la tradition de l'islam proscrit la peinture par trop réaliste. Mahomet aurait en effet déclaré que Les anges n’entreront pas dans une maison où il y a un chien, ni dans celle où il y a des images. Et ce propos a été retranscrit dans des recueils sacrés, les hadîths. La fin de l'ouvrage est donc très "morale" !

Par contre, le récit d'Ibn Battûta est clairement antiféministe car la femme y est regardée quelques instants, épousée rapidement, "collectionnée" et "rangée" dans un harem, répudiée encore plus rapidement, et enfin présentée comme une nymphomane. Le sort de la gente féminine est d'ailleurs identique, que ce soit au Moyen Orient, dans le sous continent indien ou encore dans la lointaine Cathay. Faut-il replacer cette vision dans le contexte de l'époque ou alors s'étonner du choix du scénariste "d'enfoncer le clou" là ou "le bât blesse" ? Après tout le voyage en Inde est survolé en quelques pages alors qu'il représente une importante partie du récit original.

En conclusion, je vois dans cette BD une plongée ethnographique, géographique et géopolitique dans un monde aujourd'hui disparu mais dont l'idée fait encore rêver (https://fr.wikipedia.org/wiki/Panislamisme).

Eléanore

364Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Lun 27 Juil - 18:04

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:JJ'espère en tout cas que Draculea aura compris mon idée.  Wink

Je prends connaissance de ta chronique au retour d'un séjour à Sète et j'ai donc un peu de retard sur ta publication !

Eh bien oui, je comprends tout à fait ce que tu dis et je dois dire que je trouve ton analyse très convaincante.

Ayant acheté Esmeralda à sa parution, je saisis parfaitement ce que tu veux dire car comme toi je trouve que la représentation réaliste de la sexualité y prend une dimension telle qu'elle devient une fin en soi au détriment du propos et finit par être triviale. Il faut reconnaître que la scène d'amour extraite de Peau d'homme que tu présentes dans ton article échappe totalement à ce défaut car elle reste douce, sensuelle et élégante du fait du choix du trait simple. Peut-être faut-il simplement adapter notre regard à cette façon de représenter personnages et lieux dans diverses situations. N'étant pas homme de doctrine, et n'ayant aucun attrait pour la rigidité théorique je vais donc me procurer cet album et le lire dans la perspective de ton analyse qui m'en donne envie ! Ce dont je te remercie ! Very Happy

http://www.marchenriarfeux.net

365Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mar 28 Juil - 12:01

Raymond

Raymond
Admin
Je me réjouis d'avance de connaître tes impressions. Very Happy


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

366Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Dim 2 Aoû - 11:30

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Bonjour

Voici les 6 premiers livres sélectionnés pour le prix des libraires Canal BD : https://www.canalbd.net/glbd_plibre_33-8_Selection-2021. Vous y trouverez des œuvres sur lesquelles nous avons échangé Very Happy .

Je suis très déçue qu'Incroyable ! n'y figure pas  gourdin .
Géante sera ma prochaine lecture  Smile .

Bon dimanche
Eléanore

367Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Dim 2 Aoû - 20:45

Raymond

Raymond
Admin
Il faut bien faire des choix !  Wink

"Incroyable" n'a pas été retenu mais peut-être que "Un travail comme un autre" est très bien ?


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

368Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Dim 2 Aoû - 21:31

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
J'hésite car le roman de Virgina Reeves que l'auteur a adapté est vraiment noir.... Crying or Very sad

369Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Ven 7 Aoû - 18:35

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Bonjour

Géante est un recueil de contes médiévaux, à dominantes féministe et morale. La BD est scénarisée par Jean-Christophe Deveney et illustrée par Nuria Tamarit.

Je viens de lire - Page 15 Gzoant10

Jean, un fermier, trouve un bébé abandonné dans une ravine. Ce bébé est géant. Il ramène le nourrisson chez lui et son épouse et lui décident de l'adopter. L'enfant prénommée Céleste est élevée dans une campagne reculée. Et lorsque ses frères quittent le cocon familial, elle éprouve aussi le besoin d'explorer le vaste monde...

Le cycle forme un récit initiatique, même si chacun des 12 récits se lit indépendamment et porte une morale ou une thématique différentes.

Le sujet de l'adoption me semble être au cœur du premier conte. Pourquoi adopter ? Quelle place pour l'enfant adopté ?  Comment annoncer sa filiation à l'enfant adopté ?  Etc. A noter que le scénariste s'est amusé en multipliant les allusions au Petit Poucet ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Petit_Poucet). Si sept enfants composent la fratrie, comme chez Perrault, le plus jeune n'est pas cette fois le plus petit par la taille mais le plus grand ! Et à l'instar de son illustre prédécesseur, Céleste va aider sa famille à se sortir des pires difficultés.

Le deuxième chapitre traite de l'abus de confiance. Un colporteur emmène Céleste découvrir le bourg voisin. Et il profite de la force et de la naïveté de la jeune femme pour escroquer les villageois. L'auteur nous invite ainsi à réfléchir sur l’honnêteté et le respect de l'innocence.

Le troisième récit lorgne du côté du roman de chevalerie (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Roman_de_chevalerie). Un chevalier nommé Parangon (de vertu?) s'amourache de Céleste. J'y vois surtout une réflexion sur l'amour et la différence. A l'époque du mariage pour tous, cette scénette apparaît d'actualité.

La quatrième histoire fait référence à Rabelais, plus précisément à Gargantua et aux guerres picrocholines (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Gargantua) et nous y voyons Céleste utiliser sa force pour combattre et vaincre à elle seule une armée ennemie.

Le cinquième conte aborde le féminisme. Céleste est jugée par un tribunal religieux pour avoir bien involontairement détruit un clocher. Sauf que le juge est un inquisiteur et que les codétenues de la géante sont des prisonnières dont le principal crime est leur sexe. Toute tentative d’émancipation dans cette société puritaine semble vouée aux geôles par un système oppresseur.

Un répit nous est offert avec le sixième récit. Céleste est sauvée du bûcher par la "sorcière", une femme intelligente ayant fondé une communauté où la mansuétude et l'intelligence sont de mises.

Avec les septième et huitième contes, Céleste trouve l'amour, d'abord chez un funambule puis chez un roi. L'amour au-delà de la différence et donc la tolérance constituent l'ossature des deux récits.

Dans la neuvième histoire, nous assistons à l'ascension et à la chute de Céleste. Devenue reine de Dorsodoro, la Venise locale, la géante ne peut concevoir et est donc chassée du trône. La BD est clairement féministe et dénonce la réduction de la femme à sa seule matrice.

Devenue novice dans le dixième récit, Céleste s'éloigne du monde matériel pour s'enfoncer dans un monde spirituel stérile. Elle sera sauvée par un de ses frères. Le sectarisme est au cœur de ce conte qui réfute les outrances d'une religion par trop aveugle et stricte.

Le onzième récit reprend le thème de la guerre des sexes. Après l'intolérance des hommes, voilà celle des femmes. Aussi Céleste se retrouve dans une société rappelant celle des amazones. Et après Venise, nous sommes invités dans les îles grecques (les toits bleus des maisons).

La quête de la jeune femme se termine dans le douzième récit. Elle fonde la cité de Laelith, le pendant de l'abbaye de Thélème (https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Th%C3%A9l%C3%A8me).

Le dessin manque de finesse et je confie ne pas avoir été séduite.
Le travail sur les yeux m'a notamment gênée. Je trouve ainsi qu'ils manquent de vie.
D'une façon générale, les vignettes pourraient faire preuve de plus de dynamisme.

Je viens de lire - Page 15 Gzoant14

Je viens de lire - Page 15 Gzoant11

Et Tamarit n'est pas Peter Jackson ! Elle ne réussit pas à faire cohabiter harmonieusement une géante et des êtres humains "normaux" dans la même illustration.

Je viens de lire - Page 15 Gzoant12

Au final, je confie être restée sur ma faim. Certes, la BD est intelligente et humaniste. Certes l'objet livre est magnifié par une couverture avec des dorures faisant penser à des enluminures. Mais le scénariste n'est ni Rabelais ni Voltaire et qui trop embrasse mal étreint. Céleste n'a pas la verve de Gargantua ni la brillance de Micromégas (https://fr.wikipedia.org/wiki/Microm%C3%A9gas). Et le dessin pseudo naïf est bien éloigné du style médiéval.  Néanmoins l'ouvrage reste malgré tout agréable à lire.

Eléanore



Dernière édition par eleanore-clo le Dim 9 Aoû - 18:29, édité 4 fois

370Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Ven 7 Aoû - 18:49

Raymond

Raymond
Admin
Merci pour cette analyse très détaillée !   pouce

J'ai emprunté cet album à la bibliothèque de Lausanne mais je ne l'ai pas encore lu. Il faut dire qu'il y a beaucoup d'autre BD qui vont avec ... et qui m'intéressent parfois plus. Wink

Je vais essayer de faire un effort. Very Happy


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

371Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Sam 8 Aoû - 9:22

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:Je me réjouis d'avance de connaître tes impressions. Very Happy

Géante que nous présente eleanore-clo a l'air bien intéressant et me donne e envie de le découvrir.

Mais qu'on me permette un instant de revenir à Peau d'homme que j'avais décidé de lire en profondeur à la suite de l'analyse élogieuse de Raymond. au message 359.

Bien m'en a pris et l'on ne devrait pas toujours s'en tenir à l'impression que donne feuilletage d'un album. Car non seulement à la lecture approfondie le dessin et la mise en couleur ne m'ont plus dérangé tant ils s'enlacent avec fluidité au récit, (et j'ai compris pourquoi des critiques font une comparaison avec l'écriture narrative de l'image dans certaines oeuvres du quattrocento , ce qui donne au mouvement des personnages et de l'histoire une très grande souplesse spatiale et permet des variations de mise en page qui sont d'une grande diversité donnant à l'histoire une sorte d'apesanteur des plus agréables à suivre), et même quand on prend l'habitude de se défaire de ses attentes a priori d'amateur de dessin réaliste, révèlent une véritable beauté originale et même tout à fait inédite.

L'histoire quant à elle est passionnante et donne espoir dans une prise de conscience en tout cas en marque la nécessité, qui remette en question tous les schémas stéréotypés qui continuent de brider la vie des êtres humains au nom de vertus abstraites dissimulant les obsessions et les haines de ceux qui les brandissent. Le récit prenant une forme de conte très aérien permet de traiter tous ces sujets avec grâce et élégance, sans militantisme pesant, démonstrativité d'école, uniquement par l'émotion du personnage central de Bianca capable si merveilleusement de déployer sa liberté. La vraie liberté car elle sans doctrine prenant la simple forme d'une respiration de soi selon ce qu'on est. Bref, j'ai adora ce récit tellement nécessaire aujourd'hui plus que jamais et j'ai totalement révisé mon jugement portier qui était tout extérieur quant à son dessin. Je sou remercie donc tous deux elanore-clo et Raymond de m'avoir permis de passer outre un sentiment initial qui était erroné et donné ainsi l'occasion de ne pas me priver d'une des apurions les plus intéressantes de cette première moitié de 2020 ! Very Happy

http://www.marchenriarfeux.net

372Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Sam 8 Aoû - 9:22

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Draculea a écrit:
Raymond a écrit:Je me réjouis d'avance de connaître tes impressions. Very Happy

Géante que nous présente eleanore-clo a l'air bien intéressant et me donne envie de le découvrir.

Mais qu'on me permette un instant de revenir à Peau d'homme que j'avais décidé de lire en profondeur à la suite de l'analyse élogieuse de Raymond. au message 359.

Bien m'en a pris et l'on ne devrait pas toujours s'en tenir à l'impression que donne feuilletage d'un album. Car non seulement à la lecture approfondie le dessin et la mise en couleur ne m'ont plus dérangé tant ils s'enlacent avec fluidité au récit, (et j'ai compris pourquoi des critiques font une comparaison avec l'écriture narrative de l'image dans certaines oeuvres du quattrocento , ce qui donne au mouvement des personnages et de l'histoire une très grande souplesse spatiale et permet des variations de mise en page qui sont d'une grande diversité donnant à l'histoire une sorte d'apesanteur des plus agréables à suivre), et même quand on prend l'habitude de se défaire de ses attentes a priori d'amateur de dessin réaliste, révèlent une véritable beauté originale et même tout à fait inédite.

L'histoire quant à elle est passionnante et donne espoir dans une prise de conscience en tout cas en marque la nécessité, qui remette en question tous les schémas stéréotypés qui continuent de brider la vie des êtres humains au nom de vertus abstraites dissimulant les obsessions et les haines de ceux qui les brandissent. Le récit prenant une forme de conte très aérien permet de traiter tous ces sujets avec grâce et élégance, sans militantisme pesant, démonstrativité d'école, uniquement par l'émotion du personnage central de Bianca capable si merveilleusement de déployer sa liberté. La vraie liberté car elle sans doctrine prenant la simple forme d'une respiration de soi selon ce qu'on est. Bref, j'ai adora ce récit tellement nécessaire aujourd'hui plus que jamais et j'ai totalement révisé mon jugement portier qui était tout extérieur quant à son dessin. Je sou remercie donc tous deux elanore-clo et Raymond de m'avoir permis de passer outre un sentiment initial qui était erroné et donné ainsi l'occasion de ne pas me priver d'une des apurions les plus intéressantes de cette première moitié de 2020 ! Very Happy

http://www.marchenriarfeux.net

373Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Sam 8 Aoû - 10:02

Raymond

Raymond
Admin
Je suis très content que tu aies apprécié Peau d'homme toi aussi !  pouce

C'est dans les années 70 (déjà !) que j'ai compris qu'il fallait lire un album de BD pour savoir s'il est bien ou non. En feuilletant une BD, on se fait souvent piéger par l'aspect visuel, qui peut-être soit faussement rébarbatif, soit faussement séduisant. J'ai d'ailleurs souvent été déçu par des albums qui avaient un bel aspect à première vue, et qui se révélaient d'une vacuité désespérante lorsque je les lisais.

J'ai vécu une expérience décisive au Marché aux puces de Genève, autour 1972-1973 me semble t-il. J'y ai découvert un beau jour les premiers albums de Hugo Pratt qui étaient "Rendez-vous à Bahia" et "l'Aigle du Brésil" (en noir et blanc bien sûr). Cela faisait un ou deux ans que le vendeur les avaient mis sur son étal et il n'arrivait pas à les vendre. Ils ne coutaient donc presque rien (3 francs suisses l'album ... quand j'y pense) et devenaient ainsi achetables par l'étudiant désargenté que j'étais à cette époque. En les feuilletant, je n'étais vraiment pas séduit (j'avais alors des goûts très traditionnels) et j'ai hésité un très long moment avant de les acquérir. Puis j'ai décidé de les acheter en me disant que de toute façon, je ne perdais pas grand chose si ces deux albums n'étaient pas bien,

Et c'est ce jour-là que j'ai découvert la beauté des histoires de Corto Maltese. Certains récits de ces deux albums (en particulier "A cause d'une mouette") m'ont réellement fasciné et je suis aussitôt devenu un fan d'Hugo Pratt.  sunny

J'ai ainsi découvert que je devais de temps en temps oser "aller un peu plus loin" dans mes lectures, et ne pas hésiter à s'intéresser à ce qui est nouveau.

J'ai aussi compris ce jour-là que pour vraiment juger du dessin d'une BD, il fallait lire toute l'histoire et pas seulement regarder l'album d'une façon superficielle, C'était une autre belle leçon. Wink


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

374Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mar 8 Sep - 10:07

eleanore-clo

eleanore-clo
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Bonjour

La dernière rose de l’été est un film ( Smile ) scénarisé, réalisé et photographié (dessiné) par Lucas Harari.

Je viens de lire - Page 15 Rose_c10

Léo, jeune parisien rêvant de devenir romancier, croise par hasard son cousin. Celui-ci lui propose de surveiller des travaux de remise en état de sa maison. Notre héros accepte car il y voit un cadre idéal pour écrire. La bâtisse domine la mer Méditerranée et voisine une splendide villa où de jeunes oisifs festoient avec insouciance. La fille du propriétaire, la mystérieuse et sauvage Rose, attire d’ailleurs l’attention du timide Léo. Mais, deux disparitions viennent troubler cette atmosphère légère. Et la police commence son enquête…
Je viens de lire - Page 15 Rose_r10

J’ai qualifié cette BD de film car les références au 7ème art et plus précisément à Alfred Hitchcock sont multiples. La villa, même si elle s’inspire du « paquebot immobile » d’Eileen Gray (https://fr.wikipedia.org/wiki/Villa_E-1027), ressemble beaucoup à celle de Philip Vandamm dans La Mort aux trousses (https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mort_aux_trousses ).
Je viens de lire - Page 15 Rose_v10

Et l’ambiguïté de Rose fait penser à celle d’Eve Kendall, l’héroïne du film susmentionné. D’autres œuvres du maître britannique viennent aussi à l’esprit. Ainsi Léo observe longuement les faits et gestes des habitants de la villa, comme le faisait James Stewart dans Fenêtre sur cour (https://fr.wikipedia.org/wiki/Fen%C3%AAtre_sur_cour).
Je viens de lire - Page 15 Rose_f10

L’utilisation du cadre enchanteur de la Riviera comme décor d’un thriller nous ramène bien évidemment à La Main au collet (https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Main_au_collet). Quant au dénouement, on pourrait penser à Psychose (https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychose_(film)) même si le rapport de parenté est cette fois beaucoup plus éloigné.

D’un point de vue technique, Harari multiplie les cadrages. Tel le grand cinéaste britannique, il multiplie les plans (gros plans, plans à deux, plan subjectif, panorama, etc.). De plus, l'accolement des vignettes crée un effet stroboscopique.

Une autre référence saute aux yeux, celle de La villa du Long-Cri de Rosy et Will (https://www.bedetheque.com/BD-Tif-et-Tondu-Tome-8-La-villa-du-Long-Cri-4443.html ). Certes le style du dessinateur est plus anguleux que celui de Will, mais les décors sont voisins. Et surtout l’utilisation d’une demeure comme moteur de l’anxiété est commune aux deux bandes dessinées.  

L’auteur tente une mise en abyme audacieuse en utilisant Martin Eden (https://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Eden), le roman quasi-autobiographique de Jack London. Je confie ne pas être totalement satisfaite de ce procédé car Léo est bien plus un doux rêveur qu’un aventurier même si les péripéties vont le transformer à l’instar d’un Walter Mitty (nouvelle référence cinématographique https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vie_r%C3%AAv%C3%A9e_de_Walter_Mitty  Cool ).    

La patte du dessinateur se retrouve surtout dans les dessins. On retrouve son amour de l’architecture moderne déjà mis en scène dans sa BD précédente. Le recours à des lignes brisées pour représenter les décors et les personnages témoigne d’une belle appétence pour la géométrie. Les couleurs oniriques se marient avec bonheur à une intrigue angoissante et parfois irréelle. Le dénouement de la BD est d’ailleurs ouvert et ouvre la voie à des interprétations différentes.

La dernière rose de l’été est une BD d’auteur, dans la droite lignée de L’aimant, mais avec des personnages plus riches et qui joue sur une variété de décors et de couleurs.

Eléanore

375Je viens de lire - Page 15 Empty Re: Je viens de lire le Mar 8 Sep - 12:19

Raymond

Raymond
Admin
Merci pour cette belle critique !    pouce

J'ai feuilleté l'album samedi dernier et je me demandais si ce beau livre en valait la peine.  Wink

A te lire, j'ai compris que oui ! Tu cites de belles références.   Very Happy


_________________
Et toujours ... Je viens de lire - Page 15 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 15 sur 17]

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum