Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Je viens de lire

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas  Message [Page 2 sur 10]

26 Re: Je viens de lire le Mar 27 Juil - 7:58

JYB


vieux sage
vieux sage
Houla... On peut tout faire en BD, c'est sûr : la philosophie en dix volumes ; l'histoire de l'Islam ; la vie de Freud ; etc. Mais tiens-nous au courant du succès de cet album, ça m'intéresse de savoir si beaucoup de lecteurs vont mordre à l'hameçon. Tu dis que c'est destiné au grand public, mais on est loin des grands séries à plus de 100 000 exemplaires vendus dont les scénarios sont plutôt "au ras des pâquerettes", et en tout cas très loin de ces préoccupations... Pour moi, une BD a deux buts principaux : faire rire (Titeuf, Gaston Lagaffe, je ne vais pas toutes les énumérer), et captiver en faisant rêver par des aventures exaltantes (pas d'énumération, on voit à peu près). Je suis basique, n'est-ce pas... mais le lecteur Lambda aussi...

27 Re: Je viens de lire le Mer 29 Sep - 8:24

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
Bon sinon, j'ai lu l'autre jour à Carrefour les premières pages du second tome des "Confessions d'un templier" et je dois dire que ça m'a bien donné envie de continuer. Seul un retard abyssal dans mes lectures et une marée basse dans mes finances ces temps-ci retardent le projet. Il en est de même pour "Souvenirs de la Grande Armée" où j'ai lu également les premières pages.





J'ai placé ce post dans ce sujet et non dans "je me pose la questions" car j'ai lu une partie des albums cités Wink



Dernière édition par Pierre le Mer 29 Sep - 8:31, édité 1 fois

28 Re: Je viens de lire le Mer 29 Sep - 9:30

Raymond

Raymond
Admin
Toute la longue discussion sur les BD d'Olivier Marin a été déplacée ICI. Maintenant, ce dessinateur a son propre sujet.

Pour ce qui concerne les Confessions d'un Templier, cet série a complètement échappé à mon attention. Est-ce que tu la recommandes, Pierre ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

29 Re: Je viens de lire le Mer 29 Sep - 9:50

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:
Pour ce qui concerne les Confessions d'un Templier, cet série a complètement échappé à mon attention. Est-ce que tu la recommandes, Pierre ?

C'est une série qui commence; le deuxième album vient de sortir et effectivement ça m'a l'air bien. J'ai cru comprendre que Jacques de Molay, en prison, racontait la fin de l'aventure templière en Terre Sainte. L'auteur est sur bdgest où il y a un sujet approprié et ça me tente bien.

http://www.bdgest.com/forum/post2202980.html?hilit=#p2202980

http://www.actuabd.com/Les-Confessions-d-un-Templier-T1

30 Re: Je viens de lire le Jeu 7 Oct - 13:37

Lion de Lisbonne

Lion de Lisbonne
grand maître
grand maître
On a parlé un peu, il y a quelques semaines, de la série Aria, de Michel Weyland.
Je viens de lire "La Fugue d'Aria", et j'ai trouvé l'album agréable à lire. pouce
Je ne sais pas encore si je vais collectionner cette série, mais je veux acheter quelques autres albums de la série, et après on verra …
Je n'ais pas trouvé le sujet où on a parlé de la série Embarassed Embarassed ; Raymond Damned peux-tu me dire une autre fois tes albums préférés de cette série ? Merci Exclamation Very Happy

31 Re: Je viens de lire le Dim 31 Oct - 16:46

Raymond

Raymond
Admin
Connaissez-vous Fabien Lacaf ? Il mène depuis 25 ans une carrière discrète dans le monde de la BD. Il a créé plusieurs séries historiques chez Glénat pendant les années 80 et 90, mais elles se sont toujours prématurément interrompues à cause d'un certain manque de succès. Il a ensuite dessiné des histoires isolées avec une réussite variable, souvent sur des scénarios de son épouse Nelly Moriquand. Certains se souviendront peut-être qu'il a été interviewé il y a quelques années par Auracan lors de la sortie du Bal des chimères, album qui est peut-être son meilleur jusqu'à ce jour. Il a aussi un site Web qui permet de mieux découvrir l'ensemble de sa carrière (cest ICI) .

Il vient de sortir un bel album de BD historique chez Glénat. Cela s'intitule le Mystère de la Tour Eiffel.



C'est un récit bien équilibré qui montre d'une part les difficultés de construction de la Tour Eiffel (ça c'est de l'histoire  Very Happy  ) et qui raconte d'autre part une intrigue policière relativement crédible. Des anarchistes du XIXème siècle décident de détruire ce monument symbolique du capitalisme triomphant et le héros de l'histoire (qui se nomme Tonin) participe à la construction du monument tout en étant impliqué malgré lui dans ce complot. Le scénariste Armand Guérin avait déjà écrit le récit des Flammes de l'Archange (autre polar historique dessiné par Lacaf et situé au Mont-Saint-Michel) et il fait preuve dans cette nouvelle histoire d'un excellent savoir-faire.

L'autre intérêt de l'album provient du travail graphique de Lacaf qui s'applique à restituer les paysages et l'ambiance de Paris au XIXème siècle. Le héros se promène bien sûr à Montmartre et de nombreux personnages historiques (Toulouse-Lautrec, Aristide Bruant, Van Gogh, Eric Satie) font des apparitions brèves ou répétitives.



Petite cerise sur le gâteau, cet album semble faire réapparaître les personnages d'une des premières séries de Fabien Lacaf, qui s'appelait Pêcheurs d'Etoiles. Ce n'est pas précisé de façon explicite mais on revoit les silhouettes de Tonin, Léa et Barthélémy (leur nom n'est cependant pas clairement mentionné) de même que l'inspecteur Maréchal qui, tel le commissaire Javert, traque sans répit l'innocent (ou presque) Tonin. La fin du quatrième tome des Pêcheurs d'Etoiles laissait Tonin enchaîné et en partance pour Cayenne (en 1996). L'album actuel le montre en pleine forme en 1906, visitant Paris en compagnie de Léa et de son fils. Ce "deuxième niveau" de lecture m'a évidemment ravi.  Wink



Signalons encore que malgré son format standart, cet album fait 94 pages et cela donne au récit une bonne longueur et une belle densité. Hommage donc à l'éditeur Glénat qui, pour une fois, a su adapter la dimension de l'album à celle du récit.

Au final, ce n'est certes pas un des "indispensables" de la rentrée, mais plutôt une bonne lecture pour tout ceux qui aiment la BD historique. Je vous le recommande.  pouce



Dernière édition par Raymond le Dim 13 Déc - 11:58, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

32 Re: Je viens de lire le Dim 31 Oct - 18:24

Invité


Invité
Effectivement, ce dessinateur semble assez doué graphiquement, même si je m'interroge quelque peu sur la façon qui est la sienne de nous présenter des personnages identiques en matière de morphologie corporelle. icon_surprised

33 Re: Je viens de lire le Dim 31 Oct - 19:29

Raymond

Raymond
Admin
Les personnages sont proches de la caricature, il est vrai, mais leurs traits sont constants. Qu'est-ce qui te surprend dans le dessin ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

34 Re: Je viens de lire le Dim 31 Oct - 20:17

Invité


Invité
On a l'impression que les personnages (hommes ou femmes) ont tous le même gabarit. Wink

Au moins, ils n'ont pas de problème de surcharge pondérale !! Smile

35 Re: Je viens de lire le Dim 21 Nov - 17:11

Raymond

Raymond
Admin
On croit souvent que la BD aux USA est empêtrée dans les histoires de super-héros et qu'il ne s'y passe pas grand chose d'intéressant. Tous les 10 à 15 ans, cependant, ce grand pays nous envoie un chef d'oeuvre incontestable et révolutionnaire, une oeuvre d'allure inédite, un véritable missile qui bouscule notre manière d'envisager le 9ème Art. C'est ainsi que l'on a découvert Dark Knight pendant les années 80, puis Maus la décennie suivante, et enfin Jimmy Corrigan au début des années 2000. Je pense que la bombe des années 2010 est déjà lancée et qu'il s'agit tout simplement d'Asterios Polyp.



Faut-il vous présenter ici David Mazzucchelli, qui était autrefois (dans les années 80) le dessinateur délicatement "mainstream" de Batman Year One (un petit chef d'oeuvre sur scénario de Frank Miller), avant de devenir le créateur austère et farouchement indépendant de Big Man ou de la Géométrie de l'Obsession, puis le graphiste scrupuleux qui adapte avec habileté Cité de Verre (un roman plus ou moins connu de Paul Auster). Ce créateur hors norme s'était retiré du monde de la BD depuis une quinzaine d'années et ses admirateurs se demandaient ce qu'il avait bien pu devenir. J'avais lu qu'il se consacrait à l'enseignement, mais en fait, il n'avait pas oublié le 9ème art. Il a au contraire longuement préparé sa nouvelle oeuvre qui devait être un coup de tonnerre. Ce livre est finalement sorti il y a un an aux Etats Unis, et voilà qu'il arrive maintenant chez nous. On en parle bien sûr un peu partout, en particulier dans le monde des blogs. C'est donc une BD que je ne pouvais pas manquer.  Wink

Asterios Polyp, c'est un récit intimiste et satyrique que j'aurais bien vu filmé par Woody Allen. Il raconte la rencontre d'un homme et d'une femme que tout sépare, que ce soient l'éducation, les croyances, le tempérament ou le caratère. "Lui" est intellectuel, analytique, égoiste, dominateur, raisonneur et peu émotif. "Elle" est charnelle, sensible, timide, intuitive et sensible. On pourrait dire que chacun des deux incarne une forme différente de l'intelligence, celle que l'on attribue ainsi au cerveau gauche (l'analyse, le langage, le calcul) ou alors au cerveau droit (la musique, la communication, l'esthétique). La grande trouvaille de Mazzucchelli, c'est d'avoir choisi d'illustrer leurs différences d'une manière graphique.



Mais qui est donc Asterios Polyp ? C'est le nom d'un architecte qui est devenu professeur dans l'état de New York. Il n'a jamais construit le moindre bâtiment mais il a gagné des concours et écrit des livres qui lui ont apporté une certaine réputation. C'est avant tout un intellectuel et un théoricien de l'architecture. Détail amusant, les longs développement réthoriques d'Asterios Polyp représentent en fait une excellente analyse de la BD de Mazzucchelli.  Wink



Et oui ! Le graphisme du livre balance entre deux tendances, celle du "linéaire" et celle du plastique". Le froid Asterios Polyp est ainsi dessiné "par des lignes" et son univers est toujours de couleur bleue. La douce et timide Hana est dominée par la couleur rose, et sa silhouette est représentée par d'épaisses trames qui accentuent l'épaisseur de la chair. Séparés l'un de l'autre, Asterios et Hana évoluent dans un monde monocolore mais, lorsqu'ils sont à nouveau réunis, le dessin mélange avec harmonie le bleu et le rose, de même que la ligne et la matière. Tout au plus remarque t-on parfois la couleur bleue du visage d'Hana, qui écoute de façon passive le discours d'Asterios. La couleur raconte, elle aussi.  Cool



Voilà ! Vous avez compris l'essence de cette oeuvre qui est racontée d'une part par le texte (et le discours d'Asterios), mais aussi par la couleur et la forme du dessin (et les sensations d'Hana). Par moment, cette dernière se fâche et elle retrouve alors sa substance originelle.



Mais elle aime Asterios et finit pas se calmer, en reprenant une attitude soumise. Sa silhouette retrouve alors une "ligne" simple et les couleurs sont à nouveau mêlées.



Il existe une troisième gamme de couleur qui domine certaines pages. Elle mélange le violet et le jaune et symbolise le présent. Asterios et Hana se sont séparés, et la vie de l'architecte s'effondre lorsque son appartement est détruit par un incendie. Il quitte alors son monde habituel et part à l'aventure, et à la recherche de lui-même. Cette quête est la trame principale du récit, mais elle est interrompue par de multiples "flashs back" qui nous montrent la rencontre, la vie à deux puis la séparation d'Asterios et Hana.



A la fin de son voyage, Asterios retrouve son épouse et une réconciliation apparait. La page se remplit d'une palette colorée plus large et équilibrée, qui intègre des teintes vertes et jaunes auparavant absentes. Ils ont acquis plus d'expérience.  Wink



En première lecture, cet ouvrage produit une impression curieuse. "Tout ça pour ça", pourrait-on dire, mais à la relecture, on se délecte à découvrir le sens caché du dessin, des couleurs ou de la typographie. Dans ce livre plus que dans tout autre BD, le dessin raconte quelque chose et il en résulte un plaisir neuf, une jubilation délicate et aussi l'impression qu'une nouvelle porte s'est ouverte. C'est une histoire d'amour, mais aussi un récit moraliste et enfin une nouvelle forme de BD adulte, destinée aux adultes.

Peut-être que cela vous paraitra bien intellectuel, mais c'est en fait un livre tout simple, à l'humour délicat, et dont la conclusion semble presque optimiste. C'est à la fois un regard pertinent sur notre monde et un manifeste qui renouvelle le 9e art. J'espère que les amateurs avertis ne le manqueront pas.  Wink



Dernière édition par Raymond le Dim 13 Déc - 12:06, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

36 Re: Je viens de lire le Jeu 2 Déc - 20:58

Invité


Invité
Raymond, voilà une nouvelle qui ne pourra que t'agréer. Wink



http://www.graphivore.be/le-grand-prix-de-la-critique-2011-de-l-acbd-news-3758.html

37 Re: Je viens de lire le Dim 6 Fév - 20:24

Raymond

Raymond
Admin
Je n'ai pas résisté à l'envie d'acheter, cet album, lorsque je l'ai découvert en rayon. C'est le tome 1 d'une série conçue par Yann et Leturgie et elle s'intitule Spirou Dreamteam.



Cette BD parait dans le journal Spirou, et elle raconte les malheurs de la l'équipe de rédaction  du journal éponyme, publié par les éditions Darpuis-Longkanard. La "dreamteam" se compose de Frédéric Niffle, le rédacteur en chef, et de son équipe où l'on retrouve Alain De Kuysche, Hugues Dayez ainsi que Yann et Simon Leturgie eux-mêmes. Cela se passe dans un monde animalier et l'album se présente comme une suite de gags qui ciblent la guerre des chefs et l'esprit mercantile des éditeurs. Il y a trouve de mutilples allusions aux univers Dupuis, Dargaud ou Lombard mais elles ne sont pas toujours compréhensibles aux non-initiés. On découvre de temps en temps de savoureuses évocations graphiques, et cette image ci-dessous amusera les tintinophiles (le cochon qui saute est Alain de Kuysche).  Very Happy



Tous les gags ne sont malheureusement pas aussi évidents. On retrouve l'esprit des "Hauts de page", bien sûr, mais il faut faire des efforts pour percer le sens de certaines plaisanteries. Certaines planches deviennent presque délirantes et le rire ne revient que lorsque la caricature vise un dessinateur connu. J'aime bien ce gag qui concerne Gos et Peyo.



Au total, l'impression est mitigée. C'est un humour d'autodérision (les rédacteurs se caricaturent eux mêmes) et ce n'est pas une chose facile à faire partager aux lecteurs. Ce n'est pas totalement réussi mais ce n'est pas négligeable non plus. Yann essaie de retrouver l'humour vache de ses débuts et il y parvient par moments. Les nostalgiques du tandem Yann-Conrad seront donc probablement intéressés par la lecture de cet ersatz



Dernière édition par Raymond le Dim 13 Déc - 12:09, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

38 Re: Je viens de lire le Dim 13 Fév - 14:59

Raymond

Raymond
Admin
La bonne surprise du week-end, c'est sans aucun doute Mes années bêtes et méchantes, un récit autobiographique de Daniel Fuchs mis en BD par Joub et Micoby.




Dans un salon de BD en pleine province, deux jeunes collectionneurs découvrent un stand rempli de journaux Hara-Kiri et d'albums des vieilles éditions du Square. Le vendeur se nomme Daniel Fuchs et, après qu'on lui ait offert quelques verres de rouge, ce dernier commence à raconter son passé de comptable (d'un point de vue officiel) et de manutentionnaire (dans la réalité) pour l'équipe d'Hara Kiri.





Traditionnellement, ce genre de récit n'est pas publié en bande dessinée, mais la BD est au fond aussi apte que la littérature à faire revivre les événements du passé. Par ailleurs, les publications de l'équipe regroupée autour du tandem Cavana-Bernier ont toujours gardé un lien privilégié avec l'image. Le choix d'une BD pour raconter cette histoire apparait ainsi tout naturel.

Dans la mémoire de Daniel Fuchs, la grande vedette de l'équipe était indiscutablement le Professeur Choron. Considéré comme le principal artisan du succès tout autant que de la chute des éditions du Square, ce personnage exubérant et anarchiste était le responsable administratif de l'entreprise. De fait, les écrivains (comme Cavanna) et les dessinateurs (Reiser ou Wolinski) n'apparaissent qu'à l'arrière plan de cette histoire. Ils étaient bien sûr les vedettes de l'entreprise mais derrière eux s'organisait (si l'on peut employer ce mot) tout un petit monde de comptables, de vendeurs et de manutentionnaires qui était dominé par Georges Bernier. Mes années bêtes et méchantes raconte ainsi le quotidien des comparses qui n'ont pas acquis la célébrité, bien qu'ils aient participé à l'aventure de Hara Kiri.

L'intérêt principal du récit repose en fait sur les multiples anecdotes qui révèlent comment la façade séductrice du professeur Choron cachait un véritable tempérament d'escroc. Tout cela est raconté avec humour et on a de la peine à imaginer jusqu'à quel point ce dernier pouvait faire preuve de culot. Voici par exemple comment il procède pour ne pas payer un imprimeur italien qui vient pour la dixième fois réclamer le règlement de sa facture.  Smile




Cette page me parait exemplaire et vous révèle combien cette histoire est joyeusement cynique, incroyablement malhonnête et follement drôle. C'était par ailleurs la réalité quotidienne des journaux Hara Kiri et Charlie Hebdo et on y retrouve des vedettes qui se montrent dignes de leur légende. La mise en BD de cette histoire est efficace, et elle intègre avantageusement des photographies et des documents de l'époque. Même si je n'étais un amateur d'Hara Kiri dans les années 70, j'ai adoré ce livre qui respire l'intelligence et je vous le recommande sans réserve.  Very Happy



Dernière édition par Raymond le Dim 13 Déc - 12:11, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

39 Re: Je viens de lire le Jeu 17 Fév - 15:46

Totoche Tannenen

Totoche Tannenen
grand maître
grand maître
Nicoby. gourdin
Je vais suivre ton conseil.

http://planbd.blogspot.com

40 Re: Je viens de lire le Jeu 17 Fév - 15:58

Totoche Tannenen

Totoche Tannenen
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:

Au total, l'impression est mitigée. C'est un humour d'autodérision (les rédacteurs se caricaturent eux mêmes) et ce n'est pas une chose facile à faire partager aux lecteurs. Ce n'est pas totalement réussi mais ce n'est pas négligeable non plus. Yann essaie de retrouver l'humour vache de ses débuts et il y parvient par moments. Les nostalgiques du tandem Yann-Conrad seront donc probablement intéressés par la lecture de cet ersatz

Bien que nostalgique de cette époque dorée, les quelques pages que j'ai pu lire dans Spirou ne m'ont pas malheureusement vraiment pas emballé. Crying or Very sad . Je crains d'autant plus la compilation en album.
Rien de pire pour un vieux con nostalgique que d'abimer ses souvenirs : je passe et tant pis pour moi ! Crying or Very sad

http://planbd.blogspot.com

41 Re: Je viens de lire le Jeu 17 Fév - 16:04

Totoche Tannenen

Totoche Tannenen
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:
Peut-être que cela vous paraitra bien intellectuel, mais c'est en fait un livre tout simple, à l'humour délicat, et dont la conclusion semble presque optimiste. C'est à la fois un regard pertinent sur notre monde et un manifeste qui renouvelle le 9e art. J'espère que les amateurs avertis ne le manqueront pas. Wink

Intellectuel ? peut-être. Intelligent : assurément. Et puis "intellectuel" ne veut pas dire "chiant".
Alors qu'il m'arrive de lire des 44cc en plusieurs fois, j'ai dévoré ce brillant et passionnant "pavé" lu d'une traite. Suivez les conseils de Raymond !

http://planbd.blogspot.com

42 Re: Je viens de lire le Jeu 17 Fév - 18:17

Raymond

Raymond
Admin
Je ne pense pas que cet album abimerait un souvenir. Il y a des gags très drôles dans Spirou Dreamteam, mais il y a aussi quelques pages dont je n'arrive pas à capter l'humour. deso


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

43 Re: Je viens de lire le Jeu 17 Fév - 18:48

Lion de Lisbonne

Lion de Lisbonne
grand maître
grand maître
Je n'ais pas eu beaucoup de temps pour lire ces derniers semaines, mais j'ai trouvé, acheté, et lu, deux albums de Ian Kaledine Smile :

2. Le secret de la taïga, et 3. La mémoire du fond de l’œil

Malgré que ce ne sont pas des chefs d’œuvre, je les ais trouvés agréables à lire.

44 Re: Je viens de lire le Jeu 17 Fév - 21:01

Totoche Tannenen

Totoche Tannenen
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Je ne pense pas que cet album abimerait un souvenir. Il y a des gags très drôles dans Spirou Dreamteam, mais il y a aussi quelques pages dont je n'arrive pas à capter l'humour. deso

Bon, on verra...

http://planbd.blogspot.com

45 Re: Je viens de lire le Jeu 17 Mar - 0:37

Raymond

Raymond
Admin
N'avez-vous pas envie parfois de lire autre chose ? N'avez-vous jamais éprouvé le sentiment que les BD sont un peu trop prévisibles ? Il y a beaucoup de choix, certes, grâce à la surproduction actuelle, mais les genres restent bien définis. Il y a ainsi le style classique pour raconter des aventures standards, le genre gros nez pour reprendre les même vieux gags, le dessin animalier qui est toujours rond et mignon, l'éternel heroic fantasy avec ses trolls et ses monstres un peu convenus, le polar qui imite les films que l'on peut voir à la TV, et enfin le genre "auteur", bien encré dans le quotidien et l'autobiographique, permettant au dessinateur de parler de lui même ou de réaliser un reportage. Tout cela est souvent fort beau, et fréquemment fort bien fait, mais il y manque un peu d'imprévu.

Deux ou trois fois par an, cependant, il apparait un livre qui sort de la norme, et que l'on ne sait pas comment classer. C'est entre autres le cas de de cette curieuse BD animalière intitulée les Légendes de la Garde.




Les Légendes de la Garde se déroulent dans un monde de petites souris qui doivent se battre pour survivre dans la nature contre leurs prédateurs naturels (chouettes, serpents ou furets), Pour mieux y parvenir, une "garde" composée de guerriers armés et spécialement entraînés surveille les refuges (ou petites cités) des animaux, et patrouille sans relâche à travers les champs ou la forêt pour dépister les déplacements de leurs ennemis. L'histoire commence ainsi avec l'excursion d'une patrouille qui est composée de trois des meilleurs soldats de la garde.



Ces trois souris vont découvrir un terrible complot monté contre la ville de Barkstone, et cette aventure (en deux tomes) nous raconte comment ils vont parvenir à mettre leurs ennemis en échec. Ce scénario semble à priori assez classique et vous allez bien sûr me demander si ce curieux mélange de BD animalière et d'heroic fantasy représente une véritable innovation ?

Et bien oui, c'est une BD totalement originale, qui mélange le genre épique et l'histoire animalière. Elle n'imite aucune oeuvre qui me soit connue et elle capte très vite l'attention grâce à ses images bucoliques et charmantes (remarquons au passage un admirable travail sur les couleurs). Et puis, le lecteur ne peut qu'être surpris par l'étrange sérieux avec lequel l'auteur raconte cette histoire, par ailleurs dramatique. Les combats sont en effet féroces et les adversaires se battent souvent à mort. Les soldats de la garde évoluent dans une ambiance de danger permanent, mais ils ne craignent rien et restent fidèles jusqu'au bout. Cette oeuvre fait donc l'éloge de leur héroisme.




S'il fallait trouver une autre création du même genre, je mentionnerai volontiers Tolkien, même si les récits de ce dernier sont très éloignés du style animalier. Il y a en effet dans les "légendes" un monde imaginaire qui est puissamment construit et longuement médité, jusque dans les moindres détails. Il y a aussi un ton épique et des aventures racontées d'une façon inhabituellement "sérieuse". Ces souris ressemblent au fond à celles qui vivent dans nos villes et nos campagnes, mais leur aventure est plutôt anachronique et David Petersen réussit magnifiquement à donner une apparence de vraisemblance à un univers qui est totalement fantaisiste.

On peut bien sûr chipoter sur quelques détails, comme par exemple une difficulté à identifier des personnages qui ont tendance à se ressembler, mais c'est un détail mineur. Les Légendes de la Garde est d'abord une oeuvre étonnante et originale, qui emporte le lecteur dans un monde imaginaire fascinant. Parue à l'origine dans une série de comic books, cette oeuvre trouve grâce au graphic novel le format idéal qui souligne toutes ses qualités.



Dernière édition par Raymond le Dim 13 Déc - 12:14, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

46 Re: Je viens de lire le Dim 19 Juin - 19:17

Raymond

Raymond
Admin
Pas de lecture enthousiasmante cette semaine, il faut bien l'avouer. Il n'y avait rien qui m'attirait spécialement dans les rayons de la FNAC, et j'ai acheté "pour voir" les deux tomes de Grand Prix, la dernière série publiée par Marvano.



L'intérêt de Grand Prix, c'est de faire revivre avec un grand luxe de détails l'âge héroïque de la course automobile. C'était à l'époque de l'entre-deux guerres et les héros de l'époque se nommaient Nuvolari, Caracciola ou Rosemeyer. La course automobile était véritablement dangereuse et Marvano raconte cette épopée d'une manière presque documentaire. Le récit est d'ailleurs tellement près de la réalité qu'il m'a fallu creuser un peu le sujet pour réaliser qu'un des personnages (un pilote nommé Toliver) était tout de même fictif.



Heureusement, Marvano ne se contente pas de reconstituer les courses automobiles. Il s'attarde longuement sur le contexte historique et politique qui les entoure, et révèle à quel point les pilotes des Mercedes étaient encadrés par le régime nazi. On découvre ainsi le caractère rebelle de Caracciola et Rosemeyer qui, bien qu'allemands, n'hésitaient pas à brocarder leurs dirigeants.



Grand Prix n'est certes pas l'album de l'année, mais cette BD très classique est soigneusement construite et se révèle agréable à lire. Un troisième doit encore paraître l'année prochaine et je l'attends avec intérêt.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

47 Re: Je viens de lire le Dim 19 Juin - 19:25

Raymond

Raymond
Admin
Signalons encore qu'ActuaBD a sorti quelques articles sur cette série. C'est d'ailleurs cela qui m'a donné l'idée d'acheter les albums. Wink

Voici par exemple une présentation de Marvano à l'occasion de la sortie du tome 2, qui est intitulé Rosemeyer.

http://www.actuabd.com/Marvano-le-Alan-Moore-flamand

Et un article assez semblable qui donne une bonne idée de Grand Prix.

http://www.actuabd.com/Marvano-retrace-la-periode-noire


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

48 Re: Je viens de lire le Dim 26 Juin - 20:32

Raymond

Raymond
Admin
Je viens de lire le Viandier de Polpette. Voilà un livre qui est vraiment savoureux !



Vous savez déjà que ce livre figure dans la fameuse liste des "20 indispensables" de l'été et, après lecture, je découvre que cette place n'est vraiment pas usurpée. A une époque ou les rayons des librairie débordent de nouveautés qui se révèlent (à la lecture) être de pâles imitations de mornes thrillers ou de sinistres polars, voici qu'apparait une sorte d'OVNI, ou plutôt un album qui n'imite aucune oeuvre qui soit connue. Il propose une charmante historiette qui se déroule dans un univers imaginaire, que l'on pourrait appeler le "pays du Coq Vert", un monde en fait assez comparable à l'Europe du XIXème siècle. Le Coq Vert est un ancien château transformé en auberge après l'arrivée de Polpette, un ancien soldat qui est devenu cuisinier. Il prépare des plats savoureux dont la recette est présentée en détail par le scénariste et on se croit (parfois) à nouveau dans un livre de recettes (cela rappelle le dernier album de Christophe Blain). En fait, cette auberge est surtout un lieu paradisiaque où l'on peut rêver de vivre et le scénario évolue sur un rythme faussement paresseux. Il nous fait ainsi progressivement découvrir tous les habitants du château.



Il y a bien sûr une intrigue, et même une toute petite aventure, mais le charme principal du livre est plutôt lié à la découverte du Coq Vert et de ses habitants. Les lieux sont décrits avec une grande précision et les personnages sont à la fois bien typés et sympathiques. La bonne idée de Julien Neel (et de son scénariste) est en fait de s'attarder sur les détails, pour mieux donner de la vie à ce monde irréel. Les anecdotes se succèdent, de même que les recettes de cuisine, et c'est apparemment sans importance, mais tout cela construit un univers.



En lisant cette histoire, je me suis mis à penser à certains grands classiques, et en particulier à Peyo qui savait présenter avec la même précision un monde totalement fantaisiste. Le dessin de Julien Neel est certes bien différent de celui du créateur des Schtroumpfs, mais il prête la même attention aux détails quotidiens, et il arrive ainsi à nous embarquer dans son propre monde.

Ajoutons encore que cet album (intitulé L'aïl des ours) n'est que le premier d'une série de trois, et je me demande déjà comment tout cela va se poursuivre. En tout cas, le Viandier de Polpette est d'or et déjà l'une de mes belles découvertes de l'année.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

49 Re: Je viens de lire le Dim 26 Juin - 22:24

Patrick Essa


alixophile
alixophile
Je viens de lire les enfants du bunker...et il me parait être le meilleur album de la "sphère Martin"depuis vingt ans. La très grande classe.

http://www.dégustateurs.com

50 Re: Je viens de lire le Dim 26 Juin - 22:51

Raymond

Raymond
Admin
Tiens ! Pourquoi pas ? On peut bien sûr parler de Lefranc dans ce sujet. Very Happy

Sinon, en comparant les derniers Lefranc, j'ai amplement préféré Noël Noir aux autres, mais ce n'est qu'un goût personnel. J'admets cependant que les Enfants du Bunker est un récit assez bien "troussé".


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 2 sur 10]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum