Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Je viens de lire

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas  Message [Page 9 sur 10]

201 Re: Je viens de lire le Lun 1 Aoû - 12:19

Raymond

avatar
Admin
Merci de ce commentaire ! J'espère qu'il permettra de convaincre d'autres bédéphiles. pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

202 Re: Je viens de lire le Jeu 18 Aoû - 10:52

Raymond

avatar
Admin
Raymond a écrit:Faut-il ouvrir un sujet dédié à Martin Veyron, qui remporta autrefois le Grand Prix d'Angoulême. J'ai longtemps hésité. En fait, je ne le vois pas comme un auteur important, même si ses marivaudages en bandes dessinées sont assez plaisants à lire. Et puis, on parle peu de lui, dans notre forum, mais ce n'est au fond que le signe d'un tempérament discret.

Après réflexion, je me contenterai pour l'instant de chroniquer ici son dernier album. Il s'intitule "Ce qu'il faut de terre à l'homme", et on verra si certains d'entre vous ont envie d'en discuter.   Wink



Ce livre marque en tout cas un véritable tournant dans la carrière de Martin Veyron. Ce dessinateur se distinguait jusqu'ici par sa légèreté insouciante, et il nous divertissait (parfois brillamment) avec ses chroniques provoquantes et immorales de notre monde contemporain. Pour la première fois, cependant, il crée une BD aux préoccupations très morales. On peut même déceler certaines intentions politiques dans ce curieux conte russe qui dénonce l'avidité moderne et le capitalisme, et qui s'inspire d'une nouvelle de Tolstoï.

 

"Ce qu'il faut de terre à l'homme", c'est probablement la quantité qui lui est nécessaire pour trouver le bonheur. Dans ce conte russe, un paysan vit effectivement sans souci sur un minuscule lopin de terre. Il se comporte ainsi de façon fort sage, jusqu'au jour où, sur conseil de son beau-frère, il décide d'investir afin de gagner plus, et de devenir riche.

Aveuglé par l'avidité, le paysan va se mettre à dos tous ses voisins, puis se lancer dans des entreprises hasardeuses ... mais je n'en dirai pas plus. La conclusion de cette nouvelle est plutôt surprenante, mais on y retrouve au fond cette férocité joyeuse que Martin Veyron a souvent déployé dans son oeuvre.



Avec cette histoire élégante et morale, dessinée d'un trait souple et narquois, Martin Veyron revient sur le devant de la scène et nous livre (probablement) une des toutes bonnes BD de l'année 2016. Il faudra d'ailleurs que je révise mon opinion au sujet de son oeuvre, dont l'ironie et l'hédonisme ont longtemps masqué certaines intentions plus philosophiques, et une morale très classique.

Voilà en tout cas un des album à lire cette année.  Cool

Actua BD rattrape le retard !   Wink


http://www.actuabd.com/Ce-qu-il-faut-de-terre-a-l-homme-Par-M-Veyron-Dargaud


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

203 Re: Je viens de lire le Mer 19 Oct - 13:15

Raymond

avatar
Admin
Quand on lit beaucoup, on n'a pas vraiment le temps de commenter tout ce qui sort. Je vais donc faire court pour parler de "Monsieur désire", un récit historico-psychologique de Hubert, dessiné par Virginie Augustin.



Les relations entre un maître et sa servante, souvent teintées d'érotisme, ont déjà fait l'objet de multiples films (du style "le Roi et moi") ou romans (genre "la Maîtresse servante"). On pouvait donc légitimement se demander ce qu'une BD allait apporter à ce genre de récit. Et bien la réponse est tout simplement ... le style !

"Monsieur désire" est en fait une BD toute simple et intelligemment conçue. Le fondement de l'intrigue ne repose pas sur l'érotisme, mais plutôt sur l'affrontement de deux systèmes de valeurs. Le maître est un noceur (ou plutôt un hédoniste) pour qui le plaisir prime sur la morale, tandis que la servante est une femme peu attirante, honnête et conformiste, qui a trouvé un jour le courage de faire face à son patron. Ce dernier (ou plutôt "Monsieur") a pris en estime cette simple bonne peu favorisée par la nature, et le scénario raconte leurs confrontations quotidiennes. Il narre également les réactions des autres domestiques, jaloux de ce scandaleux favoritisme.

Par ailleurs, l'intrigue se situe au temps de l'Angleterre victorienne. Cette société rigide va bien sûr influencer les relations des protagonistes, et elle permet aussi aux auteurs d'imager une période importante de notre histoire. Remarquons au passage que ce livre contient en plus une postface didactique, qui permet d'expliquer aux lecteurs les coutumes, la grandeur et les misères de cette civilisation impitoyable.

Notons enfin que le dessin de Virginie Augustin est simple, élégant et dénué de toute esbroufe. Le dessinatrice se met au service de son sujet et le résultat se distingue par un mélange de modestie et d'efficacité. C'est presque une leçon de style.

Tout cela donne un beau récit, bien dessiné, et publié dans un bel écrin (la maquette du livre est splendide). Ce n'est bien sûr pas la bande dessinée de l'année, mais un livre bien fait qui démontre la bonne qualité des nombreuses publications actuelles.  Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

205 Re: Je viens de lire le Ven 21 Oct - 17:41

eleanore-clo

avatar
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Bonjour

J'ai lu Monsieur désire qui mérite effectivement qu'on s'y attarde.

Le thème de l'amour (rédempteur ?) entre un maitre et sa servante est très classique. On pense à Jane Eyre de Charlotte Brontë, ou encore à la Mélodie du bonheur, le film de Robert Wise. Il est ici exploré sous un angle différent, oserais-je dire quasi-religieux, puisque Lisbeth, la servante, telle le Christ, va, par son sacrifice, "sauver" Édouard, son maître, le pécheur.
La description de la société victorienne est âpre et digne de Dickens. La détresse des plus pauvres et l'hypocrisie des nobles sont dénoncés avec une violence incroyable, très crue. La critique sociale est véhémente et va bien au-delà de l'opposition de classe entre Lisbeth et Édouard.
Dickens est présent dans le scénario, bien sûr, mais aussi Oscar Wilde car il est facile de rapprocher la vie et les croyances d’Édouard et celles du grand écrivain irlandais.
Une autre référence littéraire, en creux, est la Belle et la bête. Édouard est beau et cache une soif d'amour sous son comportement immoral/amoral. La beauté de Lisbeth est quelconque mais son âme est pure et forte, au point qu'elle sera capable de changer Édouard.
On peut enfin voir dans Monsieur désire une nouvelle version des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, avec une fin différente, dans laquelle Lisbeth/Mme de Tourvel sauverait Edouard/Valmont
A contrario de certaines critiques, je trouve le livre bien peu féministe. Les choix pour les femmes sont ainsi très restreints : "oies blanches", "putains", "objets sexuels", "saintes" ou "mères" ! Am stram gram pic et pic et colégram bour et bour et ratatam am stram gram pic dam. Par ailleurs, l'idée que les femmes doivent se sacrifier pour les (leurs) hommes est certes victorienne, mais le destin choisi pour Lisbeth par le scénariste semble démontrer qu'Hubert adhère inconsciemment au concept. Sad
Je regrette l'ultime pirouette sur l'Amérique, très artificielle. On se croirait presque à la toute fin du Seigneur des Anneaux où les elfes embarquent aux Havres Gris pour trouver la paix par delà l'océan.

Le dessin est simple, dépouillé, pour que le lecteur soit tout entier focalisé sur les visages, sur les êtres et leur souffrance intérieur.

En résumé, une BD très riche qui permet aux lectrices (lecteurs) de se replonger dans l’Angleterre du XIXème siècle.

Bon week-end
Eléanore-clo

206 Re: Je viens de lire le Dim 23 Oct - 12:16

Raymond

avatar
Admin
Merci de cette analyse qui affine (et confirme) mes premières impressions sur ce beau livre.

Dickens est bien sûr le témoin incontournable de l'Angleterre victorienne, mais je n'avais pas pensé à ses romans devant cette histoire qui évoque surtout la haute société anglaise.

Sinon, "Monsieur" est en effet un nouveau Dorian Gray (bonne idée ... Oscar Wilde) qui a complètement épuisé toutes les sources de plaisir, et qui s'intéresse d'une façon ambiguë à la vie toute simple de sa femme de ménage.

On peut en effet aussi évoquer un roman de Choderlos de Laclos, dont la conclusion serait néanmoins optimiste. Les références littéraires ne manquent pas ! Very Happy

Et merci encore pour le cadeau imprévu ! pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

207 Re: Je viens de lire le Dim 1 Jan - 17:32

Raymond

avatar
Admin
On est en train de discuter des meilleurs albums en 2016 et ...  voilà que j'ai déjà lu une des plus belles nouveautés de 2017. C'est un titre que j'ai découvert grâce à une critique élogieuse de BD Zoom, et qui s'intitule "Le jour où le bus est reparti sans elle".  Cet album est dessiné par Marko, scénarisé par Beka, et publié par les éditions Bamboo.



C'est une merveilleuse surprise. Elle raconte la mini-aventure d'une jeune femme peu sûre d'elle même, qui tente de progresser en s'intéressant à la spiritualité. Clémentine (c'est son nom) essaie de se discipliner, mais elle est invariablement rattrapée par les contraintes du quotidien, et se sent "nulle".



Pour couronner ce sentiment d'échec, le bus qui l'emmenait faire un séminaire "réservé aux initiés" l'oublie en pleine campagne. Elle est recueillie par le gérant d'une épicerie, amateur de contes zen, qui va lui faire découvrir l'existence sous un autre jour. Tout cela est raconté avec une légèreté réjouissante, qui n'hésite pas à faire appel à l'humour.



Qu'est-ce que cela signifie, "se sentir bien dans sa peau ? Il n'est pas vraiment nécessaire de suivre des "séminaires de bien être"pour le découvrir, et Clémentine va faire un apprentissage accéléré chez ses nouveaux amis. Le lecteur découvre en même temps qu'elle une suite de proverbes et de contes zen qui enseignent à regarder le monde tel qu'il est, et à faire face au "ici et maintenant". Cette suite de contes pétille d'intelligence et de malice, et le lecteur conclut que Clémentine a eu au fond bien de la chance, d'avoir été "oubliée par ce bus".



C'est donc une belle histoire, plutôt réaliste (même si c'est quand même une sorte de conte de fée  Wink ) et pleine d'ironie pour notre monde moderne. Elle laisse après sa lecture un sentiment de bonheur chez le lecteur, tout étonné de ce qui vient de se passer, et ce genre de livre est trop rare pour ne pas être signalé.

J'ai adoré !

Et je vous le recommande. N'ayez pas peur de l'intelligence !  Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

209 Re: Je viens de lire le Dim 5 Mar - 18:12

Raymond

avatar
Admin
Souvent, je me demande s'il vaut la peine de parler de certaines lectures ? Que ce soit bien, pas bien, moyen, insignifiant ou exécrable, qu'est-ce qui me donne au fond l'envie d'en faire un post ? Cela tient souvent à des petits détails triviaux, comme le temps dont je dispose, la forme du moment, l'excellence du livre ... et j'en passe.  Wink

Je me pose cette question car je viens de terminer Idéal standard, la dernière BD d'Aude Picault. Je n'oserai en tout cas pas vous dire que c'est un livre important mais ... c'est une bonne lecture. Et puis Aude Picault est une auteure qui commence à compter ... alors parlons-en !



Cela raconte l'histoire d'une femme d'aujourd'hui, dans la trentaine, qui cherche l'âme sœur, et qui le fait en couchant rapidement avec tous les homme qu'elle rencontre. Ces rencontres sont le plus souvent décevantes, mais elle insiste et finit tout de même par rencontrer un partenaire qui est mûr pour une relation de longue durée.



Elle se lance donc dans la vie de couple, mais elle découvre peu à peu les tensions de la vie tous les jours, et les petites déceptions de l'intimité. Cet homme qui partage sa vie a finalement bien des défauts. Est-ce que cela en vaut la peine ? Et que va t-elle choisir ?



Cette histoire, qui pourrait être potentiellement graveleuse, est heureusement illustrée par des croquis simples mais expressifs. Le choix d'un tel style graphique permet à la BD d'éviter la vulgarité aussi bien que la pudibonderie. Tout est dit et montré, mais avec une certaine légèreté, et Aude Picault parvient ainsi à trouver un ton vraiment adulte.



Ce genre de livre se lit assez vite, mais ce n'est finalement pas gênant. L'essentiel est dit et montré, et la dessinatrice ne cherche pas vraiment à délivrer un message. Elle s'intéresse plutôt à la complexité des rapports amoureux, et aux pièges qui se cachent derrière la liberté sexuelle d'aujourd'hui. Y aurait-il par exemple une misère cachée derrière l'abondance de relations et l'autonomie complète de la femme ? Chacun aura sa propre réponse.

C'est un bon livre, donc, dont les a priori sont sympathiques, et qui est un assez bon révélateur de la société française d'aujourd'hui. Je l'ai lu avec intérêt, mais peut être que je l'oublierai assez vite aussi ...  Wink

Que cette dernière remarque ne vous décourage pas !  Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

210 Re: Je viens de lire le Lun 6 Mar - 10:03

Raymond

avatar
Admin
ActuaBD a fait une bonne critique de l'album d'Aude Picault :

http://www.actuabd.com/Ideal-Standard-Par-Aude-Picault-Dargaud


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

211 Re: Je viens de lire le Dim 19 Mar - 20:06

Raymond

avatar
Admin
Il y a beaucoup de belles choses qui paraissent en ce moment. Difficile de tout suivre, surtout si l'on essaie comme moi de rattraper le retard.

Mais de quel retard suis-je en train de parler ? Et bien, de celui qui s'accumule dans certains genres (manga, science-fiction américaine) ... que je ne suis que de très loin, assez distraitement  Rolling Eyes

Les prix d'Angoulême au début 2017 ont à nouveau révélé un certain nombre de titres peu connus, et ils ont été comme d'habitude un étonnement, pour tout le monde. C'était bien sûr une invitation à s'y intéresser, et je ne pouvais pas manquer cela. Et puis voilà qu'en plus, l'ami Totoche m'offre le tome 1 de Chiisakobé, un manga qui a obtenu le Fauve d'Angoulême de la meilleure série (toutes BD confondues)  Question  Je n'avais plus d'excuse.



En feuilletant l'album, j'ai d'abord parcouru la préface. C'est ainsi que j'ai appris que cette histoire est l'adaptation d'un roman de Shûgorô Yamamoto. Cet écrivain est l'auteur de Dodes Kaden et de Barberousse et ... cela vous dit-il quelque chose ... ces titres sont en effet connus ... mais oui !  Les films de Kurosawa !  Idea

Connaissez-vous Barberousse, d’Akira Kurosawa ? C’est un des plus beaux films de ce cinéaste, et une admirable histoire de médecine, comme je les aime, pleine d’humanité et de vigueur. Un tel romancier doit vraiment être capable d'écrire d'autres belles histoires. Cette référence a fait tilt, et j'ai lu le tome 1 sans attendre !  Wink



Le graphisme de ce manga n'est bien sûr pas très impressionnant, mais il soutient efficacement le récit, qui est l'attrait principal du livre. Le roman de Yamamoto est en fait adapté avec intelligence. Tous les personnages sont présentés avec soin et Minetaro Mochizuki (que je en connaissais pas) prend son temps pour mettre en place son histoire.

L'intrigue met en scène deux personnages principaux, que vous voyez ci-dessus. Il y a d'abord le jeune homme à la barbe envahissante, dont on ne voit jamais les yeux, et qui se nomme Shigeji. Il vient d'hériter d'une entreprise de construction, suite au décès de ces parents dans un immense incendie, qui a aussi détruit les locaux de l'entreprise. Il doit affronter tout cela, et se débrouiller pour continuer à faire fonctionner la firme familiale. La jeune fille, de son côté, se nomme Ritsu, et elle travaille chez Shigeji comme femme de ménage. Elle veut cependant aussi garder sous sa protection cinq enfants orphelins, et elle arrive finalement à obtenir que ceux-ci puissent vivre dans la maison de son patron. Vous pouvez bien sûr en déduire qu'elle a beaucoup de caractère.   pirat

Détail amusant, ces cinq enfants sont en fait agressifs et peu commodes. Ayant toujours vécu en orphelinat, ils ont appris à se défendre et n'hésitent pas à invectiver tout ceux qui leur parlent. Shigeiji n'a donc pas fini d'en voir de toutes les couleurs.  Wink



Pour s'occuper de ces cinq garnements, une belle jeune fille, nommée Yuko, s'est portée volontaire. Elle est éducatrice et a tous les diplômes requis mais elle est bien jeune ! Qu'arrivera t-elle à faire ? Et comment va t-elle s'entendre avec Ritsu ?



De cette situation complexe, vous pouvez évidemment prévoir qu'il se produira un certain nombre de romances, mais dans le tome 1, c'est surtout la survie économique de l'entreprise de Shigeji qui est en jeu. Ce dernier fait des choix courageux, et on se doute qu'il va obtenir ce qu'il veut. C'est en fait une histoire du "brave petit tailleur" qui commence, et c'est un thème qui est toujours plaisant, surtout s'il est bien raconté.

Et de fait, Chiisakobé est un récit très bien raconté. J'en suis maintenant au tome 2, et je trouve ce manga aussi sympathique que passionnant.

C'est certainement une bonne série à découvrir !

Merci aux jurés d'Angoulême !   pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

212 Re: Je viens de lire le Mer 22 Mar - 11:28

Raymond

avatar
Admin
En y réfléchissant, on peut tout de même se demander pourquoi Chiisakobé est une série si agréable à lire. Quand on feuillette simplement les albums, on n'y découvre à première vue rien de remarquable.

Le scénario est certainement un élément important. Les personnages sont bien campés et attachants, et l'intrigue introduit d'emblée un certain suspense. Shigeji arrivera t-il à faire redémarrer son entreprise de construction qui semble être en faillite ? C'est (entre autres) un terrible défi qu'il doit affronter.

Le dessin apparait également excessivement simple, voir un peu statique, et il n'éblouit pas le regard. Mais quand on relit certaines pages, on se rend compte qu'il reste tout de même expressif. Les détails sont peu nombreux, mais ils sont toujours justes. Derrière sa fausse simplicité, le graphisme se révèle en fait très efficace.

Il y a peut être encore d'autres caractéristiques de cette BD qui m'ont échappé, mais un fait s'impose : J'AI ENVIE DE LIRE LA SUITE !

Eh oui, il n'est pas toujours facile de dire pourquoi une bonne BD est une bonne BD.

Mais pour vraiment comprendre le choix des votants d'Angoulême, il suffit simplement de lire Chiisakobé. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

213 Re: Je viens de lire le Jeu 23 Mar - 13:44

Raymond

avatar
Admin
Quelques critiques glanées ça et  là sur le Web en disent un peu plus sur le charme de Chiisakobé. La plupart d'entre elles sont très positives.

http://next.liberation.fr/images/2015/10/09/shigeji-artisan-de-son-dessin_1400737

http://www.telerama.fr/livres/chiisakobe,143201.php

http://blog.francetvinfo.fr/popup/2016/12/10/la-bd-de-la-semaine-chiisakobe-ode-a-lhumanite-les-poings-serres.html

http://www.9emeart.fr/post/critique/manga/chiisakobe-tome-1-la-critique-1-4791

http://www.planetebd.com/manga/le-lezard-noir/chiisakobe/le-serment-de-shigeji/27699.html

http://www.du9.org/chronique/chiisakobe/

Il y en a aussi une qui est négative !

http://lespetitsmotsdesaefiel.com/chroniques/chiisakobe-tome-1-a-4/


J'aime bien (entre autres) cette conclusion de la critique de France TV Info, qui correspond bien à ce que je pense de cette BD :

C’est pour vous si…  vous voulez vous réconcilier avec les mangas qui riment encore pour vous trop souvent avec combats, si vous aimez les éditions de qualité, car les quatre tomes de Chiisakobé sont de très beaux ouvrages aux couvertures somptueuses, et si vous voulez parier sur un titre qui sera en compétition officielle à Angoulême cette année et qui pourrait bien repartir avec le prix de la série...


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

214 Re: Je viens de lire le Ven 24 Mar - 14:45

Loup79


docteur honoris causa
docteur honoris causa
Salut Raymond,

Ce qui est intéressant dans les mangas c'est les sujets très variés sur la vie courante. Je n'ai jamais relié les mangas aux combats entre guerriers surpuissants (c'est quoi cette pensée idiote de France TV Info ?). Mais les dessins sont toujours à mon goût pas à la hauteur par rapport à "nos" bandes dessinées. C'est pour cela que je n'ai jamais ou très peu acheté de mangas. Et puis il y a cette longueur dans les scènes, les dialogues...
Ce n'est que mon avis, évidemment.

215 Re: Je viens de lire le Sam 25 Mar - 9:25

Raymond

avatar
Admin
Ce que tu appelles "mangas aux sujets très variés", ce sont en grande partie les œuvres qui sont destinées aux adultes. On trouve en effet dans cette production japonaise des adaptations de romans, des récits historiques ou des récits psychologiques contemporains (dont Chiisaboké est un bon exemple) qui témoignent d'une grande diversité d'inspiration. Pour ma part, j'apprécie surtout le genre "gegika", à savoir des récits réalistes et contemporains, qui s'intéressent à la psychologie des personnages. Les plus grands auteurs ont fait ce genre de BD et Taniguchi est l'un d'entre eux.

Les mangas qui racontent les histoires de robots, ou de personnages ayant des "superpouvoirs," sont quant à eux destinées aux enfants ou aux adolescents, et ce sont eux hélas qui se vendent le plus (et qui sont le plus visibles). Le grand public ne connait hélas que cela

Pour Mochizuki, c'est un peu particulier car il a surtout dessiné des mangas d'horreur avant de créer des récits réalistes. Il se situe à la frontière de plusieurs genres.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

216 Re: Je viens de lire le Sam 25 Mar - 10:37

Loup79


docteur honoris causa
docteur honoris causa
Merci Raymond,

J'ai vu le film "Mademoiselle" il y a quelques jours. Quand j'ai lu les critiques plutôt positives, déclarant le film de chef-d’œuvre, je me suis presque jeté dessus, sachant que j'ai vu que peu de films asiatiques.
Le film est d'une lenteur incroyable, les dialogues trop modernes (l'histoire se passe en 1930 tout de même !) et l'histoire simpliste avec des scènes de sexe (genre : scène de charme, pas des scènes X) et une scène d'une extrême violence que j'ai détesté voir.
Ce que je comprends pas ce sont les critiques qui dotent ce film de chef-d’œuvre ? Les Japonnais ont un style que j'ai du mal à reconnaître ; même si les acteurs Japonnais ont un jeu formidable, tout autant que les Français ou Américains.

Je ne veux pas parodier l'art japonnais, mais toutes les caractéristiques - que je viens de citer précédemment - sont souvent retranscrites dans les mangas à succès. Et c'est bien dommage ! Mais malheureusement c'est ce que nous "envoie" les Japonnais en France.

Je dis, en tout cas Raymond, qu'il faut bien fouiller les différents mangas sortis et aller vers des auteurs qui ne font pas [vraiment] du commerce de leur métier de mangaka.

Je préfère rester dans le monde de la bédé, pour l'instant. Peut-être avec le temps...

Aller, j'arrête de discuter, et lisez ou regardez ce que vous voulez ! En bons entendeurs.

217 Re: Je viens de lire le Mar 28 Mar - 9:35

Raymond

avatar
Admin
ActuaBD consacre un article à "Proies faciles", le dernier album de Miguelanxo Prado, un tout grand dessinateur espagnol.

http://www.actuabd.com/Proies-faciles-Par-M-Prado-Rue-de-Sevres

En fait, j'ai déjà lu cet album il y a deux semaines, et il est plutôt bon. Je n'avais pas estimé nécessaire d'en parler ici, car Prado a déjà fait beaucoup mieux dans le passé. $



Faut-il rappeler que Prado est l'auteur de Trait de Craie, une BD publiée pendant les années 90 dans A Suivre, et qui est un chef d'oeuvre. Il a également publié Ardalen il y a quelques années, un récit subtil d'ambiance dans un village de Galicie, dont j'ai déjà parlé d'ailleurs dans ce sujet.

Proies faciles est en revanche un polar assez traditionnel, quoique la conclusion de l'enquête nous fasse tout de même retrouver un peu l'ambiance de "Quotidien délirant". Chez Prado, il y a toujours une réalité surprenante derrière les apparences trompeuses, et cela débouche sur des récits aux conclusions peu morales, associées à un certain humour noir. Proies faciles ne fait pas exception à cette règle.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

218 Re: Je viens de lire le Sam 6 Mai - 14:03

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Le dessin, tout en gris, est somptueux, comme d'habitude avec prado. le scénario un peu attendu, me smble-t-il... surtout ne lisez pas tout de suite la préface qui dévoile malhabilement l'histoire. Le cahier graphique se résue à deux petites pages, c'est vraiment ridicule. Je trouve aussi le titre peu accrocheur. malgré ces réserves, je le conseille également.

http://planbd.blogspot.com

219 Re: Je viens de lire le Sam 6 Mai - 14:08

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
"Pas impressionnant" le graphisme de Mochizuki ??? D'accord, il n'y a pas de scènes de baston ou d'explosions, mais la précision, la délicatesse, la retenue de son trait, la finesse des détails... je trouve cela au contraire très impressionnant ! ;-)

http://planbd.blogspot.com

220 Re: Je viens de lire le Sam 6 Mai - 14:59

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître

Magnifique album dont je vous conseille la lecture que je viens seulement de dévorer d'une traite alors qu'il était dans la pile depuis le dernier Quai des Bulles. Il s'agit d'une adaptation d'un roman (que je n'ai pas ) d'Axl Cendres, mais peu importe, l'histoire est passionnante et le dessin de Pinheiro, un jeune dessinateur franco-brésilien inconnu pour moi, pour le coup très impressionnant ;-) : ses gueules, ses personnages féminins, ses cadrages, ses mises en pages, ses décors, ses couleurs, sa couverture, sont magnifiques, les dialogues très efficaces, rendant le récit de la vie de ce plouc du Midwest qui ne connait pas la peur (je n'en dirai pas plus) très prenant !Mention spéciale pour la scène psychédélique.
Un des meilleurs titres de 2016 assurément !
Rien à jeter chez Sarbacane !
http://www.bedetheque.com/serie-53458-BD-Drole-de-vie-de-Bibow-Bradley.html

http://planbd.blogspot.com

221 Re: Je viens de lire le Sam 6 Mai - 18:44

Raymond

avatar
Admin
Eh bien ... voilà un album que je n'ai pas vu passer.  icon_surprised  

Et si je comprends bien, c'est un indispensable.  Wink

Je vais me mettre à la recherche !


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

222 Re: Je viens de lire le Dim 28 Mai - 16:24

Raymond

avatar
Admin
En lisant des bandes dessinées, il m'arrive parfois de faire un choix culturel. Une lecture ne peut pas être uniquement motivée par la simple recherche du plaisir. Tel était au fond le fil de ma pensée lorsque j'ai décidé lire "Paysage avant la bataille", le Fauve d'or du Meilleur album lors du dernier festival d'Angoulême 2017.



Ce qui frappe immédiatement, en découvrant ce livre, c'est son aspect assez peu aguichant. A première vue, la couverture est sobre et élégante, mais l'intérieur se distingue plutôt par son inquiétante austérité. L'album présente en effet peu de texte à lire, et les images prennent souvent l'aspect de simples esquisses. Rien ne semble donc conçu pour en agrémenter la lecture, et en prenant pour la première fois ce livre, j'ai ressenti une légère appréhension.

Il n'y a parfois rien de plus difficile à lire qu'une BD sans texte. Dans Paysage après la bataille, l'intrigue doit être comprise de façon intuitive. Il faut en effet décrypter des suites d'images d'apparence banale, parfois accompagnées de quelques phrases concises.



Première surprise : l'album se lit très vite, et cela s'explique aisément. Une page ne contient en effet que 3 ou 4 images, généralement peu sophistiquées et sans texte. Un coup d'œil rapide est donc souvent suffisant pour en saisir le sens, et les évidences semblent même émerger un peu plus vite avec un regard pressé.



Autre bonne surprise, ce style est remarquablement adapté au thème principal du récit. L'oeuvre raconte en effet une sorte d'escapade, celle d'une mère qui vient de perdre son enfant, et qui s'enfuit dans un lieu où elle devient anonyme. D'apparence figée et presque muette après ce drame, l'héroïne (on peut l'appeler comme ça) contemple le monde autour d'elle comme une zombie. Aucune émotion n'anime les rencontres, les paysages ou les événements quotidiens, et ce silence impitoyable permet de faire comprendre d'une façon très habile le processus psychologique d'un deuil.



Au milieu de toute ces grisaille, des cases colorées font parfois leur apparition, et elles semblent indiquer un futur espoir de vie. La couleur et le noir et blanc révèlent ainsi l'expression des sentiments.



Il n'y a en fait pas de grand suspense dans cette histoire très banale, et la décision finale de l'héroïne semble découler de l'évidence. Le principal sujet d'intérêt de ce livre provient plutôt de son utilisation très adroite des propriétés de la bande dessinée. Cette oeuvre discrète se révèle en effet pleine de maturité, et on découvre surtout combien ce style austère est adéquat pour révéler la vérité d'une ambiance, et d'un état d'âme.



Y a t-il finalement un plaisir à lire ce genre d'ouvrage ? Oui, sans aucun doute, mais c'est plutôt un contentement très intellectuel, et en lien avec une bonne connaissance du medium. Paysage après la bataille est donc une oeuvre conçue et réalisée avec délicatesse, et aussi avec intelligence, et c'est peut être le genre de livre que j'aurai du plaisir à relire dans quelques années.

C'est déjà pas mal, pour un livre qui fait peur au lecteur !   Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

223 Re: Je viens de lire le Ven 7 Juil - 12:00

Loup79


docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je viens de lire... XIII mystery, tome 11 : Jonathan Fly.




Le petit Jason, le futur numéro XIII !

Bonjour,

Quelle déception ! Quand ce spin-off de la GRANDE série XIII de Jean Van Hamme et William Vance a démarré sur les personnages clés, je n'attendais que le tome sur le papa du héro amnésique le plus célèbre de la bande dessinée.
Après la lecture de ce tome 11, je suis resté sur ma faim, aussi affamé qu'un loup à la diète. Le 11ième tome est à la hauteur des 10 premiers : nul, nul et nul ! Il est clair que "XIII mystery" est plus un produit commercial qu'artistique. Je voyais une belle enquête journalistique à la façon de "Lefranc" de J. Martin, une enquête corsée, avec plein de rebondissements. Il en est rien ! On apprend comment Jonathan Fly disparaît, laissant son fils Jason livré à lui-même. L'histoire est plus que basique, voir inexistante.
Je me suis toujours dit qu'il fallait donner 2 tomes par histoire à cette série. Un tome pour raconter un bout de vie d'un des personnages clés de la série XIII ne suffit pas.

Loup79

224 Re: Je viens de lire le Sam 8 Juil - 22:47

bird13


alixophile
alixophile
Bonjour
j'ai terminé la série; Le Juge, la république assassinée trois albums d'un bon voir très bon niveau, sobre efficace précis.
Olivier Berlion nous entraine dans les bas fonds, où politique et grand banditisme se mêle et s'entremêle sans scrupule,
jusqu'à ce qu'un juge hérite du dossier d'un hold-up, l'instruise et décide de mener l'enquête jusqu'au bout.
L'histoire du juge Renaud viens de commencer 
Le coup de pied dans la fourmilière provoque une suite d'évènements qui vont aboutir à une issue macabre le 3 juillet  1975.
On ne s'attaque pas impunément au plus haut niveau de l'état sans en essuyer des retombées...

T1                                                      T2                                                   T3
   

225 Re: Je viens de lire le Dim 9 Juil - 8:52

Loup79


docteur honoris causa
docteur honoris causa
Bonjour, bird13, tu aurais des planches à montrer. Merci.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 9 sur 10]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum