Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Je viens de lire

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 8 sur 10]

176 Re: Je viens de lire le Dim 17 Mai - 19:17

Raymond

avatar
Admin
Il y a un mot dont j'ai toujours de la peine à me rappeler : celui qui désigne un texte dont l'ordre des lettres reste toujours le même, quelque soit le sens de la lecture (depuis la gauche ou depuis la droite). On appelle cela un "palindrome", et cela peut être un mot simple (comme par exemple "kayak") aussi bien qu'une phrase entière (comme par exemple "Esope reste ici et se repose"). Cela peut aussi être une oeuvre, et c'est ainsi par exemple que l'album de BD Nogegon de François Schuiten est un palindrome dessiné, mais ... ne commençons pas à parler de cet auteur. On n'en finirait pas.  Wink

Tout ceci pour dire qu'il est apparu cette année un nouveau palindrome prenant la forme d'une bande dessinée. C'est un diptyque qui s'intitule la Vierge et la Putain, et qui a été créé par Nicolas Juncker. Ce sont en fait deux petits albums de BD regroupés dans un coffret, qui sont construits d'une manière parfaitement symétrique, et qui sont édités par Treizeétrange.



La vierge, c'est la reine d'Angleterre Elisabeth II "Tudor", la fille du roi Henri VIII que l'on a effectivement surnommé la "reine vierge". La putain, c'est sa cousine Marie Stuart, reine très catholique d'Ecosse et grande rivale d'Elisabeth (qui appartenait au camp de la Réforme). L'une (Mary Stuart) était belle, brillante et amoureuse, tandis que l'autre (Elisabeth II) était froide, sage et calculatrice. Ces deux reines se sont affrontées pendant toute leur vie, et elles ont en fait connu des destinées totalement inverses.

Née reine d'Ecosse, Mary Stuart devient à 16 ans aussi reine de France, par mariage. Elle est alors éblouissante et règne avec grâce sur toute la cour. C'est ainsi que commence son histoire, et voici comment se présente la page 2 de l'album "Mary Stuart".



Elisabeth II, pour sa part, est considérée au départ comme une bâtarde (sa mère ayant été décapitée). Elle passe une partie de sa jeunesse quasi emprisonnée, et ce n'est qu'après les décès de son frère Edward et de sa sœur Mary Tudor qu'elle devient par défaut reine d'Angleterre. Elle reste longtemps sous la menace de ses ennemis (qui veulent mettre sur le trône d'Angleterre la catholique Mary Stuart) et ce n'est qu'après avoir lutté toute sa vie qu'elle finit par triompher. Voici comment est dessinée l'avant dernière page du deuxième album intitulé "Elisabeth Tudor".



Vous avez remarqué que ces deux pages présentent une symétrie presque parfaite ?

C'est la grande idée de Nicolas Juncker ! La biographie de ces deux reines démontre en effet d'étonnantes similitudes, mais aussi une évolution totalement inverse (ascendante pour l'une et descendante pour l'autre), qui représente presque un palindrome vivant. L'une (Mary Stuart) connait une jeunesse brillante et presque triomphale, puis elle subit un certain nombre d'épreuves, et finit par perdre son trône, et passe les 15 dernières années de sa vie en prison avant d'être décapitée. L'autre (Elisabeth Tudor) passe presque toute sa jeunesse sous la menace, exilée dans un château comparable à une prison, avant d'être réhabilitée du titre de fille d'Henri VIII et de devenir reine, puis d'acquérir progressivement une certaine puissance politique et d'être reconnue comme la véritable souveraine de l'Angleterre.

Sur la fin du règne d'Elisabeth, quelques notables sont décapités, en particulier le duc d'Essex, et voici comment se présente une des dernières pages de l'album "Elisabeth Tudor".



En faisant ceci, elle suit l'exemple de Mary Stuart, tandis que celle-ci régnait sans partage sur la cour d'Ecosse. Cette dernière n'hésitait pas pendant sa jeunesse à occire d'éventuels contestataires, et voici une des premières pages de l'album "Mary Stuart", construite en symétrie de la page 98 de l'autre livre.



C'est ainsi qu'à chaque moment de la vie d'une reine correspond une étape inversement symétrique chez sa rivale, et c'est pourquoi l'auteur a construit avec malice les deux albums comme un véritable palindrome dessiné. On remarque d'ailleurs dans la pagination des livres un deuxième chiffre, mis entre parenthèses, qui indique la page correspondante de l'autre album. Et c'est ainsi finalement que cette oeuvre stimule des lectures multiples. On commence en effet par lire la biographie d'une reine, puis on lit la seconde, avant de prendre les deux livres en main et de s'amuser à comparer les planches symétriques construites par l'auteur.

Précisons encore que l'intérêt de ces deux livres ne se limite pas à la découverte de leur exercice de style. Les biographies des deux reines sont très bien racontées, et l'utilisation d'un dessin caricatural n'enlève aucun attrait à cette BD. Ce choix graphique apporte au contraire la distance inhérente à ce genre de récit, et on y découvre un plaisir d'intellectuel autant qu'une épopée historique.

En fait, cet essai graphique se révèle être un coup de maître. Non seulement l'hypothèse du palindrome est stimulante, mais elle permet de regarder avec objectivité les trajectoires de deux personnages historiques. La réalité est parfois plus intéressante que la fiction, et le regard neutre de l'auteur sur la vie épique des deux reines apporte une fraîcheur bienvenue. Leurs biographies sont certes passionnantes (je ne connaissais pas pour ma part celle de Mary Stuart) mais il est encore plus intéressant d'essayer de les comprendre. Au delà d'un exercice de style, Nicolas Juncker dessine d'abord une BD historique, qui essaie d'expliquer les singularités d'une époque, et il y parvient brillamment.

Je ne connaissais pas jusqu'ici Nicolas Juncker, qui semble avoir déjà plusieurs albums derrière lui, mais c'est certainement un auteur à découvrir. Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

177 Re: Je viens de lire le Dim 16 Aoû - 19:12

Raymond

avatar
Admin
Pendant l'été, j'essaie toujours de rattraper un peu le retard, et de retrouver les bons albums que j'ai ignorés pendant la haute saison. C'est ainsi que je me suis intéressé à la biographie imaginaire de Rembrandt, racontée et dessinée par un auteur néerlandais nommé Typex.



Ce "biopic" est une biographie romancée de la vie du peintre, qui raconte une suite d'anecdotes souvent inventées. Et oui, inventées ! Car si l'on sait en fait pas mal de choses sur la vie de Rembrandt, sur son caractère et ses œuvres, sa famille ou les endroits où il a vécu, il reste tout de même beaucoup d'aspects que l'on ignore sur l'homme lui-même. Les biographes restent ainsi souvent prudents sur sa vie intime. Avec audace, Typex choisit justement de raconter ce que l'on ne sait pas : sa vie familiale, ses relations avec ses clients, ses crises de colère, ses accès de concupiscence ou ses moments de faiblesse. Il nous fait ainsi découvrir un personnage plein d'humanité, à la fois intelligent et primitif, tantôt génial et tantôt ridicule, tour à tour admirable ou haïssable.



Cette observation "quotidienne" de la vie de l'artiste s'associe à une restitution bien sentie de la vie en Hollande au XVIIème siècle. Grâce à un dessin au style parfois touffu, Typex multiplie les séquences muettes ou les images descriptives. il nous fait visiter les rues d'Amsterdam ou les intérieurs des maisons bourgeoises, et dessine sans hésitation des scènes qui semblent très véridiques.



Typex joue aussi avec la couleur. Alors que certains chapitres séduisent l'œil grâce à leur mélange de teintes harmonieuses, le dessinateur passe ensuite brusquement à un style monochrome, proche du lavis, afin de styliser un paysage hollandais ou une scène de la vie quotidienne. Ces images réveillent parfois des souvenirs, et on s'interroge sur leurs ressemblances avec ces nombreux dessins à la plume ou ces bistres avec lavis que nous a laissé le grand peintre. Qui dessine donc cette biographie ? Est-ce Typex, ou est-ce Rembrandt lui-même ?



Cette biographie est en fait une oeuvre très personnelle, qui ne ressemble à aucune des nombreuses BD que j'ai pu lire, aussi bien sur le plan pictural que narratif. Sa lecture est au départ un peu déroutante, mais l'oeuvre séduit rapidement par son dynamisme, par la crédibilité de ses personnages, et par la richesse de ses aspects graphiques. Cette "vie inventée" de Rembrandt est par ailleurs d'une troublante vraisemblance, et l'auteur réalise ainsi une description intelligente d'un grand peintre dont on connait les nombreux autoportraits un peu pessimistes, mais dont on méconnait le tempérament vigoureux et la vie passionnée.

Ce n'est certes pas la BD de l'année (restons raisonnables  Wink ), mais c'est en tout cas un des livres que les bédéphiles cultivés ne devraient pas manquer.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

178 Re: Je viens de lire le Lun 17 Aoû - 13:38

Raymond

avatar
Admin
Cet album de Typex a recueilli de bonnes critiques un peu partout. En voici quelques exemples :

http://www.actuabd.com/Rembrandt-un-oeil-et-un-livre

http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/bande-dessinee/le-cote-obscur-de-rembrandt-raconte-dans-une-bande-dessinee-134843

http://www.marianne.net/rembrandt-cote-ombres-100235591.html

http://flandres-hollande.hautetfort.com/archive/2015/06/04/rembrandt-au-typex-5634338.html


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

179 Re: Je viens de lire le Dim 23 Aoû - 12:10

Raymond

avatar
Admin
Je rattrape toujours mon retard, et je me suis intéressé hier à Martin Bonheur, un album plutôt inhabituel et charmeur écrit par Jérôme Félix et dessiné par Louis.



Connaissez-vous Tessa ? C'est une BD de science-fiction éditée chez Soleil, qui met en scène une jeune fille devenue une héroïne intergalactique. Cela ressemble un peu à la série "Sillage" et cette BD me fait penser à ces dessins animés japonais, remplis de bagarres improbables et d'exploits surhumains. Il semble toutefois que Louis (le dessinateur de cette série) ait eu envie de changer de registre, puisqu'il publie maintenant cette petite histoire provinciale et parsemée de bons sentiments.

Le récit nous fait découvrir une station balnéaire de Normandie, après la saison d'été, quand il n'y reste plus que les villageois du lieu. Ils sont tous vieux et retraités, et ils s'ennuient tous un peu, sauf Martin Bonheur, un mystérieux jeune homme qui vit à la petite semaine et qui semble se satisfaire de travaux insignifiants. Tout citadin normalement constitué fuirait ce village dénué d'animation, mais Martin y trouve son plein équilibre.



C'est alors qu'arrive Agathe, une jeune femme qui souhaite s'isoler pour écrire un roman, et qui cherche par ailleurs à retrouver son père. Elle fait rapidement connaissance avec les principaux habitants, et s'intéresse d'abord à un vieil écrivain un peu donneur de leçons. Elle rencontre aussi (évidemment) Martin, qui la laisse beaucoup plus perplexe.   Wink



Vous l'avez déjà deviné, Martin Bonheur nous raconte encore une fois le roman  du "gars qui rencontre la fille". Cette idée n'est bien sûr pas très originale, mais le scénariste y ajoute tout de même quelques petits mystères bienvenus, en particulier un livre formidablement écrit dont l'auteur n'est pas celui que l'on croyait. Par ailleurs, le récit accumule les petits événements ordinaires, ceux qui abondent dans notre vie de tous les jours, et ce choix narratif donne à cette histoire à l'eau de rose un ton tout à fait crédible.



Je ne vous raconterai bien sûr pas la fin qui est prévisible, mais qui réserve aussi de petites surprises. J'ai en tout cas été charmé par cette BD apparemment lisse et infantile, et qui nous permet de retrouver la vérité de certains petits bonheurs.

Dans une interview donnée à Actua BD, Louis reconnaissait que cette BD était assez proche du genre de Jérôme K Bloche. En fait, cette oeuvre n'a rien d'un récit policier, et le ton calme et légèrement nostalgique du récit, les cadrages gracieux des images, ou les couleurs veloutées du dessin, lui donnent un charme tout à fait singulier. Louis et Jérôme Félix ont réellement découvert leur propre style, et on peut espérer qu'ils continuent dans cette voie


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

180 Re: Je viens de lire le Lun 24 Aoû - 9:33

Raymond

avatar
Admin
Il y a pas mal de critiques sur cet album, généralement toutes favorables.

En voici quelques unes :

http://www.planetebd.com/bd/bamboo/martin-bonheur/-/26072.html

http://www.sceneario.com/bande-dessinee/martin-bonheur/martin-bonheur/23070.html

http://publikart.net/martin-bonheur-bd/

http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/2972612/coup-de-foudre-a-veules#.VdrHvZc70Yc

http://www.vivre-a-chalon.com/lire_BD-_-Une-bien-belle-histoire...-Martin-Bonheur-_,2303df1a5f9e54009db1a8b1256a4ac3b8ffd670.html

http://www.ligneclaire.info/louis-felix-24837.html


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

181 Re: Je viens de lire le Mer 26 Aoû - 13:34

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour

Martin Bonheur est une BD surprenante.

L'intrigue policière est plus un prétexte qu'autre chose. D'ailleurs, les rebondissements finaux s'accumulent un peu trop ce qui nuit à la crédibilité de l'histoire. Le comportement du père d'Agathe est aussi peu réaliste, trop entier, trop fort.
En fait, le scénariste a surtout voulu faire l'éloge du bonheur simple, du partage générationnel et de la campagne. C'est un choix naïf mais totalement conscient et pleinement assumé. L'album regorge de bons sentiments mais jamais au point que cela ne devienne sirupeux. Les personnes âgées sont mises en valeur avec une pudeur et un respect infini. Il en est de même pour la relation mère fille. Enfin, la problématique du racisme est traitée avec beaucoup d'intelligence et de sensibilité. Du bel ouvrage.
J'ai moins apprécié le graphisme et surtout que le dessinateur survalorise les formes féminines au point que les habits d'Agathe semblent peints sur sa peau !
La conclusion, avec le recours au fantastique comme Deus ex machina, est bien amenée et tout à fait dans l'esprit de Jacques Martin. Publier des photos de Veules-les-roses en fin d'album fait aussi penser à l'édition de luxe du tome 3 du Combat Ordinaire de Manu Larcenet.

Je suis en tout cas, je suis très heureuse d'avoir découvert cette histoire et remercie Raymond pour son œil de lynx !

Cordialement
Eléanore-clo

182 Re: Je viens de lire le Mer 26 Aoû - 15:41

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
En y repensant, un autre élément majeur du livre est la mise en abyme du scénariste. Le fil conducteur de l'intrigue est un autre livre, le livre dans le livre en quelque sorte. Et la BD traite du sujet de l'écriture, de sa difficulté, des imposteurs, etc.
Cordialement
Eléanore-clo

183 Re: Je viens de lire le Mer 26 Aoû - 20:50

Raymond

avatar
Admin
Effectivement. Le livre et son style littéraire sont une des énigmes que cherche à résoudre Agathe au cours sa quête. Cette mise en abyme du livre me fait penser à l'intrigue du fameux livre de Joël Dicker, intitulé "la Vérité sur l'Affaire Harry Quebert" (qui a eu un énorme succès il y a deux ans). Cette réflexion sur le livre est toutefois plus discrète dans Martin Bonheur.

Pour ce qui concerne les vêtements d'Agathe qui lui "collent au corps", cette vulgarité ne m'avait pas trop frappé. Je suppose qu'en dessinant cet album, le dessinateur a gardé certains automatismes provenant de ses précédentes séries (comme Tessa) où les femmes étaient dessinées d'une manière beaucoup plus caricaturale.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

184 Re: Je viens de lire le Dim 6 Sep - 16:03

Raymond

avatar
Admin
Il y a dans le monde de la BD un scénariste qui monte, et dont je suis de plus en plus la production. Il est le créateur (avec Darasse) de la gentille Tamara, la petite obèse que l'on voit dans le journal Spirou, et aussi de cette surprenante série intitulée Boule à Zéro, qui parle avec tendresse et humour de la maladie des enfants (j'en ai déjà parlé dans ce même sujet). Il a aussi repris avec succès une série aussi célèbre que Ric Hochet, et enfin scénarisé d'intéressants "one-shots" comme Lydie, la Peau de l'Ours ou les Folies Bergères. C'est pourquoi lorsque j'ai découvert cette nouvelle BD scénarisée par Zidrou, elle m'a tout de suite intéressé. Cet album s'intitule "Bouffon" et il est dessiné par Francis Porcel.



"Bouffon" est un conte médiéval cruel, raconté par un misérable prisonnier dans un cachot. Il nous transpose dans un monde violent et féroce, et renouvelle malicieusement le thème de "la Belle et la Bête". Le héros principal se nomme Glaviot, et cet enfant laid, affligé d'un terrible hypognathisme, grandit dans les caves du château d'un méchant seigneur.



Découvert fortuitement par le maître des lieux, ce "nabot ridicule" est offert en guise de jouet à une jeune fille capricieuse. Cette inhabituelle rencontre aboutit à une curieuse relation, qui mélange à la fois de l'affection (de Glaviot), du mépris (de la princesse) et une intimité ambiguë.



Je ne vous raconterai pas trop ce récit plein de rebondissements, qui mérite d'être découvert avec un regard neuf, et qui nous permet de retrouver le monde féroce des contes de fée. En fait, dans ce Moyen-Âge primitif où le souci primordial est de survivre, les naissances et les meurtres se succèdent d'une manière impitoyable, et la mort n'est pas toujours la pire des punitions.



Que va devenir Glaviot qui, malgré sa laideur, souhaite désespérément qu'on l'aime ? Pour le savoir, je vous conseille de lire ce récit ironique et cruel, qui m'a permis de retrouver le plaisir des contes enfantins. Zidrou aime par ailleurs surprendre ses lecteurs, et la conclusion inattendue de cette histoire n'en est pas le moindre de ses attraits.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

185 Re: Je viens de lire le Lun 28 Sep - 20:32

Raymond

avatar
Admin
Bouffon et les scénarios de Zidrou sont analysés dans cet article d'Actua BD :

http://www.actuabd.com/Rentree-2015-le-sacre-de-Zidrou


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

186 Re: Je viens de lire le Sam 26 Déc - 14:51

Raymond

avatar
Admin
J'ai tendance à délaisser cette rubrique, hélas, mais il est vrai que cet automne a surtout été consacrée aux BD  "mainstream" (comme disent les anglo-saxons). Il y a eu en effet Alix, Lefranc, Buck Danny, Astérix, Corto Maltese, Largo Winch et j'en passe ... Perdu dans cet amas de nouveautés, j'ai assez peu exploré les nouveautés de la BD pour adultes. Il est temps que je m'y remette.  Wink

C'est ainsi que j'ai lu hier soir un livre rafraîchissant, plein de malice et de nostalgie, qui s'intitule "California Dreamin". Il est signé par Pénélope Bagieu.



California Dreamin, c'est le titre d'une chanson qui a rencontré un énorme succès au milieu des années 60, et que tout le monde reconnait instantanément (même si on n'en sait pas forcément le titre). Elle a été enregistrée par un groupe nommé "The Mamas and Papas", et elle reste emblématique du courant hippie qui est apparu en Californie pendant ces années-là.





Ce livre sympathique aurait aussi pu s'intituler "Comment devenir célèbre quand on est grosse et moche". Il se consacre en effet surtout à l'histoire de la "mama" Cass Elliot, la petite grosse qui faisait l'originalité du groupe, et qui avait une voix extraordinaire. Comme vous pouvez vous en douter, son accession au vedettariat ne fût pas sans obstacle.  Wink

Tout commence donc dans un famille juive au début des années 40, et on découvre d'abord la jeunesse de Cass Elliot (qui se nommait en réalité Ellen Cohen). Elle affronte dès sa plus tendre jeunesse l'ostracisme de ceux qui se considèrent comme normaux. Elle n'est pas belle, et elle est grosse, mais elle compense sa disgrâce physique par son tempérament enjoué et conquérant. Et puis, s'il faut être mise à l'écart, autant que ce soit avec une certaine classe. Cass Elliot a donc très vite décidé de jouer la vedette.



Parvenue à l'âge adulte, elle quitte sa ville natale et se rend à New-York, puis en Californie. Elle y rencontre des gens plus cultivés, mais continue à subir le même mépris vis à vis de ses particularités physiques. Elle a heureusement une voix sublime qui lui permet de s'imposer dans divers petits groupes de musiciens "folk" itinérants.

Son entrée dans le groupe "The Mamas and Papas" fût le résultat d'une lutte acharnée. Contrairement à ce que l'on aurait pu penser, John Phillips, le leader et compositeur du groupe, la détestait et voulait à tout pris l'écarter. C'est en fait en "jouant les incrustes" que Cass Elliot s'est rendue peu à peu indispensable au groupe.



Mieux encore ! L'originalité de la chanson California Dreamin est entièrement due à l'apport de Cass Elliiot, qui a eu l'idée d'ajouter la "deuxième voix" en écho au thème principal. John Phillips voulait un chanson beaucoup plus traditionnelle, mais il a progressivement dû se résigner devant l'obstination de sa chanteuse.




Bref, cette irrésistible ascension d'une personne hors norme et vouée à l'ostracisme (on retrouve le thème du "brave petit tailleur") suscite immédiatement la sympathie. J'avais lu quelque part que Pénélope Bagieu avait inventé certaines situations, mais elle semble s'être soigneusement documentée. La post-face donne la liste de ses sources et j'en déduis que sa biographie doit être assez conforme aux faits. L'auteur termine par ailleurs son récit en 1966, à une époque où le groupe connaissait son apogée, et ce choix narratif donne une perspective plutôt romantique à cette biographie dessinée.

Sur le plan graphique, je ne suis pas très adepte du style "girly", mais il faut reconnaître que le dessin simple et délié de Pénélope Bagieu s'harmonise à merveille avec ce récit d'une ascension sociale. L'ensemble de la BD se distingue d'ailleurs par une certaine malice et une légèreté conquérante, et on peut aussi la considérer comme une oeuvre très féminine.

En fait, California Dreamin est pour moi une des belles lectures de cet automne, bien plus en tout cas que certains best-sellers très (trop) prévisibles, et programmés pour le grand public.

C'est un livre que je vous recommande. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

187 Re: Je viens de lire le Dim 27 Déc - 14:51

Raymond

avatar
Admin
Le Web est plein d'articles élogieux sur California Dreamin. En voici une sélection !

Cette page de France Inter permet d'entendre Pénélope Bagieu parler de son livre :

http://www.franceinter.fr/depeche-penelope-bagieu-la-bande-dessinee-mapporte-du-silence

Casemate propose également une intéressante interview

http://casemate.fr/bagieu-cass-tous-risques/

Francetvinfo met en ligne une belle critique de l'album, ainsi qu'une interview

http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/bande-dessinee/california-dreamin-penelope-bagieu-tout-au-crayon-de-papier-et-sans-gomme-228125

Planète BD publie sa critique habituelle (élogieuse, bien sûr)

http://www.planetebd.com/bd/gallimard/california-dreamin/-/27087.html

Et puis, si vous voulez voir et entendre Pénélope Bagieu, il y a ce petit film sur You Tube :

https://www.youtube.com/watch?v=WJkfO9Sw1iQ


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

188 Re: Je viens de lire le Dim 21 Fév - 16:46

Raymond

avatar
Admin
A travers mon métier, je connaissais bien la maladie et je n'avais pas envie de lire ce livre. Même le "fauve" gagné à Angoulême (prix spécial du jury) n'arrivait pas à me convaincre, car le sujet inspirait la tristesse. Il a fallu l'insistance de Totoche ("un livre qui contient beaucoup d'humour, souvent noir") pour que je me laisse finalement convaincre d'acheter ce "Carnet de santé foireuse", une BD autobiographique dessinée par Pozla.



Au départ, ce n'était qu'un carnet de dessins, que Pozla avait tracés "à vif" lors de ses séjours à l'hôpital. Ce recueil contenait des images cauchemardesques, destinées à exprimer des sensations douloureuses, et l'acte de dessiner prenait une fonction thérapeutique. Le ressenti subjectif était plus important que le travail esthétique.



C'est bien plus tard qu'un récit est venu s'intercaler entre ces images morbides. Pour transformer son carnet en une BD, il fallait une narration, et Pozla s'est mis à raconter les origines de la maladie. On apprend ainsi qu'il était "patraque des intestins" dès sa jeunesse. Les premières crises, tout alarmantes qu'elles puissent être, n'étaient que la suite d'un long processus devenu banal.



Il faudra plusieurs années (et quelques erreurs médicales) avant que l'on ne parvienne au diagnostic.    Rolling Eyes

La maladie de Crohn est une pathologie auto-immune du tube digestif, d'évolution chronique et souvent difficile à diagnostiquer. Elle entraîne de multiples complications inflammatoires, souvent douloureuses, et les personnes qui en sont atteintes peuvent être sévèrement invalidées. Ce genre de pathologie peut être désespérante, mais Pozla devine très vite que le meilleur moyen de lutter contre cette maladie, c'est d'abord de la comprendre. Ce besoin de réfléchir sur des faits concrets apparait très vite dans son livre qui explique, avec intelligence, les multiples manifestations du Crohn.



Mais comment exprimer la dimension subjective de la douleur, qui est au centre (et à l'origine) de cette oeuvre ? Pozla a trouvé une solution toute simple. Dans ce récit en noir et blanc (et au dessin caricatural), il ajoute de la couleur !



Tout cela pourrait être très lourd, mais Pozla réussit à trouver une certaine légèreté dans son histoire. Il obtient cet effet grâce à un ton constamment ironique, mais aussi en utilisant quelques trouvailles narratives. C'est ainsi que des corbeaux interviennent à de nombreuses reprises dans le récit, et leurs commentaires (toujours justes) apportent une certaine distanciation, de même qu'un humour féroce.



Curieusement, ce livre désespérant se termine malgré tout avec une note optimiste. Même si ce "happy end" n'est peut être que provisoire, j'ai apprécié cette conclusion combative et cette confiance dans les ressources de l'être humain.

J'ai lu tout cela hier soir, presque d'un seul trait, comme un bon roman !

Et quand je fais le bilan de toutes ces pages terrifiantes, de ces anecdotes pertinentes, de ces illustrations féroces qui mélangent la souffrance, l'humour, la maladie, l'intelligence et l'espoir ... une évidence s'impose !

Ce bouquin est un petit chef d'oeuvre.

Et il ne faut pas médire des BD qui remportent un "fauve" à Angoulême.  Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

189 Re: Je viens de lire le Dim 21 Fév - 20:26

Raymond

avatar
Admin
En parcourant le Web, je me rends compte que l'on a beaucoup causé de cet album.   study

Il y a d'abord ActuaBD, mais c'est assez court.

http://www.actuabd.com/Carnet-de-sante-foireuse-Par-Pozla

D'une berge à l'autre en fait une critique plus détaillée, et plus élogieuse.

http://litterature-a-blog.blogspot.ch/2015/09/carnet-de-sante-foireuse-pozla.html

Mouv' en dit également du bien

http://www.mouv.fr/article-a-l-hosto-avec-le-dessinateur-pozla

Libération torche de son côté une belle critique.

http://next.liberation.fr/culture-next/2015/10/02/bd-carnet-de-sante-foireuse-tord-boyaux_1396015

Li An considère cet album comme un des meilleurs qu'il ait lu depuis longtemps.

http://www.li-an.fr/blog/bd-du-moment/carnet-de-sante-foireuse-bd-pozla-delcourt/

"Une ratiocination de moi ..." évoque un livre exutoire d'un artiste maudit par ses tripes.

http://www.cedric-villain.info/ratiocinations/index.php?post/2015/Carnet-de-sant%C3%A9-foireuse

Et puis il y a les interviews de Pozla !

Celui de la Rubrique à Barc :

http://www.anglesdevue.com/rubriqueabrac/2015/12/interview-pozla-sante-foireuse-monkey-bizness/

Celui sur Des images et des bulles (en 2 parties).

http://mathieukrim.blogspot.ch/2016/01/linterview-bd-pozla-partie-1.html
http://mathieukrim.blogspot.ch/2016/01/linterview-bd-pozla-partie-2.html

Celui du site Delcourt :

http://www.editions-delcourt.fr/actus/news/carnet-de-sante-foireuse-interview-de-pozla.html

Et encore, je n'ai pas tout mis.   Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

190 Re: Je viens de lire le Dim 21 Fév - 22:52

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Mais finalement, je suis convaincu que c'est toi qui en as le mieux parlé. Si j'étais éditeur, je t'embaucherais recta. pouce

191 Re: Je viens de lire le Dim 28 Fév - 18:21

Raymond

avatar
Admin
Faut-il ouvrir un sujet dédié à Martin Veyron, qui remporta autrefois le Grand Prix d'Angoulême. J'ai longtemps hésité. En fait, je ne le vois pas comme un auteur important, même si ses marivaudages en bandes dessinées sont assez plaisants à lire. Et puis, on parle peu de lui, dans notre forum, mais ce n'est au fond que le signe d'un tempérament discret.

Après réflexion, je me contenterai pour l'instant de chroniquer ici son dernier album. Il s'intitule "Ce qu'il faut de terre à l'homme", et on verra si certains d'entre vous ont envie d'en discuter.   Wink



Ce livre marque en tout cas un véritable tournant dans la carrière de Martin Veyron. Ce dessinateur se distinguait jusqu'ici par sa légèreté insouciante, et il nous divertissait (parfois brillamment) avec ses chroniques provoquantes et immorales de notre monde contemporain. Pour la première fois, cependant, il crée une BD aux préoccupations très morales. On peut même déceler certaines intentions politiques dans ce curieux conte russe qui dénonce l'avidité moderne et le capitalisme, et qui s'inspire d'une nouvelle de Tolstoï.

 

"Ce qu'il faut de terre à l'homme", c'est probablement la quantité qui lui est nécessaire pour trouver le bonheur. Dans ce conte russe, un paysan vit effectivement sans souci sur un minuscule lopin de terre. Il se comporte ainsi de façon fort sage, jusqu'au jour où, sur conseil de son beau-frère, il décide d'investir afin de gagner plus, et de devenir riche.

Aveuglé par l'avidité, le paysan va se mettre à dos tous ses voisins, puis se lancer dans des entreprises hasardeuses ... mais je n'en dirai pas plus. La conclusion de cette nouvelle est plutôt surprenante, mais on y retrouve au fond cette férocité joyeuse que Martin Veyron a souvent déployé dans son oeuvre.



Avec cette histoire élégante et morale, dessinée d'un trait souple et narquois, Martin Veyron revient sur le devant de la scène et nous livre (probablement) une des toutes bonnes BD de l'année 2016. Il faudra d'ailleurs que je révise mon opinion au sujet de son oeuvre, dont l'ironie et l'hédonisme ont longtemps masqué certaines intentions plus philosophiques, et une morale très classique.

Voilà en tout cas un des album à lire cette année.  Cool


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

192 Re: Je viens de lire le Dim 28 Fév - 19:46

Raymond

avatar
Admin
Cet album a suscité un certaine nombre d'articles dans le Web, tous plus ou moins élogieux.

Le Télégramme est plutôt laconique, mais ses commentaires sont pertinents.

http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/bd-des-bulles-pour-une-philosophie-de-vie-28-02-2016-10973334.php

RTL en fait un peu pius. en désignant cet album comme la "BD du mois d'octobre".

http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/ce-qu-il-faut-de-terre-a-l-homme-de-martin-veyron-est-nommee-bd-rtl-de-janvier-7781595152

L'Express accueille cet ouvrage comme "bienvenu en ces temps d'individualisme forcené".

http://blogs.lexpress.fr/les-8-plumes/2016/02/01/ce-quil-faut-de-terre-a-lhomme/

Diacritik salue ce livre dont "la modernité sonne comme un avertissement".

http://diacritik.com/2016/02/23/tolstoi-par-martin-veyron-ce-quil-faut-de-terre-a-lhomme/

PlanèteBD fait sa petite critique habituelle, la BD de Veyron étant considérée comme réussie

http://www.planetebd.com/bd/dargaud/ce-qu-il-faut-de-terre-a-l-homme/-/27894.html

La RTBF est elle aussi élogieuse

http://www.rtbf.be/culture/article/detail_ce-qu-il-faut-de-terre-a-l-homme-jacques-schrauwen?id=9209706

Et j'en passe ... Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

193 Re: Je viens de lire le Sam 26 Mar - 20:13

Raymond

avatar
Admin
Connaissez-vous Rosalie Blum, une BD qui vient d'ailleurs d'être adaptée au cinéma ? Cette oeuvre séduisante en 3 tomes avait révélé Camille Jourdy au grand public pendant les années 2008-2009, et on attendait en vain depuis lors un nouvel album de cet auteur.

Alors que l'on n'y croyait plus beaucoup, voilà qu'apparait un nouveau livre qui s'intitule Juliette, et qui est édité par Actes Sud.





Comme Rosalie Blum, Juliette est une BD profondément réaliste, même si son dessin d'apparence enfantine pourrait suggérer l'idée contraire. Le récit met en scène la France provinciale et la vie de tous les jours. Vivant à Paris, Juliette est une jeune femme angoissée qui cherche de nouveaux repères, et qui retourne dans sa ville natale pour revoir sa famille. Elle en profite pour revoir la maison de son enfance et elle y rencontre un homme d'aspect ordinaire, sympathique mais un peu paumé.

Le livre raconte ensuite les errances de Juliette à travers la ville, et ses rencontres avec son père, sa mère et sa sœur, qui affrontent chacun à leur manière leurs préoccupations quotidiennes. Juliette s'exprime peu, et cherche en vain à échapper à l'angoisse maladive qui l'accompagne. De nombreuses pages muettes racontent avec tendresse ses promenades répétées, et sa patiente exploration d'un monde qui lui est familier. En fait, Juliette semble être en quête d'une sorte de paradis perdu.

Quelques intrigues" vaudevillesques" viennent épicer ces retrouvailles familiales, et le récit devient parfois grivois, mais l'ambiance reste bel et bien dominée par les silences de Juliette, par ses relations ambiguës avec sa famille, ainsi que par ses rares confidences. On voudrait lui venir en aide, et la faire sortir de sa mélancolie, mais cette BD est réaliste, et l'auteur refuse toute solution de facilité.



Raconté avec délicatesse et sensibilité, ce récit intimiste est séduisant pour l'œil. Camille Jourdy orne son livre d'un dessin apparemment naïf, qui charme grâce à ses couleurs très fraiches et plutôt gaies. On découvre page après page des paysages reposants, qui donnent à cette oeuvre le rythme d'une promenade, et il n'y a aucune grisaille dans cette BD plutôt amicale.



Bref, j'ai à nouveau été séduit par le monde de Camille Jourdy, qui réussit à la fois à raconter la France d'aujourd'hui et à en faire un divertissement délicat. Tout ce qu'elle montre est au départ ordinaire et quotidien, mais elle y ajoute une petite touche de tendresse et d'esthétisme qui fini par rendre sympathique ce milieu provincial.

Cet album retrouve le charme de Rosalie Blum, et il plaira à tous les amateurs d'ambiances délicates.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

194 Re: Je viens de lire le Dim 27 Mar - 14:06

Raymond

avatar
Admin
On ne parle pas beaucoup de Juliette dans les webzines consacrés à la BD (Actua BD, BD Zoom, Auracan etc ...), mais la presse générale s'y intéresse un peu plus. Les critiques sont plutôt élogieuses.

J'ai ainsi relevé cet article de Télérama, qui me semble très juste.

http://www.telerama.fr/livres/juliette,139631.php

France Inter est plus laconique, mais la station donne la parole à Camille Jourdy.

http://www.franceinter.fr/depeche-melancolique-et-delicat-juliette-de-camille-jourdy

Il y a aussi le blog "En mode lecture", qui ne dit rien de passionnant.

http://www.enmodelecture.com/2016/03/juliette-camille-jourdy-actes-sud.html

Et puis AL (ActuaLitté) qui est très élogieux.

En fait, les littéraires semblent plus intéressés par ce livre que les bédéphiles.  Rolling Eyes

Pour compléter cette liste, je vous indique encore l'adresse du blog de Camille Jourdy, qui vous donnera une idée du reste de son oeuvre (elles dessine beaucoup pour les enfants).

http://camillejourdy.canalblog.com/


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

195 Re: Je viens de lire le Lun 28 Mar - 0:02

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Ce que tu nous montres révèle de la part de l'auteur un sacré travail au niveau du coloriage. Elle n'a pas dû compter les heures, mais ça en valait bien la peine. Combiné à une mise en page adéquate, ce coloriage participe grandement à faire de cette oeuvre une réussite sur le plan de l'esthétique.

196 Re: Je viens de lire le Lun 28 Mar - 10:15

Raymond

avatar
Admin
Effectivement, le travail sur la couleur explique en grande partie le charme de ces pages. Lorsque je compare cette oeuvre actuelle avec les anciens albums de Camille Jourdy (comme par exemple "Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d'une vie !"), je me rends compte que c'est un des domaines dans lequel elle a le plus progressé.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

197 Re: Je viens de lire le Mar 26 Avr - 11:30

Raymond

avatar
Admin
On parle toujours de Camille Jourdy dans Actua BD, cette fois-ci au sujet d'un film qui adapte son roman Rosalie Blum.

C'est ici :

http://www.actuabd.com/Rosalie-Blum-Camille-Jourdy-a-la

Je me demande si le film arrivera à restituer toute la délicatesse de la BD.  Rolling Eyes


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

198 Re: Je viens de lire le Lun 16 Mai - 13:53

Raymond

avatar
Admin
J'ai fait une belle découverte, ce week end, en lisant cet album dessiné par un auteur syrien inconnu, qui s'intitule Freedom Hospital.



Je ne sais pas ce que vous pensez de la guerre civile qui se déroule actuellement en Syrie, mais pour ma part, j'avoue ne pas y comprendre grand chose. Qui a raison ? Qui a tort ? Qui devrait gagner ? Faut-il défendre les soi-disant "démocrates", qui sont souvent des musulmans extrémistes ? Je me sens absolument incapable de répondre.

C'est de cette mêlée incompréhensible que parle le livre d'Hamid Sulaiman, un dessinateur né à Damas en 1986, réfugié en Occident depuis 2011, et qui avoue dans sa postface que "personne ne peut raconter ce qui se passe là-bas, même pas les gens qui y sont en ce moment". L'auteur expose donc modestement son point de vue, en évoquant certaines expériences vécues et en y ajoutant une petite part fictionnelle, pour romancer convenablement son sujet.



Ce livre commence presque comme un simple documentaire, en présentant les intervenants principaux de ce récit. On découvre ensuite un hôpital clandestin, installé près de la zone des combats par une rebelle nommée Yasmine, dans lequel divers personnages vont nous permettre de découvrir tous les partis qui s'affrontent actuellement en Syrie. Très vite, on ne distingue plus ce qui est réel de ce qui est fictionnel.  



Les discussions et les affrontements entre tous ces personnages nous permettent de découvrir de l'intérieur la complexité de cette guerre civile, qui ne se résume pas au problème posé par l'existence de Daech. Entraînés par une logique guerrière, de nombreux personnages se fanatisent et l'existence d'un état démocratique se transforme en simple utopie.



Cette logique infernale de la guerre est présentée dans un style graphique sobre, souvent rustique, en utilisant d'épaisses silhouettes ou même de simples ombres. Les personnages ne sont pas toujours bien reconnaissables, mais l'attention portée aux individus devient presque secondaire au milieu de cette lutte brutale, exprimée par un impitoyable noir et blanc.



En terminant ce livre, je ne prétendrai pas mieux comprendre la guerre syrienne, mais j'ai en tout cas découvert l'impitoyable pourrissement qu'elle génère au sein de la société. La conclusion de cet ouvrage semble totalement pessimiste, mais Yasmine continue tout de même à faire vivre son "hôpital libre". Quelques individus continuent à mettre en oeuvre leurs rêves, et tout espoir n'est peut être pas perdu.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

199 Re: Je viens de lire le Dim 22 Mai - 15:16

Raymond

avatar
Admin
Quelques articles sur le Web parlent (en bien) de Freedom Hospital.

Il y a d'abord Actua BD !

http://www.actuabd.com/Freedom-Hospital-pour-comprendre

Ensuite, le blog de la Bédéthèque idéale :

http://www.telerama.fr/livre/la-bedetheque-ideale-124-freedom-hospital-ou-le-quotidien-d-un-hopital-clandestin-syrien,142337.php

Le Figaro en dit aussi du bien.

http://izneo.lefigaro.fr/albums/freedom-hospital-A18953

Bo Doï y consacre un article très court.

http://www.bodoi.info/freedom-hospital/


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

200 Re: Je viens de lire le Dim 3 Juil - 19:44

Raymond

avatar
Admin
Le temps passe, et je délaisse cette rubrique. Il y a pourtant beaucoup de belles BD qui sont parues ce printemps.   Rolling Eyes

Je n'arrive pas à suivre, mais je vais tout de même signaler ici une de mes plus belles lectures de ce printemps. Cet album s'intitule l'Adoption - Quinaya, et il est dessiné par Arno Monin sur un scénario de Zidrou.





Tout est raconté à travers le regard d'un vieux bonhomme un peu bourru, dont le fils n'arrive pas à avoir d'enfant. Ce dernier, avec son épouse, ramène du Pérou une mignonne petite fille prénommée Quinaya, et l'enfant va progressivement découvrir le monde européen. Comme on pouvait s'y attendre, elle va également faire la conquête du "grand père", mais le scénariste est trop rusé pour se contenter d'un scénario trop prévisible. Des surprises attendent le lecteur, mais je ne dévoilerai bien sûr pas la surprenante conclusion de l'histoire.  Wink



Le scénario est remarquable, mais le dessin est lui aussi d'une séduction surprenante. La mise en page est simple et dynamique, les personnages sont croqués avec tendresse, et les couleurs sont belles et veloutées. Arno Monin n'est pas un débutant (il fait de la BD depuis 15 ans), mais il n'avait pas réalisé jusqu'à présent de grande oeuvre. Avec l'Adoption - Qinaya, il réussit un coup de maître et devient un "auteur à suivre".



La série n'est pas finie, et je me demande si le tome 2 sera la suite de "Qinaya" (j'avoue être un peu frustrée par la fin de l'album  Wink ). On a en tout cas envie de retrouver ces personnages et ces scènes qui respirent l'authenticité.



Cet album fera certainement partie de mon "top ten" en fin d'année. Cool


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 8 sur 10]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum