Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les bédés de l'Empire Romain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Les bédés de l'Empire Romain le Jeu 6 Jan - 14:00

Raymond

avatar
Admin
Vous allez penser que j'exagère, et vous avec probablement raison. Néanmoins, j'ose ouvrir un tel sujet. Smile

Admettons-le d'emblée, il y a bien peu de pièces qui attestent l'existence de séquences d'images au temps des romains. Il y a surtout une intuition, pour ne pas dire une conviction, dont j'avais déjà fait état dans le sujet consacré aux bandes dessinées médiévales. Comme d'habitude, je vais joindre quelques images à cette discussion, mais il n'y en aura malheureusement pas beaucoup. Peut être même que la majorité d'entre elles vous sont déjà connues.

Je peux avancer 5 ou 6 arguments pour défendre l'idée qu'une forme de BD existait au temps de l'Empire Romain. Je vais donc vous les présenter un par un, assez tranquillement, pour vous donner le temps de réagir. La discussion sera de toute façon plus brève que celle qui est consacrée au Moyen Âge. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

2 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Jeu 6 Jan - 14:09

Raymond

avatar
Admin
Comme d'habitude, je commencerai pas préciser mes sources d'information. Le Codices Illustres d'Ingo Walther (déjà présenté dans le sujet "BD médiévales") m'a apporté quelques renseignements intéressants, mais le meilleur livre que je connaisse sur ce sujet a été écrit par Kurt Weizman. Il s'intitule "Manuscrits gréco-romains et paléochrétiens" et il a été publié en 1977 aux éditions du Chêne. Il est richement illustré et chaque miniature est décrite en détail. Sans avoir lu ce livre, il est probable que je n'aurais pas osé ouvrir une telle discussion.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

3 Argument 1 : l'héritage grec le Jeu 6 Jan - 14:50

Raymond

avatar
Admin
Aujourd'hui, il nous reste très peu de documents manuscrits qui proviennent de la Grèce antique. Il faut préciser d'emblée que le parchemin n'existait pas encore à cette époque. Les textes étaient écrits sur un papier de papyrus, et les feuillets étaient regroupés sous la forme de rouleaux que l'on appelle volumen. Entreposé dans un pays au climat chaud et sec, ces rouleaux se conservaient assez convenablement, mais ce n'était pas le cas dans les régions plus froides ou humides. Les textes grecs qui nous restent proviennent surtout de copies plus tardives et il reste très peu de manuscrits originaux.

Examinons toutefois quelques pièces originales qui sont conservées dans  les musées. Il y a tout d'abord le "Romance papyrus" qui se trouve à la bibliothèque nationale de France.



Ce papyrus mélange le texte et l'image et date du 2ème siècle avant JC. Il est écrit en grec et contient le fragment d'une romance qui est accompagnée de plusieurs dessins. Il ne s'agit pas d'une séquence d'image, mais il montre que les grecs aimaient illustrer leurs récits.

Un deuxième document du même genre est le Papyrus d'Herakles. Il est encore plus ancien et date du 3ème siècle avant JC.



Ce fragment raconte un exploit bien connu réalisé par Hercule. Les images intercalées dans le texte nous montrent le héros qui tue le Lion de Némée. On constate que le texte et les images sont groupés de façon complémentaire pour étoffer le récit. Il est logique de penser que ce genre de manuscrit était fréquent dans la Grèce antique.



Dernière édition par Raymond le Ven 29 Juil - 21:15, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Bernard

avatar
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Pour ma part je ne connaissais pas ces superbes documents Embarassed
Il doit sûrement y en avoir mais où ? Nous avons en effet pas mal d'image sans texte (Pompéï, les vases et les monuments) et à l'époque il devait y avoir ce que l'on appelle maintenant des "Tag" racontant l'épopée de l'une ou l'autre célébrité de l'époque non ?
maintenant si tu ne parles que de "papier" alors oui cela doit être rare.

5 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Ven 7 Jan - 10:25

Raymond

avatar
Admin
La peinture romaine que nous connaissons est essentiellement murale, mais il existe aussi quelques documents sur parchemin. Ils vont venir dans quelques posts (j'essaie de garder une sorte de crescendo, avec des révélations progressives Wink ). Il y aura aussi une petite séquence d'images. Cool


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Mon deuxième argument n'est pas d'une originalité foudroyante, il faut bien l'avouer, mais il souligne une constatation importante. La littérature et les documents écrits prenaient une très grande place dans la civilisation romaine, dès la fin de la république. Que ce soit pour le commerce, pour la justice, pour l'établissement des lois, pour le recueil des connaissances ou pour le plaisir des arts, les manuscrits et les rouleaux étaient omniprésents chez les romains cultivés. L'apprentissage de la lecture faisait partie de l'éducation du citoyen.



Vous voyez ci-dessus le fragment d'une fresque qui a été découverte à Pompéi. Un jeune romain y lit un texte traditionnel pendant une cérémonie et c'est presque une scène de vie quotidienne. Sous bien des aspects, la vie des romains aisés était assez proche de la nôtre,

Les écrits de Pline l'ancien nous suggèrent qu'il y avait une grande richesse et une belle variété des documents écrits, et qu'ils contenaient souvent des illustrations. Pline relate dans son "Histoire Naturelle" que "l'oeuvre encyclopédique de Varron contenait 700 portraits d'homme célèbres", et il précise que cette encyclopédie était répandue dans le monde entier. Il évoque également les herbiers de Crateva, de Dionysus et Metrodorus qui étaient illustrés de la plus attrayante façon. Il y avait ainsi un marché du livre dans l'Empire Romain et il était déjà très actif au 1er siècle après JC. La civilisation romaine était prête à s'intéresser aux séquences d'images.  Wink



Dernière édition par Raymond le Ven 29 Juil - 21:19, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
De même que pour la littérature, la société romaine avait atteint un haut niveau de raffinement dans ses peintures  et sa production d'images.

Cet aspect de leur civilisation était mal connu avant la découverte au XVIIIème siècle des peintures murales de Pompéi et d'Herculanum. On savait cependant, grâce aux écrits de Pline, que les peintres et les dessinateurs  étaient nombreux dans tout l'Empire et qu'ils reproduisaient le réel avec beaucoup d'adresse. Les images étaient surtout exposées sur les murs des villas (il n'y avait pas de peinture sur chevalet) et les styles étaient très diversifiés. Dans le genre réaliste, on peut par exemple admirer cette scène mythologique qui a été découverte à Herculanum.



Si les romains appréciaient particulièrement les portraits, ils ne dédaignaient pas les autres genres et décoraient leurs maisons avec des motifs très variés. Ils utilisaient souvent de faux décors ou de simples dessins géométriques. Ils choisissaient aussi parfois de belles natures mortes.



Le dessin caricatural existait également, même si les exemples sont moins nombreux. Dans cette mosaîque, qui montre un groupe de musiciens masqués, on découvre un style graphique qui s'en rapproche, et qui touche au comique.



Je vous l'ai déjà dit, la peinture n'existait pas seulement sous forme de fresques et de mosaïque. Il y avait aussi des illustrations dans les livres et je vais vous en montrer maintenant quelques exemples.  Wink



Dernière édition par Raymond le Ven 29 Juil - 21:20, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

8 Argument 4 : l'invention du codex le Lun 10 Jan - 19:36

Raymond

avatar
Admin
On oublie bien souvent que les premiers livres ont été créés au temps de l'Empire Romain. Cette invention me parait pourtant aussi importante que celle de l'imprimerie.

Au départ, les textes étaient écrits sur la pierre ou sur des tablettes d'argile (au temps de Babylone). Le papier de papyrus se révéla ensuite bien plus pratique mais les égyptiens gardaient un contrôle absolu de sa production. Pour vaincre ce monopole, des grecs (à Pergame) utilisèrent de manière plus large le parchemin réalisé à partir de peaux animales, dès le 2ème siècle avant JC. Cet emploi se généralisa ensuite dans tout l'Empire Romain.

Le parchemin prit vraiment une place prépondérante lorsqu'on réalisa que ses feuilles plates pouvaient être pliées, plutôt que d'être roulées comme les papyrus, et c'est ainsi que naquit le "codex". Les feuilles (ou folio) pouvaient être imprimées sur les deux faces (recto et verso) et permettaient aussi d'appliquer des couches de peinture plus épaisses. La création de miniatures dans les codex (qui devinrent des livres) allait suivre cette avancée technique d'une manière toute naturelle.

Les premiers codex ont malheureusement disparu. Ils ont été perdus ou détruits au cours du temps et le plus vieil exemplaire de livre se trouve maintenant au Vatican. On l'appelle le Virgilius Vaticanus car il contient des textes de Virgile. Le manuscrit comporte 76 folios et contient des extraits de l'Enéide et des Géorgiques. Il date d'environ 400 après JC et présente environ 50 miniatures, parfois en pleine page. Voici à quoi elles ressemblent.



Cette image illustre un passage de l'Enéide qui est la prise de Troie. On y voit les grecs pénétrer dans la place forte en sortant du fameux cheval. Les couleurs ne sont pas extraordinaires, bien sûr, mais elles sont tout de même vieilles de 1600 ans. Wink

Voici une deuxième miniature qui illustre un autre passage de l'Enéide. Il s'agit du suicide de Didon. On la voit ici poser l'épée qui vient de percer sa propre poitrine.



Le livre illustré existait donc au temps des romains. Mais ... vous allez peut être me demander maintenant : existait-il aussi des séquences d'images ?  Smile



Dernière édition par Raymond le Ven 29 Juil - 21:22, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
On connait mal l'art et la littérature de Byzance, dont il nous reste pourtant un grand nombre d'oeuvres. On oublie souvent que cet état se considérait comme une survivance de l'Empire Romain, et que c'était la plus grande ville du Moyen-Âge. La civilisation byzantine s'étend sur près de mille ans, et c'est en partie grâce à elle que les littératures grecque et romaine ont été préservées.

Au 6ème siècle après JC, donc à peu près à l'époque de l'empereur Justinien, sont apparus dans l'empire byzantin de luxueux manuscrits que l'on nomme les "codices pourpres". Ces livres étaient constitués de feuilles de parchemins teintés d'une couleur pourpre et le texte y était écrit au moyen d'une encre argentée. Il nous reste aujourd'hui trois "codices" dans ce genre, malheureusement tous incomplets. Parmi eux, je m'intéresserai au manuscrit que l'on appelle Genèse de Vienne, du nom de la ville où il est conservé.

Selon Ingo Walther, il subsiste 24 folios de la Genèse de Vienne et ils contiennent 48 miniatures. Le texte est écrit en grec et en caractère cyrilliques, tandis que plusieurs peintres (aux styles assez différents) en ont créé les illustrations. Le plus intéressant (pour ce qui nous concerne) me semble être "le Coloriste", car ce dernier compose volontiers des suites d'images. Voici comment se présente une page du manuscrit qui raconte le départ de Joseph vers Sichem (récit qui correspond au chapitre XXXVII de la Genèse).



Vu comme ça, on ne pense pas d'emblée à une bande dessinée. Si on regarde de près la miniature en bas de la page, on réalise qu'il y a en fait quatre images et qu'elles composent une suite narrative. Je vous les détaillerai un peu plus dans le message suivant.

De même que la fameuse planche de l'évangile d'Augustin (déjà présentée avec les "bandes dessinées médiévales"), cette oeuvre a été réalisée moins d'un siècle après la chute de l'Empire Romain d'Occident. Cela laisse supposer que l'utilisation de suites d'images n'était probablement pas rare chez les romains.  Cool



Dernière édition par Raymond le Ven 29 Juil - 21:24, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

10 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Dim 16 Jan - 15:24

Raymond

avatar
Admin
Regardons maintenant plus en détail cette miniature historiée.

La première image montre les adieux de Joseph à son père Jacob. Il se penche vers son jeune frère Benjamin pour l'embrasser. Derrière lui se tient une femme qui est peut être Bilha, la servante de Rachel.



Sur la deuxième image, Joseph s'en va. Il est accompagné par un ange (ce détail est bien sûr un ajout qui n'est pas dans la Bible  Wink ) et se retourne pour dire au revoir à Benjamin qui pleure.



La troisième image est séparée de la quatrième par une petite montagne, On y voit un homme de dos, qui indique à Joseph le chemin à suivre pour aller à Dothan.



La dernière scène nontre Joseph arriver près de ses frères ainés, qui lui font des signes. Devant lui se trouve un chien, et ceci fait allusion à ce qui va se passer ensuite (les frères ont l'intention de le tuer en excitant des chiens contre lui).



L'histoire de Joseph ne se termine pas là, bien sûr, mais la planche suivante n'a malheureusement pas été conservée. Il y a une lacune de six folios avant que l'on retrouve des images de Joseph en Egypte, affrontant la femme de Potiphar. Cette petite séquence m'a cependant permis de prouver que les byzantins (et les romains) dessinaient bien des histoires en image.  Cool



Dernière édition par Raymond le Ven 29 Juil - 21:26, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

11 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Lun 17 Jan - 15:46

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:



Par Toutatis ! Moi qui croyait que les Romains lisaient le journal  sur des plaques de marbre ! Wink

http://planbd.blogspot.com

12 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Lun 17 Jan - 15:50

Raymond

avatar
Admin
Si c'était le cas, il nous resterait probablement bien plus de documents d'époque. Very Happy

Sinon, je devine aussi à quelle BD tu fais allusion ("tape moins fort, gaulois "....). Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

13 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Lun 17 Jan - 16:14

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Le problème, c'est que je serais bien incapable de retrouver le titre de cet album ...! Abyssus abyssum invocat. (Pas les Helvètes quand-même ?)

http://planbd.blogspot.com

14 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Lun 17 Jan - 16:18

Raymond

avatar
Admin
Cela se trouve dans Astérix légionnaire, un de mes albums favoris. Cette planche est pour moi légendaire, et c'est une de ces pages que je trouve parfaite (magnifique crescendo dans l'humour avec une explosion de baffes à la fin). J'avais même le projet d'en parler une fois sur mon blog. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

15 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Lun 17 Jan - 16:21

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Roma locuta, causa finita est.
Errare humanum est

http://planbd.blogspot.com

Raymond

avatar
Admin
Pour finir, j'en viens tout de même à l'Itala de Quedlinburg, fragments d'un codex qui date de la fin de l'Empire Romain (première moitié du 5ème siècle). Sa date exacte de parution n'est pas connue.

Avant de mettre en ligne des images, il faut tout de même que je vous conte l'histoire de ce manuscrit.

En 1865, on découvrit à l'abbaye de Quedlinburg (petite ville d'Allemagne) de vieux parchemins  qui avaient été incorporés dans la reliure d'un livre de la Renaissance. Ce "méfait" avait été exécuté tout à fait volontairement en 1618 par un certain Asmus Reitel de Quedlinburg. Ce gâchis n'avait rien d'accidentel et il semble au contraire que cette réutilisation de vieux parchemins (par exemple en effaçant les anciens textes d'origine pour réécrire quelque chose de nouveau sur la feuille) était une pratique courante au Moyen Âge ou à la Renaissance. Une fois que l'on possédait une copie d'un texte ancien, on n'accordait plus aucune importance au document original. Il est ainsi probable que la disparition presque complète des manuscrits romains soit davantage dû à l'action des clercs et des copistes qu'aux destructions faites par les militaires ou les barbares.   What a Face

Bref, dans la reliure de ce livre de 1618, on découvrit six feuillets (ou folios) beaucoup plus anciens qui dataient de la fin de l'Empire Romain. Ce manuscrit (dont la plus grande partie est bien sûr perdue) comportait à l'origine les livres de Samuel et les livres des Rois, une partie de la Bible que l'on appelle généralement les "livres historiques". Là où cela devient intéressant, c'est que ces folios présentent un texte sur une face et des illustrations sur l'autre face. La plupart des images sont compartimentés (entre deux et cinq dessins par page) et le lecteur découvrait une histoire en regardant d'un côté le texte et de l'autre les images. Voici comment se présente une page de miniatures.



L'état de conservation n'est bien sûr pas fameux. Vous constatez tout de même que ces quatre images ont des dimensions régulières et un fond coloré constant (c'est à dire un décor unique), et qu'elles présentent des personnages qui réapparaissent de case en case. Cela raconte la rencontre de Samuel et de Saül après la victoire de ce dernier contre les Amalécites. C'est un fragment de récit qui correspond aux vers 13 à 33 du Livre de Samuel I, 15.

Je vous commenterai demain ces cases (il se fait tard) mais vous constatez déjà que ce manuscrit contient une véritable séquence d'images que, pour ma part, je n'hésite pas à considérer comme une forme primitive de bande dessinée.   Very Happy



Dernière édition par Raymond le Ven 29 Juil - 21:28, édité 2 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

17 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Sam 22 Jan - 15:33

Raymond

avatar
Admin
Première remarque sur ce manuscrit de Quedlinburg : on découvre du texte à l'intérieur des cases ! Seraient-ce des récitatifs ou des dialogues ?

Eh bien ce n'est pas le cas ! Il faut tout simplement se rappeler que ces feuillets étaient agglomérés à l'intérieur d'une reliure de livre. Suite à l'arrachage de ces pages, une partie de la couche de peinture s'est écaillée, et ceci a permis de révéler un texte qui était au départ complètement caché sous l'illustration. Il s'agit simplement d'indications que le concepteur (on pourrait dire le scénariste) avait écrit sur la page à l'intention du miniaturiste (ou si vous préférez du dessinateur Wink ) pour préciser la mise en scène de chaque dessin. La séquence d'image est donc muette, mais elle a été "élaborée" par un réalisateur (probablement en fonction du texte qui se trouve sur l'autre page) avant d'être dessinée.

Une véritable BD, je vous dis ! Smile


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

18 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Sam 22 Jan - 16:31

Raymond

avatar
Admin
Venons-en au récit de cette séquence d'images !  Very Happy

Pour mieux la comprendre, il faut bien sûr lire le chapitre 15 du premier livre de Samuel. Saül est allé faire la guerre aux Amalécites et Iahvé lui avait donné l'ordre de n'épargner personne. Il devait massacrer hommes, femmes, enfants et animaux (et tutti quanti) sans faire d'exception (eh oui ... c'est comme ça dans l'Ancien Testament ... aujourd'hui on parlerait de génocide ... enfin bon !). Or donc, la guerre contre les Amalécites est terminée, et après que le roi Saül ait gagné la bataille, et qu'il ait tué tous les soldats, et tous les civils, et toutes les femmes et enfants, il a tout de même préféré garder vivant et prisonnier le roi Agag, sans lui couper la tête. Pire encore (blood'n guts et mille sabords), il a bien exterminé les animaux chétifs mais il a osé garder bien vivants les meilleurs boeufs, les agneaux gras et "tout ce qu'il y avait de bon" ... On peut au fond le comprendre mais ... ça va chauffer pour Saül. Son comportement ne plait pas à Iahvé.   gourdin

C'est ainsi que Dieu dit à Samuel qu'il regrettait d'avoir fait de Saül un roi. Samuel est alors lui aussi très fâché et il pousse des cris de rage. Dame, il est quand même le prophète de Dieu !

Saül revient donc de sa guerre contre les Amalécites, et il est tout heureux d'avoir gagné. Il est allé au Carmel pour y faire un sacrifice cérémoniel, pour "fêter l'événement" en quelque sorte. Cependant, Samuel vient le voir pour le punir de sa désobéissance. C'est le tableau que l'on découvre dans la première case. Samuel se trouve à gauche (son image est en partie effacée) et il arrive dans un char tiré par deux chevaux, tandis que Saül à droite est en train de faire son sacrifice.



Samuel se lance bien sûr dans une série d'imprécations et annonce à Saül que Dieu le rejette. Il lui tourne ensuite le dos pour s'en aller, mais Saül (un peu démoralisé quand même  Wink  ) se lance à sa poursuite et l'attrape par son manteau qu'il déchire involontairement. C'est la scène que l'on découvre dans la deuxième case.



Dans la scène suivante, Saül demande pardon pour ses  péchés. Samuel lui répond : "ouais ... bon ... je veux bien ... mais que l'on m'amène le roi Agag". Ils prient ensemble le Bon Dieu.



Pour finir, le roi Agag arrive sur place. Il est tout content d'avoir été épargné, mais le prophète Samuel ne va pas lui faire de cadeau, tout de même. Le prophète massacre Agag sur place, tandis que Saül regarde la scène.



Après cela, Aamuel quitte Saül et il ne le reverra plus jamais. Il partira en quête d'un nouveau roi d'Israël et choisira le jeune berger David ... mais c'est une autre histoire.  Wink



Dernière édition par Raymond le Ven 29 Juil - 21:30, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

19 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Mar 25 Jan - 0:06

Raymond

avatar
Admin
Voilà, vous avez toutes les pièces et il ne vous reste plus qu'à formuler vos propres conclusions. Pour moi, il ne fait pas de doute qu'une certaine forme de bande dessinée a bien existé au temps de l'Empire romain.

Il reste toutefois une question à laquelle il sera bien malaisé de répondre, et qui découle logiquement de la thèse que j'ai défendu : y avait-il de la BD avant les romains ?

Si on admet que la bande dessinée est au départ une séquence de dessins inscrite sur une feuille de papier (définition hautement contestable de nos jours mais il y a des gens qui la défendent), il faut d'abord un support matériel (le papier) pour faire de la BD. Or l'utilisation du papier de parchemin ne s'est développée qu'à partir du temps des romains. Avant cela, l'écriture était inscrite sur des papyrus, sur des plaques de bois ou sur des tablettes d'argile.

Dans la Grèce antique, on utilisait beaucoup le papyrus dont les feuilles étaient cousues pour former des volumen. Ces supports ont mal résisté au temps et il reste bien peu de papyrus qui soient plus anciens que l'Empire romain. Certes, on utilisait aussi pour l'écriture des tablettes de bois enduites de cire, que l'on gravait ensuite avec un stylet (cette méthode a continué à être utilisée par les romains). Le terme de codex désignait d'ailleurs au départ un assemblement de plusieurs tablettes de bois, mais il ne reste presque aucune pièce de ce genre. Les textes et les livres grecs ne subsistent que grâce à des copies tardives et on ne sait rien des images qu'ils contenaient à l'origine.

On ne peut donc que faire des suppositions sur l'utilisation des images par les grecs (et avant eux les assyriens, les phéniciens et j'en passe) et sur leur association possible à un texte. Pour ma part, j'ai la conviction que les romains n'ont pas inventé la séquence de dessins et que l'utilisation narrative de l'image est aussi ancienne que l'écriture elle-même. Chacun peut cependant formuler sa propre théorie (et ses objections) à ce stade de la réflexion. Je serais ravi de les connaître. jap


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

20 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Mar 25 Jan - 15:09

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Je connaissais Saül Péhyé , mais j'avais jamais entendu parler du roi à gag.
http://lencyclopedix.free.fr/image/caricatures/saul_pehye.jpg

http://planbd.blogspot.com

21 Re: Les bédés de l'Empire Romain le Mar 25 Jan - 16:16

Raymond

avatar
Admin
Mmm ... en l'occurrence, le roi Saül l'a chèrement payé. Rolling Eyes
Quant au roi Agag, on lui a vite fait passer l'envie de rire. Wink
Dans l'Ancien Testament, on ne rigole pas. Smile


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum