Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

MATTEO et les autres albums de Jean-Pierre GIBRAT

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 3]

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
"Cécile".


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Dans ce Journal d"Armor TV, vous pourrez voir au bout de ~ 2'50 un reportage sur une exposition Gibrat à la Médiathèque d'Yffiniac.


http://armortv.fr/_v2/index.php/journal-armortv/item/jt-du-11-09-2015

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
"Jeanne".


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Tirage limité.


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Voilà une dédicace de toute beauté !!!  Wink I love you


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Matteo / Deuxième époque.


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
"Cécile".


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
"Le vol du corbeau", volume 2.


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Dessin réalisé à l'occasion du Festival de Solliès.


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Ex-libris.


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
"Cécile".





Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Aquarelle / "Jeanne".


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel



Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
"Cécile".


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Mattéo / Tome 1.


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Sortie prévue le 12 octobre.


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
La version luxe sera également disponible à la même date.


Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Affiche promotionnelle pour la sortie imminente de ce nouvel album; elle sera visible dans les gares.



eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour

Mattéo poursuit sa traversée du XXème siècle. Il semble rechercher les tempêtes de l'histoire et possède le talent rare de se retrouver, à chaque fois, dans l’œil d'un cyclone ! Gibrat emmène donc nos héros, ce couple qui ne dit pas son nom mais dont toutes les lectrices(lecteurs) ont compris l'existence, en Espagne, au cœur du conflit. Amélie va exercer ses talents d'infirmières, tandis que Mattéo, l'anarchiste, se retrouve à la tête d'une brigade internationale. L'opus raconte  la conquête meurtrière d'un petit village catalan tenu par les nationalistes.
L'histoire est donc vue par le petit bout de la lorgnette, à travers le destin de gens ordinaires. On retrouve donc les recettes éprouvées et inventées dans Le Sursis et Le vol du corbeau. On pense au docteur Jivago, pris aussi dans un évènement plus grand que lui. Néanmoins, Amélie et Mattéo sont plus que des spectateurs, ils se veulent acteurs. Amélie soigne les soldats et Mattéo va mener l'assaut. Gibrat nous révèle une facette inconnue de sa personnalité, un humour grinçant un peu à la sauce Charlie Hebdo, et le personnage du curé fait débat. Doit-on en rire ou en pleurer ? Il soulève aussi moult questions philosophiques ? Jusqu'où suivre ses idées ? La religion est-elle un vecteur de paix ? Quel sens donner à sa vie ?

J'ai été séduite ( Laughing ) par la relation entre nos deux héros qui m'a fait penser à la chanson d’Édith Piaf : La Foule. L'infirmière et l'anarchiste tournent l'un autour de l'autre, s'éloignent pour mieux se rapprocher. Et leurs toquades (Amélie semble s'amouracher d'un aviateur britannique pendant que Mattéo est très proche d'une franc-tireur polonaise...) ressemblent à un jeu d'acteurs. La fin est ouverte. Et il nous faudra attendre le 5ème opus pour connaitre le sort des deux personnages.

Le dessin est égal à lui même. La beauté des femmes est parfaitement mise en valeur, et une grande sensualité émane d'elles. Les hommes, euh, bon, bah, comment dire, et bien, on ne demande pas spécialement à un homme d'être un canon de beauté ( Laughing ) ! Les paysages catalans font rêver, tant la campagne que le village. Et les couleurs sont franches, éclatantes, solaires. Un délice.

En résumé, un Gibrat très classique. Pas du niveau du Sursis bien évidemment, mais qui se tient et traduit l'engagement sans faille d'un artiste intègre.

Cordialement
Eléanore

Raymond

avatar
Admin
J'ai donc lu aujourd'hui cette "4ème époque" de Matteo, et j'avoue ne pas avoir pensé à la chanson d'Edith Piaf !  Wink

Cela fait bien 4 ans que Gibrat dessinait cette histoire, et je dois avouer que j'avais un peu oublié le tome précédent. Mais il ne m'a pas été difficile de renouer avec le récit. Matteo et ses amis étaient donc en fuite vers l'Espagne, en emmenant un stock d'armes, et il ne leur a pas été difficile de s'engager aux côtés des républicains espagnols.

J'étais curieux de voir comment Gibrat allait présenter cette terrible Guerre d'Espagne ... et le dessinateur reste fidèle à sa manière. Il se concentre sur ses personnages et dédaigne la grande stratégie. Il n'y a donc pas de grande explication sur la situation politique de 1936 (quoique les dissensions entre anarchistes et communistes soient évoquées) ! L'auteur préfère nous dévoiler le vécu des simples combattants, avec leur équipement rudimentaire, la longue attente des batailles, et leurs réactions à vif devant la cruauté ou l'absurdité de certaines situations. Les combats eux-mêmes sont montrés d'une façon assez pudique, avec quelques belles images muettes, en évitant d'exagérer les effets.



Sinon, en dehors des combats, Matteo et Amélie se livrent à un plaisant marivaudage, mais il est vrai que la guerre est assez propice à ce genre d'instabilité sentimentale. Le récit avance par ailleurs assez peu, et en dehors de la prise d'un village qui était occupé par les fascistes, la situation des protagonistes n'a pas beaucoup évolué à la fin de l'album. Gibrat progresse en fait lentement et je me demande comment il va poursuivre cette histoire.

C'est un bel album, en tout cas, dont l'ambiance très justement décrite m'a remémoré certaines lectures, comme "Pour qui sonne le glas" (quoique Hemingway soit un peu plus romantique) ou comme "l'Espoir" (mais Malraux reste plus politique). Petit bémol à reconnaître, tout de même, le dessin de Gibrat m'a paru presque un peu trop joli par rapport à l'univers guerrier qu'il décrit, mais ... on ne va pas reprocher à un dessinateur de faire de belles images.  Wink

Voilà ! Il faudra maintenant se montrer patient avant de connaître la suite, car il me semble  que Gibrat dessine de plus en plus lentement, mais Matteo reste une valeur sûre pour tous les amateurs de BD historique.

C'est donc un des beaux albums de cet automne.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum