Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le testament de César : les critiques

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Aller en bas  Message [Page 3 sur 9]

Invité


Invité
Oui, c'est exact. Partout, les avis sont très partagés... Mêmes sons de cloches dans deux ou trois librairies parisiennes visitées cet après midi. Certains ont aimé, d'autres pas.

sergius

sergius
alixophile
alixophile
Christophe a écrit:Sergius ne l'a pas encore lu. Attendons qu'il prenne une soirée à le lire et attendons son opinion.

J'ai bien lu cette opus.

Mes critiques:

Dessin raide et bien trop simpliste pour un Alix. Décors très très juste (Voir page 25 case 2 et comparer aux légions perdues !!!!). On a la chance de voir un Alix à Rome et nous n'avons pas de plans larges et que peu de grands décors.

Pour le scénario, le traitement de Galva est fait avec beaucoup de légèreté et est bien trop caricatural... Octave aurait du avoir une importance plus importante dans l'histoire.

Bref, je reste sur ma première impression, c'est un Alix moyen, bien meilleur que le Ferry mais nettement moins bon que le Simon !

Encore un Alix que je ne relirais pas d’emblée, lui préférant un "Démon du Pharos" ou bien sur les albums de J.Martin.

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
La bonne surprise de Paris Normandie
http://www.paris-normandie.fr/article/livres/le-testament-de-cesar-la-bonne-surprise

http://alixmag.canalblog.com/

Raymond

Raymond
Admin
Voilà, je viens de refermer cet album et la conclusion ne fait pas de doute : il est excellent ! pouce

Parlons d'abord de l'intrigue qui est parfaitement maîtrisée. Elle ne repose pas uniquement sur un meurtre et un mystère policier et décrit surtout les luttes politiques romaines d'une manière bien documentée (on peut d'ailleurs relire à ce sujet l'article du Matin présenté par Jean-Marc). Elle propose également un suspense bien construit ainsi que de nouveaux personnages (en particulier féminins) qui sont bien imaginés. Venanzi a osé prendre quelques "libertés" avec des personnages classiques de la série (en particulier Galva et Octave) mais il a bien fait car cela leur donne une certaine vérité. De plus, on y découvre une évolution psychologique qui me parait logique, et qui avait déjà été esquissée par Jacques Martin. La conclusion très nostalgique quant à elle, me laisse une agréable impression et je trouve que la dernière image est assez forte.

Au final, j'ai été vraiment pris par cet album. De plus, j'ai l'impression que "la série avance", enfin, avec ce Testament de César. En effet, "certaines choses" (j'évite les spoilers Smile ) ont été transformées et Alix ne sera plus le même après ce récit. Par ailleurs, j'imagine qu'un personnage comme Aurelia pourrait bien revenir et être à l'origine de nouvelles aventures intéressantes. Si Venanzi continue la série, il ne manquera probablement pas d'exploiter ces possibilités.

Parlons ensuite du dessin, puisqu'il semble rebuter certains amateurs d'Alix. Je trouve qu'il est très bon, même si Venanzi n'essaie pas de faire du mimétisme avec le style de Jacques Martin. Le dessinateur a légèrement "martinisé" son dessin mais Alix garde un visage légèrement différent et cela me semble inévitable. Venanzi appartient à une autre école (celle du Juillard) et il a déjà une bonne expérience de la BD (une dizaine d'albums au moins) et il semble logique qu'il continue d'utiliser son propre style. Les décors sont parfois moins travaillés (quoique ...) mais cela ne me choque pas car l'ensemble de l'album est cohérent. En fait, il faut bien se faire à cette idée : pour que la série survive, elle doit évoluer aussi bien dans son style que son contenu. C'est exactement ce qui se passe avec cet album et cela me réjouis. Un nouvel auteur a pris les choses en main et les aventures d'Alix vont enfin redémarrer.

Voilà tout pour ces quelques impressions "à chaud"! Certains sujets pourront être abordés plus en détail quand tout le monde aura lu cette histoire. En tout cas, je la recommande à tous les réticents, et je sens qu'il y en reste quelques uns. Wink


_________________
Et toujours ... Le testament de César : les critiques - Page 3 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Invité


Invité
Raymond a écrit: En tout cas, je la recommande à tous les réticents, et je sens qu'il y en reste quelques uns. Wink

Merci Raymond pour ta louable intention mais, pour ma part, ce ne sera pas encore pour cette fois. deso

Invité


Invité
Les avis sont très partagés et exceptionnellement très tranchés, que ce soit sur ce forum ou sur les blogs de critiques BD : on a aimé cet album ou on l'a détesté. Ce n'est pas courant, c'est le moins que l'on puisse dire. Je fais partie de ceux qui ont été très agréablement surpris par ce nouvel album. Par contre, comme cela a été évoqué plus haut : que peut-on penser du "sacrifice" d'un des personnages fétiches (Glava) de l'univers de Jacques Martin ?



Dernière édition par Christophe le Sam 23 Oct - 22:43, édité 1 fois

Invité


Invité
Christophe a écrit:Par contre, comme cela a été évoqué plus haut : que peut-on penser du "sacrifice" d'un des personnages fétiches (Glava) de l'univers de Jacques Martin ?
Je ne voulais pas le dire trop tôt, mais c'est fait, le spoiler a eu lieu sans crier gare.
Je trouve que Galva est complètement ridiculisé dans cet album, réduit à une éponge à vin, ce n'est pas correct à mon sens.
En outre, il n'appartenait pas à Venanzi, ni à quiconque à part J Martin, de le faire mourir. C'est un personnage secondaire de premier plan, je dirais que c'est le meilleur - j'enlève Arbacès qui lui, est le "méchant"- et c'est se priver, pour l'avenir, d'un personnage attachant et truculent qui prenait parfaitement le contre-pied d'Alix, toujours très sage et réfléchi. On nous prive donc de Galva à partir de cet épisode.
J'ai bien aimé cet album, je ne l'ai pas adoré, mais ce point précis gâche une partie de mon plaisir.
Je suis convaincu que J Martin n'aurait jamais fait disparaître Galva.
Les lecteurs occasionnels ne seront certainement pas choqués, mais les fans, il en reste, pourront l'être, je crois.



Dernière édition par Jean-Marc le Sam 23 Oct - 22:20, édité 1 fois

Rodolphe


compagnon
compagnon
Salut à tous !

bon, je viens de le lire ce fameux testament de césar et... down

Le fond de l'histoire n'est pas si mal, voire même intéressant, mais sur la forme bonjour les dégâts.
Le dessin est trop rigide, la mise en couleur est bâclée, et pour les décors ça me fait regretter Moralès ( la vue de Rome p.32 fait peine à voir dans une série comme Alix). On est loin du dessin de Christophe Simon.
Quitte à prendre des dessinateurs qui ont déjà un style bien à eux et leurs propres séries (comme c'était le cas pour Ferry je crois) pourquoi ne pas les laisser dessiner dans leur style, alors qu'on cherche au contraire à les faire se rapprocher du style Martin ?
L'intrigue est intéressante mais elle n'est pas toujours bien tournée (
Spoiler:
le parachutage des filles de Galva est trop artificiel, Galva se résume à un alcolique sur le déclin, et puis surtout quelle idée de le tuer ?!?! et puis Alix revoit Lidia mais aucune allusion à Roma Roma...on dirait même qu'il n'a jamais rien ressenti pour elle ! Par contre, l'évolution machiavélique d'Octave est intéressante, un bon point là !
)
En revanche ce qui est indigne d'une série de Jacques Martin et surtout d'Alix, c'est l'approximation historique : le coup du Octave "futur empereur" (p.34) c'est lamentable...

C'est là qu'on se rend définitivement compte que Jacques Martin restera irremplaçable ne serait-ce que pour ses talents de scénariste.

Michel Jacquemart

Michel Jacquemart
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Eh bien, en lisant tout cela, je finis par me demander si, finalement, ce n'est pas, hélas! notre ami JYB qui avait raison...

JYB


vieux sage
vieux sage
Michel Jacquemart a écrit:Eh bien, en lisant tout cela, je finis par me demander si ce n'est pas, hélas! notre ami JYB qui avait raison...
Eh oui...
Mais n'ayant pas lu cet album, ne connaissant pas bien la série Alix (sauf quelques albums anciens que j'ai lus et que je possède d'ailleurs dans ma bibliothèque) et ne souhaitant de toute façon pas donner mon avis, je préfère ne pas être aspiré dans cette discussion...

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Beaucoup de lecteurs ne sont pas d'accord, ou étonnés, à ce que Galva soit devenu un peu ivrogne. C'est un peu oublié l'épisode "Les Barbares", où Galva prend son temps pour rejoindre Alix et Enak, en s'arrêtant ici ou là pour festoyer. A la fin des Barbares,si Enak est entre la vie et la mort, Galva en est un peu le fautif. Surement le géneral s'en veut, et ça et d'autres choses de sa vie(la mort de sa femme, l'eloignement de ses filles etc..), il sombre peu à peu dans l'alcoolisme. Galva fini d'ailleurs son dialogue dans les Barbares ainsi:"Tu sais très bien qu'Alix n'est pas dupe des raisons de notre retard, nous avons trainés en Gaule pour nous divertir et les conséquences en sont dramatiques!...Cela va devenir une obsesion et je ne saurai cesse de voir revenir ce garçon avec le sourire et l'air jovial...". Je trouve que Venanzi a touché juste avec le caractère de ce personnage, c'est tout à fait 1 suite logique a ce que Jacques Martin en avait fait dans les Barbares.
Dans le Testament de César, Galva est le centre du récit, et même si je trouve sa mort triste, elle est plausible dans ce récit et ne me choque pas.Elle m'a étonné, oui, car Galava est un personnage important de la série, mais pas choqué. Il rejoint ainsi un autre personnage important de la série, Horatius, mort lui dans les flammes du Cheval de Troie.
Et je suis certain que sa fille Aurélia reviendra dans de prochains épisodes. Car même si plusieurs équipes réalisent des épisodes d'Alix, ils doivent prendre en compte les nouveaux personnages et Aurélia est un personnage qui peut-être très interessant dans les épisodes à venir.

http://alixmag.canalblog.com/

Michel Jacquemart

Michel Jacquemart
bédéphile pointu
bédéphile pointu
C'est très juste, cette réflexion à propos de Galva... En effet, dans les Barbares, il arrive trop tard, et j'ai aussi pensé que cela allait lui peser sur la conscience et qu'il risquait de sombrer dans l'alcoolisme... Quand à la mort d'Horatius, c'est vraiment un passage grandiose, dans le dernier Alix qui soit vraiment excellent à tout point de vue et qui clôt magistralement la trilogie commencée avec le Dernier Spartiate...

Maintenant, il faut bien se dire que le Testament de César, tout comme l'Ibère, sort de la chronologie d'Alix... Dès lors, tout devient possible... Mais il conviendrait que ces albums soient estampillés "hors-série", car ce sont en quelque sorte des "Alix alternatifs", un peu comme les histoires de Batman vieux ou de Batman au XIXème Siècle... Ce qui peut donner des albums très intéressants... Mais il serait bien, à mon sens, que l'on poursuive la "série-mère", une série "classique", qui continuerait suivant les canons définis par Jacques Martin... (Je pense que l'un n'empêche pas l'autre...)

Invité


Invité
stephane a écrit:Beaucoup de lecteurs ne sont pas d'accord, ou étonnés, à ce que Galva soit devenu un peu ivrogne. C'est un peu oublié l'épisode "Les Barbares", où Galva prend son temps pour rejoindre Alix et Enak, en s'arrêtant ici ou là pour festoyer. A la fin des Barbares,si Enak est entre la vie et la mort, Galva en est un peu le fautif.
Galva est fautif dans les Barbares, c'est certain, mais ce n'est nullement un alcoolique. Il s'arrête pour faire la fête et le regrette amèrement à la fin de l'épisode. Si faire la fête de temps à autre est synonyme d'alcoolisme, nous serions nombreux à l'être Very Happy
Mais Galva n'a rien à voir avec l'épave qu'on découvre dans cet album-ci. Il garde toute sa prestance et sa dignité dans Les Barbares.
Pour le reste, je pense qu'un repreneur n'a pas le droit "moral" de faire mourir un personnage secondaire de premier ordre créé par le père de la série.

Michel Jacquemart

Michel Jacquemart
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Ce que je voulais dire, c'est que l'alcoolisme de Galva n'est pas illogique: même s'il n'est pas alcoolique dans les Barbares, il pourrait l'être devenu par la suite, pour fuir son sentiment de culpabilité...

Certes Galva ne devrait peut-être pas mourir dans la série Alix, pas plus d'ailleurs que Pompée ou César, mais ici on est de tout façon sorti de la chronologie ! On est dans une autre série...

Invité


Invité
Michel Jacquemart a écrit: On est dans une autre série...
Que veux-tu dire, Michel?

Michel Jacquemart

Michel Jacquemart
bédéphile pointu
bédéphile pointu
On n'est plus dans la série définie par Jacques Martin... On est dans "Alix après le Rubicon", c'est autre chose... Un peu comme le Lefranc des années '50, ou "Mister Blueberry", qui n'est plus "Fort Navajo"... Ou ces séries alternatives de chez DC, où on fait vieillir Batman... Ce sont des séries dérivées... Ca pourrait être "Alix vu par...",

Invité


Invité
Oui, je comprends ce que tu veux dire. Mais le fait est qu'en réalité on est dans la même série : cet album est le numéro 29, il porte le nom de Jacques Martin et pour 99,999% (et je suis gentil Very Happy ) des lecteurs, c'est la série Alix, point barre.
Sinon, je répète que j'ai bien aimé cet album et que le scénario est pour moi le meilleur depuis Roma, Roma. Il n'y a que ce point précis qui me choque.

Michel Jacquemart

Michel Jacquemart
bédéphile pointu
bédéphile pointu
On devrait séparer clairement les deux séries, comme on le fait pour Blueberry... Sinon ça pose des problèmes de chronologie et de logique... On avait déjà eu le problème avec l'Ibère... On avait aussi demandé qu'il en soit ainsi pour Lefranc (où là, la chronologie est vraiment chamboulée, certains épisodes étant incompatibles entre eux - à moins que certains se déroulent dans un monde parallèle...) Very Happy
De toute façon, il n'y a jamais eu d'allusion à une famile de Galva... Il s'agit donc d'un épisode "parallèle", ou en tout cas "hors chronologie"... C'est un autre concept...

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Ce que je veux dire, c'est que Galva, de par sa vie, peut sombrer peu à peu dans l'alcoolisme.C'est vrai qu'à la fin des Barbares, il est redevenu l'homme que l'on a toujours connu,il n'empêche qu'il n'a pas pris son rôle de general et sa mission que lui avait confié César à coeur, et donc, petit à petit, les mois passant, il peut sombrer dans l'alcoolisme. Et puis, dans le dernier épisode, si il boit au debut d'épisode, en parlant à César "Ce ne sont pas les raisons de boire qui manquent!", il ne devient une épave qu'à la mort de Cécilia.Il boit beaucoup à partir de ce jourlà.

Je pense qu'à partir du moment où un auteur accepte l'idée que sa série continue après sa mort, c'est un risque qu'il faut accepter,qu'un successeur prenne l'envie de condamner un vieux personnage pour le besoin d'une histoire(d'ailleurs, Galva n'a jamais tenu un rôle aussi important que dans cet épisode).

http://alixmag.canalblog.com/

Raymond

Raymond
Admin
Michel Jacquemart a écrit:Eh bien, en lisant tout cela, je finis par me demander si, finalement, ce n'est pas, hélas! notre ami JYB qui avait raison...

Répondons d'abord à cette idée avec laquelle je ne suis pas d'accord !

Je fais partie de ceux qui souhaitent que la série continue, et également qu'elle reste vivante. Pour cela, il faut qu'un ou plusieurs nouveaux auteurs prennent l'oeuvre à leur compte et qu'ils construisent une suite logique à leur manière. On peut bien sûr leur fixer un cadre (par exemple ce qu'il ne faut pas faire avec certains personnages) et il est normal de respecter certaines limites. Cependant, il me semble préférable de laisser les nouveaux dessinateurs développer leur style, plutôt que de les contraindre perpétuellement à un processus d'imitation. Cela aura pour conséquence que certaines caractéristiques de la BD "martinienne" vont s'effacer. C'est, je crois, le prix à accepter pour que les aventures d'Alix se prolongent avec talent. On ne pourra pas "dupliquer" la manière de Jacques Martin (il faudrait un clône) mais on peut tout de même espérer qu'apparaissent de nouvelles histoires passionnnantes et bien dessinées. C'est dans cette dernière catégorie que je placerai Le Testament de César, et je souhaite qu'il y ait d'autres albums de ce niveau.


_________________
Et toujours ... Le testament de César : les critiques - Page 3 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Invité


Invité
C'est vrai, Stéphane, que Galva a ici quasiment le rôle principal, ce qui n'est pas mal pour un personnage secondaire Very Happy
Mais n'as-tu pas, comme moi, l'impression que Venanzi a un compte à régler avec lui ? Il ridiculise Galva et fait mourir celui qui, à la page 8, dit à Alix et Enak qu'il étaient un peu ses propres enfants. C'est un peu une double " mort du père" : juste après la disparition de leur père et créateur, Alix et Enak perdent ici un ami cher qui les considérait comme ses enfants. En s'affranchissant de Galva et de leur créateur, Alix et Enak sont maintenant libres de toute référence et peuvent continuer à vivre de nouvelles aventures avec d'autres créateurs. C'est peut-être ici de la psychologie de bazar que je fais, mais qui sait?

Raymond

Raymond
Admin
Je ne trouve pas que Galva est ridicule lorsqu'il s'adonne à l'alcool. Il est le personnage central et c'est son destin dramatique qui soutient la tension au récit. Il est malheureux et dépassé par une lutte politique, et surtout par une ruse de Jules César qu'il ne comprend pas. D'une certaine manière, il est prisonnier d'un affrontement qui le conduit à sacrifier ses proches et son destin prend une dimension tragique. Il a de bonnes raisons de s'ennivrer.

Dans l'ensemble, je suis d'ailleurs d'accord avec les idées de Stéphane. Il est opportun de rappeler que Jacques Martin sacrifiait lui aussi de temps en temps certains personnages secondaires importants (Adréa dans le Dieu Sauvage, Horatius dans le Cheval de Troie) pour créer d'excellentes histoires. Par ailleurs, pour qu'une série reste intéressante, il faut que les relations entre les personnages évoluent au cours du temps et qu'il y ait un certain renouvellement. Venanzi avait-il le droit de sacrifier Galva pour faire une bonne histoire ? Je pense que oui, et peut être même que Jacques Martin était d'accord, dans le fond. Il suffit de poser la question à Venanzi, n'est-ce pas ? Wink


_________________
Et toujours ... Le testament de César : les critiques - Page 3 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
C'est interessant ce que tu dis Jean-Marc. J'ai d'ailleurs repris ce que tu dis pour une question que je pose à Venanzi.
Par contre, je n'ai pas trouvé que Venanzi ait un compte à régler avec lui, ni qui le ridiculise.

http://alixmag.canalblog.com/

Invité


Invité
Je n'ai pas trouvé non plus Galva ridicule. Je n'ai pas eu cette impression. Qu'il fut dépassé par les événements et s'adonne à l'alcool, ça c'est un fait.

jfty

jfty
grand maître
grand maître
en attendant,je le regrette, ce sera adieu Galva pour la suite de toutes les aventures d'Alix! C'était un personnage important de cette série, presque le 3ème père d'Alix, après Astorix et Honorus Galla. On ne peu pas dire qu'Alix roule sur le chemin de la chance!
M.Vénanzi prends beaucoup de risques en éliminant ce personnage haut en couleur, mais après tout, la vie est faite ainsi.Galva est peu t'être heureux d'avoir rejoint son créateur!
Je souhaite le revoir au moins dans des flash-bac ou dans les rêves d'Alix ou Enak durant leurs futures aventures. Les prochains auteurs devraient en tenir compte
siffle

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 3 sur 9]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum