Le Deal du moment : -25%
APPLE Écouteurs sans fil AirPods 2
Voir le deal
135 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le testament de César : les critiques

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Aller en bas  Message [Page 9 sur 9]

Raymond

Raymond
Admin
On nous l'a déjà montrée quelque part, mais on la revoit avec plaisir. Very Happy


_________________
Et toujours ... Le testament de César : les critiques - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Après quelques mois, très interessante notre discussion! Very Happy

http://alixmag.canalblog.com/

Raymond

Raymond
Admin
stephane a écrit:Après quelques mois, très interessante notre discussion! Very Happy
Tu aimes les relire ? Very Happy


_________________
Et toujours ... Le testament de César : les critiques - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

daniel s

daniel s
alixophile
alixophile
enak est particulièrement moche sur la couverture du tirage de tête. Peut être est-ce l'effet du jeu d'ombres. je préfère personnellement les couleurs "à plat" des albums classiques.

Raymond

Raymond
Admin
Mmm ... avec la multiplication des dessinateurs, il faudra bien s'habituer à de légers changements de physionomie chez Alix et Enak. deso


_________________
Et toujours ... Le testament de César : les critiques - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Lion de Lisbonne

Lion de Lisbonne
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Mmm ... avec la multiplication des dessinateurs, il faudra bien s'habituer à de légers changements de physionomie chez Alix et Enak. deso
Oui, c'est vrai ça !
Mais le plus important c'est que, à mon avis, avec Christophe Simon, Marco Venanzi, et Marc Jailloux, Alix va très bien Exclamation pouce

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:
stephane a écrit:Après quelques mois, très interessante notre discussion! Very Happy
Tu aimes les relire ? Very Happy

oui, j'avoue que tout ça m'interesse bq!

http://alixmag.canalblog.com/

Draculea

Draculea
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Voilà, je viens de refermer cet album et la conclusion ne fait pas de doute : il est excellent !  pouce

Parlons d'abord de l'intrigue qui est parfaitement maîtrisée. Elle ne repose pas uniquement sur un meurtre et un mystère policier et décrit surtout les luttes politiques romaines d'une manière bien documentée (on peut d'ailleurs relire à ce sujet l'article du Matin présenté par Jean-Marc). Elle propose également un suspense bien construit ainsi que de nouveaux personnages (en particulier féminins) qui sont bien imaginés. Venanzi a osé prendre quelques "libertés" avec des personnages classiques de la série (en particulier Galva et Octave) mais il a bien fait car cela leur donne une certaine vérité. De plus, on y découvre une évolution psychologique qui me parait logique, et qui avait déjà été esquissée par Jacques Martin. La conclusion très nostalgique quant à elle, me laisse une agréable impression et je trouve que la dernière image est assez forte.

Au final, j'ai été vraiment pris par cet album. De plus, j'ai l'impression que "la série avance", enfin, avec ce Testament de César. En effet, "certaines choses" (j'évite les spoilers  Smile  ) ont été transformées et Alix ne sera plus le même après ce récit. Par ailleurs, j'imagine qu'un personnage comme Aurelia pourrait bien revenir et être à l'origine de nouvelles aventures intéressantes. Si Venanzi continue la série, il ne manquera probablement pas d'exploiter ces possibilités.

Parlons ensuite du dessin, puisqu'il semble rebuter certains amateurs d'Alix. Je trouve qu'il est très bon, même si Venanzi n'essaie pas de faire du mimétisme avec le style de Jacques Martin. Le dessinateur a légèrement "martinisé" son dessin mais Alix garde un visage légèrement différent et cela me semble inévitable. Venanzi appartient à une autre école (celle du Juillard) et il a déjà une bonne expérience de la BD (une dizaine d'albums au moins) et il semble logique qu'il continue d'utiliser son propre style. Les décors sont parfois moins travaillés (quoique ...) mais cela ne me choque pas car l'ensemble de l'album est cohérent. En fait, il faut bien se faire à cette idée : pour que la série survive, elle doit évoluer aussi bien dans son style que son contenu. C'est exactement ce qui se passe avec cet album et cela me réjouis. Un nouvel auteur a pris les choses en main et les aventures d'Alix vont enfin redémarrer.

Voilà tout pour ces quelques impressions "à chaud"! Certains sujets pourront être abordés plus en détail quand tout le monde aura lu cette histoire. En tout cas, je la recommande à tous les réticents, et je sens qu'il y en reste quelques uns.  Wink

Je viens quant à moi de lire enfin cet album ce matin, 7 septembre 2014, prêté par un de mes neveux qui a 14 ans et qui m'a dit l'avoir trouvé palpitant et l'avoir lu à trois reprises alors que rien ne le prédisposait à aimer l'univers d'Alix. C'est déjà en soi un très bon point dans la mesure où se fait une transmission du plaisir.
Je reprendrai volontiers à mon compte toutes les analyses de Raymond. Je trouve que le dessin de cet album est loin d'être indigent ou de démériter. C'est un style graphique certes différent de celui d'autres dessinateurs de la série, sans parler de Jacques Martin lui-même, mais je lui trouve d'une façon générale de l'élégance et de la fluidité. Il y a de très belles cases : la toute première au temple de Vesta dans une luminosité de fin de journée merveilleuse, plusieurs vues de Rome depuis les collines entre les pins, l'arrivée à la propriété des beaux parents de la jeune Cecilia, la dernière case somptueuse qui convient si bien à la tonalité nostalgique de cette fin d'album.
Le récit lui aussi m'a passionné et je l'ai trouvé riche aussi bien du point de vue psychologique que purement anecdotique : les péripéties nombreuses et très bien conduites ne valent pas seulement pour elles-mêmes mais font vivre les personnages avec une grande vérité. Ainsi, le portrait de Galva en homme écrasé par le destin de son histoire familiale et les intrigues de la République est remarquable, sans parler de celui d'Aurélia, vestale incertaine mais fidèle à sa fonction comme à elle-même, déchirée par la passion qu'elle éprouve pour Alix, ou encore sa jeune soeur sacrifiée par une succession de mauvaises contingences toutes issues des jeux politiques secrets des rivaux qui se disputent Rome : on la voit peu, mais le scénario sait lui donner une forte présence pendant la courte séquence qui la met en scène.
Pour finir, les prénoms Sylvia et Aurélia l'ont aussitôt fait penser à l'univers nervalien (Sylvie, Aurélia). Or ce sont justement par leur fonction de vestales des filles du feu...
Image hébergée par servimg.com

Une mention particulière pour le très beau cartouche de l'album qui est à la fois superbement composé, offre un parfait emblème de cette histoire en forme d'énigme policière et place d'emblée au centre du récit l'innocente victime qu'est Cecilia :

Image hébergée par servimg.com



Dernière édition par Draculea le Dim 7 Sep - 18:11, édité 4 fois

http://www.marchenriarfeux.net

Raymond

Raymond
Admin
Nerval ? Je n'y avais pas pensé, mais tu as certainement raison. pouce


_________________
Et toujours ... Le testament de César : les critiques - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 9 sur 9]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum