Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le fleuve de jade

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Le fleuve de jade Empty Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 0:00

Raymond

Raymond
Admin
On n'a jamais beaucoup parlé du Fleuve de Jade dans les forums d'Alix. Cet épisode a eu un certain temps la réputation d'être l'album le plus faible de la série, mais je crois que ce n'est maintenant plus le cas.

Pour ma part, je l'avais lu assez rapidement à sa sortie. Sept ans après, j'en gardais le sentiment d'une histoire un peu ratée. Mes souvenirs étaient devenus approximatifs et j'ai pensé qu'il y avait sûrement des choses à redécouvrir.

Première observation, on voit de beaux paysages au début de l'album. La première partie du récit représente presque un voyage touristique dans l'Egypte du temps des romains. Après avoir regretté la rareté des paysages d'Alexandrie dans le Démon du Pharos, j'ai apprécié que Morales offre de belles images de cette cité dans le Fleuve de Jade. L'oeil se perd parfois dans les détails des décors, tandis que Cléopâtre complote pour envoyer Enak et Alix au sud de l'Egypte. Il doivent y retrouver le roi Djerjkao.

Le fleuve de jade Fleuve11

Ayant accepté la proposition de Cléopâtre, Alix et Enak entame un long périple vers la Nubie. Ce voyage sur le Nil est également dessiné avec beaucoup de détails, et le plaisir de l'archéologie prédomine sur l'intérêt du récit.

Le fleuve de jade Fleuve10

Une fois les voyageurs arrivés dans le pays de Méroé, Alix et Enak découvrent la famille de Djerkao. Les intrigues de cour prennent le dessus et l'intérêt de l'histoire faiblit. Morales ne maîtrise pas la représentation des visages (on le sait déjà) et on se demande presque pourquoi les héros s'enfuient immédiatement vers le sud en compagnie de la princesse Markha, qu'Enak est sensé épouser.

Le fleuve de jade Fleuve12

Cette fuite des fiancés qui ne veulent pas se marier (vainement poursuivis par Djerkao) a pour but de mener Alix vers une Afrique légendaire, dangereuse et peuplée de monstres. L'idée principale de Jacques Martin est de confronter son héros à des créatures légendaires qu'il nomme "les Titans". Ces bipèdes à tête de reptile devraient être effrayants, mais les images de Morales n'arrivent pas à les rendre crédibles. Il aurait peut être fallu un grand illustrateur comme Cuvelier pour leur donner de la vie, et pour que l'on croie à cette histoire. Faute de cette crédibilité, certaines scènes qui devraient être cauchemardesques tombent malheureusement à plat.

Le fleuve de jade Fleuve13

Comme on pouvait s'y attendre, Alix et Enak échappent à ces créatures, de même qu'aux soldats de Djerkao qui les attendent. Malheureusement, les lecteurs banals de mon espèce ont déjà "décroché" depuis longtemps à ce stade du récit. Dès lors, la fin de l'album n'amène pas de grand commentaire.

Lorsque j'essaie maintenant de définir une impression globale sur l'album, il me semble d'abord que cette aventure est plutôt bien construite. En faisant abstraction de certaines images peu convaincantes, je pense même que c'est un bon scénario et j'en viens alors à me demander pourquoi  l'album laisse un sentiment final de déception. Est à cause des faiblesses (évidentes) du dessin des personnages ? Est-ce en raison d'une idée (les Titans) qui parait vraiment trop irréaliste ? Je n'ai pas de réponse définitive à cette question, et cela m'intéresserait d'avoir vos impressions (avant de donner mon propre avis  Very Happy  ).



Dernière édition par Raymond le Dim 25 Mai - 16:43, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... Le fleuve de jade Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

2Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 0:54

Lion de Lisbonne

Lion de Lisbonne
grand maître
grand maître
C'est vrai que c'est un album où on peut trouver des magnifiques paysages. pouce
Je trouve l'idée d'envoyer Alix et Enak en Nubie une bonne idée, et l'album est, en general, bien construit.
Je n'ais jamais aimé les Titans ; à mon avis c'est une idée trop irréaliste. No
Pour le reste, je pense que le retour de Alix et Enak vers le nord serait beaucoup plus intéressant si ce retour était faite par bateau, vers la mer Rouge Exclamation

3Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 9:06

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
J'ai donc repris le fleuve de Jade pour le regarder. Et pour te répondre, je pense que ce "sentiment final de deception" ne vient pas spécialement des Titans. Non, je pense qu'il vient des dessins des personnages qui ne ressemblent pas à Alix et Enak. Il sufit de regardes les gros plans. Quel dommage, car l'encrage, la reconstitutions des décors sont quand même réussis. J'aime les couleurs aussi. Mais pas Alix et Enak...Les visages des pesonnages de Moralès , d'albums en albums sont de moins en moins réussis,dommage, surtout que l'album "" les Barbares" était plutôt réussi!
Après, et je sais que Jorge n'a pas du tout accroché aux Titans, j'ai préféré l'aventure des Titans aux rugissements de Sorg dans Le pharaon, d'Orion.
D'ailleurs, dans les années 90-2000, J.Martin a eu sa période "animaux fantastiques mytologiques ou sauvages": elle commence avec le lion Kar dans Kéos, suivi de Orion le Styx (que j'aime beaucoup) , le Pharaon, le fleuve de Jade , un dessin animé dont il a écrit le synopsis Le lion de Nabatée, et pour finir, il voulait écrire un scénario que nous présente Jacques Grand sur son blog, Le gorille. Je ne sais pas à quoi sont dûes chez Martin d'amener de tels animaux (en particulier le lion) dans ses récits,et ce vers la fin de sa carrière.

http://alixmag.canalblog.com/

4Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 10:21

Raymond

Raymond
Admin
Je suis d'accord avec Stéphane. La BD peut nous faire croire à beaucoup de choses, y compris des histoires invraisemblables, mais il faut que le dessin soit à la hauteur des attentes. En repensant au récit (du Fleuve de Jade) une fois l'album terminé, je suis arrivé à l'idée que l'irréalisme des Titans ne m'aurait probablement pas choqué si Jacques Martin avait dessiné lui-même cette aventure. Je crois qu'il serait arrivé à donner plus de vie (et de réalisme) aux personnages, et que son perfectionisme aurait produit un dessin plus juste pour animer ces créatures reptiliennes. C'est ainsi que, dans le Styx, l'apparition des hommes-lions est tout aussi étrange mais elle ne choque pas, parce qu'il y a plus d'homogénéité entre dessin et scénario, et aussi d'avantage d'exigences de la part du dessinateur.


_________________
Et toujours ... Le fleuve de jade Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

5Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 11:26

Invité


Invité
Raymond a écrit:

[...] et j'en viens alors à me demander pourquoi l'album laisse un sentiment final de déception. Est à cause des faiblesses (évidentes) du dessin des personnages ? Est-ce en raison d'une idée (les Titans) qui parait vraiment trop irréaliste ?

Les deux, "mon général". Smile

L'introduction de créatures fantastiques dans l'univers d'Alix (comme dans celui d'Orion d'ailleurs) ne m'a jamais tellement attiré; je préfère, et de loin, la faculté prodigieuse avec laquelle Jacques Martin nous faisait croire que les aventures de son personnage s'inséraient parfaitement dans un contexte historique. pouce

6Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 11:41

Lion de Lisbonne

Lion de Lisbonne
grand maître
grand maître
Treblig a écrit:
Raymond a écrit:

[...] et j'en viens alors à me demander pourquoi l'album laisse un sentiment final de déception. Est à cause des faiblesses (évidentes) du dessin des personnages ? Est-ce en raison d'une idée (les Titans) qui parait vraiment trop irréaliste ?

Les deux, "mon général". Smile

L'introduction de créatures fantastiques dans l'univers d'Alix (comme dans celui d'Orion d'ailleurs) ne m'a jamais tellement attiré; je préfère, et de loin, la faculté prodigieuse avec laquelle Jacques Martin nous faisait croire que les aventures de son personnage s'inséraient parfaitement dans un contexte historique. pouce

Pour moi aussi, c'est pour les deux Exclamation

7Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 11:43

Lion de Lisbonne

Lion de Lisbonne
grand maître
grand maître
stephane a écrit:J'ai donc repris le fleuve de Jade pour le regarder. Et pour te répondre, je pense que ce "sentiment final de deception" ne vient pas spécialement des Titans. Non, je pense qu'il vient des dessins des personnages qui ne ressemblent pas à Alix et Enak. Il sufit de regardes les gros plans. Quel dommage, car l'encrage, la reconstitutions des décors sont quand même réussis. J'aime les couleurs aussi. Mais pas Alix et Enak... Les visages des pesonnages de Moralès , d'albums en albums sont de moins en moins réussis,dommage, surtout que l'album "" les Barbares" était plutôt réussi!
D'accord avec toi ; et à mon avis le scénario de "Les Barbares" est un des mailleurs scénarios de Alix Exclamation


stephane a écrit:
Après, et je sais que Jorge n'a pas du tout accroché aux Titans, j'ai préféré l'aventure des Titans aux rugissements de Sorg dans Le pharaon, d'Orion.
Je ne suis pas d'accord avec toi pour l'aventure des Titans, mais moi non plus je n'ais pas aimé ces rugissements de Sorg dans Le pharaon. Exclamation


stephane a écrit:
D'ailleurs, dans les années 90-2000, J.Martin a eu sa période "animaux fantastiques mytologiques ou sauvages": elle commence avec le lion Kar dans Kéos, suivi de Orion le Styx (que j'aime beaucoup) , le Pharaon, le fleuve de Jade , un dessin animé dont il a écrit le synopsis Le lion de Nabatée, et pour finir, il voulait écrire un scénario que nous présente Jacques Grand sur son blog, Le gorille. Je ne sais pas à quoi sont dûes chez Martin d'amener de tels animaux (en particulier le lion) dans ses récits,et ce vers la fin de sa carrière.
Parce qu'il avait connaitre un autre Lion Question bedo

8Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 11:59

jfty

jfty
grand maître
grand maître
Lequel de ces 2 là ? de Lisbonne où de Belfort Laughing

9Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 14:18

Lion de Lisbonne

Lion de Lisbonne
grand maître
grand maître
Je ne conaissais pas le lion de Belfort ; alors j'ai fait une petite recherche en internet, et ... c'est vraiment magnifique le lion de Belfort Exclamation
Pour répondre à ta question ... les 2 Smile

10Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Sam 25 Sep - 15:06

jfty

jfty
grand maître
grand maître
Le lion de Belfort est une magnifique sculpture de Bartholdi qui a fait la statue de la liberté( avec le concours de G.Eiffel),entres autres, offerte aux U.S.A et dont l'une des copies en modèle réduit se situe à Paris!
Le lion existe aussi en modèle réduit place Denfert-rochereau à Paris!
Nous manques juste le lion de lisbonne bounce

11Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Dim 26 Sep - 11:15

Raymond

Raymond
Admin
Revenons au Fleuve de Jade ! Il me semble que c'est la première aventure d'Alix qui contienne une scène ouvertement érotique.

Le fleuve de jade Fleuve14



Dernière édition par Raymond le Dim 25 Mai - 16:44, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... Le fleuve de jade Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

12Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Lun 27 Sep - 10:51

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:On n'a jamais beaucoup parlé du Fleuve de Jade dans les forums d'Alix. Cet épisode a eu un certain temps la réputation d'être l'album le plus faible de la série, mais je crois que ce n'est maintenant plus le cas.

Laughing Ah oui ? Depuis la cité engloutie alors ? Very Happy

Je pense que le fleuve de Jade a l'avantage d'être un véritable album de Jacques Martin. Mais c'est vrai que le scénario et le déroulement de l'histoire est un peu curieux. Je trouve que c'est un album "reposant". Je ne dirais pas que c'est un mauvais album mais plutôt un album qui aurait pu être bien meilleur.

Je ne l'ai lu que très récemment, et pas du tout à sa sortie où c'était l'époque où j'avais mis un peu Alix entre parenthèses sachant toute fois que j'y reviendrais un jour, ce que j'ai fait Wink

13Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Lun 27 Sep - 18:34

Raymond

Raymond
Admin
Mmm ... on ne va pas faire le concours du plus mauvais album, tout de même. Mais en effet, je ne pense pas qu'il s'agisse du Fleuve de Jade. Rolling Eyes


_________________
Et toujours ... Le fleuve de jade Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

14Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Mar 22 Nov - 11:09

Invité


Invité
Un compte rendu récent à propos de cet album déjà ancien.

http://argoul.com/2011/11/15/alix-le-fleuve-de-jade/

15Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Mar 22 Nov - 11:34

Raymond

Raymond
Admin
C'est une belle critique, richement illustrée et écrite sur un ton ironique.

Je note que l'auteur a malgré tout apprécié l'album. Wink


_________________
Et toujours ... Le fleuve de jade Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

16Le fleuve de jade Empty Re: Le fleuve de jade le Mar 18 Sep - 14:45

khephren


martinophile distingué
martinophile distingué
Auteur de l’article : Diego Jiménez

LE FLEUVE DE JADE

Il s’agit du dernier tome d’Alix issu de la collaboration entre Jacques Martin et Rafaël Morales publié fin 2003 avec la participation de Marc Henniquiau.

Mon but n’est pas dans cet article de formuler un jugement de valeur sur cet album mais d’en présenter une analyse construite.

La trame :

Je n’en dirai pas un mot ici car la neutralité objective n’existe pas, que je n’écris pas cet article pour dispenser le lecteur d’avoir à acheter l’album et enfin parce que c’est à chacun de se faire une opinion personnelle. Je ne dirai rien non plus sur le traité graphique des personnages et décors car je n’estime pas avoir les compétences techniques pour en juger et que mon but n’est pas de critiquer mais de construire une réflexion.

Les lieux :

C’est l’un des intérêts majeurs de cet album je pense. Comme dans beaucoup d’albums d’Alix publiés depuis 1949, on ne reste pas longtemps en place et le contraste entre les cultures distinctes mais pourtant en interaction plonge le lecteur dans une nouvelle conscience du monde antique. Ici nous nous déplaçons en Egypte, pays bien connu des lecteurs mais aussi en Nubie et sans doute en Ethiopie.

L’Egypte

L’histoire commence à Alexandrie que l’on n’avait pas vraiment revisitée depuis « Le Sphinx d’Or » et à peine survolé dans l’album improprement nommé « Ô Alexandrie ».
La description des lieux a un caractère légèrement fade dans la première partie de l’album : dès les premières vignettes nous sommes confinés dans le palais des Ptolémée que l’on avait aperçu dans le récit de Sénoris mettant en scène Ptolémée Aulète.
On y voit très succinctement Alix et Enak assis dans des divans de l’époque puis on enchaîne assez vite sur une croisière au large du quai d’Alexandrie avant que nos deux héros ne s’embarquent pour la Nubie.
La dernière partie de l’album qui voit le retour d’Alix et Enak à Alexandrie est à mon sens beaucoup plus soignée : on y voit notamment l’influence de l’architecture grecque sur le style architectural égyptien lorsque les marchands d’esclaves passent sous un pont dominé par une statue d’éphèbe.
On y apprend aussi que le magnifique palais royal, ou l’un d’eux, est situé en bordure du Nil de façon à faciliter les communications par bateaux. A ma connaissance il n’y a en Europe que deux villes à avoir repris cette politique d’aménagement territoriale : Bruges et Venise.

Passons ensuite aux autres lieux. Alix et Enak remontent le Nil en compagnie du dignitaire méroïtique pour visiter deux temples : celui de Sobek, le dieu crocodile à Ombos et celui de Philae.
Dans ces deux séquences j’ai été admiratif du savoir-faire de l’auteur qui parvient à nous cultiver tout en n’oubliant pas de nous rappeler le contexte.
Le temple d’Ombos est relativement peu décrit mais on apprend qu’il est célèbre pour ses momies de crocodiles. Le dieu Sobek est en effet un dieu à tête de crocodile et cet animal était sacré dans ses terres qui comprenaient également celles de Crocodilopolis.
La description de Philae est elle aussi assez lapidaire mais il faut admettre que l’architecture égyptienne est à peu près similaire en tout lieu si l’on excepte l’évolution des pyramides de Khéops à Djoser. Il y a surtout un détail intéressant à Philae : le fronton de l’édifice. Notre aimable vizir nubien commente en effet pour nos héros qu’y est représenté Ptolémée Neo Dionysos (présenté dans « Ô Alexandrie » sous le nom de Ptolémée Aulète et historiquement sous celui de Ptolémée XII), massacrant symboliquement les ennemis de l’Egypte.

Il est remarquable que dans cette scène où l’on voit le pharaon brandir une hache-gourdin au dessus des têtes des captifs qu’il tient par la chevelure, Jacques Martin se cite lui-même. Il s’agit en effet d’une reprise d’une scène de la série « Kéos » où le pharaon Mineptah est prié d’occire les achéens faits prisonniers. Ici il y a un détail intéressant : le pharaon pour ptolémaïque qu’il soit est représenté de profil, à l’Egyptienne, ce qui témoigne de la volonté d’acculturation de la dynastie ptolémaïque.

Napata-Méroé

Nous nous retrouvons ensuite à Méroé qui est présentée plus ou moins explicitement comme une principauté vassale de l’Egypte. J’ouvre ici une parenthèse historique dont je déplore l’absence dans « Le Fleuve de Jade ». Le royaume de Napata-Méroé (du nom de ses deux capitales successives) a été fondé par le pharaon nubien Piankhi en 730 av J.C et fut détruit par celui d’Aksoum (Ethiopie) en 350 de notre ère. De 730 à 660 av J.C l’Egypte eut pour la première fois de son histoire des pharaons nubiens issus de ce royaume sous la XXVe dynastie. Il s’agit d’un des premiers royaumes africains historiquement constitués et qui resta indépendant de Rome jusqu’à sa chute.
Le traité graphique de Méroé est assez pauvre dans l’album, je suis contraint de l’admettre, et c’est très dommage car celui de Sakkarah située dans la même région était magnifique dans « Le Prince du Nil ». A la décharge de Jacques Martin, les vestiges de Méroé sont assez peu nombreux et se réduisent surtout à des pyramides. On sait beaucoup de choses sur les pratiques funéraires des méroïtiques qui étaient assez proches des pratiques égyptiennes, quelques détails sur leurs pratiques religieuses (on a retrouvé un temple d’Amon, un temple d’Isis et un temple dédié à Apademak, dieu à tête de lion typiquement méroïtique) mais très peu de choses sur leur architecture. Ce royaume ayant vécu de façon indépendante vis-à-vis de Rome on n’a pas encore réussi à déchiffrer non plus leur langue qui est pourtant hiéroglyphique.

Il existe une hypothèse très controversée selon laquelle les méroïtiques auraient introduit la métallurgie dans l’Afrique subsaharienne mais ce n’est pas prouvé.
Je terminerai en soulignant que la vision que Jacques Martin nous donne de Méroé n’est pas nécessairement erronée : aucun historien n’a le droit d’imaginer à quoi ressemblait une ville s’il n’en a trouvé aucun vestige et c’est à peu près le cas ici. Les Grecs et Romains tout en ayant connaissance de ce royaume le nommaient « Ethiopie » (terme qui désignait pour les Egyptiens le royaume de Pount) et les Egyptiens « royaume de Koush ». Toujours est-il que dans le « Fleuve de Jade » on ne voit guère de Méroé qu’une rade de débarquement, quelques logis assez rustiques, une salle de banquet et une piscine.

L’Ethiopie

Après leur fuite de Méroé, Alix et Enak, se retrouvent sur les chemins d’Ethiopie. J’utilise ce dernier terme car la carte politique de l’Afrique telle que nous la connaissons actuellement est très différente de celle de l’Antiquité : des Etats comme d’Ouganda étaient sans doute inclus dans le royaume d’Aksoum qui a longtemps revendiqué la possession de la source du Nil (le lac Victoria). Ils descendent donc vers le Sud en croisant au passage un village de Noirs, Jacques Martin a ici renoncé au terme de « nègre » utilisé dans la Griffe Noire qui est éthologiquement correct et sera utilisé par Sédar Senghor pour caractériser l’identité africaine mais a acquis une connotation raciste depuis le début des années 70, dont on apprend que la reine est la tante de Djerkao de Méroé. Ce fait est assez remarquable car il témoigne de l’identité africaine du royaume de Méroé.

Par la suite il n’y a pas grand-chose à dire sur les lieux jusqu’à l’arrivée au fleuve de Jade. Ce fleuve est un vrai mystère : Alix nous dit qu’il est un affluent du grand fleuve (le Nil) mais qu’il ne se jette pas dans ce dernier, ce qui rend son eau imbuvable et gluante. Nous sommes en face d’une énigme qui suppose plusieurs hypothèses. Soit nos amis ont atteint le Lac Victoria auquel cas ils se trouvent en Ouganda actuelle soit ils ont poussé jusqu’au Kenya et ont atteint l’une des branches de la Rift Valley qui s’étend sur 3.800 km de la Syrie au Mozambique et passe pour avoir séparé l’humanité des autres grands singes, l’obligeant à migrer vers l’Ouest et le Nord. S’ils sont sur la branche orientale de la Rift Valley alors Alix et Enak doivent se trouver sur les bords du lac Tanganikya où se situent des sources d’eau chaude que l’on peut assimiler à l’eau du fleuve de Jade.

Soit nos deux héros se trouvent sur la branche occidentale de la Rift Valley auquel cas Jacques Martin suggère qu’il y aurait eu à cet endroit un fleuve qui se serait tari.
Je penche plus pour la première solution qui me paraît justifier l’existence des hommes lézards dans cette région.

Les personnages :

Alix : Toujours aussi courageux et charismatique, il ne semble plus s’étonner de rien notamment lorsqu’il se trouve en présence de singes qui se tiennent debout ou d’hommes-lézards. Il affecte même un certain détachement de temps à autre, donnant l’impression d’être entraîné par Markha dans la fuite vers l’Afrique plus qu’il ne donne lui-même l’impulsion.
Il est toujours très fraternel pour Enak qu’il déculpabilise lors de la mort des hommes lézards et fait même preuve d’un remarquable esprit scientifique en théorisant l’évolution des espèces mille neuf cent ans avant Darwin et Lamarck. Il fait même un peu d’évergétisme en suggérant que les hommes lézards seraient en fait les modèles des Titans, divinités du panthéon grecque, que les grecs auraient combattu par « esprit de conquête ». Les théories historiques actuelles s’orientent plus vers une assimilation des Titans au panthéon Achéen et des Olympiens au panthéon Dorien qui leur succèdent. Son personnage est finalement assez spectateur dans cet album, il ne semble même pas s’émouvoir de la mort d’un esclave par sa faute indirecte et accepte assez docilement les caresses de Cléopâtre.

Enak : J’ai été assez surpris de lire qu’il avait quatorze ans dans les premières pages de l’album. Je serais assez curieux de savoir depuis combien de temps il est avec Alix et combien de garçons de quatorze ans ont déjà été centurions. Mais le procédé de vieillissement ralenti des personnages est très fréquent dans les bandes dessinées.
Il a très mauvais caractère dans cet album, jusqu’à la misogynie que l’on a pu observer dans la chute d’Icare à l’égard de Julia et qu’il ne semblait pas éprouver à l’égard de Malua dans les « Proies du Volcan » ou Ariela dans « Iorix le Grand ». Cela dit l’antiquité est assez misogyne en général. Il doit épouser Markha en tant que prince Menkhara, ce qui laisse à penser qu’il est effectivement de rang princier puisque des souverains lui reconnaissent cette qualité. Il se montre très courageux face aux Titans qu’il repousse à coup de braises et pour la première fois il montre du plaisir devant la violence : lorsqu’il blesse Djerkao au bras d’une flèche, il crie « Hourra ! ». Dans le même temps il semble sincèrement regretter la disparition des hommes lézards dont l’attachement à leurs enfants lui rappelle peut-être qu’il n’a pas de mère. Il semble également plus affecté qu’Alix par le sacrifice d’un vieil esclave par Cléopâtre. La dernière partie de l’album permet de lui faire retrouver son rôle de talon d’Achille d’Alix lorsqu’il est assommé par les marchands d’esclaves. Le personnage apparaît toujours très humain mais aussi davantage porté à l’emportement et à la témérité dans certains cas.

Cléopâtre : Belle, dangereuse, cruelle, sensuelle, vénale sont sans doute les adjectifs qui la caractérisent le mieux dans cet album. Elle accepte le pot de vin de Djerkao comme elle a accepté celui d’Enak sans qu’on sache l’usage qu’elle va en faire. Elle sacrifie les deux garçons sans aucun scrupule et ne se montre repentante qu’à la toute fin.
Elle témoigne toujours du même mépris pour son frère, Ptolémée XIII mais aussi d’un certain mépris pour la vie humaine comme en témoigne l’empoisonnement de l’esclave (sûrement grec), ce qui n’était pas une chose courante même dans l’Antiquité.

Qaâ : Grosse surprise pour ce personnage que l’on a connu prophète un peu fantasque dans « Le Prince du Nil » et dont on a découvert l’affection pour le mode de vie nomade dans « Ô Alexandrie ». Il est ici l’amant soumis d’une jeune femme dont on ne sait absolument rien et qui témoigne d’un certain snobisme. Misanthrope mais pas misogyne donc.

Markha : Personnage un peu décevant que cette soeur de Djerkao qui ressemble à Saïs par son désir de suivre Alix à Rome mais n’en a ni le charisme ni le courage.
Elle entraîne Alix et Enak dans une fuite éperdue vers le Sud en pensant naïvement que son frère les laissera échapper puis témoigne d’un dédain très aristocratique pour Madoo qu’elle blesse avant de laisser tomber Alix et Enak à leur sort pour aller demander la clémence de son frère. Elle meurt finalement noyée dans le fleuve de Jade, ce qui clôt la vie d’un personnage assez limité.

Djerkao : Surprise pour lui aussi. On l’avait quitté veuf inconsolable et touchant dans « Le Prince du Nil », très amoureux de Saïs je ne pensais pas qu’il pardonnerait à Alix d’avoir été la cause indirecte de la mort de sa promise. On le retrouve ici remarié à une femme très semblable à Markha. Il témoigne ici d’un sens politique discutable en proposant de réunir deux provinces dont l’une a été absolument anéantie par un cataclysme.
Plutôt manipulateur il n’exclut pas de marier sa soeur à Alix car celui-ci a l’oreille de César.
Blessé par Enak, il veut la tête de Alix et son compagnon qui ont compromis ses plans d’annexion. Violent, il brûle le village de sa tante. On ne saura pas s’il survivra à sa blessure, je dirais que non : lorsque Auguste annexera l’Egypte il signera un traité avec une reine de Nubie.

Madoo : Personnage intéressant très représentatif des héros de la littérature de la négritude de Sédar Senghor. Pasteur nomade, il se dit sorcier et membre d’une tribu africaine, les Inkars, sur laquelle je n’ai aucune information.
Il s’exprime dans une langue compréhensible pour Alix et Enak, je suppose donc qu’il appartient à l’ethnie Amhara (ethnie dominante en Ethiopie dont la langue est sémitique, c’est-à-dire proche de l’hébreu et de l’arabe), on peut supposer qu’il appartient au royaume de Pount ou à celui d’Aksoum.
Très amoureux de Markha, il abandonne Alix et Enak à la mort de celle-ci pour mieux voler à leur secours par la suite, offrant un superbe exemple d’amitié spontanée. Depuis « La Griffe Noire », il est le premier africain avec lequel Alix sympathise et sans doute le plus intéressant.

Ptolémée : Cruel, immature, ivrogne. Il ne change guère. Je reste quand même sceptique sur la cohérence du personnage : en 51 av J.C, Ptolémée XII décède, Cléopâtre lui succède, elle a 17 ans et épouse son frère qui en a… dix. Sachant que Cléopâtre est exilée en 48 av J.C et que César envahit l’Egypte en 47 av J.C, Ptolémée a dans Alix entre 10 et 13 ans. Sachant que son père est encore vivant dans « Ô Alexandrie », il est sans doute plus proche de 10 que de 13.
Or on a rarement vu un enfant de cet âge faire plus d’1 mètre 50, résister à l’alcool et à une tentative de noyade (voir « Ô Alexandrie »).

Les costumes et détails anthropologiques :

Les Titans : Je ne les ai pas mis dans les personnages car cela suppose une dimension d’individualité que ces sauriens n’ont pas.
Ils sont assez étonnants : leurs pattes sont reptiliennes et griffues, la forme de leur crâne fait penser à celle d’un dinosaure du Cétacé mais en même temps ils détiennent des caractéristiques propres aux mammifères : leurs femelles ont des mamelles et surtout ils ont des cheveux ou une crinière sur le crâne, ce qui est une caractéristique des équidés et des félins mais aussi des humains. Oui j’ai bien dit « humain » : la composition des cheveux n’est pas la même que celle des poils.
A ma connaissance il n’existe qu’une seule espèce réunissant ces attributs à l’heure actuelle : les ornithorynques qui pondent des oeufs et les couvent mais allaitent leur progéniture, ce qui a posé un gros problème aux scientifiques pour savoir s’ils étaient des oiseaux ou des mammifères d’ailleurs.
Ils ont également un certain niveau de culture : on les voit porter des pagnes pour couvrir les parties génitales, ce que l’homo sapiens est le premier à faire, ils se déplacent en groupe, ce qui en fait des êtres sociaux et ils possèdent des armes en pierre taillée, ce qui est également une caractéristique de l’humanité à un certain stade de son développement. Ce qui est assez surprenant c’est qu’avec toutes ces caractéristiques, ils ne soient pas devenus l’espèce dominante d’Afrique australe. J’ajoute qu’ils obéissent apparemment à des ordres de la part de leur chef et ont l’intelligence de déraciner un arbre pour en faire tomber des singes. Alix les appelle « Titans » en suggérant que leur nombre réduit s’explique par leur lutte passée contre les Grecs.

A ma connaissance, c’est la première fois que Jacques Martin va aussi loin dans la science-fiction : on avait connu les moteurs à vapeur dans « l’île noire », la poudre avant l’heure dans « Le Sphinx d’Or », l’orichalque atomique dans « Le Spectre de Carthage » et même la fission nucléaire et l’alchimie dans « L’Enfant Grec », voilà que nous revenons en arrière, aux origines de l’humanité.
Je trouve cela d’autant plus intéressant que si l’on admet que l’on se situe à côté de la « Rift Valley », cela suppose que les êtres humains et ces lézards ont la même origine et des traits communs : la station debout, les cheveux, l’usage des armes, la sociabilité et l’appartenance à l’espèce mammifère. Cela dit il est certain que l’apparition de ces sauriens a de quoi déconcerter le lectorat.

Les Méroïtiques : Peu de choses à dire sur eux. Il n’y a pas de critère de différenciation très net entre eux et les Egyptiens si ce n’est la couleur de la peau. Ils connaissent l’usage du cheval, de l’arc, des flèches etc. Ils ont un niveau culturel égal à celui de l’Egypte. Du reste peu de choses qui nous sont connues permettent de les différencier des Egyptiens : on sait d’après les sépultures que leurs rois étaient rarement embaumés et souvent placés en position foetale, ils se faisaient enterrer avec leurs armes et leurs serviteurs et leur tombe est souvent recouverte d’un tumulus. A part ça on sait peu de choses sur eux surtout dans la mesure où leur langue n’est pas encore traduite.

Les marchands d’esclaves : Apparemment grecs, on ne sait pas où ils ont capturé Alix et Enak, probablement entre la cinquième et la sixième cataracte du Nil où se trouve Méroé. Il est assez étonnant de trouver des Grecs dans cette région où les échanges économiques étaient peu denses. Ils sont cependant habillés d’une façon assez arabisée qui laisse à penser qu’ils pourraient avoir des relations avec la péninsule arabique. Ils sont peut-être des intermédiaires entre les Egyptiens et les Nabatéens (peuplade du Nord Ouest de l’Arabie) que Pline le Jeune désigne sous le nom d’ « Arabes » et accuse de spolier Rome d’une partie de ses ressources par des droits de douanes trop élevés. Région annexée par Rome en 106 après J.C.

Les gardes de Cléopâtre : L’exemple même de l’influence hellénistique en Egypte sous les Ptolémées. Dans « Le Sphinx d’Or », Jacques Martin identifiait les forces de police et forces armées égyptiennes aux « archers royaux » dont le design était objectivement très mauvais : on n’a jamais vu de soldat égyptien porter une tiare. Quelques cinquante ans plus tard,
Jacques Martin revient sur son erreur et nous présente des soldats profondément hellénisés. Il s’agit là d’un détail intéressant de la dynastie ptolémaïque : depuis la période des Néchao et des rois Saïtes dont un autre personnage de Jacques Martin, Orion, est le contemporain, les pharaons ont pris l’habitude de recruter des mercenaires grecs qui ne se montrent pas toujours fidèles. Les Ptolémées ont renoué avec cette tradition imposée par les guerres des diadoques qui suivent la mort d’Alexandre le Grand et Cléopâtre est sans doute la dernière reine d’Egypte qui lorsqu’elle est contrainte de s’exiler en Syrie en 48 av J.C suite à un coup d’Etat raté lève des troupes grecques contre son frère.

Repères historiques :

69 av J.C : Naissance de Cléopâtre

67-66 av J.C : Pompée est chargé par le Sénat de détruire les pirates en Méditerranée
Se déroule peut-être à l’époque de la « Chute d’Icare »

58 av J.C : Début de la conquête des Gaules par Jules César

53 av J.C : Crassus vaincu à la bataille de Carrhes trouve la mort
Première apparition d’Alix dans « Alix l’intrépide »

52 av J.C : Défaite de Vercingétorix à Alésia

Seconde apparition d’Alix dans « Le Sphinx d’Or »

51 av J.C : Mort de Ptolémée XII Aulète. Mariage de Cléopâtre avec Ptolémée XIII
Evènement relaté dans « Ô Alexandrie »

49 av J.C : César franchit le Rubicon. Début de la guerre civile contre Pompée
Mentionné dans « Le Tombeau Etrusque » sans qu’on sache si la guerre est déclarée ou s’il s’agit d’affrontement de partisans.

48 av J.C : Cléopâtre s’exile en Syrie où elle lève des troupes et tente de faire valoir ses droits à la couronne d’Egypte

48 av J.C : Victoire de Pharsale de César sur Pompée qui se réfugie en Egypte et est peut-être assassiné sur l’ordre de Ptolémée XIII frère de Cléopâtre.

47 av J.C : César arrive en Egypte et donne le trône à Cléopâtre.
Donc l’intrigue du « Fleuve de Jade » se situe après 51 av J.C et avant 49 av J.C puisque César est encore en Gaule et que Pompée est encore vivant dans « Les Barbares ».
Le « Fleuve de Jade » se déroule donc dans l’intervalle de ces deux dates. Toutefois il est difficile d’établir une chronologie cohérente historiquement des aventures d’Alix : si l’on s’en tient aux dates, il se passe au plus un an entre « Le Sphinx d’Or » et « Ô Alexandrie » qui sont publiés à une cinquantaine d’années d’intervalle.
De plus dans « Le Sphinx d’Or », le courtisan Amon dit du pharaon « qu’il est encore bien jeune et n’écoute pas toujours ses conseils », il parle évidemment de Ptolémée XIII donc le « Sphinx d’Or » se déroule après la mort de Ptolémée XII, c’est-à-dire soit en même temps que « Ô Alexandrie » soit après.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum