Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La réédition des séries de Jean-Michel CHARLIER

Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 38 sur 40]

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Smile Oui, les policiers de base auxquels les grands médias s'adressent.
Mais pas les services de renseignements des grandes puissances, ni même de la Malaisie.
Il y a cinquante ans, quand fut écrit L'or du "Vent d'Est", il n'y avait pas autant de satellites espions en orbite, pas autant d'avions de type awacs qui sillonnaient le ciel, capables de détecter des avions volant à basse altitude, sous la couverture radar, et bien sûr pas de systèmes d'écoute et de localisation des communications téléphoniques comparables à ceux exploités aujourd'hui par la NSA, le GCHQ britannique ou d'autres grandes puissances.

JYB


vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:Il faut bien l'avouer, l'Or du Vent d'Est n'est pas un des meilleurs histoires de Marc Dacier.
Euh... Il faut le dire vite. Ce n'est peut-être pas une des meilleures histoires de JM Charlier toutes séries confondues, mais c'est (à mon sens) une très bonne aventure de la série Marc Dacier, exotique, trépidante et pleine de rebondissements, dans le style général de cette série...

Raymond a écrit:Cet album est donc bien oublié.
S'il est oublié, ce n'est pas "donc" parce que l'histoire n'est pas la meilleure. C'est en fait toute la série Marc Dacier qui est tombée dans l'oubli (sauf de quelques fans de Charlier), et ce depuis au moins la mort de Charlier en 1989 (il y a donc 25 ans ; ceci explique l'oubli) ; Charlier souhaitait la relancer mais il est mort sans pouvoir le faire. Et comme on le constate, les ayants-droit n'y arrivent pas, donc (là, oui : "donc") l'oubli va continuer...

Raymond a écrit:Le détournement d'avion est toutefois imaginé d'une manière astucieuse.
Ah, tout de même.... Ce n'est donc pas si mauvais puisqu'une partie du scénario repose sur ce détournement.
A signaler qu'en ce moment, les autorités cherchent à en savoir plus sur les deux pilotes du Boeing disparu (dans le fait réel), pour savoir s'ils n'ont pas eux-même provoqué le détournement. Tiens tiens... Comme dans la BD...
Cela dit, dans le fait divers réel, ce n'est peut-être pas la bonne piste. Je verrais bien un détournement par un passager ; un détournement qui se serait mal passé (explosion dans le cokpit ? D'où le silence soudain, d'où le manque de contrôle de l'avion qui aurait aussitôt plongé et coulé en pleine mer).

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
La série des Marc Dacier, cela représente, si l'on raisonne en terme d'intégrale, trois volumes... Quatre, à tout casser en faisant des volumes moins copieux.
Avec l'expérience acquise dans ce domaine et la qualité des intégrales récentes (à l'exception de Lucky Luke), il faut souhaiter que le département "Dupuis Patrimoine" se souvienne de cette série. La "maison" a déjà sorti des intégrales comportant peu de volumes, à l'image de Théodore Poussin (3), Docteur Poche (3), Gil Jourdan (4), voire un volume unique (Attila).
L'espoir fait vivre et on peut toujours rêver... Wink

peronnette


lecteur émérite
lecteur émérite
Mais il y a déjà eu 2 intégrales il y a une quinzaine d'années,stoppées à cause des ayants-droits,alors faut pas rêver.Moi je me contente des albums couleurs

JYB


vieux sage
vieux sage
Cela dit, à ce que j'ai entendu dire, paraîtrait que les ayants-droit auraient fini par s'entendre et donc, que Marc Dacier pourrait être réédité. Chez Dupuis ? Je crois que oui. En Intégrale ? Je suppose. Quand ? Je n'en sais rien ! Pour une reprise de la série avec de nouveaux auteurs ? Pas plus...
Bruits de couloir...
Mais la série Marc Dacier s'est arrêtée quand même il y a près de 40 ans... Une réédition et une reprise 40 ans après, ça fait bizarre. Certes, Kim Devil a pu être réédité, mais c'était chez Sangam, pas chez Dupuis, et on a vu le résultat : Sangam n'existe plus...

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
peronnette a écrit:Mais il y a déjà eu 2 intégrales il y a une quinzaine d'années,stoppées à cause des ayants-droits,alors faut pas rêver.Moi je me contente des albums couleurs

Malgré tout, c'est une série qui fait figure de parent pauvre et n'a pas bénéficié d'une politique d'albums très suivie, de la part de Dupuis.
Si j'ai bonne mémoire, j'étais un peu trop jeune, lorsque je découvris l'existence de cette série grâce au catalogue éditeur figurant en fin d'album des éditions anciennes (1964-1966) de Lucky Luke. Pour autant, ces titres n'étaient pas disponibles en librairie, au seuil des années 70.

Le libraire Michel Deligne s'est donc lancé, au milieu des années 70, dans l'édition, en noir et blanc, des récits demeurés inédits en albums. Sur sa lancée, il a enchaîné avec la réédition des autres titres, épuisés depuis longtemps chez Dupuis. Le tirage des publications Deligne était faible, à diffusion limitée, mais avec un prix dissuasif. Cela comblait peut-être certains collectionneurs, qui étaient bien établis professionnellement et disposaient de revenus confortables mais ne pouvait satisfaire l'attente d'amateurs de condition plus modeste. Pour l'immense majorité du lectorat habitué à trouver chez Dupuis des séries de qualité en albums souples et bon marché (Lucky Luke et Buck Danny), c'est comme si cette réédition n'avait pas existé.

Un effort louable a finalement été entrepris par l'éditeur d'origine, au début des années 80 avec enfin une série complète d'albums en couleurs et couverture souple, suivie peu de temps après d'une série complète d'albums cartonnés, toujours en couleurs. On pourrait presque qualifier cette période de retrouvailles entre l'éditeur et une série ayant déserté le journal depuis longtemps, d'un deuxième "âge d'or" de Marc Dacier. "Age d'or" cette fois-ci fondé uniquement sur la réputation du tandem Charlier-Paape, après un premier "âge d'or" fondé sur la popularité de la série dans l'hebdomadaire Spirou.

JYB a écrit:Cela dit, à ce que j'ai entendu dire, paraîtrait que les ayants-droit auraient fini par s'entendre et donc, que Marc Dacier pourrait être réédité. Chez Dupuis ? Je crois que oui. En Intégrale ? Je suppose. Quand ? Je n'en sais rien ! Pour une reprise de la série avec de nouveaux auteurs ? Pas plus...
Bruits de couloir...
On va souhaiter que ces bruits débouchent sur une réalité concrète et que l'entente perdure. Beaucoup d'amateurs complètent une collection sur le long terme et ne peuvent se ruer sur tout ce qui les intéresse dans un laps de temps restreint.

JYB


vieux sage
vieux sage
J'en ai remis une couche sur BD Gest, au sujet des fortes similitudes entre la vraie affaire du Boeing, et la fiction dans Marc Dacier. C'est ici : http://www.bdgest.com/forum/post3140354.html#p3140354

Lamar

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Raymond a écrit:Il faut bien l'avouer, l'Or du Vent d'Est n'est pas un des meilleurs histoires de Marc DACIER. Cet album est donc bien oublié.
(...)

Raymond, comme JYB, je te trouve un peu dur envers cette aventure de Marc DACIER ...gourdin  Neutral 

Peut-être que les histoires aériennes ne te passionnent guère ?

Pour ma part, j'estime que "L'Or du Vent d'Est" figure au contraire parmi les meilleurs albums de la série, s'apparentant dans l'esprit au titre suivant, l'excellent "Le Train Fantôme", son pendant ferroviaire (d'ailleurs très inspiré du fameux et véridique hold-up du "Glasgow-Londres") !
Le personnage n'est plus ici le jeune pigiste un peu candide des débuts, mais un grand reporter aguerri (quoique toujours téméraire), plus proche de Guy LEBLEU, par le même J-M. CHARLIER, dans un style plus adulte donc, débarrassé des sempiternelles séquences humoristiques, chères au grand scénariste, mais par trop enfantines (et inutiles) à mon goût... Rolling Eyes 

 Arrow Petite anecdote personnelle concernant la réédition de la série Marc DACIER  farao :
il se fait que j'avais écrit aux éditions DUPUIS en 1979, puis en 1980 (suite au décès de Jijé, en 19 juin)), notamment pour les inciter à ressortir d'anciennes BD que je ne connaissais que par bribes, via quelques reliures disparates de Spirou, dont Jean VALHARDI, Kim DEVIL, et Marc DACIER, et dont je désespérais de trouver les albums à l'époque... study 
C'est Thierry MARTENS (1942-2011) lui-même qui se fendit d'une réponse (tapée à la machine, annotée à la main et signée) détaillée !
En préambule, il soulignait gentiment ma naïveté (j'étais encore ado à l'époque... Wink ) de penser qu'il serait bien à propos de rendre hommage au grand auteur disparu (Joseph GILLAIN), en rééditant les VALHARDI alors introuvables (on m'avait répondu précédemment - par simple carte-type -, en juillet 1979, "collection Jean Valhardi - Épuisée")...pour m'annoncer plus loin que la réédition était justement en cours ("Soleil Noir" venait de sortir cette année-là, sans que je le sache...), que cela semblait bien marcher et qu'il était donc prévu de ressortir 2 autres titres en 1981, 3 en 82 (dont les 2 avec PAAPE), et à partir de 1983, 2 Jijé avec en intercalage de nouvelles aventures (reprise à l'étude)...

Pour Marc DACIER : "6 volumes paraîtront de septembre 1980 à janvier 81 dont 2 inédits en couleur, 4 autres de 81 + 2 inédits couleur, et 3 derniers inédits couleur en 82". *

Pour Kim DEVIL : "rien de prévu pour le moment. La demande semble vraiment trop faible et la qualité de ses ouvrages ne nécessitent pas une réédition d'urgence (que pensez-vous de cette appréciation ?)

Par une coïncidence étonnante, mes vœux allaient donc - en partie - être exaucés ! J'ai donc acheté au fur et à mesure les rééditions en question (j'avais aussi demandé la ressortie des excellentes biographies de STANLEY, MERMOZ, et SURCOUF,...qui seront effectives une dizaine d'année plus tard), me plongeant avec délectation dans ces désormais grands classiques de la BD réaliste belge.
Je me plaît à penser que mes courriers ont peut-être contribué aussi à ce "travail de mémoire" nécessaire...   Idea   Exclamation

* (j'avais eu connaissance des éditions DELIGNE des M. DACIER, mais le prix m'avait paru prohibitif à l'époque, un peu à l'image des tirages limités d'aujourdhui...)



Dernière édition par Lamar le Mar 18 Mar - 1:44, édité 1 fois

http:// http://hangar7.canalblog.com/

Raymond

avatar
Admin
Oui ... vous êtes plusieurs à trouver que je suis un peu dur avec cet album .. ben ... voilà voilà !

En fait, je l'ai rapidement relu ce week-end et je l'ai trouvé ... un peu court. C'est surtout la fin qui me parait un peu "expédiée" en vitesse,  probablement parce qu'il fallait bien respecter la distance des 44 planches.  

Je préfère infiniment "Le Train fantôme", un récit qui est mieux équilibré, ou alors les premières histoires de la série (celles qui font 2 ou 3 albums). C'est en tout cas mon goût !   jap


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Je n'ai pas acheté ni lu la monographie consacrée à Eddy Paape par Alain de Kuyssche, "La passion de la page d'après", et sans doute contient-elle des éléments de réponse à certaines questions que je me pose.

La série Marc Dacier, paraît avoir été négligée par la maison Dupuis. Sa fin (provisoire ?) aura tout de même été précédée d'une longue agonie.
Un premier coup dur survient en 1963, après la parution des "7 cités de Cibola" : plus aucun album ne sera édité avant longtemps, c'est-à-dire avant que la série ne soit exhumée par Michel Deligne puis redécouverte (réhabilitée ?) par l'éditeur d'origine. Il s'agit d'un véritable outrage. Je veux bien croire que la chose n'a pas dû être du goût des auteurs, qui n'avaient pas démérité.
Cette disgrâce est assez surprenante quand on sait que la série continua de paraître dans la revue jusqu'en 1967, à travers sept récits supplémentaires.
On s'étonne d'autant plus de cette politique éditoriale que la série Marc Dacier, née dans les pages de l'hebdomadaire en 1958, bénéficia dans un premier temps d'un rythme soutenu : 1 album en 1960, 2 en 1961, 2 en 1962 et le dernier de la première série en 1963. (Les épisodes se suivaient à un rythme effrené dans le journal, pratiquement sans discontinuer, et du coup, les albums sortaient eux aussi des presses à un train d'enfer).
Cette agonie débouche sur la mort de la série après son arrêt définitif dans les pages du journal Spirou, qui publie en 1967 l'ultime épisode "Le train fantôme".

Que s'est-il passé ? Un différend entre le scénariste et le dessinateur ?
Eddy Paape faisait partie du noyau dur de dessinateurs bossant avec Charlier depuis la World. Cette collaboration fructueuse a donné entre autres plusieurs histoires de l'Oncle Paul, 3 Valhardi, 1 André Lefort, la série Marc Dacier, sans oublier les nombreux coups de main de Paape pour Hubinon, le plus ancien complice de Charlier.
Et en cette même année 1967, Paape change de galaxie : on le retrouve alors (définitivement) au journal Tintin, aux côtés de Greg (et parfois de Duchateau). Exit Spirou, finies les collaborations avec Charlier. (Notons que le 4ème titre de Luc Orient s'intitule "La forêt d'acier" ; je ne sais pas s'il faut y voir un clin d'oeil "phonétique", mais connaissant la dilection de Greg pour les jeux de mots...).
Alain de Kuyssche a-t-il recueilli le témoignage de Paape ou de proches, sur ce qu'il convient d'appeler une rupture ? Un numéro des Cahiers de la BD avait peut être déjà traité de cette question ?

Dans ce contexte et avec le recul nécessaire, l'édition de la série complète en albums souples puis cartonnés par Dupuis, apparaît comme relevant du miracle.



Dernière édition par Fildefer le Mar 18 Mar - 10:53, édité 1 fois

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Fildefer, "l'agonie" de la série "Marc Dacier" que tu viens d'évoquer ne trouve pas son origine dans un supposé différend entre Charlier et Paape.

Dans les pages du livre d'Alain de Kuyssche (précité par toi), on voit bien que cette cassure résulte de choix éditoriaux (non promotion par Dupuis des albums de ce personnage) et de la forte personnalité d'Eddy Paape qui n'entendait pas à juste raison être considéré comme un auteur de moindre importance.

En outre, Dupuis n'éditera jamais non plus son album de "Winston Churchill", scénarisé par Octave Joly.  Wink 

Raymond

avatar
Admin
Je crois aussi qu'il y avait tout d'abord une vente insuffisante des albums de Marc Dacier, qui a entraîné l'arrêt de leur publications après 6 numéros.

Après cela, c'est un peu plus compliqué. Il y a certainement eu un sentiment de déception chez Eddy Paape, qui se sentait mésestimé (et qui n'avait plus de publication d'albums) après une longue collaboration dans le journal Spirou. L'éditeur n'en avait que pour Franquin, Peyo, Roba ou Morris, et il a saisi l'opportunité que lui offrait le journal Tintin de commencer une deuxième carrière.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Oui, mais après le dernier épisode du "Train fantôme", il a confessé (HOP n° 60) qu'il était prêt à abandonner la bande dessinée en raison "des tractations et des ennuis qu'on avait à droite et à gauche avec Dupuis er autres...".

C'est sur l'insistance de Greg à vouloir le faire entrer chez Le Lombard qu'il a finalement renoncé à son projet.

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Merci, Treblig et Raymond, pour ces précisions.  
Des relations qui se dégradaient avec l'éditeur sont donc à l'origine de l'arrêt de la série. Et par ailleurs, le bouquin d'Alain de Kuyssche apporte bien un éclairage à cette question. Il faudra que je me le procure, avant qu'il s'épuise.

S'appuyer sur les méventes d'albums (et parfois se retrancher derrière des sondages de lecteurs), permet à l'éditeur de s'arranger. Lui seul connaît les chiffres exacts... Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage.
Quand Dupuis a édité dans les années 1980 à deux reprises la série complète d'albums, alors que la série était inconnue des jeunes lecteurs du journal (et pour cause), c'est bien parce que le premier tirage (13 albums souples en couleurs)  s'est rapidement épuisé, non ?

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Ces relations dégradées avec "l'éditeur" ont donc touché Paape, le plus vulnérable, de plein fouet. Mais je me demande, si, indirectement, Charlier n'était pas lui aussi visé ?
Du catalogue Dupuis, d'ailleurs, Marc Dacier ne va pas être la seule série à disparaître à cette époque. Jerry Spring (Jijé), Blondin et Cirage (Jijé), Jean Valhardi (Paape et Jijé !) font partie du nettoyage. Il y a parfois des coïncidences, mais elles sont ici troublantes. Un règlement de comptes tardif envers ceux qui ont eu raison de la World Press (Charlier, Paape) et leur fidèle allié (Jijé), Hubinon et Mitacq bénéficiant d'une clémence exceptionnelle.

En 1967, Pilote existe depuis huit ans, mais il se passe aussi pas mal de choses qui peuvent exaspérer la famille Dupuis.
- 1966. Jijé l'Ancien (Comment ? lui aussi, un traître ?) a intégré l'équipe de Pilote pour rejoindre Charlier (Grr !) sur Tanguy.
- 1967. C'est la dernière fois qu'une histoire de Lucky Luke paraîtra dans le journal (à cheval sur l'année 1968).  Lucky Luke (dont les tirages eux ne devaient pas poser de problème) va changer de journal ! Les deux derniers titres sortiront d'ailleurs en album chez Dargaud.

Ne peut-on pas voir dans les choix éditoriaux de Dupuis une volonté de sanctionner Charlier et les dessinateurs proches de ce dernier (Jijé, Paape), animant des séries honorables mais dont les tirages n'atteindront jamais ceux de Lucky Luke, Buck Danny, Spirou, etc... ? Vengeance mesquine, certes, mais pouvant prendre racine dans l'impuissance de l'éditeur à n'avoir pu retenir Morris l'ancien, et dans la frustration de n'avoir pas pu châtier Goscinny, qu'on doit considérer comme le principal responsable de cette défection ? Goscinny qui dirige avec Charlier (Grr !) une revue (détestable, Grr !).
"L'éditeur" avait déjà dû subir d'autres provocations et son exaspération était déjà ancienne : Barbe Rouge (Charlier-Hubinon) et Jacques le Gall (Charlier-M. Tacq), mais il n'avait pas pu, là aussi, prendre de mesures de rétorsion au risque de perdre Buck Danny.

Raymond a écrit: Il y a certainement eu un sentiment de déception chez Eddy Paape, qui se sentait mésestimé (et qui n'avait plus de publication d'albums) après une longue collaboration dans le journal Spirou. L'éditeur n'en avait que pour Franquin, Peyo, Roba ou Morris, et il a saisi l'opportunité que lui offrait le journal Tintin de commencer une deuxième carrière.

Et lorsque nous parlons, l'un comme l'autre d'"éditeur", ce mot recouvre des notions et des acceptions diverses : tantôt l'entreprise, tantôt ses dirigeants, et parfois même des personnes qui oeuvrent dans l'ombre tout en disposant d'un pouvoir officieux bien réel. Qui dit personnes dit clans, rivalités, luttes d'influence, rancunes, etc...
Même si Charles Dupuis se trouve à la tête de la maison d'édition en 1947 comme en 1967, et de ce fait, apparaît comme l'ultime décisionnaire et le responsable des choix, il s'appuie pour cela sur des personnes de confiance. Des personnes qui ont inéluctablement changé, au fil du temps.
Au cours des années 40, j'aurais tendance à penser que Jijé n'officiait pas seulement en qualité d'auteur mais qu'il jouait un rôle plus large sur le plan artistique. Une vraie béquille. On sent qu'au début des années 50, Charlier, du fait de son importance au sein de la World (qui alimente le journal), va lui aussi tenir un rôle (pas forcément officiel) qui va au delà de ses compétences d'illustrateur et de conteur. Il sera en position forte pour plaider en faveur de séries réalistes, voire didactiques au sein du journal. L'arrivée de l'Oncle Paul semble témoigner de cette influence auprès des décideurs. Puis, avec le temps, d'autres personnes vont prendre le relais.
Quand tu rappelles à juste titre que "l'éditeur n'en avait que pour Franquin, Peyo, Roba ou Morris", je pense que c'est une conséquence du rôle prépondérant joué par Delporte à un certain moment. Un Yvan Delporte qui devait être davantage à l'aise avec les gens de sa génération qu'il entendait promouvoir qu'avec les anciens caciques (les Charlier, Gillain, Paape et consorts).
Il a dû y avoir des tensions, mais la langue de bois utilisée dans le journal pour présenter au lecteur telle ou telle modification, annoncer tel ou tel choix éditorial, suffisait à étouffer les grincements de dents et dissimulait bien aux lecteurs la réalité de ce qui se tramait dans les coulisses.  
Les dernières histoires de Blondin et Cirage (Kamiliola, le Nègre Blanc, Silence on tourne !) ne valent-elles pas largement d'autres séries humoristiques (Khéna, Papyrus, etc...) ? Jerry Spring, Jean Valhardi et Marc Dacier ont-ils moins de valeur que certaines séries réalistes venues les remplacer ?

JYB


vieux sage
vieux sage
Sans vouloir entrer dans le détail, faute de temps - en plus, je ne connais pas tout -, je crains que vous extrapoliez et tiriez des conclusions hâtives, alors que, si ça se trouve, les faits sont plus simples : les albums de Marc Dacier ne se vendaient pas assez, et un éditeur n'est pas un philosophe, point final.
En outre, pour Charlier, 1967 marque une période charnière : il se tourne vers la télévision (feuilleton télé Les Chevaliers du ciel, pour commencer), au point qu'il va lâcher un certain nombre de BD (de gré ou de force), et ce, dès 1967 justement ; outre Marc Dacier : Jacques Le Gall, Guy Lebleu, les Castors (qu'il finira par reprendre plus tard), Barbe-Rouge (ça, c'est Hubinon qui arrête la série de lui-même, après mai 1968, laissant en plan Charlier qui ne pourra reprendre cette série que 10 ans plus tard). Quant à Tanguy & Laverdure, Uderzo largue en 1966 la série, qui est reprise par Jijé, ce qui, à mon sens, déstabilisera Charlier qui préférait de loin Uderzo.
Mais bon, c'est juste ma vision des choses, je peux me tromper...

Ethan

avatar
grand maître
grand maître
Pour Paape, avec qui j'ai eu la chance de discuter plusieurs fois.
Il n'était surtout pas dans les petits papiers de Charles Dupuis, ce dernier n'a jamais aimé son graphisme qu'il trouvait trop expressionniste.
Ce qui fait qu'il n'a jamais eu droit aux albums cartonnés, ni par exemple de pouvoir aller en vacances dans la propriété espagnole de Charles Dupuis, un privilége qui était réservé uniquement aux préférés de ce dernier.

En ce qui concerne Jijé, Jerry Spring était une série qui ne se vendait pas, Dupuis avait décidé d'arrêter de sortir les albums, mais il était tjs d'accord de le publier dans le journal.
Mais financièrement, c'était moins intéressant pour Jijé, comme à la place de toucher et pour la prépublication et l'édition en album, il perdait 50 % de ses gains.
Ce qui l'a poussé vers Pilote et T&L où c'était plus intéressant financièrement.

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Merci JYB et Ethan pour toutes ces indications. Mes conclusions étaient sans doute hâtives et mal fondées. J'ai trouvé intéressante cette anecdote sur la propriété espagnole où étaient conviés les chouchous de l'éditeur.
Lors du lancement des "Belles Histoires de l'Oncle Paul", Eddy Paape n'avait pas ménagé sa peine. Sa disgrâce pour son seul style graphique est étonnante. Ne lui aurait-on pas tenu rigueur d'avoir participé à la fameuse réunion autour de Charlier et Goscinny ? J'extrapole à nouveau, c'est maladif, mais j'ai du mal à imaginer qu'on n'apprécie pas quelqu'un pour sa façon de dessiner.

Personnellement, je ne suis pas un fan absolu du dessin d'Eddy Paape, mais je lui accorde volontiers une certaine efficacité.

Raymond m'a récemment incité à relire un épisode de Marc Dacier, "Chasse à l'homme". Les traits et même la silhouette de Marc Dacier ont pas mal évolué entre le premier titre et les derniers.
Dans "Chasse à l'homme", à de nombreuses reprises je me disais que le visage et certaines attitudes de Marc Dacier me rappelaient un être de chair et d'os, mais sans que je puisse précisément mettre un nom et un visage. Et subitement, ça m'est revenu : la physionomie de Marc Dacier, dans cet album m'a fait penser à l'acteur britannique "Ben Whishaw" incarnant le rôle du journaliste "Freddie Lyon" dans la série télévisée récente "The Hour" (2 saisons de 6 épisodes, présentés sur Arte en 2013).
http://series-tv.premiere.fr/The-Hour-2796996

Et outre la ressemblance physique dont j'ai fait état (fortuite, bien sûr, puisque l'acteur n'était pas encore né quand Eddy Paape a dessiné tous les épisodes), j'ai relevé un certain nombre de coïncidences plutôt curieuses.
Freddie Lyon, le personnage de la série télé est un journaliste de télévision, obstiné, pugnace, qui aime fourrer son nez là où ça dérange. Il possède un caractère bien trempé, assez proche de celui de Marc Dacier. Malgré son allure de gringalet, il ne se laisse pas facilement intimider et fait montre d'audace et de courage.
Quant au contexte, la série débute en 1956, à Londres, avec pour toile de fond la crise de Suez (1ère saison) puis les évènements de Hongrie (saison 2). On est donc plongé en pleine Guerre Froide, et, à quelques mois près, l'action du feuilleton télévisé aurait pu se dérouler simultanément au premier épisode de Marc Dacier.

Raymond

avatar
Admin
JYB a écrit:Sans vouloir entrer dans le détail, faute de temps - en plus, je ne connais pas tout -, je crains que vous extrapoliez et tiriez des conclusions hâtives, alors que, si ça se trouve, les faits sont plus simples : les albums de Marc Dacier ne se vendaient pas assez, et un éditeur n'est pas un philosophe, point final.
En outre, pour Charlier, 1967 marque une période charnière : il se tourne vers la télévision (feuilleton télé Les Chevaliers du ciel, pour commencer), au point qu'il va lâcher un certain nombre de BD (de gré ou de force), et ce, dès 1967 justement ; outre Marc Dacier : Jacques Le Gall, Guy Lebleu, les Castors (qu'il finira par reprendre plus tard), Barbe-Rouge (ça, c'est Hubinon qui arrête la série de lui-même, après mai 1968, laissant en plan Charlier qui ne pourra reprendre cette série que 10 ans plus tard). Quant à Tanguy & Laverdure, Uderzo largue en 1966 la série, qui est reprise par Jijé, ce qui, à mon sens, déstabilisera Charlier qui préférait de loin Uderzo.
Mais bon, c'est juste ma vision des choses, je peux me tromper...

Mmm ... ce n'est pas vraiment Jean-Michel Charlier qui a laissé tomber Marc Dacier ! C'est plutôt Eddy Paape qui voulait travailler dans un journal où il trouverait plus de considération, et qui a abandonné le journal Spirou.

Rappelons aussi que Charlier a continué à écrire des scénarios de "reporter aventurier" (qui sont devenues les aventures de Brice Bolt) pour le journal Spirou, et qu'on ne peut donc pas le désigner comme responsable de l'arrêt de Marc Dacier.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Ethan

avatar
grand maître
grand maître
Fildefer a écrit:
Lors du lancement des "Belles Histoires de l'Oncle Paul", Eddy Paape n'avait pas ménagé sa peine. Sa disgrâce pour son seul style graphique est étonnante. Ne lui aurait-on pas tenu rigueur d'avoir participé à la fameuse réunion autour de Charlier et Goscinny ? J'extrapole à nouveau, c'est maladif, mais j'ai du mal à imaginer qu'on n'apprécie pas quelqu'un pour sa façon de dessiner.


Charles Dupuis était quelqu'un qui marchait assez au ressenti et à l'affectif, il n'était pas comme Leblanc ou Dargaud des businessmen à la recherche d'un maximun de profit (dans la famille, c'était Paul Dupuis qui l'était).
Bcp d'auteurs n'ont pas été édités parce que Charles Dupuis n'aimait pas soit leurs styles ou leurs personnalités.


Pour en revenir à Paape, ça datait déjà de sa période 'Valhardi', Dupuis n'aimait pas son graphisme sur cette série et lui reprochait tout le temps, quand Jijé a accepté de la reprendre, il en a été soulagé.
Et pour 'Les oncles Paul', ce n'était pas une production de Dupuis, mais de la World Press de Georges Troisfontaines, produit assez secondaire à ses yeux par rapport aux oeuvres de Franquin et Cie.

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
pouce 

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Raymond a écrit:

Mmm ... ce n'est pas vraiment Jean-Michel Charlier qui a laissé tomber Marc Dacier ! C'est plutôt Eddy Paape qui voulait travailler dans un journal où il trouverait plus de considération, et qui a abandonné le journal Spirou.

Rappelons aussi que Charlier a continué à écrire des scénarios de "reporter aventurier" (qui sont devenues les aventures de Brice Bolt) pour le journal Spirou, et qu'on ne peut donc pas le désigner comme responsable de l'arrêt de Marc Dacier.

Ceux qui ont lu "Eddy Paape, la passion de la page d'après" (livre d'Alain de Kuyssche dont il a été fait mention hier) savent qu'Eddy Paape était néanmoins prêt à reprendre les aventures de Marc Dacier.

En effet, en pages 74 à 76 de cet ouvrage, sont reproduites 3 planches d'une nouvelle histoire du jeune reporter, débutée en 1993 (mais non achevée), soit 4 ans après le décès de Jean-Michel Charlier.

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
A défaut d'autres ouvrages similaires, cet ouvrage doit être, j'imagine, la principale référence si on s'intéresse à la carrière d'Eddy Paape. Pour ceux qui l'ont lue, trouvez-vous cette monographie réussie et pouvant intéresser, à défaut d'un large public, des amateurs comme ceux fréquentant le forum ?

Raymond

avatar
Admin
Oui, cette monographie consacrée à Eddy Paape est une vraie réussite. Elle est riche en informations et en documents inédits, et les curieux qui s'intéressent à Eddy Paape devraient l'apprécier sans problème.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Effectivement, Fildefer, c'est un ouvrage de référence indispensable, d'autant plus que c'est la seule monographie consacrée à Eddy Paape à ce jour.

Le seul reproche que j'émettrai tient au faible nombre de pages que comporte ce livre, alors qu'il s'agit tout de même d'un auteur qui a consacré beaucoup de son temps à la bande dessinée.

Je pense donc qu'il faudra bien qu'un jour ou l'autre un autre biographe vienne revisiter sa carrière et nous donne à lire d'autres aspects non traités dans cette "passion de la page d'après".

In fine, je rappellerai que, depuis la fin octobre 2009, nous avons ouvert un sujet qui lui est entièrement dédié.  Wink 

http://lectraymond.forumactif.com/t375-eddy-paape?highlight=eddy+paape



Dernière édition par Treblig le Mer 19 Mar - 16:15, édité 1 fois

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 38 sur 40]

Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum