Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-50%
Le deal à ne pas rater :
-260€ sur la machine à café automatique avec broyeur KRUPS ...
299.99 € 599.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'archange

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1L'archange Empty L'archange le Dim 1 Aoû - 17:31

Raymond

Raymond
Admin
La relecture de cet album hier soir m'a remémoré la dernière conversation que j'ai pu avoir avec Jacques Martin, au début de cette année. Bien que malade du coeur et séjournant à l'hôpital, il restait passionné par la BD et par l'Histoire. Il avait bien sûr un grand plaisir à reparler de tout cela et nous avons discuté en particulier de ce curieux roi d'Angleterre, Henri VI, dont la faiblesse (puis l'assassinat) a été à l'origine de la Guerre des Deux Roses. Etait-il aliéné comme le pensent certains historiens, ou était-il simplement faible et pieux ? Jean Pleyers pensait qu'il était fou et Jacques Martin était convaincu du contraire. En illustrant la scène pendant laquelle le roi arrache le chapeau de Jhen du bout de sa canne à pêche, Pleyers avait d'abord indiqué que cet acte était intentionnel (et motivé par la folie). Jacques Martin n'était pas d'accord avec cette version du récit et lui a demandé de redessiner ces images.

L'archange Archan10

J'avais bien pour ma part le souvenir qu'Henri VI était devenu aliéné, mais Jacques Martin était tellement péremptoire que je n'ai pas insisté. En fait, ce monarque reste un peu mystérieux. Fils du puissant Henri V (vainqueur d'Azincourt et héros d'une célèbre pièce de Shakespeare), Henri VI restera dans l'Histoire comme une victime. Il a été détrôné avant de se faire assassiner par son successeur Edouard IV et cette triste fin n'était pas totalement imméritée car le bilan de son règne était catastrophique. Le résultat de son action (ou plutôt de son inaction) politique peut se résumer ainsi : l'Angleterre perd la Guerre de Cent Ans avant de s'enfoncer dans la guerre civile (entre autre parce que le roi n'avait d'héritier). Dans l'Archange, le souverain est encore très jeune (il a moins de 20 ans) mais Jacques Martin prophétise malicieusement sa triste fin.

L'archange Archan11

Henri VI était cependant généreux envers son peuple. Sa piété l'emportait sur tout autre considération et il est à l'origine de la construction de la chapelle du Kings College, à Cambridge, On lui doit également le collège d'Eton et Jacques Martin nous montre un jeune homme faible et naïf qui, face à la dureté du monde médiéval, semble se réfugier dans la religion.

L'archange Archan12

L'Archange nous raconte d'abord la naissance d'une surprenante amitié entre Jhen et le roi, après que ce dernier ait accidentellement décoiffé le héros. A plusieurs reprises, il sauve la vie de Jhen qui est la cible de complots cherchant à l'éliminer. Je note qu'Henri VI se fie à son ami malgré certaines évidences et, il faut bien l'avouer, seul un saint ou un fou peut ainsi protéger un étranger que tout semble désigner comme un ennemi.

L'archange Archan13

Face à ce roi sans charisme, un démon (s'agit-il de Satan lui-même ?) décide de construire une cathédrale dédiée au mal. Cet édifice gigantesque doit dominer la cité de Londres, et il sera surmonté d'une statue en or représentant l'archange du mal. Cette histoire incroyable me fait penser à certaines légendes médiévales, car le diable était à cette époque un personnage bien "vivant". Cette action directe de Satan me semble être une faiblesse dans le scénario (nous sommes au XXIème siècle tout de même) mais Jacques Martin et Jean Pleyers la racontent avec un grand souci de réalisme. Il en résulte un album curieux, dont le ton est à moitié fantastique et à moitié historique.

L'archange Archan14

Graphiquement, le récit est réalisé avec beaucoup de maîtrise. On découvre de multiples images de la cathédrale  en fin de construction et pour mieux montrer son impressionnante élévation, les auteurs utilisent de grandes vignettes verticales, qui occupent parfois toute la hauteur de la page. Des angles de vue avec effet de plongée ou de contre plongée accentuent encore la sensation d'une hauteur vertigineuse.

L'archange Archan15

Comme toujours, Pleyers dessine avec minutie les scènes de cour ou les parties de chasse dans les bois, en détaillant les costumes et les décors. Il dessine avec efficacité le tournoi de chevaliers auquel participe Jhen, bien qu'il ne soit pas noble lui-même (eh oui Jacques Martin prend tout de même des libertés avec l'histoire). J'aime particulièrement les images d'époque de Londres, dont les rues boueuses sont entourées par de belles maisons à colombages, et qui apparaissent grouillantes de cavaliers et de badauds.

L'archange Archan16

En terminant ce livre, je retrouve tout de même cette perplexité qui m'avait assailli après ma première lecture, il y a 10 ans. Ce n'est pas la meilleure histoire de Jhen et j'ai au fond bien de la peine à y croire mais, dans ce récit peu réaliste, le Moyen-Age est décrit avec une certaine justesse. Faut-il le considérer comme un "mystère" issu du théâtre médiéval, une sorte de drame liturgique illustrant une fois de plus l'éternelle lutte du bien et du mal. Ce n'était pas, je crois, l'idée de Jacques Martin mais c'est bien l'interprétation que jai fini par retenir puisque, dans ce Moyen Age où l'histoire se mélange souvent à la légende, les auteurs se sont permis de prendre quelques libertés avec le réalisme.



Dernière édition par Raymond le Lun 11 Aoû - 0:00, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... L'archange Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

2L'archange Empty Re: L'archange le Lun 9 Aoû - 10:52

Damned

Damned
grand maître
grand maître
Raymond a écrit: En terminant ce livre, je retrouve tout de même cette perplexité qui m'avait assailli après ma première lecture, il y a 10 ans. Ce n'est pas la meilleure histoire de Jhen et j'ai au fond bien de la peine à y croire mais, dans ce récit peu réaliste, le Moyen-Age est décrit avec une certaine justesse. Faut-il le considérer comme un "mystère" issu du théâtre médiéval, une sorte de drame liturgique illustrant une fois de plus l'éternelle lutte du bien et du mal. Ce n'était pas, je crois, l'idée de Jacques Martin mais c'est bien l'interprétation que jai fini par retenir puisque, dans ce Moyen Age où l'histoire se mélange souvent à la légende, les auteurs se sont permis de prendre quelques libertés avec le réalisme.
Même sentiment pour moi !
Comme dans l'album de Lefranc (les portes de l'enfer), l'idée de montrer le diable sous des traits humanoïdes, fussent ils horribles et caricaturaux, rabaisse ces scénarios au niveau de contes pour enfants.

Pour moi le diable, comme Dieu, ne peuvent être représentés physiquement, car ils sont autre chose qu'un humain (ont ils d'ailleurs une apparence physique, ce dont je doute fort), pensant que ces notions de Dieu et de diable, ressemblent fort aux notions de bien et de mal que chacun porte en soi !

Je n'ai rien contre le fantastique, au contraire, mais j'estime que, dans un tel cas, il doit rester dans le domaine de l'ombre et manipuler à distance, à travers les actions d'un des personnages, de préférence maudit !
Jacques Martin aurait tourné ainsi son scénario (ce qui n'aurait pas changé beaucoup d'ailleurs), nous aurions peut être eu moins d'images fantastiques, mais le récit aurait gagné, à mon avis, en intensité et crédibilité.
En personnifiant le diable, Jacques Martin, le réduit à une taille humaine incompatible avec l'idée que l'on peut se faire de sa puissance.

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

3L'archange Empty Re: L'archange le Lun 9 Aoû - 12:00

Raymond

Raymond
Admin
Merci pour ce commentaire, Damned. Il est toujours agréable d'avoir des réactions. Very Happy

Que pensent les autres "martinophiles" de cette intrusion directe du diable dans les aventures de Jhen ?


_________________
Et toujours ... L'archange Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

4L'archange Empty Re: L'archange le Lun 9 Aoû - 12:07

Lion de Lisbonne

Lion de Lisbonne
grand maître
grand maître
Damned a écrit:
Raymond a écrit: En terminant ce livre, je retrouve tout de même cette perplexité qui m'avait assailli après ma première lecture, il y a 10 ans. Ce n'est pas la meilleure histoire de Jhen et j'ai au fond bien de la peine à y croire mais, dans ce récit peu réaliste, le Moyen-Age est décrit avec une certaine justesse. Faut-il le considérer comme un "mystère" issu du théâtre médiéval, une sorte de drame liturgique illustrant une fois de plus l'éternelle lutte du bien et du mal. Ce n'était pas, je crois, l'idée de Jacques Martin mais c'est bien l'interprétation que jai fini par retenir puisque, dans ce Moyen Age où l'histoire se mélange souvent à la légende, les auteurs se sont permis de prendre quelques libertés avec le réalisme.
Même sentiment pour moi !
Comme dans l'album de Lefranc (les portes de l'enfer), l'idée de montrer le diable sous des traits humanoïdes, fussent ils horribles et caricaturaux, rabaisse ces scénarios au niveau de contes pour enfants.

Pour moi le diable, comme Dieu, ne peuvent être représentés physiquement, car ils sont autre chose qu'un humain (ont ils d'ailleurs une apparence physique, ce dont je doute fort), pensant que ces notions de Dieu et de diable, ressemblent fort aux notions de bien et de mal que chacun porte en soi !

Je n'ai rien contre le fantastique, au contraire, mais j'estime que, dans un tel cas, il doit rester dans le domaine de l'ombre et manipuler à distance, à travers les actions d'un des personnages, de préférence maudit !
Jacques Martin aurait tourné ainsi son scénario (ce qui n'aurait pas changé beaucoup d'ailleurs), nous aurions peut être eu moins d'images fantastiques, mais le récit aurait gagné, à mon avis, en intensité et crédibilité.
En personnifiant le diable, Jacques Martin, le réduit à une taille humaine incompatible avec l'idée que l'on peut se faire de sa puissance.

Raymond Damned
Je suis complètement d'accord avec toi L'archange Icon_exclaim L'archange Icon_biggrin

5L'archange Empty Re: L'archange le Jeu 26 Aoû - 22:09

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
N'oubliez pas que le Malin peut s'incarner quand il le veut et ou il le veut, et donc je ne suis pas choqué ni même surpris de cette intrusion ô combien symbolique...

Jacques Martin avait peut être cela en tête lors de la conception de cet album ?

Par ailleurs, je suis un grand fan des petits billets illustrés de Raymond, mais ça il le sait pouce

6L'archange Empty Re: L'archange le Ven 27 Aoû - 8:31

Damned

Damned
grand maître
grand maître
Pierre a écrit:N'oubliez pas que le Malin peut s'incarner quand il le veut et ou il le veut, et donc je ne suis pas choqué ni même surpris de cette intrusion ô combien symbolique...

Jacques Martin avait peut être cela en tête lors de la conception de cet album ?

Par ailleurs, je suis un grand fan des petits billets illustrés de Raymond, mais ça il le sait pouce

Oui le diable peut s'incarner, mais d'après ce que l'on en dit, il s'incarne toujours à l'opposé des représentations caricaturales et horribles qu'on trouve un peu partout !
C'est en cela qu'on l'appelle le "malin" !

Raymond Damned

http://www.pbase.com/vv_eagle/legrand_raymond

7L'archange Empty Re: L'archange le Ven 27 Aoû - 21:17

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
Pas toujours à l'opposé, pas toujours... Cool

8L'archange Empty Re: L'archange le Sam 22 Jan - 22:48

Vilain goton

Vilain goton
alixophile
alixophile
Perso je n'ai pas du tout aimé cet album.J'ai dû le lire moins de dix fois,c'est tout dire.Un peu comme les derniers alix,qui eux m'ont surtout déçus au niveau des dessins.
Et puis les jhen sont toujours mieux avec gilles de rais dedans,même si par exemple,"la cathédrale" est excellent.

9L'archange Empty Re: L'archange le Dim 23 Jan - 0:06

Raymond

Raymond
Admin
Qu'est-ce que tu n'as pas aimé dans cette histoire ? La présence du diable ?


_________________
Et toujours ... L'archange Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

10L'archange Empty Re: L'archange le Dim 23 Jan - 0:36

Vilain goton

Vilain goton
alixophile
alixophile
Le scénario,l'histoire,l'endroit,et le manque d'action.Quand au diable,ça ne me gêne pas...après tout nos cathédrales regorgent de gargouilles et autres représentations diaboliques...mais en l'occurence j'imagine mal qu'une cathédrale puisse être "consacrée"uniquement au malin,celui-ci étant plutôt dans la nature je pense.Le diable chrétien n'est qu'une diabolisation des anciens dieux païens comme pan ou cernunnos...

11L'archange Empty Re: L'archange le Dim 23 Jan - 14:19

Raymond

Raymond
Admin
C'est un scénario très documenté, qui se place à une période bien précise de l'histoire. Il est vrai qu'on se demande par moment où est-ce que Jacques Martin veut en venir ? C'est probablement cela qui t'a déplu. Je note que tu l'as tout de même lu plusieurs fois. Wink


_________________
Et toujours ... L'archange Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

12L'archange Empty Re: L'archange le Sam 18 Juin - 10:32

Invité


Invité
Ce projet posté par Jacques Grand.

http://storage.canalblog.com/83/72/291048/65528479.jpg

13L'archange Empty Re: L'archange le Ven 19 Fév - 9:33

Invité


Invité
L'archange Jhenar10

14L'archange Empty Re: L'archange le Ven 19 Fév - 13:17

Invité


Invité
Planche 4.


L'archange Jhenar11

15L'archange Empty Re: L'archange le Sam 4 Avr - 14:26

Khyron


compagnon
compagnon
L'archange, un Jhen peu apprécié dans l'ensemble. Je reconnais de mon côté que des 9 premiers opus du tandem Martin-Pleyers, c'est celui que j'aime le moins. Mais pourquoi ? Le dessin de Pleyers est irréprochable (cf. les très belles planches NB ci-dessus), et le scénario est situé dans un contexte intéressant et peu utilisé en BD (l'Angleterre des années qui précèdent la guerre des deux roses).    

Serait-ce l'irruption du fantastique ? Je dirais que non, car j'aime beaucoup L'alchimiste ou Barbe bleue qui en comportent un peu. Alors ?

C'est difficile à dire. La chose qui me perturbe le plus dans cet album est sa mise en couleur. Je pense qu'elle n'est pas adaptée au ton général de l'histoire ni d'ailleurs à sa géographie. Les couleurs très lumineuses de l'album auraient leur place dans un récit joyeux et dans un contexte méditerranéen. Sauf qu'ici, nous sommes en Angleterre et que le Diable est aux aguets...

En somme, ce que je n'aime pas dans cette histoire est un décalage entre la forme et le fond qu'on ne trouve pas dans les 8 premiers opus.

A se demander si une recolorisation dans les tons de Barbe bleue (modèle du genre) n'améliorerait pas significativement le ressenti de cet album.

16L'archange Empty Re: L'archange le Sam 4 Avr - 14:44

Raymond

Raymond
Admin
Je pense que cette histoire est totalement irréaliste et que cela crée une certaine gêne, car Jhen est au départ une BD historique fondée sur des événements réels. Mais en fait, sur la fin de sa vie, Jacques Martin a souvent introduit des éléments assez fantasmagoriques dans ses scénarios (comme par exemple le personnage Sorg dans le Styx ou les Titans dans le Fleuve de Jade) et ses récits sont alors devenus moins crédibles. C'était bien sûr son droit d'introduire du fantastique dans les aventures de ses personnages, mais le charme n'était désormais plus le même.


_________________
Et toujours ... L'archange Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

17L'archange Empty Re: L'archange le Sam 4 Avr - 22:40

Khyron


compagnon
compagnon
Raymond a écrit:Je pense que cette histoire est totalement irréaliste et que cela crée une certaine gêne, car Jhen est au départ une BD historique fondée sur des événements réels. Mais en fait, sur la fin de sa vie, Jacques Martin a souvent introduit des éléments assez fantasmagoriques dans ses scénarios (comme par exemple le personnage Sorg dans le Styx ou les Titans dans le Fleuve de Jade) et ses récits sont alors devenus moins crédibles. C'était bien sûr son droit d'introduire du fantastique dans les aventures de ses personnages, mais le charme n'était désormais plus le même.

Pour le coup, je ne suis pas trop d'accord : dans Alix, Jacques Martin insère des éléments de fantastique ou de science-fiction (mais la SF n'est-elle pas souvent un fantastique "rationalisé" ?) très tôt, dès Le sphinx d'or, et plus encore dans L'île maudite. La tiare d'Oribal et La griffe noire en comportent aussi des éléments quoique plus discrets : la malédiction attachée à la tiare pour les usurpateurs, les pouvoirs de Rafa... Et de temps en temps, par petites touches, on en retrouve dans presque tous les Alix : la capacité d'Alix de communiquer avec les loups jusqu'à un certain point dans Les légions perdues puis Vercingétorix, l'aigle de Jupiter le grand dans Le tombeau étrusque, les prémonitions d'Adréa dans Le dernier Spartiate, et on pourrait multiplier les exemples. Ceci est également valable pour Jhen : la statue de la Vierge qui pleure dans Barbe bleue, les pouvoirs liés à l'alchimie dans plusieurs albums, l'ésotérisme dans Le secret des templiers...    

Martin a je pense toujours été fasciné par le paranormal ou l'apparent paranormal (qui peut s'expliquer de manière scientifique, fût-ce par une science "avancée" à la Jacques Bergier). C'est vrai qu'ici, il charge bien la barque Smile . Mais ce n'est pas ce qui me trouble le plus, comme expliqué plus haut : c'est vraiment le décalage visuel entre l'histoire et l'ambiance graphique de l'album. Pour employer une comparaison que Martin aurait sans doute trouvé parlante vu ses centres d'intérêt, imagine-t-on Ludwig de Luchino Visconti photographié comme un Sissi ? Je crois qu'il suffit de poser la question pour avoir la réponse.Shocked

18L'archange Empty Re: L'archange le Dim 5 Avr - 8:57

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Dans ton raisonnement que je partage complètement, tu oublies les portes de l’enfer , l’apocalypse, l’orage qui tombe sur le sculpteur dans le spectre de Carthage (paradoxalement, c’est une scène à laquelle je n’ai jamais cru).
C’est ce mélange des genres qui m’a toujours fasciné chez Martin.

Je vous invite à (re)lire ce texte écrit dans les années 60 par l’auteur, même si je trouve que c’est à partir des années 70 qu’il jouera plus avec le fantastique.
http://alixmag.canalblog.com/archives/2014/11/11/30938242.html

http://alixmag.canalblog.com/

19L'archange Empty Re: L'archange le Ven 15 Mai - 16:16

PEB


alixophile
alixophile
L'Archange est aussi pour moi l'album le plus faible de Jhen. Et de loin.

Ce n'est certainement pas le fantastique qui me dérange. Les Portes de l'enfer, un OVNI dans l'univers très scientifique et réaliste de Lefranc, est une franche réussite sur un thème (le diable) assez voisin.

Le dessin est lui aussi irréprochable.

Non, ce qui cloche dans ce Jhen, c'est le scénario qui manque qui manque de rythme (la faute au découpage et au manque de substance du scénario), un dénouement mal amené, et des dialogues qui, comme tous les albums de Martin de la fin des années 1990, sont franchement peu inspirés.

Tous les albums de Jacques Martin publiés à cette période sont faibles, voire très faibles. Pour les Alix on incrimine le dessin de Moralès, pour les Lefranc le déclin de Chaillet. Le fait que Pleyers soit au mieux de sa forme permet à mon avis, grâce à cet album de Jhen, de mettre le doigt sur ce qui clochait dans ces derniers albums de Jacques Martin: des scénarii insipides, un découpage peu inspirés et des dialogues médiocres.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum