Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -39%
Prix cassé sur le Smartphone Samsung Galaxy ...
Voir le deal
479 €
-18%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur la barre de son TV Bose Solo 5
139 € 169 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

C'était à Khorsabad : les analyses

Aller à la page : Précédent  1, 2

Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Merci Raymond : c'était juste une question, non un reproche aux auteurs ou une polémique. Je comprends d'ailleurs fort bien que de petites contradictions puissent se glisser entre un début d'oeuvre et ses développements ultérieurs, mais je voulais simplement savoir si je me trompais et surtout si quelqu'un d'autre s'en était aperçu. Je te souhaite une bonne fin de dimanche ! Very Happy




Image hébergée par servimg.com

http://www.marchenriarfeux.net

Tarmac

Tarmac
grand maître
grand maître
C'était à Khorsabad, à commencer par le titre même de l'Album, sonne faux. Il laisse un goût d'inachevé, et d'approximation. Comme cela a pu être relevé, cela est dommage,car le contexte sur la genèse d'Alix,pouvait déboucher sur une histoire passionnante.
Il y a des albums comme cela, qui donne un goût d'inachevé Rolling Eyes un peu comme pour "La cité engloutie". J'ai presque envie de croire en ces albums qui mériteraient une Deuxième chance , avec un dessin réaliste jusqu'au bout et un scénario retravaillé cheers

Suréna

Suréna
alixophile
alixophile
Tarmac a écrit:C'était à Khorsabad, à commencer par le titre même de l'Album, sonne faux.

C'est vrai que Khorsabad n'est pas Mégara, mais le titre est bien la chose la plus amusante et "martinienne" de l'album. Je dois dire que dans les continuateurs graphiques de Martin pour Alix, j'ai un faible pour les "naïfs" genre Moralès ou Hervan au trait maladroit mais appliqué et qui essayent de se rattraper sur le décor.

Raymond

Raymond
Admin
Suréna a écrit:
C'est vrai que Khorsabad n'est pas Mégara, mais le titre est bien la chose la plus amusante et "martinienne" de l'album. Je dois dire que dans les continuateurs graphiques de Martin pour Alix, j'ai un faible pour les "naïfs" genre Moralès ou Hervan au trait maladroit mais appliqué et qui essayent de se rattraper sur le décor.

Voilà une opinion originale !   Cool

Mais tu nous dis aussi ailleurs que ... tu ne lis plus Alix ! Cela signifie t-il que Khorsabad (un des moins bons albums de la série, à mon avis) t'a dégoûté des albums dessinés par les repreneurs d'Alix ?


_________________
Et toujours ... C'était à Khorsabad : les analyses - Page 2 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Suréna

Suréna
alixophile
alixophile
Raymond a écrit:

Voilà une opinion originale !   Cool

Mais tu nous dis aussi ailleurs que ... tu ne lis plus Alix ! Cela signifie t-il que Khorsabad (un des moins bons albums de la série, à mon avis) t'a dégoûté des albums dessinés par les repreneurs d'Alix ?

J'avais toujours acheté à la sortie les albums d'Alix et j'ai encore tenu un peu avec Moralès, dont le dessin est terrible mais j'avais encore l’impression de lire des histoires de Martin. Curieusement (parce que son dessin est tout de même plus maîtrisé) c'est Simon qui a fini par m'épuiser avec l'Ibère, je ne me suis plus procuré alors que les histoires "égyptiennes", car même si elle est apparue sur le tard j'aime bien la Cléopâtre d'Alix. Les deux derniers sont nettement supérieurs mais, si je les ai feuilleté, je n'en ai pas encore fait l'acquisition.

jfty

jfty
grand maître
grand maître
Pour moi, ce n'est pas le plus mauvais ! Morales est très fort pour les décors mais tout comme Olivier Pâques, il ne sait pas dessiner les personnages. Chacun mon avis Wink Le scénario est bon mais le dessin non !
Que ferry ne revienne plus. Je préfère de loin M.Jailloux comme repreneur de la série.

Raymond

Raymond
Admin
C'est vrai que selon le sondage réalisé dans le forum, C'était à Khorsabad n'est pas le plus mauvais album.  Rolling Eyes

Les 2 pires albums désignés par les membres du forum étaient le Fleuve de Jade et la Cité engloutie. On peut le voir sur cette page :

http://lectraymond.forumactif.com/t838p15-l-album-d-alix-qui-est-le-moins-bon?highlight=alix+moins+bon

Pour ma part, dans "Khorsabad", j'avais surtout apprécié la reprise du dessin par Christophe Simon, qui redonnait un peu d'espoir. Pour le reste  ...  down


_________________
Et toujours ... C'était à Khorsabad : les analyses - Page 2 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Suréna

Suréna
alixophile
alixophile
jfty a écrit:Pour moi, ce n'est pas le plus mauvais ! Morales est très fort pour les décors mais tout comme Olivier Pâques, il ne sait pas dessiner les personnages. Chacun mon avis Wink Le scénario est bon mais le dessin non !
Que ferry ne revienne plus. Je préfère de loin M.Jailloux comme repreneur de la série.

Tout-à-fait d'accord, les décors de Moralès sont excellents (j'ai même acheté sa bd Hotep rien que pour le décor Embarassed ). Je n'ai pas accroché au dessin de Simon, trop maniéré à mon goût.

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Je ne puis ce soir rester sans penser à et album tant son titre semble s'appliquer au niveau crime contre l'humanité ce qui vient d'avoir lieu à Mossoul par la destruction filmée et exhibée de ses collections antiques. Il fut un temps où le pacha de cette même ville, fasciné par les découvertes archéologiques qu'on y faisait se déplaçait à cheval avec sa suite afin de venir les contempler. Le peintre Félix Thomas en a donné un très beau tableau :

Image hébergée par servimg.com



En haut, sur un fond de ciel bleu se détachent le pacha et son escorte de cavaliers. Plus bas une vaste tranchée met à jour la porte de l’antique Khorsabad, la partie supérieure des taureaux androcéphales (ayant une tête humaine) émerge. Etant des génies ils portent une tiare et une barbe. Félix Thomas est né à Nantes dans une famille aisée. Il réussit en 1834 le concours d’entrée à l’école polytechnique mais change totalement d’orientation puisque quatre ans plus tard il est admis à l’école de beaux-arts. En 1845 il remporte le grand prix de Rome d’architecture avec un « projet d’une église cathédrale pour une ville capitale », puis il voyage en Italie, en Grèce et dans l’empire Turc. Ses propositions de restauration de monuments antiques sont appréciées par le directeur de l’école de beaux-arts. Sur sa recommandation Thomas est recruté en 1851 comme architecte et dessinateur d’une mission archéologique en Mésopotamie, qui correspond justement à l’Irak actuel. Sur le chemin du retour Thomas visite le chantier des fouilles de Khorsabad et les fouilleurs lui proposent de rester pour établir des relevés des monuments, ce qu’il accepte avec enthousiasme. C’est cette campagne de fouilles qui permet de retrouver l’une des portes de Khorsabad gardée par deux taureaux androcéphales ailés que l’on peut aujourd’hui admirer au rez-de-chaussée de l’aile Richelieu.
Je songe ce soir à leurs frères et cousins en beauté de Mossoul que nul n'avait jamais songé à profaner au nom d'un autre dieu, pas plus que quiconque ne s'était attaqué en terre d'Islam aux multiples legs du passé, et que d'obscènes renégats sans nom ont méthodiquement détruit au nom d'une fois qu'ils n'ont pas et dont ils ignorent tout. Arbacès lui, malgré sa folie et sa mégalomanie cruelles avait fait relever Khorsabad dans l'album que nous commentons en ce sujet. La littérature est toujours meilleure que certains hommes que l'on hésite à vrai dire à qualifier de ce nom. C'est toute la différence entre ceux que Tintin appelle de "rudes coquins" et les pourvoyeurs de néant, eux-mêmes néant hélas actif et incarné.


Image hébergée par servimg.com

http://www.marchenriarfeux.net

Raymond

Raymond
Admin
C'est vrai que la destruction de ces statues antiques réveille une sourde colère qui n'est pas près de s'éteindre. Evil or Very Mad


_________________
Et toujours ... C'était à Khorsabad : les analyses - Page 2 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

2J

2J
membre de l'académie
membre de l'académie
C'était à Khorsabad : les analyses - Page 2 800px-20
Reconstruction artistique du palais assyrien de Dur Sharrukin (Khorsabad), XIXième siècle.
Author : McLeod

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Il y a des cerfs et des biches comme à Nara au Japon !



Image hébergée par servimg.com

http://www.marchenriarfeux.net

PEB


alixophile
alixophile
Je continue ma lecture des Alix récent. Voici donc le premier Alix post-Moralès. De fait, ce qui frappe d'emblée le lecteur, c'est la couverture, la plus belle depuis longtemps! bounce

Je rédige ce texte après avoir lu les nombreux et intéressants commentaires qui précèdent. Je vais donc éviter les redites et résumer mes impressions.

1) Le dessin des personnages est incomparablement à celui de Moralès. Exception: Arbacès sans son déguisement est raté et méconnaissable! No

2) Le découpage des scènes reste médiocre. L'abordage par les pirates tient en 5 vignettes, moins que la scène du marché?!

3) Le scénario est un retour aux sources, un hommage aux débuts de la série. A ce titre, je trouve que c'est plutôt raté... J'ai relu Alix l'Intrépide il n'y a pas longtemps, et lorsqu'il raconte à Alix sa jeunesse en détail, son père adoptif est très clair: sa mère est morte, il a été séparé de son père... et il n'a pas de sœur! Quel intérêt de sortir cette sœur du chapeau, surtout pour ne rien en faire du tout?!! Evil or Very Mad

4) Le récit tient... 15 pages. Après c'est n'importe quoi. Tous les personnages secondaires sont ratés, Orodès et Suréna manquent de noblesse, Arbacès présenté comme un vizir d'une puissance incomparable, est incapable de se mesurer à une tribu de nomades et se laisse bafouer par un chef de bande, quant à Scevolla... il change d'avis tout le temps, présenté comme un terrible chef de bande, il se transforme en gentil mouton qui délivre des esclaves, influencé par le premier capitaine de bateau venu, se prosterne devant Alix... Sirva ne sert pas à grand chose non plus... No

5) Comme l'a souligné Michel jacquemart, l'épisode du Stromboli est affligeant. Celui d'Enak au marché... puéril! La chute du vase essaie vaguement d'être drôle... Aïe! Question Embarassed Mais je n'ai pas compris non plus la tentative de séparation d'Alix et d'Enak (pages 17-18) qui n'apporte rien, et l'épisode de la barbe est plus grotesque qu'autre chose...

6) Il y a quelques approximations que vous n'avez pas relevées, notamment le fait qu'Alix remonte l'Euphrate pour se rendre à Khorsabad (page 10)...

Bon, cessez le feu. Avec cet album, le lecteur y gagne côté dessin, se noie côté scénario scénario... A la fin, ce n'est pas Alix qui en sort gagnant...

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
La partie que tu appelles hommage, donc la partie Khorsabad a été écrite par Jacques Martin himself , c’est donc lui qui a créé Alexia . Il a d’ailleurs écrit un synopsis d’une aventure d’Alix qui s’intitule Alexia, qui se passe en Egypte. Bref, du coup, comme elle a été créé par Martin, elle peut sans problème revenir dans un nouvel album....d’ailleurs, elle est présente dans Alix Origines dont je te conseille la lecture qui est tout à fait intéressante. Bref, actuellement, la mère d’Alix est bien morte, l’histoire est d’ailleurs racontée dans un roman Alix (écrit du vivant de Martin). Après, il ya des incohérences avec notamment la disparition d’Alexia dans le recit....L’ album fût difficile a faire, changement de dessinateur en cours de route (Hervan puis Simon), de scénariste (Martin puis Maingoval) et même de coloristes! Par contre, en relisant l’aventurier ( dont tu trouveras les liens sur Alix mag ;-)), Maingoval dit que qu’il allait voir Jacques Martin régulièrement pour discuter du scénario...

http://alixmag.canalblog.com/

PEB


alixophile
alixophile
stephane a écrit:La partie que tu appelles hommage, donc la partie Khorsabad a été écrite par Jacques Martin himself , c’est donc lui qui a créé Alexia . Il a d’ailleurs écrit un synopsis d’une aventure d’Alix qui s’intitule Alexia, qui se passe en Egypte. Bref, du coup, comme elle a été créé par Martin, elle peut sans problème revenir dans un nouvel album....d’ailleurs, elle est présente dans Alix Origines dont je te conseille la lecture qui est tout à fait intéressante. Bref, actuellement, la mère d’Alix est bien morte, l’histoire est d’ailleurs racontée dans un roman Alix (écrit du vivant de Martin). Après, il ya des incohérences avec notamment la disparition d’Alexia dans le recit....L’ album fût difficile a faire, changement de dessinateur en cours de route (Hervan puis Simon), de scénariste (Martin puis Maingoval) et même de coloristes! Par contre, en relisant l’aventurier ( dont tu trouveras les liens sur Alix mag ;-)), Maingoval dit que qu’il allait voir Jacques Martin régulièrement pour discuter du scénario...

Merci Stéphane pour ces explications! Même si elles sont du fait de Jacques Martin lui-même, cela ne change rien aux contradictions... et au caractère foncièrement inintéressant d'Alexia dans cet album!

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Oui, elle est inexistante!...

http://alixmag.canalblog.com/

Inky

Inky
compagnon
compagnon
Le titre est un hommage appuyé de Jacques Martin à Flaubert et on pouvait imaginer un album flamboyant à l'image de l'œuvre qu'il évoque. Et à vrai dire, il y a dans cette album une richesse inouïe de thématiques et de pistes qui auraient pu en faire, qui sait, un album majeur. En comparaison, certains Alix 100% Martin sont bricolés sur des synopsis franchement étiques.
Comme quoi le meilleur des terreaux ne garantit pas la plus belle des fleurs, et c'est vraiment dommage. C'est toute cette matière et cette potentialité qui m'empêchent de détester cet album même si les critiques sans appel de PEB sont implacables mais malheureusement justes.

Petit détail qui n'a pas été signalé : la scène ci-dessous est mentionnée de façon totalement factuelle.
C'était à Khorsabad : les analyses - Page 2 Khorsa15
Étonnant quand, quelques albums plus tôt, Alix s'indignait vertement d'être tiré par des femmes et se joignait à elles dans La Tour de Babel. Ici, il accepte ça sans broncher comme étant un état de fait du monde antique qui ne lui cause aucun sentiment particulier, ce qui rejoint son attitude désabusée quant aux "lois de la guerre" (page 24). Une attitude que je trouve du reste beaucoup plus logique par rapport aux réalités de l'époque, contrairement à l'indignation tapageuse de La Tour de Babel que je trouvais ridicule et sonnant faux, plutôt destinée à présenter le héros comme "politiquement correct" vis-à-vis des valeurs de ses lecteurs du XXème siècle. La scène ci-dessus remet donc en quelque sorte les pendules à l'heure à posteriori, avec un Alix moins boy scout et plus crédible.

De façon assez amusante d'ailleurs, c'est Énak qui, à la page 24 précitée, incarne en quelque sorte les possibles pensées du lecteur pour confronter Alix au côté peu "politiquement correct" de ses actions (vis-à-vis de la mentalité du XXIème siècle en tout cas) voire pour confronter le scénariste lui-même à l'oubli complet d'Alexia!  Laughing
À ce titre il me fait penser à une version inattendue du "lecteur" présent dans certains albums de la série Les Petits Hommes où il incarne une forme de distanciation humoristique qui casse le 4ème mur.

Et après tout... C'est une idée qui me vient de façon inopinée, mais n'y aurait-il pas là une piste d'analyse à creuser quant au rôle du personnage d'Énak dans les albums tardifs ? Il y apparaît moins comme la "demoiselle en détresse" des débuts et fait preuve de davantage de compassion vingt-et-unième-sièclienne que l'Alix de ces mêmes albums, plus passif et fataliste (je pense en particulier au Fleuve de Jade où cet aspect est particulièrement marqué). Faut-il voir en lui un possible avatar du lecteur ?
Je suis sûr que cette idée farfelue ne tiendrait sûrement pas la route bien longtemps si on prend vraiment le temps de l'examiner, mais elle jette un nouvel éclairage (plutôt rigolo) sur la misogynie exacerbée (et ridicule) d'Énak dans cet album (ou dans Le Fleuve de Jade d'ailleurs) : les lecteurs d'Alix sont des garçons et les filles c'est trop nul !  Very Happy
Oké, c'est complètement bidon comme hypothèse vu que ça fait belle lurette que le lectorat d'Alix n'est plus principalement constitué de jeunes garçons, mais plutôt de leurs (grands-)pères... et sûrement de filles aussi !  Wink

Comme PEB, j'ai été consterné par Arbacès qui passe, le temps d'un claquement de doigts, du statut de nabab mégalomane qui tient son territoire sous le joug de la terreur... à celui de comparse insignifiant qui se sauve la queue entre les jambes et joue les exécuteurs au rabais pour Orodès. Ça ne tient pas debout.

Je termine avec l'histoire du vase que je semble être le seul à avoir appréciée. L'Histoire et la Littérature raffolent d'objets légendaires autour desquels se nouent de ces épisodes inoubliables dont on fait les chansons : en vrac l'épée d'Arthur ou de Damoclès, le vase de Soissons, le nœud gordien, la couronne d'or de Viserys... Les aventures d'Alix sont riches de ce type d'artefacts emblématiques : la tiare d'Oribal, la dieu sauvage, le cheval de Troie... On peut regretter que ces vases ne se hissent pas à la hauteur de ces illustres précédents, tant s'en faut de beaucoup. Ils sont décevants, complètement anecdotiques et oubliables, mais l'idée de départ était très bonne (et très martinienne, je crois?).

Raymond

Raymond
Admin
Tu cherches manifestement à réhabiliter les moins bons albums de la série mère. Est-ce que tu nous parleras la prochaine fois de la "Cité engloutie" ? Wink

Bon, c'est vrai qu'il y a une incohérence dans l'attitude d'Alix, lorsqu'il se laisse paresseusement tirer par des femmes, en restant assis dans son bateau. Mais à l'époque de la création de cet album, Jacques Martin avait perdu presque tout contrôle sur sa série. Rappelons qu'il avait vendu vendu les droits de sa série à Casterman et qu'il était par ailleurs très malvoyant. Il devait donc composer avec d'autres intervenants qui apportaient leur propre vision des choses, et la cohérence se perdait nécessairement. Pour moi, c'est un album que l'on peut oublier, et que je ne relis pratiquement jamais

Sinon, je ne vois pas Enak comme un avatar du lecteur. Le personnage est bien trop fade. Il est certes assez bellâtre mais ce qu'il fait ne me donne vraiment pas envie de m'y identifier. C'est en fait un accompagnant du héros qui a été imposé par l'éditeur et Jacques Martin ne savait souvent pas qu'en faire, il l'a avoué maintes fois. C'est peut-être cette inutilité qui a incité certains lecteurs à voir en lui un amant d'Alix ... mais c'est un autre débat.

Quant au vase, il n'a pas d'intérêt parce que l'histoire elle même n'en suscite aucun. Il n'y a hélas pas grand chose de récupérable dans un album raté, et la responsabilité de tout cela incombe bien sûr au scénariste qui a repris l'histoire en cours de route en cassant complètement tous les ressorts de l'intrigue. Il n'en reste finalement que l'introduction, qui raconte d'une façon nouvelle les débuts de l'album Alix l'intrépide, ainsi que quelques dessins plus ou moins réussis mis qui sont vite oubliés.




_________________
Et toujours ... C'était à Khorsabad : les analyses - Page 2 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Inky

Inky
compagnon
compagnon
Les moins bons albums sont ceux dont on a généralement le moins envie de parler car ils n'ont pas grand chose pour eux. C'est donc sur ceux-là qu'il reste encore potentiellement à dire, et peut-être quelques bonnes surprises à trouver malgré tout. D'où le fait que je me focalise un peu sur ceux-là...
Je ne fais d'ailleurs que relever quelques traits plus ou moins saillants qui m'interpellent, mais en aucun cas je ne livre des analyses du niveau de celles qu'on lit ici. Surprised

Je tâche aussi de relire les albums plus ou moins par ordre de parution (dans la mesure permise par la disponibilité des tomes à la bibliothèque du coin) et je n'ai rejoint le forum que tout récemment, alors que j'arrivais déjà sur les albums plus récents. C'est pour ça qu'ils sont un peu surreprésentés dans mes posts. Embarassed
(Certes tu mentionnes "les moins bons" et non "les plus récents", mais les 2 catégories se rejoignent pas mal !)

Pour autant je ne cherche pas à réhabiliter n'importe quoi à tout prix... pas du tout ! Pas Roma, Roma... par exemple ! Déjà là on avait des ressentis différents tous les deux, Raymond. Décidément ! Very Happy Que cela ne soit pas un motif d'animosité entre nous, j'espère ? Embarassed

Il faudra décidément que j'emprunte La Cité engloutie à la bibli. Les souvenirs très vagues que j'en ai sont peu flatteurs, mais si c'est toi qui me recommande cette lecture, comment refuser ? Laughing

PEB


alixophile
alixophile
J'attends avec intérêt ton analyse de la Cité engloutie... Je fais partie des rares qui ne l'ont pas trouvé si mauvais, à l'exception de la fin, manifestement bâclée...

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum