Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -47%
Réduction de 47% sur la souris gaming Razer ...
Voir le deal
79.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La Cité Engloutie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas  Message [Page 5 sur 7]

101La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Lun 25 Mai - 22:07

Jacky-Charles


docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je vois que nous sommes tous à peu près d’accord pour dire que cet album n’est pas une réussite. C’est dommage, car situer une histoire dans cette région et avec ce sujet était, au départ, une bonne idée, mais mal exploitée. Comme quoi, si la réalité est têtue, la fiction ne se laisse pas toujours faire non plus.
Alors, pour revenir dans l’ambiance, voici, comme promis, quelques uns des thèmes historiques abordés par « La cité engloutie ».

Quelques unes de ces notes font en partie double emploi avec d’autres observations, dont celles de Jey, (je suis entièrement d’accord avec sa description du pays, sur laquelle je ne reviens pas) mais il m’est difficile de faire le tri.





Quand cela se passe-t-il ?

Nous sommes en -51. En effet, page 18, Alix dit à Labienus qu’il « existe d’autres résistances ailleurs en Gaule. » Or, c’est cette année-là qu’eut lieu l’ultime bataille de la Guerre des Gaules, à Uxellodunum ( Le Puy d’Issolud ), près de Cahors, à l’issue de laquelle César fit couper les mains des défenseurs capturés, comme vous l’avez vu dans « Vercingétorix » ( page 40 ).
Bien entendu, les auteurs peuvent avoir imaginé des résistances plus tardives. On retrouve là un thème déjà employé dans d’autres aventures d’Alix, par exemple : « Le dernier Spartiate », « Le tombeau étrusque », « Le dieu sauvage ».

Bataille navale

La Guerre des Gaules ayant été une guerre terrestre, il n’y eut qu’une seule bataille navale, entre la flotte des Vénètes, un peuple dont le territoire occupait le sud de l’Armorique, et la flotte romaine, commandée par Décimus Junius Brutus Albinus. Elle eut lieu en -56, face au golfe du Morbihan ( d‘autres historiens disent : du côté de Concarneau ).
Il ne faut pas confondre ces Vénètes d’Armorique ( le nom de la Bretagne continentale à l’époque ), qui deviendront les Vannetais, avec les Vénètes d’Italie, qui deviendront les Vénitiens ; leur point commun : c’était des peuples maritimes. Les Vénètes construisaient leurs villes à l’extrémité de langues de terre, comme Tarania, de telle sorte que s’ils étaient assiégés par la terre, il leur suffisait de partir sur leurs navires et de s’installer plus loin.
Les Vénètes construisaient des vaisseaux très solides, en chêne, difficiles à éperonner, avec des voiles de cuir fin, aptes à profiter de tous les vents. Les Romains leur opposèrent leurs navires à rames plutôt faits pour la Méditerranée, plus bas sur l’eau, ce qui rendait inopérants les tirs d’archers, mais qui étaient dotés de faux montées sur de longues perches, lesquelles coupèrent les agrès des navires Vénètes ; de plus, Éole se mit aux abonnés absents… « L’infanterie de marine légionnaire » fit le reste. D’où une victoire romaine à la suite de laquelle César fit exécuter les notables Vénètes et vendre les autres hommes. La révolte armoricaine était terminée.
Sur terre, les troupes romaines étaient commandées par Quintus Titurius Sabinus, qui s‘était chargé de soumettre les peuples de Bretagne Nord et de Normandie (actuelles).




102La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Lun 25 Mai - 22:14

Jacky-Charles


docteur honoris causa
docteur honoris causa
César en Angleterre ( page 18 )

La Bretagne ne portera ce nom qu’au VI° siècle de notre ère, quand les Angles, un peuple germanique, s’y installeront, chassant des Celtes vers l’Armorique qui deviendra la ( petite ) Bretagne.
César y conduisit deux expéditions, l’une en -55, l’autre en -54, au cours de laquelle il vainquit le chef Cassivellaunos, mais les Romains ne restèrent pas dans l’île ( ils y reviendront plus tard ). Il s’agissait en fait de démonstrations militaires, adressées aussi bien aux Gaulois, pour leur montrer que Rome allait où elle voulait ( il y aura aussi deux brèves expéditions en Germanie, dans le même but, en -55 et -53 ), qu’au Sénat de Rome pour le convaincre de continuer à soutenir le proconsul des Gaules.

Qui était Labienus ?

Ce personnage est présenté ici comme un homme inquiet et attentiste, qui se borne à compter ses soldats rendus malades par une force qu’il ne s’explique pas, quasiment assiégé dans son camp au milieu des bois ( quelle idée, aussi, alors que les Gaulois connaissaient la forêt mieux que lui ! ), et qui ne reprend courage que lorsque la flotte arrive enfin. Le personnage réel devait être quelque peu différent.
Titus Labienus ( -100/-45 ), issu d’une famille romaine assez modeste, fut le principal adjoint de César avec le grade de légat pendant toute la guerre des Gaules ; c’était lui qui commandait les légions restant sur place quand César partait hiverner à Ravenne et il était considéré comme un excellent stratège, spécialiste de la cavalerie. Il combattit surtout dans le nord et l’est de la Gaule, et généralement victorieusement : en -58, contre les Helvètes, en -57, contre les Nerviens, Atrébates et Viromandiens, en -55, contre les Morins et les Ménapiens, en -54, contre les Trévires, en -52, contre les Sénons, Parisii et Éduens, en -51, encore contre les Trévires. En -49, il quitte César et passe dans le parti de Pompée, ce qui peut se comprendre, car sa famille en était cliente ; il fut tué lors de la bataille de Munda.

Qui étaient les druides ?

Les mêmes personnages sont présentés dans l’album tantôt comme prêtres, le plus souvent, tantôt comme druides ; on voit aussi un jeune homme qui va « porter des oracles sur le continent » depuis l’île de Sena, et des druides qui écrivent leur savoir, alors qu’ils n‘étaient pas censés le faire…

Essayons d’y voir plus clair avec Christian Goudineau, historien spécialiste de cette période : « Oubliez Panoramix, le gui, la faucille en or… Les croyances et les rituels, extrêmement élaborés, varient d’une cité à l’autre. Des personnages nommés druides sont chargés de l’organisation du culte. Ils ne constituent pas un clergé. Ce ne sont pas à proprement parler des prêtres, mais de grands aristocrates, des autorités politiques et religieuses - comme César lui-même élu grand pontife de Rome - qui ont suivi des études spéciales et se sont initiés aux rites et à l’observation du ciel pour pouvoir diriger les sacrifices et le culte. Il ne faut pas voir les druides comme les membres d’une caste sacerdotale, mais plutôt comme des énarques polyvalents. »
Les Gaulois écrivaient-ils ? « Il n’y a aucun système graphique gaulois, mais ils écrivaient, bien sûr : contrats commerciaux, testaments, etc. Il s’agit de transcriptions en caractères grecs le plus souvent, quelquefois latins ou étrusques. Ce qui était interdit, c’était d’écrire les textes sacrés, la transmission des mystères de la religion étant exclusivement orale. Mais les grands États, comme les Arvernes ou les Éduens, avaient évidemment des archives ; quand César vainc les Helvètes, il trouve dans leur camp, sur des tablettes de cire, un état complet des membres de l’expédition. »
Poursuivons avec Jean-Louis Brunaux, du CNRS : les druides pratiquent une philosophie de l’action profondément ancrée dans la vie sociale. C’est leur sagesse universelle qui les distingue des autres hommes. Leur savoir, comme chez les plus anciens philosophes de la Grèce, est de nature encyclopédique. Il touche à toutes les matières et va de l’observation de la nature à celle des astres ; l’univers, englobant les divinités, est considéré comme un tout. Leur façon de les envisager est déjà scientifique, procédant par observation, documentation et application pour résoudre des problèmes concrets : médecine, technologie, agronomie, calcul, calendrier. Ils en font bénéficier tous les hommes et pas seulement les princes : les artisans, les agriculteurs, les artistes, les architectes s’appuyaient sur leurs observations en matière de temps ou de géométrie. Leur fonction était la seule commune à tous les peuples celtes, et, pour garder l’homogénéité de leur doctrine sacrée, non seulement ils prohibaient l’écriture dans ce seul domaine, mais ils se seraient dotés d’un chef, gardien des valeurs, autorité suprême et incontestée. Ils étaient dispensés du service militaire.
Les druides avaient pour principales fonctions :
- l’éducation des enfants de la noblesse dirigeante, ce qui leur permettait de choisir les futurs cadres politiques et administratifs, ainsi que leurs propres successeurs ;
- la justice : juristes et diplomates, ils réglaient les différents graves, pouvant dégénérer en conflits armés, arbitraient les querelles pour des motifs surtout territoriaux et commerciaux ;
- la religion : ils décident des sacrifices aux dieux, dont ils interprètent les désirs ; ceux-ci portaient plutôt le nom de vates.
Et pourtant, l’influence des druides, prépondérante entre le -V° et le -II° siècle, décrut ensuite et disparut entre -100 et -50, c’est-à-dire avant la conquête romaine ; à cela, les historiens voient deux causes : l’installation romaine en Gaule transalpine (Provence), qui amena d’autres valeurs, et la création de « démocraties » sur le modèle romain chez certains peuples, comme les Éduens. La surveillance du système par l’autorité morale des druides devenait moins nécessaire, la fonction et les hommes disparurent.
L’Histoire n’a retenu que le nom d’un seul druide, l’Éduen Diviciacos, que citent Cicéron, qui le reçut à Rome et qui admirait sa culture, et César, dont il fut le conseiller pendant la guerre des Gaules. Mais était-il bien druide ? Certains historiens en doutent, mais c‘était certainement un politique de haut rang.

Comme on l’a vu, le ressort le plus intéressant du récit tombe un peu à plat quand on sait que les Gaulois, dont leurs druides, n’ignoraient pas l’écriture pour conserver leur science : leur travail n’avait donc rien d’exceptionnel.

Véros le Gaulois peut-il se faire passer facilement pour Antonius du Latium ?

Oui, les Gaulois n’étaient pas tous comme les guerriers représentés dans l’album ! Depuis longtemps, ils avaient des contacts réguliers avec les Romains, des relations commerciales et militaires, de nombreux Gaulois servant dans la cavalerie romaine (par exemple : Vercingétorix). Et César lui-même avait eu pour précepteur un Gaulois « naturalisé » romain, Marcus Antonius Gniphon. Ce Véros semble être un druide, donc un homme instruit ; il est dommage que le récit n’insiste pas davantage sur les origines et les motivations de ce personnage, qui reste schématique et qui aurait pu être plus intéressant s’il avait été mieux décrit.


Melléda et l’île de Séna : une ancêtre de Velléda ?

Melléda est un personnage imaginaire, mais elle me fait penser, en tant que « maître des maîtres », au « chef » des druides dont parlait César et que j’ai évoqué ci-dessus. Son nom me paraît inspiré de celui de Velléda.
Il y a eu deux Velléda, l’une historique, l’autre romanesque.
La Velléda historique vivait à la fin du 1er siècle de notre ère, sous le règne de Vespasien ; c’était une Germaine, prêtresse et prophétesse du peuple des Bructères, qui la tenaient pour une presque déesse ; elle attisa une révolte contre Rome, mais finit par être capturée ; elle mourut à Rome.
L’autre Velléda est sortie de la plume de mon discret voisin de Saint-Malo, Chateaubriand, qui en fait l’une des héroïnes des Martyrs (1809). Sa trouvaille est d’en avoir fait une druidesse, et autrement plus gironde que Melléda : « Sa taille était haute ; une tunique noire, courte et sans manches, servait à peine de voile à sa nudité. Elle portait une faucille d’or suspendue à une ceinture d’airain, et elle était couronnée d’une branche de chêne ; sa démarche était fière et sauvage.» A la fois druidesse, prêtresse et vestale du temple de l’île de Séna (Sein), elle prône la révolte contre « le joug romain que portaient avec impatience les habitants de l’Armorique qui avaient conservé leurs mœurs primitives » et elle se prépare à pratiquer elle-mêmeun sacrifice humain « le vêtement en désordre, la tête échevelée, tenant un poignard à la main, et une torche flamboyante sous ses pieds. » Or, nous sommes à la fin du III° siècle de notre ère : Chateaubriand inaugure les anachronismes créant le mythe d’une Bretagne résistant tardivement à Rome, et qui serviront jusqu’à Astérix.

Mais au fait… y’a-t-il eu des cités englouties ?

Désolé… probablement pas (ou alors, on ne les a pas encore retrouvées).
Comme dirait M. de la Palisse, pour qu’il y ait des cités englouties, il faut deux conditions : 1) qu’il y ait des cités, et 2) qu’il y ait des circonstances favorables à leur engloutissement.
Or, les plus anciennes cités dignes de ce nom datent du V° millénaire avant notre ère, longtemps après la dernière période de montée des eaux, entre le X° et le VIII° millénaire, fin de la dernière grande glaciation, dite de Würm III. Par exemple, c’est ce qui valut à l’entrée de la célèbre grotte Cosquer, près de Marseille de se retrouver à 37 mètres sous le niveau de la Méditerranée, alors qu’elle se trouvait à plusieurs kilomètres du rivage lorsque nos ancêtres la décoraient.
Donc, pas d’Ys en Bretagne et pas non plus d’Atlantide dans l’Atlantique : la géologie n’est pas d’accord pour y trouver un cataclysme à l’époque humaine ; elle nous accorde tout juste quelques tsunamis, comme celui du volcan Santorin qui ravagea la Crète, voici 1 600 ans, mais qui laissent des ruines visibles quand la mer se retire.
Des vestiges de Tarania détruite il y a 2 000 ans à la fois par les éléments et l’action humaine se verraient-ils encore, mais pourquoi ne pas l’imaginer ?


Les auteurs de l’album savent-ils qu’il y a dix ans, le site de la pointe du Raz, défiguré par une affreuse cité commerciale en béton, des hôtels et un parking, a été remis en état par les pouvoirs publics ? Il a repris aujourd’hui son aspect naturel et sauvage, toujours aussi apprécié des nombreux visiteurs, les équipements détruits ayant été reconstruits plusieurs kilomètres en arrière.

Sources
J’ai plus particulièrement consulté les ouvrages suivants : « Histoire de la Gaule », de D. et Y. Roman (Fayard), « Nos ancêtres les Gaulois » et « Les Druides », de J.-L. Brunaux (Seuil). L’article de C. Goudineau a été publié dans « Le nouvel Observateur » du 4/8/2005.







103La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Lun 25 Mai - 22:33

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
pouce pouce pouce

104La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Lun 25 Mai - 22:58

Invité


Invité
César BCN a écrit:
Aujourd'hui, seulement Simon et Pleyers ils peuvent garantir un minimum de qualité.

Je partage entièrement ton avis. La Cité Engloutie - Page 5 Beer

105La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Lun 25 Mai - 23:01

Magic


lecteur émérite
lecteur émérite
César BCN a écrit:Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
Bonjour amis,
Je suis très très très désolé. C'est le pire album d'Alix que j'ai jamais lu.
Les dessins sont horribles. Je pense que on devrait le donner de vives critiques a Casterman pour laisser publier un album pareil.
Je pense que Alix il mérite plus de respect après 60 ans.
Aujourd'hui, seulement Simon et Pleyers ils peuvent garantir un minimum de qualité.

Au niveau du dessin cela parait clair.
Au niveau du scenario, le pire pour moi reste le fleuve de jade mais celui ci n'est pas si loin. Le pire, cest qu'avec une telle idée de depart, on aurait pu faire un chef d'oeuvre.

en revanche parmi les recents, j'ai beaucoup aimé : Le démon du pharos et Roma, roma.
C'etait à Korshabad etait quant à lui scenaristiquement devevant.

106La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Lun 25 Mai - 23:44

César BCN

César BCN
compagnon
compagnon
Magic a écrit:
Le pire, cest qu'avec une telle idée de depart, on aurait pu faire un chef d'oeuvre.
Je partage completement ton commentaire.

Certainement, Le fleuve de Jade est assez mauvaise. Cependant, les dessins de Ferry sont assez pires que ceux de R.Morales.
J'ai aussi aimé Le démon du pharos et Roma, roma, mais non L'ibere, car bien que les dessins de Simon ils sont tres bons, l'argument est très pauvre et plein d'anachronismes et des erreurs.

http://www.alixintrepido.es

107La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Mar 26 Mai - 0:06

Raymond

Raymond
Admin
Ce qui me frappe, en lisant les commentaires de Jacky-Charles et de Jey, c'est que la réalité devient plus passionnante que la fiction. Nous avons beaucoup d'idées fausses sur les gaulois et il y est intéressant de le déccouvrir. En fait, il aurait presque suffit de montrer le monde celte tel qu'il était (en y associant bien sûr une intrigue crédible) pour obtenir une belle histoire.


_________________
Et toujours ... La Cité Engloutie - Page 5 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

108La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Mar 26 Mai - 8:57

hectorvadair

hectorvadair
lecteur émérite
lecteur émérite
Merci Jacky-Charles pour ces éléments historiques intéressants qui remettent les pendules à l'heure.

http://www.1caseenmoins.canalblog.com

109La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Mar 26 Mai - 14:32

Jey

Jey
alixophile
alixophile
Bons commentaires Jacky-Charles pouce
Dans le genre "on chasse les idées reçues", le bouquin de Jean-Louis Brunaux "Nos ancêtres les Gaulois", que tu cites, est actuellement la synthèse de référence sur ce sujet, qui plus est très accessible.

110La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Mar 26 Mai - 22:39

Jacky-Charles


docteur honoris causa
docteur honoris causa
Merci à vous ! C'est un plaisir de travailler pour vous !

111La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Mer 27 Mai - 15:42

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
Jey a écrit:En espérant à l'avenir un peu plus de considération de la part de Casterman et du comité éditorial pour l'oeuvre (et l'héritage) dont ils ont la charge.

Je crains que là aussi nous soyons déçu car les ventes de l'album se portent bien : http://www.electre.com/Vitrine.asp?VitrineType=2

112La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Mer 27 Mai - 19:18

Jey

Jey
alixophile
alixophile
Pierre a écrit:
Jey a écrit:En espérant à l'avenir un peu plus de considération de la part de Casterman et du comité éditorial pour l'oeuvre (et l'héritage) dont ils ont la charge.

Je crains que là aussi nous soyons déçu car les ventes de l'album se portent bien : http://www.electre.com/Vitrine.asp?VitrineType=2

Malheureusement rien d'étonnant pour la raison évoquée plus haut. Alix est une rente! Et puis la "cité engloutie" est un titre qui attire l'oeil. Pourtant, il y aurait presque tromperie sur emballage. Smile

Je doute en revanche que s'il y aurait une enquête de satisfaction, celle-ci serait positive. Encore, pour le scénario, ça pourait passer car il y a des lecteurs qui se satisfont de bien peu, en revanche la succession des visages d'Alix risque de faire son effet. Smile

J'ai une pensée pour des auteurs talentueux qui peinent à percer et qui voient des merdes de la sorte bien se vendre. Rolling Eyes



Dernière édition par Jey le Ven 29 Mai - 23:08, édité 1 fois

113La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Mer 27 Mai - 19:56

Magic


lecteur émérite
lecteur émérite
Pierre a écrit:
Jey a écrit:En espérant à l'avenir un peu plus de considération de la part de Casterman et du comité éditorial pour l'oeuvre (et l'héritage) dont ils ont la charge.

Je crains que là aussi nous soyons déçu car les ventes de l'album se portent bien : [url=http://www.electre.com/Vitrine.asp?VitrineType=2
http://www.electre.com/Vitrine.asp?VitrineType=2[/quote[/url]]

Il semble meme qu'il soit en tete des ventes....
Voila qui effectivement devrait inciter Casterman à ne rien changer....

114La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Jeu 28 Mai - 12:13

Raymond

Raymond
Admin
Je reviens sur Véléda, et je félicite Jacky-Charles d'avoir repéré cette allusion. Il y a bien sûr une parenté évidente avec le personnage de Mélléda, mais je trouve que ce "maître des maîtres" manque tout de même de consistance. Je ne sais plus qui disait que pour avoir une bonne histoire, il fallait que le "méchant" (on devrait plutôt dire l'adversaire) soit réussi. Eh bien ce n'est justement pas le cas dans la Cité Engloutie. Aussi bien Mélléda que Véros m'apparaissent comme des personnages décevants.


_________________
Et toujours ... La Cité Engloutie - Page 5 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

115La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Ven 29 Mai - 15:40

Jey

Jey
alixophile
alixophile
Voilà une critique sur la Cité engloutie tout à fait symptomatique de la façon dont on perçoit encore aujourd'hui l'œuvre de Jacques Martin, justement pour ce dernier, mais injustement pour certains de ses successeurs :
http://www.sceneario.com/bd_11928_alix_tome_28_tome_28.html

Je passe sur son avis sur le dessin, que je partage.

Ce qui m'intéresse, c'est l'avis sur le scénario et surtout le contexte historique de cette fiction se déroulant sur ce « territoire luxuriant armoricain » pour reprendre sa très judicieuse affirmation Rolling Eyes . Je cite :
« Si le contexte historique est on ne peut plus respecté... »
« Une restitution historique bien réfléchie ».
Avec ce genre de critique (qui en la matière est souvent un standard), les clichés ont de beaux jours devant eux. Mais le plus grave n’est pas tant l’avis de ce critique, qui parce qu’il est « critique », se croit obligé comme beaucoup d’autres de donner un avis sur tout, y compris dans un domaine où son inculture se révèle manifestement abyssale. Quand on ne sait pas, on se tait, il devrait le savoir. Le plus grave, c’est que des auteurs ne se montrent pas à la hauteur de l’image de marque construite par Jacques Martin et que des inepties vont être prises pour vérités historiques par une bonne partie du lectorat parce que c’est du Jacques Martin, donc c’est sérieux, documenté, etc…


Dans le même genre, on trouve sur ce site une critique de L'Egypte 3 de Moralès :
[url=http://www.sceneario.com/bd_11930_voyages_d_alix_(les).html[/url]
Je ne connais pas cet album mais ce n’est pas lui qui m’intéresse ici mais l’affirmation générale sur la série des Voyages qui est donnée à la fin de la critique : « comme toujours, cette collection est riches et très conseillé pour apprendre l'histoire » (notons au passage l’orthographe…), ce qui fait bondir le prof que je suis. Il aurait pu au moins avoir la décence de remplacer le mot « apprendre » par « découvrir ».

Bref, sur ce j’ai acheté le dernier Loïs. Ça pique les yeux, mais je vais lire ça ce week end en espérant ne pas être de nouveau déçu. Je laisserai peut-être quelques commentaires.

116La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Ven 29 Mai - 18:56

Patrick Essa


alixophile
alixophile
Il y a toujours un type au ton péremptoire qui vient illuminer de sa science les forums web...en général il affirme être enseignant! Sauf que lorsque l'on "critique un critique" pour son orthographe on ne met pas en ligne des "s'il y aurait"... cinglants! J'espère qu'il me pardonnera cette petite et impertinente remarque.
A part cela une BD est une BD et Martin a toujours été un conteur ayant pris de petites libertés avec la vérité historique qui porte ses personnages. Que les celtes soient ici un peu "simplifiés sauce légende" et les gaulois "caricaturés à la mode Asterix" ne me dérange au fond que fort peu, dès l'instant que je peux exercer mon libre-arbitre et prendre du plaisir à l'intrigue. Ce qui n'est hélas pas tout à fait le cas car je la trouve un brin linéaire et manquant de souffle.
Les dessins sont corrects, l'histoire un peu terne mais je retrouve mes personnages dans une aventure intermédiaire qui ne m'a pas déplu... au point de regretter que la succession du maître soit une entreprise mercantile.
Allez 12/20 prof...
Patrick

http://www.dégustateurs.com

117La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Ven 29 Mai - 19:30

Jey

Jey
alixophile
alixophile
Patrick Essa a écrit:Il y a toujours un type au ton péremptoire qui vient illuminer de sa science les forums web...
Le type au ton "péremptoire" attend qu'on le vienne contre-argumenter. A défaut, il risque de penser qu'il a raison d'utiliser un ton "péremptoire". Smile

Sauf que lorsque l'on "critique un critique" pour son orthographe on ne met pas en ligne des "s'il y aurait"... cinglants!
Le type au ton "péremptoire" aimerait bien savoir où se trouve la faute. A défaut, il risque de penser que l'autre type au ton non moins "péremptoire"qui vient lui faire la leçon ne maîtrise pas la règle de l'élision. Smile

118La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Sam 30 Mai - 9:14

Patrick Essa


alixophile
alixophile
Franchement Jey, cela devient gênant. Sans doute une question de temps...

http://www.dégustateurs.com

119La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Sam 30 Mai - 12:07

Raymond

Raymond
Admin
Bon ! Je remercie Patrick Essa de lancer un débat contradictoire mais ... il vaut mieux en rester là avant que cela ne dégénère. Very Happy

Après tout, chacun est libre de ses goûts. Je comprend Jey et sa déception (que je partage) et cela lui fait adopter un ton "péremptoire". Les qualités des albums de Jacques Martin nous ont rendu exigeants en matière de références historiques, et c'est un sujet sur lequel j'ai du plaisir à discuter. On peut cependant lire ce dernier album de façon plus indulgente, pour le simple plaisir de retrouver Alix. D'ailleurs, comme Jey le signale dans un autre topic, les BD consacrées à l'époque romaine ne sont pas si nombreuses.

Voilà ! Evitons les attaques personnelles et essayons de ne parler que de BD ou d'histoire Neutral


_________________
Et toujours ... La Cité Engloutie - Page 5 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

120La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Sam 30 Mai - 14:14

Invité


Invité
Tout à fait d'accord. siffle

121La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Jeu 4 Juin - 22:33

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
http://www.actuabd.com/Alix-T28-La-Cite-engloutie-J-Martin-Ferry-et-Patrick-Weber-Casterman

je cite : "D’entrée,
on retrouve une couverture peu réussie que Martin lui-même n’aurait
jamais exécutée de cette façon : le regard part en zigzag, semant la
confusion ; déjà le faciès d’Alix interpelle : les visages sont
caractéristiques du dessinateur flamand, sombres, voire souvent
torturés."
pouce

122La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Jeu 4 Juin - 22:50

Jey

Jey
alixophile
alixophile
Pierre a écrit:http://www.actuabd.com/Alix-T28-La-Cite-engloutie-J-Martin-Ferry-et-Patrick-Weber-Casterman

je cite : "D’entrée,
on retrouve une couverture peu réussie que Martin lui-même n’aurait
jamais exécutée de cette façon : le regard part en zigzag, semant la
confusion ; déjà le faciès d’Alix interpelle : les visages sont
caractéristiques du dessinateur flamand, sombres, voire souvent
torturés."
pouce
Et moi je note ça :

On sent la patte de l’historien
Mais je ne vais pas insister, je ne veux surtout pas passer pour un mec qui s'acharne. Smile

Comme je n'insisterai pas non plus sur l'interview du scénariste publié sur le blog de Casterman.... où j'ai trouvé la réponse à la première question posée... comment dire... significative.
Bref... Smile

123La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Jeu 4 Juin - 23:02

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
Oui j'ai vu ça aussi ... Laughing

124La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Ven 5 Juin - 9:40

Invité


Invité
Jey a écrit:Comme je n'insisterai pas non plus sur l'interview du scénariste publié sur le blog de Casterman.... où j'ai trouvé la réponse à la première question posée... comment dire... significative.
Bref... Smile
Oui, l'album a été numéro 1 et je ne pense pas que c'est dû aux bouche à oreille ni aux critiques de cet album lui-même, mais plutôt grâce au travail magnifique de Christophe Simon qui, en 2 albums et demi, s'est imposé comme LE repreneur graphique de la série. Cet album bénéficie donc d'un préjugé favorable, en rapport avec les deux précédents. Qu'il faille deux équipes me semble être un choix légitime de Casterman, qu'il en faille 3 (Venanzi) avec encore un autre style graphique, va encore désarçonner davantage les lecteurs.
Pour en revenir au blog de Casterman, je n'ai pas vu une seule ligne (à part les interviews) d'analyse ou de résumé sur ce nouvel Alix, ce qui est quand même interpellant quelque part...

125La Cité Engloutie - Page 5 Empty Re: La Cité Engloutie le Ven 5 Juin - 9:50

Pierre

Pierre
vieux sage
vieux sage
Au niveau des ventes, ça va ça vient : http://bd75011.blogspot.com/2009/06/top-ten-des-meilleures-ventes-bd.html

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 5 sur 7]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum