Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Fanzines et revues d'étude sur la BD

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 15 ... 26  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 4 sur 26]

Raymond

avatar
Admin
Pour beaucoup de débutants, le fanzine n'a été qu'une première étape avant le passage à une structure d'édition professionnelle. Cela a été notoirement le cas de Glénat, de Michel Deligne, de Falatoff (devenu ensuite les éditions Artefact), de l'Age d'Or (on vient d'en parler), et de bien d'autres. C'est également ce processus que l'on retrouve avec Bulles Dingues.



Fondé en 1983 par Michel Jans et Jean-François Douvry (l'association Dauphylactère), ce fanzine grenoblois n'était au départ qu'un fanzine parmi d'autres, paraissant surtout s'intéresser à la publication des BD de débutants. Il y a eu 19 numéros jusqu'en 1993, et je dois avouer ne pas m'y être beaucoup intéressé pendant toute cette période.

Le rédactionnel était cependant soigné. Dans le N° 16 de Bulles Dingues, dont vous voyez la couverture ci-dessus, on trouve 8 pages d'interviews de Pellejero et Zentner, une chronique de 2 pages sur le salon de Grenoble, une revue critique de 5 pages consacrée aux fanzines francophones, des sujets qui n'ont rien d'exceptionnel il faut l'avouer. Il y a cependant quelque chose en plus, à savoir un petit supplément de 8 pages inséré au milieu du journal et intitulé l'Original (il porte bien son nom). Le sous-titre est bien intriguant ("Bulletin psy pour collectionneurs ayant dépassé le stade banal") et il est au fond révélateur. Alain Brugeille y analyse les vieux albums Dupuis en se demandant si il n'existe qu'une seule édition originale ? Vaste travail ! Son "étude" se présente sous la forme de tableaux, chacun d'entre eux étant consacré à un album rare et à ses éditions successives. Au passage, l'auteur y égratigne certaines conclusions du BDM, et cet "intégrisme" m'a bien amusé.  Smile  Au final, j'en ai conclu que ce fanzine avait une "patte" bien particulière, et que cela lui donne un certain intérêt.

Le plus important survient toutefois en 1993, lorsque Bulles Dingues se saborde et que ses rédacteurs fondent les fameuses éditions Mosquito. La chrysalide devient papillon et le fanzine est alors remplacé par de somptueuses monographies. Vous  connaissez probablement ces ouvrages dédiés à Juillard, Macherot, Hermann, Andreas ou Battaglia, que vous pouvez découvrir sur le site Web de l'éditeur  (ICI). On trouve au même endroit une présentation détaillée de  Bulles Dingues dont certains numéros sont encore en vente.

Pour être honnête, Bulles Dingues ne m'apparait pas comme un fanzine important. C'est toutefois une étape dans l'ascension d'un éditeur indépendant, qu'il faut louer aujourd'hui pour la qualité de son travail.



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 18:52, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Au milieu des années 80, les Cahiers de la BD occupaient toujours une place prééminente dans le monde de la critique, mais la revue avait beaucoup perdu de sa vitalité. Une routine s'était installée, avec la parution chaque année de 3 ou 4 numéros dont le contenu était sans surprise. L'année 1983 s'était  ainsi distinguée par 3 honorables monographies consacrées à Bilal, Peyo et Comes, qui présentaient toutes un travail bien fait et sans passion. Réalisant que la formule avait fait long feu, Jacques Glénat demanda alors à Thierry Groensteen d'en reprendre la direction d'une manière plus professionnelle et d'en assurer une parution régulière.

La nouvelle formule des "Cahiers" apparut en 1984 avec un "numéro 56" consacré à André Juillard. On y retrouve le principe du dossier consacré à un grand auteur (avec interviews, articles critiques et bibliographie) sur 30 à 40 pages, mais le contenu du reste du journal se distinguait par sa diversification. On découvrait ainsi de nombreuses rubriques consacrées à des analyses thématiques, à des présentations de la BD non francophone, à des études plus brèves de certains dessinateurs, à des revues d'actualité et à des critiques d'albums.



Le changement le plus radical se caractérisait surtout par un ton nouveau (voir même  intransigeant) qui visait à donner au discours critique une approche plus sérieuse et plus analytique. Cette transformation ne fut pas appréciée par tous et les diatribes furent nombreuses au sein de la presse BD traditionnelle. Pour ma part, malgré l'existence de quelques articles "pénibles" (il faut bien l'avouer) qui succombaient à la tentation du verbiage, l'ambition de ces nouveaux "Cahiers" m'avait d'emblée séduit. J'y appréciais cette volonté de parler de la BD d'une manière universelle et adulte, et aussi cette multiplicité des approches critiques qui permettait parfois de fascinantes découvertes.

Thierry Groensteen a raconté lui même (et mieux que personne) les 5 années d'existence de la deuxième formule des "Cahiers". Vous pourrez lire ICI sur son site le récit de cette "épopée". Le terme "épopée" est peut être exagéré mais, vous l'avez compris, je suis un fan de cette revue.  Embarassed

N'appréciant pas la nouvelle orientation critique des "Cahiers", Jacques Glénat décida de mettre fin à sa collaboration de Thierry Groensteen en 1988. Une troisième formule des "Cahiers" apparut en 1989, mais elle ne s'intéressait plus qu'aux "news" et produisait surtout des billets de complaisance. Je préfère ne pas trop m'étendre sur cette rapide décadence. Les Cahiers de la BD avaient désormais perdu tout intérêt et la nouvelle formule disparut après 5 numéros. On peut découvrir sur BDGest une liste récapitulative de tous les numéros parus.

Voilà ! Certains trouveront peut être trop élogieuse cette présentation de la période Groensteen, mais tout en admettant que le magazine avait des défauts, je reste aujourd'hui fasciné par son ambition et par la diversité des sujets qui ont été abordés. Les "Cahiers" des années 80 annonçaient la naissance d'une nouvelle critique qui s'épanouira plus tard avec la revue 9e Art ...  mais ceci est une autre histoire.  Smile



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 18:54, édité 2 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Raymond, avant que tu poursuives plus avant ce sujet, j'aimerai bien m'attarder à mon tour quelque peu sur cette "période Groensteen".
Une pause de deux jours me semblerait raisonnable si tu n'y vois pas d'inconvénient.

Raymond

avatar
Admin
Bien au contraire ! C'est un forum, et il ne faut pas que cela tourne au monologue ! pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Reprenons maintenant notre petite chronique. Very Happy


Autrefois, on pouvait trouver certains de ces dossiers en ligne (l'interview de Dupuy et Berberian par exemple, qui est d'une grande qualité). Je ne sais pas si c'est toujours le cas ?



On en trouve encore des bouts sur le site de PLG :
http://www.plg-editions.com/?q=node/62
et de Dupuy et Berberian :
http://www.duber.net/entberb.htm

http://planbd.blogspot.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Raymond, je pense que tu n'as pas à "rougir" ( ) de ton plaidoyer "pro domo" en faveur des "Cahiers de la BD".

Tout comme toi, je me suis passionné à lire ces copieux numéros, compagnons de voyage indispensables chaque fois que je me déplaçais en train.

Ainsi, pouvait-on s'évader de temps à autre de la sempiternelle école européenne (que je ne renie absolument pas naturellement !!) et partir à la (re)découverte des personnages de ces auteurs d'Outre-Atlantique, eux aussi très talentueux, comme Milton Caniff, Alex Raymond ou bien encore Jack Kirby et le non moins célèbre Charles Monroe Schulz.



Des "dossiers" très fouillés, en effet, bénéficiant naturellement d'interviews de ces auteurs et d'illustrations nombreuses.

Bien entendu, parmi les "pointures" de notre continent, je retrouvais à la une de cette bienvenue publication quelques uns de mes auteurs préférés : hormis Juillard, défilaient ainsi numéro après numéro le très "engagé" Claude Auclair (dont son personnage Simon du Fleuve figurait en couverture), l'exigeant François Bourgeon, l'introspectif Cosey...



Mais, au delà de la "mise à nu" des dessinateurs les plus emblématiques, d'autres auteurs beaucoup moins connus chez nous bénéficiaient de coups de projecteurs sur leurs oeuvres : citons à titre d'exemple Marc Sleen avec son héros fétiche Néron.

Plus largement, les "Cahiers" abordaient les grands thèmes du genre (voire même au delà, puisque Sempé bénéficia d'un copieux dossier, lui qui s'est toujours présenté comme "un dessinateur humoristique" et non pas comme un auteur de bande dessinée "stricto sensu").

En guise de conclusion, par rapport à la dernière formule de cette revue, je dirai que ce que l'on peut regretter fortement, outre la disparition de ces fameux dossiers, c'est cette manière un peu "racoleuse" (titres énormes des articles, parti-pris un peu trop systématique...) de présenter les chroniques, ce qui a certainement conduit cette revue à la perte irréversible de son lectorat. .

Raymond

avatar
Admin
Bravo Totoche, non seulement tu as lu le billet sur Bulles Dingues en entier, mais tu as aussi vérifié sur place (c'était un test  pouce  ).

Pour en revenir à ces Cahiers "groensteeniens" (et pour en rester aux intérêts de Totoche), un des grands attraits de la revue était en effet ces numéros complètement consacrés à la BD étangère. C'est ainsi qu'il y a eu un numéro consacré à Giardino qui se doublait d'un "spécial Italie" avec des articles sur "Ken Parker", sur Liberatore, sur Mattoti, sur Cadello et sur l'évolution des fumetti.



L'Espagne a également eu son numéro spécial, avec des articles consacrés entre autres à Bernet, Pellejero, E. Sio ou Gimenez.



Et puis, n'oublions pas que le fameux numéro sur Sempé était pour la moitié consacré à Jack Kirby, le "king" du comic book et des superhéros. C'est également dans les Cahiers que j'ai lu pour la première fois des critiques sur Alan Moore et les Watchmen. Bref, rien n'était oublié !

Il y a de quoi être nostalgique Cool



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 18:56, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Je n'ai pas la chance d'avoir dans ma collection ce numéro consacré à Giardino (lui aussi un de mes auteurs favoris ), mais je le retrouverai plus tard dans Auracan que nous évoquerons certainement d'ici quelque temps (n'est-ce pas Raymond ?).

Raymond

avatar
Admin
Mais oui bien sûr, mais seulement lorsque nous en arriverons aux années 90. D'ici là, il y en a encore pour un bout de temps ! Smile

Pour en revenir au début des années 80, il est sorti à cette époque deux ou trois revues qui ont remporté de belles appréciations mais que je n'ai jamais lues. C'est par exemple le cas de Dommage, le premier fanzine de Gilles Ratier. Cet érudit a fait ensuite fait une belle carrière dans la BD et il a été l'une des chevilles ouvrières des fameuses monographies Mosquito, avant d'écrire l'ouvrage "Avant la case" qui est consacré aux scénaristes (je pense que tu connais JYB ?).

Alors, quelqu'un a t-il lu ou connait-il Dommage ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Non, hélas !

JYB


vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:le premier fanzine de Gilles Ratier. Cet érudit a fait ensuite fait une belle carrière dans la BD et il a été l'une des chevilles ouvrières des fameuses monographies Mosquito, avant d'écrire l'ouvrage "Avant la case" qui est consacré aux scénaristes (je pense que tu connais JYB ?).
Je connais le livre en effet, d'autant que j'ai même eu la primeur des brouillons bien avant que le livre ne soit imprimé. Et je connais bien son auteur, Gilles Ratier, depuis près de 25 ans. Il est critique BD pour divers journaux (Samizdat, La Nouvelle République...) et le secrétaire général de l'association des critiques de BD. C'est lui aussi qui rédige chaque année le compte-rendu détaillé et commenté de toutes les sorties de BD en France, avec statistiques à la clé ; un compte-rendu fait dans le cadre de son association, et abondamment commenté dans la presse, même non spécialisée.
C'est lui aussi qui rédige les infos sur JM Charlier dans les longues préfaces des rééditions des éditions Sangam : Clairette, Kim Devil 1 et les prochains albums à paraître... (et devinez qui lui donne un coup de main amical et discret...?).

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître


Bien qu'étiquetés élitistes, Les Cahiers de la BD n'oubliaient pas la BD populaire : j'en veux pour preuve cet indispensable n°83 de 1988, essentiellement consacré à Yann (avec quelques planches inédites de Conrad), dans lequel on retrouve également l'Italien Bottaro et l'Espagnol Ibañez, auteur de Mortadelo y Filemon !

http://planbd.blogspot.com

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Parmi les revues qui comptent, je mentionnerai aussi Schtroumpfanzine, qui reste aujourd'hui une intéressante source de documentation.



Au début, ce n'était qu'un simple supplément ronéotypé inséré au milieu de la revue Schtroumpf, et il contenait quelques critiques d'albums et des actualités. Par la suite, le fanzine s'est étoffé et il est paru une première série indépendante. C'était un journal de 16 pages, dont le contenu provenait aussi de l'équipe des "Cahiers". Je n'ai jamais vu un exemplaire de cette première version de Schtroumpfanzine et il m'est difficile de la commenter.

En 1976, la revue est reprise par Henri Filippini qui la transforme en une sorte de fanzine "à son image". Bien imprimée (en offset) et avec une couverture couleur, le journal sort avec régularité pendant 3 ans, avant de s'arrêter au N° 36. Chaque numéro est composé d'une trentaine de pages, et contient en général 2 interviews de dessinateurs, un article plus général consacré à un journal ou à un thème, ainsi que quelques critiques d'albums ou notices d'actualités.

Il est de bon ton de dédaigner ce que fait Filippini, mais je trouve que sans être génial, il a réalisé un journal d'un excellent niveau. Consacré surtout à l'exploration des auteurs peu étudiés et des genres négligés par la critique (par exemple la BD française des années 50), ce fanzine a bien vieilli et reste une source précieuse d'information. C'est ainsi d'ailleurs que Schtroumpfanzine est l'une de seules revues d'étude que je connaisse à avoir interviewé Claude Marin. Wink

Tu oublies de préciser, Raymond, que Schtroumpf Fanzine, supplément de Schtroumpf possédait aussi son propre supplément (vous suivez ?) : Le Point de Vue d'Henri Fillipini, constitué de 2 à 5 pages ronéotypées et agrafées insérées dans le fanzine.
Au sommaire : billet d'humeur d'HF, brèves, Bd à l'étranger, BD adultes, revue de presse, nouveautés albums (on a du mal à y croire mais, en décembre 78 par exemple, 2 (deux !) nouveautés sont annoncées au catalogue Dargaud !).
Le ton de de Fillipini y est souvent cassant (il faut lire ses critiques d'A Suivre !!!).


Je me suis en particulier régalé avec le n°25, interviouvant Godard (qui ne connait pas la langue de bois), Leloup et Goossens.
Merci Raymond !

http://planbd.blogspot.com

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Lancé en 1971 par 2 genevois, le fanzine Krukuk n'a fait qu'une courte carrière puisqu'il s'est arrêté en 1973, après 6 numéros seulement.

Connaissais pô.
Je suppose que tu vas bientôt nous parler de Swof ?!?

http://planbd.blogspot.com

Raymond

avatar
Admin
Totoche Tannenen a écrit:
Bien qu'étiquetés élitistes, Les Cahiers de la BD n'oubliaient pas la BD populaire : j'en veux pour preuve cet indispensable n°83 de 1988, essentiellement consacré à Yann (avec quelques planches inédites de Conrad), dans lequel on retrouve également l'Italien Bottaro et l'Espagnol Ibañez, auteur de Mortadelo y Filemon !
Complètement d'accord. Ce numéro consacré à Yann et Conrad est d'ailleurs exceptionnel et c'est en le lisant que j'ai compris pour la première fois tout ce qui s'était passé à l'époque des "hauts de page".

Totoche Tannenen a écrit: Tu oublies de préciser, Raymond, que Schtroumpf Fanzine, supplément de Schtroumpf possédait aussi son propre supplément (vous suivez ?) : Le Point de Vue d'Henri Fillipini, constitué de 2 à 5 pages ronéotypées et agrafées insérées dans le fanzine.
Au sommaire : billet d'humeur d'HF, brèves, Bd à l'étranger, BD adultes, revue de presse, nouveautés albums (on a du mal à y croire mais, en décembre 78 par exemple, 2 (deux !) nouveautés sont annoncées au catalogue Dargaud !).
Le ton de de Fillipini y est souvent cassant (il faut lire ses critiques d'A Suivre !!!).
Cela fait un moment que je ne les ai pas relu et j'avais oublié ce détail. Je me souviens bien en revanche du "Petit Filippini", une rubrique de 5-6 pages qui était publiée dans le journal Circus au début des années 80, et qui permettait à son auteur de "faire la loi" (en quelque sorte) dans le monde de la critique. En fait, ce "Petit Filippini est tout simplement apparu après la disparition de Schtroumpfanzine. Ceci explique cela !
Totoche Tannenen a écrit:
Connaissais pô.
Je suppose que tu vas bientôt nous parler de Swof ?!?
Bien sûr, j'appréciais beaucoup Swof, et j'en parlerai aussitôt que j'en serai arrivé aux années 90.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Désolé de foutre le bordel dans la discussion : je rattrape le retard !

http://planbd.blogspot.com

Raymond

avatar
Admin
Parlons maintenant de quelques fanzines importants des années 80. Il y a d'abord Scarce, qui est apparu en 1983.



C'est à la fin des années 60 que sont parues en France les premières traductions des comic-books de Marvel. Il y avait eu auparavant les fascicules Artima (en particulier Sidéral) ainsi que de nombreux petits formats qui publiaient ce genre, mais c'est l'apparition de nouvelles revues comme Strange qui a permis chez nous une diffusion à grande échelle des Super-Héros américains. Il en a résulté bien sûr l'envie d'en découvrir plus sur l'histoire de ces personnages et de leurs dessinateurs. C'est à ce programme que se consacre Scarce depuis près de 30 ans. Remarquons en passant que le fanzine existe encore et qu'il y a eu 73 numéros à ce jour (plus quelques numéros spéciaux).

Une liste des sujets abordés par Scarce peut être trouvée sur BDGest. Chaque revue contient un dosage équilibré d'interviews (toujours longs et détaillés), de revues historiques sur certains héros et de rétrospectives sur la carrière des grands auteurs, avec en prime les indispensables notes de lectures et les  actualités sur les comic-books.

La force de Scarce, c'est d'avoir su échapper au "ghetto" de super-héros et de s'être intéressé aux comic books en général. C'est ainsi que l'on y trouve des articles qui abordent d'autres styles de BD comme l'aventure, la science-fiction ou le thriller. Parmi les dessinateurs interviewés, il y a par exemple Frazetta, Will Eisner, Richard Corben, bref des auteurs très éloignés du monde des super-héros. Pour tout amateur de la BD américaine "maînstream", Scarce est devenu une référence inévitable.

N'étant pas pour ma part un grand amateur de super-héros, je ne possède que quelques numéros éparts, souvent achetés en fonction des occasions. C'est ainsi que j'ai acquis le numéro 50, dont vous voyez la couverture ci-dessus. Il est consacré à Tarzan et contient un épais dossier de 50 pages sur le sujet. Tout y est passé en revue, depuis les premiers pulps et les débuts du comic strips (dans les grands quotidiens) jusqu'au derniers comic books, en s'arrêtant sur tous les dessinateurs importants du personnage. Ajoutons que ce numéro contient par ailleurs une longue rétrospective de la carrière de Dick Giordano (10 pages) ainsi que quelques articles sur Thor ou les Avengers (il faut bien parler des super-héros quand même  Smile  ). Le style des articles est généralement vif et populaire, comme il est de bon ton lorsqu'un fan écrit pour d'autres fans. Au total, il faut admettre que même si elle reste polarisée sur les USA, Scarce est une revue éclectique et intéressante qui mérite d'être découverte.  pouce



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 18:59, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Un autre fanzine intéressant a commencé à paraître en 1983 : il s'agit de Sapristi.



Ce journal a été fondé par un groupe de passionnés de la région de Dieppe, les principaux animateurs étant Alain Ledoux, Jean-Pierre Surest et Olivier Maltret. Je me souviens des premiers numéros de Sapristi, que l'on m'avait présenté pendant un festival et qui m'est d'emblée apparu comme une sorte de fanzine de luxe. Je me suis d'ailleurs longtemps méfié de cette revue assez coûteuse, imprimée sur du beau papier et qui affichait une belle couverture en couleur. Je soupçonnais que cette belle présentation cherchait à masquer un contenu un peu léger. J'étais, il est vrai, encore très attaché au modèle classique de la "monographie".

Ce journal présentait en fait un contenu assez standard pour un fanzine, que l'on pourrait résumer par la règle des 3 tiers : un tiers de BD d'amateurs, un tiers consacré à un dessinateur connu (essentiellement une interview) et un tiers de news ou de rubriques diverses. A cette époque (les années 80), je préférais l'approche analytique des "Cahiers" et je m'y suis pas trop intéressé. Au fil des années toutefois, les dossiers se sont étoffés, les interviews étant accompagnées de grandes bibliographies propres à intéresser les collectionneurs. Le journal a pris une importance croissante dans le monde de la BD et le numéro le plus marquant a été le 26, consacré à Tardi et complété sur le tard pour devenir un superbe album. C'est le fameux Presque tout Tardi, qui reste aujourd'hui une bible pour les admirateurs de ce dessinateur.



Je ne vous détaillerai pas ici tous les numéros de Sapristi, d'autant que je suis loin d'avoir toute la série. La liste des couvertures (et des sujets principaux) se trouve naturellement sur BDGest, comme d'habitude.   Précisons encore que pendant les années 90, ce fanzine était devenu une référence dans le genre, grâce à un contenu qui donnait une plus grande importance aux dossiers et aux interviews, et à une présentation de plus en plus luxueuse. A partir du N° 30, tous les Sapristi sont intéressants et ils deviennent presque de petites monographies (c'est alors que la revue m'a intéressé  Wink  ). Signalons aussi que le dernier numéro (soit le 52) a été consacré à Gilles Chaillet, et qu'il s'agit de l'interview le plus complet consacré à ce dessinateur. Ce détail intéressera peut être les enfants d'Alix.  Wink



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 19:02, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Ajoutons encore qu'après 20 ans d'une activité fanzinesque qui rencontrait un honorable succès, Sapristi s'est subitement effacé en 2003 sans explication précise. Dans l'éditorial du N° 52 (consacré à Gilles Chaillet), Guillaume Ledoux (fils et successeur du fondateur Alain Ledoux) annonçait pourtant sur un ton flamboyant un renouveau de la revue ainsi qu'une parution plus régulière. Deux numéros consacrés à Claire Wendling puis Olivier Vatine devaient sortir pendant cette année 2003, et puis ... plus rien. Evanoui l'interview de Claire Wendling ! Evaporé le Sapristi nouveau dont les numéros devaient "se succéder à une vitesse grand V". La vie a parfois de ces mystères ... Rolling Eyes

Les collaborateurs réguliers de Sapristi sont restés dans le milieu de la BD mais ils se sont dispersés un peu partout. Olivier Petit a fondé les éditions "Petit à petit" (voir ICI), Olivier Maltret est devenu la cheville ouvrière de DBD et surtout de Canal BD et Jean-Paul Surest a fondé l'ANBD (Association Normande de BD) qui édite des albums et organise un festival. Quant à Alain Ledoux et à son fils, je n'en ai plus jamais entendu parler. Avaient-ils perdu la foi ? Si quelqu'un a des infos, qu'il n'hésite pas à le dire ici. Cool

Il reste aujourd'hui une bonne vingtaine de revues qui "vieillissent bien" dans ma bibiothèque et qui rendent hommage à la BD traditionnelle. Je remarque par ailleurs que l'ami Treblig reste bien discret sur Sapristi, et qu'il semble donc être resté indifférent (à l'époque) à l'intérêt de ce "prozine". Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Raymond a écrit:Il reste aujourd'hui une bonne vingtaine de revues qui "vieillissent bien" dans ma bibiothèque et qui rendent hommage à la BD traditionnelle. Je remarque par ailleurs que l'ami Treblig reste bien discret sur Sapristi, et qu'il semble donc être resté indifférent (à l'époque) à l'intérêt de ce "prozine". Wink

Oh que non, mon cher Raymond !!

Ma supposée discrétion est uniquement liée à d'autres occupations qui m'ont empêché d'intervenir plus tôt à propos de cette excellente revue dont je possède très exactement 23 numéros.

Même si je dois reconnaître que la partie "bandes d'amateurs" ne me passionnait pas vraiment, il en allait bien évidemment tout autrement des excellents dossiers sur les dessinateurs professionnels.

On pouvait y retrouver tous les grands noms du monde des bulles et j'appréciais à sa juste valeur par exemple le fait qu'un auteur comme Servais, peu médiatisé dans le milieu fanzinesque, ait fait l'objet d'une interview.

En ce qui concerne Alain Ledoux et son fils, je crois savoir que le premier pensait tout naturellement laisser la place à son héritier mais que ce dernier ne fut pas du tout emballé par ce challenge, ce qui explique pour une bonne part le terme mis à cette aventure éditoriale.

Heureusement Raymond, quand tu aborderas les années 2000, nous pourrons évoquer son "digne successeur" à double titre "On a marché sur la Bulle".

Raymond

avatar
Admin
Pas le temps de faire de longs développements ce matin ! C'est l'occasion de poser une petite question à Treblig (et aux autres bien sûr Very Happy ) à propos de fanzines des années 80 que je n'ai jamais vu, et qui ont fait l'objet de commentaires élogieux.

Qui connait par exemple Dynamick, un fanzine du Havre considéré par le BDM comme un des meilleurs fanzines des années 80 ?

Quelqu'un a t-il lu A l'aise, un fanzine de Limoges dont Filippini parle en bien dans ses chroniques ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Malheureusement non.

Raymond

avatar
Admin
Au cours des années 80, il existait à Angoulême un prix décerné au meilleur fanzine. Certaines de ces revues sont bien connues (Hop, Sapristi, PLG) tandis que d'autres sont complètement oubliées. Au milieu de tous ces titres, il y en a un que vous ne connaissez pas mais c'est un de mes favoris : il  s'appelle Champagne.



Fondé à Genève en 1985 par Jean-Pierre Sculati, Champagne est un titre étonnant. Ce fanzine est d'abord l'oeuvre d'un seul homme, à savoir le fondateur qui signait sous son nom ou avec sous divers pseudonymes environ 80% de ses articles. C'est aussi un journal à la parution cahotique, avec surtout trois numéros initiaux qui vont établir durablement la réputation du journal : le N°1 consacré à Wasterlain. le 2-3 dédié à Hislaire et Gillon, et le 4-5 consacré à Frank Pé, Dodier et Makyo. C'est enfin la surprise d'un long silence de 5 ans, suivi de la reparution en 1992 du N° 6 de Champagne, avec un format plus petit (de type A5) et un contenu plus conventionnel (plusieurs interviews et quelques BD). Ce n'était pas aussi bien qu'avant mais je m'étais remis à espérer. Hélas, la revue a disparu définitivement l'année suivante, après la sortie d'un numéro N° 7-8 que je n'ai jamais vu. L'épopée avait été courte.  Sad




Pendant sa belle époque, chaque numéro présentait de belles interviews et elles étaient accompagnées d'illustrations rares et d'une bibliographie soignée. Bien qu'il ne bénéficiat pas une impression luxueuse, Champagne portait en fait bien son nom grâce à la passion qui animait son rédacteur et aussi grâce à la qualité de son contenu. Le numéro consacré à Frank Pé, par exemple, a longtemps figuré a côté des albums du dessinateur dont il partage le même format, car il constitue une véritable petite monographie. Depuis, il y a eu d'autres publications de qualité sur ce dessinateur, mais le travail de Sculati reste intelligent et intéressant. Je comprends qu'il ait aussi facilement séduit en son temps le jury d'Angoulême.

Signalons enfin quelques intéressantes BD de débutants dans ce fanzine. Ceux-ci ont d'ailleurs fait carrière par la suite, en particulier Buche et Zep (tiens .. il y aurait un sujet à faire avec les incunables de Zep ...).



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 19:04, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

JYB


vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:Quelqu'un a t-il lu A l'aise, un fanzine de Limoges dont Filippini parle en bien dans ses chroniques ?
Débordé, je n'ai pas eu le temps de répondre. Oui, je dois avoir un numéro de A l'aise chez moi, mais perdu quelque part dans mes archives ; la revue avait dû être tenue par plusieurs passionnés de Limoges et de la région comme mon ami Gilles Ratier, dont j'ai déjà parlé sur ce forum (critique de BD et secrétaire général de l'Association française des Critiques de BD).

Raymond

avatar
Admin
Si tu as le temps, un jour, de nous indiquer ce que tu sais sur A l'aise ... cela fera plaisir !  Ici, on rassemble les infos. Wink

Il y a plusieurs genres de fanzines, même s'il y a parfois un mélange des genres. Nous parlons surtout ici des revues d'études, mais la vocation des fanzines est aussi de publier les planches des dessinateurs débutants. C'était l'ambition principale d'un petit fanzine intitulé le Lynx à Tifs, qui a été créé en 1982 par Jean-Christophe Menu.  A partir du 6ème numéro, le nom de cette publication s'est raccourci pour devenir simplement Le Lynx, et cela se présentait comme une belle revue cartonnée, contenant de nombreuses BD mais aussi de longues interviews et des "news".




Deux numéros sont sortis selon ce dernier modèle. Le premier est consacré à Chaland (et c'est bien sûr un collector) et le second à Massé (ça, c'est beaucoup moins collectionné Wink ). Le ton des articles est volontiers quérulent, mais ce n'est pas surprenant maintenant que l'on connait mieux son auteur. Le fanzine suit nettement "une ligne" non conventionnelle, mais le choix des BD reste éclectique, car on y retrouve Thiriet à côté de Carali, ou Dupuy et Berberian qui succèdent à Zou (un illustre inconnu). La rubrique des news s'intitule "A toute bombe", et ce titre suggère une "ambiance trash" qui est manifestement recherchée par le rédacteur. Vous l'avez compris, le ton du "Lynx" est délibérément caustique, voir même féroce, pour ne pas dire plus.  Smile

Ce qui est intéressant, c'est d'examiner les noms du comité rédactionnel du dernier Lynx. On y trouve Jean-Christophe Menu, Stanislas, Thiriet, Matt Konture et un certain Jack Trotsky, et je pense que la plupart de ces noms vous disent quelque chose. Un an plus tard, Jean-Christophe Menu rencontrait Lewis Trondheim au colloque de Cerisy et conseillait à ce dernier à faire de la  bande dessinée. A la fin des années 80, les mêmes personnes (auxquelles s'étaient joints David B et Killofer) se rassemblaient pour créer une revue intitulée Lapin, et une structure éditoriale nommée "l'Association". C'était le départ d'une histoire à succès qui a eu peu d'équivalents dans le monde de la BD.

Fanzine relativement modeste, Le Lynx va ainsi rester dans l'histoire, puisqu'il a été le précurseur d'une des grandes aventures éditoriales de la BD francophone.



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 19:06, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 4 sur 26]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 15 ... 26  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum