Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Fanzines et revues d'étude sur la BD

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 16 ... 27  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 6 sur 27]

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Oui, je te rejoins tout à fait sur cet autre aspect de Swof sur lequel (pour ne pas trop allonger "la sauce"), j'ai volontairement fait l'impasse mais qui était tout aussi intéressant.

JYB


vieux sage
vieux sage
Treblig a écrit:Rarement, dans le cercle relativement étroit du fanzinat, j'ai rencontré un titre possédant autant d'atouts : une présentation luxueuse et aérée, un papier bouffant, des articles bien rédigés, un nombre de pages conséquent (100 ou plus), une abondante iconographie.

Et puis, comment ne pas apprécier ce fameux numéro 2 (mais oui, JYB ) qui nous faisait revisiter la célèbre série Blueberry en revenant sur l'apport de ses différents auteurs.
Il y a méprise, Treblig et Raymond : je n'ai rien critiqué contre Swof dans son ensemble, ni dans l'ensemble du numéro consacré à Blueberry. Je ne l'ai pas dit, mais je trouve ce fanzine très bien (trouvais, puisqu'il n'existe plus). Il ne me semble pas avoir critiqué non plus, ici, le dossier à charge contre Corteggiani, sauf si mon clavier a fourché. J'ai juste voulu signaler le fait (ou voulu le rappeler, pour ceux qui l'ont vécu et/ou connu) car c'est un événement particulier et rare dans l'histoire du fanzinat. A signaler que je montre la couv de ce numéro de Swof, et je cite ce dernier, dans la bibliographie sur JM Charlier, à la page "On en parle" de mon site jmcharlier.com

Treblig a écrit:comme on peut reprocher à Jean-Michel Charlier par le passé d'avoir un
peu trop "tiré sur la ficelle" en réutilisant dans plusieurs de ses
séries des procédés narratifs répétitifs.
Autre débat sans doute. Je suis conscient personnellement - et plus que d'autres peut-être, moi qui ai la prétention de bien connaître son oeuvre en entier, et qui ai en plus "l'oeil du maquignon" en étant scénariste d'aventures moi-même - de certains défauts et travers de JMC (en tant que scénariste, mais aussi en tant qu'être humain, car il avait des défauts que des proches et des partenaires m'ont signalés). Il m'est même arrivé de signaler des défauts majeurs dans certains scénarios de JMC, sur le forum Aéroplanète (voir au sujet "Jean-Michel Charlier aurait eu 80 ans le 30 octobre 2004...", mais faut chercher parce que c'est noyé dans la masse... ; je précise tout de suite que ces défauts étaient des étourderies incroyables qui font que ces scénarios n'auraient pas dû continuer, parce qu'il y avait une impasse que personne apparemment n'a vue, et en premier lieu JMC lui-même parce qu'il faisait trop de choses en même temps...).

Treblig a écrit:Le lecteur est suffisamment capable de se faire sa propre opinion sur le bien fondé ou
non de telle ou telle critique énoncée à l'encontre d'un auteur.
Dans le cas qui nous occupe (le dossier à charge contre Corteggiani en tant que scénariste de La Jeunesse de Blueb), je ne crois pas que beaucoup de lecteurs de Swof aient pu comprendre le pourquoi caché de cette charge, tel que je l'ai expliqué plus haut ; c'était la raison de mon intervention hier sur le présent forum.

Treblig a écrit:Et, par rapport à François Corteggiani, je n'oublie pas non plus, outre le
fait qu'il diffuse sur le web actuellement un excellent blog que j'ai
d'ailleurs cité plus d'une fois ces derniers temps, qu'il a publié à
compte d'auteur un album d'Eva du regretté Marin, montrant au public à
cette occasion que l'oeuvre de ce grand auteur comique ne se réduisait
pas seulement à avoir dessiné des "Bébés Disney".
Rien que pour cela, il mérite toute notre considération.
Certes, mais ceci n'a rien à voir a priori, ni de près ni de loin. Je parlais, et nous parlions, plus haut, des critiques d'un certain "Jean Cygne" (pseudo) contre les scénarios de Corté dans La jeunesse de Blueb. Il n'y a aucun rapport - en tout cas je n'en vois pas - avec le fait que Corté tient un excellent blog en effet, et qu'il ait, comme nous tous, une réelle admiration pour Claude Marin au point qu'il ait édité un album de ce dessinateur (je me souviens bien qu'un jour, Corté, lors d'une rencontre à un salon de BD sur Paris, m'avait demandé quelques tuyaux sur le métier d'éditeur et ses pièges, car il avait en vue cette édition ; je n'avais pas pu lui donner beaucoup de conseils précis, vu qu'il connaît quand même bien le milieu, et que dans le cas d'une mini-structure d'édition (comme la mienne et comme ce qui allait être la sienne apparemment), il y a un moment où chacun doit mettre les mains dans le cambouis pour arriver à sortir son album ; quand un futur éditeur a réuni tous les éléments nécessaires (dont le fric), tout ce qu'on peut lui dire, c'est : "Bon travail et tous mes voeux !").

Raymond

avatar
Admin
Continuons avec un autre grand fanzine des années 90, dont les choix semblent appartenir à une esthétique opposée de celle de Swof : il s'agit d'Auracan.



Ce fanzine belge a été fondé par Marc Carlot et il est apparu lui aussi en 1990. C'était toutefois un faux départ car il n'y a eu cette année-là qu'un numéro unique consacré à Yves Swolf. Le véritable démarrage d'Auracan se place en fait en 1993, avec un nouveau N° 1 et un rythme de publication soutenu car la revue est au départ bimensuelle. Pendant deux ans, l'équipe parvient à suivre cette fréquence, mais les numéros s'espacent dès 1996. Il ne sort cette année-là que 2 numéros, puis il en parait de nouveau 5 en 1997 avant que cela retombe à 2 en 1998. Au début 1999, le dernier numéro (le "22") sort après une longue attente, puis la revue se transforme subrepticement en site Internet, à ma grande déception.

Pendant ces 7 années de carrière, la revue a su garder une maquette invariable. Affichant une belle couverture en couleur, Auracan contenait pour la moitié des interviews d'auteurs connus, et pour l'autre moitié des BD de débutants et des pages de news. Cette formule n'était pas originale et l'intérêt du magazine provenait davantage de son orientation "classique" franco belge. A une époque dominée par les nouveaux éditeurs (comme Soleil ou Delcourt), par le manga qui semblait vouloir tout renverser ou par les "indépendants" qui prétendaient incarner l'avenir, Auracan consacrait sans complexe ses articles à des dessinateurs traditionnels comme Rosinski, Berthet, Francq, Dany, Hermann, Tome et Janry, Deliège, Graton ou Turk & de Groot.




Ce fanzine rendait ainsi hommage à la BD de notre enfance (et à ses disciples) et j'appréciais pour ma part cette optique qui, à défaut d'être originale, apparaissait idéalement complémentaire de celle de Swof, de Sapristi, de Hop ... et de quelques revues dont je parlerai plus tard.  Wink  Les 22 numéros d'Auracan s'intéressaient souvent à des dessinateurs trop ignorés comme Craenhals, Denayer, Graton ou Greg, ce dernier ayant été le sujet d'un numéro spécial très bien conçu (il s'intéressait à la carrière du dessinateur après son retour des USA).



J'étais donc un fidèle acheteur d'Auracan et, faisant partie d'une génération qui privilégie la page imprimée, j'ai mis du temps à admettre la fascination de ses animateurs pour le Web. L'informatique a malheureusement fini par "aspirer" la revue et je ne suis pas sûr, aujourd'hui, de leur avoir pardonné. Tout le monde peut maintenant lire gratuitement les interviews d'Auracan mais, allez savoir pourquoi, j'ai pour ma part tendance à les oublier. Eh oui, le journal écrit aura toujours ma préférence.    deso



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 19:28, édité 3 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Raymond a écrit:

J'étais donc un fidèle acheteur d'Auracan et, faisant partie d'une génération qui privilégie la page imprimée, j'ai mis du temps à admettre la fascination de ses animateurs pour le Web. L'informatique a malheureusement fini par "aspirer" la revue et je ne suis pas sûr, aujourd'hui, de leur avoir pardonné. Tout le monde peut maintenant lire gratuitement les interviews d'Auracan mais, allez savoir pourquoi, j'ai pour ma part tendance à les oublier. Eh oui, le journal écrit aura ma préférence. deso

Raymond, tout comme toi, j'ai ressenti une forte déception lors du "sabordage" d'Auracan dans sa version "papier" car, bien que j'apprécie le fait de pouvoir découvrir sur la "Toile" nombre d'informations sur la bande dessinée, je n'ai jamais renoncé à acheter des fanzines ou des revues dont les pages s'ouvrent plus vite que la mise en route d'un ordinateur (si rapide soit-il ).

Ce fanzine affichait un contenu rédactionnel de qualité et je conserve précieusement les treize numéros en ma possession.

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Quelqu'un a-t-il une explication quant à la signification du slogan/titre : "La BD a son Dieu-Auracan" ?

http://planbd.blogspot.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Non, mais cette expression paraissait un peu "m'as-tu-vu".

JYB


vieux sage
vieux sage
Totoche Tannenen a écrit:Quelqu'un a-t-il une explication quant à la signification du slogan/titre : "La BD a son Dieu-Auracan" ?
Voir à : http://www.auracan.com/rubriques/origines.html

Raymond

avatar
Admin
Effectivement, l'explication du mot Auracan est assez énigmatique, pour ne pas dire fumeuse.

Si j'ai bien compris, les "Auracans" seraient un peuple pré-colombien, toltèque ou olmèque (ce n'est pas très clair) qui vivaient dans le territoire de l'actuel Mexique.  Il est toutefois difficile d'en trouver des traces dans la littérature historique (il est vrai que je n'ai pas vraiment cherché). Toute cette histoire des découvertes du professeur E. E. Harwicks me semble en revanche appartenir à la plus pure fantaisie.

Le texte dont JYB nous a donné le lien a été publié d'une manière plus développée dans le N°1 de Auracan qui date de 1990. Je parle bien entendu de ce journal-là.




Et voici le texte original qui y a été publié. Les illustrations qui l'accompagnent font bien sûr penser à une gentille plaisanterie.  study

http://img97.imageshack.us/img97/1449/auracanhist.jpg



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 19:29, édité 2 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

JYB


vieux sage
vieux sage
Oui, c'est sûrement du pipeau ! Le nom Iquos, la ville citée dans le texte, prétendument "proche des sources de l'Amazone", ressemble à Iquitos (ville fluviale qui existe bien). Quant aux Olmèques, ils se situaient loin de cette zone du Pérou... Le professeur Harwicks est par ailleurs inconnu au bataillon. Quant au mot Auracan, j'ai eu beau chercher dans mes nombreux dictionnaires, pour certains pointus : rien non plus...

Raymond

avatar
Admin
Puisque nous sommes dans le forum d'Alix, il vaut la peine de rappeler la mésaventure survenue à Auracan lorsque ce fanzine a interviewé Jacques Martin, dans son N° 18. Cet événement avait à l'époque été rapporté par ActuaBD.

Jacques Martin est en effet le co-auteur (avec Bob de Moor) d'une fausse planche de Tintin complètement originale. Cette BD a été reproduite dans diverses monographies et Auracan avait eu l'imprudence de la publier également. Le fanzine a préféré coller une feuille orange sur les dessins reproduisant le personnage d'Hergé plutôt que de payer "les droits d'auteur" que Moulinsart lui réclamait.

Jacques Martin, de son côté, a toujours gardé jalousement cette planche dans un coffre, en refusant de la vendre aux ayants droit d'Hergé. De temps en temps, il la ressortait pour la montrer, comme par exemple ici, lorsque cette photo a été prise en 2007. Smile


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Totoche Tannenen

avatar
grand maître
grand maître
Je sais bien que les Araucans (et non Auracans) est l'autre nom utilisé pour désigner les Mapuches (indiens du Chili et de l'Argentine), mais je ne vois pas le rapport avec la choucroute, ni avec la bande dessinée !

http://planbd.blogspot.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Raymond a écrit:

Jacques Martin est en effet le co-auteur (avec Bob de Moor) d'une fausse planche de Tintin complètement originale.

La toute première fois que je vis la reproduction de cette planche ce fut en 1975 à la page 66 de la première édition du livre de Numa Sadoul "Tintin et moi, entretiens avec Hergé" (édité par Casterman)

Raymond

avatar
Admin
Pour ma part, je l'avais tout simplement découverte dans l'Illustré en 1965. J'étais alors convaincu que cette planche faisait partie de l'aventure à venir de Tintin et j'ai été très intrigué de ne pas la retrouver ensuite en lisant Vol 714 pour Sidney. Je n'ai eu l'explication qu'une dizaine d'années plus tard. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Totoche Tannenen a écrit:Je sais bien que les Araucans (et non Auracans) est l'autre nom utilisé pour désigner les Mapuches (indiens du Chili et de l'Argentine), mais je ne vois pas le rapport avec la choucroute, ni avec la bande dessinée !
Mmm, voyons ... study

La choucroute ? Auracan étant un fanzine belge, on n'est pas très loin du pays des mangeurs de choucroute. Wink

La bande dessinée ? Eh bien, les Auracans utilisant des pictogrammes en guise d'écriture, le rapprochement devient évident !! Smile


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Le troisième fanzine important des années 90, c'est à mon avis Rêve-en-bulles (ou ReB).



Fondé en 1991 et dirigé par Benoit Houbart, ce fanzine belge a connu 15 numéros jusqu'en 1997. Je l'ai découvert assez tardivement (au N° 11) et ma connaissance de cette revue est donc assez incomplète. La mise en page n'offrait pas de caractéristique frappante mais on remarquait d'emblée la richesse de son contenu.  Privilégiant l'interview des auteurs et les analyses, ReB présentait environ 60 pages de textes à la présentation agréable, et assorties du minimum d'images nécessaires pour une revue consacrée à la BD. Relevons que l'on n'y trouvait pas de texte de remplissage à l'intérêt douteux ni de planches d'amateurs éditées de façon complaisante. Dans ReB, tout était sérieux et intéressant.

La seule originalité dans la maquette de ReB était une deuxième publication imprimée sur papier beige et encartée à l'intérieur du journal. Elle s'intitulait BD Flash et offrait un panorama très bien fait de l'actualité sur le monde de la BD. Contenant aussi bien des "brèves" que des critiques d'albums, une revue des fanzines, des flashs d'actualité et des nouvelles pour les collectionneurs, ce simple supplément se caractérisait par son bon goût et surtout par la finesse de ses jugements. Il m'est arrivé quelques fois d'acheter une BD "pour voir", après avoir lu leurs critiques et je n'ai jamais eu l'impression d'avoir été trahi par un texte de complaisance.




Si ReB choisissait généralement des auteurs confirmés pour ses interviews et ses articles de fond, sa revue d'actualité et ses chroniques d'albums accordaient aussi une large part aux dessinateurs contemporains et aux indépendants. Les choix éclectiques de ses rédacteurs n'étaient pas le moindre des charmes de ce fanzine qui remplissait avec pertinence son rôle d'explorateur. J'appréciais dans ReB cette volonté d'équilibre, de même que son regard à l'affut des nouveautés essentielles.

En juillet 1997, le N° 15 se terminait malheureusement par un texte d'adieu.  Les rédacteurs remerciaient tous les contributeurs et avouaient leur sensation de fatigue après 6 ans de fanzinat. Cette ultime publication, consacrée à Yann et à Lax, terminait sans faire de faute une belle aventure éditoriale, mais elle laissait tout de même à ses lecteurs quelques regrets.

Aujourd'hui, ce fanzine est un peu oublié mais, bien que son influence n'ait pas été considérable, je le considère toujours comme une des meilleures revues d'études sur la BD de son époque.



Dernière édition par Raymond le Sam 15 Nov - 11:35, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Swof, Auracan et Rêve-en-Bulle étaient des fanzines traditionnels, mais les années 90 ont vu apparaître de nombreuses revues d'un style différent, à la présentation plus luxueuse et parfois plus proches du "comic book".

C'est le cas par exemple du petit journal "Le Lézard". Proche du fanzine par l'esprit et le contenu, il s'en distingue d'abord par sa maquette d'allure très professionnelle. Edité sur du papier de qualité et présentant des textes assez proches de la littérature, cette revue a connu 12 numéros de 1989 à 1996. Elle était dirigée par Joël Bernardis.



Le N° 3, dont vous voyez la couverture ci-dessus, contient une longue interview de Solé, une des toutes premières BD de Lewis Trondheim et une critique de livre. Tout cela semble au départ assez traditionnel, mais on découvre à côté de cela plusieurs textes illustrés de Moynot, Baraou/Bougeaut ou de Dartois/Chaubin qui intriguent et séduisent le regard. Le Lézard avait des goûts d'avant garde et ses rédacteurs étaient ambitieux.



Dans le N° 12 ci-dessus, un petit dossier sur la mode de l'autobiographie (très répandue chez les indépendants dans les années 90), un texte illustré de Miko et diverses BD de Jean-Pierre Duffour, Aristophane ou Parrondo. Bref, on y retrouve une revue très élitaire, avec des BD énigmatiques et souvent intéressantes.

Je connais mal les autres numéros de cette revue qui était assez mal distribuée en Suisse. Certains d'entre eux, comme le  "Moebius vs Trondheim" devaient être assez intéressants, mais je n'ai pas pu le vérifier. J'imagine que ce petit journal va peu à peu devenir un collector. Vous pourrez découvrir une liste presque complète des couvertures de ce fanzine sur BDGest, et il m'est difficile d'en dire plus.  Cool



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 19:37, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
La caractéristique d'un fanzine est bien souvent de refléter la mentalité d'une époque. C'est la première idée qui vient à l'esprit en reprenant certains numéros de Jade, une revue fondée en 1991 par les éditions "6 Pieds sous Terre".



Consacré aux BD "indépendantes" et suivant cette ligne esthétique de manière très radicale, Jade a connu trois époques. En premier, il y a un fanzine qui sort 10 numéros de 1991 à 1995, et j'avoue ne les avoir jamais vus. Remarquons que sa qualité lui a valu de recevoir l'Alph'art du fanzine à Angoulême en 1994. En 1995, Jade redémarre avec un N°1 et une maquette un peu améliorée, et la revue est alors distribuée en kiosque. C'est ce que l'on pourrait considérer comme sa période classique, ou en tout cas la plus connue. Elle s'étend de 1995 à 2003 avec 26 numéros. Enfin, après une période de silence, Jade réapparait sous le format d'un album broché dont la dimension est plus petite. Ces recueils sont diffusés normalement en librairie  comme des albums.



Dans ses deux premières versions, Jade est une revue très variée et elle publie des articles et interviews concernant aussi bien la BD que la musique ou le cinéma. La BD y occupe cependant une place centrale car le magazine propose de nombreuses créations de dessinateurs indépendants. Relevons que certains d'entre eux sont aujourd'hui bien connus  comme Guillaume Bouzard, Winshluss ou Colonel Moutarde. Signalons aussi que Jade est la seule revue qui ait publié la version originale de Cloaques (de Yann et Conrad) et, rien que pour cela, ce fanzine mérite tout notre respect.

La véritable passion de Jade était donc la bande dessinée et la 3ème série (entièrement vouée au 9ème Art) l'a confirmé. L'éditeur "6 Pieds sous Terre" a bien sûr publié depuis de nombreux albums et un site Web permet de découvrir son catalogue ainsi que l'historique du journal (dont certains numéros sont toujours à vendre).

Très proche de l'Association et des éditions Cornelius, Jade a réalisé de nombreuses interviews de leurs auteurs, et cela représente aujourd'hui de précieux documents. C'est par ailleurs dans cette revue que j'ai pu découvrir pour la première fois "les associés" en personne, grâce à une interview collective (dans le N° 16 si je ne me trompe). Aussi, même si Jade s'est intéressé à la publication de BD plutôt qu'aux critiques, elle a gagné une belle place parmi les revues d'étude des années 90 qui gardent une certaine importance.  Wink



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 19:41, édité 2 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Puisque nous en sommes aux années 1990, j'espère que "Les Cahiers Pressibus" seront évoqués.

Raymond

avatar
Admin
Parlons-en tout de suite ! Smile

Précisons d'abord que je connais les Cahiers Pressibus uniquement de réputation. Eh oui, ce n'était pas une revue que l'on trouvait en librairie (du moins pas en Suisse) et je n'en ai jamais vu un seul numéro. deso

J'ai cependant une idée assez précise de l'activité d'Alain Beyrand, le fondateur de ce fanzine qui rédigeait de nombreuses notices dans Hop. Elles étaient invariablement consacrées aux strips peu connus publiés par les quotidiens français des années 50 et 60. Auteur d'une volumineuse encyclopédie sur les BD de la grande presse, intitulée "De Lariflette à Janique Aimée", Beyrand reste encore aujourd'hui le spécialiste absolu dans ce domaine.

Les Cahiers Pressibus ont été fondés en 1990 et ils ont connus 8 numéros au cours de cette décennie. Une liste des sujets abordés par la revue est détaillée dans le site Web de Pressibus que vous pourrez trouver ICI. On y remarque une prédilection pour la BD publiée par la grande presse, avec des dossiers et des rééditions de séries injustement méconnue comme "Pilot Storm" de Henk Sprenger. Je note que le N° 7 contient aussi (gasp !) la réédition d'un incunable d'Uderzo, Shocked à savoir Sa majesté mon mari, une série d'illustrations publiées dans Bonnes Soirées.

Les Cahiers Pressibus semblent donc être un fanzine très intéressant, qui explore une face peu connue du monde de la BD. Je ne sais pas si l'ami Treblig en possède quelques numéros, ce qui lui permettrait d'en dire un peu plus? Wink



_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Effectivement, avec la publication de ces passionnants fascicules, Alain Beyrand (au fait, quelqu'un sait-il ce qu'il est devenu depuis ?) nous a offert des documents de premier choix sur ce pan important de l'Histoire de Neuvième Art, la Bd de Presse, où les auteurs les plus connus ont affûté leurs crayons et démontré déjà à cette période un talent plus que prometteur.

J'ai la chance de posséder 6 numéros sur les 8 publiés.

Quelques faits marquants à retenir :

- dans le n° 5, les lecteurs bénéficièrent d'une mise à jour de l'indispensable "Catalogue encyclopédique des bandes horizontales françaises dans la presse adulte de 1946 à 1975 ("de lariflette à janique aimée") publié par l'auteur lors du festival d'Angoulème en 1995.

- dans le n° 6, Alain Beyrand et Thierry Martens se livrèrent à une joute épistolaire captivante intitulée "Centenaristes et Töpfferiens, le débat"

- le dernier numéro publié, le 8, fit la part belle à cet autre fleuron de la presse "Dupuis", l'hebdomadaire féminin "Bonnes Soirées".

J'ai découvert à cette occasion que l'éditeur de Marcinelle avait créé spécialement dans ce magazine pour ses lectrices des récits complets, présentés sous le titre général de "l'Histoire vivante" ( dans la droite ligne des "Oncle Paul" parus dans le journal Spirou).

Ces histoires furent dessinés principalement par Gérald Forton, Kendy (alias Fred Funcken ), Hubinon, Uderzo, Paape, Parras, Pierre Dupuis, etc...

Une mine d'informations et d'illustrations de premier ordre à conserver précieusement.




(n'hésitez pas à cliquer sur les images pour agrandir ces couvertures)

JYB


vieux sage
vieux sage
Treblig a écrit:J'ai découvert à cette occasion que l'éditeur de Marcinelle avait créé spécialement dans ce magazine pour ses lectrices des récits complets, présentés sous le titre général de "l'Histoire vivante" ( dans la droite ligne des "Oncle Paul" parus dans le journal Spirou).
Ces histoires furent dessinés principalement par Gérald Forton, Kendy (alias Fred Funcken ), Hubinon, Uderzo, Paape, Parras, Pierre Dupuis, etc...
Concernant ces récits authentiques, voir une planche faite par Gerald Forton (sur scénario de JM Charlier) sur mon site, à ce lien : http://www.jmcharlier.com/recits.php#bonnessoirees
Le prochain album de Kim Devil publié par l'éditeur Sangam devrait présenter l'intégralité de cette BD.
Je possède aussi un autre numéro de Bonnes Soirées avec un récit de JM Charlier sur Mermoz, illustré par Hubinon au lavis (et ces illustrations par Hubinon sont assez formidables d'ailleurs).

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Dans ce numéro des Cahier Pressibus consacré à "Bonnes Soirées", on apprend également que fut publié aussi à l'intention des lectrices un certain nombre de "romans dessinés" adaptés par Gérald Forton.

A titre d'exemple, voici une superbe page extraite de ce numéro 8.

http://i34.servimg.com/u/f34/13/64/65/00/bs810.jpg

Raymond

avatar
Admin
Merci Treblig pour ces précisions !  pouce

Parlons d'un autre fanzine dont je n'ai pas un seul numéro et qui mérite pourtant d'être mentionné : il s'agit de Critix.



Fondé par Evariste Blanchet en 1993, Critix avait l'ambition d'être une véritable revue d'étude. Il se distinguait ainsi de la plupart des journaux qui se contentaient de brèves ou d'interviews, et frappait par sa présentation modeste, son petit format et sa mise en page très sobre (de simples pages photocopiées en fait, comme à la belle époque des fanzines). Pourtant ... il faut bien l'avouer ... je ne me suis pas vraiment intéressé à Critix à l'époque où on le trouvait encore en librairie. Je n'étais tout simplement pas attiré par ce fanzine qui contenait peu d'images et qui paraissait ... sérieux, sérieux, et encore sérieux.

J'ai feuilleté plusieurs fois cette revue en librairie et le contenu m'a paru très très ... théorique. Selon mes souvenirs, il n'y avait pas d'interviews ni de critique d'album, mais plutôt des analyses sévères portant sur la politique, l'analyse structurale ou la méta-critique. Il y avait bien sûr d'excellent journalistes mais tout cela était vraiment sérieux, sérieux, sérieux ... Bref, je suis complètement passé à côté (pardon, Evariste!).

En lisant le BDM, j'apprends qu'il y a eu deux séries successives de ce fanzine avant sa disparition définitive (en 2002). Evariste Blanchet a continué ensuite à écrire de remarquables articles dans diverses revues, comme par exemple Hop où j'ai apprécié sa belle analyse sur Raymond Reding. En 2006, une nouvelle publication intitulée Bananas est apparue, toujours aussi sérieuse et élitaire d'ailleurs, mais elle n'a pas dépassé le N° 2 (je n'ai pas acheté non plus, désolé Evariste). On peut en savoir un peu plus en allant sur le site Web du même nom (ICI), où l'on trouve d'ailleurs toujours quelques numéros de Critix à vendre.  Wink



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 19:45, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Moi non plus, je n'ai jamais acheté Critix.  

Par contre, j'ai acheté les deux numéros de Bananas : en effet, dans le n° 1, Evariste Blanchet y publiait une réédition d'un épisode du "Pépito" de Bottaro et, dans le numéro 2, un court récit d'une autre série du dessinateur italien, "Le Roi de Pique" (à noter aussi la retranscription d'un ancien entretien avec Jean-Claude Forest).



Mais, en 1995, Bananas connut une vie antérieure (courte également   ) sous la forme d'une revue trimestrielle publiant des récits complets, comme Steve Canyon de Milton Caniff ou l'Agent secret X9 (version Mel Graff).

Raymond

avatar
Admin
Dans les années 90, il y avait différents genres de fanzines. J'ai déjà parlé de quelques publications classiques (comme Swof) qui se limitaient à la critique des oeuvres et aux interviews d'auteurs, ou des journaux qui privilégiaient la prépublication de nouvelles BD (comme Jade), mais il ne faut pas oublier une troisième catégorie de revues : celles qui s'intéressent préférentiellement à l'actualité. Auracan faisait partie de ce genre de fanzine, et cela a également été le cas de BDScope.




Fondé en 1993 par l'agence Bédéscope (probablement une émanation de l'éditeur du même nom), cette revue a connu plusieurs formats au cours de sa brève vie (14 numéros jusqu'en 1998). On ne la trouvait que dans les librairies spécialisées et elle paraissait plus proche du professionalisme que du fanzinat, grâce à une excellente maquette, une bonne impression des photos et des images, et la qualité de certains articles. Elle était dirigée par Christophe Quillien et se distinguait par son excellente équipe rédactionnelle, certains des collaborateurs restant d'ailleurs assez connus aujourd'hui (comme Olivier Maltret, Vincent Bernière ou Christian Marmonnier). Ces talents multiples permettaient à BD Scope de faire des choix éclectiques et de garder un ton à la fois pointu (dans ses critiques) et populaire (en présentant de petits dossiers sur des auteurs connus).

Bien que ce fanzine soit peu réputé, BD Scope avait un contenu très équilibré et reste aujourd'hui un journal agréable à lire. Le N° 7-8, dont nous voyez ici la couverture, fait 72 pages et présente deux petits dossiers sur Gotlib (8 pages) et Loustal (idem). Il y a par ailleurs de nombreux articles plus courts (parfois un peu trop) consacrés à des auteurs comme Van Hamme, Rabaté, Sera ou Topor, ainsi que de nombreuses pages de news. Il y a enfin des critiques d'albums, souvent assez justes et qui balaient un domaine d'intérêts assez large. Bref, un journal sans recherche originale, mais qui réussit à trouver une orientation généraliste et équilibrée.

Je possède deux autres numéros de cette revue dont la qualité était assez constante. Ils présentent des dossiers sur Chauzy (un choix assez original) ou sur Moebius (ça, ça l'est beaucoup moins  Wink  ) ainsi que des présentations de Dupuy et Berberian (en 1997, c'était presque de l'inédit) ou Willem (un classique un peu oublié). Le choix des sujets était donc intelligent et apte à satisfaire divers goûts. Les présentations ne visaient pas à l'exhaustivité et se distinguaient plutôt par la variété des points de vue et la solidité des jugements.

Bref, BD Scope était une excellente revue dont la qualité est restée sous-estimée. Il est difficile d'expliquer son relatif manque de succès.



Dernière édition par Raymond le Jeu 20 Nov - 19:46, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 6 sur 27]

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 16 ... 27  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum