Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Références et monographies d'auteurs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Aller en bas  Message [Page 9 sur 9]

petercriss

petercriss
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Mon deuxième coup de coeur , c'est la toute nouvelle série proposait par le couple Beka au scénario et David ETIEN aux dessins : CHAMPIGNAC .
Références et monographies d'auteurs - Page 9 Images11
Références et monographies d'auteurs - Page 9 Btb10-10

Et oui , un personnage bien connu dans le journal qui a fait son apparition en 1950 sous le génie de Franquin dans les aventures de Spirou et Fantasio. Ami récurant pour nos deux héros , il apparait encore aujourd'hui dans leurs aventures.
Cette nouvelle équipe a imaginé la vie de ce Comte scientifique avant sa rencontre de Spirou dans "Il y a un sorcier à Champignac".

Références et monographies d'auteurs - Page 9 97828016
Références et monographies d'auteurs - Page 9 Unname11


Cela à donner un premier tome : ENIGMA .
L 'histoire se situant durant le début de la second guerre mondiale , les autorité Anglais font appel à tous les têtes pensantes afin de craquer les codes de la communication Allemande.
Tiré du travail d'Alan Turing que l 'on peut retrouver dans l 'excellent film "Imitation game", cette aventure nous fait découvrir une nouvelle facette du personnage sous un dessin magnifiquement réalisé par ETEIN.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 10345010

Pour info , le tome 2 va prochainement être prépublié dans le journal (2 décembre 2020).
Don voici la couverture de l 'album prévu en Février 2021.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 12210910


Bourreau de travail , David ETEIN mène de front 3 série en même temps :
La reprise de "la quête de l 'oiseau du temps " toujours scénario par Le Tendre et "les quatre de Baker street" .
Quand au couple Beka , ils viennent de s'illustrer avec l 'ami MUNUERA sur le Nouveau Tuniques Bleues.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Fer_co10

Raymond

Raymond
Admin
Merci d'apporter dans cette discussion le point de vue d'un fidèle lecteur du journal Spirou, ce que je ne suis plus depuis longtemps !  pouce

Mathieu Reynès était le scénariste de Valérie Vernay sur "la Mémoire de l'Eau" et ... on reste donc en pays de connaissance.  Wink  Je ne connais pas du tout "Harmony" et il faudrait que j'essaie de trouver ces albums à la Bibliothèque Municipale de Lausanne. J'avoue  me méfier un petit peu des histoires super-héros, mais je ne demande qu'à élargir un peu plus la variété de mes goûts.   Cool  

Pour "Champignac", c'est un album que j'ai beaucoup apprécié en 2019 (il a d'ailleurs été très remarqué par les critiques) mais je n'étais pas sûr que ce soit vraiment une série. Si le tome 2 va bientôt sortir, Champignac devient alors une possible future vedette du journal. Je note qu'on y retrouve une fois de plus les "Beka" qui ont scénarisé plusieurs excellentes BD ces dernières années, et qui sont désormais des auteurs à suivre.

Spirou n'est pas mort !  Very Happy


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

petercriss

petercriss
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Raymond a écrit:Merci d'apporter dans cette discussion le point de vue d'un fidèle lecteur du journal Spirou, ce que je ne suis plus depuis longtemps !  pouce

Mathieu Reynès était le scénariste de Valérie Vernay sur "la Mémoire de l'Eau" et ... on reste donc en pays de connaissance.  Wink  Je ne connais pas du tout "Harmony" et il faudrait que j'essaie de trouver ces albums à la Bibliothèque Municipale de Lausanne. J'avoue  me méfier un petit peu des histoires super-héros, mais je ne demande qu'à élargir un peu plus la variété de mes goûts.   Cool  

Pour "Champignac", c'est un album que j'ai beaucoup apprécié en 2019 (il a d'ailleurs été très remarqué par les critiques) mais je n'étais pas sûr que ce soit vraiment une série. Si le tome 2 va bientôt sortir, Champignac devient alors une possible future vedette du journal. Je note qu'on y retrouve une fois de plus les "Beka" qui ont scénarisé plusieurs excellentes BD ces dernières années, et qui sont désormais des auteurs à suivre.

Spirou n'est pas mort !  Very Happy

Oui effectivement Mathieu Reynes assure le scénario des albums de Valéry Vernay et réciproquement Valéry Vernay assure les couleurs sur Harmony .
Tu peux y aller sans problème , on est loin des super héros à capuche . C 'est beaucoup plus subtile .

C 'est par l 'annonce du tome 2 sur le N° double de Noël qui me fait dire sans l 'ombre d 'un doute que l 'on part sur une série qui fera date dans l 'histoire du journal .

Raymond

Raymond
Admin
Si un deuxième album de Champignac est publié, je l'achèterai très certainement ! Mais venons en au Journal Pilote, un hebdomadaire (puis un mensuel) qui a disparu depuis longtemps mais qui reste une véritable légende pour les bédéphiles de ma génération.

Et commençons d'emblée avec le grand maître d’œuvre de Pilote, qui fût aussi un des fondateurs du journal. Je parle bien sûr de René Goscinny !

Il est difficile de résumer son immense carrière en quelques mots, car il n'a pas été qu'un simple scénariste. Goscinny était un homme complexe, à l'intelligence vive et aux souffrances cachées, qui voyait loin et qui a souvent été un précurseur. Certes, il était d'abord un humoriste et un inlassable créateur de gag, un genre qu'il maîtrisait d'ailleurs sous toutes ses formes (comique de situation, jeux de mots, parodies, comédies de caractère, humour jouant sur l’absurde ou satire sociale). Il n'avait en fait pas besoin d'être méchant pour être drôle et le rire naissait d'une incroyable accumulation d'idées, de traits d'humour et de plaisanteries de toutes sortes. Le "phénomène Astérix" s'expliquait simplement ainsi, par la gaité permanente des récits et par l'incroyable inventivité du scénariste qui produisait de nouveaux gags à chaque image.

Mais la carrière de Goscinny est allée au delà du formidable triomphe d'Astérix. Il a été un caricaturiste inspiré, un écrivain de talent, un rédacteur en chef avisé, un audacieux créateur de dessins animés et surtout un véritable visionnaire de la bande dessinée. C'est en effet lui qui a lancé dans le journal Pilote une nouvelle vague de dessinateurs qui avaient un ton et un style différent, comme Cabu, Gotlib, Fred, Reiser, Mézières et Christin, Claire Bretécher, Druillet, Bilal, Tardi, Forest et j'en passe. Avec eux, Pilote fût certainement le meilleur journal de BD du monde au début des années 70, grâce aux choix clairvoyants et audacieux de Goscinny.

Au fil des années, une abondante littérature biographique et analytique a été consacré à ce créateur multiforme et le choix des bonnes références n'est donc pas facile. Il existe à mon avis au moins une demi-douzaine d'ouvrages de premier choix, sans compter le reste ... qui est souvent intéressant aussi.

Remarquons que je n'ai pas trouvé de belle monographie complète et récente qui s'impose en tête du peloton. C'est en partie lié au fait qu'il existe peu d'ouvrages contenant une bonne bibliographie. Il y a en revanche plusieurs livres qui parcourent agréablement la carrière de Goscinny en montrant beaucoup d'illustrations. Dans ce genre, il est tentant de proposer le livre des Editions du Chêne intitulé Goscinny et écrit par Caroline Guillot, qui résume sa vie et sa carrière. Je l'ai dédaigné au moment de sa parution parce que je possédais d'autre ouvrages plus pointus, mais il intéressera tout ceux qui n'ont rien sur Goscinny car il propose une bonne synthèse et contient beaucoup d'illustrations. Remarquons que ce gros bouquin a été publié en 2005 et qu'on le trouve encore facilement sur le Web.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin15

Parmi les références de premier choix, il faut bien sûr aussi un livre qui recueille les déclarations du célèbre scénariste. C'est la base et à mon avis, le Dossier Goscinny du DBD N° 16 s'impose nettement dans ce domaine, car il fait une intéressante synthèse d'une vingtaine d'interviews, publiées à diverses époques et dans divers journaux. Ce DBD contient par ailleurs une des rares bibliographies de l'auteur (concentrée surtout sur la publication de bandes dessinées) et c'est donc un ouvrage intéressant à plusieurs titres.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin17

Par rapport à l’œuvre abondante de Goscinny, il existe un bel album chez Dargaud écrit par Guy Vidal, Anne Goscinny et Patrick Gaumer, qui présente d'une façon détaillée toutes les BD qu'il a scénarisées et dessinées depuis ses débuts. Ce livre s'intitule René Goscinny - profession humoriste et il contient également une bonne biographie d'une cinquantaine de pages (richement illustrée). Je le considère aussi comme une référence premier choix, même s'il est paru en 1997 et qu'il est probablement épuisé. Cet album reste cependant facilement disponible sur le Web !   Cool

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin19

Goscinny a débuté sa carrière artistique comme dessinateur et cette facette de son œuvre est passablement méconnue. Heureusement, Aymar du Châtenet et Christian Marmonnier ont publié en 2005 un splendide recueil de 300 pages, qui contient des caricatures et des dessins de toutes sortes ainsi que quelques BD plus ou moins connues. Cela s'intitule simplement René Goscinny et on y découvre avec étonnement les talents graphiques du père d'Astérix, que l'on a tendance habituellement à sous-estimer. Cet ouvrage offre ainsi une meilleure perspective sur l'ensemble de son œuvre et c'est bien sûr un autre livre indispensable, qui pour une fois ne rabâche pas toujours les mêmes choses. Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin20

Une autre façon de découvrir un auteur, c'est tout simplement de donner la parole à ses collègues. C'est ce qu'a réalisé José-Louis Bocquet en 2007 avec son recueil  Goscinny et moi et ce regard original (et kaléidoscopique) sur le père d'Astérix et du Petit Nicolas met en relief plusieurs facettes méconnues de sa personne. Ce livre est aussi un indispensable, à mon avis, ne serait-ce que pour mieux comprendre les avis contrastés que l'on a pu lire (et entendre) ici ou là sur Gsocinny.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin22

Et à côté de tous ces recueils "factuels", il ne faut pas oublier bien sûr la dimension critique. Le matériel est un peu moins abondant mais il existe tout de même d'excellents ouvrages sur ce sujet. Un des plus élémentaires (et des plus agréables à contempler) est probablement le récent catalogue d'exposition intitulé René Goscinny Au-delà du rire. Accompagnant la belle présentation qui avait été exposée en 2017 au Musée d''Art et d'Histoire du Judaisme, à Paris, ce gros bouquin contient quelques textes intéressants qui ébauchent une réflexion sur l'enfance et la famille de l'auteur, sur sa judéité, sur son rôle précurseur, sur son talent de raconteur d'histoires, sur la complexité qui se cache derrière son génie comique et sur l'héritage artistique qu'il nous laisse. C'est le genre de livre que l'on a du plaisir à relire ou à revoir et j'oserai le placer lui aussi dans la catégorie des "indispensables".

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin23

Après tous ces ouvrages "indispensables", si j'ose dire, je mentionnerai encore quelques fascicules intéressants. En premier, je retiendrai le très beau numéro hors série du journal Lire qui s'intitule La vie secrète de Goscinny. Clairement conçu comme un complément à la nombreuse littérature qui existait déjà, ce journal propose des interviews inédites, des œuvres peu connues, des analyses originales et quelques images rares. Nullement indispensable, il offre un contenu varié, original et agréable à lire. Il est donc fait pour plaire aux admirateurs de Goscinny et ceux-ci auraient bien tort de s'en priver.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin24

J'y ajouterai également un autre document dont l'intérêt est plutôt historique, qui est le Cahier de la BD N° 22. Entièrement consacrée à Goscinny et datant de 1973, cette petite monographie a été publiée dans un contexte bien particulier, à une époque où il était de bon ton de dénigrer le scénariste d'Astérix. Une partie du public trouvait en effet que ses BD des années 70 n'étaient plus aussi drôles qu'avant, tandis que certains dessinateurs de Pilote le présentaient volontiers comme un dictateur. Ce numéro des "Cahiers" permettait donc à Goscinny de corriger les racontars et il en a résulté un bel entretien, riche en remarques saillantes et en précisions incontestables. Les articles analytiques sont sinon plutôt basiques, tandis que la bibliographie reste tout à fait d'actualité pour la partie BD, et ce journal n'est au fond pas indispensable mais ... il témoigne bien de son époque. Petite anecdote amusante : lors de cette fameuse interview "historique" (qui reste aujourd'hui la référence de base), Numa Sadoul et Jacques Glénat avaient oublié de contrôler le fonctionnement de leur magnétophone, et ce n'est qu'en rentrant à Grenoble qu'ils se sont rendus compte que rien n'avait été enregistré. Comme ils étaient vraiment dans la mouise, Glénat et Sadoul ont reconstitué l'entretien (en particulier les réponses de Goscinny) en fonction de leurs souvenirs tout récents et ils ont mis tout cela par écrit. Ils ont ensuite envoyé le texte à Goscinny (en le prévenant je crois de ce qui s'était passé) et ce dernier a tout validé sans faire la moindre correction. L'auteur d'Astérix était parfois un grand monsieur.   Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin25

Et j'en resterai là ! Il y a encore d'autres ouvrages qui sont intéressants, mais je vous laisse le soin d'éventuellement les proposer.   Wink


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Godot

Godot
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Je me rends compte que je ne suis pas à jour avec les livres consacrés à Goscinny

Raymond a écrit:

[...]

Une autre façon de découvrir un auteur, c'est tout simplement de donner la parole à ses collègues. C'est ce qu'a réalisé José-Louis Bocquet en 2007 avec son recueil  Goscinny et moi et ce regard original (et kaléidoscopique) sur le père d'Astérix et du Petit Nicolas met en relief plusieurs facettes méconnues de sa personne. Ce livre est aussi un indispensable, à mon avis, ne serait-ce que pour mieux comprendre les avis contrastés que l'on a pu lire (et entendre) ici ou là sur Gsocinny.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin22

[...]


Qui sont ses collègues qui témoignent dans ce livre?

Le livre date de 2007. Est-ce que "les interviews" de ces collègues sont réalisés au courants de l'années 2000, ou est-ce que Bocquet a rassemblé des interviews depuis la création de Pilote (donc depuis les années 60 jusqu'à 2007)?

Raymond a écrit:

[...]

Et à côté de tous ces recueils "factuels", il ne faut pas oublier bien sûr la dimension critique. Le matériel est un peu moins abondant mais il existe tout de même d'excellents ouvrages sur ce sujet. Un des plus élémentaires (et des plus agréables à contempler) est probablement le récent catalogue d'exposition intitulé René Goscinny Au-delà du rire. Accompagnant la belle présentation qui avait été exposée en 2017 au Musée d''Art et d'Histoire du Judaisme, à Paris, ce gros bouquin contient quelques textes intéressants qui ébauchent une réflexion sur l'enfance et la famille de l'auteur, sur sa judéité, sur son rôle précurseur, sur son talent de raconteur d'histoires, sur la complexité qui se cache derrière son génie comique et sur l'héritage artistique qu'il nous laisse. C'est le genre de livre que l'on a du plaisir à relire ou à revoir et j'oserai le placer lui aussi dans la catégorie des "indispensables".

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Goscin23


Qui sont les personnes qui ont écrits ces textes sur son enfance?

Raymond

Raymond
Admin
Alors, je réponds d'abord pour Goscinny et moi !

Bocquet voulait au départ écrire une monographie sur Goscinny et il a commencé à interviewer ses proches et ses collaborateurs au début des années 90. Trente personnes ont été interviewées, provenant de la famille de Goscinny (son frère, sa fille), de ses proches collaborateurs (Uderzo, Morris, Sempé, Tabary), de ses vieux amis des années 50 (Graton, Attanasio, Delporte), des dessinateurs de Pilote (environ une quinzaine dont Gotlib, Mandryka, Giraud, Druillet, Tardi, Cab, Fred, Mézières, Billal etc ..) et d'amis divers (Pierre Tchernia, Guy Vidal). Chaque témoin est présenté par un assez long texte qui résume la carrière et chacun d'entre eux témoigne évidemment à sa propre manière. Il en résulte un livre très polyphonique, et très riche en informations de première main.

La monographie sur Goscinny n'a finalement pas été faite, car Bocquet a collaboré à la fin des années 90 à la biographie écrite par Marie-Ange Guillaume. Il lui restait donc un énorme matériel inédit (des entretiens qui se sont déroulés entre 1996 et 2006) et tout ceci a été mis par écrit entre 2006 et 2007. Trente interviews, trente chapitre chaque fois précédés d'une petite intro et d'un dessin. C'est du matériel de première main et c'est passionnant à lire.

Pour René Goscinny Au-delà du rire, il s'agit donc d'un catalogue et il y a évidemment beaucoup d'images, mais le livre est divisé en chapitres (tout comme l'expo que j'ai vue à l'époque) qui s'ouvrent avec de longs et intelligents commentaires. Le chapitre sur les origines et l'enfance de Goscinny a été écrit par Natalia Krynicka et Gilles Rosier.

Voilà !  Wink


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin
Autre cofondateur de Pilote, Albert Uderzo fût l'ami pendant 25 ans de René Goscinny, qu'il l'accompagna aussi bien pendant les années de succès que les périodes de galère. Et pendant assez longtemps, il resta relativement sous-estimé par une partie de la critique. On le voyait comme celui qui avait eu la chance de dessiner Astérix et c'est seulement sur le tard qu'une évidence artistique finit par s'imposer : Uderzo était bel et bien l'un des meilleurs dessinateurs de sa génération.

Graphiste instinctif, dynamique et parfois virtuose, Uderzo était à l'aise dans tous les genres d'images, qu'elles soient comiques, réalistes ou caricaturales. Et dans ses meilleures œuvres (à savoir Astérix), il osait mélanger tous les styles en y ajoutant aussi des petites touches d'humour graphique ainsi qu'un remarquable sens du mouvement (il réussissait ses scènes de bagarres comme personne). Soignant par ailleurs ses décors avec beaucoup de sérieux, Uderzo parvenait donc à donner à ses images une impression d'évidence et de facilité, alors qu'il y avait bien sûr à la base beaucoup de travail. Avec un tel charme de son dessin, à la fois convainquant et inimitable, je le considère volontiers comme un artiste de la BD.

Il n'y a pas autant de littérature sur Uderzo que sur Goscinny, mais il existe quand même de très beaux ouvrages à son sujet. Le premier d'entre eux est assez ancien (il date de 1985) et il a été réalisé par Christian Philippsen. Il s'intitule Uderzo de Flamberge à Astérix et c'est avant tout une biographie très richement illustrée. L'iconographie propose (entre autres) de nombreuses photos, des dessins de jeunesse, des crayonnés de personnages, des travaux publicitaires, d'anciennes BD peu connues et oubliées, et pour finir un long répertoire des parodies de personnages connus insérées dans les aventures d'Astérix. C'est donc à la fois une biographie, un "art-book" et une formidable source d'images rares. Comme ce beau livre contient aussi une petite bibliographie (hélas fort ancienne), je vois volontiers ce livre comme la référence de premier choix.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Uderzo15

Le "Philippsen" est un livre malheureusement ancien et épuisé (quoiqu'on le trouve encore facilement sur le Web) et on peut dans cette situation se tourner vers le gros bouquin d'Alain Duchêne, qui a réalisé un peu le même travail au début des années 2000. Intitulé simplement Uderzo et publié en 2002, c'est à nouveau une biographie très riche en images, la grande taille du livre rendant malheureusement celui-ci un peu encombrant (je ne l'ai d'ailleurs pas acheté). On y retrouve des BD rares, une biographie basique et une petite bibliographie (elle aussi incomplète) et on pourrait mettre le "Duchêne" presque à égalité avec le "Philippsen". Mais à chacun ses préférences !  Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Uderzo16

Numa Sadoul a interviewé Uderzo tout au long de sa carrière et il en a résulté plusieurs textes qui ont été rassemblés en 2019 dans un gros livre d'entretiens. Intitulé Uderzo l'irréductible et long de 250 pages, ce livre intelligemment illustré permet à Sadoul d'interroger en détail le dessinateur sur des sujets dont il ne parle pas  habituellement. On n'a donc pas l'impression de retrouver les éternelles mêmes histoires et ce livre est réellement une autre référence de premier choix.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Uderzo18

Uderzo a écrit lui-même ses mémoires et c'est un livre qui s'intitule Albert Uderzo se raconte. Publiée en 2008, cette autobiographie se révèle malheureusement assez pauvre en surprises ou en informations inédites, du moins pour ceux qui ont lu les ouvrages précédents. Le récit reprend essentiellement des faits et des anecdotes que l'on connaissait déjà et c'est bien dommage, mais c'est comme ça que l'auteur souhaitait raconter sa propre histoire. Ce livre reste bien sûr une autre référence de base. mais il me parait tout de même moins indispensable que le livre de Sadoul.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Uderzo19

Après ces quatre livres consacrés à l'auteur, il y a encore de nombreux livres et fascicules qui sont consacrés à l’œuvre, en particulier à Astérix,et on y trouve parfois d'intéressantes critiques. C'est en particulier le cas d'un numéro Hors-série du magazine Beaux Arts, qui s'intitule Les secrets de la potion magique. Comme son titre l'indique, les auteurs cherchent à découvrir les secrets du succès de cette BD et le journal propose en particulier un volumineux chapitre consacré à "l'art d'Uderzo". L'analyse est il est vrai un peu élémentaire mais les textes sont bien écrits et magnifiquement illustrés. C'est donc une agréable manière d'en savoir un peu plus sur le dessinateur.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Uderzo20

Le magazine Lire a également consacré un beau numéro hors série à Astérix, et il s'intitule L'histoire secrète d'Astérix. Uderzo y est bien sûr interviewé et il commente séparément tous les albums d'Astérix qui ont été publiés depuis les débuts de la série. Avouons-le, ce numéro spécial est toutefois surtout une friandise pour les collectionneurs, puisqu'il contient une petite BD inédite d'Astérix (3 pages qui n'ont jamais été reprises en album), ainsi que de nombreux crayonnés inédits d'Uderzo et divers hommages réalisés par d'autres dessinateurs. Ce journal n'est pas indispensable, en fait, mais il contient quelques raretés d'Uderzo qu'il serait dommage d'ignorer.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Uderzo21

Et je terminerai en mentionnant le numéro hors série des nouveaux Cahiers de la BD, qui est paru tout récemment en 2019. Intitulé Astérix le gaulois -La naissance d'un mythe, ce numéro spécial a le courage d'affronter à nouveau le phénomène éditorial en l'approchant sous divers angles : historique (la genèse du personnage, les débuts des 2 auteurs), analytique (caractéristiques de la première histoire, l'humour de Goscinny, le phénomènes des albums), sociologique (Astérix et les français, le passage au cinéma). Il n'est certainement pas facile aujourd'hui d'écrire quelques chose d'original sur cette bande dessinée hors norme mais ce numéro des "Cahiers" est honorable. Il propose par ailleurs divers hommages graphiques réalisés par d'autre dessinateurs et il n'est donc pas ennuyeux à parcourir.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Uderzo23


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin
Sempé est-il un dessinateur de bandes dessinées ? La réponse serait priori plutôt négative mais .. une grande partie de son œuvre en est tout de même fortement imprégnée, que ce soit dans les drôlatiques petites séquences d'images qui sont présentes dans des livres comme "Rien n'est simple" ou "Tout se complique", ou alors avec ces beaux albums de BD que sont sans aucun doute "Monsieur Lambert" ou "Marcellin Caillou". De plus, Sempé a toujours entretenu d'assez forts liens avec René Goscinny et il a participé avec lui au lancement du journal Pilote en y publiant les histoires du Petit Nicolas. Et enfin (dernier argument imparable), je constate que toute son œuvre a été recensée d'une façon exhaustive dans la Bédéthèque. Sempé est donc un dessinateur qui a bien sa place dans notre petite chronique.  Wink

  Références et monographies d'auteurs - Page 9 Sempzo10

Mais bien sûr, n'oublions pas que Sempé est d'abord un immense illustrateur, et que l'intérêt de son travail dépasse de très loin celui de la BD et du dessin d'humour. Il a d'ailleurs progressivement remplacé au fil du temps le classique "gag dessiné" par de superbes images sans texte, qui envoûtent le lecteur grâce à leur ambiance indéfinissable. Et depuis lors, à la fois "inconsolable et gai" (comme l'avait remarqué un journaliste), Sempé a commenté sur un mode ironique les singularités d'un monde à la fois tristement réel et incurablement naïf, en imprégnant ses images d'une séduisante lumière poétique. Et aujourd'hui, qu'on le considère comme un dessinateur d'humeur ou dessinateur d'humour (ou les deux à la fois), Sempé est réellement devenu un artiste culte.

Avant tout dessinateur de presse, Sempé a rarement inspiré les critiques de bandes dessinées. Quelques beaux livres ont été publiés à son sujet, mais il proviennent plutôt du monde de l'illustration et du grand art. Il existe toutefois une intéressante monographie sur Sempé que l'on trouve dans le N° 1 de la revue Carton. Véritable petit frère des "Cahiers de la BD", ce titre en avait repris la fameuse formule qui associait interview, textes analytiques et bibliographie, en se consacrant cette fois aux dessinateurs de presse. Sempé était bien sûr le sujet idéal pour une telle revue et il en a résulté un beau dossier, qui reste encore intéressant à l'heure actuelle. L'interview est riche en révélations tandis que les analyses de l’œuvre sont globalement convenables et que la bibliographie (datant de 1974) représente un effort méritoire. Je l'ai relu hier soir avec plaisir.

  Références et monographies d'auteurs - Page 9 Sempzo11

Le "Carton N° 1" est en fait la seule véritable monographie que je connaisse. Il existe cependant d'autres beaux ouvrages qui associent des déclarations de Sempé avec de nombreux dessins, et au premier rang de ceux-ci, je choisirai sans hésitation l'album Enfance, qui date de 2011. Commençant par un très long entretien avec Marc Lecarpentier (une cinquantaine de pages), ce beau livre thématique permet au dessinateur de faire de longues confidence sur sa jeunesse, sur son art du dessin, sur ses premières œuvres, sur ses limites ou sur ses convictions. Les illustrations sont choisies en fonction du texte et c'est un double régal pour la lecture. A noter que la deuxième partie de l'album n'offre plus que de grandes images sans textes, comme si l'essentiel se trouvait là, et qu'il fallait désormais lire les dessins. Ce recueil est devenu pour moi la référence de premier choix et, à ma connaissance, on le trouve encore assez facilement dans le commerce.

  Références et monographies d'auteurs - Page 9 Sempzo12

Il existe sinon deux catalogues d'exposition qui ont l'intérêt d'associer d'intelligents choix de dessins avec quelques commentaires critiques et diverses déclarations de Sempé. Le premier s'intitule Un peu de Paris et d'ailleurs et je me souviens bien d'avoir visité cette exposition, qui s'était tenue à l'Hôtel de Ville de Paris pendant l'automne 2011. Je n'ai malheureusement pas acheté le catalogue à ce moment là et ... il m'est donc difficile de le commenter en détail. Je le regrette un peu aujourd'hui mais, au fond, on ne peut pas tout avoir.

  Références et monographies d'auteurs - Page 9 Sempzo13

Le deuxième catalogue est plus récent car il date d'avril 2019. Il s'intitule Sempé Itinéraire d'un dessinateur d'humour et c'est une autre exposition parisienne que je n'ai pas eu l'occasion de voir. J'ai en revanche acheté le livre qui propose surtout un très grand choix d'images, présentées dans un ordre chronologique puis thématique. Diverses notices critiques ainsi que de nombreux commentaires de Sempé accompagnent ces illustrations qui forment effectivement un bel itinéraire, et certaines déclarations y sont très révélatrices.

  Références et monographies d'auteurs - Page 9 Sempzo14

"J'aimerais un jour faire sentir dans mes dessins quelque chose d'indéfinissable, d'impalpable, un geste, une démarche qui trahit toute une vie". C'est une magnifique et intelligente confidence ! Y a t-il d'ailleurs une meilleure façon de définir aujourd'hui l'art de Sempé ? sunny


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin
Les autres dessinateurs et scénaristes des premières années de Pilote travaillaient généralement pour d'autres hebdomadaires et je n'en parlerai donc pas maintenant. Cela concerne en particulier divers auteurs de Spirou comme Charlier et Hubinon, Mitacq ou Tillieux, ainsi que des dessinateurs de Vaillant comme Poivet, Tabary ou Nortier que j'évoquerai plus tard (quand j'en arriverai à ce journal  Wink ). Christian Godard était également présent dès le N°1 de Pilote, mais j'ai déjà parlé de lui dans le "chapitre Tintin".  

En fait, la grande équipe de dessinateurs de Pilote ne s'est construite que très lentement à partir de 1962-1963. Je vais bien sûr détailler tout cela, mais avant de parler des célébrités, je m'attarderai sur quelques honnêtes artisans qui ont fait les beaux jours du journal dès le début des années 60.

Martial
(Martial Durant) était un vieux camarade de route de Goscinny et Uderzo, puisqu'il travaillait déjà avec eux à la World Press au début des années 50. Il n'est donc pas étonnant de le retrouver dès 1960 au sommaire de Pilote avec "Rosine", une BD gentillette que l'on peut oublier. Sa première œuvre intéressante est bien sûr "les Divagations de Monsieur Sais-Tout" car elle est scénarisée par Goscinny, puis Martial fait une belle carrière en solo avec "Tony Laflamme" et "la Famille Bottafoin" qui me laissent de bons souvenirs. Au début des années 70, il dessine aussi des actualités puis il s'éloigne de Pilote au moment où le titre devient mensuel. Sa grande époque est dès lors passée, mais il continue après cela à dessiner pour diverses revues, en particulier Bonnes Soirées où il publie longtemps les sympathiques histoires de "Sylvie".

Il y a peu de littérature sur ce dessinateur discret, mais il existe tout de même un bel ouvrage cartonné réalisé par Jean-Pol Tibéri et Louis Cance pour les éditions Regard, qui date de 2009. Il s'intitule simplement Martial et il propose une bio-bibliographie très richement entourée de diverses BD connues et moins connues. Il ne contient pas d'interview ni de texte analytique, mais c'est déjà pas mal !

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Martia10

Des interviews de Martial existent, en particulier dans le fanzine Hop, mais elle sont un peu dispersées. La plus intéressante est probablement celle du Hop N° 7 qui est certes très ancienne mais qui est bien menée. Elle fait 4 pages et parle de toutes les œuvres les plus connues du dessinateur et ... je m'en contente tout-à-fait !   Very Happy

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Martia11

Autre dessinateur discret et au style graphique très sage, Jean Chakir avait fait ses débuts pendant les années 50 dans la presse catholique, en particulier l'hebdomadaire Bayard où il dessina (entre autres) "l'inspecteur Saboum". Il se présente en 1962 au journal Pilote où il publie d'emblée "Séraphin et Angelure", une BD gentiment désuète qui n'a jamais vraiment séduit le grand public (mais qui reste sa "grande œuvre"). Il travaille ensuite régulièrement dans le journal en dessinant non seulement "Séraphin", mais aussi diverses histoires courtes, des illustrations, puis des actualités à partir des années 70. Je ne ferai pas trop de commentaire car je ne suis jamais arrivé à me passionner pour son travail, il faut bien l'avouer. Chakir a ensuite difficilement supporté la disparition du Pilote hebdomadaire, en 1974, mais il entame au début des années 80 une seconde carrière comme enseignant à l'école des Beaux-Arts d'Angoulême. On a très peu parlé de lui depuis lors ... et c'est tout ce qu'il y a à raconter.

Il faut reconnaître que le profil très lisse de cet auteur a peu donné envie aux critiques de s'intéresser à lui. Les interviews de Chakir sont aussi rares que celles de Martial mais, grâce à Evariste Blanchet, il existe une belle interview (7 pages) dans le Collectionneur de Bandes Dessinées N° 108 qui vient largement corriger cet oubli. Interrogeant méthodiquement le dessinateur sur toutes les étapes de sa longue carrière, cet article du "Collectionneur" est indiscutablement la référence N°1 ! Il n'est pas difficile à trouver et il permet au lecteur de mieux connaître ce dessinateur timide et mystérieux.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Chakir10

Je pourrais presque en rester là mais j'ai envie de signaler tout de même la belle interview que Chakir a donné à la Librairie Goscinny N° 7 en juin 2010. Focalisée bien sûr sur la personnalité du rédacteur en chef de Pilote, la discussion multiplie les anecdotes et les remarques mineures, mais Chakir y fait preuve d'une modestie et d'une honnêteté touchantes. L'article n'est pas indispensable (et le fanzine est assez rare) mais il est bien plaisant à lire.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Chakir11


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Godot

Godot
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Raymond a écrit:

[...]

En fait, la grande équipe de dessinateurs de Pilote ne s'est construite que très lentement à partir de 1962-1963. Je vais bien sûr détailler tout cela, mais avant de parler des célébrités, je m'attarderai sur quelques honnêtes artisans qui ont fait les beaux jours du journal dès le début des années 60.

[...]

J'attends avec impatience la suite.

Grâce à tes informations, j'ai déjà acheté 4 "monographies" de divers auteurs, afin d'en apprendre sur eux.

Raymond

Raymond
Admin
Merci ! J'ai fait une pettie pause car je travaille beaucoup sur une interview de Derib, en ce moment, mais je vais bientôt m'y remettre. Wink


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Godot

Godot
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Raymond a écrit:Merci ! J'ai fait une pettie pause car je travaille beaucoup sur une interview de Derib, en ce moment, mais je vais bientôt m'y remettre.  Wink

Une nouvelle monographie en vue siffle

Raymond

Raymond
Admin
Presque ! Ce sera un numéro cartonné hors série de Tonnerre de Bulles, richement illustré et faisant je ne sais combien de pages (j'en suis à 50 pages d'interview et ce n'est pas fini).


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Godot

Godot
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Raymond a écrit:Presque ! Ce sera un numéro cartonné hors série de Tonnerre de Bulles, richement illustré et faisant je ne sais combien de pages (j'en suis à 50 pages d'interview et ce n'est pas fini).

Cela m'intéresse ! Mets en un de côté !  Wink

Pourras-tu me dire quand ce numéro sera disponible et comment est-ce que je pourrais en acheter un ?

Raymond

Raymond
Admin
Tonnerre de Bulles doit auparavant sortir un numéro hors série consacré à Bilal, et ce sera peut être en janvier 2021. Par ailleurs, je dois encore rencontrer une fois Derib, lorsque l'épidémie de Covid le permettra. La date de publication est donc encore incertaine, mais je dirais probablement pour la fin du printemps ou pour l'été 2021.


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin
Revenons à nos moutons !   Very Happy

Je me suis brièvement demandé s'il fallait déjà parler de Cabu (Jean Cabut) dans le chapitre "Pilote" ou s'il fallait attendre le chapitre "Charlie" et ... la réponse m'a semblé presque évidente. Il est vrai que Cabu a fait toute sa carrière auprès de l'équipe Hara Kiri & Charlie mais il est d'abord devenu célèbre grâce au Grand Duduche qui paraissait dans Pilote pendant les années 60. La décision était donc facile à prendre.

Avant tout dessinateur de presse, Cabu était venu chez Pilote en 1962, à une époque où la parution d'Hara Kiri était assez aléatoire, et insuffisante pour offrir un revenu régulier à ses dessinateurs. Il faut admettre que le dessin de Cabu était plutôt éloigné des codes classiques franco-belges, mais Goscinny avait un coup d'œil infaillible et il ne s'arrêta pas à ce détail. Le dessinateur publia donc pendant quelques mois des gags isolés puis des illustrations humoristiques pour la "Potachologie", avant de lancer dès 1963 son merveilleux Grand Duduche sous la forme d'une page de gags hebdomadaires. Et ce personnage, qui ressemblait comme un frère à Cabu lui-même, devint progressivement une des valeurs sûres du journal. A la fin des années 60, Duduche était pour moi une sorte de grand cousin naïf, qui vivait dans un monde lycéen très proche du mien, et dont le milieu était caricaturé d'une manière impitoyablement juste. Le Grand Duduche a progressivement été abandonné par Cabu après son départ de Pilote en 1972, mais la BD avait marqué toute une génération et elle devenu une série "culte". Je me souviens même qu'à la fin des années 70, je revendiquais de lui ressembler (moralement bien sûr).   Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Cabu-d10

Bien sûr, la carrière de Cabu dépasse largement l'intérêt de sa production pour Pilote ! Aujourd'hui, on connait davantage ses caricatures acides, ses prises de position libertaires ou ses ironiques chroniques provinciales (la fameuse "France des Beaufs" qui proposa les premiers vrais reportages en bandes dessinées) que le brave Duduche et ce personnage appartient maintenant à la France du passé. Mais cette série reste tout de même un beau fleuron de la bande dessinée, et elle a toujours son bataillon d'admirateurs.

Cabu a généralement été apprécié par les critiques et la littérature est plutôt riche a son sujet. Et s'il fallait choisir une seule référence, nul doute que le gros bouquin de Jean-Luc Porquet, intitulé Cabu, une vie de dessinateur, remporterait la palme. Cette biographie paru en 2018 couvre en effet d'une façon exhaustive toute la carrière du dessinateur, depuis ses premiers essais timides à Châlons-sur-Marne (dans les années 50) jusqu'à sa fin dramatique dans les bureaux de Charlie Hebdo en 2015. Ce livre très richement illustré est avant tout une biographie très détaillée, sans aucun texte critique ni bibliographie, mais il contient quand même toutes les informations que l'amateur peut souhaiter. L'iconographie est par ailleurs bien choisie et ce livre est surtout de parution très récente. Il est donc facile à obtenir pour les fans de Cabu et on peut le recommander sans arrière pensée.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Cabu-v11

Avant la parution du livre de Porquet, la référence N°1 était le très beau recueil (richement illustré) de Jean-Paul Tibéri intitulé Cabu dessinateur pamphlétaire. On aurait aussi pu intituler cet album "Cabu par lui-même" car le texte n'est en fait qu'un long monologue du dessinateur qui parle successivement de sa jeunesse, de l'armée, de ses débuts dans la presse, de l'épopée d'Hara Kiri, du journal Pilote (assez peu), de ses procès, de ses reportages pour Charlie, de ses passage à la TV et j'en passe. Il est probable que la matière de base était une interview et que Tibéri a finalement préféré ne pas montrer ses questions. C'est en tout cas un ouvrage de premier choix car le texte est vif et intelligent tandis que les images sont très révélatrices. Le seul bémol à relever est sa date de publication qui est devenue très ancienne (1984). Il y manque donc les 30 dernières années de carrière de Cabu et le livre est évidemment devenu incomplet. L'ouvrage n'est de plus pas facile à trouver et on ne peut plus le considérer comme un premier choix ! Mais cela reste une très belle et très agréable lecture.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Cabu-t10

Jean-Paul Tibéri a aussi publié un livre broché qui s'intitule Cabu passe aux aveux, de plus petite taille, et je ne sais pas s'il s'agit du même texte que l'ouvrage précédent. Il est paru plus tard (en 1990) chez un petit éditeur et je n'ai jamais cherché à comparer les deux livres. Je soupçonne qu'il s'agit d'une simple réédition de "Cabu dessinateur pamphlétaire" où l'on aurait enlevé la plupart des images. On le trouve parfois chez les vendeurs d'occasion et j'imagine que sa lecture est plaisante.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Cabu-a10

Il existe une petite monographie consacrée à Cabu et elle a été publiée dans le N°4 de la petite revue Carton en 1975. Très comparable aux Cahiers de la BD, ce fascicule propose un long entretien avec le dessinateur, un beau texte de sa deuxième épouse, une présentation de dessins commentée par Cabu lui-même, un hommage du chanteur Maxime Le Forestier, deux pages consacrées aux auto-plagiats (de Cabu sur lui-même), un petit reportage dessiné sur l'ancienne marche Strasbourg-Paris, divers hommages des autres dessinateurs de Charlie et une bibliographie de l'époque. Ce qui me frappe aujourd'hui dans ce journal, c'est que l'exposition des dessins y prédomine très nettement sur les textes analytiques. ce n'est donc pas une vraie monographie mais ça n'a au fond pas une très grande importance. Même si elle est superficielle et ludique, l'analyse reflète bien une certaine légèreté qui me semble assez typique du personnage de Cabu.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Cabu-c11

Selon la bédéthèque, il existe un autre livre d'interview qui date de 2008. L'interview a été faite à la radio par Patrice Tourne et le livre s'intitule Cabu l'observateur engagé. Je ne l'ai jamais lu (ni même vu en librairie) et je suppose que l'ouvrage s'intéresse davantage aux engagements politiques du dessinateur qu'à son œuvre artistique. Je le mentionne surtout par souci d'exhaustivité et j'ignore si ce livre est facile à trouver, car je ne l'ai jamais vraiment cherché.   deso

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Cabu-o10

Il existe sinon diverses interviews dans de nombreux journaux et fanzines et je n'en ferai pas la liste ici. Je mentionnerai par contre un joli catalogue d'exposition qui vient de paraître et qui s'intitule Le rire de Cabu. Il concerne une expo qui est actuellement montrée à Paris (à l'Hôtel de ville) et que nous ne pourrons certainement jamais voir. C'est surtout un intelligent recueil de dessins qui parcoure toute la carrière du dessinateur, avec des images souvent accompagnées d'intéressants commentaires. En fait, c'est surtout un "bel album en plus" pour nos bibliothèques, pas vraiment indispensable mais réellement séduisant, que les fans de Cabu auraient finalement bien tort d'ignorer.  Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Cabu-r10


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin
C'est également en 1962 que Gir (Jean Giraud) fit sa première apparition dans Pilote, mais la création de son célèbre Blueberry commence en fait en 1963. Scénarisée par Jean-Michel Charlier et dynamisée par le dessin très théâtral de Giraud, cette BD devint dès son premier épisode un des must du journal. Mais je n'ai bien sûr pas besoin de vous faire l'article, puisque tout le monde aime Blueberry.   Very Happy

Gir fût donc très vite considéré comme une vedette de la BD et les interviews, les livres ou les analyses critiques abondent à son sujet. Curieusement, il n'existe aucune véritable monographie digne de ce nom, les Cahiers de la BD ayant commis leur plus gros ratage avec leur numéro consacré à ce dessinateur. Par pure charité, je n'insisterai pas trop ce triste épisode de la critique de BD. Cette lacune est cependant assez facile à combler si l'on compile divers ouvrages d'origines et d'époques différentes. Je vais donc vous en indiquer un bon nombre.

Précisons encore que je parlerai dans ce billet essentiellement de Gir ou de Jean Giraud. Moebius y fait inévitablement quelques petites apparitions mais j'ai décidé de parler du "double" de l'auteur dans le chapitre qui est réservé à Métal Hurlant.   Wink

Il n'y a pas de véritable premier choix parmi les ouvrages écrits sur Jean Giraud, mais il me parait logique de commencer avec l'autobiographie qui s'intitule Moebius/Giraud, histoire de mon double. Publié en 1999 et faisant environ 200 pages, ce livre de mémoire n'accorde curieusement qu'un espace assez restreint au célèbre double de l'auteur. Giraud y raconte en effet longuement sa jeunesse, sa passion croissante du dessin, son apprentissage avec Jijé, son voyage au Mexique et ses succès (et ses rencontres) dans le journal Pilote, mais tout le reste, à savoir Métal Hurlant et les multiples volte faces de Moebius (40 ans de carrière) n'occupe que les 50 ans dernières pages du livre. C'est une intéressante mise en perspective de sa carrière (voir même presque une confidence) de la part de Giraud. En fait, comme chacun de nous, le père de Blueberry consacre l'essentiel de ses réflexions aux temps sa jeunesse.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Giraud11

Parmi les beaux livres, il faut en tout cas mentionner L'univers de Gir qui a été publié par Dargaud en 1986. De grande taille et intelligemment illustré, cet album contient une biographie assez détaillée de Giraud, une présentation de la série Blueberry, une interview de Charlier, divers hommages de la part de quelques collaborateurs de Gir, un portfolio en couleur avec quelques couvertures et illustrations plus ou moins connues, des analyses intéressantes de Bruno Lecigne et Thierry Smolderen, un chapitre consacré aux travaux de Giraud pour le cinéma et un "appendice" montrant quelques dessins rares. Il y manque hélas une bonne interview de Giraud et une bibliographie, mais ce sont des articles que l'on trouve assez facilement ailleurs. Sinon, je conserve précieusement ce grand livre, difficile à ranger dans une bibliothèque mais agréable à relire et à revoir.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Giraud12

Il existe sinon de belles analyses sur les travaux de Gir et Moebius dans le beau catalogue de l'exposition du festival d'Angoulême qui s'est déroulée en janvier 2000. Intitulé Trait de Génie : Giraud - Moebius, cet ouvrage n'est malheureusement pas dans ma bibliothèque mais j'en connais bien les textes qui ont été intégralement mis en ligne dans le site Web Neuvième Art 2.0. C'est un beau travail collectif et on peut le voir comme une référence de premier choix, mais hélas, il est devenu aujourd'hui un peu difficile à trouver.

Les textes sont ici :  http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique49

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Giraud13

Et si l'on s'intéressait prioritairement aux travaux de Giraud effectués avant qu'il ne devienne célèbre ? Le dessinateur a effectivement travaillé pendant quatre années pour le journal Cœurs Vaillants et son début de carrière n'est pas sans intérêt. C'est l'optique qui avait été choisie par Louis Cance en 2003 pour célébrer le 100ème numéro de Hop, avec toujours cette intention obstinée de s'intéresser aux choses dont personne ne parle. Et cela a donné un très beau dossier de 22 pages, comportant une interview précise et un bel article de Patrick Bouster, suivi d'une bibliographie (qui s'arrête en 1966) réalisée par Louis Cance. Il est parfois intéressant d'approcher un auteur par le petit bout de la lorgnette. Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Giraud14

Je ne sais que dire du livre de Daniel Pizzoli que j'ai souvent eu entre les mains et ... que j'ai finalement renoncé à acheter.  Rolling Eyes  Intitulé Il était une fois Blueberry et publié en 1995, il me paraissait un peu trop scolaire et prévisible pour réveiller chez moi un minimum d'envies. En fait, c'est plutôt un bel album destiné aux amateurs de Blueberry qui voudraient avoir un autre livre en plus, je pense. Je ne sais pas si l'un d'entre vous possède cet ouvrage et dans ce cas, cela m'intéresserait d'avoir votre avis là-dessus. Ai-je manqué quelque chose !   Wink  

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Giraut10

Le DBD première formule avait consacré son N° 27 à "Mister Jean Giraud", mais il fût hélas publié après "l'âge d'or" du journal, qui proposait alors de beaux dossiers cartonnés. Ce numéro 27 est toutefois luxueusement imprimé et il contient un bel abécédaire de 35 pages qui interroge l'auteur sur sa période Blueberry. Ce n'est pas une référence indispensable mais cet article richement illustré et soigneusement réalisé ne manque cependant pas d'intérêt.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Giraud15

Et puis, si je mentionne le DBD, il serait indécent de passer sous silence le beau travail du fanzine Swof au sujet de Giraud. Le Swof N° 24 contient une bonne interview, une étude de l'album "Mister Blueberry" et un dossier sur divers projets d'aventures de Blueberry, tandis que le Swof hors série N°2 est un "Spécial Western" un peu centré autour de Blueberry, grâce à divers articles et interviews sur Giraud, Rossi, Blanc-Dumont et Wilson. Illustrés d'une façon minimale (noir et blanc oblige) mais associés à des petites bibliographies, les articles copieux et tranchés de Swof (qui déclenchèrent d'ailleurs quelques controverses) sont agréables à lire et riches en idées et en opinions. C'est un de ces fanzines dont j'ai beaucoup regretté la disparition.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Giraud16                       Références et monographies d'auteurs - Page 9 Giraud17

Voilà ! Cela fait peut-être beaucoup de références, mais pour Jean Giraud, c'est un minimum !   Wink

Pour Moebius, on en parlera bien sûr plus tard.  king


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin
En ce début des années 60, beaucoup de dessinateurs de second plan travaillaient pour Pilote et certains d'entre eux se sont faits un nom grâce à leur présence dans le journal. Deux de ces auteurs méritent au moins d'être mentionnés.

Mic Delinx (Michel Houdelinckx) est surtout connu pour "la Jungle en Folie" qui est parue dans Pif, mais il s'était d'abord fait un nom dans Pilote pendant les années 60, avec une BD comique intitulée Buck Gallo, qui était scénarisée par Yves Duval (dont il y eut une dizaine d'aventures). Il y eut aussi l'adorable Forêt de Chênebeau sur des textes de Goscinny, que Syngonic nous a fait redécouvrir récemment dans le forum (un vrai régal). Ce dessinateur a complètement été ignoré par les critiques et il n'existe à son sujet que de vieux articles parus dans des fanzines introuvables (par exemple Bizu N° 6). Je ne connais pas d'interview de cet auteur et les seules informations que je connaisse proviennent d'une rubrique nécrologique parue dans Hop N° 98 et de l'hommage nostalgique de Filippini publié dans le dBD N° 37.  C'est très peu et je doute qu'il y aie davantage de littérature dans un futur proche, car ce dessinateur n'a jamais été une star.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Delinx12                               Références et monographies d'auteurs - Page 9 Delinx11

Antonio Parras est un autre estimable artisan qui a su plaire à certains lecteurs mais qui reste assez méconnu. Il a commencé sa carrière dans Pilote en 1960 avec une honnête adaptation d'Ivanhoé, puis il a dessiné de nombreuses couvertures du journal. A partir de 1963, il dessine plusieurs longs récits de Bill Hattaway qui restent assez inaperçus et ce n'est qu'à la fin des années 60 qu'on le remarque un peu plus avec le Commissaire Jeudy et Ian McDonald. Parras acquiert un peu plus d'envergure pendant les années 80 lorsqu'il dessine les Inoxydables dans Charlie Mensuel puis dans Pilote-Charlie) et c'est probablement sa meilleure BD. Je ne détaillerai pas ici le reste de sa longue carrière mais c'est un dessinateur au style dynamique et très lisible qui garde un certain intérêt. Un beau dossier 16 pages a été publié par le fanzine Hop N° 118 quelques années avant sa mort, et il contient une longue interview ainsi qu'une bibliographie assez complète. Parras méritait sans aucun doute ce bel hommage qui présente tout ce qu'il faut savoir à son sujet.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Parras10


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Godot

Godot
bédéphile pointu
bédéphile pointu
Raymond a écrit:

[...]

Je ne sais que dire du livre de Daniel Pizzoli que j'ai souvent eu entre les mains et ... que j'ai finalement renoncé à acheter.  Rolling Eyes  Intitulé Il était une fois Blueberry et publié en 1995, il me paraissait un peu trop scolaire et prévisible pour réveiller chez moi un minimum d'envies. En fait, c'est plutôt un bel album destiné aux amateurs de Blueberry qui voudraient avoir un autre livre en plus, je pense. Je ne sais pas si l'un d'entre vous possède cet ouvrage et dans ce cas, cela m'intéresserait d'avoir votre avis là-dessus. Ai-je manqué quelque chose !   Wink  

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Giraut10

[...]

J'ai beaucoup aimé ce livre, car il apporte de bonnes explications sur l'univers de Blueberry.

Il m'a convenu, car J'ai découvert la série Blueberry relativement tard (en 1997), lorsque j'ai trouvé, en un lot, la totalité des Blueberry, La jeunesse de Blueberry et Marshal Blueberry en brocante. Je l'ai acheté rapidement après avoir acquis ce lot. De bonnes explications étaient fournies et cela m'a facilité la lecture et la compréhension de l'univers. (Je prenais le train en marche  Smile )

Je n'y avais pas pensé mais il peut être qualifié de "scolaire" et il convenait parfaitement au "néophyte" que j'étais avec l'univers de Blueberry Rolling Eyes

Raymond

Raymond
Admin
Merci pour la réponse !  pouce

C'est en 1965 que Fred fit son apparition dans Pilote. Il y publiait en fait la première aventure de Philémon et il faut avouer que cette histoire ne fit au départ pas grand bruit. Très éloigné des codes traditionnels de la BD franco-belge, Philémon faisait à l'époque partie de ces pages peu attirantes que je sautais allègrement sans le moindre remord. Ce n'est qu'à la longue que mon regard se mit à s'attarder sur les planches de Fred et que commença une sorte de processus d'apprentissage, qui dura plusieurs années. Et c'est à mon avis de cette manière que le dessinateur imposa peu à peu son style au grand public, et qu'il devint pendant les années 70 un véritable classique. Dès 1972, une petite monographie des "Cahiers" consacrait son œuvre et de nombreux prix (dont le Grand Prix d'Angoulême) jalonnèrent ensuite sa carrière. Aujourd'hui, Fred est bien sûr reconnu comme un tout grand maître de la BD francophone.

Le père de Philémon a toujours été choyé par les critiques de bandes dessinées et la littérature est donc très riche à son sujet. Plusieurs livres lui ont été consacrés et les interviews et articles publiés dans les fanzines (ou les revues de BD) sont multiples. Il y a ainsi l'embarras du choix et ma sélection sera bien sûr impitoyable.

Et s'il ne fallait choisir qu'un seul ouvrage consacré à cet auteur, nul doute que le livre de Marie-Ange Guillaume, intitulé Fred, l'Histoire d'un conteur éclectique s'imposerait à tous les coups. Organisé autour d'une très longue et très complète interview, ce livre y ajoute de multiples illustrations rares (dessins, couvertures, affiches ou BD), des commentaires d'autres auteurs, des photographies peu connues et un cahier graphique recueillant de nombreux hommages de divers dessinateurs. A la fois intelligent et riche en informations, ce recueil est certainement la source d'informations la plus complète qui existe sur Fred. J'y relève toutefois un petit défaut qui est l'absence d'une véritable bibliographie (on y trouve certes une liste des albums mais ceci est plutôt indigent pour une monographie). On pourrait donc évidemment faire mieux.   Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Fred-h11

Sur le plan purement critique, l'ouvrage le plus intéressant est sans aucun doute le Neuvième Art N° 15 qui est paru en 2009. Commençant avec une interview bien menée par Benoit Mouchart et Jean-Pierre Mercier ("la bande dessinée c'est ma vie"), ce dossier commente ensuite certaines caractéristiques du style de Fred telles que son dessin ("le dessin qui rêve") ou la malice de ses mise en pages ( ("Fred dynamiteur de formes"). Sa façon de conduire un récit, au mépris de toute raison et en fonction de liens inconscients, est intelligemment analysée ("Actes des passages") de même que l'originalité du "Petit Cirque" ("Le cirque sauvage de Fred") qui est peut-être sa BD la plus impressionnante. L'analyse critique de la BD peut parfois avoir ses lettres de noblesse et ce petit dossier (qui ne contient hélas pas de bibliographie) en est un des meilleurs exemples.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Fred-910

A côté de ces deux "sommes", le livre de François le Bescond, intitulé Un magnéto dans l'assiette de Fred, fait un peu pâle figure. Ce recueil de petits entretiens publiés entre 2002 et 2007 dans la Lettre de Dargaud a certes le mérite de ne recopier personne, car les informations qu'il dévoile sont souvent originales, pleine d'humour et inédites. L'inconvénient, c'est que le livre contient surtout des anecdotes (certes parfois révélatrices) et son texte ne peut donc pas être une référence de premier choix. L'ouvrage est sinon richement illustré et agréable à lire, et il plaira avant tout aux admirateurs de Fred qui voudraient découvrir quelque chose en plus, même si ce n'est pas fondamental.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Fred-m10

Il existe sinon un vieux livre simplement intitulé Fred, qui a été publié en 1975 par Bernard Toussaint dans la fameuse collection Graffiti d'Albin Michel. Il contient probablement un long entretien mais je ne l'ai jamais lu et il m'est difficile d'en dire plus. Je le mentionne ici parce que les albums de cette collection sont souvent intéressants. Je ne l'ai cependant pas vu en vente depuis très très longtemps et il n'est certainement plus indispensable.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Fred-a10

Et pour terminer, je ne dédaignerai pas le petit n° 9 des Cahiers de la bande dessinée, qui a été publié en 1972 et qui est l'un des premiers fascicule à avoir célébré l'oeuvre de Fred. A cette époque, les "Cahiers" en étaient encore à leurs débuts et la formule n'était pas encore bien rodée. L'interview est donc un peu élémentaire, tout comme d'ailleurs les analyses critiques qui le suivent. La bibliographie des travaux de Fred dans Hara Kiri et dans Pilote est en revanche plus méritoire, et elle est de plus assortie de petits commentaires souvent intéressants. Ce journal a bien sûr vieilli et il est au fond très "dispensable", mais il n'est quand même pas sans intérêt.  Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Fred-c10


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

Raymond
Admin
C'est également en 1965 que Gotlib fit son entrée dans le journal Pilote. Ayant commencé modestement avec une petite BD intitulée "le Gag", il devint presque d'emblée un contributeur régulier du journal grâce à René Goscinny qui lui scénarisait ses fameux "Dingodossiers". C'est également grâce à Goscinny qu'il se transforma en auteur à part entière avec les deux pages hebdomadaires de la Rubrique-A-Brac, qui devint à l'époque un véritable phénomène artistique. Sous le couvert de l'humour, Gotlib abordait en effet des sujets multiples et imprévisibles, en alternant de simples pages de gags avec des parodies littéraires ou scientifiques, des confidences intimes, de la satire sociale, des contes surréalistes ou même des pages très moralistes. Et c'est ainsi qu'au début des années 70, de nombreux lecteurs (dont je faisais partie) achetaient prioritairement Pllote pour y lire la Rubrique-A-Brac, car Gotlib y élevait la BD au rang d'un art véritable.

Je ne rappellerai pas ici l'incroyable carrière de Gotlib qui fût ensuite un des fondateurs (scandaleux) de l'Echo des Savanes puis l'auteur-créateur de Fluide Glacial qui fût un des meilleurs journaux d'humour de la fin du XXème siècle. Pour le grand public et pour un grand nombre de ses confrères, il devint presque une sorte de Dieu vivant, à l'égal de Moebius, et il reste encore aujourd'hui un dessinateur de BD que l'on peut, sans aucune forfanterie, considérer comme un artiste. La littérature critique fût en conséquence assez abondante à son sujet et plusieurs beaux ouvrages de référence ont été publiés ces dernières années. Il y a aujourd'hui l'embarras du choix.

Il est difficile de désigner l'ouvrage le plus important, mais il n'y a pas de doute que le livre de Gilles Verlant intitulé Gotlib Ma vie-en-vrac se place tout en haut de la liste. Il se présente un peu comme un recueil des "mémoires de Gotlib" car le dessinateur s'y exprime d'une façon presque continue, en racontant sa vie de manière chronologique, mais Verlant y intercale aussi quelques commentaires, ainsi que de nombreux témoignages de ses proches (comme son épouse Claudie ou Jacques Diament) ou de ses confrères. Agréablement illustré, ce texte polyphonique est très riche en informations, en confidences et en anecdotes méconnues (j'ignorais par exemple que Gotlib avait très difficilement vécu ses années de travail sur la Rubrique-A-Brac, pendant lesquelles il souffrait de céphalées presque permanentes). Ce livre est par ailleurs sorti en 2006, à un moment où la carrière de l'auteur était bien terminée, et on peut ainsi l'admettre comme complet et définitif. C'est en tout cas le premier ouvrage "indispensable" pour les fans du créateur de la R.A.B.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib13

Les "livres interviews" de Numa Sadoul sont également très bien menés mais ces entretiens sont assez anciens puisqu'ils datent de l'été 1973. Ils se focalisent évidemment sur les œuvres créées pour Pilote et  l'Echo des Savanes, et présentent par ailleurs une légère tendance à s'étendre sur des considérations psychologiques. Relevons que la première édition de 1974, intitulée Gotlib (collection Graffiti), n'était que partiellement présentée sous la forme d'une interview car les conversations y sont souvent interrompues par des textes analytiques. Il s'agissait semble t-il d'une volonté de l'éditeur de l'époque et lorsqu'il a été question de rééditer ce travail en 2018, Numa Sadoul lui a redonné sa forme originelle et souhaitée, à savoir de simples Entretiens avec Gotlib. Dans cette situation assez singulière, les deux livres ne sont pas vraiment identiques mais il ne fait pas de doute que la réédition possède bien plus d'intérêt (en évitant tout glose superflue). Le livre de 1974 garde tout de même un vague intérêt historique et il intéressera peut-être aussi les collectionneurs. Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib14                   Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib15

Les textes analytiques sont bien sûr moins fréquents que les témoignages et les interviews, mais il existe tout de même un excellent livre de Thierry Groensteen qui se présente sous la forme d'un Abécédaire. Considérant en effet qu'il existe chez Gotlib une multitude de sujets propres à la dissertation, l'auteur a choisi cette structure simplifiée pour rédiger un ouvrage qui se penche aussi bien sur les œuvres que sur les personnages ou les thèmes récurrents. Ce recueil prend donc tour à tour un aspect informatif, comparatif (Tex Avery, la pantomime), thématique (la musique, l'humour ou l'autoreprésentation), historique (l'Echo des Savanes, Goscinny), explicatif (les Dindodossiers), critique (l'absence de décors, les couvertures de la RAB), anecdotique (Isaac Newton), psychanalytique (le père), politique ou biographique (la préretraite). Le résultat final est remarquable car c'est un livre qui pétille d'intelligence, qui informe et qui fait réfléchir. C'est donc un autre livre "indispensable".

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib16

Le catalogue de l'exposition présentée en 2014 au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme est également un livre qui garde un grand intérêt. Intitulé les Mondes de Gotlib, cet ouvrage approche la carrière du dessinateur d'une façon thématique, en s'intéressant successivement aux "variations Gotlib" (jeu des déformations sur son nom, sur la langue, sur la figure paternelle etc.), au parcours du dessinateur dans la presse BD, à sa "mélancolie rouge" (source d'autodérision), à ses rapports avec la musique ou à sa judéité. Très richement illustré, ce catalogue propose quelques analyses intelligentes, éclairantes sur le parcours de l'auteur et faciles à lire (ce qui ne gâche rien). Il intéressera bien sûr beaucoup les intellectuels et il n'est pas encore devenu difficile à trouver. Pour l'instant, on peut l'obtenir à des prix corrects sur les sites de vente du Web mais il est probable que cela ne va pas durer (les collectionneurs/investisseurs vont sûrement s'y intéresser.) Le monde des bibliophiles est hélas comme ça.  Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib17

Gotlib a lui-même écrit sa propre biographie mais il y parle uniquement de sa jeunesse. Ce livre s'intitule J'existe, je me suis rencontré et les gens de ma génération y saisiront tout de suite le gag (allusion perfide au fameux livre d'André Frossard des années 70). En réalité, c'est un livre tendre et nostalgique, qui raconte en détail les années difficiles du jeune Marcel pendant l'Occupation allemande, et il représente l'autre face de Gotlib, celle qui ose parfois ne pas rire. Ce n'est peut-être pas un livre indispensable, mais il complète judicieusement la bibliographie de l'auteur.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib18

La grande presse a publié plusieurs "numéros hors-série" lors de la disparition de Gotlib et certains d'entre eux sont intéressants. C'est ainsi que le dBD Hors Série 19 recueille de très nombreux témoignages de témoins, de confrères et d'amis de Gotlib, dont les réflexions sont souvent intelligentes. L'Express hors série Gotlib propose pour sa part un contenu plus analytique, le plus souvent rédigé par Gérard Viry-Babel, et certains de ses textes ne manquent pas d'intérêt. Ces deux journaux, qui sont par ailleurs assez riches en extraits de BD et en illustrations plus ou moins connues, restent aujourd'hui des lectures plutôt agréables et distrayantes.

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib19                            Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib20

Les Cahiers de la BD ont consacré deux numéros à Gotlib et ces deux fascicules sont assez complémentaires. Le Schtroumpf N° 13 respecte le schéma immuable d'une interview suivie de textes analytiques et d'une bibliographie mais on y trouve aussi quelques raretés, en particulier deux parodies de comics strips américains (non publiées ailleurs) et une nouvelle inédite de Gotlib intitulée "la Boule". C'est donc une belle monographie qui a gardé tout son intérêt, même si elle ne concerne que le début de carrière de l'auteur. Les Cahiers de la BD N° 80 proposent de leur côté un long entretien assez fouillé de Gotlib (bien différent du précédent) ainsi que trois textes critiques de Philippe Marion qui sont tout à fait corrects. Je ne m'en suis jamais séparé et ... c'est un signe qui ne trompe pas.  Wink

Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib21                         Références et monographies d'auteurs - Page 9 Gotlib22

Il existe bien sûr encore d'autres ouvrages mais ... ils me paraissent moins essentiels. N'hésitez cependant pas à intervenir si j'ai commis un oubli regrettable.  Very Happy


_________________
Et toujours ... Références et monographies d'auteurs - Page 9 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 9 sur 9]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum