Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-35%
Le deal à ne pas rater :
WD Elements Disque dur portable externe 5 To USB 3.0
99.99 € 152.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le dieu sans nom

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas  Message [Page 4 sur 4]

76Le dieu sans nom  - Page 4 Empty Re: Le dieu sans nom le Jeu 22 Oct - 21:38

Galva

Galva
alixophile
alixophile
6 eme pas si mal Very Happy Very Happy

77Le dieu sans nom  - Page 4 Empty Re: Le dieu sans nom le Jeu 22 Oct - 22:10

Lion de Lisbonne

Lion de Lisbonne
grand maître
grand maître
On parle beaucoup, et bien de Marc Jailloux , et on a aussi Marco Venanzi qui atteint un excellent niveau aussi.

78Le dieu sans nom  - Page 4 Empty Re: Le dieu sans nom le Ven 23 Oct - 11:28

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
Peut-être serait-il bien de revenir sur le détail de cet album, indépendamment des "top ten" qui à mon goût ne sont pas forcément très significatifs.

L'histoire en elle-même de cette ambassade est intéressante. Elle aurait pu être réussie de façon vraiment satisfaisante si d'une part comme le signalait Stéphane les personnages n'avaient pas souvent donné l'impression d'être en décalage complet avec eux-même (cette scène de folie d'Aix à la fin est quand même assez ridicule et inexplicable), si cette figure de la géante devenue personnage reparaissant ne donnait pas au récit une inflexion parfois grotesque et si le dessin était réellement à la hauteur.

A ce propos, reconnaissons que certains décors ne manquent pas de beauté, même si la finesse de détail qui leur donnerait une présence plus accomplie manque parfois.
Ainsi cette vue de Rome à l'ouverture de l'album n'est pas sans qualité, malgré une colorisation un peu rudimentaire :




Image hébergée par servimg.com




Les vues de la steppe sont parfois d'une belle ampleur et les attitudes des cavaliers donnent toute son étrangeté à ce monde mal connu :


Image hébergée par servimg.com




Une scène nocturne qui n'est pas non plus sans charme :



Image hébergée par servimg.com




J'ai aimé le portrait en buste de ce guerrier des peuples forestiers dans son décor de sous bois :




Image hébergée par servimg.com




Image hébergée par servimg.com




Une belle réussite que cette image du cavalier à contre-jour dans le sous-bois traversé d'une mystérieuse luminosité - elle n'est pas sans évoquer d'autre cases forestière de même genre dans plusieurs albums de la série initiale et de sa continuation récente :



Image hébergée par servimg.com




Une belle demi planche de vastes horizons entre fin du jour et aurore, en passant par le bivouac nocturne :



Image hébergée par servimg.com




Dans cette scène de banquet bien construite graphiquement, le visage d'Alix est pour une fois conforme au personnage :



Image hébergée par servimg.com




Malgré ces quelques exemples, il faut reconnaître que beaucoup de cases présentent, outre une certaine rudesse du trait qui laisse davantage penser à de la maladresse qu'à un style (et puis nous sommes chez Jacques Martin où la virtuosité et l'élégance du dessin sont quand même fondamentaux) des approximations à la limite de la caricature involontaire, parfois même on trouve un manque de finition dans certains visages aux traits sommaires et déformés, sans parler de certains encrages épais et malheureux. En voici un petit florilège :



Cet Enak, quoique boudeur semble une caricature de lui-même, donnant l'impression qu'il a été battu et que son caractère est celui d'un brutal désabusé, ce qui ne convient guère au personnage :



Image hébergée par servimg.com




Faut-il un commentaire pour souligner la maladresse du portrait suivant ?



Image hébergée par servimg.com




Cet Alix penché de profil donne une impression d'essai bancale. On dirait qu'un amateur s'est essayé à représenter le héros sans y parvenir. Comment peut-on accepte cela d'un dessinateur qui prétend s'inscrire dans le cadre d'un hommage et d'un héritage ?



Image hébergée par servimg.com




Ce profil d'Enak encore une fois approximatif et exprimant une brutalité mal gracieuse sans lien avec le personnage :



Image hébergée par servimg.com




L'encrage des lèvres nous donne ici l'impression qu'Alix utilise du botox. Serait-ce dans l'espoir de séduire la jeune guerrière qui le trouve insuffisamment viril ou peut-être la géante ?



Image hébergée par servimg.com




Et pourquoi sur cette dernière case Alix est-il voûté, raide et emprunté ?



Image hébergée par servimg.com




Une faute momentanée aurait pu échapper à la vigilance des auteurs, mais une accumulation de maladresses aussi frappantes laisse rêveur. Une chose est errtaine, quand Marc Jailloux dessine, il n'y a jamais de faute - et je ne parle pas ici de sa fidélité graphique à l'univers de Jacques Martin mais à l'exactitude de son travail, à la précision des détails et des finitions. De sa couverture à sa dernière case, Le dieu sans nom donne une impression d'inachèvement graphique et parois chromatique qui heurte le lecteur habitué à un autre niveau, même si, comme j'ai tenté de le souligner au début, certaines cases relèvent l'ensemble. Cela ne suffit cependant pas à mon sens pour sauver cet album qu'on aurait rêvé de voir interpréter par d'autres artistes et sans ce personnage taillé à la serpe tant du point de vue narratif que graphique de la géante. Sa personne et son comportement sont tellement simplifiés et outrés qu'elle manque de la présence qui seule aurait pu lui donner une forme de crédibilité intéressante.




Lion de Lisbonne aime ce message

http://www.marchenriarfeux.net

79Le dieu sans nom  - Page 4 Empty Re: Le dieu sans nom le Ven 23 Oct - 19:13

Raymond

Raymond
Admin
Merci Draculea pour cette analyse détaillée et très précise du travail de Giorgio Albertini. La démonstration est impeccable.  pouce

Le problème est un peu le même pour le scénario, qui est relativement correct pour la trame générale mais qui souffre de nombreuses petites erreurs ou grossièretés lorsque l'on lit l'album. Cela provient soit d'un manque de perfectionnisme du scénariste, soit d'une absence de sensibilité à tout ce qui peut définir Alix en tant que personnage. Cela donne une désagréable impression de décalage, et un sentiment que le héros n'est pas bien compris.

Je n'ai pas le sentiment que ce genre de défauts s'améliorera avec le temps. Question


_________________
Et toujours ... Le dieu sans nom  - Page 4 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

80Le dieu sans nom  - Page 4 Empty Re: Le dieu sans nom le Ven 23 Oct - 21:46

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Dans le même esprit, le prochain Blake and Mortimer...
Le dieu sans nom  - Page 4 E72b0810

http://alixmag.canalblog.com/

81Le dieu sans nom  - Page 4 Empty Re: Le dieu sans nom le Dim 25 Oct - 10:37

Khyron


compagnon
compagnon
stephane a écrit:Dans le même esprit, le prochain Blake and Mortimer...
Le dieu sans nom  - Page 4 E72b0810

Horreur !!! On croirait du Marniquet (des mauvais jours, par surcroît !) !!! Shocked

82Le dieu sans nom  - Page 4 Empty Re: Le dieu sans nom le Lun 26 Oct - 18:45

Raymond

Raymond
Admin
J'ai découvert aujourd'hui dans Casemate ces dessins de Christian Cailleaux, nouveau dessinateur de Blake et Mortimer, et il est vrai que le choix de cet auteur est bien curieux. Il n'a pas du tout le style classique de Jacobs et c'est un peu dommage. Il est très bien dans ses propres histoires, mais avec "Blake", il dépasse largement son niveau d'incompétence.  Rolling Eyes


_________________
Et toujours ... Le dieu sans nom  - Page 4 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

83Le dieu sans nom  - Page 4 Empty Re: Le dieu sans nom le Sam 21 Nov - 17:50

Tarmac

Tarmac
grand maître
grand maître
C'est un avis rétrospectif que je me permets de coucher sur ce post après plusieurs lectures qui me laissent un goût mitigé, toutefois pour rester constructif, je dirais que j'ai bien aimé cet Alix version David B - G Albertini, mais sans plus.
Il faut dire que d'emblée, le personnage sinon grotesque du moins ridicule de la Géante autour duquel est articulée cette histoire, déroute les aficionados que nous sommes. Autant dans l'essai "Veni Vidi Vici" ce personnage trouvait sa place légitime dans un Alix psychadélique, autant sa réintroduction dans une aventure classique, n'apporte aucune plus-value au scénario, mieux : Sa réintroduction gâche l'histoire et l'on se demande si Alix vit dans le réel ou est encore victime d'hallucinations, à moins qu'il n'ait abusé des bienfaits de la vigne et du cocktail des Dieux de retour à Panticapée (p46-47).
"Le Dieu sans nom" doit s'envisager et se lire comme une suite à "Veni Vidi Vici", on y retrouve les protagonistes Callisto et Personne qui après la bataille de Zéla ont demandé l'hospitalité au roi Euronès puis on poursuivi leurs pérégrinations vers le nord et son terrible peuple, les Androphages.
Le scénario est bien travaillé, les auteurs se sont du reste bien documentés sur les peuples orientaux de la steppe, leurs moeurs rudes et guerrières, leurs coutumes, leurs proto-habitats, leurs uniformologies sont bien restitués à cet égard. Comme les Celtes, ces peuples étaient des Equites, je pense que David B aurait dû laisser quelque peu de côté le personnage de la Géante et travailler davantage cette trame, cet aspect mythologique de la quête du cheval aux confins de la steppe septentrionale. De ce point de vue, j'ai également bien aimé cette odyssée qui comence p30, les paysages steppiques désolés (p37) sur les traces de cet animal mythologique...
Côté dessin, G Albertini nous restitue un Alix non moins séduisant digne de l'époque de "La griffe noire" :
Le dieu sans nom  - Page 4 Dsn10
Quand bien même, il n'a pas le trait linéaire comme peut l'avoir Marc Jailloux et qui donne à certaines occasions un Alix physiquement méconnaissable (p9).
En définitive, je dirais que cet album ne laissera pas un souvenir impérissable dans les annales martiniennes, j'ai bien aimé , sans plus. A l'avenir, il est capital que le binôme David B et G Albertini s'approprie la charte et surtout les codes de l'univers martiniens afin de restituer un Alix conforme à l'hortodoxie du Grand maître.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 4 sur 4]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum