Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-30%
Le deal à ne pas rater :
HAUCK Lit parapluie Dream N Play
29.39 € 41.99 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

50 ans avec Jacques Martin

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Aller en bas  Message [Page 13 sur 14]

30150 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Mar 11 Fév - 11:03

Raymond

Raymond
Admin
Eh oui ! Sur le moment, on ne se rend jamais compte de la chance que l'on a.  Rolling Eyes

A la fin février 2009 commença une période de misères, avec en particulier la fermeture du deuxième forum d'Alix. J'ai déjà raconté tous ces événements dans le sujet consacré aux "martinades" et je ne les redévelopperai pas ici. Mais vous pouvez bien sûr relire le récit que j'en avais fait à cette page (post 45 et suivants).

http://lectraymond.forumactif.com/t1580p25-enfants-d-alix-et-martinades-quelques-souvenirs

En fait, je n'étais au départ pas très enthousiaste devant la perspective de lancer et d'animer un forum, mais l'idée s'est peu à peu imposée d'elle même. Je pris alors simplement une petite semaine pour fignoler le concept et structurer le site à ma façon, avant de lancer "Lefranc, Alix Jhen et les autres" (ce titre découlait de mon envie d'élargir un peu nos thèmes de discussion et de ne pas être un simple "forum d'Alix"). Je me souviens d'avoir consacré pas mal de temps à trouver une bannière qui convienne et c'est tout-à-fait par hasard que je tombais finalement sur cette belle case de "la Griffe Noire". L'image était un peu nostalgique de l'ancien forum, mais elle correspondait sinon exactement au style et à l'ambiance que je souhaitais pour nos discussions.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-f10

Et le forum démarra très bien car j'avais avec moi une dizaine de personnes qui souhaitaient perpétuer les discussions autour du monde de Jacques Martin. Je ne les remercierai jamais assez !  

Une nouvelle époque commençait.   sunny


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

30250 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Mar 11 Fév - 19:33

Godot

Godot
martinophile distingué
martinophile distingué
Raymond a écrit:En février 2009, après avoir beaucoup hésité (je craignais qu'il ait oublié qui j'étais), je téléphonai à Jacques Martin pour proposer de lui rendre visite. A ma grande joie, il se rappelait très bien de moi ("Aaah … le médecin qui habite près de Pully" avait-il dit), et je lui rendis donc visite quelques jours après. [...]

Il m'est difficile aujourd'hui de me souvenir de tout ce donc nous avons parlé. Il était certain que nous n'avions pas entièrement les mêmes goûts, car j'aimais les BD plus modernes, mais nous nous retrouvions par contre volontiers autour de la conviction que les années 50 et 60 avaient été un véritable d'âge d'or, pendant lequel les règles de la BD franco-belge avait été établies. Sinon, à cause de ses yeux, le père d'Alix ne pouvait pas se prononcer sur la génération de bédéastes apparue dans les années 90, mais il avait par contre un avis très tranché (et parfois féroce) sur la génération précédente, celle qui avait publié dans le journal (A Suivre). Pour résumer ses idées, Jacques Martin estimait que les dessinateurs des années 70 et 80 avaient beaucoup bénéficié d'une période de prospérité, due au fait que les grands classiques franco-belges (Hergé, Franquin, Jacobs, Morris etc.) permettaient aux éditeurs de vendre beaucoup d'albums. Il en déduisait que les éditeurs s'étaient alors constitué un capital qui leur avait permis de publier des "bandes dessinées d'auteurs", qui avaient un certain succès critique mais qui ne se vendaient pas bien. Ce n'était pas tout faux, il faut l'admettre, mais il n'y avait pas eu que cela. Je devinais derrière son discours de probables mauvais souvenirs, car les critiques qui vantaient les mérites de Tardi, de Forest ou d'Hugo Pratt avaient en effet souvent "snobbé" l'œuvre de Jacques Martin, et je décidai finalement de ne pas trop insister sur ce sujet délicat.   Wink

En tout cas, je garde aujourd'hui un souvenir très vif de ces conversations qui duraient facilement toute une après-midi, car il était intarissable.

C'était une belle époque !

Tu as vraiment eu de la chance de pouvoir passer des après-midi avec lui.  pouce

Je ne l'ai rencontré qu'un fois en séance de dédicace (En 2001, si ma mémoire est bonne, il était avec Christophe Simon) et la discussion a été assez brève, la file de lecteurs derrière moi m'obligeait de céder ma place.

De cette discussion, je me rappelle que pour l'amateur de Tibet que j'étais, je lui avais demandé s'il se souvenait qu'Alix et Enak apparaissaient dans une case de L'ennemi à travers les siècles. Il ne s'en souvenait pas.

Personnellement, il m'avait vraiment impressionné.

30350 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Mer 12 Fév - 16:22

Raymond

Raymond
Admin
En mars, je retournai visiter Jacques Martin à Pully, mais je décidai cette fois d'y aller avec mon épouse.  Wink

Je me rendais compte en effet que pendant ces rencontres, je monopolisais complètement Jacques Martin pendant des heures. Je pressentais que nos épouses auraient sûrement du plaisir à converser ensemble pendant tout ce temps, et ce fût effectivement le cas. Bien sûr, même si nous étions côte à côte, il y avait deux conversations séparées ! Je discutais avec Jacques Martin de bande dessinée, tandis qu'à côté nos épouses parlaient de ménage, d'enfants, de vie quotidienne et de toutes ces choses féminines. Mais tout le monde était content comme cela.  Cool

Ce jour-là, il y avait un grand soleil et Jacques Martin nous proposa de nous rendre à la buvette du Port de Pully, au bord du lac. C'était un petit bar tout simple où il n'y avait presque personne (mais c'était l'hiver, bien sûr). De la terrasse, on voyait les voiliers qui étaient amarrés au port ou en cale sèche. Il y avait aussi la côte française au loin et cela donnait un paysage à peu près dans ce genre !

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-l10

L'atmosphère était assez fraiche, mais l'endroit était également très paisible. On n'entendait que le bruit des vagues contre les rochers, ainsi que les cris des mouettes qui survolaient le port. C'était la fin de l'hiver, tout le monde s'en réjouissait ! Et bien sûr, les conversations allaient bon train.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-l14

Malheureusement, il m'est impossible de vous rapporter tout ce qui s'était dit ce jour-là. Je vais essayer d'évoquer quelques moments.

Ce qui m'avait d'abord frappé, ce jour-là, c'est que Jacques Martin me parlait à nouveau de Paul Cuvelier (sur lequel il s'était longtemps attardé pendant nos deux premières rencontres). Cela tenait simplement au fait qu'il il éprouvait pour cet artiste une admiration sans borne, et aussi un vrai sentiment d'amitié. Cette confraternité était ancienne et remontait je crois au jour de leur première rencontre, qui s'était faite lors d'un ces fameux dîners organisé chaque année par Raymond Leblanc, en invitant tous les dessinateurs du journal Tintin. Ce jour-là, Jacques Martin avait rencontré pour la première fois Hergé (qui lui avait asséné sans ambages qu'il avait beaucoup de progrès à faire), Jacobs (qui s'était montré un peu distant), Jacques Laudy (idem) ou Le Rallic, et tous ces auteurs d'une autre génération le laissaient un peu à l'écart. Seul Paul Cuvelier l'avait accosté avec humour et amabilité (voir même avec une certaine complicité) et le père d'Alix n'avait jamais oublié cette attitude bienveillante. Et alors qu'il avait parfois la dent dure avec certains confrères, je n'ai jamais entendu Jacques Martin dire du mal de Paul Cuvelier, même si ce dernier avait d'évidents défauts (sur lesquels il aurait pu beaucoup s'étendre).

Jacques Martin était donc fidèle en amitié.

Je me souviens aussi que je discutai longtemps ce jour-là des albums d'Alix et Lefranc publiés pendant les années 2000. J'avais décidé de ne pas cacher la mauvaise opinion que je pouvais avoir de certains livres (par exemple "Roma Roma"), qui n'avaient pas le niveau minimal que l'on pouvait espérer au point de vue graphique. Jacques Martin écouta mes propos avec gentillesse, sans se fâcher, et je me rendis alors compte qu'il s'était un peu détaché de ce problème. Il savait qu'il y avait des insuffisances dans les nouveaux albums, mais il avait le sentiment d'avoir fait tout ce qu'il pouvait pour que des successeurs compétents puissent dessiner de belles histoires d'Alix ou de Lefranc. Il ne pouvait maintenant plus contrôler de ce que l'on faisait en son nom et adoptait une attitude un peu résignée.

En fait, il avait accepté d'être un peu dépendant des autres. C'était la sagesse de l'âge.

Et c'est ainsi qu'il y eut une longue conversation, dans un lieu bien agréable, pendant une belle après-midi d'hiver …  sunny


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

30450 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Mer 12 Fév - 23:02

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Que de bons moments!

http://alixmag.canalblog.com/

30550 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Jeu 13 Fév - 11:18

Raymond

Raymond
Admin
En lançant le forum "Lefranc, Alix, Jhen et les autres", j'avais un plan assez précis en tête, qui était entre autres de discuter un par un tous les albums de Jacques Martin. Chaque discussion devait se faire dans un sujet dédié, et je lançais donc des nouveaux "topic" à la fréquence d'une ou deux fois par semaine. J'y écrivais chaque fois une introduction plus ou moins longue de l'œuvre, enrichie généralement par quelques images et c'était bien sûr un petit travail que je m'imposais. Cela nécessitait bien sûr de relire des bandes dessinées que je n'avais parfois pas lu depuis très longtemps, mais ce n'était pas du tout désagréable.    Wink

Sur ce propos, il me faut vraiment rendre hommage à Jacky-Charles qui a mis en ligne dans notre forum de formidables commentaires de presque tous les albums d'Alix. L'ajout de ses analyses méthodiques (et de niveau quasiment universitaire) correspondait tout-à-fait à mon ambition de ne pas nous limiter à échanger de simples propos de fans ou de collectionneurs, même si cet autre niveau de discussion n'est pas désagréable non plus. Il ne fait pas de doute que le forum lui doit beaucoup.

Et donc, encore une fois, je t'envoie un immense merci, Jacky-Charles !    sunny

Bien sûr, ce projet "analytique" nécessitait une connaissance exhaustive de tous les albums de Jacques Martin et … pour cela, il me restait tout de même quelques lacunes. Je devais impérativement rattraper un certain retard, et j'achetais donc rapidement deux ou trois albums de Keos ou de Loïs que je ne connaissais pas. C'est ainsi que j'achetai enfin le Pharaon, qui est le troisième album de Keos et que j'avais dédaigné au moment de sa sortie.   Embarassed

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-o10

Je vous raconterai cette première lecture demain !   Very Happy


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

30650 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Jeu 13 Fév - 21:32

Jacky-Charles


docteur honoris causa
docteur honoris causa
A mon tour, merci de tes compliments, Raymond : ils me touchent beaucoup.

30750 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Ven 14 Fév - 0:14

kiko

kiko
lecteur émérite
lecteur émérite
C'est un réel plaisir de te lire !
Merci pour ce partage d'émotions et de souvenirs

http://forumpimpf.net

30850 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Ven 14 Fév - 16:41

Raymond

Raymond
Admin
Merci !    Very Happy

Or donc, je n'ai acheté que très tard le troisième tome d'Orion, alors que j'avais auparavant beaucoup aimé les deux premiers albums. C'était une situation plutôt curieuse mais ... ainsi va la vie …

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-o11

Pourquoi ce retard ? En fait principalement parce qu'en ouvrant pour la première fois cet album, je n'avais pas du tout aimé les couleurs qui étaient très dures. Je trouvais que ces teintes aux dominances bleutées et orangées étaient trop foncées et qu'elles écrasaient le dessin de Christophe Simon. Je n'ai pas changé d'avis mais par contre, après avoir décidé (envers et contre tout) de lire cette BD, il me fallut reconnaître que ce détail n'était pas trop gênant. Certaines cases étaient certes inutilement sombres (surtout pour des événements qui se passaient en plein jour) mais mon attention se fixait désormais sur le scénario et le dessin devenait alors tout à fait convenable.

Et le début était plutôt plaisant à lire. Le récit se passait dans un royaume d'Egypte dominé par l'armée des Perses, au moment ou le jeune pharaon Amyrtée commençait à se révolter contre l'occupant. Ce jeune chef choisissait au départ d'adopter une stratégie de guérilla et de financer sa petite armée en pillant les trésors des tombeaux des anciens rois. C'était une intrigue originale, concernant un personnage historique sur lequel on sait peu de chose, et la première partie du récit montrait Orion et ses camarades explorant de vieilles tombes au péril de leurs vies.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-o12

Mais il y avait toutefois la présence réellement gênante de Sorg, le jeune "homme-lion" dont Orion avait fait la connaissance dans "le Styx". Ce personnage improbable était de plus doté de pouvoirs complètement irréalistes, comme par exemple d'ordonner aux lions du désert de lui amener de la nourriture, et cela prêtait à sourire. C'était non seulement peu crédible, mais également très infantile et certaines séquences étaient tout simplement gênantes de la part d'un scénariste réputé comme Jacques Martin. Ces "lionneries" (j'utilise ce néologisme pour ne pas être grossier  Wink ) n'étaient au fond pas digne de lui.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-o13

Orion et ses camarades mercenaires rencontraient un certain succès dans leur mission de pillards, mais dans la seconde partie de l'histoire, le héros accumulait tout de même les déceptions. La jeune égyptienne dont il était amoureux s'abandonnait par la suite dans les bras de Sorg, homme-lion et soi-disant ami, puis le "pharaon" Amyrtée trahissait ses mercenaires grecs en les envoyant se faire inutilement tuer contre une puissante armée perse, et enfin les mercenaires grecs eux-mêmes trahissaient Orion en le désignant comme victime expiatoire pour satisfaire le courroux des perses. Et comme bien souvent dans les récits de Jacques Martin, le héros se retrouvait finalement seul, face à son inexorable destin.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-o14

Etrangement, cette aventure se terminait avec un âpre combat entre Orion et le général des perses. Abandonné ou trahi par tout le monde, le jeune grec avait choisi de mourir au combat, dans la dignité et dans l'honneur. A l'époque, je trouvais cette fin assez bizarre, car je comprenais mal que le général perse renonce à imposer une bataille entre les deux armées, afin d'exterminer tous ses ennemis.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-o15

Contre toute attente, Orion finissait par remporter héroïquement le duel et il gagnait en plus l'amitié du général perse. Ce dernier décidait alors de l'emmener avec lui à Persépolis, pour y vivre ce qui devait être le tome 4 des aventures d'Orion, intitulée le Roi des Rois. On sait maintenant (hélas) que cette aventure ne sera jamais dessinée.

Aujourd'hui, j'ai un peu révisé mon jugement sur cet album. J'admets toujours que la fin du Pharaon est peu réaliste, mais je trouve que ce combat final est tout de même émouvant. Trahi par tout ceux qui devaient être ses amis ou ses alliés, Orion se réfugie dans son honneur et son combat l'amène vers une sorte de rédemption. Je trouve que cette idée est très belle et j'imagine même qu'en racontant cela, Jacques Martin (que sa cécité condamnait à une relative solitude) devait un peu s'identifier à son personnage.

Orion était en fait l'enfant chéri de Jacques Martin, et il me semble aujourd'hui bien dommage que ce dernier n'ait pas pu raconter d'autres d'aventures du jeune guerrier grec. Le maître nous a laissé bien sûr une dizaine de synopsis qui pourraient être utilisés, mais plus le temps passe et moins cela devient probable.

il ne nous reste plus qu'à rêver la suite !   Wink



Dernière édition par Raymond le Ven 14 Fév - 17:38, édité 1 fois


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

30950 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Ven 14 Fév - 17:21

Draculea

Draculea
vieux sage
vieux sage
J'adorerais que ces scénarios soient un jour toutefois l'objet d'une reprise. Mais soyons réaliste en effet, il y a peu de chances que cela se produise, du moins pour l'instant......

http://www.marchenriarfeux.net

31050 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Sam 15 Fév - 10:55

Raymond

Raymond
Admin
Je reviens maintenant au forum qui, en 2009, n'était pas encore tout à fait ce qu'il est devenu.

Cette année-là, il y avait en effet peu de membres mais chacun d'entre eux participait très activement. En fait, chacun avait un peu son propre rôle. Jean-Marc amenait des idées lorsque le site était un peu trop calme, Treblig remplissait les sujets avec ses messages à lui, tournant généralement autour de ses trouvailles sur le WEB, Jacky-Charles nous proposait ses commentaires très savants, Pierre tenait le rôle de modérateur, Bernard-BVH nous parlait des sujets intéressants pour les collectionneurs (et me demandait parfois de retrouver en Suisse un objet rare  Wink ), Stéphane était assez vite venu nous rejoindre et nous parlait souvent d'actualité, et Lion de Lisbonne participait très consciencieusement à toutes les conversations sur Jacques Martin. L'ambiance était excellente et réellement confraternelle, et tout le monde cherchait à faire vivre le forum.

Et puis il y avait jfty, qui était un grand collectionneur et un expert des albums d'Alix, qui avait parfois un beau coup d'œil. Il avait créé ses propres sujets qui étaient très riches en images (le temps les a malheureusement mal conservées  Sad ) et nous proposait parfois ses "pinailles" inattendues.

Et cette année-là, à la suite d'une discussion consacrée aux "monographies sur Jacques Martin", j'appris avec étonnement l'existence d'un catalogue d'exposition qui s'intitulait Avé Alix. Ce livre datait de 1984 et je ne le connaissais pas du tout.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-a10

Je ne sais plus très bien aujourd'hui comment s'est enchaînée ensuite la discussion, mais j'ai quelques temps après reçu un MP de jfty. Il me disait qu'il possédait deux exemplaires de Avé Alix et qu'il voulait m'offrir un de ses albums. Dans mes souvenirs, il le faisait pour me remercier d'animer ce forum dédié à Alix.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-a11

Et c'est ainsi qu'à la fin de l'année 2009, je reçus un magnifique et inattendu "cadeau de Noël" de la part de la part de jfty. Edité exactement au même format qu'un album d'Alix, Avé  Alix se présentait comme un beau livre richement illustré, dont l'armature était formée par de nombreux articles très érudits. Ecrits généralement par des historiens ou des archéologues, ces textes exploraient différents aspects de la série tels que la situation de Rome à l'époque d'Alix, les mœurs romaines, "l'exotisme martinien" ou le "rêve archéologique" que proposait certains albums.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-a13

Toutes ces analyses étaient accompagnées de belles images le plus souvent tirées des aventures d'Alix. Ces cases fortement agrandies devenaient en fait de spectaculaires illustrations et c'était un véritable régal pour l'œil !  sunny

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-a14

On peut relever au passage que certaines analyses n'étaient pas du tout complaisantes pour Jacques Martin, et que l'aspect scientifique (je parle bien sûr de sciences humaines Wink ) y prédominait nettement. Je crois même me souvenir que le maître s'était un peu offusqué de l'article de Jean-Pierre Adam consacré à l'archéologie dans les albums d'Alix, car l'auteur ne se privait pas de faire la liste d'un certain nombre d'erreurs historiques présentes dans les albums. Mais peut-être que Stéphane a des souvenirs plus précis que moi ?  Very Happy

Bref, c'était un splendide "album de plus" et en même temps une intéressante monographie. C'est aussi le genre de livre que l'on a du plaisir à feuilleter de façon impromptue, parfois tout simplement pour en savourer la très riche iconographie.

Je suis donc heureux de l'avoir dans ma bibliothèque … et ma collection. Wink

En plus de vous faire découvrir un livre un peu méconnu, ce petit billet me permet aussi de remercier chaleureusement jfty qui s'est montré à plusieurs reprises très généreux avec moi, de même qu'avec d'autres membres du forum … à ma connaissance.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2009-a15

Donc, un très grand merci à vous, jfty et teck !  pouce


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

31150 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Sam 15 Fév - 19:58

jfty

jfty
grand maître
grand maître
Je suis très touché pour ces remerciements, d'autres images arriveront sur le forum début Octobre ou Novembre, j'aurais alors tout mon temps pour les poster ( La retraite arrive cheers )
Je repasserais en revue tous les sujets que j'ai pu ouvrir sur le forum et, je remettrai les images qui auront disparues. J' aurais aussi tout loisir de m'occuper de mon blog un peu plus sérieusement.
En tout cas , les 50 ans avec Jacques Martin est une super idée, toutes nos félicitations,mon cher Raymond, cela ravive bien des souvenir, vivement la suite bounce
Jfty & Teck.

31250 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Dim 16 Fév - 14:35

Raymond

Raymond
Admin
Pour la suite, il y a encore une dizaine d'années à raconter (car j'ai l'intention poursuivre cette chronique jusqu'à l'année 2020), mais il y aura bien sûr moins d'événements à signaler après 2010.    Wink

J'en arrive donc à la fin de l'année 2009, lorsque Jacques Martin se retrouva hospitalisé au CHUV de Lausanne en raison de ses ennuis cardiaques. J'ai déjà raconté cette maladie terminale dans la chronique des "Enfants d'Alix" et je ne veux pas me répéter. Je vous laisse plutôt relire ce que j'écrivais sur sa maladie à cette page (post 63 et suivants).

http://lectraymond.forumactif.com/t1580p50-enfants-d-alix-et-martinades-quelques-souvenirs

Pour cette fois, je vais simplement évoquer la dernière visite que je fis à Jacques Martin à l'hôpital, au tout début du mois de janvier 2010.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Seul10

Lors de mon arrivée, l'humeur du maître était très mauvaise car il supportait mal son séjour à l'hôpital. A cause de sa maladie, mais aussi de ses relations difficiles avec certains soignants, il subissait de multiples petites misères qui l'exaspéraient et j'écoutais d'abord patiemment ses nombreux griefs. Il supportait en particulier très mal de subir un régime sans sel strict et en guise de réplique, il ne mangeait plus rien du tout. Je lui avais donc amené des sandwichs "normaux" qui étaient assez appétissants et j'eus le plaisir de constater qu'il se précipitait sur cette nourriture avec beaucoup de fougue. Le maître avait donc encore une certaine vitalité.   Wink

Puis après avoir discuté pendant une heure de l'hôpital et de sa maladie, Jacques Martin me proposa de parler plutôt de bandes dessinées. La BD était vraiment son monde à lui et il se remis quasiment à vivre en parlant de son métier. Il commença donc à me parler de la grande époque du journal Tintin et de ses confrères, en particulier de Cuvelier et de Jacobs.

C'est en fait ce jour-là que je pris conscience de cette ambiguïté qui pouvait exister dans les relations qu'entretenait Jacques Martin avec E. P. Jacobs. Jacques Martin considérait le créateur de Blake et Mortimer comme un ami, mais il le critiquait tout de même bien souvent. Son attitude changeait toutefois radicalement lorsque ses interlocuteurs émettaient des remarques un peu sévères sur Jacobs, car il prenait immédiatement le contrepied de ces critiques. Je suppose qu'il y avait probablement derrière ces voltes faces les restes du conflit larvé qui les avait opposés lors de la publication de la Grande Menace. En fait, Jacques Martin n'avait jamais accepté l'insinuation qu'il était un imitateur. Il admirait donc l'œuvre de Jacobs, mais il ne pouvait s'empêcher de souligner les défauts de l'auteur.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Img_1710

J'eus alors l'envie de le faire parler de ses autres collègues, qui avaient travaillé en même temps que lui dans Tintin. Je commençais par l'interroger sur Franquin et, à ma grande surprise, Jacques  Martin me répondit qu'il ne l'aimait pas du tout. Il n'avait absolument rien à lui reprocher et il reconnaissait d'ailleurs son immense talent, mais le courant n'était jamais passé entre eux, lorsqu'ils s'étaient retrouvés face à face. Ce sentiment d'inimitié semblait également partagé par Franquin lui-même et ils étaient (pour reprendre les termes de Jacques Martin) "comme chien et chats". C'était assez surprenant, mais au fond tellement humain. Je n'insistais pas trop.

Il était sinon moins prolixe sur ses autres collègues de Tintin. Il aimait bien sûr beaucoup Bob de Moor et déplorait que ce dernier n'ait pas eu le droit de terminer la dernière aventure de Tintin, ce dont il aurait été parfaitement capable. Il supposait même que son décès un peu prématuré avait pu être été précipité par la profonde déception de ne pas avoir réalisé l'ultime travail qui lui tenait à cœur. Jacques Martin n'avait sinon pas grand chose à dire sur Graton, si ce n'est pour rappeler que lui-même avait été le premier dessinateur de voitures dans le journal Tintin. Il accordait également peu d'importance aux époux Funcken, et décrétait que Weinberg avait toujours été un "bâcleur" de BD. En fait, le maître accordait peu d'importance à la génération de dessinateurs des années 50 et ne parlait spontanément que des fondateurs du journal Tintin, en particulier Hergé, Jacobs et Cuvelier. Mais je crois que tous les Enfants d'Alix le savent déjà.  Very Happy

Et ayant ainsi discuté avec lui, j'avais le sentiment que Jacques Martin était encore très vif. On pouvait penser que son état allait encore s'améliorer et j'espérais donc que l'intervention cardiologique prévue en février puisse se dérouler sans inconvénient. L'avenir était incertain, mais le pire n'était peut-être pas pour tout de suite.

C'était cependant la dernière fois que je le voyais.

Et maintenant qu'il s'en est allé, il me reste en tête toutes les choses que je n'ai pas dites, ou les questions que je n'ai pas posées, mais ce n'est dans le fond pas si grave. Chaque destinée est unique et tous les hommes sont complexes. L'auteur gardera toujours sa richesse et ses mystères, et il nous reste son œuvre que l'on peut lire et interroger inlassablement.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Img_1610

Adieu Jacques Martin !


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

31350 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Lun 17 Fév - 9:31

Raymond

Raymond
Admin
Jacques Martin est donc décédé le 21 janvier 2010.

J'ai déjà raconté les cérémonies funèbres dans le sujet consacré aux "martinades" (messages 66 à 68) et je ne reprendrai pas tout ça dans ce sujet.  

Stéphane avait à l'époque mis en ligne dans Alix Mag quelques hommages graphiques réalisés par des "dessinateurs martiniens", et je vais les remontrer ici car certains d'entre eux sont réellement émouvants. Il y avait d'abord celui d'André Taymans, qui était plutôt philosophique.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Andrzo12

Le dessin de Christophe Simon exprimait plutôt son émotion devant l'événement.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Christ11

Jacques Denoël rendait hommage au grand créateur de séries que fût Jacques Martin.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Denoel10

Je ne connais pas de dessin de Pleyers qui ait été réalisé à ce moment-là, mais il avait dessiné auparavant un troublant portrait de Jacques Martin déguisé en Gilles de Rais.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Hommag11

Jérôme Presti, dessinateur d'un "Voyage de Loïs", participait lui-aussi à ce festival de dessins.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Jzorom10

Olivier Pâques dessinait un hommage nostalgique, à sa propre façon.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Olivie13

Et enfin Regric suggérait que Jacques Martin était le dernier grand personnage du journal Tintin à s'en aller, dans son hommage assez chaleureux.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Regric10

C'était un magnifique feu d'artifice final, et un bel adieu qui surgissait spontanément sous la force de l'événement.

Reposez en paix, Monsieur Jacques Martin !


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

31450 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Mar 18 Fév - 11:52

Raymond

Raymond
Admin
Et après la mort de Jacques Martin … faut-il vraiment continuer la chronique ?

Je pense que oui, parce qu'il vit encore en nous, que ce soit par son œuvre ou par les souvenirs qu'il a laissé. Il y a eu de plus quelques événements qui lui ont été consacrés par la suite (en dehors des "martinades" dont je ne parlerai pas ici) et tout cela peut à mon avis constituer une chronique.

Je vais donc continuer ce sujet, même si ce sera peut-être un peu moins passionnant.

Les artistes ne meurent jamais complètement.  Cool


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

31550 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Mar 18 Fév - 13:40

Raymond

Raymond
Admin
Après une période de tristesse, la vie repris assez vite son petit train dans le forum. Et pour ma part, je continuai à collectionner les livres de Jacques Martin.

Et c'est ainsi qu'au cours du printemps 2010, j'ai acheté l'album géant d'Alix l'intrépide, qui avait été publié en 1986 par Casterman, pour célébrer les 40 ans de carrière de Jacques Martin.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-a10

Il y avait un plaisir enfantin à lire ce gros livre dont les images étaient bien plus grandes que d'ordinaire. Relevons que cette édition d'Alix l'intrépide n'était pas un fac-similé, mais bien une véritable nouvelle impression avec des couleurs complètement refaites. Il est vrai aussi que l'édition originale n'avait été publiée que partiellement en couleurs.

La comparaison avec l'EO prouvait par ailleurs l'excellence du nouveau travail, car les couleurs étaient beaucoup plus fraiches et plus lisibles. Prenons le premier strip de la planche 37. Voici à quoi il ressemble dans l'EO !

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-a11

Et voilà comment sont les couleurs de l'album géant.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-a12

C'était donc un très beau livre. Le seul ennui de cet album géant, c'est qu'en dessinant Alix l'intrépide, Jacques Martin était encore un dessinateur débutant. Et lorsque les images sont agrandies, les approximations y deviennent plus évidentes. Certains détails gênants se voyaient assez bien, mais c'était toutefois bien insuffisant pour altérer mon plaisir d'avoir acquis ce bel album.

Je n'avais pas fini de collectionner !  Cool


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

31650 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Mer 19 Fév - 15:52

Raymond

Raymond
Admin
A quoi reconnait-on un vrai collectionneur de BD ? Il y a bien sûr différentes réponses qui sont envisageables, mais je dirais pour ma part qu'on le devient sans aucun doute à partir du moment où l'on achète un album que l'on possède déjà, quel qu'en soit au fond le motif.  Wink

Et c'est ainsi qu'en achetant l'album "Alix l'intrépide" en grand format, je me retrouvais douloureusement catalogué ainsi. Je n'étais plus un banal lecteur curieux et éclectique, mais bien un vrai collectionneur qui accumulait les livres de Jacques Martin. A ma décharge, il fallait considérer que la relecture d'un album grand format procurait une sensation de lecture assez différente de celle de l'édition d'origine, grâce à une meilleure vision de certains détails et aussi à une perspective d'ensemble un peu modifiée. Je ne me voyais donc pas comme un simple accumulateur d'objets, mais plutôt comme un lecteur gourmand qui cherchait à trouver de nouveaux plaisirs visuels.

Je pensais encore cela lorsque parurent à la fin de l'année 2010 deux nouveaux albums grand format qui étaient le Mystère Borg et le Dernier Spartiate. Publiés par Casterman, ces deux publications bénéficiaient d'abord de couvertures différentes, reprises de vieilles images publiées par le journal Tintin. Il n'y avait sinon rien de nouveau dans ces albums, mais il fallait par contre déplorer les couleurs qui étaient ... très mal dosées, dirai-je pudiquement.   Rolling Eyes

Il y avait cependant quelques nuances au milieu de ce désappointement. Les couleurs du Mystère Borg étaient encore assez supportables, même si quelques cases avaient des teintes trop vives. Le prix de ces albums géants était par ailleurs relativement modeste, et je n'eus pas de grande hésitation à l'acheter dès sa parution. Sa lecture me permit de revivre des sensations d'enfance, et de retrouver avec délectation un certain nombre d'images et de détails oubliés.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-m10

Pour le Dernier Spartiate, il n'était en revanche pas possible de se voiler les yeux. Certes, la couverture était originale et superbe !

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-d10

En revanche, les couleurs de cet "Alix" étaient vraiment excessives, voir franchement ratées. Elles étaient soit trop sombres, soit trop intenses et grossières, et ce déséquilibre altérait nettement le plaisir de la lecture. Je décidai donc de ne pas acheter ce deuxième album de grande taille.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-d11

Puis les mois passèrent gentiment !  Et pendant l'année 2011, je continuais d'aller chaque semaine dans ma librairie favorite, surtout pour découvrir les nouveautés du moment. J'y retrouvais bien sûr aussi deux ou trois albums de ce "Dernier Spartiate" géant qui restaient invendus. Et ils semblaient n'intéresser personne ! Avais-je eu raison ?

Et puis après un certain nombre de mois, il n'y eut plus que deux albums ! Et puis peu de temps après, il n' en eut plus qu'un ! Cela donnait à réfléchir …

Achètera ou achètera pas ? Comment pouvait-il y avoir un dilemme puisque les couleurs étaient mauvaises, mais le dilemme était bien là. Ce livre allait probablement disparaître définitivement, et je pourrais peut-être regretter cet album géant, avec les petits plaisirs qu'il pouvait offrir. Je me sentis un peu honteux ... un petit moment … puis je décidai à la fin d'acheter ce "Dernier Spartiate", même s'il était mal fignolé.  Embarassed

J'étais devenu un vrai collectionneur !   ane


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

31750 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Jeu 20 Fév - 14:17

Raymond

Raymond
Admin
Au cours des années 2000, Internet avait bien sûr pris une place de plus en plus grande pour les amateurs de bandes dessinées. Cela provenait de l'afflux d'informations qu'apportaient les webzines et les pages WEB des auteurs, mais aussi de l'incroyable disponibilité sur Internet de multiples BD épuisées depuis longtemps, qui permettait aux collectionneurs de satisfaire plus facilement leurs recherches, ou encore bien sûr du plaisir de converser avec d'autres bédéphiles dans les forums, les pages Facebook et tout le reste. En fait, la vie des collectionneurs avait bien changé. Et c'est ainsi que je passais de plus en plus de temps sur mon ordinateur, bien souvent au détriment de mon temps de lecture lui-même. Il m'arrivait parfois de le regretter.  Wink

En 2011, on parlait très volontiers de la disparition des album de BD, et de leur remplacement par des images numérisées sur Internet, accessibles par un portable, une tablette ou un PC. Cette perspective était alors pour moi un véritable cauchemar, mais on sait maintenant que les économistes et les technocrates de l'époque se trompaient. Les amateurs de lecture et de bandes dessinées favorisent encore aujourd'hui (et dans leur grande majorité) la lecture sur papier. Les livres ne sont donc pas près de disparaître.

Et du côté du monde de Jacques Martin, l'événement de 2011 fût certainement la révélation de Marc Jailloux. Il avait publié cette année-là le quatrième tome des aventures d'Orion et tout le monde était en admiration devant son dessin presque mimétique du graphisme de Jacques Martin. L'heure était sur ce plan à l'optimisme.

Et puis, grâce au forum d'Alix, je continuais à collecter les renseignements utiles. J'avais récemment découvert grâce à Jean-Marc l'intérêt de la petite monographie Alix, Lefranc & Jacques Martin (que je n'avais jamais eue entre les mains) et il ne me fût pas difficile de la trouver sur les sites de vente du WEB.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-a13

Ce petit livre broché paru en 1975, qui ne payait au départ pas de mine, fût en fait une magnifique surprise. La discrétion de sa présentation ne reflétait pas vraiment la richesse de son contenu. Il proposait en effet un texte assez copieux qui racontait en détail la carrière de Jacques Martin, en s'attardant notamment sur ses débuts, puis en analysant consciencieusement les différentes périodes d'Alix, les aspects historiques de la série, la dimension fantastique de l'œuvre, l'académisme de Jacques Martin, l'évolution de sa technique ou la construction de ses planches. Toutes ces réflexions étaient abondamment illustrées d'une façon soignée, malgré la modestie initiale de l'impression en noir et blanc. J'y découvrais en plus de vieilles BD qui n'avaient jamais été publiées nulle part, comme par exemple ce gag "d'humour noir" qui date du temps de Marleb. C'était donc aussi un livre de collectionneur.  Very Happy

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-a14

Certaines analyses étaient assez intellectuelles mais sans être fastidieuses, et c'est ainsi que les exposés sur "l'académisme" ou l'évolution technique de Jacques Martin étaient particulièrement bien vus. Enrichis d'exemples visuels pertinents et évitant tout verbiage inutile, ces textes reflétaient bien le souci des rédacteurs de ne pas se contenter de quelques remarques superficielles. Jacques Martin était pour eux un auteur classique qui méritait une analyse approfondie.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-a15

Et puis il y avait "la crème sur le gâteau", qui était la publication in extenso des 26 pages de Lamar l'homme invisible. Cette œuvre intéressante imitait plus ou moins franchement le fameux "Flash Gordon" dessiné par Alex Raymond, à une époque où Jacques Martin cherchait encore son style. Jamais reprise en album, cette BD de Marleb était à l'époque introuvable et pouvait à elle seule justifier l'achat de la monographie. En fait, avec ce supplément, Alix Lefranc et Jacques Martin devenait tout simplement un livre indispensable pour les amateurs du maître.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2010-a16

Aujourd'hui, ce petit livre peu connu est encore facilement disponible sur le Web, et à des prix relativement modestes. Avis aux amateurs !  

Et à part ça, en lisant la première fois ce livre en 2011, je réalisais qu'il me restait encore pas mal de choses à découvrir.  

Je n'en avais pas fini avec Jacques Martin ! Very Happy


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

31850 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Ven 21 Fév - 15:48

Raymond

Raymond
Admin
En 2011, il y eut aussi dans le forum la discussion sur Alix en petit format.   king  

http://lectraymond.forumactif.com/t653-alix-en-petit-format?highlight=alix+petit+format

Ayant pris mes habitudes de collectionneur, j'avais acheté cette année-là une édition petit format de l'Enfant Grec. C'était une occasion qui ne coûtait presque rien, et c'était en plus l'occasion de relire un album que j'aimais bien. Alors pourquoi vouloir s'en priver ?

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2011-e11

Evidemment, pour s'adapter au format de poche, les planches avait été découpées et cela avait donné lieu à toutes sortes de barbaries. Il y avait des images rétrécies ou divisées en deux, des répétitions bizarres de la même case, des modifications de certaines séquences d'images, etc., la liste était longue. Avec ce petit livre, il ne fallait pas être un esthète ni un maniaque de l'édition originale.   Wink

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2011-e10

J'essayais tout de même de lancer une discussion sur le forum sur ce sujet et … il n'y eut pas de quartier.  affraid Je me fis immédiatement "écrabouiller" par Pierre, par Treblig, par Lion de Lisbonne et quelques autres. Le petit format n'avait vraiment pas été admis par l'assemblée.   Evil or Very Mad

J'essayais vainement de plaider pour le plaisir d'une "lecture différente", mais ce fût un fiasco. En dehors de l'avis de Bernard-BVH (qui vint à ma rescousse vers la fin du sujet), le petit format ne trouvait aucune excuse. Pour les grands livres, c'était OK, mais pour les petits … circulez y'a rien à voir !  Very Happy

J'ai donc retenu la leçon, et c'est un peu pour cela qu'il n'y a pas tellement du discussion sur les PF dans le forum d'Alix.  Wink

Et puis de toute façon, il y a le forum Pimpf, qui est un peu notre lointain cousin et qui fait preuve d'une érudition incroyable sur ce sujet. pouce

Chacun sa spécialité !  Very Happy


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

31950 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Sam 22 Fév - 10:29

Raymond

Raymond
Admin
Pendant l'année 2012, l'événement "martinien" principal fût certainement la publication d'Alix Senator. On en a déjà beaucoup parlé dans le forum et je me demande encore aujourd'hui si Jacques Martin aurait accepté une telle idée de son vivant. A priori, il est certain qu'il aurait dit non, car Alix était au départ un jeune homme auquel le lecteur avait un certain plaisir à s'identifier, mais peut-être se serait-il quand même laissé convaincre … à la fin. Le maître était tout de même d'une nature assez entreprenante et il aimait lancer de nouvelles séries. Je crois donc aujourd'hui qu'il se serait laissé séduire par une telle perspective, mais il est bien sûr impossible de savoir …

Et en 2012, plus que jamais, je continuais à rechercher d'anciens livres et fascicules un peu oubliés qui révélaient d'autres aspects de Jacques Martin. J'étais poussé à cela par un mélange de bête "collectionnite" (si j'ose utiliser ce mot) et de réelle curiosité. Il y avait tellement d'ouvrages que j'avais dédaignés jusqu'alors que je ne me privais pas de "rattraper le retard". Very Happy

Et c'est sur je ne sais plus quel site de vente que je découvris un beau jour les fascicules publiés par les éditions Point Image - JVDH. Ils proposaient des crayonnés préparatoires de certains albums d'Alix, accompagnés d'interviews, et c'était une façon agréable de prolonger leur lecture.

Malheureusement, ce n'étaient pas les chefs d'œuvre du maître qui étaient ainsi mis en valeur, mais plutôt des albums de second ordre datant des années 2000. Il y avait en particulier Persépolis, qui commentait un voyage d'Alix dessiné par Cedric Hervan, et Icarios qui s'attardait sur une des aventure dessinées par Rafael Morales.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-p10

Des deux fascicules, c'était certainement Icarios qui présentait le plus d'intérêt, probablement parce qu'il évoquait un album dont j'avais tout de même apprécié quelques aspects.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-i10

Rafael Morales s'y expliquait bien sûr sur son travail, et il y avait surtout Jacques Martin qui revenait sur la conception de cet album et de son travail d'une manière générale. Il y parlait également de certains récits qui étaient encore des projets, comme "C'était à Khorsabad", et ses explications ravivaient quelques gros regrets au sujet de ces albums qui avaient finalement été ratés.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-i11

Ces ouvrages étaient au fond assez modestes, mais ils témoignaient d'une époque qui était encore assez enthousiaste et qui était riche en projets. Et les crayonnés n'étaient pas désagréables à contempler.

Mais en 2012, c'était plutôt le temps de la nostalgie !    Sad


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

32050 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Dim 23 Fév - 11:22

Raymond

Raymond
Admin
Mais je n'avais pas encore tout vu !

C'est en effet au printemps 2012 que j'eus le plaisir de découvrir pour la première fois des planches originales de Jacques Martin. Cela se passa dans une petite exposition à Nyon, peu connue par les français et les belges, mais qui était fort bien faite. Elle se nommait Archéoalix, probablement parce que son organisateur Christophe Goumand était un véritable archéologue.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a10

Je fis cette visite en compagnie du dynamique César Espona, éditeur espagnol des albums d'Alix et Lefranc, avec qui nous avions sympathisé pendant les martinades. Son épouse aimait beaucoup Josiane et c'est ainsi qu'ils vinrent deux ou trois fois en Suisse pour le plaisir de se voir. César ne pouvait bien sûr pas manquer une exposition dédiée à Jacques Martin et il m'a laissé de nombreuses photos de cette visite passionnante.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a18

Ce musée romain de Nyon était construit sur un vieux site archéologique, et ce lieu devenait un écrin qui semblait totalement naturel pour accueillir les œuvres et les images de Jacques Martin. Les planches du maître étaient ainsi rassemblés sur un vieux mur antique et c'était une idée magnifique.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a12

La table de Jacques Martin et ses outils de travail étaient exposés, mais il n'y avait pas toutefois le fameux dispositif d'agrandissement qui lui avait permis de continuer à dessiner des synopsis pendant ses années de malvoyance.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a13

Des statuettes et divers objets de collection étaient rassemblés dans une vitrine et ce coin était bien sûr dédié aux amateurs de "paraBD".

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a19

Les aspects didactiques n'étaient cependant pas absents et on trouvait ça et là des textes explicatifs qui remettaient les œuvres dans leur contexte. Une ou deux bornes exposaient notamment des interviews filmés de Jacques Martin et quelques panneaux dévoilaient aussi les sources d'inspiration du maître.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a20

La découverte des planches était cependant le morceau de choix de l'événement et elle permettait de mieux saisir l'évolution du style graphique. Les planches des premiers albums avaient un format beaucoup plus grand et j'y retrouvais quelques souvenirs très vifs, comme par exemple cette magnifique arrivée d'Alix dans la Gaule de son enfance, à la fin de l'histoire d'Alix l'intrépide.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a23

Parmi d'autres pages célèbres (et émouvantes), il y avait cette première planche de la Griffe Noire qui avait été un événement dans ma jeunesse. Depuis que je l'avais découverte, je n'avais plus jamais considéré la BD de la même manière.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a24

Il y avait aussi des pages de Légions perdues, bien sûr, et le jeu était parfois de retrouver la place des images dans le récit.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a25

Les couvertures de Tintin et les grandes illustrations étaient également présentes. Tous les aspects de l'œuvre étaient présentés.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a26

Les sources documentaires qu'utilisait Jacques Martin étaient également exposées dans une vitrine, et l'exposition essayait vraiment comprendre son travail sous tous ses aspects.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a27

Il y avait encore un mystérieux story board que je n'ai jamais réussi à identifier. Était-ce un projet resté sans suite ?

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a28

Je n'ai malheureusement pas de belle photo de Christophe Goumand, l'organisateur de l'expo qui était lui aussi un ancien enfant d'Alix. C'était en fait la soirée de vernissage et il y eut quelques discours, dont celui de Christophe.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a29

Frédérique Martin connaissait bien César et ce fût également l'occasion d'une petite photo.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a30

C'était en fait une véritable petite "martinade".  Very Happy

Quelques années après, César et Sonia se sont séparés et ils ne viennent plus bien sûr nous rendre visite comme auparavant. La vie est comme ça, et il m'en reste une certaine nostalgie. Mais il reste tout de même de beaux souvenirs.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-a32


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

32150 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Dim 23 Fév - 12:05

Dantec

Dantec
martinophile distingué
martinophile distingué

Des fans de Jacques Martin posant devant la statue de Freddie Mercury à Montreux, ça ne manque pas de piquant!
Merci pour cette visite guidée - dont je retiens surtout la découverte d'anciennes planches originales.
Je me souviens avoir eu également une forte émotion en découvrant des planches originales de Cori, retravaillées au blanco, à l'occasion d'une expo Bob de Moor à Saint-Malo. C'est grâce à de tels documents qu'on mesure à quel point une véritable oeuvre d'art relève aussi d'un intense travail artisanal.

32250 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Dim 23 Fév - 13:18

Raymond

Raymond
Admin
Oui … cette dernière image n'a probablement pas le même sens pour vous, mais elle illustre pour moi très bien l'ambiance de ces week-end helvético-espagnols, qui n'étaient pas seulement consacrés à la BD.  Cool


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

32350 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Lun 24 Fév - 13:24

Raymond

Raymond
Admin
Il faut le reconnaître, c'est bien souvent le forum qui m'a lancé dans certaines recherches, et c'est d'ailleurs certainement grâce à Jacky-Charles que je me suis un jour intéressé aux fameux "romans d'Alix". Ecrits par Alain De Kuyssche et illustrés par Jean-François Charles, ces petits livres brochés reprenaient les intrigues des albums standards, mais il y avait surtout eu deux romans originaux. Jacky-Charles les avait présenté dans le forum à sa manière habituelle, à la fois exhaustive et analytique, et on peut encore aujourd'hui trouver ses textes dans le sujet qui est dédié aux romans.

http://lectraymond.forumactif.com/t613-les-romans-d-alix

Je m'étais après cette lecture intéressé au Sortilège de Khorsabad car ce livre reprenait manifestement certaines des idées de Jacques Martin pour l'intrigue de "C'était à Khorsabad". J'avais un bien triste souvenir de cette histoire qui avait été charcutée n'importe comment par les successeurs du maître, et j'avais donc envie d'une petite compensation. Je n'eus en tout cas pas de peine à trouver sur le Web ce petit roman qui était bon marché.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-s10

Reprenant l'idée principale de Jacques Martin (retrouver la mère d'Alix), le Sortilège de Khorsabad était cependant une histoire originale. Ecrit d'une façon assez vivante, le roman permettait de retrouver à nouveau Arbacès et il était finalement bien plus cohérent que la précédente BD qui exploitait le même thème. Bien que l'intrigue soit courte, sa lecture n'était pas désagréable et la conclusion s'offrait même une petite malice assez originale. J'avais donc un peu le sentiment que Casterman s'était trompé de personne pour scénariser la BD, et que l'on aurait pu judicieusement inverser les scénaristes des deux livres consacrés à "Khorsabad".   Crying or Very sad

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-s11

Les dessins de Jean-François Charles étaient curieux car ils se présentaient comme de simples crayonnés rapides. Y avait-il eu des difficultés à choisir un style, ou un manque de temps pour l'illustrateur ? Certaines images me paraissaient en tout cas indignes du talent de J-F. Charles, même si on découvrait çà et là quelques esquisses qui rappelaient certains de ses albums orientaux.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-s12

Alix retrouvait donc sa mère à la fin de l'histoire mais elle ne survivait pas longtemps à cette rencontre. Comme l'avait annoncé Jacques Martin dans une précédente interview, Alix "découvrait avec amertume qu'il ne faut jamais revenir sur son passé". Mais cette triste conclusion était trop belle pour susciter des regrets et l'intrigue était parfaitement équilibrée. Et aujourd'hui, le petit récit de De Kuyssche est devenu pour moi la véritable histoire "d'Alix à Khorsabad"

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2012-s13

Ce petit roman mériterait en fait d'être adapté en BD.  Wink

Mais comme le disait Jacques Martin, "il ne faut pas revenir sur le passé".  Very Happy


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

32450 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Mar 25 Fév - 11:01

Raymond

Raymond
Admin
Parfois, mes achats de "livres martiniens" résultaient complètement du hasard. Et c'est ainsi en fouinant chez un soldeur à Paris que je découvris au printemps 2013 le tome 2 de l'Odyssée d'Alix, dessiné par Christophe Simon.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2013-o10

C'était un livre que j'avais complètement négligé lors de sa sortie parce qu'il n'était pas dessiné par Jacques Martin, mais j'avais eu tort. Même si la réalisation de l'album datait de 1998, les dessins de Christophe Simon étaient alors déjà superbes. La représentation des personnages restait assez secondaire dans ce recueil, et le jeune apprenti de Jacques Martin démontrait qu'il pouvait lui aussi être excellent dans la réalisation des décors.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2013-o11

Mais quelle était la part de Jacques Martin dans cet album ? Ce dernier avait manifestement écrit les textes des lettres envoyées par Alix à ses amis, car on y reconnaissait bien son style et sa manière de s'exprimer. Ces lettres permettaient au lecteur de connaître certains détails, au sujet des personnages, qui n'apparaissaient pas réellement dans les albums, et "l'Odysée d'Alix tome 2" était donc un véritable et idéal complément de la série principale.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2013-o12

Une bande dessinée de 7 pages, intitulée l'Hydre bleue servait d'introduction à l'album mais son intérêt était très médiocre. Le plaisir principal du livre provenait surtout de la lecture des textes et de la contemplation des grandes illustrations qui les accompagnaient, comme par exemple avec cette image du Pompéi.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2013-o13

A titre anecdotique, j'y découvrais même la toute première incursion d'Alix en Suisse, dans ce tableau reconstitué d'une cité lacustre. Je n'y reconnaissais pas du tout les habituels paysages jurassiens et j'en déduisais que cela représentait probablement mon cher lac Léman. Cette image datait de bien avant la sortie des "Helvètes" et j'en étais tout ému.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2013-o14

J'étais donc agréablement surpris par la qualité de ce recueil d'images qui n'avait pas fait grand bruit lors de sa sortie. Décidément, j'avais manqué beaucoup de choses intéressantes du vivant de Jacques Martin.

Cela n'en finissait pas !  Very Happy


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

32550 ans avec Jacques Martin - Page 13 Empty Re: 50 ans avec Jacques Martin le Jeu 27 Fév - 9:58

Raymond

Raymond
Admin
Et nous arrivons à l'année 2014.

Cette année-là fût marquée par la prise d'un rôle de plus en plus grand du forum en tant que dépositaire de BD rares et d'archives de Jacques Martin. Cette tendance avait déjà commencé en 2011, lorsque j''avais créé un sujet qui rassemblait autant que possible toutes ses interviews faites dans divers journaux ou dans des fanzines disparus. Ce phénomène se renforça fortement lorsque le blog de Jacques Grand (qui stockait les archives et les images du maître) disparu définitivement du WEB. Ce n'était pas du tout le but initial du forum mais au fond, il pouvait aussi servir à ça.

Comme j'avais sauvegardé sur mon disque dur certaines BD introuvables déjà mises en ligne par Jacques Grand (je savais que les données stockées sur le Web sont très volatiles  Wink ), il ne me fût pas difficile d'ouvrir de nouveaux sujets consacrés aux premières œuvres de Jacques Martin. Ces mises en ligne commencèrent au début 2014 avec le rarissime Sept de Trèfle, qui datait de 1946 et qui n'avait jamais été repris dans une publication récente.

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2014-s10

Il y eut ensuite Oeil-de-Perdrix à New-York qui provenait de mes archives personnelles, puisque je l'avais acheté quelques années auparavant dans les circonstances que je vous ai racontées.  Wink

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2014-o10

Et enfin j'y ajoutais Lamar l'homme invisible, dont j'avais également gardé des images sur mon disque dur

50 ans avec Jacques Martin - Page 13 2014-l10

Il me manquait hélas d'autres BD des années 40, en particulier le Hibou gris (que Jacques Grand avait autrefois mis en ligne mais que j'avais omis de préserver sur mon ordi) et Le Signe du Naja, troisième histoire d'Œil de Perdrix qui n'avait jamais été disponible en entier sur le WEB. Il restait donc encore des recherches à faire.  Rolling Eyes

Sinon, j'étais assez satisfait d'avoir remis tout cela à disposition du grand public. Cela ne m'empêchait pas de souhaiter que Casterman édite un beau jour un gros bouquin consacré aux "débuts de Jacques Martin", même si cela aurait bien sûr impliqué la disparition de ces images du forum, car il n'était pas question de faire de la concurrence déloyale.

Et aujourd'hui encore, j'espère que ce livre sortira un jour !   Cool


_________________
Et toujours ... 50 ans avec Jacques Martin - Page 13 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 13 sur 14]

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum