Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Alix Senator 8, la cité des poisons

Aller à la page : Précédent  1, 2

Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

Raymond

avatar
Admin
Ouaiiiiis ! bounce + Smile


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

stephane

avatar
vieux sage
vieux sage
Chouette !

http://alixmag.canalblog.com/

Raymond

avatar
Admin
Voilà, j'ai lu ce 8ème album d'Alix Senator, dont j'ai bien sûr acheté l'édition PREMIUM.



Mais qu'en dire ? La Cité des Poisons est bien sûr le départ d'un nouveau cycle, et l'histoire est encore trop incomplète pour la juger. C'est une intrigue qui se passe dans une cour orientale, avec beaucoup de personnages, et qui est pleine de complots et de désillusions. L'intérêt prédominant, en fait, se concentre d'abord sur le lieu de cette aventure, qui est le Royaume Nabatéen. Alix et ses amis y découvrent le célèbre site de Petra, qui a été rendu fameux par un album de Tintin (Coke en Stock) et ce lieu permet à Thierry Demarez de dessiner de belles images.



Le pessimisme et la tristesse règnent à nouveau sur la vie d'Alix, Enak et Titus, et la série est plus que jamais "crépusculaire". Je n'en dirais pas plus pour l'instant, car j'imagine qu'un grand nombre d'entre vous n'ont pas encore lu cet album. Je vous laisse pour le moment savourer cette histoire

Pour ma part, j'ai plutôt aimé cet album ... même si la tristesse de ces aventures d'Alix Senator me désespère plus que jamais.    Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Draculea

avatar
grand maître
grand maître
Je viens de lire cet album dont je trouve, parallèlement au pessimisme crépusculaire évoqué à juste titre par Raymond, qu'il est tout simplement somptueux. Album safran et or pour dire les dédales intérieurs de cette cité des poisons qu'est tout entière au-delà de son marché la Petra de cette aventure. L'or des illusions somptueuses, le sang des déchirements intérieurs, à moins que ce ne soit tous deux les voiles des mirages qui s'emparent des consciences sans repère.

Mais pour revenir à la remarque de Raymond, je me demande en effet si cette plongée dans le désespoir doit demeurer la seule tonalité de la série. Certes, il y avait eu un timide moment de réunion familiale à la fin du tome précédent, mais après tant d'horreurs et en contrepoint du deuil affreux qui s'était abattu sur Enak que la réjouissance de ces retrouvailles était voilée d'une infinie tristesse. Ce qui a jusqu'à présent fait la force d'Alix Senator ne risque-t-il pas de devenir un défaut si à long terme la suite de nous propose jamais que ce seul univers de lents cauchemars ?

Reste à propos de lenteur que celle avec laquelle le récit est conduit, tout en étant extrêmement riche de péripéties, lui donne une ampleur fastueuse merveilleusement accordée avec les lieux, la couleur et la lumière. Le dessin de Thierry Demarez gagne à chaque nouvel album en puissance et en précision. Very Happy



Image hébergée par servimg.com

http://www.marchenriarfeux.net

Raymond

avatar
Admin
Henri Filippini a bien aimé la Cité des Poisons, et il le fait savoir sur BDZoom.

http://bdzoom.com/135847/bd-de-la-semaine/«-alix-senator-t8-la-cite-des-poisons-»-par-thierry-demarez-et-valerie-mangin/

Mais attention, il dévoile un peu trop l'intrigue !    Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Tarmac

avatar
grand maître
grand maître
Outre le dessin lumineux de Th Démarez auquel nous sommes désormais habitués qui à chaque aventure met parfaitement en perspective les Provinces, paysages et Royaumes traversés par nos héros, c'est le détail, la rigueur historique de V Mangin qui nous présente le Royaume nabatéen de Pétra, ses intrigues de Palais, de Satrapies orientales, ses marchés aux carrefours des routes commerciales antiques, ses temples, ses banquets qui combinés ensemble donnent un cachet orientalisé particulier à ce nouvel opus "Senator"



Avec les débordements et écarts de comportements de Camma dénommée "la Galate" par les Nabatéens, V Mangin évoque par ailleurs le peuple des Galates, ces guerriers celtes qui ont migré vers le centre de l'Asie Mineure au IIIème siècle av JC et occupaient les régions délimitées par les Royaumes Hellénistiques du Pont, de Pergame, et de la Cappadoce. Au moment des aventures d'Alix, les Galates hellénisés et romanisés véhiculaient encore cette image sulfureuse de peuples gaulois d'Asie, belliqueux et barbares, d'où les réticences des Nabatéens à la présence de Camma au banquet (p43) probablement en tant que femme et Galate, les allusions hostiles (p46) le confirment.

En définitive, j'ai bien apprécié cette aventure orientale, riche en couleurs, en personnages, en péripéties, en complots qui se lit d'une traîte. A contrario, je déplore cette ambiance sous-jacente sinistre évoquée plus haut, ce climat psychologique lourd, malsain dans lequel gravitent les personnages. Enak n'a toujours pas fait le deuil de Kephren, le fera-t-il, j'en doute fort, et Titus commence sérieusement à filer du très mauvais coton. Je crains qu'il ne prenne le même chemin que Kephren. La boucle serait bouclée...

Tarmac

avatar
grand maître
grand maître
J'ai opté également et comme toujours pour l'édition de luxe, le dossier complémentaire sur cette cité à la confluence du monde pré-arabe et l'Hellénisme est tout simplement indispensable. Il permet de mieux apprécier l'album en deuxième lecture pouce

Raymond

avatar
Admin


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

2J

avatar
vieux sage
vieux sage
Raymond a écrit:Voilà, j'ai lu ce 8ème album d'Alix Senator, dont j'ai bien sûr acheté l'édition PREMIUM.



Mais qu'en dire ? La Cité des Poisons est bien sûr le départ d'un nouveau cycle, et l'histoire est encore trop incomplète pour la juger. C'est une intrigue qui se passe dans une cour orientale, avec beaucoup de personnages, et qui est pleine de complots et de désillusions. L'intérêt prédominant, en fait, se concentre d'abord sur le lieu de cette aventure, qui est le Royaume Nabatéen. Alix et ses amis y découvrent le célèbre site de Petra, qui a été rendu fameux par un album de Tintin (Coke en Stock) et ce lieu permet à Thierry Demarez de dessiner de belles images.



Le pessimisme et la tristesse règnent à nouveau sur la vie d'Alix, Enak et Titus, et la série est plus que jamais "crépusculaire". Je n'en dirais pas plus pour l'instant, car j'imagine qu'un grand nombre d'entre vous n'ont pas encore lu cet album. Je vous laisse pour le moment savourer cette histoire

Pour ma part, j'ai plutôt aimé cet album ... même si la tristesse de ces aventures d'Alix Senator me désespère plus que jamais.    Wink
ALIX y était déjà allé quand il était plus jeune et pas encore sénateur ...

Et , effectivement , bien d'autres y allérent ensuite :

Wink

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum