Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Gergovie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Gergovie le Ven 21 Juil - 6:39

bruno

avatar
grand maître
grand maître
Sortie ce mois-ci...




Je n'ai pas encore lu cette nouvelle version en BD de cette fameuse victoire de Vercingétorix... En effet Christophe Ansar avait sortie un album sur le même sujet l'année dernière, en juin 2016...

http://www.canalbd.net

2 Re: Gergovie le Ven 21 Juil - 8:35

Tarmac

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Là je crois que je vais aller chez mon libraire, en voilà une bonne idée de lecture. J'aime ces BD qui s'appuient sur l'archéologie, les sciences sociales pour coller au plus près d'une réalité ancienne, et ce bien plus que les uchronies qui foisonnent et donnent au final des versions parfois bien éloignées de la véritable Histoire. pouce

3 Re: Gergovie le Ven 21 Juil - 10:19

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Thierry Lemaire (Eriamel)/OREP vs. Silvio Luccisano/GALLIA VETUS... Mmmmmmm... Question Exclamation

4 Re: Gergovie le Lun 24 Juil - 19:41

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
J'étais à Gergovie, moi Môssieur !
(Agecanonix)





Cet album scénarisé par Silvio Luccisano est réédité ce mois. Attention, la couverture reste la même contrairement à ce que laisserait croire la nouvelle affiche promotionnelle ( www.galliavetus.fr ). Mais cette réédition contient un nouveau cahier consacré aux dernières trouvailles archéologiques effectuées sur le site de Gergovie pendant l'été 2016. C'est chez GALLIA VETUS, nouvelle structure créée par le scénariste et C. Ansar, qui ont souhaité quitter Assor-BD suite à des divergences de vue avec l’éditeur (Thierry Lemaire).

On doit à Silvio Luccisano toute une série d'albums. Notamment LE CASQUE D'AGRIS (4 vols), POSTUMUS ( http://www.peplums.info/pepag13b.htm#24 ) et ALESIA ( http://www.peplums.info/pep55g.htm ), mis en images par différents dessinateurs – notamment Laurent Libessart, Claire Bigard, J.M. Woehrel et Christophe Ansar – tous parus chez Assor-BD.
Par ailleurs président du GRAM (Groupe de Recherche archéologique Melunais), une association à Melun, en Seine-et-Marne, qui travaille sur le passé gaulois et romain de cette ville, Silvio Luccisano, qui a choisi la BD comme média pour vulgariser sa discipline, s’attache à rendre plus réalistes les reconstitutions proposées dans ses albums.

Pressé par l’actualité, l’album ALESIA (Ab Urbe Condita) avait en priorité été réalisé pour l’inauguration du nouveau Musée d’Alésia en coédition avec MuséoParc Alésia. Le projet initial de collaboration avec MuséoParc prévoyait également la publication d'un album GERGOVIE sur cette fameuse bataille qui précéda celle d'Alésia – puis d'un autre racontant celle du siège d''Uxellodunum, en 51, conformément à la chronologie de la Guerre des Gaules.

Nous voici donc aujourd'hui avec deux albums conçus par des membres de l’équipe initiale d'Assor-BD éclatée :
1)       L’initiateur d’Ab Urbe Condita, le scénariste-archéologue Silvio Luccisano (au scénario aidé de son ami Jean-Louis Rodriguez) et le dessinateur d’ALÉSIA Christophe Ansar (ancien assistant de Gilles Chaillet), qui ont sorti leur GERGOVIE en juin de l’année passée…
2)       … et aujourd’hui, la version Assor-BD avec, au scénario, l’éditeur Thierry Lemaire (Eriamel) assisté de Serge Mogère et à la planche à dessin Bruneau Marivain ainsi que le dessinateur de POSTUMUS, J.M. Woherel. A noter que Assor-BD – qui s'est ici associé avec OREP éditions – a, à tort ou à raison, conservé le titre générique conçu par de Silvio et Jean-Louis, Ab Urbe Condita (« Depuis la fondation de la Ville »).
Mais dans le monde de la BD, rien n’est simple. Tant comme scénariste que comme dessinateur, il est courant que Pierre, Paul ou Jacques reprenne le travail d’Untel ou de Telautre…

Il ne nous reste plus, amici, qu’à lire les deux « GERGOVIE » et à les comparer avec le De Bello Gallico…. Et à les confronter avec les données de l’archéologie, car les auteurs de ces deux albums revendiquent de se conforter scrupuleusement aux travaux de cette discipline.


Communiqué :

NOUVELLE ÉDITION AUGMENTÉE
Gergovie, la victoire.
Album archéo-collector, tirage limité et numéroté, disponible le 10 juillet.
En vente uniquement sur le site de l’éditeur Gallia Vetus : www.galliavetus.fr
et auprès des auteurs en dédicace sur salons et festivals.

Il s’agit de l’album normal, enrichi d’un cahier de 8 pages consacré exclusivement aux dernières recherches archéologiques sur le site de Gergovie. Y sont ainsi présentées, entre autres découvertes, la porte Sud de l’oppidum, qui subit probablement l’assaut des légions durant le siège, ainsi qu’une place monumentale au dallage imposant de plus de 2.700 tonnes. Avec le soutien de Vincent Guichard, les archéologues Peter Jud, Yann Deberge, Thomas Pertlwieser et Matthieu Poux, interrogent pour vous notre histoire sous la plume de Silvio Luccisano.

Les derniers dessins de notre bande dessinée datent de la fin de l’année 2015. L’album, lui, a été publié en juin 2016. Sur le terrain, en parallèle à la réalisation de l’ouvrage, des fouilles archéologiques se poursuivent. L’objectif de ces recherches est, d’une part, d’obtenir des indices supplémentaires dans la connaissance de l’organisation spatiale de la ville gauloise, et d’autre part de cerner les différentes étapes de son développement après la conquête romaine. Des éléments nouveaux et importants pour la compréhension du site apparaissent sous les truelles des fouilleurs en 2016. Dès lors, l’envie de les partager avec le public sous la forme de ce cahier spécial nous semble une évidence. Le lecteur curieux d’histoire et d’archéologie comprendra ainsi mieux l’organisation et l’évolution de ce site fascinant. Notons que les reconstitutions proposées dans cette bande dessinée ainsi que les éléments constitutifs de ce dossier ne présentent que l’état de la recherche actuelle.

5 Re: Gergovie le Sam 23 Sep - 23:30

jean dumont


compagnon
compagnon
Un texte celui de César, deux Bandes dessinées... Effectivement Ajax nous signale " deux albums conçus par des membres de l’équipe initiale d'Assor-BD éclatée ".
Pour avoir lu les deux albums, il n'y a pas photo, le cru 2017 me semble bien supérieur au cru 2016... Je suis même surpris que le Gergovie, la victoire ne soit pas plus dans le droit fil de l'Alésia, car enfin Luccisano Rodriguez et Ansar auraient pu présenter quelque chose d'aussi abouti... Gallia Vetus éditions n'a donc pas la même rigueur qu'Assor Bd et MuséoParc Alésia réunis... Il est vrai que l'album gergovie la victoire a été dessiné beaucoup plus rapidement que son prédécesseur Alésia ... et que l'équipe "Michaud-Libessart-Gobbo" avait, à l'époque, terminé l'album Alésia au secours d'un dessinateur qui s'épuisait sur les directives du musée d'Alésia... ceci doit expliquer cela.
Mais pourquoi faire si vite et sortir l'album Gergovie, alors que le musée de Gergovie était fermé, et surtout, avant que le relevé archéologique de la porte de l'oppidum soit terminée.
A l'inverse, la porte de Gergovie, celle relevée par monsieur Peter Jud apparaît dans l'ouvrage et sur la couverture même du Gergovie d'Assor bd et d'Orep, elle est dessinée par Bruno Marivain et une version dessinée par Laurent Libessart apparaît en fin d'album... De même que l'hémicycle de Corent découvert en 2011, et curieusement oublié dans Gergovie la Victoire... Sur le web on commence a trouver des commentaires entre les deux albums... J'attends de voir si d'autres sont du même avis.

6 Re: Gergovie le Dim 24 Sep - 10:14

Raymond

avatar
Admin
Je n'ai lu ni l'un ni l'autre, et je te remercie de cette mise au point !

Apparemment, il faut préférer l'album de Mogère et Marivain.  Idea


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

7 Re: Gergovie le Dim 24 Sep - 22:54

jean dumont


compagnon
compagnon
Voilà un site qui mentionne les deux BD...l'ANSPESSADE

Gergovie OREP

https://anspessade.wordpress.com/2017/07/11/gergovie-quand-la-bd-redessine-lhistoire/

Gergovie Gallia Vetus

https://anspessade.wordpress.com/2016/09/04/gergovie-la-victoire-gallia-vetus-2016/
même si je suis étonné de la note indulgente par rapport au commentaire, sans doute parce que à l'époque, l'autre ouvrage n'était pas sorti

et un autre, celui de l'ASCOT taper sur google :

La Chronique de l'Oppidum – Numéro 102 – ASCOT – octobre 2016

certes L'Ascot désigne un autre site, mais c'est surtout le descriptif de l'album qui est pertinent...
voir page 16 du pdf.

je cherche d'autres informations, affaire à suivre

8 Rendons à César …. le Jeu 28 Sep - 18:21

Antigone


débutant
débutant
Rendons à César ….


J’ai eu l’occasion cet été, sur un festival d’histoire vivante près d’Aix en Provence, de rencontrer le scénariste Silvio Luccisano. Il m’a expliqué les recherches qu’il mène depuis de nombreuses années en histoire et en archéologie et sa façon d’incorporer les données de cette science dans ses scénarii de façon à mieux reconstituer la période concernée par le récit et la rendre plus vivante. Je voudrais donc ici apporter quelques précisions d’après ses dires.

Tout d’abord il me faut revenir sur l’expression employée par Ajax, « les membres de l’équipe initiale d'Assor-BD éclatée ». La BD est avant tout un travail d’auteurs et sur l’album Alésia les auteurs principaux sont le trio, Ansar, Luccisano, Rodriguez (que l’on retrouve sur Gergovie, la victoire), auquel il faut ajouter les trois dessinateurs ayant terminés l’album et la coloriste. Assor BD étant l’éditeur ne peut donc faire partie, stricto sensu, de l’équipe initiale. Notons que même si un éditeur a un droit de regard sur le contenu d’un album, son travail ne consiste qu’à s’occuper de la maquette et de l’impression de l’ouvrage. Tout le travail de réalisation des albums BD dont nous parlons ici (recherche de la documentation historique et archéologique, scénario, découpage, dessins, couleurs et écriture des articles du cahier pédagogique), est le fruit des auteurs et non de l’éditeur.

Ensuite, je ne suis pas du tout d’accord avec Jean Dumont lorsqu’il affirme que « Je suis même surpris que le Gergovie, la victoire ne soit pas plus dans le droit fil de l'Alésia, car enfin Luccisano Rodriguez et Ansar auraient pu présenter quelque chose d'aussi abouti... Gallia Vetus éditions n'a donc pas la même rigueur qu'Assor Bd et MuséoParc Alésia réunis. ».

C’est attribuer à tort tout le mérite de la réalisation de la BD à l’éditeur alors que celui-ci revient aux auteurs. Si cette BD Alésia est si bien aboutie comme vous dites, c’est grâce à ses auteurs et non à Assor bd.
Mais, c’est aussi méconnaître totalement d’une part l’archéologie et d’autre part le travail de recherche et de scénarisation de ce même Silvio Luccisano dont les 6 albums chez Assor BD sont aujourd’hui une référence pour la rigueur des reconstitutions dessinées et l’apport de l’archéologie dans la BD. Nous lui devons la belle série du Casque d’Agris, Postumus empereur gaulois et bien sûr Alésia. Comment imaginer un seul instant que son travail sur Gergovie (et celui de ses co-auteurs) ne soit pas aussi abouti que celui sur ses autres albums ? Si tel avait été le cas, il n’aurait jamais obtenu la préface (et la caution) de M. Vincent Guichard directeur Général de Bibracte, ni celle des autres archéologues qui l’ont conseillé.

Parlons reconstitutions archéologiques à présent, ce qui pour moi, étant en Master d’Histoire et d’Archéologie antique, est relativement aisé. Se baser sur cette discipline pour restituer le mieux possible un univers dans une bd est une très bonne chose et je suis pour à 100%. Cependant, il y a archéologie et archéologie et l’étudiant que je suis peut ici argumenter. Reconstituer les données de l’archéologie ce n’est pas seulement reconstituer telle ou telle « grosse découverte », comme « la porte de Gergovie », « l’hémicycle » de Corent, ou les remparts de Gondole. Non, s’appuyer sur l’archéologie s’est aussi restituer en dessins l’ensemble des données et des recherches recueillies sur une époque, comme : l’armement, le mobilier céramique, les bijoux, le petit mobilier, etc…bref, tout ce qui rend plus vivant et plus réaliste la bd.

Et là, M. Dumont, il n’y a pas photo sur Gergovie,
le cru 2016 et bien supérieur au cru 2017, désolé
.


Ce cru 2017 regorge d’erreurs et d’anachronismes ; je cite l’exemple de la couverture où il manque un talon en fer à la hampe du pilum planté en terre et où le glaive du légionnaire ressemble plus à une spata du IVème siècle qu’à un glaive républicain. Et que dire de la voie dallée descendant de l’oppidum, voie non retrouvée en fouille. Et les exemples de ce genre sont nombreux dans l’album.

Notons au passage que si le cru 2016 est loin d’être parfait, ce genre d’erreur de débutant ne s’y retrouve pas.

En conclusion et pour reprendre la formule de M. Dumont je dirais, au vu de ces détails, que c’est plutôt Assor bd qui n'a pas la même rigueur que Luccisano et MuséoParc Alésia réunis.  

Parlons de la « porte de Gergovie » dénommée porte sud par les archéologues. Au moment où l’équipe du Gergovie 2016 terminait ses dessins, c’est-à-dire fin 2015, sa présence était soupçonnée par les archéologues mais non encore découverte en fouille. Elle ne le sera qu’à l’été 2016. On ne peut donc reprocher aux auteurs de ne pas l’avoir dessiné telle que le montrent les données de fouilles. Cependant, conscient de l’importance de ces découvertes, le trio Ansar, Luccisano, Rodriguez, a sorti en juillet dernier un collector de son album (celui dont parle Ajax plus haut), agrémenté de 8 pages actualisant l’archéologie du site et représentant bien cette porte.

Quant à « l’hémicycle » de Corent, interrogé sur ce point S. Luccisano m’a répondu que l’hypothèse de voir dans les données de fouilles un édifice de ce genre attendait d’être confirmée, et que pour rester prudent il a préféré en faire abstraction la jugeant par ailleurs inutile à sa narration. Peut-on, là aussi, lui reprocher sa prudence ou ses choix narratifs ?

Voilà, je voulais ici rendre aux auteurs du Gergovie 2016, ce qui leur appartient.
Leur Gergovie s’inscrit bien dans la continuité de leur Alésia :
l’on y retrouve les mêmes personnages (historiques et fictifs), le même dessin, la même âme narrative et bien sûr le même esprit et la même rigueur dans le rendu des reconstitutions archéologiques dessinées tout comme dans l’excellent cahier pédagogique.  

Le cru 2017 est différent, réalisé par d’autres auteurs. On peut d’ailleurs s’interroger sur la pertinence d’un pareil « doublon » commandé et publié par l’ancien éditeur du trio à l’origine de cette saga. Pourquoi et dans quel but ?

Aux lecteurs de juger.

9 Re: Gergovie le Ven 29 Sep - 11:02

jean dumont


compagnon
compagnon
Dans l'Alésia les personnages ne ressemblent pas à des Hobbits (où des nains) et c'est cela le travail de l'éditeur: refuser telle ou telle page parce qu'elle n'est pas bonne.
En ce qui concerne l'hémicycle de Corent, demandez à l'archéologue qui a fouillé ce qu'il en pense !
et soyez objectifs : en 2015, les auteurs savaient que la porte sud de Gergovie était découverte, et je ne dis pas plus que pourquoi n'avoir pas attendu quelques mois ...le musée de Gergovie étant fermé... il n'y avait pas urgence, mais une information donnée par la dessinatrice du tome 4 d'Agris, sur un festival, est judicieuse : Il fallait, au scénariste Luccisano, terminer le Gergovie avant le casque d'agris que ce dernier a totalement négligé (vous avez sans doute vu l'erratum). Maintenant je n'en sais pas plus.
Vous nommez Vincent Guichard, il y a aussi Yann Deberge, je pense que ces derniers ont conseillé et / où préfacé Gergovie la Victoire, parce qu'il n'y avait rien d'autre de prévu, à leur connaissance (je suppose) que cet album qui avait le mérite d'exister. Comment interprétez-vous que Le préfaceur est fait un commentaire, important et que Yann Deberge qui signe un cahier pédagogique dans les deux albums ait préfacé le Gergovie d'Orep (que vous semblez oublier) et Assor BD,autre BD.
Je n'évoquerai pas non plus la longue liste des spécialistes qui ont donné leur avis sur l'album qui si on la joint avec celle des scientifiques et spécialistes qui ont apporté leur conseil, leur nombre dépasse la quinzaine. Je ne disais rien de plus que cela, attendre la réaction des lecteurs, et j'ai rédigé dans mon propos "me semble" ensuite j'ai découvert que déjà deux sites faisaient un commentaire sur les albums dont j'ai mis les liens sur ce forum...
Maintenant, puisque vous énumérer des détails archéologiques, côté poliorcétique, les tours de siège du dessinateur Ansar ne fonctionnent pas et sur Alésia , le scénariste a fournit aux dessinateurs des modèles d'onagres qui n'existe pas au moment de la guerre des gaules...Là aussi un bond de plusieurs siècles...
Il faut savoir raison garder, d'autres voix vont sans doute enrichir ce forum...
Aller, une petite image de l'hémicycle de Corent, la bulle est mal placée, car elle cache le sanctuaire, mais il y a un autre dessin où on voit les deux.

10 Re: Gergovie le Ven 29 Sep - 11:04

jean dumont


compagnon
compagnon

11 Re: Gergovie le Ven 29 Sep - 12:50

jean dumont


compagnon
compagnon
Ajax, vous qui avez fait un long texte sur les deux albums , les avez vous lu ?
Votre avis serait un plus pour ce forum ? même question à Tarmac qui annonçait acheter la deuxième version de Gergovie ?

12 Re: Gergovie le Mar 24 Oct - 10:23

jean dumont


compagnon
compagnon
Ne recevant aucune réponse sur le forum
j'ai consulté le web et il y a du nouveau
des analyses sur les sites de :
l'Anspessade qui consacre trois articles aux BD Gergovie
(1 pour Gergovie la Victoire et 2 pour le Gergovie d'Orep-Assor Bd)
https://anspessade.wordpress.com/…/gergovie-carnyx-pilum-e…/

le site image d'histoire qui fait un comparatif sur Gergovie.
http://imagesdhistoire.canalblog.com/

Enfin le site arrête ton char (professeurs de lettres du secondaire)
qui lance un concours autour de la bd Gergovie.
http://www.arretetonchar.fr/jeu-concours-gergovie/

A suivre...

13 Re: Gergovie le Mar 24 Oct - 18:58

Raymond

avatar
Admin
jean dumont a écrit:Ne recevant aucune réponse sur le forum
(...)

Désolé ! Peu de gens ont lu cet album !   deso


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

14 Re: Gergovie le Mar 24 Oct - 19:17

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Raymond a écrit:
jean dumont a écrit:Ne recevant aucune réponse sur le forum
(...)

Désolé ! Peu de gens ont lu cet album !   deso

Ouais mais c'est un sujet assez pointu ! Je prépare une analyse comparée aussi équitable que faire se peut. Mais je ne souhaite pas me faire l'arbitre d'un contentieux qui ne me concerne pas.
Chaque chose en son temps. Pour l'instant, parmi d'autres, c'est le topic des "Origines d'Alix" qui me préoccupe.

15 Re: Gergovie le Mar 24 Oct - 23:10

jean dumont


compagnon
compagnon
Merci pour vos retours.
Effectivement il faut attendre qu'un public plus nombreux lise l'album, et son prédécesseur...
Je réagissais surtout au propos de Antigone, qui devait avoir, en tant que "master d'archéologie",
une réponse appropriée à mon précédent propos...
Moi, j'ai quelques notions, ce qui m'a permis de lui faire une courte réponse, mais il semblait très ferme sur ses propos et je voulais réagir ... De toute façon, le dernier album ne semble pas un doublon de l'autre...tant ils sont différents... Dans quel but, interrogeait il ? C'est peut être le hasard du calendrier, car on ne fait pas une telle Bd en un an... et si je ne me trompe pas, il y avait pile un an entre les deux publications.

16 Re: Gergovie le Mer 25 Oct - 8:41

Tarmac

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
jean dumont a écrit:Ajax, vous qui avez fait un long texte sur les deux albums , les avez vous lu ?
Votre avis serait un plus pour ce forum ? même question à Tarmac qui annonçait acheter la deuxième version de Gergovie ?
Si je ne me suis exprimé sur la deuxième version de Gergovie, c'est tout simplement parce que je ne l'ai pas encore lue. Je m'en excuse, entre les livres et les BD il faut que j'améliore ma cadence de lecture..

17 Re: Gergovie le Mer 25 Oct - 9:45

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
En tout cas, j'ai une bonne nouvelle pour Eriamel/Jean Dumont : son GERGOVIE est bien en place sur les étagères de Slumberland. Ce qui est un progrès par rapport aux précédents albums hyper-mal diffusés en Belgique. Un bon point pour OREP.

En ce qui concerne la notion de "doublon", je maintiens que c'en est un. Une équipe éclatée en deux, qui à un an d'intervalle, chacune de son côté sort deux albums sur le même sujet, même titre, c'est un doublon. Bien sûr ce n'est pas le même scénariste ni le même dessinateur, mais les sources sont identiques : 1) César - 2) les spécialistes d'Alésia, de Gergovie, des Gaulois, les reconstituteurs etc. comme conseillers scientifiques. Il y en a même un qui a préfacé l'un et mis un petit texte dans le dossier de l'autre. Alors que vous faut-il de plus pour admettre qu'il s'agit d'un doublon ?
Sans cesse sur le métier remettez votre ouvrage, comme disait l'autre.

18 Re: Gergovie le Mer 25 Oct - 10:26

jean dumont


compagnon
compagnon
Ajax m'assimile à Eriamel ? Plus sérieusement et pour lui répondre; le mot doublon n'était pas évoqué par lui mais par Antigone (hooups!)... Je n'en déduis pas forcement qu'Ajax et Antigone soit la même personne.
Dans mon esprit le mot doublon, employé par Antigone, sous entendait (mais je me trompe peut-être, il pourra,toutefois, préciser) que le deuxième album avait été fait par Assor bd (qu'il cite) parce que le premier existait... Mais il y a eu, d'une part, le délai qui me parait court pour être une réponse du berger à la bergère (et Orep dans tout cela ?) et, d'autre part, également, le Vercingétorix chez Glénat et la Guerre de Gaule chez Tartamundo... la nature de tous ces doublons doit être à peu près la même... Un hasard du calendrier, une mode éditoriale ...

19 Re: Gergovie le Mer 25 Oct - 11:49

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
jean dumont a écrit:Ajax m'assimile à Eriamel ? Plus sérieusement et pour lui répondre; le mot doublon n'était pas évoqué par lui mais par Antigone (hooups!)... Je n'en déduis pas forcement qu'Ajax et Antigone soit la même personne.

En effet, Ajax n'est pas Antigone. Ce n'est pas dans mes habitudes de marcher en me dissimulant derrière le bouclier d'un autre (qui connaît l'Iliade comprendra).
Mon avatar d'Ajax me suffit. Du reste, c'est contraire au règlement interne du Forum de se faire les questions et les réponses en usant d'alias. Si j'ai bonne mémoire, quand j'ai débuté sur ce Forum - il y a des années - on m'a suspecté d'être l'alias de quelqu'un autre (qui tout de suite après a quitté le Forum pour d'obscures raisons).

Aucune des BD sur la guerre des Gaules que vous citez - hormis les deux GERGOVIE bien entendu - ne sont des doublons. Il s'agit d'oeuvres distinctes, conçues hors de toute concertation.

Mais il est clair que l'équipe originelle d'Assor-BD a éclaté, et qu'après y avoir publié les divers opus du CASQUE D'AGRIS, ALESIA et POSTUMUS, Silvio Luccisano a repris ses billes pour créer "Gallia Vetus". Pour des raisons que je n'ai pas à connaître mais qui, de toute évidence, sont vieilles comme le Monde !
Et à l'évidence ils ont, tels Etéocle et Polynice dans la matrice maternelle, démarré ensemble GERGOVIE (probablement même avant ALESIA, mais l'actualité muséographique a bousculé la chronologie historique). GERGOVIE/Eriamel a forcément bénéficié de ces travaux préparatoires puisqu'ils ont travailié ensemble et que, comme vous le dites, une telle BD ne s'improvise pas en un an... Voilà donc ce que j'appelle un doublon. Tout simplement.

(Pour être tout à fait clair je précise que j'ai des contacts tant avec Silvio Luccisano, le scénariste, qu'avec son éditeur Thierry Lemaire/Eriamel. Bien évidemment, pour rédiger mon précédent dossier ALESIA [ http://www.peplums.info/pep55g.htm ], c'est surtout avec le scénariste-archéologue que j'ai échangé; avec l'éditeur-médiéviste il était plutôt question de trouver ses publications à la diffusion confidentielle... du moins en Belgique. Encore récemment, se procurer le GERGOVIE/Eriamel fut... épique !)

20 Re: Gergovie le Ven 27 Oct - 19:06

jean dumont


compagnon
compagnon
Du nouveau La chronique de l'Oppidum N° 106 -septembre 2017 est parue :

Il faudra faire abstraction de la conclusion, puisque ce bulletin est publié par les partisans d'Un Gergovie sur les côtes de Clermont et non celui reconnu par le milieu scientifique.

Extrait "... une nouvelle bande dessinée est consacrée à la première moitié de l'année 52 av. J.-C., la septième de la guerre des Gaules, qui a vu Vercingétorix se dresser face à César. La plus grande partie et le point d'orgue de cet ouvrage concernent la bataille de Gergovie, seule défaite personnelle de César pendant la conquête. Son titre en est tout simplement « Gergovie » et raconte les mêmes épisodes que la BD précédente.
Si la publication, en l'espace d'un an, de deux bandes dessinées sur un épisode aussi circonscrit a de quoi surprendre, elle s'explique en fait très bien. La nouvelle BD, sortie au mois de juillet, a été éditée par ASSOR BD (en association avec OREP éditions), spécialisée dans la bande dessinée historique : www.assorbd.fr. Elle complète « Alésia », parue chez le même éditeur en 2011 à l'occasion de l'ouverture du MuséoParc Alésia, dans la série « ROMA AB VRBE CONDITA », dont le scénariste
Silvio Luccisano était le maître d'œuvre. Or ce dernier s'est fâché avec l'éditeur au sujet du quatrième tome de sa magnifique série « Le casque d'Agris » (publiée chez ASSOR BD – cf. Ibid.), l'accusant d'en avoir censuré certains passages. Silvio Lucciano a donc fondé sa propre maison d'édition GALLIA VETVS pour publier « Gergovie la victoire » ...ASSOR BD n'a toutefois pas renoncé à compléter son catalogue et a fait appel à une nouvelle équipe,


L'Ascot dans son introduction, fait donc à peu près la même analyse qu'Ajax.

Reprenons :
"Comparativement à la BD de l'an dernier, le dessin de cette nouvelle version a sans doute moins de style, mais est beaucoup plus abouti, très appliqué, les proportions du corps des personnages étant cette fois très bien rendus, les décors très détaillés, cela dans la lignée des œuvres de Jacques Martin, un des maîtres de la bande dessinée franco-belge, créateur d'Alix (le jeune Gaulois éduen devenu citoyen romain par adoption) et d'autres séries historiques (même si les graphistes n'ont pas la virtuosité et la fermeté de trait de l'ancien collaborateur d'Hergé...). L'équipement des guerriers gaulois, des légionnaires, des chevaux, les différentes constructions (bâtiments, remparts...), le mobilier domestique sont dépeints de manière très précise (voir en particulier la représentation de l'oppidum de Corent), un effort particulier semblant avoir été fait pour les machines de guerre romaines (notamment lors du siège d'Avaricum), le tout bénéficiant des dernières
découvertes archéologiques et du conseil de quatorze archéologues et/ou spécialistes de l'Antiquité (mais d'aucun latiniste !), en premier lieu Yann Deberge qui présente l'ouvrage et dont la version dessinée de la bataille s'inspire directement d'une de ses publications récentes (2014) « Témoignages de la Guerre des Gaules dans le bassin clermontois, nouveaux apports »
... Cette publication prend ainsi prétexte de découvertes récentes, notamment de fossés, faites en particulier lors d'interventions d'archéologie préventive dans le secteur allant de Merdogne à Gondole, et recycle aussi des trouvailles anciennes, le tout vaguement daté du Ier siècle av. J.-C., qui, selon Yann Deberge et ses collaborateurs – ajoutés à la mise au jour des « camps romains » d'Orcet et de La Roche Blanche – se rapportent sans aucun doute à la bataille de Gergovie ! L'emprise de cette bataille aurait donc été plus importante que César ne l'écrit. La nouvelle BD sur Gergovie est donc l'adaptation de cette théorie nouvelle, et nous y voyons l'armée de Vercingétorix occuper aussi bien Merdogne que... Corent ! Cependant, contrairement à la version totalement invraisemblable de Silvio Luccisano (cf. Ibid.), la ville de Gondole a été évacuée. Elle joue néanmoins un rôle important dans la bataille. Si César n'en dit rien et ne parle pas de plusieurs oppida lors du siège de Gergovie, Yann Deberge et ses collègues ont la réponse : « ...De Bello Gallico ne retranscrit pas toute la réalité et la complexité du champ de bataille. Le récit de César, malgré le caractère factuel et la concision qui l'habillent, n'offre qu'une vision incomplète et subjective des évènements qui se sont effectivement déroulés lors du siège de Gergovie » ! (cf. p. 45 publication susnommée).

La conclusion ne peut être ensuite que celle qui suit puisque d'après l'Ascot, Gergovie est ailleurs :

En conséquence, la reconstitution que propose la nouvelle BD est souvent contradictoire avec le récit de la guerre des Gaules, on est loin de retrouver tout ce qu'affirme César dans son rapport, mais on invente des péripéties basées sur l'interprétation subjective de découvertes archéologiques... En bref, on ne croit pas ce que dit César, mais on croit ce qu'il ne dit pas ! Les auteurs, dans l'avant-propos de la BD, posent ainsi comme premier postulat de leur narration la supériorité de l'archéologie sur le texte césarien : la « découverte [des oppida de Gondole et Corent] (...) l'emporte sur le texte de César. » ! Il s'agit donc d'une bataille imaginaire. Leur est-il seulement venu à l'esprit que, si César n'en parle pas, c'est sans doute qu'ils n'ont joué aucun rôle dans l'épisode de Gergovie et que, par conséquent, Gergovie ne se situe peut-être pas là où Yann Deberge le pense ?

Ce qui est intéressant par contre c'est le ressenti entre les deux albums, dans le N° 102 - octobre 2016 de ce journal d'information, il est écrit :

Sur les 54 pages dessinées, seul le dernier tiers est consacré à la bataille de Gergovie et ses prémices.
Même si la gageure de faire tenir dans 36 pages tous les événements jusqu'à la bataille de Gergovie a obligé les scénaristes à faire des choix qui ne seront pas forcément appréciés de tous les connaisseurs de l'épopée du roi des Arvernes, il faut pourtant reconnaître que le récit est habilement mené, notamment grâce à des personnages inventés vivant leur « petite » histoire au sein de la grande.

Ce qui n'est guère le cas de la dernière partie consacrée à la bataille de Gergovie, dont les diverses péripéties ne sont absolument pas crédibles. La cause en est simple : il est impossible d'adapter le texte clair et précis de César à un terrain qui ne lui correspond pas du tout. Les scénaristes, qui ont dû choisir parmi les nombreuses versions de la bataille, ont finalement opté pour la version « classique » de Napoléon III, c'est-à-dire l'attaque de l'oppidum à partir du petit camp établi sur la colline de La Roche Blanche ; mais cette version, pas plus qu'une autre, ne permet de résoudre la quadrature du cercle...
Dans cette bande dessinée, comme il est annoncé dans la quatrième de couverture, Gergovie est LA capitale des Arvernes, leur centre politique ; ce qui est faire fi des nombreuses découvertes réalisées sur l'oppidum de Corent par les équipes de Matthieu Poux, découvertes qui prouvent pourtant que celui-ci était incontestablement le centre politique (et religieux) des Arvernes à l'époque de la guerre des Gaules. Or, les auteurs ne retiennent de Corent que l'aspect religieux, ne l'évoquant que sous le terme de « grand sanctuaire ». Quant à Gergovie-Merdogne, en tant que « capitale », elle se voit « affubler » de nombreuses habitations alors que la ville « gauloise » n'a toujours pas été mise en évidence malgré les nombreuses interventions archéologiques...
Au sujet des oppida de Corent et de Gondole, les scénaristes ont pris une option historique à notre avis invraisemblable. Dans la BD, ces deux villes sont en effet censées faire partie du domaine du chef arverne Epasnactos que César qualifie de « grand ami du peuple romain ». César aurait donc épargné les deux oppida de Corent et Gondole, leur évitant le pillage et la destruction : on voit ainsi les légionnaires romains traverser les faubourgs de Gondole dont les habitants vaquent tranquillement à leurs occupations et ne paraissent manquer de rien ! Pourquoi donc Vercingétorix n'aurait-il pas pris possession des biens de son ennemi, que ce soit lors de sa prise de pouvoir chez les Arvernes ou avant de se replier dans l'oppidum de Gergovie ? Pourquoi aurait-il subitement mis fin à sa stratégie de la terre brûlée et n'aurait-il pas réquisitionné la totalité des provisions alimentaires de Corent et de Gondole afin de pourvoir au siège ?...


Une autre invraisemblance : précédant cet épisode, les légions romaines franchissent l'Allier au niveau de Gondole ! Celles-ci ont, pourtant, déjà traversé la rivière lors du fameux stratagème relaté les pages précédentes (d'ailleurs très maladroitement, l'Allier ayant l'air d'un ruisseau...)!

Irrégularité des dessins
Un des problèmes concernant la représentation dessinée de la bataille de Gergovie (valant aussi pour le siège d'Avaricum) est la fâcheuse impression que celle-ci met aux prises quelques dizaines, voire quelques centaines de combattants selon les séquences, alors que plus de cent cinquante mille hommes étaient présents sur le terrain ! Il s'agit là d'un vrai problème de savoir-faire de la part du dessinateur.
Quant au graphisme des personnages, il est très irrégulier et on voit souvent apparaître des guerriers gaulois ou des légionnaires romains aux silhouettes mal proportionnées (dans certaines vignettes, on dirait même des nains !).
Cela dit, certaines séquences sont rendues de manière tout à fait satisfaisante, notamment grâce à une mise en couleur généralement très réussie : tel est le cas de la superbe entrée en matière au sein d'une forêt du pays des Carnutes, de nuit, ou de la traversée des Cévennes par César et ses légions dans la neige, en plein hiver...
Tout n'est donc pas à jeter dans cette BD et ceci vaut en particulier pour la représentation des habitations, des remparts gaulois, des fortifications romaines et tout ce qui concerne le mobilier : le matériel domestique ou agricole, les armes, les machines de guerre romaines, l'équipement militaire des personnages, le harnachement des chevaux, les bijoux, etc., et, de manière plus hypothétique, les vêtements et les coiffures des Gaulois(es)


En résumé, si l'Ascot reconnait le caractère indéniablement "BD" par l'apport de la fiction dans la version Gergovie la Victoire, elle est sévère sur le dessin de la version Gallia Vetus et sur certaines invraisemblances comme le rôle du gaulois Epasnactos ou le franchissement par trois fois de l"allier (en effet pour le franchir une (deuxième fois ) dans le même sens  - rive droite vers rive gauche, il faut être de nouveau passé sur le rive droite (sic!)

Nota pour lire le pdf complet de l'Ascot, taper sur google :
http://www.gergovie.fr/htmfr/documents/N%20106.pdf
et
http://www.gergovie.fr/htmfr/documents/N%20102.pdf

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum