Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

GIANT de Mikaël

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 GIANT de Mikaël le Sam 17 Juin - 17:37

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour

Giant est un dyptique écrit, dessiné et colorié par l'auteur québecois Mikaël. Le premier tome vient juste de sortir en librairie.

L'intrigue se déroule en 1932. Elle suit la vie de Giant, un colosse irlandais, riveteur sur le chantier de construction du Rockefeller Center. Un des collègues de Giant meurt en chutant du chantier, et le jeune homme récupère ses affaires. Il découvre alors que cet ouvrier avait une famille en Irlande, une femme, Mary Ann, et trois enfants. Les lettres de Mary Ann sont bouleversantes, car à la toute fin, son mari, ruiné et désespéré, ne répondait plus. Giant va alors décider de se faire passer pour le mari. Il récupère une vieille machine à écrire, et renoue la correspondance. Lui, l'homme seul, se crée ainsi une famille. Il envoie de l'argent, raconte sa vie et fait renaitre l'espoir.

Le scénario est poignant. Mikhaël assemble en les transcendant de nombreux images d’Épinal. Ainsi, Giant, le taiseux, le solitaire, se révèle prolixe et poète sur la feuille de papier, comme si ce média lui permettait de surmonter ses inhibitions. Le titan, qui semblait n'être qu'une force de la nature, cache une âme sensible et généreuse. Et Giant se rapproche progressivement des autres ouvriers du chantier. Il sympathise notamment avec son compatriote Dan, aussi frêle et bavard que lui est massif et silencieux. Et donc, au final, la correspondance est rédemptrice. L'esprit du goliath s'élève en même temps que le gratte-ciel se construit. L'auteur recourt aussi à un parallèle cinématographique, et brosse une comparaison entre l'imposture de Giant et celle de Charlot, dans Les lumières de la ville.

Le rêve américain est ici déconstruit. Les constructeurs de gratte-ciels vivent misérablement. Ils prennent des risques insensés et travaillent durement pour que le magnat Rockefeller puisse disposer d'un palais moderne, d'une demeure écrasant la ville de sa hauteur et de sa beauté. La crise et la chômage résultant broient toute velléité de révolte face à l'injustice. Les seuls réconforts des ouvriers viennent des prostituées, toutes aussi malheureuses qu'eux, et de leur mutuelle compagnie. Une petite Irlande nait ici, devant l'église gothique de Saint-Patrick d'ailleurs. L'ironie est mordante car Giant, dans le but de réconforter Mary Ann, construit, dans ses lettres, un faux rêve américain : un rêve doré fait de mensonges. Faut il globaliser ?!
Pour être plus positive, je souhaite mettre en avant une phrase du scénario illustrant parfaitement le melting-pot américain : Harpie ou squarehead, quelle différence, m'sieur ? Ici, tout le monde vient de quelque part. Pis maintenant, on est tous New-York aussi !. Un manuel de civilisation américaine ne l'aurait pas mieux dit !

Les couleurs sont adaptées à la situation. Mikaël recourt à des tonalités automnales, brunes, jaunes, noires, reflétant parfaitement le contexte sombre de la Grande Dépression. Quelques notes de verts émergent des scènes irlandaises.

La couverture est magnifique. Les tours et les poutres dessinent un damier en brun et jaune, d'où émerge la silhouette pensive de Giant. On ne sait si c'est le soir ou le matin. L'instant est intemporel. L'homme est ici face à lui même, et les fenêtres éclairées des bureaux ou des appartements incarnent un monde vivant dont il est exclu. La référence aux célèbres photographies des ouvriers new-yorkais au dessus du vide s'impose.





Cette BD m'a beaucoup émue. Espérons que sa conclusion, dont la publication est prévue début 2018, sera aussi belle. Mikaël nous a laissé avec de nombreuses interrogations. Qui est vraiment Giant ? Comment la relation entre Giant et Mary-Ann va évoluer ? L'attente va être longue !   affraid  

Bon week-end

Eléanore

2 Re: GIANT de Mikaël le Dim 18 Juin - 10:23

Raymond

avatar
Admin
Merci de cette présentation !  Very Happy

Il faut bien l'avouer, ce livre serait sinon resté totalement inaperçu.  jap


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

3 Re: GIANT de Mikaël le Dim 18 Juin - 11:03

Raymond

avatar
Admin
Mais je me rend compte que le dBD a parlé de cet album dans son dernier numéro !  Embarassed





Il faudra que je lise tout ça !  Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

4 Re: GIANT de Mikaël le Dim 18 Juin - 13:26

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour,

Giant bénéficie effectivement d'un accueil très favorable de la critique. Ainsi, le magazine de la chaine des librairies Album lui consacre deux pages. Et l'éditorial le cite comme une des 3 BDs majeures de ce bimestre.  Very Happy

Bon dimanche
Eléanore

5 Re: GIANT de Mikaël le Dim 25 Juin - 18:17

Raymond

avatar
Admin
Les commentaires très élogieux d'eleanore-clo ayant éveillé mon intérêt, j'ai acheté hier le tome 1 de Giant.  Wink

J'avais encore en tête le résumé de l'intrigue, et il ne m'a pas été difficile de comprendre cette BD. Toutefois, j'ai modérément apprécié la manière qu'utilise l'auteur pour raconter son récit. Il n'y a en effet pas de récitatif (hélas) mais uniquement de multiples phylactères qui agissent un peu comme une bande sonore. Ces bulles de texte rapportent de nombreux bavardages, ce qui est habile pour créer une ambiance, mais tous ces phylactères "racontent" en fait peu de choses. En fait, pour "lire l'histoire", il faut se fonder essentiellement sur les images. Il y a toutefois quelques informations importantes (parfois) dans ces bavardages, et il faut bien les repérer si on veut comprendre l'avancée du récit.

Bien sûr, cette technique narrative n'est pas nouvelle, et un vieux dessinateur comme Hermann, par exemple, l'utilise abondamment. Mais tout ceci m'a quand même un peu agacé ... bref ! Passons là-dessus ! Je dois être trop vieux !  

Sur le plan graphique, le livre est assez élégant. Le dessin est plutôt réaliste et les teintes brunes ou grises y prédominent. Il est vrai que le récit se déroule dans une ville (New-York) qui était alors en plein développement, et que l'ambiance devait y être "grisâtre", elle aussi. Ces couleurs tristes contrastent avec les scènes irlandaises qui sont un peu plus vertes, quoique discrètement. Cet ensemble se rapproche en fait des teintes sépia que l'on trouve dans les vieilles photos, et il y a certainement dans ce choix une recherche esthétique.

Quant à l'intrigue, eleanore-clo l'a très bien résumée. Elle se déroule dans un monde ouvrier et besogneux, et si l'histoire principale est celle d'un échange épistolaire entre deux êtres qui ne se connaissent pas, on y côtoie aussi des gangsters et des prostituées qui rendent la vie plus sombre. On devine rapidement que l'Amérique à venir ne sera pas seulement celle du progrès et des gratte-ciels qui s'élèvent, mais aussi des "syndicats" et de la mafia qui vont régner dans la rue. L'ambiance de cette BD reste donc dure et pessimiste.

Ceci-dit, j'attends moi aussi avec intérêt la suite de cette histoire, dont les deux principaux personnages sont intéressants et attachants.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

6 Re: GIANT de Mikaël le Mer 28 Juin - 4:28

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonsoir

Voici l'avis du réseau des librairies Album.

http://album.fr/bd/giant-mikael

Bien cordialement
Eléanore

7 Re: GIANT de Mikaël le Mer 5 Juil - 22:16

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonsoir

Giant est la BD RTL de juin 2017 : http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/bande-dessinee-giant-de-mikael-est-la-bd-rtl-de-juin-2017-7789146742

Cerise sur la gâteau, Monique Younès, la journaliste, et Mikaël, l'auteur, commentent l’œuvre sur le lien ci-dessus. Bonne écoute ! Very Happy

Bonne soirée
Eléanore

8 Re: GIANT de Mikaël le Mer 5 Juil - 22:25

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Le quotidien Le Figaro inclut Giant dans la liste des BD indispensables à dévorer cet été  : http://www.lefigaro.fr/bd/2017/06/25/03014-20170625ARTFIG00003-les-bandes-dessinees-indispensables-a-devorer-cet-ete.php.

Du coup, cela permet aussi de découvrir les onze autres BD recommandées !  Very Happy

Eléanore

9 Re: GIANT de Mikaël le Dim 27 Aoû - 19:20

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonsoir

Giant passe à Lausanne....
Exposition  sunny

Bon dimanche
Eléanore

10 Re: GIANT de Mikaël le Dim 27 Aoû - 20:51

Raymond

avatar
Admin
Merci de le signaler ! pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

11 Re: GIANT de Mikaël le Dim 5 Nov - 13:28

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Le tome 2 de Giant sortira le 25 janvier 2018, à l'occasion du Festival d'Angoulême.
En avant-première, Dargaud Le Mag nous donne la couverture ainsi que les 3 premières planches.
On retrouve ces magnifiques couleurs sépia, qui font si bien penser aux photographies en noir et blanc de l'époque.
Celles et ceux ayant eu la chance de visiter New York retrouveront Ellis Island, le point de débarquement obligé pour tous les candidats à l'émigration. Et Mikaël choisit de commencer son scénario par le célèbre tri, sur la bonne ou mauvaise santé. Je me suis permise de joindre quelques photographies du site de la Ellis Island Foundation, et dont on peut penser que le dessinateur canadien s'est inspiré.










Très cordialement
Eléanore

12 Re: GIANT de Mikaël le Jeu 25 Jan - 21:26

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Le tome 2 de Giant vient juste d'être publié !

Mikaël nous emmène une nouvelle fois dans le New-York des années 1930 et nous assistons à la rencontre tant attendue entre Giant et Mary-Ann. Et bien évidemment, l'auteur nous dévoile le passé du héros, passé sombre il va s'en dire...
L’intrigue est d’une totale logique et se conclut en beauté sur la fin du chantier du Rockefeller Center, un giant de pierre, dont la hauteur surclasse tant celle du colosse irlandais que celle de la cathédrale Saint-Patrick. Les deux édifices sont d'ailleurs mis en perspective, et, page 47, un fidèle déclare la demeure de l’éternel a toujours été le plus grand refuge pour les âmes esseulées même si, désormais, ce géant-ci l'a réduite à la taille d'une chapelle. Faut-il y voir une métaphore ? Celle du dieu dollar supplantant le dieu judéo-chrétien ? Quoiqu'il en soit New-York est criant de vérité, et Mikaël pousse le souci du réalisme à reproduire sur un mur une affiche du film Dracula de 1931 !

Derrière une intrigue en apparence simple et linéaire se cache des thèmes riches. En voici deux parmi beaucoup d'autres.

Le premier me semble être celui du mensonge juste. Dans La République, Platon, par le biais de ses personnages, Glaucon et Socrate, nous interroge :  Mais, repris-je, avec la plus grande exactitude on peut appeler vrai mensonge ce que je viens de mentionner : l'ignorance où, en son âme, se trouve la personne trompée …. Le vrai mensonge est donc haï non seulement par les dieux, mais encore par les hommes. Il me le semble. Mais le mensonge dans les discours ? Est-il parfois utile à certains … ? A l'égard des ennemis et de ceux que nous appelons amis, quand poussés par la fureur ou la déraison ils entreprennent quelque action mauvaise, n'est-il pas utile comme remède pour les en détourner ? Et dans ces histoires dont nous parlions tout à l'heure, lorsque, ne sachant pas la vérité sur les événements du passé, nous donnons autant de vraisemblance que possible au mensonge, ne le rendons-nous pas utile ? Et donc, l’imposture de Giant est-elle un vrai mensonge ou un mensonge dans le discours ? Inspirée par des bons sentiments (quoique non totalement désintéressée), elle n’en reste pas moins une mystification. Aussi, Mary-Ann va osciller entre la compréhension et la colère.  A ce sujet, on ne peut qu’être admiratif devant l’intelligence de la scène opposant les deux héros. L’auteur joue sur les décors (sous une ligne de métro aérienne où le crissement des roues figure le crissement des voix) et sur les vignettes (qui se vident de plus en plus pour focusser sur les personnages) pour mettre en scène un dialogue digne de ceux de Chimène et Rodrigue dans le Cid de Corneille. Aussi, la scène finale sur le toit pourrait être rapprochée de la fameuse scène où Chimène déclare : Va, je ne te hais point. Smile

Un autre thème est celui du rêve américain. L’auteur le déconstruit pour mieux le reconstruire. Il le déconstruit car Rockefeller utilise sans scrupule la main d’œuvre bon marché que constituent des émigrés désespérés. Puis, Mikael reconstruit le rêve en présentant les États-Unis comme un pays où les cicatrices peuvent se refermer et où les êtres peuvent se reconstruire et prendre un nouveau départ. On retrouve bien la célèbre parole (1931) de James Truslow Adams : The American Dream is that dream of a land in which life should be better and richer and fuller for everyone, with opportunity for each according to ability or achievement (Le rêve américain est le rêve d’une terre dans laquelle la vie devrait être meilleure et plus riche et plus complète pour tout le monde, avec des possibilités pour chacun selon sa capacité ou sa réussite). A la dernière page de la BD, Mikaël imagine la une du New-York Herald avec un titre célébrant la réussite des constructeurs du gratte-ciel : GIANTS A TOP A GIANT ! (des géants au sommet d’un Géant). Et le cliché accompagnant l’article nous montre ces émigrés irlandais, devenus héros de leur nouveau pays. Une image d’actualité !  On peut d’ailleurs noter en passant que Dorothea, la photographe de la BD, s’inspire de Berenice Abbott, la grande photographe américaine, même physique et même coupe à la garçonne !

Le style est exactement le même que celui de Giant 1. Des images puissantes, pleines de bruits et de fureur. La colorisation de l'album tend de nouveau vers le sépia, évoquant par là les épreuves d'époque. Un cahier graphique de 8 pages reprenant des études de l'auteur complète la BD.

J’ai eu la chance de pouvoir assister à deux séances de dédicaces de l’auteur. Et voici les deux magnifiques cadeaux qu’il m’a offert. A cette occasion, Mikaël a expliqué qu’il compte poursuivre son exploration de New-York. Sa prochaine BD, Bookblack, aura aussi pour décor la grosse pomme, et mettra en scène deux époques de la vie d’un cireur de chaussures d’origine allemande, en 1935 et en 1945. Elle sortira courant 2019.

Revenons au présent, je conseille vivement et chaudement la lecture de Giant. En plus, il ne pleut pas durant l'intrigue !

Mary-Ann et Giant


Dan et Dorothea


Berenice Abott alias Dorothea

13 Re: GIANT de Mikaël le Sam 27 Jan - 9:51

Raymond

avatar
Admin
Je ne vais pas manquer ce tome 2, bien sûr, mais il y a tellement de BD intéressante en ce mois de janvier.

En attendant, voici une petite critique assez élogieuse faite dans BDZoom.

http://bdzoom.com/125295/bd-voyages/«-giant-»t2-par-mikael/


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum