Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Couvertures d'albums

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 7 sur 8]

151 Re: Couvertures d'albums le Ven 16 Juin - 22:27

Loup79


license ès BD
license ès BD
Bonjour,
Oui, bien plus intéressante la couverture de 1966. Sans doute du fait que le ciel est omniprésent, contrairement à la couverture de 1938. Il y a aussi le fait que Tintin soit debout, près à bondir face à la terreur qui devrait se trouver dans le château.
Une très belle couverture.
(C'est grave si j'avoue que je n'ai jamais lu de Tintin ? beber )

152 Re: Couvertures d'albums le Dim 18 Juin - 12:08

Raymond

avatar
Admin
Mais revenons à un tout grand dessinateur de couvertures, qui sait allier l'efficacité à la simplicité. Il s'agit de Raymond Macherot !





La première chose qui frappe le regard, c'est bien sûr cette très belle couleur de fond, ce rouge-vermillon intense qui recouvre les trois-quarts du dessin. On pourrait éventuellement admettre qu'il s'agisse de la véritable teinte du mur, mais pas que ce soit la couleur du plancher. Ce détail révèle en fait les intentions du dessinateur, qui évite soigneusement tout réalisme. La priorité est donnée à cette lumière rouge et soutenue, venue d'on ne sait où, qui apporte à la couverture une ambiance inquiétante.

D'autres détails renforcent cette atmosphère cruelle. On découvre en particulier l'ombre géante d'Anathème qui se profile sur le mur, et cette image nous rappelle quelques séquences cinématographiques célèbres. Fritz Lang avait utilisé cet effet dans M le Maudit, et Murnau en avait fait de même dans Nosferatu. A chaque fois, ces noires silhouettes sont associées à une ambiance de terreur, et la couverture semble chercher à réveiller cette émotion.

Et pourtant, ce n'est pas un sentiment de peur qui domine, lorsque l'on regarde cette illustration. Le lecteur y a d'emblée repéré des caractéristiques discordantes, qui donnent au contraire une impression d'ironie. Il y a d'abord le "dessin au trait", un peu enfantin, qui pastiche un certain type d'images et qui nous ramène à la caricature. Il y a ensuite la physionomie goguenarde d'Anthracite, qui n'est pas vraiment inquiétante. Le rat semble en fait parodier ses illustres prédécesseurs, et cette image est bien un dessin d'humour. Les jeunes lecteurs du journal Tintin l'ont d'ailleurs tout de suite compris, intuitivement.

Il y a donc dans cette couverture un mélange d'humour et de férocité, qui me semble caractéristique de l'art de Macherot. Ce dernier cherchait volontiers à retrouver l'ambiance cruelle des contes de fées, dans ses BD animalières. C'est ainsi qu'il aimait instiller une certaine dose de méchanceté dans les aventures de Chlorophylle ou les dernières histoires de Sybilline, Et puis, rappelons nous de l'humour noir qui prédomine dans l'unique aventure de Chaminou, où des personnages se font dévorer d'une manière ironique par le vilain Crunchblott. On peut mourir dans les BD de Macherot, et l'humour est aussi une façon de masquer cette dure réalité.

C'est ainsi que j'aime cette couverture, qui me fait d'emblée sourire sans que ceci ne puisse éliminer une petite sensation d'inquiétude. La bombe qui est posée sur le bureau peut tuer beaucoup de monde, et le narrateur pourrait ne pas hésiter à l'utiliser.

L'image parait toute simple, mais son interprétation est complexe. C'est du tout grand art !



Dernière édition par Raymond le Sam 24 Juin - 18:45, édité 1 fois


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

153 Re: Couvertures d'albums le Dim 18 Juin - 13:32

Loup79


license ès BD
license ès BD
J'ai l'impression qu'il va perpétrer un vol, le vol de la bombe. Non ? (Suis-je resté un gamin ?)

La première chose qui m'a frappé c'est le trait du bas du mur. Pourquoi n'est-il pas horizontal ? Cela donne la sensation d'une montée, pour accentuer la difficulté d'atteindre le bureau où est posé la bombe ???
Il y a aussi comme une moquerie à la situation, et, on n'en doute pas, qui est consciemment vécu par le rat, puisqu'il nous regarde, nous lecteurs. Lecteur qui est le seul à le voir faire sans pouvoir réagir (à tort ou à raison, je ne pourrais le dire car je ne connais pas le personnage et encore moins la série)
Si on regarde bien, Raymond, la bombe et le rat (bon sang comment s'appelle-t-il, déjà ?) sont tous les deux sur une ligne de force (de la règle des tiers) : la situation est bien mise en évidence.

Une très belle couverture, oui. Merci Raymond !

154 Re: Couvertures d'albums le Dim 18 Juin - 19:02

Raymond

avatar
Admin
Effectivement, Anathème (c'est le nom du rat) est en train de voler la bombe géante, et il n'hésitera pas ensuite à l'utiliser.

Pour la ligne légèrement oblique du bord du plancher, ce n'est malheureusement qu'une fausse impression. Si tu regardes bien, le scan n'a pas été bien fait perpendiculairement, et toute la couverture est légèrement inclinée vers la droite. La ligne du plancher était au départ horizontale. Désolé !  deso


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

155 Re: Couvertures d'albums le Lun 19 Juin - 8:14

marbou


alixophile
alixophile
Belle couverture de Macherot !
Je pense que le rat est Anthracite, le méchant dans les Chlorophylle.
Je crois qu'Anathème est celui qui apparaît dans quelques aventures de Sibylline.

156 Re: Couvertures d'albums le Lun 19 Juin - 11:17

Raymond

avatar
Admin
Tu as raison ! J'ai confondu les deux rats !


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

157 Re: Couvertures d'albums le Mar 20 Juin - 13:50

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour

L'heure du dessert est arrivée au Bois des Pauvres. Et la pièce montée a donc été sortie du réfrigérateur. Je vous propose donc de déguster ce qui est probablement la couverture la plus célèbre de la BD, celle de La Marque Jaune.



Cette couverture transcende l'ouvrage et appartient désormais à l'inconscient collectif, comme le démontrent les multiples utilisations du visuel. Des auteurs, célèbres comme Gelluck, ou d'autres inconnus, se sont emparés du thème. 



La couverture a servi aussi de modèle à des affiches de spectacle. En fait, son utilisation semble presque infinie.



Il est aussi étrange de constater que Jacobs a hésité sur ce qui semble aujourd'hui une évidence. Et nous aurions pu avoir un tout autre dessin, comme celui du Journal Tintin du 6 août 1953.



La question est maintenant de savoir pourquoi cette couverture nous émeut tant. Je crois que chacune(chacun) aura sa propre explication. Voici très modestement quelques impressions.

- le M jaune est très marquant. Le jaune est une couleur chaude, généralement associée à la joie de vivre et au soleil. Or, ici, Jacobs prend l'exact contrepied de cet usage. Ainsi, Blake et Mortimer sont inquiets. Et la marque n'illumine pas le sinistre quartier de Limehouse Dock, elle tâche juste un mur. De plus, il vient juste de pleuvoir, et nos héros portent des imperméables. Le vent soulève d'ailleurs leurs manteaux. Un sentiment de froid s'empare ainsi de nous. En résumé, la contradiction entre le jaune et l'environnement nous met mal à l'aise.

- Le M ressemble aussi beaucoup au mu grec. Du coup, on imagine un langage secret, ésotérique.



- l'environnement est sinistre. La poubelle et la gouttière ne sont pas dans le registre du beau, mais dans celui du sordide quotidien. Jacobs n'a donc pas cherché à magnifier Londres, comme il l'a fait dans la couverture de Tintin, avec The House of Parliament en arrière plan. Au contraire, nous sommes ici confrontés à une réalité crue. Le western spaghetti reprendra le même concept bien des années après, en mettant en scène des cow-boys sales et peu moraux.

- Blake et Mortimer regardent dans notre direction, très légèrement sur notre gauche. Beaucoup d'encre a coulé sur le geste de Mortimer.  Recherche-t-il une arme ? On ne saura jamais. Quoiqu'il en soit, le poing de Blake est serré. C'est donc que les deux personnages sont face à un ennemi. Les héros regardent l'autre côté de la chaussée, mais imaginons que leur regard quitte la BD et sorte du livre. Dès lors, nous, lecteurs, avons une terrible menace légèrement sur notre gauche... Vite, regardons, oserais-je même dire, fuyons. Encore une fois, Jacobs distille l'angoisse.

- Bien évidemment, les ombres gigantesques de Blake et Mortimer font penser au film Nosferatu, ce qui amène un soupçon d'horreur. De plus, les silhouettes sont captives du cercle entourant le M Jaune. Nos deux amis seraient-ils prisonniers ? A tout le moins dans leur esprit.



Voilà quelques réflexions que j'ai été heureuse de partager. En fait, tout l'art de Jacobs est dans le non-dit. Il suggère et ne montre pas. Et pour vous, que vous inspire cette couverture ?

Bonne journée
Eléanore

158 Re: Couvertures d'albums le Mer 21 Juin - 6:55

Sébastien

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Bonjour Eléanore,

Vous avez abordé la couverture-culte et je vais donc m'extraire de ma somnolence toute relative pour vous donner quelques impressions.

Tout d'abord un grand merci pour vos contributions à ce sujet qui ont été très appréciées.

Me concernant, la couverture de la Marque Jaune, c'est en effet comme vous le soulignez, tout d'abord l'entrée de plain-pied dans une ambiance. Il n'y a certes pas le brouillard mythique de Londres, mais il y a tout cet environnement humide (voir le pavé luisant) et venteux (le bord des manteaux replié), le mur de briques, l'écriteau "Limehouse Dock". Nos héros font face au danger, ils voient quelques chose, qu'est-ce? Mystère.

Que cherche Mortimer dans sa poche? Je me le demande aussi. Il n'aurait pas mis son revolver dans cette poche à mon avis.

Et puis, et surtout le grand M encerclé, jaune, impressionnant, qui effectivement contraste avec le reste, qui est plutôt sombre et poisseux.

Tout cela donne envie d'être au chaud et sous une bonne lampe, et d'ouvrir cet album pour enfin comprendre ce qu'est cette Marque Jaune.

Et puisque inévitablement avec cette couverture la question du pastiche fait surface, je ne résiste pas à l'envie de mettre ici cette couverture, qui par le plus pur des hasards allie la Marque Jaune et l'Ile Noire, couvertures des 2 derniers messages d'Eléanore.



A bientôt

159 Re: Couvertures d'albums le Ven 23 Juin - 13:59

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour

Je vous propose, ce jour, de partir pour la Syldavie.

Le sceptre d'Ottokar a connu trois couvertures différentes.

   

Le sceptre n'apparait que dans la première couverture, celle de 1939. Tintin et Milou, bien interrogatifs et presque inquiets, nous regardent, avec à l'arrière plan les armoiries du royaume. Un mystère royal rôde, à n'en point douter !

Les deux couvertures suivantes datent de 1942 et 1947. Tintin ne subit plus, il agit ! Nous le voyons à chaque fois sortir de la forteresse de Krowpow. ll marche d'un pas décidé, méditatif en 1942, pressé en 1947. Cette année là d'ailleurs, son chemin bifurque vers la droite. Ce petit détail n'est pas anodin car il "agrandit" la largeur de l'image. Et le lecteur imagine un chemin partant sur la gauche de notre héros. Il est aussi amusant de constater qu'en 1938, le jeune homme regardait dans la direction opposée ! Tintin a ainsi fait le tour de l'horizon ! De son côté, Milou semble bien abattu en 1942. Il tire la langue. Peut être regrette-t-il encore l'os de dinosaure que le scénario lui avait attribué quelques pages auparavant ! En tout cas, la sérénité revient en 1947. Faut-il y voir un signe que la guerre est terminée ?

D'une manière générale, l'édition de 1947 est bien mieux dessinée. Grâce à un meilleur usage des lois de la perspective, la cour gagne en profondeur. Du coup, l'illustration figure une cible dont la porte (la salle du sceptre?) serait le mille ! Et les costumes des gardes, beaucoup plus fouillés, s'éloignent de ceux des gardes de la tour de Londres pour mieux incarner une culture balkanique imaginaire.



Les soldats adoptent aussi des postures plus martiales, plus "sinueuses" et du coup plus dynamiques. Leur hallebarde sont plus acérées. Le château est manifestement bien gardé et il va falloir que les complotistes trouvent une astuce pour dérober le spectre ! Un pont levis a d'ailleurs fait son apparition. Enfin, une herse aux pointes acérées protège l'entrée.

Des couleurs contrastées donnent relief et vie à la couverture. Une végétation verte recouvre les murs du château, et les pierres ont bruni sous le soleil.

Il est amusant de constater que la taille du blason a fortement diminué entre 1939 et 1942. Et le pélican disparait d'ailleurs complètement en 1947 ! Sûrement un mauvais coup des Bordures ! L'insertion du titre de l'ouvrage dans la couverture a beaucoup évolué. Le frontispice est d'abord positionné au dessus de l'illustration, puis il s'inscrit sur le mur de la forteresse, avant de finir comme écrit sur un rouleau de parchemin ! Le secret de la licorne se profile à l'horizon !

Tous les changements de 1947, tous ces détails, sont bien évidemment dus à Edgar P Jacobs qui s'est emparé du travail d'Hergé et lui a fait faire un bond de géant. Romain Gary a gagné deux fois le prix Goncourt, une fois sous son nom et une fois sous le pseudonyme d'Emile Ajar. Peut être pourrait-on donc dire que Jacobs figure deux fois dans ce fil ? Une fois sous son nom et une fois sous le pseudonyme d'Hergé !  Laughing En tout cas, j'adore cette couverture qui fleure bon l'Europe centrale.

Bien cordialement
Eléanore

160 Re: Couvertures d'albums le Sam 24 Juin - 10:25

Raymond

avatar
Admin
L'album de 1947 présente effectivement une couverture bien mieux conçue. Les trois images que tu exposes illustrent bien la progression du concept et le travail d'Hergé !  pouce

Mais penses-tu vraiment qu'Edgar P. Jacobs soit à l'origine de ce perfectionnement ? Ce dernier faisait avant tout un travail de mise en couleurs, et d'affinement de certains décors. J'ai de la peine à imaginer qu'un perfectionniste comme Hergé puisse délaisser à un "assistant" l'amélioration de la couverture d'un album. Même s'il s'inspirait souvent des idées de ses collaborateurs, il voulait toujours avoir le dernier mot ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

161 Re: Couvertures d'albums le Sam 24 Juin - 10:31

Draculea

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
La couverture de 1947 aussi a ma préférence. Plus dynamique, beaucoup moins rigide grâce à l'usage de la perspective oblique et le mouvement du pan d'imperméable. Elle s'inscrit de surcroit dans un cadrage beaucoup plus puissant qui forme une sorte de croix de Saint André. Enfin, les contrastes de couleurs, dont la présence blanche de Milou au premier plan lui donnent une profondeur d'espace bien plus claire et vivante à mon goût.

162 Re: Couvertures d'albums le Sam 24 Juin - 20:41

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour

Raymond a écrit:Mais penses-tu vraiment qu'Edgar P. Jacobs soit à l'origine de ce perfectionnement ? Ce dernier faisait avant tout un travail de mise en couleurs, et d'affinement de certains décors. J'ai de la peine à imaginer qu'un perfectionniste comme Hergé puisse délaisser à un "assistant" l'amélioration de la couverture d'un album. Même s'il s'inspirait souvent des idées de ses collaborateurs, il voulait toujours avoir le dernier mot ?

Je suis persuadée qu'Hergé a toujours sous-traité une partie de son travail, probablement pour mieux se concentrer sur l'essentiel. Peut-être d'ailleurs qu'un des talents de ce géant était de bien savoir s'entourer ? On peut aussi dire qu'Hergé, tel une éponge, "buvait" le savoir-faire de ses assistants pour le restituer, transcendé. Prenons l'exemple du Lotus Bleu. Lorsqu'on compare cet opus à celui qui l'a précédé et à celui qui l'a suivi, on ne peut que conclure qu'un sommet a été atteint. Et si Hergé avait totalement assimilé les techniques utilisées dans le Lotus Bleu, pourquoi ne les a-t-il pas ré-utilisées dans l’Oreille cassée ? Certes, on peut toujours rétorquer qu'une aventure en Amérique latine ne doit pas, esthétiquement parlant, ressembler à une aventure en Chine ! Mais, quand même, est-ce que Tchang n'aurait pas dessiné (peint  Smile ) une partie des vignettes ? Les superbes nocturnes au lavis sont-ils vraiment d'Hergé ?

Beaucoup de langues se sont déliées ces vingt dernières années. Et maintenant, nul ne doute que les décors fouillés de la version 1966 de l'Ile Noire soient de Bob de Moor. De même, il est certain qu'Azara a dessiné une partie des paysages de l'Affaire Tournesol et des Bijoux de la Castafiore. La paternité du cargo de Coke en Stock a été attribuée à Bob de Moor, celle du Carreidas 160 de Vol 714 pour Sidney à Roger Leloup.

Pourquoi donc n'en serait-il pas de même pour Le sceptre d'Ottokar. En 1947, les détails abondent et les couleurs sont vives. De plus, cette herse ne fait-elle pas penser au rideau d'une scène d'opéra... Les costumes des gardes foisonnent de détails. On sent le vécu du baryton qui, au cours de sa carrière, a revêtu maints et maints habits. Je suis donc convaincue que la couverture de 1947 est hybride, faite à quatre mains par Hergé et par Jacobs. Hergé s'est clairement concentré sur les attitudes personnages, alors que Jacobs a dessiné les décors et les costumes. La grande salle du palais a d'ailleurs bénéficié d'un traitement similaire.


 


Et vous qu'en pensez-vous ?

Cordialement
Eléanore

163 Re: Couvertures d'albums le Sam 24 Juin - 21:18

Draculea

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Cette analyse est passionnante et à mon avis très juste chère eleanore-clo.

164 Re: Couvertures d'albums le Dim 25 Juin - 10:31

Raymond

avatar
Admin
Tu as choisi un bon exemple.   Very Happy

Il est vrai que la très belle cérémonie finale du Sceptre d'Ottokar a été redessinée conjointement par Hergé et Jacobs et ... que ces deux-là sont d'ailleurs amusés à glisser dans la foule leurs propres silhouettes ainsi que celles de leurs proches. Notons au passage que ce genre de gag n'était pas inédit, et qu'Hergé l'avait déjà utilisé en solo dans de précédents albums de Tintin ou de Quick et Flupke.

Alors oui, Hergé sous-traitait une partie de son travail, et Jacobs est probablement intervenu sur la couverture de l'album (du moins pour les couleurs), mais cela ne veut pas dire qu'il faille attribuer à ses "assistants" le mérite des résultats obtenus. Hergé contrôlait de près tout le travail de son "studio". Il avait des exigences élevés et il était finalement le vrai maître d'oeuvre de l'ensemble.

Remarquons aussi que les assistants d'Hergé ont changé au fil des années, et que la qualité et le style de ses albums ne s'en est pas ressentie. Cela signifie bien que l'impulsion qu'il donnait était primordiale. Hergé ne dessinait pas que les silhouettes, et faisait aussi le story board et le découpage des planches. Il laissait clairement certains détails des décors à Bob de Moor, mais lorsque l'on compare les deux versions en couleur de l'Ile Noire, on ne peut pas dire que la "version 1965" (plus riche en décors) soit réellement supérieure.

Je pense donc qu'Hergé s'est beaucoup investi dans la composition de cette couverture, aussi bien dans sa conception globale (dont il est l'auteur au départ) que dans la mise en place de ses détails. Il a collaboré avec Jacobs, au minimum pour la mise en couleur, et peut être aussi pour d'autres détails (les costumes par exemple), mais il n'y avait qu'une seule personne qui dirigeait l'ensemble.

Telle est du moins ma conviction !  jap


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

165 Re: Couvertures d'albums le Dim 25 Juin - 13:43

Suréna

avatar
alixophile
alixophile
eleanore-clo a écrit:Bonjour

Je suis persuadée qu'Hergé a toujours sous-traité une partie de son travail, probablement pour mieux se concentrer sur l'essentiel. Peut-être d'ailleurs qu'un des talents de ce géant était de bien savoir s'entourer ? On peut aussi dire qu'Hergé, tel une éponge, "buvait" le savoir-faire de ses assistants pour le restituer, transcendé. Prenons l'exemple du Lotus Bleu. Lorsqu'on compare cet opus à celui qui l'a précédé et à celui qui l'a suivi, on ne peut que conclure qu'un sommet a été atteint. Et si Hergé avait totalement assimilé les techniques utilisées dans le Lotus Bleu, pourquoi ne les a-t-il pas ré-utilisées dans l’Oreille cassée ? Certes, on peut toujours rétorquer qu'une aventure en Amérique latine ne doit pas, esthétiquement parlant, ressembler à une aventure en Chine ! Mais, quand même, est-ce que Tchang n'aurait pas dessiné (peint  Smile ) une partie des vignettes ? Les superbes nocturnes au lavis sont-ils vraiment d'Hergé ?

Beaucoup de langues se sont déliées ces vingt dernières années. Et maintenant, nul ne doute que les décors fouillés de la version 1966 de l'Ile Noire soient de Bob de Moor. De même, il est certain qu'Azara a dessiné une partie des paysages de l'Affaire Tournesol et des Bijoux de la Castafiore. La paternité du cargo de Coke en Stock a été attribuée à Bob de Moor, celle du Carreidas 160 de Vol 714 pour Sidney à Roger Leloup.

Pourquoi donc n'en serait-il pas de même pour Le sceptre d'Ottokar. En 1947, les détails abondent et les couleurs sont vives. De plus, cette herse ne fait-elle pas penser au rideau d'une scène d'opéra... Les costumes des gardes foisonnent de détails. On sent le vécu du baryton qui, au cours de sa carrière, a revêtu maints et maints habits. Je suis donc convaincue que la couverture de 1947 est hybride, faite à quatre mains par Hergé et par Jacobs. Hergé s'est clairement concentré sur les attitudes personnages, alors que Jacobs a dessiné les décors et les costumes. La grande salle du palais a d'ailleurs bénéficié d'un traitement similaire.

Et vous qu'en pensez-vous ?

Cordialement
Eléanore

Bonjour,

Le travail de Bob De Moor sur L'Ile Noire n'est pas une révélation, celui de Leloup sur Vol 714 non plus. Sur la participation de Jacobs aux couvertures d'après-guerre, je suis d'accord (voir celle des Cigares du Pharaon pour s'en convaincre Smile ), la balkanisation du costume des gardes est d'ailleurs l’œuvre de Jacobs.

Par contre pour Le Lotus Bleu, je suis nettement plus perplexe. Que Tchang ait participé aux détails du décor, aux lettrages chinois, c'est connu, qu'on lui doive l'esthétique nocturne de l'album, j'ai comme un doute. D'abord parce que dans de précédentes aventures ont trouve d'intéressantes scènes nocturnes (Tintin en Amérique a de jolis effets feu de camp), ensuite parce que ce genre de scènes est presque un cliché pour des aventures orientales, il suffira de rappeler l'épisode japonais des aventures de la famille Fenouillard où l'on trouve non seulement ce jeu d'ombres chinoises, mais aussi le truc du mur facilement percé pour permettre l'évasion.

Non franchement je ne vois rien là-dedans qui soit impensable pour Hergé et qui exige une main extérieure. De plus dans L'Oreille Cassée, il y a une très belle maîtrise des contrastes de lumière, entre autre pendant le voyage en pirogue où entre le fleuve lumineux et la jungle sombre et hostile, les effets sont discrets mais très réussis (et franchement une gageure en noir et blanc).

166 Re: Couvertures d'albums le Dim 25 Juin - 15:35

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour à tous

Un beau débat et je vous en remercie.

Oui, Hergé fut un merveilleux chef d'orchestre. En fait, je suis surtout gênée par l'anonymat imposé à ses collaborateurs   down . Mais peut-être était-ce l'air du temps ? Carl Barks, le père de Picsou, fut totalement inconnu du grand public du fait de la politique de Western Publishing qui imposait à ses créateurs de ne pas signer leur œuvre  affraid . On peut aussi penser à Dupuis cachant l'arrivée de Goscinny sur Lucky Luke  grr2  . Sauf erreur de ma part, le grand scénariste est apparu avec Des rails sur la prairie, mais n'a pu signer qu'à partir des Rivaux de Painful Gulch.



Du coup, la démarche de Franquin n'en apparait que plus méritoire  Very Happy . Si le "grand André" n'a pas pu franchir le pas avec Les pirates du Silence (scénario de Rosy), il le fera avec Le prisonnier du Bouddha où Greg et Jidéhem sont honorés dans la couverture.
 


Tchang a t'il dessiné des vignettes du Lotus Bleu, ou a-t-il corrigé et recorrigé le travail d'Hergé pour le pousser vers la perfection ? Nul ne le saura. Chacun aura sa conviction. Et après tout, peu importe, car les deux artistes étaient amis. Et des amis s'aident sans rien demander en retour  Very Happy . Je vous propose pour conclure de rapprocher une aquarelle de Tchang et une vignette du Lotus Bleu.

 

Bon dimanche
Eléanore

167 Re: Couvertures d'albums le Mar 4 Juil - 8:33

Draculea

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Nous connaissons tous la très classique et magnifique couverture des Cigares du Pharaon qui a accompagné nos enfances. Celle de la première version de l'album est désormais bien connue elle aussi grâce aux rééditions en fac similé.












Mais c'est une autre version que j'aimerais proposer à votre regard aujourd'hui, une version quelque peu hétérodoxe puisque, contrairement à la règle implicite que nous avons observée jusqu'à présent dans ce sujet, la couverture que je désire vous montrer. Il s'agit d'un pastiche en forme de parodie. Dans ce genre il existe tant de déclinaisons souvent paresseuses quand elles se content de reprendre des figures d'Hergé et de les redistribuer dans un autre décor, ou bien agressives et laides quand elles prétendre railler la série, que le genre en est à la longue devenu lassant.

Mais celle-ci a retenu mon attention par son originalité et le soin graphique avec lequel elle est composée puisque Tintin et les Dupondt y ont à peu près l'allure que l'auteur leur donnait dans la première version de l'album et dans Le lotus bleu. En outre, l'apparition inattendue et prématurée du capitaine ajoute au charme étrange de cette couverture si réussie qu'on pourrait croire qu'ils 'agit d'un projet d'Hergé lui-même pour une version alternative de son album jamais publiée !


168 Re: Couvertures d'albums le Mar 4 Juil - 8:45

Raymond

avatar
Admin
Étonnant ! C'est la première fois que je vois cette image qui est en fait un gag. Belle trouvaille ! pouce

Sur le fond, je ne crois pas qu'elle provienne d'Hergé ou de son studio, qui ne pratiquait pas de genre de gag morbide. Et puis, nous l'aurions vue déjà auparavant. Cet humour me fait plutôt penser au style et à l'esprit de Chaland, ou d'un autre dessinateur de la même "ligne (Joost Swarte ?).

En fait, où l'as-tu trouvée ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

169 Re: Couvertures d'albums le Mar 4 Juil - 10:17

Draculea

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je pense que tu as raison. Elle n'a aucun lien avec Hergé. C'est un hommage assez spirituel. Je l'ai tout simplement trouvée sur le site Pinterest par pur hasard.

170 Re: Couvertures d'albums le Mar 4 Juil - 12:00

Raymond

avatar
Admin
J'ai "googelisé" la question et j'ai trouvé la réponse sur le Forum Tintin !

http://tin-7.soforums.com/t1021-Les-sarcophages-du-pharaon.htm

Il s'agit en fait de la couverture d'un album pirate, dont le dessinateur est anonyme, mais qui est fort bien réalisé. On en voit quelques images sur le forum Tintin.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

171 Re: Couvertures d'albums le Mar 4 Juil - 12:18

Draculea

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Merci d'avoir procédé à cette recherche ! Car ce dessinateur en vaut la peine ! Very Happy

172 Re: Couvertures d'albums le Mar 4 Juil - 21:45

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonsoir Draculea

Merci pour cette belle découverte.  Very Happy
Bien  cordialement

Eléanore

173 Re: Couvertures d'albums le Mer 5 Juil - 19:20

Draculea

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
J'ai eu grand plaisir moi aussi à découvrir cette étonnante couverture ! Merci de ce petit signe amical eleanore-clo ! Very Happy

174 Re: Couvertures d'albums le Dim 9 Juil - 0:50

Raymond

avatar
Admin
Et si nous revenions au véritable album de Tintin !  Very Happy



Et oui !  Pourquoi ne pas analyser la couvertures des Cigares du Pharaon ? Avouons-le d'emblée : c'est le plus vieil album de BD de ma collection, où il occupe une position bien particulière. Je l'ai reçu un beau jour d'automne, en 1962, de la part d'un monsieur pas très bien intentionné ... mais je ne m'étendrai pas là-dessus. J'ai raconté autrefois cet événement dans mon blog !    Wink

http://lecturederaymond.over-blog.com/article-19489354.html

J'ai tellement contemplé cette couverture pendant mon enfance qu'il devient difficile aujourd'hui de retrouver l'émerveillement initial. Je vais donc être un peu plus analytique ...

Essayons !  Wink

Or donc ... Tintin avance dans un couloir richement décoré, et son visage exprime la surprise. L'objet de son attention semble insignifiant, à savoir les trois cigares éparpillés devant lui sur le sol. Si l'on n'a pas lu l'album, il pourrait être difficile de comprendre son étonnement, mais ces cigares sont en fait une des images récurrentes de la BD. C'est aussi un des fils conducteurs de cette aventure mouvementée. Notons au passage que cette couverture ne correspond pas exactement au récit dans le livre, mais elle découle assez judicieusement du titre de l'album.

Comme d'habitude, Tintin est en action. L'image est traversée par un mouvement oblique qui suit le trajet du couloir, et qui se dirige de gauche à droite et vers le bas. Le héros semble ainsi descendre dans cette image et, instinctivement, on devine qu'il se précipite vers le danger. Les découvertes qu'il va faire dans la tombe du pharaon prouveront ensuite au lecteur la vérité de cette intuition. Tintin est sur le point de tomber dans un piège.

L'humour est présent dans ce dessin, avec en particulier cet alignement de sarcophages grotesques, où l'on trouve le fameux égyptologue "E. P. Jacobini" (tout le monde aura vite compris). Ce gag est toutefois relégué au second plan. C'est un petit clin d'œil destiné aux connaisseurs, mais il ne doit pas détourner le lecteur de l'essentiel, qui est l'aventure.

En fait, plutôt que par la crainte ou l'humour, l'ambiance de cette image est dominée par le mystère. Le regard interrogatif de Tintin contient en germe toute l'aventure qui va suivre, et le décor inhabituel (qui mêle l'humour et l'archéologie) nous promet un monde plein de surprises.

Remarquons à ce sujet que la BD contient une énigme policière, même si elle raconte d'abord une poursuite échevelée à travers le monde oriental. La couverture rassemble ainsi des éléments très divergents : une course incessante, un mystère à élucider, un humour de situation, et surtout une exploration du Moyen-Orient, qui est ici présente grâce à la précision presque documentaire des hiéroglyphes et des illustrations murales. Cet ensemble pictural est plutôt intriguant, mais il reflète exactement le contenu de l'album. Et puis, n'oublions pas que les Cigares du Pharaon étaient destinés à un public d'enfants. Hergé sait se limiter à quelques messages simples, et sa couverture est composée avec suffisamment d'habileté pour rester explicite.

Il reste au fond assez banal de constater qu'une couverture réalise la synthèse parfaite des caractéristiques de l'album. Cette observation témoigne d'une certaine habileté dans la composition de l'image, mais elle n'explique toujours pas sa séduction. Il me semble en effet qu'Hergé réussit une fois de plus à créer une image marquante, qui séduit par elle-même, et l'existence de son pastiche (que Draculea nous a montré ci-dessus) en est d'ailleurs la preuve. Cette couverture peut être regardée longuement sans perdre son charme, en suscitant un mélange de plaisir et d'admiration, à tout âge.

En tant que "tintinophile" avéré, je suis peut-être un peu partial, mais je ne peux m'empêcher de trouver cette image admirable. Action, mouvement, mystère, et surtout bel équilibre entre le motif principal et les nombreux détails, tout y est ! sunny

Contempler les couvertures ... c'est aussi un des plaisirs de la bande dessinée.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

175 Re: Couvertures d'albums le Dim 9 Juil - 8:15

Draculea

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je souscris totalement à cette magnifique analyse qui est une excellente façon de commencer ce dimanche ! Very Happy

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 7 sur 8]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum