Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Loïs 3 : Le Code noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Loïs 3 : Le Code noir le Mar 16 Juin - 17:58

Jey

avatar
alixophile
alixophile
Critique retrouvée en faisant le ménage sur mon dd.

Lecture plaisante : le scénario, sans être transcendant, est rythmé, propose de l’aventure sous divers horizons… Je trouve les personnages de Pâques de plus en plus convaincants. Les couleurs sont bonnes. Les décors aussi. Certes quelques progrès restent à faire, mais le dessin de Pâques, je pense, a franchi un nouveau palier dans la quête de sa maturité. Cela augure donc bien pour la suite de la série… à condition bien sûr que le rythme de publication devienne un peu plus soutenu. Bravo donc aux auteurs.

Un bémol : je trouve la mentalité anachronique de Loïs agaçante. Je note bien que cette mentalité, très décalée, est pleinement assumée par les auteurs (cf l’entretien de Stéphane). Je peux comprendre en partie ces derniers dans la mesure où il s’agit en théorie d’une publication pour la jeunesse. Ceci dit, l’approche d’un sujet « sensible » comme la Traite des noirs aurait pu être plus subtile, car ici on est bien en face d’une certaine représentation caricaturale. On a d’un côté le tout blanc (Loïs), un personnage chronologiquement déphasé qui dégouline de bons sentiments anachroniques (le sommet étant atteint dans les dernières planches). Ce décalage mental donne parfois au héros un profil de garçon assez naïf, pour ne pas employer un autre mot. De l’autre, on a le tout noir, c'est-à-dire le grand méchant, ce Morsan, trafiquant négrier, forcément une crapule… En oubliant que la plupart de ces négriers étaient des bourgeois tout ce qu’il y a de plus respectables. Donc le fait de ne pas avoir voulu assumer pleinement la contextualisation du scénario et du héros aboutit à cette dichotomie Loïs/Morsan qui au final donne une image assez caricaturale et simpliste de la Traite. Dommage, même si encore une fois je peux comprendre le dilemme des auteurs.



Autrement quelques petites remarques :

p.3 : dans le langage courant du XVIIe siècle, on n’utilise pas le terme de « monarque » pour désigner le Roi de France.

p.9 : rue trop propre ! Cela vaut également pour les pages suivantes. Une rue de cette époque est d’une saleté que nos esprits hygiénistes d’aujourd’hui peinent manifestement à représenter… Il faudrait ajouter de la paille, de la boue et toutes sortes d’immondices…

p.12 : le navire de Morsan, digne de la marine royale, ne m’apparaît pas comme étant ce qu’il y a de plus crédible pour faire office de négrier.

p.15 : on n’embarquait pas "à vide" pour la Traite mais avec des cargaisons destinées au troc avec les chefs tribaux. L’expression « caraïbes » est inadéquate : on disait plutôt « les isles », « les isles d’Amérique » ou « l’Amérique »…

p. 22 : quand on sait que l’esclave noir est un produit de luxe, que la rentabilité d’un voyage à la traite, onéreux et risqué, repose tout entière sur la quantité et la qualité de la cargaison, il est difficile de concevoir que l’on puisse jeter par-dessus bord une partie de la dite cargaison pour « alléger » le navire. Un capitaine préférerait sans nul doute jeter à la mer une partie de son artillerie plutôt que ses esclaves, ce qui serait d’ailleurs autrement plus efficace… Bien sûr, on peut contre-argumenter en disant que le « capitaine », ici, est un connard fini…

p.27 d’abord il faut saluer le fait que les auteurs aient bien montré la complicité des noirs eux-mêmes dans ce trafic d’esclaves. Par contre, je ne vois pas un chef tribal alimenter le trafic en ponctionnant dans ses propres sujets, à moins qu’il ait quelques envies suicidaires. Les chefs tribaux alimentaient le trafic par des captifs issus des guerres inter-tribales, qui ne manquaient pas.



Voilà, en dehors de ces quelques pinaillages, je trouve cet album réussi et j’attends impatiemment la suite.

2 Re: Loïs 3 : Le Code noir le Mar 16 Juin - 18:21

Invité


Invité
Ah, Jey, je me souviens fort bien d'échanges homériques entre toi et je ne sais plus qui sur le forum 1 disparu (qui a précédé le 2 disparu Very Happy ) à propos du fait que des esclaves avaient été passés par-dessus bord!
Je viens de le relire, et il m'a vraiment bien plu, cet album, plus encore que la première fois et puis Pâques n'est jamais aussi bon que dans ses scènes maritimes!

3 Re: Loïs 3 : Le Code noir le Mar 16 Juin - 20:50

Jey

avatar
alixophile
alixophile
Des échanges homériques qui s’étaient retrouvés aussi sur ton blog (disparu également). Very Happy

Il faudrait que je le relise moi aussi cet album. Dans cette critique, j'ai été manifestement beaucoup plus indulgent sur le dessin de Pâques que dans son Monsieur. Peut-être effectivement est-il plus à l’aise dans les scènes du grand large que dans les espaces cloisonnés versaillais… ou alors c’est moi qui suis devenu plus méchant entre les deux albums, je ne sais pas. Smile

4 Re: Loïs 3 : Le Code noir le Mer 17 Juin - 8:32

Invité


Invité
Il y a aussi le fait que le découpage d'une grande partie de cet album a encore été fait par Jacques Martin lui-même et ça se ressent au niveau lisibilité. Depuis qu'il a malheureusement dû arrêter ce travail préparatoire, je trouve que ça se ressens assez fort dans cette série, comme dans Alix et Jhen, d'ailleurs.

5 Re: Loïs 3 : Le Code noir le Mer 17 Juin - 11:09

Raymond

avatar
Admin
Je n'ai pas relu cet album depuis sa sortie mais j'en garde moi aussi un bon souvenir.

Par rapport à Loïs, il me semble que c'est un personnage très "martinien". J'entends par là qu'il incarne les valeurs que défend son auteur. Il ressemble beaucoup à Lefranc ou Alix et défend le faible contre le fort. Il défend aussi l'ordre social tout en en étant prêt à lutter contre d'éventuels tyrans. C'est un héros conventionnel et le lecteur peut facilement s'identifier avec lui.

Si on se place d'un point de vue historique, l'attitude de Loïs est effectivement peu crédible. Les français du 17ème siècle ne connaissaient rien du problème de la traite des noirs et n'avaient aucune raison de la combattre. A cette époque, d'ailleurs, l'européen moyen ne considérait pas les noirs (ou les indiens) comme des égaux. Il existait un racisme généralisé, fondé sur l'ignorance et également sur l'intolérance religieuse. Pour être antiraciste à cette époque, il aurait fallu au minimum avoir des connaissances fondées sur une longue fréquentation des peuples africains. On peut effectivement dire que l'attitude de Loïs est anachronique, mais sur le plan du récit, c'est une simplification qui donne au lecteur certains repères agréables, car le personnage est facilement compréhensible.

Dans les plupart des séries de Jacques Martin, le héros principal est conventionnel et défend les valeurs et les croyances du 20ème siècle. C'est comme cela !

Par rapport à la traite des noirs, je pense que François Bourgeon la raconte d'une manière beaucoup plus adéquate dans la série des Passagers du Vent.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

6 Re: Loïs 3 : Le Code noir le Mer 17 Juin - 11:43

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Raymond a écrit:
Par rapport à la traite des noirs, je pense que François Bourgeon la raconte d'une manière beaucoup plus adéquate dans la série des Passagers du Vent.

pouce pouce pouce

7 Re: Loïs 3 : Le Code noir le Jeu 6 Aoû - 16:00

Invité


Invité
Au niveau purement graphique, je trouve qu'il s'agit ici du meilleur album de Pâques. Les premières pages entre autre sont de toute beauté. Un niveau qu'on ne retrouve malheureusement plus dans "Monsieur, frère du roi".

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum