Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Jean-Claude Denis et Quelques mois à l'Amélie

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas  Message [Page 1 sur 3]

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonsoir

Cet ouvrage est quelque peu ancien puisqu'il fut publié dans le collection Aire Libre en 2002.
Il raconte la renaissance d'Alys Clark, un écrivain quinquagénaire en mal d'inspiration, dont on comprend qu'il est séparé de son épouse et qu'il vient de perdre son père.
Cet homme va trouver un renouveau auprès d'une veuve, Marianne, elle même en souffrance depuis le décès de son époux.
L'intrigue est brillante et la mise en abyme parfaite car elle emboite le passé et le présent, mélange la réalité et l'imaginaire (les déplacements de Clark reproduisent l'itinéraire décrit par un de ses confrères dans un ouvrage).
Le  dessin est un peu simple, presque naïf. Mais tout respire la paix.

Un ouvrage pour les jours de tristesse !

Cordialement
Eléanore-clo



Dernière édition par eleanore-clo le Jeu 24 Sep - 22:31, édité 1 fois

Raymond

avatar
Admin
Quelques mois à l'Amélie est un vrai chef d'oeuvre !  sunny

Je me demande si ce n'est pas en particulier grâce à cet album que Jean-Claude Denis a obtenu le Grand Prix d'Angoulême en 2012. A mon avis c'est ce qu'il a fait de mieux.

Et effectivement, il y a beaucoup de nostalgie dans cette histoire.

La couverture de ce livre, qui est toute imprégnée d'une douceur un peu triste :



Et une case assez représentative :



Et un ex-libris :


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Et félicitations d'avoir ouvert un sujet consacré à Jean-Claude Denis ! Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Je n'ai jamais lu le livre qui prolonge astucieusement l'album de BD, à savoir le manuscrit d'Aloïs Clark :



Le connais-tu ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Trois extraits du livre sont annexés à l'EO. Ils n'apportent rien de spécial par rapport au scénario. Par contre, je n'ai pas acheté l'édition publiée à l'occasion des 20 ans de la collection Aire Libre. J'ai cru comprendre qu'il y a 6 illustrations en couleur de plus...

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonsoir

Une interview de l'auteur sur l'ouvrage.
http://www.bdparadisio.com/intervw/jcdenis/jcdenis.htm

Cordialement
Eléanore-clo

Raymond

avatar
Admin
Merci d'avoir déniché cet entretien dans les limbes du Web.

Dans le temps, j'allais souvent sur BD Paradisio qui était un must pour les bédéphiles. Les choses ont bien changé.  Rolling Eyes


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Une variante de l'affiche officielle qu'il avait réalisée pour le Festival d'Angoulème 2013, dont il était alors le Président.


eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour

Je suis en train de lire Le manuscrit d'Aloïs Clark. Cet ouvrage complète parfaitement Quelques mois à l'Amélie , notamment parce que les ellipses entre les cases de la BD disparaissent et que certaines phrases mystérieuses prennent tout leur sens.
Ainsi, tout à la fin de la BD, lorsque Clark prend le train, il s'interroge car il a l'obscur sentiment d'avoir oublié quelque chose. Le cadrage des quelques cases dépeignant le cheminement du héros depuis la voiture de Marianne jusqu'à la gare fait qu'il est difficile de comprendre cette interrogation. La clé de l'énigme se trouve dans le manuscrit ! En fait, Clark a oublié son manteau dans la voiture de Marianne... Du coup, l'interrogation de l'écrivain prend une toute autre dimension. Par exemple, on peut imaginer que Clark laisse inconsciemment cet habit car il est certain qu'il reviendra à l'Amélie, et que l'incertitude distillée par l'échange avec Marianne  est infondée. Le manteau symbolise aussi l'errance et son abandon signifie que Clark a retrouvé maintenant un foyer.

De même, dans le livre, Clark se compare à un coucou car sa quête l'a finalement mené dans le nid de Dorian ou plus exactement chez sa veuve.

Plus je relis cette BD, plus je trouve que JC Denis a produit un chef d’œuvre. Est-ce que d'autres livres de lui sont aussi intéressants ? J'imagine bien qu'il est impossible de faire aussi fort deux fois de suite mais, bon, un tel talent n'a pas pu produire qu'un unique joyau.

Cordialement
Eléanore-clo

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Personnellement, j'ai bien aimé également le diptyque "Tous à Matha".




eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Merci ! Idea Very Happy

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Eléanore-clo, je pourrai te conseiller également cet album qui, au travers d'une enquête policière, soulève en même temps la question de toutes ces ondes nocives qui sont le lot de notre environnement quotidien.


Raymond

avatar
Admin
Ces deux choix de Treblig sont excellents. J'y ajouterai encore cet album à l'ironie savoureuse, qui retrouve assez bien l'humour des aventures de Luc Leroi (première série de Jean-Claude Denis).




Petite remarque ! D'une manière générale, les œuvres récentes de Jean-Claude Denis me semblent plus "achevées", c'est à dire plus réussies et plus subtiles que ses BD plus anciennes (antérieures aux années 2000) qui se consacraient surtout à l'humour.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

sylvain-

avatar
grand maître
grand maître
merci du conseil Raymond - j'adore J.C.Denis (et surtout la période Jean luc Leroi, anti héros plein de ressources, très attachant, mais c'est aussi la période "a suivre" pour laquelle j'ai beaucoup de nostalgie) mais je ne connaissais pas cet album - j'ai pas mal d'albums de ce créateur mais je me rend compte finalement qu'il m'en manque pas mal!

un dessinateur très productif mine de rien I love you



Dernière édition par sylvain- le Jeu 15 Oct - 13:42, édité 1 fois

sylvain-

avatar
grand maître
grand maître
Treblig a écrit:Eléanore-clo, je pourrai te conseiller également cet album qui, au travers d'une enquête policière, soulève en même temps la question de toutes ces ondes nocives qui sont le lot de notre environnement quotidien.



+1 Excellent album !

sylvain-

avatar
grand maître
grand maître

sylvain-

avatar
grand maître
grand maître
une affiche pour le festival BD de Solliès-ville - 1992

sylvain-

avatar
grand maître
grand maître
André le corbeau, l'un de ses premiers succès.

Raymond

avatar
Admin
Dans le spécial N° 100 de A Suivre, datant de 1986, les lecteurs du journal avaient sélectionné les 100 meilleurs albums de BD (Totoche nous a déjà montré la couverture dans le sujet "100 meilleures BD").

Deux albums de Jean-Claude Denis avaient alors été sélectionnés, mais ce ne sont pas vraiment les meilleurs de son oeuvre.

Il y a d'abord un album de Luc Leroi !



Et ensuite un recueil d'histoires courtes, qui étaient d'abord parues dans Métal Hurlant.



Mais la conclusion ne change pas : les albums plus récents sont bien meilleurs. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonsoir

Le 23 janvier 2003, dans l'émission Un livre, un jour, sur France 3, JC Denis avait présenté Quelques mois à l'Amélie : https://www.dailymotion.com/video/xf291c_jean-claude-denis-quelques-mois-a-l_news.
Il évoquait notamment la technique scénaristique utilisée dont l'apparent décousu peut surprendre. La référence au modelage est soulignée car l'intrigue de la BD est délivrée progressivement, en mélangeant les époques, et l’œuvre ne devient totalement compréhensible qu'à la toute fin, lorsque toutes les parties sont assemblées.

Cordialement
Eléanore-clo

Raymond

avatar
Admin
Merci pour la référence ! pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour

Je suis vraiment très heureuse du conseil de Raymond relatif au Manuscrit d’Aloys Clark. J’ai lu et relu cet ouvrage et le travail de Jean-Claude Denis est vraiment merveilleux. De nos jours, de nombreuses BD sont réalisées à partir de livres comme, par exemple, Le grand Meaulnes de Bernard Capo, tiré du roman éponyme d’Alain Fournier, ou encore Le vent dans les saules de Michel Plessix, inspiré par l’ouvrage de Kenneth Grahame. Mais réaliser un livre à partir d’une BD est rare et ce au point que l’éditeur du Manuscrit d’Aloys Clark, PLG, se sent obligé de signaler la filiation, en qualifiant le livre de : « version romancée de la bande dessinée du même nom ». Mais je suis certaine qu’il faudrait plutôt évoquer une troisième voie. A savoir que le livre et la BD forment un tout, comme les deux faces d’une pièce de monnaie, et que chacun s’appuie sur l’autre.

Le livre contient trente illustrations en noir et blanc. Sobres mais jamais froides, elles se veulent un éclairage distant et plein de pudeur de la vie de Clark. Elles témoignent aussi d’un talent méconnu de JC Denis, à savoir la représentation en noir et blanc.

Le style est très agréable et de belles phrases, pleines de vie, presque moralisatrices tant elles sont fortes, parsèment ici et là l’ouvrage. En voici deux m’ayant marquée. La première est désespérée : « Je n’ai jamais vu l’amour comme un moyen d’atteindre le bonheur, la vie à deux m’inspire la plus grande méfiance. Il arrive toujours un moment où la magie des premiers temps s’estompe insensiblement. Dans le meilleur des cas, elle est remplacée par de la tendresse. Alors on s’ennuie avec tendresse, on s’engueule avec tendresse, on se déchire avec tendresse et on finit par se quitter tendrement. Dans le pire des cas, la hargne s’installe à la place de la tendresse, et au lieu de se quitter hargneusement, ce qui serait logique, on reste ensemble. » La deuxième est plus positive : « Derrière la Marianne adulte, j’en voyais réellement une autre, encore fragile et confiante. De l’une à l’autre, c’était toute une vie qu’il me semblait appréhender d’un coup. Une vie faite de bonheurs, mais aussi de souffrances surmontées et d’espoir déçus, le tout était entièrement résumé dans les petits plis qu’elle avait sous les yeux. »

Le livre contient moult informations qu’on ne perçoit pas dans la BD. J’ai déjà évoqué la fin de l’ouvrage mais il me semble qu’il faut revenir sur son corps. Le manuscrit est un hymne à la bienveillance de l’humanité. Dorian puis Clarke, tels des coucous, s’installent dans le nid des autres, mais sans force ni violence car ils y sont toujours bien reçus. Et le séjour chez Charles et Helen prend dès lors une toute autre dimension, celle d’une symphonie de la tolérance. Cette facette de l’ouvrage est soulignée dans le livre alors qu’elle est moins manifeste dans la BD. Ainsi, les invités à la noce détectent rapidement que Clark est un intrus. Mais, au lieu de le chasser, tous se mettent d’accord pour rentrer dans son jeu, l’accueillir et essayer de lui arracher son secrets sans qu’il en soit conscient. Il en est de même avec la famille « survêtement » où le rôle décisif du chien de la famille dans la prise de contact, savoureux et plein d’humour, est invisible dans la BD.

L’ouvrage fait penser au Paradoxe du comédien de Diderot dans lequel le philosophe explique que le meilleur comédien est celui capable de faire ressentir une émotion qu’il ne ressent pas. Qu’en est-il de Clark alias Leclerc (son vrai nom) ? Comme coucou, il fait semblant d’être ce qu’il n’est pas et joue un rôle. C’est donc un comédien, un étranger à sa propre vie. Dès lors, il est tout à fait pertinent que la fin de l’ouvrage coïncide avec les aveux de Clark à Marianne. En lui remettant le manuscrit de son prochain roman, le héros abandonne son masque et se révèle tel qu’il est. Il ne joue plus. Les quelques mois passés à l’Amélie lui ont permis de se retrouver.

Bref, l’ensemble constitué par Le manuscrit d’Aloys Clark et Quelques mois à l’Amélie est un CHEF D’ŒUVRE. Comme l’a souligné Raymond, l’ouvrage a été primé à Angoulême (prix du dialogue et de la réalité en 2003).

Cordialement
Eléanore-clo

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 3]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum