Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Jacques Lob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Re: Jacques Lob le Sam 14 Mar - 16:32

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Je ne poste sans doute pas mon message dans le sujet le plus approprié, mais j'ai cherché en vain celui qui pourrait correspondre. Je n'aurais pas hésité une seconde s'il avait existé un sujet intitulé "Jacques Lob" ou encore "Jean-Michel Charlier".
Aujourd'hui, en remuant des piles, j'ai mis la main sur diverses revues (cela va de vieux exemplaires du journal Pilote ou Tintin à des exemplaires du magazine Beaux Arts, en passant par quelques DBD et autres BoDoï.
C'est justement en feuilletant le BoDoï HS#18 de janvier 2008, célébrant le festival d'Angoulême ou plus précisément les 35 ans de grands prix décernés à l'occasion du festival, que je suis tombé sr la fiche consacrée à Jacques Lob (1932-1990). En 2008, il demeurait le seul "écrivain de BD" couronné par l'Académie des Grands Prix.
Les amateurs auront sans doute constaté que dans la masse globale de ses écrits, il se trouve deux types de scénarios qui se démarquent très nettement du reste de sa production :
- les deux récits de Jerry Spring, réalisés pour Jijé (journal Spirou) ;
- et le Dossier des soucoupes volantes, écrit pour Gigi (journal Pilote).
(Jijé et Gigi, c'est une coïncidence, je n'y suis pour rien !  deso )

Pour moi, évoquer Jacques Lob, c'est avant tout l'associer à la "révolution" du journal Pilote, à partir du milieu des années 60.
Quand je pense à Jacques Lob, j'ai immédiatement à l'esprit sa longue complicité avec Georges Pichard (Tenebrax, Submerman Blanche Epiphanie, etc...), ainsi que celle avec Gotlib, Alexis et Solé (Superdupont). Je retiens des scénarios pour Druillet, Rochette, une collaboration aux journaux adultes que furent Hara-Kiri et Chouchou, avant que Pilote ne relève à son tour de cette catégorie. J'ai également le souvenir de ses histoires en solo comme L'homme au landau (L'écho des savanes), ou Roger Fringant (Métal Hurlant).
Ces bandes sont caractérisées par l'humour, l'absurde, la SF et le fantastique, l'érotisme. La fantaisie y est très présente.
En revanche, écrire un western réaliste, à connotation policière, suppose de se plier à des codes, à des règles qui sont beaucoup plus rigides que dans les registres évoqués ci-dessus.
Quant à la série sur "les apparitions d'OVNI" avec Gigi, elle nécessitait à mon sens, en amont de l'écriture proprement dite, un fantastique travail en amont d'archivage, de classement et d'analyse. Certes, une certaine littérature était très accessible, mais encore fallait-il la lire, faire un tri, des recoupements. Il fallait en sus réunir une solide documentation (ne serait-ce que pour les décors) afin que Gigi puisse dessiner des planches sur ce sujet inhabituel.
Sans penser un seul instant que Jacques Lob eût été incapable de réaliser ce considérable travail préalable, rien n'indiquait dans sa production d'alors qu'il avait une réelle expérience dans ce domaine.
De même, pour ce qui est de conter un récit extraordinaire sur le mode pédagogique, ce n'est pas faire injure à la mémoire de Lob que de dire que Charlier avait sur lui plusieurs longueurs d'avance (dizaines de RC de l'Oncle Paul et du même tonneau pour de multiples magazines, sans parler de ses reportages ni même de ses futurs dossiers télévisés).
Aussi ai-je tiqué en lisant cette interview de Jean Solé (un proche de Lob) par Allison Reber (?) dans ce BoDoï HS#18, dont je cite un extrait (Solé parlant de Lob) :
"Son univers abordait tous les genres : humour, science-fiction, érotisme... Avant Pilote, il avait travaillé pour le journal satirique Hara-Kiri. Mais il n'était pas facile de travailler avec le professeur Choron. Et surtout de se faire payer... Lob avait écrit avec Jean-Michel Charlier une histoire sur les soucoupes volantes. Pendant un temps, il croyait dur comme fer aux extraterrestres. C'était un auteur à l'ancienne, qui pouvait mener plein de séries différentes en même temps."
Un peu plus loin, Solé déclare :
"Il n'avait que 57 ans quand la maladie l'a emporté. Ce fut mon meilleur ami dans la profession. Il était charmant et aussi très distrait. Il ne se passait pas une journée sans qu'il perde quelque chose."

Charlier aurait-il sciemment omis de se faire créditer pour une participation (de quelle nature ?) à cette série atypique ? S'est-il borné à fournir des coupures de presse à Jacques Lob ? Ou a-t-il davantage participé à l'élaboration de ces récits ?
Pour ma part, je n'ai qu'un très vague souvenir de cette BD, qu'un copain m'avait prêtée au début des années 70. Je dispose de quelques récits éparpillés dans trois ou quatre numéros de Pilote, mais c'est à peu près tout.

2 Re: Jacques Lob le Sam 14 Mar - 16:40

Raymond

avatar
Admin
On va tout simplement ouvrir un sujet dédié à Jacques Lob ! Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

3 Jacques Lob le Sam 14 Mar - 18:26

JYB


vieux sage
vieux sage
Fildefer a écrit:Aussi ai-je tiqué en lisant cette interview de Jean Solé (un proche de Lob) par Allison Reber (?) dans ce BoDoï HS#18, dont je cite un extrait (Solé parlant de Lob) :
"Son univers abordait tous les genres : humour, science-fiction, érotisme... Avant Pilote, il avait travaillé pour le journal satirique Hara-Kiri. Mais il n'était pas facile de travailler avec le professeur Choron. Et surtout de se faire payer... Lob avait écrit avec Jean-Michel Charlier une histoire sur les soucoupes volantes. Pendant un temps, il croyait dur comme fer aux extraterrestres. C'était un auteur à l'ancienne, qui pouvait mener plein de séries différentes en même temps."
"Il croyait dur comme fer aux extraterrestres". Qui, "il" ? Lob ? Ou Charlier ? Je comprends que c'est Lob, mais j'ai un doute.

Fildefer a écrit:Charlier aurait-il sciemment omis de se faire créditer pour une participation (de quelle nature ?) à cette série atypique ? S'est-il borné à fournir des coupures de presse à Jacques Lob ? Ou a-t-il davantage participé à l'élaboration de ces récits ?
Pour ma part, je n'ai qu'un très vague souvenir de cette BD, qu'un copain m'avait prêtée au début des années 70. Je dispose de quelques récits éparpillés dans trois ou quatre numéros de Pilote, mais c'est à peu près tout.
Charlier a écrit la préface des albums Le dossier des soucoupes volantes, chez Dargaud, reprenant les récits pré-publiés dans Pilote. Il est certain que ces récits ont pu paraître précédemment dans Pilote avec l'accord de Charlier qui était le co-rédacteur en chef. De même, les albums ont pu se faire avec l'assentiment de Charlier qui était aussi le directeur éditorial de Dargaud.

J'ai interrogé Francis Bergèse, ex-dessinateur de Buck Danny sur scénarios de Charlier ; en tant que pilotes ou ex-pilotes et passionnés des mêmes sujets, ils parlaient souvent avions. Bergèse m'a assuré que Charlier ne croyait pas du tout aux Ovnis. Mais moi, ça m'étonne. J'ai l'impression que Charlier s'adaptait à ses interlocuteurs, et je crois savoir qu'avec d'autres personnes, il pouvait parler ouvertement de divers mystères de l'univers, et les Ovnis en font partie. Si Charlier n'y croyait pas du tout, il aurait été réticent à publier des récits dans Pilote puis en albums Dargaud, et en tout cas se serait passé d'écrire la préface. Il faut toutefois noter que les rares fois où il a bordé le thème des Ovnis dans ses propres séries, il tournait le truc pour faire comprendre que ça n'existe pas et qu'il y a une explication simple et terre à terre à un phénomène qui (dans ses BD en tout cas) tient de l'illusion.

J'avais parlé Ovnis avec Bergèse quand on s'était rencontrés à un salon BD il y a quelques années, car j'ai moi-même scénarisé un cycle des aventures de mes héros de Missions Kimono autour du thème des Ovnis.

4 Re: Jacques Lob le Lun 16 Mar - 12:23

Raymond

avatar
Admin
La "non-croyance" aux OVNI est malgré tout assez répandue parmi les gens raisonnables, et l'avis de Jean-Michel Charlier ne m'étonne pas tant que cela. Il est difficile de prouver que cela n'existe pas, mais ça ne veut pas dire qu'on doit y croire.

Quant à Jacques Lob, si on se réfère au travail minutieux qu'il a dû faire pour préparer ses scénarios, je ne mets pas en doute qu'il devait être assez convaincu de l'existence de certains "phénomènes".


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

5 Re: Jacques Lob le Mar 17 Mar - 12:05

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
JYB a écrit:
"Il croyait dur comme fer aux extraterrestres". Qui, "il" ? Lob ? Ou Charlier ? Je comprends que c'est Lob, mais j'ai un doute.
Moi aussi, je comprends qu'il s'agit de Lob.

Raymond a écrit:La "non-croyance" aux OVNI est malgré tout assez répandue parmi les gens raisonnables, et l'avis de Jean-Michel Charlier ne m'étonne pas tant que cela. Il est difficile de prouver que cela n'existe pas, mais ça ne veut pas dire qu'on doit y croire.
Heu... ne confonds-tu pas la question de l'existence d'OVNI ou de PAN dont il est difficile de nier la réalité avec la question de l'origine extraterrestre de ces phénomènes ou objets non identifiés ?
Dans les années 60 et 70, en dehors des officines de renseignements qui, officiellement, ne divulguaient rien sur le phénomène (on peut supposer que ces services habitués à la manipulation et à la désinformation tant des masses que des élites ne changeaient rien à leur façon d'agir concernant cette question, laquelle relevait, pour l'essentiel, de la défense du territoire des Etats souverains dont l'espace aérien est violé), ce sont des auteurs de science fiction, des journalistes et des farfelus de tout poil qui se sont emparés de la question. Malgré l' érudition de gens comme Jacques Bergier ou Louis Pauwels (les patrons de la revue Planète), on pouvait les qualifier parfois de mystiques, au même titre que l'auteur de romans populaires de science-fiction Jimmy Guieu. On pouvait leur trouver un côté un peu gourou.  alien  
On pouvait avoir l'impression de perdre son temps en se plongeant dans cette littérature.


Mais un certain nombre de choses ont changé depuis. A la fin des années 90, en France, un comité d'étude constitué de personnalités des plus sérieuses fort du soutien de plusieurs généraux, d'un amiral, d'ingénieurs généraux de l'armement, de l'ancien président du CNES, a rendu un rapport dit "rapport COMETA" destiné à éclairer le sommet de l'Etat (le président Chirac et son premier ministre Jospin) sur les questions soulevées par des incursions répétées dans l'espace aérien d'objets non identifiés et certaines observations rapportées par des gens compétents et dignes de foi (pilotes de ligne, de chasse, contrôleurs radars, etc...). Ce rapport s'accompagnait de recommandations et visait à "dépouiller le phénomène OVNI de sa gangue irrationnelle".
Lorsque ce rapport a vu le jour, Charlier était mort.
Depuis, un certain nombre de langues se sont déliées, surtout celles d'anciens officiers ou pilotes de ligne qui ne sont plus en activité.
Bien entendu, on peut également soupçonner derrière ce rapport une énième manipulation de masse et/ou des élites. Mais en formulant ce doute, ne risque-t-on pas alors d'être qualifié de "complotiste" ? Entre les deux étiquettes "ufologue illuminé" et "complotiste paranoïaque", peut-on se situer dans une catégorie intermédiaire dépourvue d'étiquette infâmante ?

Raymond a écrit:Quant à Jacques Lob, si on se réfère au travail minutieux qu'il a dû faire pour préparer ses scénarios, je ne mets pas en doute qu'il devait être assez convaincu de l'existence de certains "phénomènes".
C'est en considération de ce travail auquel Charlier était rompu (mais de Lob, nous ne savons rien quant à ses aptitudes en la matière) et de la déclaration de Jean Solé selon laquelle (je cite) "Lob avait écrit avec Jean-Michel Charlier une histoire sur les soucoupes volantes" que je soulève les questions, qui demeureront sans doute à jamais sans réponse :

1 - Quel crédit peut-on accorder à l'affirmation de Jean Solé (Lob avait écrit avec JMC...) ?
En tant qu'ami de Jacques Lob (mais pas de Charlier à ce que je sache), Solé n'aurait eu aucun intérêt à émettre un mensonge qui diminuerait (dans quelle mesure ?) le travail scénaristique de son ami.
Comme argument contraire, on peut évoquer la mémoire défaillante, la confusion qui s'installe avec les années, parmi les souvenirs. Confusion qui peut résulter notamment de la préface de Charlier en préambule au 1er tome... Solé aurait-il recueilli des bribes de discussions entre les scénaristes, lors de réunions de travail à la rédaction du journal Pilote. Ou des confidences de son ami Lob ?

2 - Si l'affirmation de Solé n'est pas une élucubration (ce serait lui faire injure que de le supposer de prime abord), quelle est alors la nature du travail ou de l'aide apportée par Jean-Michel Charlier ? Que sait-on des capacités d'investigations et d'analyse de Jacques Lob ? Avait-il des aptitudes à la pédagogie ? Quelqu'un sait-il quelque chose à propos de la documentation minutieuse personnelle que Lob aurait en effet dû accumuler, classer, trier et analyser pour élaborer ses scénarios ?
Cette documentation n'aurait-elle pas pu être fournie grâcieusement par Charlier ?

En ce qui me concerne, j'aurais tendance à considérer que le premier apport de Charlier pourrait être celui d'avoir encouragé l'initiative de Lob et Gigi.
Je suis persuadé, qu'indépendamment de toute croyance en une origine extraterrestre du phénomène OVNI, il devait avoir accumulé une documentation volumineuse sur le sujet, vu que celui-ci interragit avec celui de l'aéronautique (un de ses dadas).
Par ailleurs, à côté de son métier de scénariste-feuilletoniste qu'il maîtrisait parfaitement, les compétences d'enquêteur-investigateur et de pédagogue de Charlier ne sont pas plus à démontrer (articles de vulgarisation pour la presse jeunesse, cours de pilotage, "Dossiers noirs" et autres enquêtes menées avec brio pour la télévision).

Ma question, découlant des propos tenus par Jean Solé (Lob avagtemps, après les propos tenus par Solé ("Lob avait écrit avec JMC...") est appelée à rester en suspens un certain temps.
Charlier a-t-il seulement fait l'amitié aux auteurs Lob et Gigi de "se fendre" d'une préface en vue de la promotion de l'ouvrage ? Ou bien a-t-il donné un coup de pouce, en ouvrant ses archives, en prodiguant des conseils, en participant plus ou moins activement à l'écriture ou à la correction du texte de Lob ?
Seul le fils Charlier pourrait apporter un éclairage sur la question.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum