Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Journal de Spirou : les numéros spéciaux

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 4]

Raymond

avatar
Admin
Peyo ... Franquin ... Morris ... il reste bien sûr le 4ème de la bande (des chouchous de M. Dupuis), à savoir Jean Roba. Il a lui aussi eu droit à un numéro commémoratif. C'est le spécial 20 ans de Boule et Bill, qui correspond au N° 2173 et qui est paru le 6 décembre 1979.



Ce numéro est moins remarquable que les précédents et, en dehors de sa couverture, il ne contient qu'un seul bonus intéressant. C'est un récit de 44 planches toujours connu aujourd'hui, et qui a été réalisé par une quinzaine de dessinateurs sur un scénario de A-P. Duchâteau et A. De Kuyssche. Il s'intitule Bill a disparu.  



En fait, après une première page d'amorce réalisée par Roba, chaque dessinateur intègre sans complexe son univers propre dans le récit, en y insérant Bill le chien comme un simple trublion imprévu. C'est ainsi que Franquin, qui était alors en pleine "guerre des parcmètres", continue avec drôlerie à torturer l'agent Longtarin de la manière la plus sadique qui soit imaginable. Ce n'est qu'à la dernière image de sa contribution qu'il évoque la disparition de Bill, en guise de gag final. Peu importe, car ce sont avant tout de superbes et délirantes planches de Gaston.



De la même manière, Jijé dessine un Jerry Spring décontracté et humoristique. Sancho y rencontre un cocker un peu trop affectueux, mais s'agit-il vraiment de Bill ?



Dupa prend alors les choses en main, et c'est ainsi qu'intervient l'inspecteur Cubitus. A la fois dans le sujet et en dehors de l'univers de Boule et Bill, ses planches sont fort drôles, mais Bill s'y fait surtout remarquer par son absence.



Et ça continue ainsi avec des pages de Tibet, Deliège, Frédéric Jannin, Will puis Walthéry. Ce dernier dessine bien sûr une courte histoire de Natacha, qui rencontre toute une meute de cockers énervés et ressemblant à Bill. Le délire continue et le récit reste complètement décalé.



Finalement, après d'autres fantaisies imaginées par Jidéhem, Yann & Conrad, Frank Pé, Wasterlain ainsi que Vandersteen, Roba dessine la conclusion. Bill n'avait en fait jamais quitté le jardin familial.



Tout ça pour ça !   Very Happy

De fait, cette longue histoire fantaisiste était intéressante, mais dans le reste du numéro, on ne retrouvait que le contenu habituel du journal. Tout au plus y remarquait-on une ou deux pages de rédactionnel pour expliquer les qualités de Roba et le supplément qui était proposé, ainsi qu'un petit concours destiné aux plus jeunes. Rien de plus.  Rolling Eyes
 
Quelques années après, Bill a disparu a été édité en album, et cette initiative était bienvenue. Mais depuis lors, ce "spécial Roba" ne peut plus être considéré comme un indispensable ...

Peu importe, cela reste quand même un numéro peu ordinaire.  Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Peu importe, cela reste quand même un numéro peu ordinaire.  Wink
En effet. Ne serait-ce qu'avec la présence insolite de personnages de Tibet, Vandersteen et Dupa dans le journal Spirou.

Et il faut bien dire que ce numéro spécial, avec son bonus "composite" Bill a disparu a ouvert la voie à d'autres expériences analogues, plus ou moins inspirées de ce modèle.

Raymond

avatar
Admin
Il y a bien sûr d'autres types de numéros spéciaux. Certains d'entre eux commémorent le nombre d'années du journal, et ils sont parfois très réussis. Je vous ai déjà parlé du "Spécial 33 ans", dont je garde un souvenir ému, mais on peut aussi mentionner le récent "Spirou 75 ans", plein de malice et entièrement consacré au personnage en titre. C'est le N° 3914 et il est paru en avril 2013.



C'est un véritable "spécial Spirou", car le personnage y est vraiment présent à toutes les pages. Il envahit même certaines séries à suivre où il ne devrait pas apparaître. C'est ainsi qu'il s'infiltre dans une page d'Esteban, pour y faire des remarques décalées. Je pense que ces images vont disparaître dans l'album. Very Happy



On y trouve sinon un grand nombre d'histoires de 4 pages, dessinées par quelques auteurs officiels mais aussi par des artistes imprévus. Yoann et Vehlmann ouvrent bien sûr le bal avec une délirante célébration des grooms. Cette histoire (comme toutes les autres de ce numéro) est pour l'instant inédite en album.



Toutes les contributions n'ont pas le même intérêt, et il serait fastidieux de les passer toutes en revue. Mentionnons toutefois les plus marquantes, comme par exemple celle de Dany. Spirou y est entouré de pin-ups, et il se livre à une bondissante (et coquine *) partie de jokari.  Wink



Frank Le Gall, de son côté, dessine un voyage dans le passé. Il se retourne vers les années 50 ou 60, et imagine une rencontre entre Spirou (devenu plus vieux) et Franquin. Il en résulte une BD assez nostalgique.



On retrouve ensuite Fabrice Tarrin, Frank Pé, Vink, Bertail, Renaud Colin, Fabrice Parme, Krassinsky, Nob, Guillaume Bouzard ou Tebo qui dessinent à chaque  fois leur propre vision du personnage. Ces productions sont d'un intérêt inégal, et l'on remarquera plus volontiers le court récit de Morvan et Munuera, intitulé "Duel éternel". Champignac et Zorglub se livrent à un duel inédit à la façon "spaghetti-western", et Sergio Leone n'est pas loin.  Very Happy



Il y a encore des "Exercices de Style" qui permettent à certains dessinateurs d'imaginer un hommage plus bref, sur un seul strip. Le ton est bien sûr humoristique et les gags sont parfois assez drôles.



Voilà ! Il est impossible de tout montrer car il y a une vraie abondance de contributions originales. Même si toutes les essais ne sont pas forcément réussis, cet ensemble de BD représente un hommage impressionnant.

On peut ainsi admettre que ce Spirou N° 3914 est un vrai petit album. Il est en tout cas digne des illustres numéros spéciaux dont j'ai déjà parlé précédemment, et je l'ai aussi mis à part dans ma bibliothèque.  



* coquine puisqu'on y voit une petite culotte !   Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

sylvain-

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
extra ces pages sur les numéros spéciaux Raymond ! un vrai et grand plaisir.

Raymond

avatar
Admin
Cinq ans auparavant, le numéro dédié aux "70 ans" avait lui aussi attiré mon attention. Cela provenait d'abord du fait qu'il contenait une histoire inédite de Spirou, dessinée par Emile Bravo.



Ce Spirou N° 3653, publié en avril 2008, maintenait une pagination normale, mais il se distinguait tout de même par divers aspects originaux. Il exhibait tout d'abord 4 couvertures différentes, commercialisées totalement au hasard, et cherchait manifestement à titiller les pulsions de collectionneurs.  Very Happy

Pour ma part, je ne possède que la première couverture exposée ci-dessus, mais on peut facilement retrouver sur le Web les images des trois autres. Elle tournent bien sûr toutes autour du chiffre 70.

 

Voici encore la dernière couverture. Malheureusement, je n'ai pas trouvé plus grand.



Le contenu du journal présentait bien sûr les séries habituelles, mais contenait aussi de nombreuses pages consacrées au thème des "70 ans". Il y a avait par exemple le début de la "Spirou Dream Team", dessinée par Leturgie et scénarisée par Yann, qui saluait l'arrivée de Frédéric Niffle aux commandes du journal. Cette BD essayait de retrouver le ton parodique et acide des "Hauts de page".



Emile Bravo racontait de son côté les origines de Spirou, ainsi que la création de son surnom. Ce court récit est en fait le prologue du "Journal d'un ingénu", et on peut supposer qu'il sera un jour publié sous cette forme.



Yoann et Vehlmann participaient bien sûr à l'événement. Ils ramenaient Spirou et Fantasio vers une rédaction du journal qui, même en l'absence de Gaston, restait toujours aussi fantaisiste.



Ce numéro proposait aussi un supplément destiné à être un collector. Intitulé "Qui a dessiné ce Spirou ?", ce fascicule contenait 70 portraits du personnage en titre et le lecteur était supposé deviner l'auteur du dessin.



Le jeu n'était pas sans intérêt, et j'y ai passé quelques minutes. Essayez par exemple de trouver le nom des 3 dessinateurs sur cette page. Pour deux d'entre eux, c'est relativement facile, mais le troisième ...



Le reste était plus routinier, mais l'ensemble restait tout aussi intéressant. Frédéric Niffle faisait en tout cas des débuts assez brillants.

En fait, bien que ce ne soit pas un véritable "numéro spécial", tous ses bonus permettent quand même de classifier ce numéro 3653 comme un "must". Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Il n'y a semble t-il pas eu de numéro spécial pour les 60 ans du journal, mais il en existe en revanche un qui célèbre les "50 ans". Je ne le possède malheureusement pas ce "Spécial anniversaire" (c'était une époque où je n'achetais plus Spirou) mais on peut tout de même s'en faire une idée grâce aux descriptions qui existent sur le Web. Voici d'abord la couverture de ce numéro 2611, qui est paru en avril 1988.



Il semble que le "gros morceau" de ce journal (soit celui qui éveille le plus l'intérêt des collectionneurs) était d'abord le gadget qui l'accompagnait. C'était un supplément de 64 pages contenant un jeu de société intitulé "Spirou Pursuit, devenez le roi de la BD", qui était analogue au célèbre "trivial pursuit" (très en vogue pendant les années 80). Le jeu consistait à parcourir un circuit et à tirer chacun son tour une carte (il y en avait environ 900) posant une question sur la série ou le journal. Le gagnant était évidemment celui qui avait le plus de réponses justes après avoir fait le tour du circuit. Voici une image du plateau de jeu, qui occupait l'encart central du journal.



Il y avait aussi bien sûr quelques hommages dessinés, mais je n'en ai pas vu d'image. Par ailleurs, c'est dans ce numéro que commençaient les "chroniques Spirou", qui racontaient l'histoire du journal. Voici comment se présentaient ces pages.



Je ne sais pas s'il y a vraiment lieu de regretter la non possession de ce numéro (je ne suis en fait pas très intéressé par le para-BD). Mais j'imagine que certains d'entre vous le possèdent, et que vous pouvez me répondre. Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Treblig a écrit:Voici un spécial à paraître que Raymond pourra évoquer un jour dans ce sujet.  Wink



Je l'ai trouvé hier, et ce "spécial Spip" m'a paru plutôt maigre.

En fait, ce n'est pas un numéro spécial, mais simplement un "numéro à thème", avec une pagination normale. On y trouve en effet toutes les séries habituelles, qui suivent leur propre fil conducteur, et il n'y a guère que deux ou trois BD (ainsi que deux jeux) qui se consacrent à Spip.

Dans le fond, la disparition de Spip est une belle idée, et elle anime intelligemment le journal (il faut rechercher le personnage dans certaines pages). Le contenu n'est toutefois pas suffisant pour en faire un numéro spécial.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Après un petit temps d'arrêt, je reprends le fil du sujet. J'en étais donc aux numéros commémoratifs. Après les 75 ans, puis les 70, 60 ou 50 ans, j'en arrive au Spécial 45e anniversaire. Ce n'est pas un numéro du journal habituel car il appartient à la série des "Albums +".



Il n'y a guère eu que 6 de ces "Albums +" au début des années 80, et ils ressemblaient effectivement à un album à couverture brochée. ils se distinguaient surtout en proposant une histoire de 44 pages (dessinée par un auteur habituel du journal) en plus des récits et des planches habituels. Le 5ème album de cette série était toutefois différent, car il invitait les dessinateurs à imaginer une BD sur le thème de Spirou. Ce numéro proposait aussi une vingtaine de pages qui racontaient l'histoire du journal depuis 1938, et elle étaient richement illustrées.



Quelques dessinateurs n'appartenant pas à la "galaxie Dupuis" étaient également invités pour l'occasion. Il y a par exemple Dany, qui dessine en bas de page une savoureuse parodie sur les rapports qui existent entre Charles Dupuis et ses dessinateurs.



Par ailleurs, de nombreux auteurs du journal semblent prendre plaisir à imaginer une rencontre entre Spirou et leur propre personnage. Les apports de Berck et de Kox sont à cet égard assez classiques.



Plus émouvante est la planche dessinée par Hislaire, qui amène Spirou à se poser les mêmes questions que Bidouille.   Wink



Certains dessinateurs sortent un peu de leur registre habituel,. C'est ainsi que Mitacq, pour une fois, dessine une page humoristique où apparaissent Charles Dupuis et Thierry Martens, mais ce n'est pas bien méchant.



Quant à Walthéry, il choisit cette fois de faire une "auto-parodie". Il imagine simplement la difficulté qu'il éprouve, en compagnie de Mitteï et Laudec, à trouver une idée originale pour célébrer ce 45ème anniversaire.



Il est bien sûr impossible de montrer toutes les pages originales de ce numéro hors série, qui est plein de bonnes idées et de joyeuses surprises. Ce Spécial 45e anniversaireIl est en fait un excellent opus, en tout cas bien supérieur aux "spécial 40 ans" et "spécial 50 ans", qui manquent singulièrement d'originalité. Aves ses planches qui n'ont bien souvent pas été rééditées en album, c'est quasiment un "immanquable".  Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Comme je l'ai déjà écrit plus haut, le Spirou "40 anniversaire" (soit le N° 2088 publié en avril 1978) n'était malheureusement pas à la hauteur des attentes qu'il avait suscité. Je l'avais lu à l'époque avec une immense déception. Mais regardons d'abord la couverture qui est assez traditionnelle.



Ce numéro d'anniversaire avait pourtant été annoncé à grand fracas pendant les semaines qui précédaient. Hislaire et toute son équipe avaient dessiné une sorte de "teasing" dans les pages du journal, afin d'exciter la curiosité des lecteurs. Relevons au passage que cette équipe de dessinateurs (Hislaire, Geerts, Darasse, Frank Pé etc...) était encore totalement  inconnue sous le règne de Thierry Martens, mais qu'elle allait indiscutablement dominer la décennie suivante.



Un des attraits (en principe) de ce numéro spécial était son bricolage à monter soi-même : le cinégadget. Cela se présentait comme une page cartonnée qu'il fallait plier en six afin de la transformer en une sorte de boîte noire. Elle était accompagnée de petites diapositives et je dois avouer que ce gadget n'avait réveillé chez moi qu'une immense indifférence. D'ailleurs, en retrouvant ce numéro au grenier, ces derniers jours, j'ai constaté que je n'ai même pas gardé ce supplément.   pirat



Sinon, le journal proposait son lot habituel d'histoires complètes dont le thème tournait surtout autour du temps qui passe, C'est ainsi que Devos nous proposait un Génial Olivier se promenant dans le temps, que Degotte répondait à la question "que s'est-il passé en l'an 40", et que Sirius créait un nouveau personnage (Lariflette) voyageant dans le futur.



Tout cela était assez correct, mais guère passionnant, il faut bien l'avouer. Deliège essayait de dessiner des pages un peu plus originales, mais l'humour restait tout de même un peu trop convenu.



Will, heureusement, dessinait une histoire un peu plus étrange, en mélangeant une atmosphère typiquement provençale avec un récit de science-fiction. Ce n'était pas un chef-d'oeuvre, certes, mais c'était tout de même une BD un peu "hors norme".



En fait, la meilleure BD de ce numéro était sans aucun doute dessinée par Victor Hubinon. Sans se préoccuper du temps qui passe, le dessinateur de Buck Danny s'amusait tout simplement de sa propre attitude par rapport à son personnage fétiche. Ce récit un peu "psychanalytique" sauvait presque à lui tout seul un numéro spécial qui manquait singulièrement de génie.



Mais une seule bonne BD ne peut pas sauver tout un journal. On peut de nos jours discuter des causes de cet échec plutôt désolant. L'explication la plus évidente, c'est qu'il n'est pas facile de travailler dans l'excellence en publiant des BD de Devos, Deliège, Genaux, Degotte, Fournier ou Gégé. L'équipe d'auteurs sélectionnée par Thierry Martens n'était en fait pas au même niveau que celle des années 60, et il était impossible d'en attendre des merveilles. La bonne volonté ne manquait pas, mais il fallait tout de même un peu de génie.

Relevons au passage qu'il existe une édition de luxe de ce numéro 2088. C'est une édition promotionnelle éditée sur papier glacé et tirée à 1500 exemplaires, qui contient 4 pages de plus que l'édition courante. Je n'ai jamais eu l'occasion de la feuilleter.



Cet emballage est très joli, mais il ne suffit probablement pas pour enjoliver son contenu.  Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

sylvain-

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
merci Raymond ! Je trouve cette idée géniale d'évoquer tout ces numéros spéciaux..; Et quelle chance tu as de toujours les posséder!

ps: on peut retrouver la planche de Hislaire du spéciale 45éme anniversaire sur laquelle Spirou se pose les même interrogations que Bidouille dans l'intégrale Bidouille et Violette.
Ce serait une idée lumineuse si Dupuis pouvais rééditer tout ces numéros spéciaux sous forme d'album, mais une idée qui n'est peu-être pas si évidente que cela à réaliser.. et pas que pour des raisons de copyright. Mais ce serait une chouette initiative !

Raymond

avatar
Admin
A ma grande déception, je n'avais pas réussi à trouver le spécial "Spirou 4000" au moment de sa publication. J'ai donc guetté avec la plus grande vigilance la sortie du recueil contenant ce numéro du journal. La reliure est maintenant en librairie, et je me suis bien sûr précipité dessus. Very Happy



Précisons que je ne vais pas me départir de mon habituel esprit de contradiction et ... je vais essayer de prendre le contre-pied de toutes les critiques qui ont été émises jusqu'à présent.  Wink

Donc, donc...  

Or donc, ce Spirou 4000 ne devait pas être comme les autres. Il fallait imaginer que le journal était "victime d'un bug", et que toutes les BD étaient "parties en vrille". Chacune d'entre elles devait ainsi présenter un raté monumental et inexplicable.

L'idée était plutôt bonne.   pouce

Et tous les auteurs ont joué le jeu. C'est ainsi pendant le temps d'un numéro, les "Femmes en Blanc" deviennent les "Hommes en Blanc", que "le Psy" fait la psychanalyse du rédacteur en chef de Spirou, ou que le libraire de la série "Animal lecteur" passe une journée idéale, c'est-à-dire financièrement profitable et sans le moindre ennui. Tamara, de son côté, se réveille avec un aspect inhabituel, les traits caricaturaux faisant place à de belles photographies.



Bien sûr, pour apprécier ces situations décalées, il faut être un lecteur de la série originelle. C'est ainsi que ne connaissant pas bien "Nelson", les "Givrés" ou "les Campbell", il m'était difficile d'en savourer les "autoparodies". J'y vois là d'ailleurs l'explication possible de certaines déceptions. Beaucoup d'acheteurs ne lisent en effet pas (ou n'aiment pas) toutes les BD du journal, et certaines parodies tombent ainsi à plat. Heureusement, on trouve aussi dans ce Spirou 4000 de nombreuses séries célèbres, et c'est ainsi que l'on découvre les Tuniques Bleues dessinées par Guillaume Bouzard (mais qu'est devenu Lambil ?).   Wink



Lucky Luke est également victime d'un bug temporel. Il est bien dessiné par Achdé, et tout parait initialement en ordre, mais il se transforme subitement en "Kid Lucky", au grand désarroi de Jolly Jumper



Les séries "à suivre" rencontrent elles aussi quelques avatars imprévus. C'est ainsi que "la Grosse Tête", l'aventure de Spirou et Fantasio dessinée par Tehem, se retrouve pourvue d'une page supplémentaire complètement délirante. C'est le genre de détail que l'on relit parfois avec plaisir, longtemps après la publication de l'album.



Il faut cependant être honnête : la BD de Tehem n'est pas vraiment une grande réussite (du moins à mon avis). Cette planche supplémentaire n'a donc qu'un intérêt très relatif.  Rolling Eyes

Heureusement, Spirou est aussi présent dans un récit plus original, intitulé "Destins Contrariés". Dans cette BD de Yoann, on retrouve bien les personnages "classiques" de la série, mais leur position sociale est devenue différente. Le maire de Champignac est ainsi le rédacteur en chef du Journal, tandis que Dupilon a pris la place de Monsieur Dupuis, que Zorglub est un banal garçon de café et que Fantasio est le gendarme du village. Mais ... ne serait-ce pas la faute à Spirou, qui voyage dans l'espace-temps et qui crée de dramatiques bugs avec la réalité .... Ce récit complet est en fait une des meilleures BD de ce numéro spécial



Il est sinon difficile de présenter tout le contenu de ces 100 pages, mais sachez qu'on y trouve encore un savoureux épisode du "Royaume" (où les personnages deviennent de simples acteurs de leurs rôles), une malicieuse "modernisation" de Boule et Bill, une délirante histoire de Buck Danny (qui se dédouble), une page blanche (remplie de petits crobards), une planche du Marsupilami dessinée par Biancarelli, une variation humoristique de la très sérieuse série "Dent d'Ours" et une page de "Seuls" dessinée par le scénariste. Il faut reconnaître que les idées (et l'enthousiasme) ne manquent pas.

Bref, les critiques sévères et les railleries sur ce numéro spécial me semblent finalement excessives. Bien sûr, tout n'est pas forcément réussi dans ce Spirou 4000, mais la liste des bonnes BD y est tout de même assez copieuse. Peut être aussi que certaines pages (comme Maggy Garrison ou L'atelier Mastodonte) sont injustement mésestimées, parce qu'elles sont trop "modernes" par rapport à l'ancien Spirou. Plus de 40 ans ont passé depuis la grande époque de Franquin, Peyo, Morris, Tillieux, Jijé, Hubinon, Charlier et les autres, mais la nostalgie de cette époque ne s'est pas éteinte et elle génère des jugements bien sévères sur les auteurs d'aujourd'hui.

J'ai donc plutôt apprécié ce numéro spécial, même si certaines BD récentes me restent un peu "étrangères", je l'avoue.

Et je ne suis donc pas déçu par ce numéro 4000.  Cool


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Sinon, il est impossible de commenter le "Spirou 4000" sans évoquer son "petit frère", le Spécial Noël N° 4001-4002.



C'est un autre numéro double, copieusement rempli d'histoires complètes et, détail capital, quelques unes d'entre elles terminent des récits qui avaient été commencés dans le numéro précédent. Pour certaines BD, ce fractionnement n'a pas trop d'importance, mais pour d'autres, comme par exemple la page de Boule et Bill, le gag est bien mal compréhensible si on ne lit que le N° 4000. Voici, en guise de démonstration, la première de ces deux pages de Boule et Bill.



Si on ne lit que cette planche, on comprend le gag, mais il lui manque tout de même quelque chose pour que ce soit vraiment drôle. Ce petit manque est totalement comblé avec la deuxième page, qui rend le gag plus savoureux.



C'est ainsi que le gag des "Campbell" est lui aussi vide de sens si on ne lit que le N° 4000, et que les histoires de Lucky Luke ou de Buck Danny restent très inabouties en ne lisant que les 2 pages initiales. On apprécie mieux la mini histoire de Buck Danny si on la lit jusqu'au bout, en constatant la multiplication des personnages.



Sinon, ce "Spécial Noël" contient aussi beaucoup de "BD de circonstance", si j'ose dire, avec Père Noël et cadeaux par milliers. Il y a là dedans du bon et du moins bon. Il y a aussi beaucoup de séries que je connais mal, et que je n'ose pas trop commenter. Il est toutefois assez sain que le journal se renouvelle et qu'il s'ouvre aux dessinateurs d'aujourd'hui.

Bref, ce Spécial Noël est surtout intéressant en tant que complément du N° 4000, mais il permet aussi de découvrir de nouvelles séries, dont certaines sont peut être promises à un bel avenir.  Rolling Eyes


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Lors de mon voyage à Paris, j'ai pu (grâce à Totoche) obtenir un exemplaire de Groom, ce fameux "Méga Spirou" consacré à l'actualité.



Je l'ai lu dans le train du retour et ... je me suis longtemps interrogé. Était-ce réussi ? Allais-je en parler ?? Dans quel sujet ???   study

J'étais bien perplexe.   scratch

Il est parfois utile de se donner un peu de temps. Cela permet de clarifier ses idées.

Je l'ai donc relu vendredi soir, et je suis un peu mieux rentré dans le sujet, cette fois. Le contenu du journal est devenu plus limpide et ... j'arrive maintenant à le commenter.   Wink

Rappelons que l'objectif de cette nouvelle revue était fort sérieux. Les rédacteurs voulaient présenter et expliquer l'actualité du monde à leurs jeunes lecteurs, en utilisant un style qui soit propre à celui de Spirou. Cette volonté de garder un ton à la fois didactique et espiègle est en fait le nœud du problème. Est-ce une bonne idée d'aborder l'actualité avec un tel regard ?

Sur le plan de sa présentation, la maquette du journal change peu par rapport à Spirou. Groom présente bien sûr un grand nombre de BD, mais il contient aussi beaucoup de "pages de news", comparables au rédactionnel habituel. Elle sont en général bien illustrées, mais il faut avouer que ces textes assez courts n'ont pas toujours un grand intérêt.



Les BD elles-mêmes sont mieux réussies, mais il y a souvent le problème du ton qui est utilisé. Etre à la fois didactique et amusant implique l'existence de deux risques : d'une part celui d'être badin et superficiel, et d'autre part celui d'être scolaire et ennuyeux. De nombreuses pages du journal ont beaucoup de peine à éviter ces défauts. C'est ainsi, par exemple, que la page consacrée au "Dieselgate" (la fameuse tricherie de Volkswagen avec ses moteurs diesels) relate avec platitude cette affaire. Tout ce qui est expliqué et dessiné est fort juste, mais quel est l'intérêt d'utiliser une BD pour raconter cela ?



Un certain nombre de ces BD ne réveillent en fait qu'une indifférence polie, soit parce que qu'elles n'apportent rien de neuf, soit parce que l'humour (ou l'indignation) tombent un peu à plat. Heureusement, d'autres auteurs ont l'intelligence de garder leur ton habituel, qu'il soit ironique ou sérieux, et le "récit" devient alors plus plaisant. C'est ainsi que Bouzard raconte d'un ton satirique (et avec une certaine justesse) le scandale de la FIFA, sans puérilité et sans moralisme erroné. Ses pages sont donc tout à fait réussies.



Parfois, il y a aussi d'excellentes idées. C'est ainsi que la présentation du problème économique de la Grèce est d'une grande intelligence. Comparant la survie économique d'un pays avec une course à pied, Olivier et Jérôme Jouvray réalisent une démonstration fort pertinente, et leur bande dessinée apparait presque irremplaçable. Les spécificités de la séquence d'images permettent en effet d'expliquer de façon fort simple un phénomène économique qui semblait à priori un peu compliqué pour le grand public.



La meilleure page du journal est toutefois celle d'Etienne Lécroart. Ce membre de l'OUBAPO, créateur de nombreuses œuvres qui jouent avec les limites du "medium", essaie d'expliquer avec sa BD le mécanisme d'une éclipse solaire. Et plutôt que d'exposer platement les particularités de ce phénomène astronomique, il imagine l'éclipse de sa propre BD, devenue cachée par l'ombre d'une grande oeuvre qui a longtemps dominé le journal Spirou. J'ai trouvé cette idée, de même que la façon de Lécroart de l'exploiter, tout simplement géniale.

Cette planche à la fois géniale et sophistiquée est assez difficile à expliquer, et il me semble plus simple de vous la montrer ici in extenso. Je vous laisse ainsi apprécier le travail.   sunny



Et en plus, c'est très drôle !  Very Happy

Bref, il y a du bon (voir même du très bon) et aussi du moins bon dans ce numéro spécial, qui vaut finalement la peine d'être découvert. En tant que "Spirou hors série", il est certainement intéressant.

Mais ce journal est-il réussi si on le considère comme un nouveau titre, dont la publication va devenir régulière ? Je ferais à cette égard beaucoup plus de réserves.  Rolling Eyes

Pour faire du journalisme en bandes dessinées, il faut un peu plus que de bonnes intentions. Les rédacteurs de la Revue Dessinée l'ont fort bien compris. Tous les reportages montrés dans cette "revue" sont traités d'une façon détaillée, et les BD ne se limitent pas à une page. Par ailleurs, la plupart des dessinateurs y travaillent avec un journaliste professionnel, qui sait comment présenter et expliquer un sujet apparemment peu attractif. L'humour est parfois présent, mais il n'est pas obligatoire, et chaque sujet doit avoir son propre ton, qui s'adapte naturellement aux circonstances.

Le succès de la Revue Dessinée s'explique donc par un savant mélange de journalisme et de BD, et le projet de Groom me semble de son côté bien naïf, et un peu puéril.

Voilà pourquoi j'ai envie de classer Groom comme un excellent numéro spécial de Spirou, mais pas comme une revue promise à un grand avenir.

L'avenir nous dira si j'ai eu tort. Question


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Une petite question, au sujet de la BD de Lécroart !  Wink

Quel est à votre avis cet objet qui tombe sur la tête d'un personnage, à la dernière case ?  


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Raymond a écrit:
Voilà pourquoi j'ai envie de classer Groom comme un excellent numéro spécial de Spirou, mais pas comme une revue promise à un grand avenir.

L'avenir nous dira si j'ai eu tort. Question

Personnellement, je ne considère pas du tout Groom comme un numéro spécial de Spirou, mais, bel et bien comme un magazine indépendant de son ainé.

Aussi, j'aurais beaucoup préféré qu'il fasse l'objet d'un sujet qui lui soit propre, d'autant plus que d'autres numéros à venir sont déjà prévus.

Mais, comme je ne suis qu'un simple contributeur de ce forum parmi d'autres, je m'incline devant la volonté exprimée par son administrateur en chef. Wink

Raymond

avatar
Admin
Oui, c'est un parti-pris qui peut se discuter. Mais si le "projet Groom" prend son envol, il restera toujours possible de récupérer quelques vieux posts et de lui ouvrir un sujet dédié.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

petercriss

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Pour finaliser le message 59 de Raymond sur le N° spécial 40 ans.
J 'ai en ma possession le N° HC de cette anniversaire .
Contrairement à lui , et je m 'en excuse d 'avance, ce N° a eu valeur sentimental importante .
Car il fait parti de la période ou j 'ai découvert Spirou .

Voici des Scannes en complément de la couverture de Raymond:




Il fallait à l 'époque avoir de la chance pour obtenir les deux diapos différents dans le N° 2088 et 2089.


Raymond

avatar
Admin
Il ne faut pas t'excuser. Chacun a le droit d'avoir son avis, et si tu as beaucoup apprécié ce "spécial 40 ans", cela te permet de relativiser un peu mon jugement.

Sinon, quels sont les numéros spéciaux de Spirou qui t'ont spécialement marqués ? Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

petercriss

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Demain , je posterai les détails de ce numéro légendaire qui est le 1000.
Numéro que j 'ai en deux exemplaires qui paradoxalement sont différents.
En effet , il y a eu deux versions , un exemplaire Belges et un exemplaire Française.
L 'exemplaire belges m 'a servie à l 'inclure dans le recueil que j 'ai relié.
L 'autre est particulier car il a la couverture glacé .
La différence , outre la couverture française de bonne facture réside uniquement par une page différente.

Pour ce qui est des numéros spéciales , la période Tinlot rédacteur en chef de 1993 à 2004 fut pour moi un délire complet.
Chaque numéro comportait une nouvelle idée , plus loufoc les uns que les autres.
C 'est en autre lui qui a supprimé la page 13 ou un Spirou en 3D avec ces lunettes.
Je développerai un panel de ces créations .

petercriss

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Tiens en parcourant ce topic , dans le post 51 anniversaire de Boule et Bill.
Une petite anecdote sur la planche de DUPA .
C 'est Tome et Janry alors assistants de Dupa dans Cubitus qui ont livret la planche à la rédaction de Spirou . Et c'est ce jours là qu 'ils ont commencé à démarcher pour intégrer le Journal. La suite on l 'a connait , quelles années plus tard , ils deviendront les fameux repreneur de la série mère de Spirou et Fantasio.

Raymond

avatar
Admin
Alors là, tu m'apprends quelque chose !

Je savais que Tome et Janry avaient été les assistants de Dupa, mais j'ai de la peine à croire qu'ils aient été les auteurs complets de cette courte histoire de Cubitus.

Dupa a quand même du y participer aussi. On reconnait bien sa patte, dans cette planche.

Par contre, Tome et Janry ont été les livreurs. Mais d'où tiens-tu ces informations ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

petercriss

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
J 'ai du mal m 'exprimé , cela m 'arrive tout le temps, C 'est bien Dupa qui a dessiné Cette planche avec tome et janry mais c'est le duo , ce jours là qui ont servi de coursier pour la livrer. Et ainsi mettre un pied dans les bureau du journal de Spirou.

petercriss

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Chose promis , chose du.





Voici le premier supplément du N° 1000 : Petit livret à monter soit même en A5.
Il a pour sujet , apprendre avec les auteurs de l 'époque à dessiner leur personnage et vous montre la réalisation du journal.







petercriss

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Et voici pour conclure cette parenthèse du N° 1000 qui reste une référence , le mini récit incluant Spirou 2000 de Franquin.







Et voici la différence entre la version Belges et Française outre la couverture glacée pour la Française:

version Française:



version Belges: c 'est une Publicité + couverture papier standard , ils ont été mal loti nos amis Belges.

Raymond

avatar
Admin
Superbe ! Il y a là de jolies petites BD peu connues. pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 4]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum