Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La place du fantastique dans le monde d'Alix

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas  Message [Page 1 sur 4]

Raymond

avatar
Admin
J'ouvre ce sujet après la publication par Stéphane d'un intéressant texte de Jacques Martin sur ce sujet.

Vous pourrez le lire ici, sur Alix Mag :

http://alixmag.canalblog.com/archives/2014/11/11/30938242.html#comments

Il peut être intéressant de recenser ici tous les albums d'Alix dans lesquels Jacques Martin introduit du "fantastique".  Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Tarmac

avatar
grand maître
grand maître
Très beau sujet Raymond Very Happy , j'avais eu la même idée en lisant le document de J martin sur le site de Stephane.
Là en terme de "Fantastique" il y a de quoi digresser sur l'oeuvre de J Martin. study

Raymond

avatar
Admin
L'album le plus "fantastique" est peut être l'Île Maudite, tellement on y trouve de faits ou de phénomènes improbables. il y a par exemple à ce mystérieux rayon qui enflamme instantanément tout ce qu'il touche.   Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Monocle

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
L'île Maudite est quasiment une œuvre de science fiction. Il y est question d'un civilisation qui aurait développé des techniques qui ne sont apparues que beaucoup plus tard même si les concepts de base étaient déjà présents dans le savoir antique. On en retrouve quelques éléments dans enfant grec avec son disciple de Démocrite qui cherche à percer les secrets de la théorie atomique.
Cette branche de la SF ou l'auteur examine quelle influence aurait eu une invention si elle était apparue plus tôt a donné lieu à de nombreux Romans. Souvent c'est plutôt un voyageur du temps qui vient semer le trouble dans l'histoire. (je pense au Roman "De peur que les ténèbres" de Sprague de Camp, ou au cycle de la patrouille du temps de Poul Anderson, mais il doit y en avoir bien d'autres...)
Un autre élément fantastique important est l'importance accordée aux messages envoyés par les rêves. Il y en a beaucoup dans les aventures d'Alix.

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
L’ILE MAUDITE, presque mon « premier Alix » (quelques pages d’un magazine familial, découvertes au hasard des épluchures ménagères quand j’avais 6 ou 7 ans – prolégomènes au film de Pietro Francisci LES TRAVAUX D’HERCULE, qui a déterminé mon intérêt pour l’Antiquité !).
Peut-être bien aussi mon « Alix » préféré !  pouce

Mais oui, entre Guy L’Eclair et l’Histoire vraie de Lucien de Samosate, je ne déteste pas l’intrusion de la SF dans l’Antiquité. Au moins on sait qu’il faut prendre l’album avec tout le recul utile. Merci Valérie Mangin (Chroniques de l’Antiquité galactique). Ce post m’offre également l’occasion de signaler un recueil de nouvelles récemment publié chez Rivière Blanche : Dimension Antiquité ( http://www.riviereblanche.com/dimantiquite.htm ).

SF donc, mais pas Fantastique ! Il est plaisant de rappeler que le précité P. Francisci a aussi tourné LA CHARGE DE SYRACUSE (ARCHIMEDE) (1960), où Archimède incendie la flotte romaine avec des miroirs ardents focalisés à travers un prisme de verre (les loupes de la BD de Martin). Ces miroirs, on les retrouvait précédemment dans CABIRIA (1913). Jurgis Baltrusaitis a consacré tout un chapitre de son livre Le miroir. Essai sur une légende scientifique. Révélations, science-fiction et fallacies (Paris, Le Seuil/Elmayan, 1978) à examiner les hypothèses sur ces fameux miroirs incendiaires qu’Archimède n’a sans doute jamais construits (la première mention est dans un auteur byzantin qui écrivait 800 ans après la Deuxième Guerre punique).  bedo

Reste un album assez fascinant qui balade le lecteur dans une technologie antique qui restait à développer (*) (les Grecs connaissaient les arbalètes, qu’ils nommaient gastraphétès parce que la crosse s’appuyait sur l’estomac ; les ressorts (??) ; la poudre à canon chinoise (???)…). Bien sûr, tout une série d’obstacles épistémologiques - qu’énumère B. Gille dans ses Mécaniciens grecs - les aurait concrètement empêchés d’inventer la machine à vapeur, qu’il s’agisse de leur incapacité à produire de la tôle ou des questions de combustible (déforestation – la machine à vapeur sera, finalement, inventée dans des régions septentrionales où le bois abonde). De plus, l’ingénieur Jacques Martin, passionné de mécanique, aurait dû tenir compte de ce que les Grecs ignoraient également l’arbre à cames… mais qu’importe, cet album magique m’a donné l’envie d’en savoir plus…  study

___
(*) Il y reviendra incidemment dans L’ENFANT GREC en suggérant que la philosophie grecque, avec l’atomisme, avait découvert les principes de la science nucléaire.

Jacky-Charles


license ès BD
license ès BD
Je voudrais faire une petite mise au point en espérant ne pas passer pour un fastidieux donneur de leçons.

Je suis d'accord pour dire qu'il ne s'agit pas de fantastique ( dont l'héroic fantasy est un sous-genre ), celui-ci étant un genre faisant appel au merveilleux, à l'irrationnel et au surnaturel, ce qu'on ne trouve dans aucune aventure d'Alix, mais pas vraiment de la science-fiction non plus.

La SF fait appel à des techniques présentées comme réelles, ( à la différence du fantastique qui fait appel à la magie ou à des pouvoirs surhumains ), mais qu'il est impossible de mettre en oeuvre pour des raisons matérielles, comme les voyages vers les étoiles ou dans le temps pour ne citer que les plus courants. Il peut aussi s'agir de modifications dans le déroulement scientifique de notre monde tel que nous le connaissons. Dans toutes les aventures d'Alix, je n'ai trouvé que deux thèmes relevant de la SF : la statue du "Dieu sauvage" et les anthroposaures du "Fleuve de jade".

Les armes et les bateaux de "L'île maudite", tout comme la poudre à canon du "Sphinx d'or" ou la théorie atomique dans "L'enfant grec", relèvent d'un autre genre : l'anticipation, où il s'agit de techniques qui seront réalisées tôt ou tard, mais qui ne sont pas encore matériellement possibles à l'époque considérée, même si elles sont déjà étudiées ou connues en tout ou partie. L'exemple classique est le voyage vers la lune ou sous les mers dans l'oeuvre de Jules Verne.

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je suis bien d'accord avec toi, Jacky-Charles. C'est du reste ce que je viens de tenter d'expliquer : L'ILE MAUDITE est une histoire de science-fiction, basée sur des possibilités technologiques (Archimède). Pas du "fantastique" !

C'est donc à contre-emploi que le précédent intervenant - en l'occurrence Raymond - a amené ici cet album, que par ailleurs j'apprécie énormément.

Voyez ici à propos de la SF et l'Antiquité : http://www.peplums.info/pepcour42b.htm#04

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Jacky-Charles a écrit:

Les armes et les bateaux de "L'île maudite", tout comme la poudre à canon du "Sphinx d'or" ou la théorie atomique dans "L'enfant grec", relèvent d'un autre genre : l'anticipation, où il s'agit de techniques qui seront réalisées tôt ou tard, mais qui ne sont pas encore matériellement possibles à l'époque considérée, même si elles sont déjà étudiées ou connues en tout ou partie. L'exemple classique est le voyage vers la lune ou sous les mers dans l'oeuvre de Jules Verne.

Je suis tout à fait d'accord avec le positionnement de Jacky-Charles.

Pour moi non plus "L'Ile Maudite" ne m'est jamais apparu comme un album relevant du fantastique.  Rolling Eyes

Et le terme d'anticipation qu'il a employé me paraît somme toute bien choisi, eu égard aux évènements qui s'y déroulent.

Raymond

avatar
Admin
D'accord ! L'Île Maudite relève davantage de la Science fiction que du Fantastique. Je le concède, mais ... le fantastique est tout de même très présent dans l'oeuvre de Jacques Martin. Cela commence avec la Griffe Noire, en particulier grâce au mage Rafa qui fait usage de pouvoirs para-normaux.

Rappelez-vous par exemple cette scène, lorsque Rafa hypnotise Alix, et le dirige comme un pantin.



Tout cela est totalement fantasmagorique, et une telle action est impossible. Ce genre de scène n'est pas rare dans la BD (c'est Hergé qui a commencé), mais en fait, aucun hypnotiseur ne peut réaliser cet exploit si l'hypnotisé s'oppose à sa volonté. L'état d'hypnose est utilisé en médecine, mais c'est un état qui reste contrôlable par le sujet. J'avoue toutefois que lorsque j'ai lu cette séquence pour la première fois, pendant ma jeunesse, j'y ai cru complètement.  Embarassed

Notons que Rafa réalise un exploit encore plus extraordinaire lorsqu'il fait fuir toute une armée romaine par la seule force de son invocation (et de son regard). Rappelez-vous cette scène !



Ce genre de scène est improbable, et inexplicable, mais elle séduit le lecteur qui a envie d'y croire. C'est du fantastique !


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
J'avais eu l'occasion de discuter avec Jacques Martin des propriétés de la fameuse statue du DIEU SAUVAGE. Ses explications étaient fort brouillonnes, à mon sens. Il m'a parlé de phénomènes paranormaux qui s'étaient passés dans une maison bâtie au dessus d'une roche radio-active; d'une rivière souterraine etc.

Quelqu'un a-t-il eu des échos à ce sujet. Je ne suis pas prêt à avaler cette histoire d'une statue "spéciale" dont la simple présence provoque les réactions aussi spectaculaires que d'arracher les portes du temple à l'intérieur duquel elle se trouve. Et même, si ma mémoire est bonne, ravager toute la ville alentour. Je suis incapable d'imaginer autre chose qu'une irradiation mortelle obérant la santé humaine, anéantissant la population; mais ces manifestations euh... "télékinésiques" (?) me laissent incrédule. What a Face
Mais je crois que c'est cela l'effet recherché par Martin : quelque chose d'inexplicable. On tourne en rond. Cette sorte de "poltergeist" choque mon esprit rationnel. Qu'en pensez-vous amigos ?

Pierre

avatar
vieux sage
vieux sage
Je pense que imagination et bande dessinée font bon ménage avec le fantastique, la fantaisie et l'ouverture vers ailleurs

Raymond

avatar
Admin
En ce qui concerne le Dieu Sauvage, il y a en effet cette mystérieuse statue qui possède de curieuses propriétés, et dont les pouvoirs maléfiques sont capables de conduire une ville entière vers la ruine.



Il est bien clair que la radioactivité n'est pas susceptible d'expliquer les mystérieux pouvoirs de cette statue.  Jacques Martin nous la présente d'ailleurs presque comme un être vivant (elle est capable de sourire) et aucune explication rationnelle (en dehors de l'affabulation des témoins) ne peut rendre compte des événements surnaturels qui entourent ce "dieu sauvage".

Derrière son réalisme apparent, le Dieu Sauvage est donc bien un récit "fantastique". C'est une histoire improbable, mais on a envie d'y croire. Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
La bande dessinée, tout comme le cinéma et le roman sont des contes de fées pour "adultes" : fées, ogres et dragons y sont protéiformes. La super nana, le gros méchant bien dégueu (pauvre Pompée et ses hypostases, dans "Alix"!). Normal que le fantastique en soit un ingrédient. Moi qui suis fan d'histoires de vampires, et quoique athée jusqu'au trognon, je suis toujours ravi de voir Dracula se décomposer sous une aspersion d'eau bénite !

Tiens, parlons-en de l'eau bénite. Je suis amateur de fictions archéologiques style Indiana Jones, The Librarian etc. Curieux que le fantastique gravite toujours autour de symboles du christianisme (ah ah!, Jacques Martin et la patte de bouc censée être la marque du Diable dans LE CHEVAL DE TROIE - je le croyais plus subtil scratch ). On a l'impression que la Bible serait l'unique source de spiritualité, sans doute parce que chez nous le commun des mortels - même mécréant - n'a jamais eu d'autres références. Les reliques du Christ, en particulier, ont encore de beaux jours devant elles, notamment la fameuse lance qui lui a percé le flanc ( http://www.peplums.info/pep54d.htm#q ).

Mais revenons à Alix. Relèvent du fantastique, les mondes disparus qu'Alix retrouve au fond de grottes, et qui souvent disparaissent à la fin de l'histoire par la faute de quelque cataclysme. Thierry Groensteen l'avait noté dans son AVEC ALIX. Mais à vrai dire tous les héros de romans d'aventure connaissent ce genre de situation.
Autre poncif, on l'a dit plus haut : les rêves prémonitoires. Au niveau de la technique scénaristique, ces rêves anticipant les péripéties qui vont suivre sont imparables : c'est l'occasion pour l'auteur-Dieu de tendre au naïf lecteur un brin de l'écheveau que celui-ci va dévider au fil de sa lecture, établissant ainsi une sorte de dialogue entre lui-même et son lecteur.  bedo

En fait, le mécréant le plus endurci - comme moi - a besoin de s'évader dans un univers différent. Plein de putes magnifiques, de supplices, de catastrophes, de morts, de morts-vivants et autres revenants etc. auquel il est rarement confronté dans la vraie vie. Et bien sûr des miracles, et des créatures aussi improbables que la licorne, le loup-garou etc.

A propos du loup-garou, je note dans la série ORION ces hommes-lions que le héros athénien de Jacques Martin rencontre... en Arcadie (dans la mythologie grecque, l'Arcadie est peuplée d'hommes-boucs - les Satyres - ainsi que d'hommes-chevaux, comme le Centaure Pholos! Alors, pourquoi pas des hommes-lions, même si la mythologie grecque les ignore?).
Dans ALIX il y a aussi ces hommes-crocodiles du FLEUVE DE JADE. Je ne sais trop où Martin est allé pêcher ces créatures mutantes - ah oui, paraît que cet album est un message écolo -; je suppose que si je faisais tourner les tables, Martin sortant des limbes de l'Hadès référerait au dieu égyptien Sobek; mais moi qui suis un mauvais esprit j'y verrais plutôt la resuscée d'une tarzannerie d'E.R. Burroughs.

Raymond

avatar
Admin
Effectivement. De même que les personnages aux pouvoirs paranormaux (comme Rafa), les rêves prémonitoires sont souvent présents dans les romans et les légendes. On en trouve d'ailleurs presque exclusivement dans les livres (ou les films) et ... en fait ... je ne croirais pas facilement une personne qui prétendrait avoir vécu cela dans la réalité. C'est une sorte de fable qui imprègne volontiers les contes, mais c'est aussi un excellent ressort narratif, que Jacques Martin n'a jamais dédaigné.  Very Happy

On trouve un magnifique rêve prémonitoire dans le Dernier Spartiate: Cet album très réaliste ne présente en fait aucune péripétie fantastique, mais on y trouve le fameux songe de la reine Adréa. Cette dernière a rêvé d'Alix avant sa venue, et elle connait ainsi déjà son destin. Cette prémonition crée immédiatement une belle ambiance dramatique.



Dans la réalité, les rêves prémonitoires ne sont le plus souvent que des billevesées.  Rolling Eyes


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Raymond

avatar
Admin
Autre thème fantastique récurrent dans les aventures d'Alix, ce sont les comportements des animaux. Il y a le fameux exemple des loups qui protègent l'expédition d'Alix dans les Légions perdues, mais aussi le rôle prophétique de l'aigle qui donne un morceau de pain dans la main d'Octave/Auguste au début du Tombeau Etrusque. C'est un moment magique.



Pour une fois, le thème fantastique n'est pas une apparition effrayante. C'est d'abord un clin d'œil aux historiens, ainsi qu'une annonce majestueuse pour indiquer au lecteur l'importance de ce jeune Octave qui accompagne Alix, mais aussi (et surtout) une manière de placer d'emblée cette aventure dans le domaine de l'irrationnel. Tous les personnages de cette histoire (et Brutus en particulier) sont dominés par leur destin, et les nombreuses péripéties que vivent les personnages ne sont que des essais ingénus de leur part pour y échapper. Le don de l'aigle annonce l'avenir grandiose de la civilisation romaine, et la menace des adorateurs de Baal ne pourra jamais assombrir ce futur.

Le Tombeau Etrusque est en fait une histoire lumineuse.  sunny


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Monocle

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Et une planche construite de façon magistrale!

Raymond

avatar
Admin
Autre truc narratif volontiers utilisé par Jacques Martin : les catastrophes naturelles. Elles ne sont pas inexplicables en elles-même, mais surviennent tellement bien au bon moment que l'événement prend alors une dimension fantastique.

On trouve un bel exemple de ce genre d'événement dans le Prince du Nil, avec ces chutes de météorites qui ressemblent à un châtiment du ciel. Elles apparaissent d'abord après une invocation de Qaâ, et sèment bien sûr la terreur au sein de la populace.




A la fin du récit, ce n'est pas une seule mais bien des dizaines de météorites qui tombent à la fois sur la cité de Sakhara. La ville est détruite, et cela devient un châtiment pour les fautes de ses habitants.



Jacques Martin utilise volontiers dans ces récits ce genre d'événement, qui semble magique tout en restant crédible.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Voui, la bondieuserie biblique habituelle! Sodome et Gomorrhe etc.
Fait pas bon de ne pas avoir été au catéchisme !!!

Raymond

avatar
Admin
Mais bien sûr ! Jacques Martin a fait ses écoles dans un séminaire, et il a reçu une éducation très catholique.

Il s'en est d'ailleurs bien vengé par la suite, en particulier lorsqu'il a imaginé les récits de Khéos.  Wink

La réminiscence de situations racontées dans la Bible ne fait donc pas de doute.  pouce


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Eh Eh ! Quand je travaillais sur LA MARINE ANTIQUE, j'ai dit à Martin (qui chicanait sur ma propension à mettre des références, des dates etc.) : "Moi, systématiquement, c'est avant/ou/de notre Ere, jamais avant/après J.-C." Et il me répondit : "Mais qu'est-ce qu'il vous a fait, Jésus ?". "Rien, justement."
Ce soir-là, moi le fan de Julien l'Apostat, j'ai compris qu'on ne jouait pas dans le même couloir.

Ca m'agace cette ambiguïté martinienne de jouer sur le paganisme tout en tenant un discours catho tintinesque. C'est crétin et ça se révèle à la première planche du CHEVAL DE TROIE. Faut choisir son camp !

Raymond

avatar
Admin
Il n'y a pas vraiment d'ambiguïté ! Jacques Martin s'intéresse à tous les aspects de l'Antiquité, qu'elle soit biblique ou pas.  Rolling Eyes

Il est clair que la destruction de la ville de Sakhara peut évoque le châtiment de Sodome et Gomorrhe, mais cette influence chrétienne disparait dans beaucoup d'autres albums.

J'aime beaucoup par exemple cette séquence totalement surnaturelle du Spectre de Carthage. Elle ne fait aucune allusion à Iahvé et rend plutôt hommage au dieu Baal.



Encore une foi, Jacques Martin met en scène une action des forces naturelles, et on peut tout-à-fait expliquer cet événement d'une façon rationnelle. Cette mort dramatique évoque cependant aussi une action divine vengeresse, destinée à punir la désobéissance d'un fidèle.

On peut la voir aussi comme un suicide assez élégant.  Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
D'accord Raymond. Dans ses interviews Jacques Martin se présente comme sensible au paganisme (ce qui lui permet de cultiver l'ambiguïté du tandem Alix-Enak, tout en évoquant des témoignages de fans d'une autre orientation sexuelle).
Mais la mentalité d'Alix est typiquement boy-scout "catho" (*). Ce que me confirme, faite entre quatre yeux, la remarque que je viens d'évoquer.

Cela dit, ça serait amusant d'établir la liste des "méchants" qui finissent foudroyés dans la série Alix.
Brutus, par exemple, dans LE TOMBEAU ETRUSQUE (où il y a une fameuse planche qui m'a tant fait rêver que j'en ai tiré une communication pour LES CAHIERS DES PARALITTERATURES - planche où il met en équivalence tout un panthéon, notamment Jupiter et Iahvé). Le méchant suppôt du démon Baal Moloch est fulminé. Tout comme cet autre suppôt de Baal du SPECTRE DE CARTHAGE, que tu viens d'évoquer.
Il est clair pour moi qu'il assimile les lumineux Jupiter (= Deus Pater) de la civilisation occidentale romaine, Capitole et Vatican confondus. Et renvoie dans les flammes de la Géhenne les perverses divinités orientales Baal-Zeboub, Baal-Ammon etc. Il a été très marqué par SALAMMBô.

Faudrait établir la liste des autres foudroyés... Iorix, peut-être ? (à vérifier).

____
(*) Comme dit dans d'autres échanges sur ce Forum, Jhen, heureusement, est beaucoup plus réaliste (l'influence de Pleyers ?), troussant la gueuse et fermant les yeux sur les crimes de son ami Gilles de Rais. Realpolitik, camarade ! Un artiste comme lui a besoin de noble protecteur et, aussi, de tirer son coup...
Mais légèrement coincé [quoique...] Alix Graccus, "patricien" et ami de Jules César (qu'il désapprouve parfois), aurait réagi très différemment !
Bien sûr, la publication d'Alix et de Jhen n'appartenaient pas à la même époque : c'est l'avant et l'après 68 (de n.E. !  Smile  )

Monocle

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Iorix finit lapidé par ses soldats mais devant un ciel d'orage rougeoyant et tourmenté. La couverture est d'ailleurs dans le même ton.
C'est un album très sombre, un de mes préférés.

AJAX

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Je savais qu'il finissait mal, celui-là...
Mais je suis certain que d'autres "méchants" finissent foudroyés dans "Alix".

Si quelque érudit alixophile pouvait en établir la liste... moi je suis occupé à remettre en ordre mon site, qui a beaucoup pâti de mon déménagement...

Raymond

avatar
Admin
Est-ce que d'autres méchants finissent foudroyés ? Je n'en ai pas le souvenir. Les adversaires d'Alix sont souvent anéantis par des forces naturelles, mais pas spécialement par la foudre. Il y a des explosions, des incendies, des barrages qui s'écroulent, des pluies de météorites ou d'autres types de mort violente, mais il n'y a guère que le sculpteur Scoras qui se fasse ainsi trucider par le ciel en colère.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 4]

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum