Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les portes de l'enfer

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

26 Re: Les portes de l'enfer le Dim 14 Sep - 13:26

Draculea

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Depuis longtemps je voulais relire cet album afin de confirmer ou infirmer l'impression qu'il m'avait donné au moment de sa publication dans le Journal de Tintin où je l'ai partiellement découvert avant de le lire en album.
Il est vrai qu'il surprend en raison de son étrangeté fantastique qui le distingue de ce que Jacques
Martin avait jusque là publié dans la série. Je crois qu'il constitue une fable où s'exprime d'une façon fort originale des préoccupations typiques dans leur sujet de l'époque où cet album a été publié. J'en veux pour preuve que le journal de Tintin publiait à la même époque une autre bande dessinée dont j'ai oublié le titre et le(s) auteur(s) qui racontait l'histoire d'un groupe de personnages qui renouaient avec une civilisation pacifique de type médiéval après une catastrophe nucléaire. Et c'est aussi l'époque du film Malevil comme on l'a rajustement appelé dans ces colonnes.
Pour ma part, je trouve que la manière dont Jacques Martin traite le thème de façon tout à fait personnelle sans l'alourdir de morale pacifiste comme d'autres ont parfois pu le faire, donne à son album une puissance de conviction tout à fait réelle en dépit de la dimension fantastique qui se révèle peu à peu et éclate dans le dernier tiers du récit. Tant que les personnages n'ont pas été retrouvés par les militaires et que le mystère du général satanique n'est pas éclairci, le récit oscille entre surnaturel et réalité de telle manière que le lecteur que j'étais alors et demeure aujourd'hui se laisse saisir par l'intrigue et je retrouve en lisant cet album maintenant le même sentiment d'angoisse diffuse que le scénario a su créer. Ce malaise me semble à lui seul un signe de l'excellence du récit proposé par Jacques Martin. Quant au dessin de Gilles Chaillet, il est tout simplement somptueux. Le choix d'ailleurs de paysages d'automne naissant pour raconter cette histoire me semble très judicieux et l'évocation graphique et chromatique de ce moment de l'année en montagne me semble très réussie. Les luminosités par exemple, comme celles du début de la journée à la première planche de l'album, sont des merveilles.

Image hébergée par servimg.com

J'aime aussi beaucoup les nombreuses images panoramiques :

Image hébergée par servimg.com

Et quelle splendide couverture qui rappelle celle de L'Île Maudite !

Image hébergée par servimg.com

Pour moi, Les Portes de l'enfer demeure un étrange chef d'oeuvre dans la série, même si je comprends qu'il puisse continuer à dérouter d'autres lecteurs.

27 Re: Les portes de l'enfer le Dim 14 Sep - 16:03

Erik A

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Peut-être d'Auclair, la BD évoquée ? Pour ma part, ce Lefranc se situe dans une époque parsemée de récits du même tonneau et notamment le "Malevil" de Robert Merle, qui fut suivi du film tiré du roman réalisé par Christian de Challonges, avec Michel Serrault, JL Trintignant et quelques autres. Un film d'ailleurs moyen revu il y a quelques semaines sur CanalSat...

On y retrouve pas mal d'éléments dont je me doute qu'ils étaient dans l'air du temps ! Je ne connaissais pas encore Gilles et j'avais trouvé le dessin plutôt pas mal quoi qu'un peu raide, en comparaison avec "le repaire du loup", mais sur ce tome 5, Martin était très directif et Chaillet bon élève... Avec le recul, je comprends la 7eme place dans le classement, du coup...

Il me semble que la couv est de Martin, n'est-ce pas ? Le héros courant vers une porte rappelle un peu celle de "l'île Maudite"...

http://erikarnoux.blogspot.com

28 Re: Les portes de l'enfer le Dim 14 Sep - 19:35

Raymond

avatar
Admin
Claude  Auclair dessinait en effet un monde qui renaissait après une catastrophe post-atomique, et c'était un thème fréquent. Michel Crespin imaginait un thème tout à fait semblable à la même époque. La destruction du monde occidental par une guerre atomique était une idée à la mode pendant les années 70.

Jacques Martin n'a cependant pas osé aller aussi loin que les écrivains de science fiction de cette époque. Avec Lefranc, la destruction reste limitée aux dimensions d'une vallée alpine et le monde continue à fonctionner normalement. Finalement, tout s'explique par une simple malédiction médiévale et ... l'histoire surprend un peu.

Peut être aurait fallu aller jusqu'au bout, et oser détruire la civilisation (comme Jacobs l'a fait dans le Piège Diabolique) pour vraiment créer une oeuvre qui marque le lecteur ? Qu'en pensez-vous ?


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

29 Re: Les portes de l'enfer le Dim 14 Sep - 19:39

Erik A

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Oui, sans doute, Raymond. effectivement une idée très usitée dans ces années-là, où on imaginait un an 2000 bien différent de ce qu'il fut...

C'est d'ailleurs aussi pour ça, ce côté circonscrit dans un endroit donné, que l'album n'est sans doute pas pour les lecteurs que nous sommes aussi marquant, si on compare avec la "grande menace", par exemple...

http://erikarnoux.blogspot.com

30 Re: Les portes de l'enfer le Ven 31 Oct - 11:29

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Planche 13 de cette histoire.


31 Re: Les portes de l'enfer le Ven 31 Oct - 11:54

Raymond

avatar
Admin
On reconnait bien le visage de Jacques Martin dans la dernière case de cette planche (en bas à droite).  Very Happy


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

32 Re: Les portes de l'enfer le Sam 1 Nov - 10:05

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Trois autres planches originales.






33 Re: Les portes de l'enfer le Sam 1 Nov - 23:19

Erik A

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Même si là je sens encore la présence très insistante de Martin (les visages de profil), je trouve que le Chaillet n'était pas mauvais, pour ses premières pages ! L'encrage est pas mal du tout, ça faisait un moment que je les avaient pas vues...

http://erikarnoux.blogspot.com

34 Re: Les portes de l'enfer le Sam 22 Nov - 11:17

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Planches 8 et 43.




35 Re: Les portes de l'enfer le Mar 10 Fév - 11:21

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

36 Re: Les portes de l'enfer le Jeu 12 Mar - 16:48

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Planches 5 et 29.





37 Re: Les portes de l'enfer le Jeu 12 Mar - 18:05

Tarmac

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Pour moi, "Les portes de l'enfer" constituent l'un des meilleurs Lefranc de G Chaillet. Dès son coup d'essai, il était excellent dans la fidélité du trait par rapport au maître. Paradoxalement, je trouve que son Lefranc s'est par la suite légèrement déterioré, peut-être que Gilles était alors plus occupé avec Vasco

38 Re: Les portes de l'enfer le Jeu 9 Avr - 11:49

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

39 Re: Les portes de l'enfer le Mer 20 Mai - 17:18

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Planches 33 et 35.





40 Re: Les portes de l'enfer le Ven 10 Juil - 10:17

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Une dédicace de Jeanjean pour cet album.


41 Re: Les portes de l'enfer le Sam 12 Mar - 9:25

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel


42 Re: Les portes de l'enfer le Lun 11 Avr - 13:57

Erik A

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Tarmac a écrit:Pour moi, "Les portes de l'enfer" constituent l'un des meilleurs Lefranc de G Chaillet. Dès son coup d'essai, il était excellent dans la fidélité du trait par rapport au maître. Paradoxalement, je trouve que son Lefranc s'est par la suite légèrement détérioré, peut-être que Gilles était alors plus occupé avec Vasco
M'avez donné envie de relire, tiens...

Il me semble que les débuts de Gilles étaient très "surveillés" et repris par le patron, ce qui expliquerait peut-être qu'on soit assez proche des gimmicks du Maître. Et ce, malgré quelques maladresses bien excusables quand on sait que dans l'absolu, c'est un premier album pour Chaillet, ce qui évidemment n'était pas le cas de Bob de Moor.

La perf est d'autant plus louable: même si Gilles était un amateur éclairé de Martin depuis son plus jeune âge, il faut se souvenir qu'aux studios Dargaud, c'est lui qui avait en charge une partie du marketing Astérix et qu'il dessinait Idéfix pour les jeux et dérivés. Ce qui est quand même assez éloigné en style.

http://erikarnoux.blogspot.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum