Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Maxence de Romain Sardou et Carlos Rafael Duarte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

bruno

avatar
grand maître
grand maître
2 titres "historiques" sortiront en octobre chez Lombard (bien que le second...). Je vous laisse les découvrir :



J'ai eu la chance d'assister à une présentation de "Maxence" par Romain Sardou, cela pourrait être une excellente surprise... à suivre donc.

http://www.canalbd.net

Raymond

avatar
Admin
Les thèmes sont en tout cas intéressants. Attendons de voir sur pièce, quand ces albums sortiront.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Monocle

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Raymond a écrit:Les thèmes sont en tout cas intéressants. Attendons de voir sur pièce, quand ces albums sortiront.  
En effet, mais je ne connais pas le scénariste de Maxence. Est-ce un pseudo? est -il de cette famille célèbre? Qui en sait un peu plus?

Jacky-Charles


license ès BD
license ès BD
Romain Sardou, l'un des fils de Michel, a déjà écrit plusieurs romans à thème historique ( que je n'ai pas lus ).

stephane

avatar
vieux sage
vieux sage
J'ai lu quelques livres de Romain Sardou et j'ai bien aimé .
En tout cas, il est costaud le Maxence! Smile

http://alixmag.canalblog.com/

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
J'avais envie de dire que MAXENCE/LA SEDITION NIKA était une vieille histoire de famille chez les Sardou. Surnommé "Le Napoléon de l'Art dramatique", Victorien Sardou avait, en effet, écrit en 1884 une THEODORA, avec Sarah Bernhard dans le le rôle de l'impératrice épouse de Justinien.

Mais vérification faite sur Wikipédia, il semblerait qu'ils appartiennent à deux branches Sardou distinctes.

Monocle

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
stephane a écrit:J'ai lu quelques livres de Romain Sardou et j'ai bien aimé .
En tout cas, il est costaud le Maxence! Smile

Bonne remarque. Je me demande d'ailleurs quel pouvait être l'aspect réel des athlètes de l'antiquité. Je pense qu'on mangeait moins qu'à notre époque, mais on n'avait guère de notions précises de diététique.
Je me demande si ce Maxence n'est pas un peu trop bodybuildé. Very Happy

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
Il suffit, je pense, de regarder les athlètes de la statuaire grecque, même si eux aussi sont peut-être un peu idéalisés. La céramique grecque nous laisse voir des corps masculins où en quelques traits on devine des connaissances anatomiques très précises, notamment au niveau de la sangle abdominale.

Cela dit, dans le milieu de la reconstitution, j'ai vu des types portant des "cuirasses musclées" toutes en plaquette de chocolat. Il me faudrait vérifier s'il ne s'agit pas d'une exagération moderne.

Question body building, on y arrive presque quand on regarde les Titans (la bataille des dieux contre les Titans) sculptés tout le long de l'autel de Zeus, à Pergame.

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
Et voilà, je viens de lire "Maxence". Quelques belles pages de Gibbon plutôt bien mises en images par Carlos Rafael Duarte et Romain Sardou. Le graphisme et les couleurs sont corrects, sans être exceptionnels, mais les costumes militaires m'ont laissé sceptique (les auteurs du massacre dans l'hippodrome étaient des mercenaires hérules).

En revanche j'ai apprécié la course de chars, en particulier la 1ère v. p.12 qui montre bien qu'en l'absence de palonnier, les chevaux n'étaient pas solidaires entre eux, spécialement les funales (à l'extrême droite et l'extrême gauche du quadrige - en fait, les deux chevaux centraux, de part et d'autre du timon [oublié par le dessinateur] étaient sous un joug. Seules les externes, les funales,  étaient "libres". Mais c'est un progrès par rapport à ce qui se dessine d'ordinaire dans les BD. J'attends avec impatience la sortie - dans une semaine - de l'autre BD Lombard, GLORIA VICTIS, elle aussi consacrée aux courses de chars...

J'avais eu l'occasion d'en discuter avec Ange Ruiz, président de l'Association des attelages du Pays d'Arles, ayant remarqué que son char de parade était reconstitué à l'identique (sans palonnier, mais avec un joug), alors que ses autres chars - pour les exhibitions de course - étaient attelés "moderne", avec palonnier, pour des raisons de sécurité évidentes.
Faire courir un char attelé à l'ancienne... c'est un métier ! Je ne suis pas surpris des naufrages sur la piste du cirque !

J'ai noté aussi que l'impératrice Théodora était plus proche de celle du film de Riccardo Freda, THEODORA IMPERATRICE DE BYZANCE (1953), la somptueuse Gianna Maria Canale (Miss Italie en 1947 ou 49, je ne sais plus), que de la sèche créature que l'on voir sur la mosaïque de San Vitale, à Ravenne.
C'est que j'en ai dégusté des ouvrages historiques et même plusieurs romans, sur Théodora, à qui j'avais du reste consacré un dossier de mon fanzine KOLOSSAL, il y a trente ans. J'avais spécialement apprécié la trilogie de Déjean, prix Alexandre Dumas - on comprend vite pourquoi à la lecture. Je concède que la doc n'est pas évidente à trouver, et qu'il faut le plus souvent de contenter de faire "vraisemblable". Théodora était une prostituée et une actrice porno, fille d'un belluaire [un montreur d'ours] du cirque. D'origine égyptienne ou cypriote, elle était monophysite ce qui ne l'empêcha pas de devenir la maîtresse puis d'épouser l'empereur Justinien, qui était catholique orthodoxe. Procope - qui ne l'aimait pas et avait d'excellentes raisons de ne pas l'aimer -, raconte dans ses Anekdota qu'elle mimait dans la rue les amours de Léda et du Cygne Zeus. Avec une simple ceinture pour préserver sa pudeur, elle donnait à ce volatile des graines à picorer... entre ses cuisses. J'avoue qu'avec son bec impressionnant, j'ai eu rétrospectivement peur pour elle.

Lors de la sédition des Victorats (Nika, en grec), elle se distingua par sa fermeté alors que son pusillanime époux Justinien s'apprêtait à faire ses valises. Les Funcken avaient déjà traité de l'épisode dans TINTIN vers le milieu des années '50 : TEMPêTE SUR BYZANCE. Un court récit de 4 planches. Mais Théodora n'y apparaissait pas, car les femmes n'étaient pas les bienvenues dans ces pages, hormis la Vierge Marie, bien entendu. La moraline, toujours ! On a un peu l'impression d'une photographie d'époque stalinienne.

Gibbon rapporte encore que sur le tard de sa vie, Théodora hébergea - de force - dans un couvent ses anciennes collègues prostituées. Beaucoup préférèrent se suicider. La moraline, toujours...

Apparemment, cet album est le premier d'une série (de combien ?). Je devine que son "agent" Maxence, aux remarquables plaquettes de chocolat - de son état belluaire comme l'était son père -, va se laisser croquer par elle. Aurons-nous droit à une saga comme celle de Déjean, avec Bélisaire contre les Vandales à Carthage, puis contre les Goths à Rome ? Je salive... Very Happy

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
Sur Youtube, vous pouvez voir la version italienne complète de TEODORA IMPERATRICE DE BISANZIO, avec Gianna Maria Canale : https://www.youtube.com/watch?v=w7L_yKdvDxg bedo

Raymond

avatar
Admin
En relisant ta critique, je me demande toujours si tu as bien aimé cet album ? Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
Disons... un orgasme paisible.
J'attends la suite pour me prononcer. Smile

Théodora est un de mes dadas, comprends-tu ?

Pierre

avatar
vieux sage
vieux sage
AJAX a écrit:
J'ai noté aussi que l'impératrice Théodora était plus proche de celle du film de Riccardo Freda, THEODORA IMPERATRICE DE BYZANCE (1953), la somptueuse Gianna Maria Canale (Miss Italie en 1947 ou 49, je ne sais plus)

Non, elle ne fut pas Miss Italie

Je cite sa bio "En 1947, Gianna Maria Canale se présente au concours de Miss Italie, et termine deuxième derrière Lucia Bosè et devant Gina Lollobrigida."

Very Happy

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
Comme disait avec beaucoup de conviction le colonel Custer (Robert Shaw dans CUSTER OF THE WEST, de Robert Siodmak) :

    "Le premier est le premier !
    Le second n'est rien !"


... mais la belle Calabraise aurait mérité d'être la première. Qui se souvient de Lucia Bosè ? study

Pierre

avatar
vieux sage
vieux sage
Moi, car c'était la femme de Dominguin, le toréador, amant d'Ava Gardner, et la mère du chanteur Michael Bosé ... Wink

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
En somme, elle a eu une chance de cocue pour être élue "Miss Italy".
Je te charrie... Laughing

Son nom ne m'était pas inconnu, mais j'aurais été incapable de mettre un visage dessus. A part Gianna Maria Canale, Chelo Alonso, Sylva Koscina, Sylvia Lopez et Moira Orfei, les actrices de péplums... aussi mignones soient-elles... Je retiens surtout les "gueules"...

Pierre

avatar
vieux sage
vieux sage
Miss = célibataire Very Happy

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
Dans le monde du show bizz on dit toujours "Miss" pour une artiste, même mariée...

Au fait, je tiens de Riccardo Freda lui-même qu'il n'a jamais épousé "Miss" Gianna Maria Canale pour la simple raison qu'il avait déjà contracté mariage. Et qu'en Italie...

Elle a fini par le quitter parce qu'elle en avait assez de tourner dans ses péplums... et elle est partie tourner dans ceux de Pietro Francisci (e.a. HERCULE ET LA REINE DE LYDIE) ce qui explique sans doute l’aversion de celui-ci pour les films de celui-là. GMC n’était pas faite pour la vie de star, son ambition était de faire des enfants etc. Elle a eu une fin malheureuse, et bien digne de l’héroïne des VAMPIRES : défigurée dans un accident automobile elle se serait retrouvée dans un fauteuil roulant.

Pour en revenir à ma liste des vedettes féminines du péplum, il en est une autre qui a incarné Théodora à l’écran : Sylva Koscina – la copine à Tito – aux côtés d’Orson Welles (Justinien) dans LE DERNIER DES ROMAINS (EIN KAMPF UM ROM) de Robert Siodmak.


Alors, personne d’autre n’a lu MAXENCE ?  Rolling Eyes

stephane

avatar
vieux sage
vieux sage
J'ai lu , et si je trouve cette première partie de l'histoire plutot pas mal,je n'accroche pas avec le dessin. Et c'est dommage . Mais j'attends d'en lire plus pour me prononcer sur Maxence.

http://alixmag.canalblog.com/

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
Bien d'accord avec toi. Un graphisme très épuré, tout comme la palette de couleurs... Mais la scène du massacre à l'Hippodrome, sur une double page... assez impressionnante. On a parlé de 30.000 morts, je crois.
Il y avait deux accès, Mundus s'est présenté à une extrémité avec ses Hérules; Bélisaire à l'autre. Les supporters verts et bleus étaient faits comme des rats.

Je me demande comment va évoluer la série. Justinien était jaloux des succès de son général Bélisaire et lui mettait des bâtons dans la roues avec la complicité de son épouse Théodora (c'est pour ça que Procope, secrétaire de Bélisaire, dit d'elle pis que pendre). Elle finira par obtenir sa disgrâce, après qu'il eut repris Carthage aux Vandales et Rome aux Ostrogohs.
Déjan, dans sa triologie, avait imaginé une astuce scénaristique : officiellement Théodora et Bélisaire se détestaient. Mais en réalité ils étaient de connivence et s'entre-aidaient. Astucieux...


study  Sur la guerre en Italie, il existe un excellent roman de Robert Graves (Moi Claude empereur) : LE COMTE BELISAIRE. Il y a aussi le roman de Felix Dahn, EIN KAMPF UM ROM, très populaire en Allemagne puisque Constantin Film Verleih en a tiré un film. Mais j'ignore s'il a été traduit en français. Il y a 20/25 ans, mes contacts helvétiques ne m'ont pas répondu à ce sujet... Maintenant, avec Internert, je devrais sans doute reprendre ma recherche...

Raymond

avatar
Admin
AJAX a écrit:Dans le monde du show bizz on dit toujours "Miss" pour une artiste, même mariée...

Au fait, je tiens de Riccardo Freda lui-même qu'il n'a jamais épousé "Miss" Gianna Maria Canale pour la simple raison qu'il avait déjà contracté mariage. Et qu'en Italie...

Elle a fini par le quitter parce qu'elle en avait assez de tourner dans ses péplums... et elle est partie tourner dans ceux de Pietro Francisci (e.a. HERCULE ET LA REINE DE LYDIE) ce qui explique sans doute l’aversion de celui-ci pour les films de celui-là. GMC n’était pas faite pour la vie de star, son ambition était de faire des enfants etc. Elle a eu une fin malheureuse, et bien digne de l’héroïne des VAMPIRES : défigurée dans un accident automobile elle se serait retrouvée dans un fauteuil roulant.

Pour en revenir à ma liste des vedettes féminines du péplum, il en est une autre qui a incarné Théodora à l’écran : Sylva Koscina – la copine à Tito – aux côtés d’Orson Welles (Justinien) dans LE DERNIER DES ROMAINS (EIN KAMPF UM ROM) de Robert Siodmak.


Alors, personne d’autre n’a lu MAXENCE ?  Rolling Eyes

Je n'ai ni lu ni vu "Maxence". J'ose l'avouer !

Mais au fait, ne pas avoir osé épouser la belle Mme Gianna Maria Canale (une pulpeuse vedette italienne que l'on pourrair comparer à "Lolo"), c'est vraiment ... un acte d'inhibition (ou un lapsus) qui me surprend de la part d'un si grand artiste. Qu'est-ce qui a pu pousser M. Ricardo Freda ä une telle dérobade ?  Smile


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

AJAX

avatar
license ès BD
license ès BD
Ben Raymond, pour la raison que tu as toi-même souligné en rouge...

Bien sûr, d'autres Italiens bigames n'ont pas hésité, à Mexico ou à Las Vegas, à se remarier avec la (nouvelle) Dame de leurs pensées... Union non reconnue en Italie.
Mais entre les crêpes et le café, Riccardo n'a pas cru devoir m'en dire plus. Peut-être à cause de la "vieille amie parisienne" qui l'accompagnait ce soir là. Sorry. Rolling Eyes

Raymond

avatar
Admin
C'est l'été ! Il y a très peu de nouveautés et j'ai pu ainsi de découvrir le tome 2 de Maxence, qui s'était fait longuement attendre (plus de 2 ans). Cela m'a donné l'occasion de renouer avec une série dont le premier tome m'avait été agréable à lire, sans plus.



Cet album raconte à nouveau une histoire de complot, dirigé bien sûr contre Justinien et Théodora. L'intrigue est datée d'une façon très précise, puisqu'elle se passe en 533, avant et après la bataille de l'Ad Decimum contre Carthage. Les éléments fictionnels et historiques sont habilement mélangés, et le récit se lit facilement. On devine toutefois que cela ne constitue que le 2ème chapitre d'une saga qui devrait être assez longue.



Pour ce qui concerne le dessin, il me semble que Carlos Duarte fait des progrès par rapport au tome 1. Les personnages sont mieux individualisés et les gros plans révèlent une maîtrise croissante dans la représentation des visages. La mise en page est par ailleurs dynamique et les couleurs sont agréables.



Lorsqu'il s'agit d'une BD historique, on prête bien sûr une grande attention au dessin des décors et des costumes. Sur ce plan-là, je ne vois également aucun reproche à faire à Carlos Duarte. Je ne suis pas un spécialiste de l'empire byzantin, mais les détails historiques dessinés dans chaque case me paraissent tout à fait convaincants.



Cette série historique avait un niveau plutôt convenable, et les auteurs font maintenant de nets progrès. Les personnages ont pris une certaine "épaisseur" et on a envie de découvrir la suite. Elle permet par ailleurs de découvrir une facette peu connue de l'histoire romaine.

On peut donc recommander aux amateurs de "BD romaine" de s'y intéresser.  Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum