Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'or de Saturne

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas  Message [Page 4 sur 6]

76L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Mer 26 Oct - 21:27

Tarmac

Tarmac
grand maître
grand maître
Je l'ai enfin entre les mains, après avoir fait un footing à la sortie du TAF. Smile
L'album est bien dessiné, on retrouve l'Alix de Marco, et pour rebondir sur ce que disait notre ami Monocle, Alix semble plaire à la gente féminine. Very Happy Mais je n'en dirais pas plus..

77L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Mer 26 Oct - 21:52

Monocle

Monocle
docteur honoris causa
docteur honoris causa
En effet je trouve que Marco Venanzi a pas mal progressé. je préfère son Alix actuel à celui du testament de César. Idem pour les décors.

78L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Jeu 27 Oct - 15:09

peronnette


martinophile distingué
martinophile distingué
Je l'avais vu hier,acheté ce matin,il n'y a plus qu'à le lire

79L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Ven 28 Oct - 0:39

AJAX

AJAX
grand maître
grand maître
Comment écrire un bon roman historique ?

Prenez quelques faits connus. Racontez exactement le contraire... et laissez Alix remettre le compteur à zéro. clown

80L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 29 Oct - 16:14

Tarmac

Tarmac
grand maître
grand maître
Rendons à Marco Venanzi ce qui est à Marco Venanzi, à savoir un très bel Alix pouce pouce , de bon calibre qu'est "L'or de Saturne" . Je pense qu'il faut avoir une lecture décorrélée de l'histoire, auquel cas on se heurte comme le dit Ajax à des invraisemblances, comme par exemple,l'alliance de circonstance entre Alix et les pirates de Calystos, pour enrayer le complot de Pompée mené par son fils Sextus.
Ce qui est dérangeant dans le fond, c'est peut-être cette vision manichéenne de l'univers martin entre les "Populares" de César et les optimates de Pompée, qui apparaissent toujours comme le camp du mal et des complotistes. En cela, on reste dans le continuum des "Légions perdues" et la thématique complotiste des Pompéiens.
C'est avec plaisir que l'on retrouve le personnage de Garofula, je m'attendais également à revoir celui du traître Macarus. Voilà des personnages qui ont une vraie portée symbolique pour rivaliser avec Arbacès.
Au demeurant, sans encore rentrer dans les détails pour ceux qui ne l'ont pas lu, le point fort de l'album reste le dessin de Marco qui a considérablement rehaussé son niveau depuis le "Testament de César". Peut-être faut-il y voir la saine émulation artistique avec Marc Jailloux qui nous offrent tous les deux , il faut le dire, de superbes Alix.. Very Happy
Le seul bémol à émettre, se trouve dans l'image graphique des personnages de Titus Labiénus, et de Pompée.
Prenons le cas du Labiénus de "Lor de Saturne"

L'or de Saturne - Page 4 Labi2n10

Et comparons le avec le Labiénus de "La cité engloutie" de Ferry

L'or de Saturne - Page 4 Labi2n11

Là on se rend compte de la différence flagrante, et je trouve cela perturbant. Je ne parle même pas du Labiénus de Jacques Martin dans "Le sphinx d'or".
Il en va de même pour Pompée. Si on compare le Pompée des "Légions perdues" avec celui de "Lor de Saturne" il y a un monde. Vous ne trouvez pas ?? je pense qu'il y a un effort à faire pour garder une cohérence et une continuité graphique dans des personnages qui reviennent souvent.

81L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 29 Oct - 16:22

peronnette


martinophile distingué
martinophile distingué
Déçu,le scénario est encore bien dur à suivre.Après 60 ans de fidélité je me lasse.....

82L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 29 Oct - 17:13

AJAX

AJAX
grand maître
grand maître
Tarmac a écrit:Rendons à Marco Venanzi ce qui est à Marco Venanzi, à savoir un très bel Alix pouce pouce , de bon calibre qu'est "L'or de Saturne" . Je pense qu'il faut avoir une lecture décorrélée de l'histoire, auquel cas on se heurte comme le dit Ajax à des invraisemblances, comme par exemple,l'alliance de circonstance entre Alix et les pirates de Calystos, pour enrayer le complot de Pompée mené par son fils Sextus.

O Zeus ! Si ce n'était que l'alliance d'Alix avec les Ciliciens (mais qu'est-ce que leurs villages sur la côte Tyrrhénienne méridionale ?) reliquat de SPARTACUS. Mais admettons qu'ils y aient établis une base. Soit ! Bof.

Cependant, il ne faut pas être Prix Nobel pour savoir que c'est César et non Pompée/Labiénus qui a braqué le Trésor Public conservé dans le Temple de Saturne. Je n'en dis pas plus pour ne pas spoiler l'album. Après tout, le truc a été utilsé dans de nombreuses fictions; me rappelle la trilogie de Déjean sur Théodora où celle-ci est secrètement l'alliée de Bélisaire, mais officiellement feignait de s'opposer à lui. Déjean dédaignait le fait que les pires ragots sur Théodora provenaient des Anekdota de Procope, secrétaire de Bélisaire, qui ainsi vengeait la disgrâce de son patron (et accessoirement la sienne propre). Déjean jouait habilement sur une situation particulièrement équivoque. Mais dans le cas-ci le doute n'était pas permis.

J'ajouterais seulement que Pompée ne courtisait pas le Sénat pour s'opposer à son rival César. C'était plutôt l'inverse : les optimates du Sénat poussaient Pompée à combattre son ancien beau-père.
Las, toute la saga alixienne fut entachée de ce vice rédhibitoire : dès le premier album, Jacques Martin - impressionné par la stature historique du grand Jules César ? - a présenté à ses lecteurs Pompée comme un jeune loup avide de neutraliser César. Alors qu'en réalité ce fut exactement le contraire. Comparez la chronologie de leur actions respectives !

Je me console en reconnaissant que pour la première fois un album d'Alix a correctement représenté Pompée d'après des portraits connus.
Mais un bémol subsiste : les panoplies des légionnaires romains, qui sont ici d'époque impériale, et non tardo-républicains. Dommage. Depuis VERCINGETORIX Martin, pourtant, s'était efforcé de rectifier le tir.
C'est comme imaginer les protagonistes de la Bataille des Ardennes (décembre 1944) coiffés du casque Adrian des poilus de 14/18 ! bedo

83L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 29 Oct - 17:42

Tarmac

Tarmac
grand maître
grand maître
AJAX a écrit:

J'ajouterais seulement que Pompée ne courtisait pas le Sénat pour s'opposer à son rival César. C'était plutôt l'inverse : les optimates du Sénat poussaient Pompée à combattre son ancien beau-père.
Las, toute la saga alixienne fut entachée de ce vice rédhibitoire : dès le premier album, Jacques Martin - impressionné par la stature historique du grand Jules César ? - a présenté à ses lecteurs Pompée comme un jeune loup avide de neutraliser César. Alors qu'en réalité ce fut exactement le contraire. Comparez la chronologie de leur actions respectives !

Je me console en reconnaissant que pour la première fois un album d'Alix a correctement représenté Pompée d'après des portraits connus.

C'était Pompée l'impérator, le Magnus. Effectivement, Pompée de par sa gloire acquise sur les théâtre d'opérations extérieures en Orient n'avait pas besoin d'imiter Jules César, c'était plutôt l'inverse.
Par ailleurs, je trouve que le Pompée de Marco ressemble à celui de la série TV "Rome".
Concernant l'uniformologie, effectivement les casques sont d'époque impériale, mais il y a eu des progrès avec les cotes de mailles apparentes, dans "Le testament de César" Marco présentait encore le légionnaire dans une cuirasse en lamelles. pale

84L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 29 Oct - 19:15

Raymond

Raymond
Admin
Le scénario est assez touffu, en effet, et propose beaucoup de personnages et de péripéties. Il faut parfois revenir en arrière pour tout saisir, mais je trouve que cela donne plutôt de l'intérêt à cette nouvelle aventure.  Very Happy

Ceci dit, j'ai découvert cet album cet après-midi, et je vais me limiter à quelques premières impressions de lecture.

Au départ, Alix et César sont en route vers l'Italie avec une légion. Ils ont passé les Alpes et César hésite encore à franchir le Rubicon. Nous sommes donc quelques mois avant janvier -49 (on verra ce qu'en pense Jacky-Charles).

Les hésitations de César le conduisent à confier une mission à Alix (j'éviterai d'entrer dans les détails). Ce dernier doit se rendre à Rome pour rencontrer Cicéron, mais le traître Labénius va lui tendre un piège.

L'or de Saturne - Page 4 Or-sat10

A partir de là, Pierre Valmour et Marco Venanzi multiplient malicieusement les personnages, les lieux et les événements. On a dit que cette histoire faisait suite aux Légions perdues, et c'est chronologiquement inexact, mais il est vrai qu'elle permet le retour de Garofula. Ce "méchant" mémorable est une des bonnes surprises de cet album, et il reste digne de sa réputation.

L'or de Saturne - Page 4 Or-sat11

Dans un bon péplum, il faut quelques personnages historiques pour donner l'illusion de la réalité. Cette histoire respecte la règle et nous propose non seulement Jules César, Pompée et son fils Sextus Pompée, ainsi que Labénius, mais aussi le célèbre Cicéron et sa fille Tullia. Celle-ci entame bien sûr une relation amoureuse avec Alix.

L'or de Saturne - Page 4 Or-sat12

Les décors sont également bien soignés et on découvre sous de multiples angles les remparts, le forum ou le temple de Saturne. Les rue romaines sont vivantes et populeuses, et Venanzi se montre plutôt à l'aise avec les scènes de foule.

L'or de Saturne - Page 4 Or-sat14

Les Jeux du Cirque sont indissociables de la vie romaine, et cet album n'y fait pas défaut. Les auteurs nous proposent de plus une originale séquence de naumachie. Ce combat, rarement reconstitué dans les péplums, va permettre à Alix de se faire de précieux alliés.

L'or de Saturne - Page 4 Or-sat15

Il ne manque donc pas grand chose à cet album pour satisfaire les amateurs de BD historique. J'ai cependant lu quelque part (pas dans le forum) quelques plaintes sur la représentation du visage d'Alix. En parcourant tout l'histoire, j'ai bien aperçu de petites variations de physionomie du personnage, mais cela me semble être un détail mineur. Il est vrai que les trois précédents albums de Marc Jailloux, très rigoureux, ont rendu les "alixophiles" de plus en plus exigeants.

L'or de Saturne - Page 4 Or-sat16

Au total, cela donne une aventure qui ne se lit pas trop rapidement (je préfère), qui ne se permet pas trop de fantaisie avec l'Histoire Romaine (c'est indispensable), qui redonne vie à de vieux personnages martiniens (j'apprécie), et qui raconte avec beaucoup de mouvement une chasse au trésor à travers l'Italie antique. Sans être au niveau des tout grands albums de Jacques Martin (il faut l'admettre), c'est tout de même une BD qui respecte toutes les exigences normales de la série.

J'ai donc plutôt aimé.  Very Happy

Sinon, pour répondre à Tarmac, je ne me préoccuperai pas trop du manque de ressemblance entre le Labénius de Ferry et celui de Venanzi. Les personnages de Ferry étaient tellement approximatifs que l'on ne peut prendre son album pour modèle.  Wink


_________________
Et toujours ... L'or de Saturne - Page 4 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

85L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 29 Oct - 21:05

Loup79


grand maître
grand maître
Bonjour et merci Raymond pour ton analyse de ce dernier opus d'Alix. Moi, je ne l'ai toujours pas reçu et j'attends avec impatience de le lire.

Je me demandais si tu scannes ta bédé pour mettre les vignettes, ne l'abîmais-tu pas ?!

Pour le dessin d'Alix, là, sur la dernière vignette que tu montres, il est en tout les cas mal dessiné. Je comprends les râleurs...

86L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 29 Oct - 22:10

Raymond

Raymond
Admin
J'espère alors ne pas trop avoir défloré l'histoire.  Very Happy

Pour ce qui est d'abîmer les albums en faisant un scan, cela dépend de la reliure. Les Alix ont un cartonnage très souple qui s'ouvre facilement et qui s'aplatit sans contrainte sur le vitrage. Je ne les abîme donc pas du tout. C'est une toute autre histoire pour certains livres brochés dont les pages s'écartent plus difficilement. J'ai alors tendance à plutôt chercher des images sur le Web.  Wink

Pour ce qui est de la tête d'Alix, j'ai effectivement choisi une image qui contenait une nette déformation. Elle est toutefois beaucoup mieux dessinée en général.


_________________
Et toujours ... L'or de Saturne - Page 4 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

87L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 29 Oct - 22:49

Tarmac

Tarmac
grand maître
grand maître
Raymond a écrit:Sinon, pour répondre à Tarmac, je ne me préoccuperai pas trop du manque de ressemblance entre le Labénius de Ferry et celui de Venanzi. Les personnages de Ferry étaient tellement approximatifs que l'on ne peut prendre son album pour modèle.  Wink
Ce n'est pas tant l'album de Ferry comme modèle, que le personnage de Labiénus qui y apparaît sur une longue séquence, j'aurais pu évoquer le Labiénus du "Sphinx d'or" ou d'autres albums de JM . Je pense qu'il faut une certaine cohérence dans la continuité, mais ce n'est qu'un détail qui ne remet en rien la qualité de cet album .

88L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 29 Oct - 22:51

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Mais je crois que Labienus est également dessiné dans l'ibère?

http://alixmag.canalblog.com/

89L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Dim 30 Oct - 16:29

Tarmac

Tarmac
grand maître
grand maître
Effectivement Stephane, et le Labiénus de Christophe Simon donne ceci :

L'or de Saturne - Page 4 Labiyn10

Cela illustre mon propos initial.

90L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Dim 30 Oct - 17:08

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Je diss d'accord avec toi:  les dessinateurs doivent représenter les personnages de la même manière que ceux dessinés précédemment !

http://alixmag.canalblog.com/

91L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Dim 30 Oct - 20:36

Draculea

Draculea
grand maître
grand maître
J'ai acheté l'album mais ne l'ai pas encore lu, mais je partage vos avis au sujet du respect des traits des personnages - dans le cas de celui de Labiénus, la discordance est en effet assez frappante et personnellement me gène. Il n'y a pas que celui-ci, dans la première page que j'ai regardée, il y a un visage d'Alix assez étrange qui a des dents plutôt inattendues chez lui. Cela m'a beaucoup étonné. mais encore une fois, je n'ai pas encore trouvé le temps de lire cette aventure car j'étais très accaparé par bien des choses. Je ne peux donc avoir un avis général. J'ai simplement remarqué à voir les cases montrées par Raymond qu'il comporte manifestement aussi de très belles choses. Very Happy

http://www.marchenriarfeux.net

92L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Lun 31 Oct - 20:56

Loup79


grand maître
grand maître
N'y aurait-il pas un "droit de regard" sur le travail de la série Alix par l'éditeur/ayants-droits ? Il me semble que cela se fait sur XIII, Astérix ou Michel Vaillant, entre autres.

93L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Lun 31 Oct - 21:37

jfty

jfty
grand maître
grand maître
Loup79 a écrit:N'y aurait-il pas un "droit de regard" sur le travail de la série Alix par l'éditeur/ayants-droits ? Il me semble que cela se fait sur XIII, Astérix ou Michel Vaillant, entre autres.
Ce droit de regard existe, on ne peux sortir un album sans l'approbation du comité Martin !
Il doit être à l'écoute des critiques formulées par les lecteurs, sinon Ferry aurais récidivé Wink

94L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Mar 1 Nov - 14:42

AJAX

AJAX
grand maître
grand maître
Tarmac a écrit: C'était Pompée l'impérator, le Magnus. Effectivement, Pompée de par sa gloire acquise sur les théâtre d'opérations extérieures en Orient n'avait pas besoin d'imiter Jules César, c'était plutôt l'inverse.
Merci Tarmac.
Je ne pense pas révéler un grand secret en disant ici que les événements racontés dans l’album anticipent en négatif ce qui, dans les faits, va réellement arriver quelques semaines plus tard mais en sens inverse. Comme je l’ai dit dans un précédent post, c’est une stratégie bien connue du roman historique.

Raymond a écrit: Au départ, Alix et César sont en route vers l'Italie avec une légion. Ils ont passé les Alpes et César hésite encore à franchir le Rubicon. Nous sommes donc quelques mois avant janvier -49 (on verra ce qu'en pense Jacky-Charles).

De toute évidence nous sommes en décembre -50.
César franchira le Rubicon dans la nuit des 11-12 janvier -49 (calendrier préjulien). Voilà ce qu’en pense Ajax !

Raymond a écrit: Ce dernier doit se rendre à Rome pour rencontrer Cicéron, mais le traître Labénius va lui tendre un piège.

Ah, voilà une très bonne chose dans ce scénar : Cicéron !!! Sacré velléitaire, ce citoyen-là ! Je crois bien que c’est la première fois qu’il apparaît dans « Alix »… On voit rarement Cicéron dans les BD : c’était un opportuniste infatué de lui-même, et la manière dont il a jugulé le « coup d’Etat » de Catilina en -63 pose bien des questions; notamment du fait de l’exécution sommaire et sans jugement de témoins gênants.
Mais quelle sacrée bonne plume ! Il s’est racheté par sa littérature qui nous apporte une incroyable somme d’informations sur les événements de son temps. Reste à se demander où se niche l’objectivité dans tout ça.
Tout comme Pompée, Cicéron était un « homme nouveau », et le Sénat – qui se méfiait d’eux – chercha à les instrumentaliser.

J’ai bien ri en voyant p.12 sa fille, Tullia, se fiancer avec M. Petreius pendant les Saturnales de -50 (16-18 décembre). À cette époque, ledit Petreius devait déguster des sardiñas en Lusitanie [Portugal], légat du proconsul Pompée qui, lui, préférait rester à Rome. Mais comme nous sommes dans une fiction, rien n’interdit de penser qu’il était revenu à Rome pour y fêter Noël !  Smile  Smile
Plus embêtant, c’est qu’à ce moment-là la main de Tullia n’était plus à prendre ! Celle-ci avait épousé P. Cornelius Dolabella cinq mois auparavant (juillet -50), dont elle accouchera d’un fils prématuré le 17 mai -49. Le couple divorcera en 46.
Rappelons que le gendre de Cicéron, Dolabella, était un partisan de César aux côtés de qui il combattra les Pompéiens à Pharsale (48), à Thapsus (46) [=> PAR DELA LE STYX] et à Munda (45) [=> L’IBÈRE p.43]. Même si ces BD ne l’y mentionnent pas.

UCHRONIE ?
Raymond a écrit: On a dit que cette histoire faisait suite aux Légions perdues, et c'est chronologiquement inexact, mais il est vrai qu'elle permet le retour de Garofula.
De fait… Les légions perdues font expressément référence au siège d’Avaricum qui eut lieu en avril 52. Et il avait été précédé par l’épisode de César et ses renforts traversant les Cévennes enneigées (hiver 53-52), qui inspirera à Martin la traversée des Alpes par l’armée du général Horatius.

LABIENUS
Raymond a écrit: Dans un bon péplum, il faut quelques personnages historiques pour donner l'illusion de la réalité. Cette histoire respecte la règle et nous propose non seulement Jules César, Pompée et son fils Sextus Pompée, ainsi que Labénius, mais aussi le célèbre Cicéron et sa fille Tullia. Celle-ci entame bien sûr une relation amoureuse avec Alix.

Je ne saurais contredire ceci, frappé au coin du bon sens scénaristique : « Il faut quelques personnages historiques pour donner l'illusion de la réalité. »

En ce qui concerne T. Labienus, il a pris fait et cause contre César seulement le 2 mars 49. Mais rien n’interdit de penser que dès décembre 50 il songeait à lâcher César. Je l’ai déjà dit ailleurs sur ce forum : originaire du Picenum tout comme Pompée, Labienus était un client de ce dernier ! Il a suivi César en Gaule parce que son patron Pompée était à ce moment allié à César. Tout change lorsque les deux triumvirs s’opposent. Labienus ne pouvait choisir que son camp. Les groupies d’Alix doivent se représenter que dans l’antiquité romaine on ne fait pas n’importe quoi. Les allégeances et le clientélisme priment sur le reste…

BIBULUS
Pour ceux que cela intéresserait, l’amiral Bibulus [Marcus Calpurnius Bibulus], dont question pp.29-30 fut co-consul de César en -59. En parfait désaccord avec celui-ci, il préféra s’enfermer chez lui plutôt que l’exercer son mandat.
Si bien que les Romains goguenards parlaient de 59 comme du consulat de Jules & César, au lieu de César & Bibulus comme le veut la règle.


NAUMACHIE
Raymond a écrit: Les Jeux du Cirque sont indissociables de la vie romaine, et cet album n'y fait pas défaut. Les auteurs nous proposent de plus une originale séquence de naumachie. Ce combat, rarement reconstitué dans les péplums, va permettre à Alix de se faire de précieux alliés.

Effectivement, Raymond, les naumachies sont rares tant au cinéma qu’en BD. Concrètement on ne sait pas grand-chose de fiable sur ces naumachies et le (les) site(s) qui les accueillirent à Rome. La question a été traitée dans Wikipédia ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Naumachie ), ce qui me dispense de m’y arrêter. Dans ROMA AETERNA/3 : Tuer César de Chaillet et consorts, Annabel a dessiné la naumachie de Jules César, laquelle semble s’être déroulée au Champ-de-Mars en -46, pendant son quadruple triomphe. Elle était dédiée à la mémoire de sa fille Julia, épouse de Pompée, décédée quelques années plus tôt. Un bassin avait été creusé pour la circonstance, qui fut ensuite détruit. (C’était l’usage à l’époque, idem pour les amphithéâtres de bois au Forum Boarium,  où s’affrontaient les gladiateurs. L’emplacement exact est sujet à controverses. Annabel suggère un décor modeste et vraisemblable.

Au contraire Marco Venanzi, p.18, reconstitue la même naumachie dans un ensemble monumental lorgnant vers celle qui inaugura le Colisée sous Titus (+80) (Cf. Gilles Chaillet, Les Voyages d’Alix – Rome/1, pp. 40-41 : la reconstitution de Chaillet laisse deviner le problème des dimensions de la cavea  inondable, devant accueillir des navires longs de quelque 40 m). La naumachie inaugurale du Colisée fut probablement la seule et unique qui y fut donnée.

D’une manière générale, les naumachies se déroulent sur des plans d’eau disponibles, comme celle de Claude sur le lac Fucin (que l’on assécha ensuite). C’est à cette occasion que fut prononcé un certain « Have Imperator, morituri te salutant », one shot qui connut la bonne fortune que l’on sait !

Comme le scénario du TRESOR DE SATURNE inverse systématiquement les situations historiques, c’est à Pompée et – surtout – à son fils Sextus qu’est attribué le mérite de ces jeux nautiques que César, en réalité, offrira trois ans plus tard donc. À décharge du scénariste, disons seulement qu’en -40 Sextus Pompée eut lui aussi l’occasion d’offrir une naumachie, mais pas à Rome ! Elle eut lieu dans le détroit de Sicile pour célébrer sa victoire sur Q. Salvidienus Rufus, l’amiral d’Octave, et les protagonistes s’affrontèrent sur… des radeaux de bois ou de peau (DION CASSIUS, XLVIII, 19).

Par parenthèse : après la mort de son frère aîné Cn. Pompeius (tué à Munda, avril 45 – tout comme Labienus), Sextus Pompeius avait pris de maquis. En l'occurrence, il s'opposa au second triumvirat formé par Octave-Lépide-Antoine,  comme chef d'escadres pirates basées en Sardaigne-Corse-Sicile, affamant Rome en interceptant son ravitaillement en blé (41). Il prend alors le titre de « Fils de Neptune ». Il sera finalement vaincu par Octave à la bataille de Nauloque (36). Ayant fui en Orient, il sera assassiné l'année suivante à Milet, sur l'ordre de Marc Antoine.

En -2, Auguste construisit aussi une naumachie au pied du Janicule, de l’autre côté du Tibre (Trans Tiberim )).

PEPLUMS
Quelques péplums italiens se sont offerts de modestes naumachies. Dans LES DERNIERS JOURS D’HERCULANUM (1962), Gianfranco Parolini fait embraquer sur deux radeaux deux dizaines de gladiateurs. Un cercle de naphte enflammée et quelques crocodiles rehaussent de leur présence cette modeste empoignade (minutes 67-71). Accourant à la rescousse de Lawrence Weber (pseudo) pour LES ORGIES DE CALIGULA (1983), Parolini en reprendra quelques images.

Un peu plus classes, Irving Rapper et Giampaolo Callegari montreront Ponce Pilate [Jean Marais !] célébrant à Césarée l’anniversaire de son beau-père, l’empereur Tibère, en faisant s’affronter trois mini-galères à 20 rameurs – une jaune, une verte et une rouge – s’éperonnant mutuellement. Le jeu consistant pour les naufragés à ensuite échapper aux crocodiles (toujours eux !) (PONCE PILATE, 1961) (minutes 22-25).
Dans son SPARTACUS (1953), Riccardo Freda inonde les arènes de Vérone autour du décor d’une unique galère (avec ses voiles et tout !). Ludmilla Tcherina y danse les amours de la Néréïde Balkis et d’un beau marin. Puis des lions sont lâchés qui dévorent les « rameurs », jusqu’à ce que Spartacus et ses amis réussissent à voler au secours de la belle. Les lions, ça nous changera des crocos !


Raymond a écrit: Au total, cela donne une aventure qui ne se lit pas trop rapidement (je préfère), qui ne se permet pas trop de fantaisie avec l'Histoire Romaine (c'est indispensable), …

Là j’ai des réserves à émettre ! Comme je l’ai dit plus haut, l’histoire romaine est ici totalement malmenée (Tullia, le braquage du Trésor Public) et c’est à Alix qu’il appartiendra d’en rétablir le cours. L’Alix venanzien redevient un héros agissant – comme dans les premiers opus de la saga – ; il rompt avec le personnage de témoin passif qu’il était devenu ces dernières décennies.
Le Rubicon franchi, ce n’est qu’après avoir pris Rome désertée par Pompée et les optimates que César a braqué le Trésor de Saturne. Tel un vulgaire gangster, mettant la pointe de son glaive sur la gorge du tribun de la plèbe L. Metellus en lui disant « Casses-toi ou je t’égorge, et crois-moi jeune homme, ce sera plus facile à faire qu’à dire » (APPIEN, Guerre civile) (*).      

Tarmac a écrit: Par ailleurs, je trouve que le Pompée de Marco ressemble à celui de la série TV "Rome".

Ah bon ? Tu trouves ? Vois ici Kenneth Cranham http://www.peplums.info/pep39k.htm#21
Marco Venanzi me semble avoir dessiné pp. 18, 20, 23 etc. un Pompée parfaitement crédible, avec cet espèce d’épi couronnant son crâne :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pomp%C3%A9e
___
(*) Cité par J. CARCOPINO, Jules César (1935), P.U.F., 1990, 6e éd., p. 381.

95L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Ven 4 Nov - 13:05

Tarmac

Tarmac
grand maître
grand maître
Critique positive de "L'or de Saturne "sur BD Best Arrow http://www.bd-best.com/critiques.php?critiqueid=8499

96L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Ven 4 Nov - 13:48

Raymond

Raymond
Admin
Sinon, par rapport à ce qu'a écrit Ajax, il y a bien sûr des erreurs historiques dans cet album, mais il y en a peu qui sont frappantes pour le "non-connaisseur".

Pour ma part, ce qui m'a le plus interpellé, c'est le fait que Jules César envoie un émissaire à Cicéron pour nouer une alliance. Historiquement, l'avocat romain s'est opposé très tôt aux projets politiques de César et il est resté constamment son adversaire. La probabilité qu'une alliance puisse se faire entre eux en -50 (juste avant le passage du Rubicon) est donc quasiment nulle, et il y a là une petite invraisemblance. Rolling Eyes


_________________
Et toujours ... L'or de Saturne - Page 4 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

97L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Ven 4 Nov - 19:26

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Ce qui m'ennuie beaucoup dans cet album, à l'instar de Tarmac,c'est la différence de visage des personnages secondaires. Et ça, ce n'est pas normal!
Outre Labienus déjà cité, Marc-Antoine, dessiné dans les premières pages de "La dernière conquête" est dessiné ici autrement, Pompée, dessiné par Martin dans le fils de Spartacus et Vercingetorix et par Jailloux  a les cheveux noirs et dans Saturne, les cheveux gris( et aussi un autre visage)....et c'est bien dommage pour la même série!

A quand un Alix brun et un Borg chauve (encore que Borg soit le roi du déguisement!!)

Et deux choses qui ne respectent pas le decoupage Martinien, la première page avec cette double case. Une aventure d'Alix (et de Lefranc) commence tjs avec une grande case d'introduction et le mot fin, qui ne respecte pas la règle imposée par J.M!

http://alixmag.canalblog.com/

98L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 5 Nov - 10:56

Raymond

Raymond
Admin
Pour les visages des personnages historiques, je suis d'accord que les différents dessinateurs devraient maintenir une certaine constance dans tous les albums, et surtout respecter le modèle établi par Jacques Martin.

Pour ces questions de découpage, je ne serai pas aussi pointilleux que toi. Jacques Martin aimait en effet commencer ses albums avec une grande image panoramique,  mais il montrait aussi une grande faculté à diversifier (voir même à innover) ses mises en page. Le début de l'Or de Saturne montre en fait une seule grande image divisée en deux cases (un camp romain isolé au milieu de la neige), et je trouve que l'idée n'est pas mauvaise.   Wink

Pour ce qui est de la dernière image de l'album (et du mot "fin"), à quelle règle te réfères-tu ?


_________________
Et toujours ... L'or de Saturne - Page 4 Charli10
http://lectraymond.forumactif.com

99L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 5 Nov - 18:37

stephane

stephane
vieux sage
vieux sage
Il y a une charte graphique qui existe,élaborée et signée par Jacques Martin.

Après, je pense que dès que l'on reprend une telle série, on doit suivre les règles existantes, où alors, on fait quelque chose de plus originale comme Alix Senator, et c'est là toute la différence car on part sur autre chose.


http://alixmag.canalblog.com/

100L'or de Saturne - Page 4 Empty Re: L'or de Saturne le Sam 5 Nov - 22:56

AJAX

AJAX
grand maître
grand maître
stephane a écrit:Ce qui m'ennuie beaucoup dans cet album, à l'instar de Tarmac,c'est la différence de visage des personnages secondaires. Et ça, ce n'est pas normal!
Outre Labienus déjà cité, Marc-Antoine, dessiné dans les premières pages de "La dernière conquête" est dessiné ici autrement, Pompée, dessiné par Martin dans le fils de Spartacus et Vercingetorix et par Jailloux  a les cheveux noirs et dans Saturne, les cheveux gris( et aussi un autre visage)....et c'est bien dommage pour la même série!

En tout cas je ne plaindrai pas si Marco Venanzi a relégué aux oubliettes le fantaisiste Pompée martinien, pour en dessiner un enfin conforme à un portrait que l'on a de lui !!!  pouce

Après tout, Jacques Martin lui-même a laissé tomber les légionnaires à cuirasse segmentée, pour des cotes de mailles plus conformes aux données archéologiques (à partir de VERCINGETORIX).
Errare humanum est, perseverare diabolicum ! study

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 4 sur 6]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum