Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Pleins feux sur Edgar Pierre JACOBS et Blake et Mortimer (1ère partie)

Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 40 sur 40]

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Raymond a écrit:

Il faut admettre que Blake et Mortimer n'y sont pas aussi parfaits que dans le reste de l'album. Ils restent cependant bien reconnaissables.

Voici par exemple une bande qui provient de l'avant-dernière page !



Ce n'est pas si affreux que ça !

En tout cas, avec ces deux portraits réalisés par Aubin, on voit que ce dernier est beaucoup plus en phase avec le style de Jacobs que Schréder.






Et il ne s'agit pourtant que de simples dédicaces.  pouce

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.374776765992636.1073741845.295191187284528&type=1

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
De nombreuses photos de Jacobs visibles au lien ci-après.  Cool 

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.374739539329692.1073741844.295191187284528&type=1

Lamar

avatar
lecteur émérite
lecteur émérite
Merci pour le lien Treblig. Certaines de ces photos étaient connues, mais c'est toujours sympa  Wink !
Dommage qu'elle ne soit pas légendées et remises dans leur contexte... Neutral 
**********
> Pour les amateurs à la fois d'E.P. JACOBS et d'Henri VERNES, je viens de commettre sur mon blog Hangar N°7 une petite étude comparative entre les aventures de Blake & Mortimer et de Bob Morane (dont on fête les 60 ans ce mois-ci) :


http://hangar7.canalblog.com/archives/2013/12/14/28661680.html

Bonne visite et merci pour vos réactions  Arrow Cool

http:// http://hangar7.canalblog.com/

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Lors de sa lecture de "l'Onde Septimus", notre ami Raymond s'est il interrogé sur la personnalité qui croise le maléfique professeur à la dernière case de cette planche ?  Wink 



Pour ma part, j'y ai reconnu l'un des personnages figurant sur la couverture de cette célèbre bande dessinée de Floc'h et Rivière.



Autrement dit, il s'agit bien de Francis Albany.

Le doute est d'autant moins permis qu'il tient en main un roman d'Olivia Sturgess, que l'on retrouve assise sur le canapé en couverture dudit album.  

CQFD.  Smile

Raymond

avatar
Admin
Jolie trouvaille ! Il y a plusieurs "citations" graphiques dans cet album, mais je ne me suis trop attaché à les recenser. On pourrait le faire maintenant.


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Fildefer

avatar
grand maître
grand maître
Treblig a écrit:
Autrement dit, il s'agit bien de Francis Albany.
Le doute est d'autant moins permis qu'il tient en main un roman d'Olivia Sturgess

Oui, en découvrant cette case, j'ai eu un léger doute (je ne croyais pas trop à une coïncidence) très vite dissipé grâce à l'indice supplémentaire du roman (qu'on devine enrichi d'un envoi de l'auteur(e)). Gageons même qu'il s'agit probablement du tirage de tête, réservé à l'auteur(e) et ses amis !

Raymond

avatar
Admin
Il y a une autre "citation graphique" évidente, que tout le monde a certainement reconnu. Cette case qui montre l'intérieur de chez Lilly Sing me fait irrésistiblement penser à la fumerie du Lotus Bleu.



_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Monocle

avatar
docteur honoris causa
docteur honoris causa
Quelqu’un a-t-il remarqué le tintin dessiné en arrière plan page 9. J'avoue que si on ne me l'avais pas fait remarquer, je serai passé à côté.

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Monocle a écrit:Quelqu’un a-t-il remarqué le tintin dessiné en arrière plan page 9. J'avoue que si on ne me l'avais pas fait remarquer, je serai passé à côté.

Je ne l'avais pas vu.

Donc, je montre ta trouvaille.



Bravo, Monocle.  clap

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Le crayonné de la planche 30 de "La Malédiction des Trente Deniers" effectuée par René Sterne et inédite jusqu'à ce jour.


http://blake-and-mortimer-so-british.over-blog.com/2013/12/the-curse-of-the-30-pieces-of-silver-1-page-30-drawn-by-ren%C3%A9-sterne.html

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel

Ethan

avatar
grand maître
grand maître
Enorme déception, je n'ai pas eu l'impression de lire un Blake & Mortimer, mais bien un album de Dufaux, très reconnaissaible au niveau de sa narration et de ses talents de dialoguiste.
On aurait pu remplacer les principaux protagonistes par Pierre, Paul & Jacques, ça n'aurait absolument rien changé à l'intrigue.
Cet album devrait être plutôt rangé dans la même catégorie que les Spirou à la manière de.... Rolling Eyes, mais dans la série classique, il occupera (pour moi) sans problème la dernière place.
Je ne vais pas dire que l'histoire est particulièrement complexe, mais j'ai eu la sensation de lire une mauvaise série b de science-fiction, sans grand intérêt, et le personnage de Septimus sert uniquement à établir un lien avec 'La marque jaune'.
Et au niveau du dessin, Aubin est un très bon repreneur (sauf pour la fin du récit confié et bâclé par Schréder  Rolling Eyes ), mais son Londres des années 50 et son ambiance british ne m'ont pas fait aussi rêver que celles de Jacobs, même Juillard dans le dernier album avait réussi à très bien s'imprégner d'une ambiance typiquement britannique.
En somme ce n'est pas cet album qui risque de détrôner 'La marque jaune'. Rolling Eyes

eleanore-clo

avatar
martinophile distingué
martinophile distingué
Bonjour

Grande amatrice de science-fiction, je tenais à faire part d'une certaine perplexité face à l'Onde Septimus.

En effet, quelque soit l'univers abordé, les codes de la narration "science-fictive" imposent qu'il soit cohérent. L'enjeu n'est pas tellement le décalage par rapport à notre monde. Au contraire la règle du jeu fait qu'il doit y en avoir un ; faible, important, peu importe, cela dépend du choix de l'auteur. Par contre, une fois le décor planté, tout doit y être totalement réaliste, crédible, articulé. Or, dans l'Onde Septimus, Dufaux procède à une surenchère de "deux ex machinae". Les découvertes se suivent dans une logique de réaction en chaine où il faut toujours faire plus. Les liens de causalité sont faibles et des pirouettes permettent au scénariste de retomber sur ses pieds.

A contrario, Jacobs était toujours parfaitement linéaire et sa science-fiction solide. Si l'on prend l'exemple de La marque jaune, l'élément fantastique est introduit au début de l'intrigue et les pages qui suivent ne font que le renforcer, le décrire sous tous ses aspects. L'énigme de l'Atlantide, qui est encore plus décalé par rapport à notre monde est d'une totale cohérence. La civilisation des aztèques ou encore celle des atlantes sont compréhensibles, assimilables. La soucoupe volante de L'énigme de l'Atlantide est infiniment plus vraie que le mystérieux vaisseau spatial déposé par Dufaux dans les sous-sols londoniens.

La psychologie des personnages est aussi très intrigante. Les héros jacobsien sont totalement logiques, proches de nous. L'identification et l'empathie restent toujours à portée de main. Or, Dufaux a campé des comportements surprenants. L'exemple le plus frappant de cette dérive anormale pourrait être Mortimer. Mortimer, le scientifique par excellence, à la pipe et à l’embonpoint si rassurants, lorgne ici du côté des savants fous et "s'amuse" avec l'onde méga. Cela semble totalement invraisemblable au vu de sa personnalité, du moins ce que nous en avons découvert dans tous les autres tomes.

L'Onde Septimus est donc une tentative mais une tentative inachevée, trop distendue, trop "tordue".

Cordialement
Eléanore-clo

Raymond

avatar
Admin
C'est pourtant la grande idée de l'album !  Donner à Mortimer le rôle d'un savant imprudent, qui fait des expériences avec l'onde Mega, cela correspond assez bien à la vision moderne de la science.

La science n'est aujourd'hui plus un processus synonyme de progrès. Le progrès technique est plutôt vu comme une aventure qui, en dehors d'apporter quelques commodités immédiates, fait peser des menaces terribles sur notre société (voir même sur l'être humain lui-même).

Nous sommes en 2013, et les auteurs actuels ne peuvent plus garder une vision naïve de la science.

Ce qui "passe mal", je pense, chez certain lecteurs, c'est la vision de tous ces clones de Septimus qui déambulent dans la cité. Cette image peut paraître "abracadabrante", mais la création d'un clone de type androïde (ou de plusieurs clones identiques) devient de plus en plus possible dans un proche avenir. Les progrès de l'embryologie rendent en effet tout à fait imaginable ce genre de fabrication. On a déjà créé des clones d'animaux et il est de plus en plus question de le faire pour l'être humain.

Et puis, encore une fois, il faut rappeler que Dufaux ne fait que prolonger un peu plus loin les hypothèses imaginées au départ par E. P. Jacobs.   Wink


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Ethan

avatar
grand maître
grand maître
Honnêtement, Raymond, à la lecture de ce récit, avais tu l'impression de lire une histoire de B&M qu'aurait pu écrire Jacobs dans les années 50 ?
Comme le disait Eleanore, Jacobs se documentait avec minutie sur chacun des sujets qu'il a traités afin que ça reste crédible.
Ici Dufaux a essayé de recréer une nouvelle version de 'La guerre des mondes' (complètement naïve) dans l'esprit de certains auteurs de SF (et pas les meilleurs  Rolling Eyes ) de cette période.

Raymond

avatar
Admin


_________________
Et toujours ...
http://lectraymond.forumactif.com

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Merci à toi pour avoir effectué ce déverrouillage.

Treblig


Double prix Nobel
Double prix Nobel
Afin qu'il n'y ait pas de confusion entre les deux parties de ce sujet, je procède à la modification de son titre.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 40 sur 40]

Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum